Passage éclair

*

Modérateurs : Administration, MJ

Passage éclair

Message par Seides » 17 Décembre 2018, 14:02

« Formulaire du RP »


• Date du RP: 13 mai 2194
• Lieu du RP: La Voie Lactée -Noyau Concillien (Espace Concillien) - Nébuleuse du Serpent - Citadelle
• Type de RP: Fermé
• Nombres de personnes requises: 2 (Miho'Shakti vas Erakis, Seides)
« Légende des couleurs »


Indianred = Miho'Shakti vas Erakis
#00FFFF = Seides (police: Lucida Console)
violet = Eyma
BF80FF = Agent SSC



Finalement ils y étaient, la Citadelle.
Eyma avait trépignée sur le sujet depuis le mail de Miho lui annonçant qu'elle avait un créneau pour leur voyage à destination de Thessia. Enfin, elle allait faire son petit voyage!

Elle n'avait pas parlé de sa petite visite à Miho et Tila, sur les quelques sujets privés qu'elle avait abordée, mais comme l'avait promis la capitaine, elle avait prit de son temps pour l'emmener en privé sur sa planète d'origine. Enfin... L'origine de sa race. C'était à peu prêt tout ce qui la calmait pour des phases d'introspection: l'idée de finalement ne pas savoir d'où elle vient.
Sa recherche dans ce sens ne lui avait pas appris grand chose, mise à part que sa couleur de peau inhabituelle, avec ces nuances précises, pouvait être du fait de l'accouplement entre une Asari et Elcor, un Hanari ou un Volus. Mais ce n'était pas nécessairement une règle. Elle ne faisait pas dans le racisme, mais elle trouverait bizarre de se jeter dans les tentacules d'un Hanari en l'appelant papa.
Bon... Maintenant elle faisait ça avec son père, Seides, et tout le monde trouvait ça extrêmement bizarre. Même après plusieurs fois.

Enfin... C'était des détails techniques auxquels elle portait attention au moment où elle y pensait, pas le reste du temps. Comme maintenant où elle était pratiquement allongée sur les instruments de navigation pour voir la Citadelle à travers la verrière..
Seides hésitait à rappeler gentillement Eyma à l'ordre, déjà qu'elle semblait faire de son mieux pour visiter tous les recoins du vaisseau, mais chaque fois qu'il regardait du côté de Miho, il la voyait regarder la jeune femme avec un sourire entendu, ce qui équivalait à sa bénédiction.

D'ailleurs ils avaient tout les deux eut une conversation sur le sujet, et Miho avait prié Seides de laisser la capitaine du vaisseau gérer ses invités comme elle l'entendait et qu'Eyma pouvait bien visiter tout les ponts et entre-ponts si ça lui faisait envie, qu'elle était bien assez grande pour ne pas causer de problème, tu peux rester dans ta cabine, merci.
Il s'était poliment fait éconduire dans sa démarche paternelle pour que sa fille soit gâtée comme une enfant par une grand-mère.
Au moins la petite Asari ne s'ennuyait pas.

Après deux arrêts pour déposer quelques marchandises au passage, ils avaient emprunter le relais de la Bordure Extérieure et les voilà devant la Citadelle.

Le trafic était dense, comme d'habitude et le plus long était finalement d'avoir un couloir d'approche et un dock où accoster. Eyma pendant ce temps regardait l'immensité des bras de la Citadelle, ne décrochant qu'une fois pour observer l'immense Destiny Ascension. Elle se tint immobile regardant le cuirassé disparaître par le côté de la verrière, restant pensive un instant, avant de se remettre à contempler la construction en silence.
Miho et Seides se jetèrent un coup d’œil, mais respectèrent le silence d'Eyma. Si elle voulait s'ouvrir à quelqu'un, elle le ferait en son temps et son heure.

Miho laissa seuls ses deux invités le temps de remplir ses obligations de capitaine, déjà pour l'approche (même si son équipage était rôdé, par principe le capitaine était présent), ensuite pour le débarquement où elle devait certainement régler quelques détails administratifs.

Le père et la fille patientèrent prêt de la sortie de la frégate, observant le peu qu'il y avait à regarder ici. Il était un peu étonné qu'elle ne s’intéresse pas à la profusion de races avant de se souvenir qu'elle n'avait pas eu le même genre de problèmes que lui même à une époque. Elle avait bien assez côtoyée tout ce que pouvait proposer la galaxie en terme de personnes. Finalement, son intérêt technologique n'était peut-être pas un hasard, mais il serait bien en peine de savoir comment le cerveau de sa fille fonctionnait. Celui de n'importe quel organique d'ailleurs.

Après 15-20 minutes, la Quarienne arriva finalement et ils se dirigèrent vers le portail d'entrée, un couloir qui les scannerait littéralement de la tête au pied. Le passage n'était pas spécialement bondé, mais une dizaine de personnes attendaient. L'agent du SSC, un Turien leur fit signe de s'approcher vers un portail secondaire, certainement pour leur demander leurs identités selon l'expérience du synthétique. Les geths, tout ça, tout ça...

"Monsieur Seides, mademoiselle.
Si vous vouliez bien passer. Une validation par omnitech et un passage par le tunnel suffiront."

Il se tourna vers la Quarienne, marquant une petite hésitation face au masque impersonnel : "Êtes-vous bien la capitaine du vaisseau ? Vous bénéficiez du même protocole." Là encore, Miho et Seides se jetèrent un coup d’œil. Ce n'était pas exactement une irrégularité, mais en général on ne les faisait pas passer par la petite porte.

Eyma avança avec le sourire, activant son omnitech, pendant que l'agent en faisait de même. Il prit tout de même le temps de vérifier les quelques informations, fronçant un instant les plaques qui lui servaient de sourcils, bloquant certainement un instant le nom de famille (ne sachant pas quoi mettre, ils avaient mit Seides par defaut), avant de faire signe à l'Asari de passer.
Son propre passage ne dura qu'un instant, mais le synthétique ne pût s'empêcher de demander : Pardonnez-moi, mais c'est la première fois que l'on me fait passer ainsi. Pourrais-je savoir pourquoi ?
Le Turien leva un sourcil cette fois, étonné qu'une personne ayant un privilège ne sache pas pourquoi : "Et bien, M. Tar d'Avenir est venu en personne avec une autorisation de passage. Il a également déposé un véhicule pour vous."
Il désigna d'un coup de pouce le tunnel-scan et au bout, on pouvait deviner un véhicule garé sur le côté.

Mais c'est que tu commences à être connu ! T'as même un droit de passage et tout !
C'est possible. se contenta de dire le synthétique. En parlant d'être reconnu, sa fille l'avait tanné avec cette histoire d'Arche. Un geth parmi les sauveurs, ça n'avait pas pût exactement être caché. Pour l'instant, il gardait l'anonymat... Sauf pour sa fille. Au début il avait joué le jeu, en prétendant que la mission qui l'avait emmené loin d'elle n'avait rien à voir avec ce qui s'était passé du côté des systèmes Asari. Mais il avait sous-estimé la capacité d'un enfant à la répétition de son désir, jusqu'à la reddition des parents.
Sur ce point, il avait cédé, mais en ayant une petite conversation avec sa fille sur l'importance de conserver son anonymat : il ne voulait pas être connu pour ce genre de missions car certaines organisations auxquels il avait à faire pourrait vouloir se venger. Et elle était à peu prêt sa seule faiblesse.
Même s'il se rassurait en sachant que sur Rannoch, vouloir l'enlever équivalait à un suicide, vu qu'elle était en vue chez 20-25% du Consensus. Donc pratiquement l'ensemble si un appel d'autant de geth raisonnait, tous ceux à porté qui n'aurait rien d'urgent à faire se lancerait dans une chasse à l'homme des plus impitoyables et surtout voyante. Il y aurait un mauvais moment pour Seides à devoir expliquer pourquoi la quasi-totalité synthétique de la Fédération s'était lancé à la rescousse d'une seule civile !
Enfin, on allait certainement pas en arriver là et Seides faisait beaucoup dans la supposition, mais si lui même était désormais connu avec les armures aux courbes féminines, Eyma avait un vrai fan-club. Et c'était le côté unique de cette situation qui l'inquiétait.

Bref, une fois passé le tunnel, le geth déverrouilla le véhicule volant, laissant chacun mettre ses bagages dans la petite soute, avant de prendre la parole : Si vous n'êtes pas prise Créatrice Shakti, votre présence sera fort bienvenue.
Mais totalement ! Tu dois bien connaître le coin non ? Des trucs sympas à me montrer ? D'ailleurs, on fait quoi ?
Je dois aller à Avenir. J'aimerai bien tirer au clair cette histoire de privilège. Ça me permettra de faire mon passage, il paraît que c'est important pour la mise en valeur de la boutique d'après Podok.
Eyma fit la moue : On est en vacance, tu vas pas bosser.
Ce n'est que le temps d'échanger quelques mots avec Podok et faire l'apparition minimum qu'il m'a réclamé à chaque fois que je passe. Rien de plus, vraiment. Regard irrité, chargé de suspicion...
Tu pourras jeter un œil à Evolution. tenta de négocier le geth. Sourire ravi
Ah, oui, c'est vrai ! Bon, on fait ça vite et on bouge alors !

Eyma était une bonne fille, pleine de bon sens et de gentillesse. Mais savait aussi se montrer exécrable de temps à autre si elle était contrariée et qu'elle s'estimait dans son bon droit, un peu comme maintenant. Le geth estima n'être pas passé loin de la correctionnelle.
Heureusement, Evolution faisait partie des curiosités qu'Eyma voulait absolument tester et faire le siège de son père n'avait servie à rien : la technologie était sur la Citadelle, il allait falloir attendre d'y faire un passage.

Le synthétique proposa à Miho de la laissée piloter pendant qu'il s'installait sur le siège passager et Eyma à l'arrière. Leurs premières vacances commençaient !
Avatar de l’utilisateur
Seides
Papa Geth

Papa Geth
 
Message(s) : 312
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Créateur d'Avenir et d'Evolution
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 138.00 Points

Re: Passage éclair

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 19 Décembre 2018, 18:43

En soi, trouver un créneau pour emmener une jeune asari sur le monde de ses ancêtres avant de repartir vers la Citadelle n'avait pas été compliqué pour Miho. Certes, le travail ne manquait pas. D'autant plus qu'il y avait fort à faire vu l'amplitude des projets à venir de la Coopérative. Mais, loin d'être seule aux commandes, le partage des tâches rendait le tout plutôt agréable pour la quarienne. Et puis certaines choses ne devaient pas être négligées, et encore moins les promesses faîtes. Aussitôt les possibilités de voyage trouvées, Miho s'était empressée de les transmettre à Eyma, sachant très bien qu'elle ferait le nécessaire auprès de son père. Cette jeune fille - quoique le terme jeune restait discutable compte tenu de l'âge de l'asari - était responsable, et pleine de bon sens. En ça, son père avait fait son boulot, et avec zèle en plus.

Alors quand Eyma se sentit l'envie de parcourir le vaisseau à sa guise, Miho n'y vit aucun problème. Seides était plus réservé, à croire qu'il doutait de ses compétences paternelles. Pourtant, pleine d'esprit et de ce qu'il fallait de maturité, l'asari n'était pas du genre à nuire à l'intégrité de l'Erakis. La pilote le savait bien, et puis de toute manière, son équipage se trouvait constamment un peu partout sur le vaisseau, alors si par un concours de circonstances malveillant quelque chose devait se produire, Eyma ne serait pas livrée à elle-même.
D'ailleurs en parlant d'équipage, celui de l'Erakis, par-delà son aspect professionnel, se montrait bienveillant avec les invités, hors de la rigueur de Sylla ou de la discrétion d'Eheti, plus souvent effacée et silencieuse que la plupart des gens. Même le lanozien, sourient et poli, était venu saluer aussi bien le geth que sa fille, même si ce dernier avait tendance à n'être jamais visible quand la frégate s'apprêtait à passer un relai.

Il n'était d'ailleurs pas là non plus quand ils approchèrent de la Citadelle. Aux commandes, Sogan gérait maintenant l'approche avec une fluidité étonnante. Ses gestes aussi coordonnés que précis avaient un petit quelque chose de gracieux. Derrière son siège, debout, Miho ne le surveillait plus vraiment. Elle s'accordait un petit plaisir en observant les réactions d'Eyma découvrir la gigantesque station. Un peu en retrait, Ecs gérait les communications et informations diverses qui circulaient dans la zone, tandis que, assise et silencieuse, Sylla qui avait achevé sa tâche première se contentait de surveiller le report des instruments de navigation sur son écran. sur le côté, pas très loin de la turienne, Mun avait le regard planté sur un datapad. Seul autre individu réellement mobile à outrance, Pet se promenait de Seides à Miho, scannant les pieds de ceux-ci, avant de se glisser derrière Eyma dont il scanna l'arrière-train sans la moindre notion de pudeur.

Miho finit par reprendre ses fonctions premières, en allant s'installer auprès de Sogan pour les derniers détails de l'approche. Non pas en terme de pilotage, le butarien maîtrisait l'Erakis pour cela, mais pour les aspects les moins passionnant. Contact, transmissions standard, demande de direction à prendre, montrer patte blanche en passant les contrôles d'approche... Rien de bien compliqué, surtout quand il s'agissait de routine. Une fois à quai, il y aurait d'autres menus détails à régler, d'autant plus que Seides et Eyma n'étaient pas les seuls transportés. Il y avait tout un stock de marchandise fragile, d'instruments de mesures et d'analyses pour un laboratoire, qui nécessitaient un flot de formulaires à transmettre, ainsi qu'une vérification douanière à permettre. Mun aurait pu s'en charger, mais elle avait choisi de lui permettre de finir là sa journée de travail. Un peu de repos et de détente sur la Citadelle ne ferait pas de mal à son second.

Les formalités complétées, Miho revint à bord de la frégate. Pendant qu'une partie de son équipage veillait à la bonne marche du déchargement, elle n'avait dans l'immédiat plus rien à faire. Ecs prenait la suite à bord, Eheti allait faire son contrôle de la frégate à quai, et Sogan et Sylla iraient récupérer Iaso pour profiter de leur pose quand tout serait terminé. Ce fut dont en compagnie du père et de la fille qu'elle se dirigea vers le portail d'entrée, pour les contrôles habituels. Si Miho avait déjà eu droit à quelques traitements de faveur pour accéder à la station, ça avait toujours été pour de bonnes raisons. Soit les personnes qu'elle transportaient possédaient des passe-droit, soit la marchandise qui était à bord de l'Erakis lui permettait de rejoindre rapidement des commanditaires. Mais ce genre de bonus était préparé à l'avance, dans des situations d'exceptions, et jamais acquis simplement en se présentant. Il y avait des demandes à faire, des documents à obtenir... Elle fronça les sourcils, en remarquant que Seides avait l'air surpris. Il n'avait visiblement pas effectué les démarches en question. Elle n'eut qu'un rapide hochement de la tête pour l'agent du SSC, en le remerciant tout de même, et activa son OmniTech pour la validation pendant que le geth cherchait des réponses.

Apparemment, il avait de bons contacts sur place, ce qui fit disparaître l'étonnement de Miho. Après tout, elle avait entendu parlé de son activité à venir sur la Citadelle. Normal qu'il commence à se faire connaître. Surtout que de base, il était un geth travaillant dans la haute couture. Elle ne fit pas de lien particulier avec l'Arche. Une réussite dont elle était fière, bien entendu, mais qu'elle préférait paradoxalement oublier. La mission s'était bien déroulée compte tenu des circonstances. En prime, le Ninor devait payer cher leur perte. Mais même si se retrouver aux commande d'un tel mastodonte avait été comme réaliser un rêve d'enfant, le sentir si lent, avec autant de vies en sommeil à bord, lui avait fait vivre un bien méchant coup de stress. Il n'y avait rien eu de comparable avec le fait de veiller à la vie d'un équipage de frégate, à bord d'un vaisseau plus mobile et surtout armé. La sensation de se retrouver elle, comme vingt mille personnes, à la merci de n'importe quel coup du sort avait été très largement détestable. Quant à la notoriété. Rien pour Miho. Elle avait préféré laisser courir l'information selon laquelle la SCTI n'avait pas été étrangère à la mission, de manière à travailler l'image de la Coopérative, sans spécifier qui quoi quand ou comment, de manière à ne pas offrir de cible précise à quelques éléments susceptibles du Ninor. Pour le reste, il lui avait fallu faire face aux différentes réactions de son équipage. Mun avait, comme convenu, expliqué les raisons du silence de leur capitaine quand ils avaient ramené les asaris qui avaient offert leur vaisseau pour la mission. Et si globalement l'ensemble avait été parfaitement compris et acceptés, certains jeunes éléments ne comprenaient pas pourquoi ils n'y avaient pas été mêlés, eux qui s'entraînaient si durement pour ce genre d'activité. Miho avait dû traiter avec la frustration, expliquer certaines raisons, mais sans entrer dans certains détails. Elle ne tenait pas particulièrement à refiler des cauchemars inutiles à Eheti sur les pratiques de la mafia asari.

Passé la sécurité, et finalement libre de tout mouvement sur la Citadelle, Miho accompagna Seides et Eyma jusqu'à leur véhicule. Elle n'envisageait pas particulièrement de les suivre sur la longueur, surtout que la jeune asari voudrait sûrement se livrer à toute sortes d'activités touristiques sur place, mais moins encore en se disant qu'elle n'allait pas taper l'incruste dans les devoirs professionnels de Seides sans y être invitée. Un peu de politesse toute de même! D'ailleurs elle l'eut son invitation, aussitôt suivit de l'engouement d'Eyma.

"Il y a beaucoup de beaux endroits à visiter. Et toute une galerie de pièces détachées et de produits high tech."

Sa remarque avait été lancée sur le ton de la semi plaisanterie. Si Miho avait appris à connaître la Citadelle sous pas mal d'aspects, il fallait dire que son arrêt shopping préféré restait celui des boutiques liées aux technologies. Les fringues ou la décoration, très peu pour elle. Soit dit en passant, elle se demanda si Eyma, malgré une base d'à priori sur les lanoziens, ne serait pas curieuse de découvrir un peu leur culture, maintenant qu'une exposition dédiée à ce sujet était accessible. Mais d'abord, le devoir de Seides. Si l'asari, plutôt récalcitrante, se fit vite convaincre grâce à Evolution, à peu de chose prêt, Miho dû avoir la même expression qu'Eyma. Laissant cette dernière poser ses affaires, et à l'invitation du geth, la quarienne prit les commandes du véhicule. Pas besoin pour elle de demander le chemin de toute manière, elle avait déjà à plusieurs reprises fait quelques courses à la boutique de Seides. Notamment pour une très belle robe qu'elle avait eu le privilège d'arborer dans le cadre d'une vente aux enchères.

"D'ailleurs, Seides, comment ça se passe avec Evolution? Tout se déroule bien?"

Après tout elle avait bien le temps pendant le trajet de demander des nouvelles au geth sur le sujet, espérant qu'il soit possible bientôt pour toutes les espèces de s'y connecter. Elle voudrait bien proposer à ses membres d'équipage une mission en virtuel, afin que les plus jeunes vivent plus concrètement la prise de risque sur le terrain. La théorie c'était bien beau, mais ils ne s'étaient jamais pris une pratique dans la figure pour comprendre pourquoi leurs formateurs se montraient aussi durs.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 437
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 477.00 Points

Re: Passage éclair

Message par Seides » 22 Décembre 2018, 21:31

« Légende des couleurs »
gold = Podok Tar



Après son accord, Miho prit les commandes et s'engagea dans le flot de véhicule d'une main sûre.
Les manœuvres dont étaient capables les organiques l'impressionnait toujours. Les geths sont précis et vont à l'optimisation. Mais les mouvements qu'ils impriment aux véhicules ont quelques chose d'abrupte.
Au contraire, les manœuvres organiques, pour ceux qui maîtrisent leur sujet du moins, sont nettement plus fluide, elles semble tirer partie des capacités naturelles de l'engin. Miho avait ce talent.

A l'arrière Eyma n'avait d'yeux que pour le paysage, profitant de la vue, qu'elle soit sur les côtés, ou renversant la tête en arrière pour regarder ce qui se passait sur les bras opposés. Même si avec la distance il doutait qu'elle y voit grand chose. Néanmoins, elle avait une expression qu'il ne lui avait pas vu si souvent, un genre d’émerveillement.
Elle n'avait pas beaucoup voyagé, se disant qu'entre ses études, mais surtout sa vie précédente, elle avait besoin de stabilité. Une vie dans un vaisseau à servir d'esclave, puis sur une planète, à nouveau enfermée ou presque dans un vaisseau geth... Il s'était dit qu'elle serait plus heureuse enfin posée. Mais en la voyant il se rendit compte qu'il avait manqué quelque chose. Ou simplement oublié le besoin de diversité des organiques. Il faudrait qu'il remédie à ça dans le futur.

Ses réflexions furent interrompues par Miho qui lui posa une question sur Evolution :
"Pour autant que je puisse dire, ça se passe bien.
J'ai supervisé en profondeur les premières phase. La partie technique et sécuritaire avant tout. Pour la suite j'ai surtout laissé faire d'autres experts. En biologie et Podok pour tout ce qui est test. Nous somme actuellement dans ce que vous pourriez appeler une bêta fermée : nous avons fait appel à des testeurs de l'équipe de développement dans un premier temps pour les premiers casques, faire les premiers réglages et corriger les premiers bug.

Ca s'est passée de façon positive. Mieux que nous le pensions. Ce qui me fait dire que le Créateur qui a créé les interfaces permettant la visite du Consensus était plus que doué. Cette dernière s'est bien adaptée au Commandant Shepard lors de sa visite avec Légion, alors qu'elle n'était pas prévue pour une autre race. On avait même pas imaginé en avoir besoin pour ça d'ailleurs."


Il fit une pause en se demandant par quelle miracle cela avait été possible. Quelle inspiration avait présider à une interface aussi adaptative. La personne qui avait créé l'interface l'avait faite pour cibler non-pas des zones du cerveaux, mais des "flux de données" (il n'avait pas compris le terme biologique, mais avait interprété les explication ainsi).
Du coup l'interface lisait les "données" des sens du cerveau et envoyait ses propres impulsions pour simuler des sensations.
Du coup peu importait la race, il suffisait de trouver le bon flux et d'y injecter la sensation simulée et le tour était joué. Le plus long était finalement pour la machine d'apprendre qu'elles étaient les bonnes sensation. Il fallait une bibliothèque énorme de donnée car le "flux de sens" de la couleur rouge chez les Créateurs, n'était pas le même que pour les autres races. Chacun avait donc sa propre "bibliothèque" de sensation codées dans la machine.

Pour l'anecdote, lors des tests, les ingénieurs et techniciens s'étaient "amusés" à créer changer des sensations. Faire un délicieux gâteaux dans les mondes FD, avec un goût de matière fécal (le terme Full Dive s'était désormais imposé pour le différencié de la Réalité Virtuelle).
Seides avait jeté un œil attentif à ce genre de plaisanterie, mais s'était finalement abstenu d'intervenir. Le bizutage. Un truc au sujet de renforcer les liens d'un groupe à travers des plaisanteries. Même si certaines sont de mauvais goût (sans jeu de mot).

Le geth repris le fil de sa discussion avec Miho :
"D'après Podok nous avons bien avancé et nous sommes dans la deuxième phase de bêta fermé. Nous avons fait appel à un nombre restreint d'intervenants extérieurs pour tester notre système. Des spécialistes du jeu et de la Réalité Virtuelles. Quelques personnes de la presse spécialisée.
Tous on signé un accord de non-divulgation, extrêmement stricte et particulièrement désavantageux s'ils le brisait, comme l'implication automatique de leur société ou leur groupe s'ils en représente un.
Les individuels seront sur la sellette s'ils tentaient quoi que ce soit contraire à nos intérêts.
D'un autre côté, nous leur permettons la diffusion de quelques vidéos sur leurs impressions personnelles, mais uniquement sous notre stricte accord, avec un droit de regard sur ce qui est diffusé dans la vidéo.

Pour l'instant les gens jouent le jeu et seules deux personnes n'ont pas respectés l'accord. Elles pensaient certainement pouvoir récolter quoi que ce soit des exclusivités de vidéos sur leurs premières sensations. Elles ont dû estimer que le temps que nous réagissions les infos qu'ils divulgueraient feraient assez vite le tour de l'extranet pour que nous ne puissions rien y faire et simplement acquiescer.
Ces personnes n'ont pas mesurer la capacité des geths à pouvoir surveiller tous ce que ces personnes pourraient sortir sur leurs média de communication et dans les secondes qui ont suivies leur compte été verrouillé, leurs informations supprimée.


Il était peu coutumier pour Eyma de voir son père aussi sévère. Encore moins d'avoir ce ton satisfait en parlant de telles choses, ce qui la décrocha un instant de sa contemplation pour le regarder. Visiblement, ce projet lui tenait très à cœur...

"Aujourd'hui, ces personnes sont sous le coup de poursuites, interdite de diffuser quoi que ce soit à titre professionnel et tous ceux qui voudraient leur ouvrir leurs portes, menacés de la même censure.
C'est du moins ainsi que Podok Tar à gérer cette affaire. Et il semble visiblement s'y entendre."


Il se tourna vers Miho :
"Néanmoins, je pense qu'il va falloir tous de même lui dire de ne pas pousser. Il ne faudrait pas que notre bon droit se transforme en répression, vous ne croyez pas ?"
Eyma reprit son observation à travers la vitre avec un sourire. Tout allait bien, il était toujours lui même.


Pendant qu'ils parlaient, la Quarienne les avait amenés à destination.
Ils descendirent, prenant leurs bagages et se dirigèrent vers la double porte de l'entrée.
La devanture d'Avenir avait d'ailleurs bien changée. Un fronton surplombait l'entrée, avec prenant tout le centre au dessus du nom de la boutique, lui même du tronc à la tête, son optique brillant d'une pâle lueur, alors qu'il avait les deux mains écartées, au dessus du mot AVENIR, dont les lettres changées pour des thèmes élémentaires, feu, eau, nature, éclair, terre, lumière...

Sur leur droite, le panneau se prolongé tout le long de la boutique. On pouvait y voir une représentation de Tila en taille 1:1, de trois-quart, le bras opposé à eux croisé sous sa poitrine, sa main retenant le coude de son autre bras qui était levé, un doigt de sa main posé sur sa lèvre inférieure. Son sourire coin était charmeur et son visage semblait regarder directement vers les passants, comme une invitation. Elle était dans une robe noire, sobre mais très élégante, qu'elle avait portée lors de la venue de Layla Archer et sa compagne à Avenir sur Rannoch.
Puis tous le long du panneau, des Créatrices en combinaisons holo avec ou sans partie ouvertes et en fond une vue d'une falaise au-dessus de la quelle tronait Nady’Zah.

De l'autre côté de l'image de Seides et du nom de la boutique, Podok Tar été représenté dans son habituel costume doré, de face, une main dans la poche de son pantalon, l'autre reprenant le mouvement de la représentation de Seides, une main ouverte, paume vers le haut qui semblait présenter la suite du panneau.
S'ensuivait quelques représentations de femmes en robes d'Avenir, mais la moitié du panneau était caché par une brume sombre qui semblait éclairée de l’intérieur par des éclairs.
Ces éclairs mettaient en lumière des morceaux de mots réparties ici et là dans la brume, à force de captures d'image et de recompositions, le Synthétique fini par obtenir :

EVOLUTION
elle rendra tout possible

Il y avait également des mots qui étaient là pour intriguer, comme rêve, illusion, potentiel, infini, sans limite et même FD, terme qu'ils avaient lancés pour surtout faire parler. Moins les gens en savaient, plus ils avaient envie de savoir. Du coup il fallait régulièrement lancer quelque chose à ronger aux gens pour s'assurer que l'attente de son projet restait forte.
Du moins c'est ainsi que Podok le lui avait appris.

Eyma de son côté avait un sourire d'une oreille à l'autre :
"Bin dis donc ! Tu m'étonnes que tu es connu avec un truc comme ça !"
En effet, les passants ralentissaient en regardant tour à tour le geth et sa représentation plus haut, et commençaient à s'exiter en se rendant compte qu'il pourrait bien être celui qu'ils pensaient.

"Entrons." fit le geth sans plus de commentaire. Il n'avait pas spécialement envie de devoir faire une séance d'autographe. Pas plus que la notoriété dont il allait immanquablement jouir. Plus question d'être discret dans la Citadelle visiblement...

Les portes glissèrent sur le côté à leur approche, sur un Podok qui était tout sourire :
"Monsieur, quel plaisir de vous voir. J'espère que vous avez fait bon voyage." dit il en lui serrant la main.

Il se tourna vers Eyma : "Mademoiselle. Depuis le temps que Seides parle de vous. Je suis Podok Tar, gérant d''Avenir sur Rannoch et d'Evolution. Enchanté." il tendit également la main vers l'Asari. Celle-ci la prit obligeamment, amusée par les manières du personnage.

Puis se tournant vers la Quarienne cette fois : "Mademoiselle Shakti, c'est un plaisir de recevoir la présidente de la Coopérative dans nos murs. Mais d'avoir appris que vous étiez en plus l'amie personnelle de notre patron... Avoir deux illustres personnes qui comme par hasard se connaissent... Je peux dire que je suis arrivé à un point culminant de ma carrière grâce à vous ! "
Le sourire d'Eyma fût rejoins par des yeux brillants à ce stade. Elle aurait bien rit devant autant de démonstration, mais se contenta de discrètement se mordiller la lèvre inférieure.

Revenant à Seides : "Que puis-je faire pour vous ? Un rafraîchissement peut-être ?"
Avant qu'il eu pû répondre, Eyma s'écria : "Evolution!" faisant sursauter Podok par la même occasion et se tourner la tête de Seides, qui temporisa auprès du Galarien déjà :
"Le privé, les affaires, puis la détente." dit il en guise d'explication.
Puis vers Eyma : "J'aimerai que tu poses les bagages, pendant que je discute avec Podok. Tu pourras voir Evolution après." Eyma fit une petite moue, mais obtempéra.
Finissant par Miho : "Créatrice Shakti. Si vous voulez profiter des installations, nous avons une chambre d'ami de libre En attendant vous pouvez également tester Evolution pour vous faire une idée.
Si quelque chose vous plait dans la boutique, n'hésitez pas à m'en faire part."

Eyma renchérit : "Oui, ça sera sympa. En plus, il paraît que c'est pas mal en plus."

De fait elle n'avait jamais mit les pieds dans évolution Citadelle, mais Seides lui avait montré quelques pics.

Pendant qu'Eyma et Miho partaient de leur côté, Seides et Podok se mirent dans un coin pour discuter : "Avant que nous commencions, j'aurai bien aimé parler de cette histoire de privilège d'entrée de la Citadelle."
Dernière édition par Seides le 22 Janvier 2019, 17:49, édité 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
Seides
Papa Geth

Papa Geth
 
Message(s) : 312
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Créateur d'Avenir et d'Evolution
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 138.00 Points

Re: Passage éclair

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 27 Décembre 2018, 18:25

Finalement le projet de Seides avançait plutôt vite. Déjà les phases de test avaient commencé. Les capacités du Consensus a intégré du matériel d’origine biologique dans son système était en soi assez miraculeux, comme avait pu en attester l’incursion du commandant Shepard pendant la guerre. Mais cela ne lui paraissait pas si étonnant en vérité, quand elle pensa que les geths avaient été créés par des quariens. Il devait certainement y avoir également une volonté d’en venir à pouvoir transférer une conscience quarienne à une machine. Une sorte de quête de l’immortalité peut-être ? En soi, ce serait particulièrement organique comme concept. Mais de là à rendre l’ensemble compatible pour toutes les espèces, il y avait encore de quoi travailler.

« Le créateur d’origine y voyait certainement plus qu’un simple consensus. »

En tous les cas, Seides ne plaisantait pas avec la protection contre l’espionnage industriel. Si Miho pouvait trouver tout ça un peu excessif, elle en comprenait aussi la raison. Elle n’y voyait pas que l’intérêt purement commercial, mais aussi tout ce que ça pouvait impliquer si un tel projet tombait entre de mauvaises mains alors qu’il n’était pas encore finalisé, et que ses sécurités n’étaient par extension pas encore complètes. Mais ces précautions paraissaient tout de même excessives pour Seides. Il était plus organique qu’il n’y paraissait sous bien des aspects.

« On parle d’une technologie qui recrée un consensus et permet d’accéder et de manipuler les ondes cérébrales… Même si ces précautions ont l’air extrêmes, il suffit d’imaginer ce que pourrait en faire des gens à l’éthique douteuse pour en comprendre la nécessité. »

Elle jeta un court regard au geth, mais sa tête, le souvenir de Cerberus qui déjà se jouait d’eux sans même avoir ce genre de technologie, restait douloureusement vivace. Alors elle comprenait ce Podok quand elle ralenti pour se parquer devant la boutique. Le panneau avait gagné quelques indications supplémentaires avec le teaser d’Evolution, qu’elle observa quelques secondes après être sortie du véhicule. Mais son attention dévia rapidement sur des passants très intéressés par Seides, version d’orgine qui faisait écho à celui de la devanture. Effectivement, mieux valait ne pas trop s’éterniser sous peine de voir le geth pris d’assaut par une horde de fanatiques. Quoique l’idée avait de quoi être amusante.

Ils furent accueillis avec une quantité impressionnantes de courbettes verbales. Certes, c’était souvent dans les habitudes des personnes de ce milieu, mais Miho ne pouvait s’empêcher de sentir une désagréable impression, presque viscérale, quand il en vint à Eyma, puis à elle. Pourtant, bien loin d’en montrer quoi que ce soit, elle serra à son tour la main du galarien, jouant de façon bien plus modérée, le même jeu que lui.

« Podok Tar ! Quel plaisir de vous rencontrer, j’ai tellement entendu parler de vous. »

Ce qui était vrai en un sens. Son nom était revenu plusieurs fois, d’une manière ou d’une autre. Mais il s’agissait des affaires de Seides, et bien qu’elle aurait apprécié l’opportunité de laisser traîner ses oreilles pour en savoir plus sur le pourquoi du comment des privilèges du geth, elle comprenait aussi que pour le moment, ça ne la regardait pas.

« Oh, j’ai toujours l’Erakis pas loin. Mais je vais volontiers accompagner Eyma, avant d’en découvrir plus sur Evolution. »

Elle avait beau ne pas être aussi expansive que l’asari, Miho n’en demeurait pas moins très intéressée par le concept. Elle hocha la tête au commentaire final sur ls vêtements, même si elle se garderait bien de s’attarder sur ce sujet. Après tout, rien ne l’empêchait de faire ses emplettes plus tard, comme n’importe quelle cliente. Pour le moment, elle se contenta d’attraper les bagages à sa portée pour suivre Eyma. S’élipsant avec la jeune fille, elle attendit de ne plus être à portée du binôme professionnel pour demander, l’air de rien.

« Dis-moi, Eyma… Tu en sais beaucoup sur Podok ? Je veux dire, même si tu ne l’avais jamais rencontré avant maintenant. »

Miho en mode fouinasse.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 437
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 477.00 Points

Re: Passage éclair

Message par Seides » 02 Janvier 2019, 19:25

Le synthétique ne répondit rien à Miho. C'était pure spéculation de savoir ce qui avait motivé cette interface. Etait-ce même le Créateur originel? Et si c'était un geth qui avait fait ça pour que les quariens puissent venir dans le Consensus comprendre leur création?
On pouvait penser qu'il existerait des enregistrements, mais à l'époque les geths en tant qu'individu était un amas de programmes qui pouvait, en étant assez, former ce qui se rapprochait à l'époque d'un individu capable de créativité. Peut-être qu'un de ces tas de programme avait convaincu une part suffisante d'autre programme du bien-fondé de son approche, que les capsules avaient été faites et que les geths étaient passés à autre chose. La notion d'importance historique n’existait pas chez les geths à l'époque. Le principe d'être visionnaire non plus.
Peut-être que comme bien d'autres choses, ces capsules ont été créées en prévision d'un éventuelle besoin, puis archivée en attendant qu'on est besoin d'elles. Fin de l'histoire... Jusqu'à Légion et Shepard.

La conversation se poursuivit sur le thème de la sécurité des ses installations. Là encore, le geth n'avait que peu de choses à dire:

"Certe, mais je vais être très égoïste en vous disant que l'utilisation mal intentionnée de cette technologie m'inquiète moins en réalité, que son éventuelle utilisation au dépend du Consensus. Je protège les miens avant tout.

J'aimerai que ce savoir reste entre nous néanmoins."


Il se tourna vers Miho et surtout Eyma pour bien appuyer sa requête. Il faisait confiance à la quarienne, mais sa fille pouvait lâcher l'idée sans y prêter attention. Et elle était distraite, ce qui n'arrangeait rien, mais finit par tourner la tête vers son père et faire un:

"Oui, oui", avant de se tourner à nouveau vers l'extérieur.

Finalement arrivés à Avenir, ils débarquèrent et Seides pût laisser son invité aux bons soins d'Eyma, elle même à ceux d'une des employées Asaris qui faisaient l'accueil.
Le geth demanda à parler en priver au directeur d'Avenir sur la Citadelle, qui l'emmena dans son bureau à l'étage.

"Alors?" fit le galarien: "Qu'est-ce que je vous sers patron?" dit il avec une trace d'humour dans la voix.
Les organiques aimaient lancer une conversation sur une note d'humour. Particulièrement s'ils étaient nerveux. Hors, Seides exigeait rarement une conversation privée de travail, ce qui ne devait pas rassurer le galarien.

"J'accepterai quand j'aurai créé des corps synthétiques avec toutes les fonctions organiques: sens, alimentation, digestion, déjection. Reproduction qui sait?" Le galarien considéra son boss un instant, avant de répondre:

"Avec un autre, j'aurai ris, mais avec Evolution j'ai découvert que la science n'était pas étrangère aux miracles." Le geth haussa les épaules:

"Plus tard peut-être. Je pense qu'Evolution va m'occuper une bonne partie de mon temps d'activité." Il pût voir son directeur réfléchir furieusement à la question, se demandant si il se moquait de lui ou s'il était sérieux et dans ce cas les implications. Seides poursuivi sur le thème qu'il voulait aborder:

"Podok, je voulais parler de cette histoire de passage accéléré. Bien que nous allons probablement monter en gamme avec Evolution, s'il marche comme je pense qu'il va le faire, j'aimerai garder cette image d'accessibilité et de proximité avec tout à chacun. Hors, si nous nous offrons des passes droits après des autorités, nous prêterons le flanc à une critique. Même si je ne doute pas de la bienveillance de vos intentions."

Le galarien en face de lui pinça un peu les lèvres avant de répondre sur un ton détendu: "Je comprend votre point de vu. Néanmoins, Je n'ai pas tiré de ficelles en ce qui vous concerne. J'ai simplement... Comblé un petit oublie de votre part... Et fait accéléré un peu les choses tout au plus.
Je pense que si vous vous voyez encore très proches de vos "Créateurs" vous oubliez que vous êtes maintenant entré dans le monde des affaires depuis un moment. Et sans vouloir la critiquer, malgré toutes ses qualités, votre co-gérante d'Avenir ne semble pas avoir mes aptitudes dans ce domaine. Ou du moins pas à un niveau galactique.

Hors votre passage, c'est à une accréditation commerciale que vous la devez. Il existe beaucoup de procédure tout à fait légales pour faire transiter rapidement des marchandises, pour peu qu'on les scelles comme il faut à l'intérieur de l'espace Concilien, qu'il ne fait que le traverser sans arrêt et que les scellés sont en place à l'arrivée. Hors il existe les même procédure pour les commerciaux dans notre genre. Il serait idiot de faire accélérer le passage des marchandises, mais qu'on ne gagne pas de temps parce que l'homme d'affaire qui les accompagnes est bloqué pour une raison ou une autre.

Vous possédez maintenant ces accréditations. J'aurai pensé que... Disons que vous étiez au courant."


Nous il ne l'était pas, mais Podok avait raison. Il avait déchargé toutes les affaires courantes ou presque à Tila et avait beaucoup de lacune à son niveau:

"Je vois. En effet, je n'étais pas au courant et votre remarque sur les compétences de la Créatrice Salira ne sont pas dénuée de fondement. Bien qu'en ce cas, il faille m'associer à ces manquements.

Néanmoins, qu'en est il de la Créatrice Shakti? Ou de ma fille?"

Podok eu l'air moins assuré:

"Il n'est pas rare d'associé un de ses proches lors d'une visite d'affaire. Il suffit de prévenir les autorités et c'est relativement toléré pour une ou deux personnes. Et Melle Shakti doit certainement avoir son propre passeport d'affaire."
Donc, il y avait bien eu un petit "tarif préférentiel", faite passer deux personnes pour le prix d'une. Néanmoins, il ne pouvait pas blâmer les intentions de Podok, sous peine de lui faire perdre son sens de l'initiative:

"J'en prend note et je me chargerai de ces démarches la prochaine fois. Si vous pouviez m'envoyer la note qui les régis, j'apprécierai. Tout comme la voiture de location, merci également pour ce sujet."
Le galarien repris le sourire, pensant qu'il avait plutôt bien fait. Il retint un instant son patron, voulant visiblement aborder un sujet:

"Je voulais aborder le sujet des tests. Les prototypes sont finalisés et les tests internes se passent bien. Peut-être pourrions nous avancer la prochaine phase, ce qui aurait des retombées positive dans le domaine..." Le geth comprit rapidement où il voulait en venir et fût un peu plus abrupte cette fois:

"Non. Nous n'avancerons pas le calendrier des phases de test."
Le galarien tenta tout de même de négocier:

"Nos spécialistes médicaux sont très optimistes et nos techniciens compétents et positifs sur leur capacité à corriger le peu de défaut des masques. Plus tôt nous pourrons commencer les phases de bêta fermé, avec un personnel trié sur le volet, plus tôt nous pourrons faire les annonces. Le peu que vous avez dit est déjà beaucoup et l'extranet voit fleurir des sujets sur le peu que vous avez dit.

Surfer sur cette vague positive ne peut que profiter à l'entreprise."

Le geth secoua de la lampe, autant pour confirmer sa négation que par dépit:

"Non.
Je vous pris de suivre le calendrier et surtout de laisser chacun faire le nombre de tests requis. S'ils doit y en avoir des supplémentaires, envoyez les moi pour que je prenne une décision ou prenez l'initiative en me prévenant simplement si vous le jugez urgent. Mais Avenir et moi même, avons une image positive. Il m'importe peu des retombées financières ou médiatiques. Encore moins de l'attente des gens. Pour l'instant ils ne savent rien et sont surtout dans l'expectative. C'est mon simple statut de geth qui les fait se demander ce que je prépare. Mais ils n'en sont pas à exiger ou réclamer quoi que ce soit. Nous ne sommes pas pressés.

Le planning sera adapté, mais uniquement sur la base des tests. Pas de notre envie de sortir notre produit aussi vite que possible."


Le galarien soupira, croisant les bras, avant de commencer à faire les cents pas devant son bureau:

"Je dois vous dire que nous avons été... Approchés par les instances militaires. Le peu que vous avez dit semble déjà leur mettre la puce à l'oreille. Rien de grave, quelques questions lors d'événements communs ou d'un gradé quelconque qui accompagne sa femme à l'occasion.
Il est possible que certains ont tenté de jouer de leur statut pour me tirer les vers du nez, par pure curiosité. Mais d'autres ont eu des questions précises.
Ça et le fait que certains employé d'Avenir ont également eu le droit à des questions, généralement de manière non-officielle, un employé quelconque de leur gouvernement qui vient les voir pour un papier quelconque, mais pose de drôles de questions.

Cela inquiète.
Les employés d'Evolution n'ont pas eu trop de soucis, mais leur statut est secret, ce qui rend les choses plus simples. Mais ils entendent ce qui arrive à leurs collègues..."

Cette fois, l’intérêt de Seides fût piqué. Il n'aimait pas la manière dont les gouvernements s'y prenaient, mais il attendait cette nouvelle depuis un moment. Il était juste un peu étonné qu'on ne vienne pas le voir en direct.

Il réfléchit un instant avant de répondre:
"Très bien.
Veuillez rassurer nos employée d'Avenir sur le fait que nous ne faisons rien d'illégal. S'ils se font harceler d'un peu trop prêt demandez leur de porter plainte, sous la protection juridique que vous avez mit en place et qui me semble solide. Offrez des garanties à nos employés qu'ils ne seront pas inquiété pour leur emploi, même si une plainte officielle d'un gouvernement tombe.

Dites aux employés d'Evolution que leur fidélité et le respect du secret de ce projet est apprécié, tout comme il est essentiel. Tout comme il est stipulé dans le contrat, ils seront justement récompensés et obtiendront une garantie d'emploi une fois Evolution lancé.

En ce qui vous concerne, dites en le minimum. Confirmez également la légalité du projet, que le peu de paroles que j'ai prononcé sur le sujet sont justes. Et commencez à faire entendre que la nature du projet est civil, mais pourrait avoir un gros intérêt militaire."


Le galarien hocha de la tête de temps à autre, finissant par s’asseoir derrière son bureau pour prendre des notes. Il avait compris que son employeur ne prenait pas ombrage de le voir s’assoit pendant que lui même restait debout, si c'était pour des raisons pragmatiques. Comme bosser.
Un sourire fleurit sur son visage à la demande le concernant. Seides avait remarqué depuis un moment qu'il aimait à manipuler l'information et avoir un atout que les autres n'avait pas. Il aimait par dessus tout jouer des mots et dévoiler tout juste le bout de la carte qui dépasse de sa manche, un tout petit peu plus s'il perdait son auditoire ou sa cible, mais sans jamais la retourner.

De ce point de vu, le galarien était une bénédiction:

"J'ai fait le tour de la question. Si vous voyez autre chose, foncez si c'est une occasion à prendre, faites m'en part si vous pensez que la société dans son ensemble pourrait être impacté. Comme d'habitude.

S'il n'y a rien de plus, je propose que nous nous attaquions aux rapports de ces tests.
Faites réunir les équipes qui ne sont pas en pleines analyse ou en train de faire diriger une plongée."

Le galarien hocha de la tête, toujours avec le sourire, certainement toutes les petites machinations qu'il allait mettre en place pour se constituer un auditoire réceptif aux prochaines annonces d'Evolution:

"J'ai prévenu les équipes techniques de votre venue. Nous avons fait en sorte d'avoir un minimum de test aujourd'hui, il n'y a plus qu'à descendre."

Un hochement de tête plus tard et une poignée de marche plus bas, les deux dirigeants pénétraient dans la salle et commençaient le débriefing des derniers mois.


*
**
***



Quelques minutes plus tôt


Suivant le déhanché de l'asari qui les précédés Eyma réfléchit à la question de Miho.
Elle n'avait toujours pas répondue lorsque l'employée ouvrit la porte sur un grand appartement tout en longueur.

Sur le ton crème, elle était ouverte et les chambres étaient dans le fond.
face à eux, sur la droite de la pièce une cheminée (fausse évidemment) qui était dans un large carré creusé dans le sol qui faisait un genre de large gradin carré de 4mx4m, avec des coussins pour se détendre.
En face de la cheminé un large divan et quelques fauteuil face au large écran holo.
Plus loin sur la gauche une cuisine ouverte, avec une tablette de bar qui prennait deux côtés.
Face à la cuisine, la salle à manger avec une table longue et ses chaises.

L'asari prit le temps d'expliquer les détails du fonctionnement de la domotique de l'appartement, en leur disant qu'elles pouvaient commander via l'IV ou l'un des écrans holo de l'appartement et qu'elles seraient servie aussitôt que possible.

Une fois retirée, Eyma fonça vers l'une des deux chambres. Elles étaient jumelles, avec un grand lit deux places, une large tablette qui prenait un pan de mur et servait de bureau, avec deux chaises. Les rangements étaient derrière des panneaux coulissants et l'on pouvait régler les murs pour qu'ils affichent un large choix de paysage ou créer une fènêtre sur ce qui se passait en face de la boutique.

"La classe quand même." Elle se lança sur le lit, se retournant en l'air et atterrissant sur le dos, dans un "flop!" d'édredon maltraité. La jeune femme soupira d'aise: "Des fois, je suis contente d'être une gosse de riche."
Jamais très longtemps inactive, l'asari se leva et prit la valise qu'elle avait lâcher à l'entrée, avant de se mettre en tête de la défaire et poser ses affaires dans les rangements.
Elle en profita pour répondre à Miho:

"Je voulais pas répondre devant l'employée, mais en gros je sais pas grand chose.
Je m'occupe de ce qu'il fait, papa je veux dire, mais... C'est pas comme si je faisais partie de l'entreprise. J'ai un droit d'avis sur ses créations, il ma raconte parfois des trucs sur certains de ses employées ou quand je lui demande des nouvelles de Tila ou Sati. Mais c'est bien tout.

La seule fois où on a discuter du Podok Tar, c'était quand il m'a annoncé qu'il avait trouvé son gérant pour la Citadelle. Ca m'a un peu embêté qu'il choisisse pas Tila à un poste de cette importance, mais... Je me suis laissée dire qu'elle voulait peut-être pas quitter la planète."
Elle rongea un ceintre en tournant la tête vers Miho et en lui faisant un clin d'oeil:

"A part ça il m'a dit qu'il avait un CV impressionnant, les mots de Tila qui avait un oeil plus exercé sur la question. J'ai moi même regardé, mais j'y ai pas saisi grand chose.
Quand je lui ai demandé pourquoi il n'avait pas gardé son précédent job, il m'a dit que le galarien avait eu des ennuis et qu'il cherchait à se refaire.

Bon, il l'a pas dit comme ça, mais c'est une histoire avec la cour du commerce Concilienne et c'est comme ça que je l'ai compris."


Et c'était à peu prêt tout ce qu'elle savait...

Après avoir rangé ses affaires et qu'elles aient regardée les services (ainsi que l’impressionnante carte de dessert lévo comme dextro proposée), Eyma proposa de descendre rejoindre son père à Evolution. Et s'il n'y était pas... Ce n'était pas bien grave, elle l'attendrait avant d'aller manger.


*
**
***



Passant un portique de sécurité posé, mais ayant encore des emballages autour elle débarquèrent dans une grande salle. Elle était bien éclairée et quadrillé de boites posée au sol tout les quelques mètres.
On pouvait voir dans le fond que ces boites étaient en faite les capsules de Full Dive et une quinzaine dans le fond étaient déjà installées et quatre ou cinq étaient fonctionnelles.

Ces pods en marche étaient tous entourés de technicien visiblement et de types ressemblant à des médecins.
Certaines capsules étaient fermée et les gens autours regardaient les écrans d'ordinateurs installés sur des chariots amovibles. Devant celles ouvertes, il y avait une personne en combinaison intégrale recouverte de capteurs qui discutait avec les techniciens.
Seules deux pods étaient ouverts avec une asari et un turien en combinaison.

Le père d'Eyma était dans le fond, face à une longue console avec de nombreux écrans discutant avec un geth inconnu, ainsi qu'avec un humain, un galarien et un turien.

En s'approchant Seides leva la tête:

"Eyma, Créatrice.
Si vous venez pour un tour gratuit, je vous demanderez de bien vouloir patienter.

Vous pouvez regarder et vous installer, mais je vous demanderai de ne rien activer de vous même et de ne pas déranger les équipes techniques pendant que j'en fini ici."


Les yeux de l'asari se mirent à briller en entendant ces paroles. Elle savait que son père ne lui ferait pas le coup de lui montrer le paradis pour lui en fermer les portes!
Avatar de l’utilisateur
Seides
Papa Geth

Papa Geth
 
Message(s) : 312
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Créateur d'Avenir et d'Evolution
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 138.00 Points

Re: Passage éclair

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 13 Janvier 2019, 16:49

Miho ne fut pas particulièrement étonnée par l’absence de réponse émanant d’Eyma. Il fallait dire qu’elles n’étaient pas seules et que certaines choses se partageaient mieux sans témoin. Aussi ne releva-t-elle pas particulièrement ce détail pour le moment. Au lieu de ça, elle en profita pou observer autour d’elle le rapide cheminement vers les appartements privés de Seides. Ce n’était pas la quarienne qui irait faire des commentaires sur le fait d’avoir un domicile trop proche de son lieu de travail, pour elle qui vivait Erakis l’écrasante majorité de son quotidien. Mais il fallait avouer qu’un appartement sur la Citadelle, ça avait nettement plus de gueule qu’une cabine de capitaine à bord d’une frégate, aussi moderne qu’elle soit.

Elle s’écarta de quelques pas, pour poser les bagages qu’elle tenait hors du passage, et surtout libérer l’espace pour permettre à leur guide asari de s’éclipser par la suite. Elle n’écouta les explications des détails de l’appartement que distraitement, puisqu’elle ne comptait pas particulièrement s’y attarder. Ce pied à terre concernant bien plus Eyma, et Seides, dans une certaine mesure. Elle doutait que le geth puisse profiter autant des options de cette habitation que sa fille.

Au lieu de ça, Miho se contenta de contempler la déco, sobre mais élégante. Les choix de Seides ou d’un décorateur ? A moins qu’Eyma n’y ait aussi mis un peu de sa patte. En tous les cas, elle s’attarda un peu sur la fausse cheminée, qui devait offrir des soirées cocooning bien sympathiques, avant de se reporter sur la cuisine, qui ne devait probablement jamais servir quand la fille du geth n’était pas là. Elle ne s’interrompit que pour saluer leur guide avant qu’elle ne s’en aille. Le « pof » caractéristique d’un corps chutant sur un lit la fit sourire. Elle revint alors sur ses pas pour récupérer les bagages laissée dans l’entrée pour les apporter dans la chambre qu’Eyma allait très certainement occuper pendant son séjour.

« Ça a ses avantages.»

Indéniablement, avoir une famille qui avait des moyens pouvait considérablement faciliter la vie. Parfois un peu trop pour certaines personnes. Mais après son vécu, quelque chose disait à Miho qu’Eyma avait mérité cette part de facilité. D’autant plus qu’elle le rendait à son père à coup de leçons strictes et bien encadrées. La jeune asari était encore très loin du cliché de gosse de riche pour lequel tout est naturellement acquis sans avoir à fournir d’effort particulier.

Les bagages posés, elle s’avança de quelques pas, contemplant la sobriété de l’espace. Et dire que Tila lui faisait des commentaires sur son style à bord de l’Erakis… Bon, il y avait les murs à décorations modulables, certes. Mais le choix de décor n’était pas nécessairement plus éloquent sur la personnalité du propriétaire des lieux. Enfin, cela restait un appartement secondaire après tout. Et très agréable à vivre, de surcroit. Elle se reporta naturellement sur Eyma quand elle apporta finalement une réponse à son interrogation première. Pas devant une employée, elle s’en était douté. Mais ce qu’elle remarqua surtout, c’était que, sans exclure sa fille pour autant, Seides avait parfaitement su différencier vie professionnelle et familiale. Elle eut un petit sourire amusé face au clin d’œil de l’asari à l’évocation de Tila. Son amie avec bien des raisons de rester sur Rannoch. Elle aussi devait concilier vie professionnelle et privée, et parfois ralentir l’un permettait de développer l’autre. Miho était très loin d’être elle-même un critère.
Quant à ce qui concernait Podok, sans avoir l’air particulièrement analytique sur les détails apportés par Eyma, la quarienne n’en manquait pas une miette. Tila avait vu le CV, Seides l’avait embauché. Pourtant, le galarien ne devait pas être au-dessus de tout soupçons à en croire l’asari. Quelques petits problèmes d’ordre légaux avaient l’air d’entacher la carrière pourtant intéressante de Podok.

« Ah bon. »

Si Miho avait lâché ces mots sur un air un peu naïf, il n’en demeurait pas moins qu’elle considérait dès lors le galarien comme quelqu’un d’intéressant. Pas forcément digne d’une confiance aveugle ceci dit, mais bon. Après tout, elle était mal placée pour juger quelqu’un sur ses écarts, elle qui avait eu pour sale manie de contourner ou ignorer les règles assez régulièrement. Et puis, si Seides avait finalisé un contrat de travail, c’était qu’il avait pris ses précautions au préalables. Pour que Tila même n’y appose pas son véto, il devait être convaincant sur ses intentions. Bref, pas de quoi s’inquiéter pour la quarienne. Et puis, ce n’était pas comme si ça la regardait de toute manière. Sans en chercher d’avantage, Miho donna un coup de main à Eyma pour ranger ses affaires et la laissa se donner un avant-gout des possibilités de commandes avant d’acquiescer pour aller rejoindre Seides.

Plus tard, après être redescendue, tout un nouvel environnement bien loin de la mode s’offrirent à elles. Une fois le portique de sécurité passé, Miho repéra immédiatement les capsules au loin, de même que les personnes équipées et effectuant certainement les tests sur ce consensus bis. Apparemment, certaines mesures ou prises d’informations sur les sensations devaient certainement avoir lieu. Du coin de l’œil, elle remarqua avec amusement l’engouement d’Eyma pour l’installation et ne pouvait non plus nier que, de son côté, la perspective de tester un tel divertissement la rendait elle aussi un peu impatiente. Néanmoins, elle ne voulait pas prendre le risque de nuire au travail de son ami geth. Elle hocha donc la tête à ses paroles et se recula de quelques pas pour s’éloigner et éviter de finir dans les pattes du personnel en pleine action. Cependant, elle ne se contenta pas de rester dans son coin et se balada autour des différents emballages pour y jeter un œil curieux, veillant à ne rien toucher pour autant. Qui savait quels réglages avaient pu déjà subir ces machines et quel était leur degré de sensibilité ? Une série de questions lui traversa l’esprit mais, bien loin de vouloir gêner Seides, elle attendit tout de même que ce dernier finisse pour revenir près de lui et lui demander.

« Donc… Il est possible de manipuler les sens et perceptions des personnes en plongée dans ce monde virtuel… Jusqu’à quel niveau ? Je veux dire… Est-il possible par exemple de modifier les schémas de pensée jusqu’à faire oublier aux personnes qu’elles sont dans un monde virtuel ? » 

L’esprit retors de Miho imaginait déjà une simulation pour son équipage, dans laquelle tous oublieraient être hors de la réalité, de manière à pouvoir réellement éprouver leurs réactions face au stress d’une situation inextricable, sans que les réflexions ne soient influencée par la conscience de n’être « que dans un jeu ».
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 437
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 477.00 Points

Re: Passage éclair

Message par Seides » 14 Janvier 2019, 10:21

Lorsqu'il fût disponible, il se tourna vers ses invités.
L'une et l'autre regardaient avec curiosité les machines, des variantes des capsules que les locaux du Consensus geth utilisait. Juste quelques sécurités en plus et des moyens de monitoring de la physiologie des utilisateurs et quelques modules permettant de retransmettre l'expérience de l'utilisateur sur un écran.

Eyma batifolait, n'hésitant pas à tripoter un peu, mais sans volonté de désosser une capsule. Ce n'était pas vraiment son domaine, juste de la curiosité.
Il fallait dire que Seides commençait à comprendre les concepts qui avaient permit le transfert de conscience vers un serveur virtuel. Néanmoins, il ne saisissait pas la totalité de processus, n'étant pas un médecin ou encore moins un professeur de la physiologie et la psyché organique. Il avait laissé cette partie aux spécialistes, s'étant spécialisé dans la partie virtuelle du système.

Lui et une poignée de geth à son service avaient travaillé d'arrache-pied pour proposer un rendu des sensation fidèle, pendant que "dehors" les techniciens, ingénieurs et spécialistes perfectionnaient l'interface permettant d'y accéder.
Une fois la connexion fonctionnelle et stabilisé, il avait mit en branle l'interface qui allait permettre aux personnes du monde réel de pouvoir dialoguer avec les IA dans les mini-conscensus. Puis était venu la partie développement à proprement parlé, qui permettait maintenant à tout à chacun, IA dans les serveurs et personnes à l'extérieur de pouvoir créer dans ce monde, bien que les geths intégrés avaient la main en permanence et corrigeaient les erreurs, faisant en sorte qu'il n'arrive rien de fâcheux.
A ce stade, Seides avait estimé qu'on pouvait parlé d'Evolution comme d'une création à part entière, car même si les geths avaient un accès privilégié et pratiquement libre à ce serveur, les différences marquantes en faisaient quelque chose de différent. Comme parlé d'un geth et d'une IA non-geth en quelque sorte.

Finalement ces étapes passées ils en étaient rendu à aujourd'hui : des phases de béta-test fermées internes (expression utilisée par les organiques. Un classique apparemment), ne concernant que le staff d'Evolution.
Ces phases allaient bientôt finir, ce qui allaient amener au béta-test fermées, mais incluant quelques personnes extérieurs. Ces gens étaient triées sur le volet, ne laissant uniquement passer que celles qui seraient en mesure de tenir parfaitement leur langue et respecteraient globalement la NDA. Cette dernière laissaient quelques coudées franches pour commencé à suggérer ce que les testeurs vivaient.

Cette partie allait être le bébé de Podok, spécialiste en communication et publicité. Ça allait être le début d'Evolution en tant que produit et pas juste rumeur. Bref, bien avant la sortie du produit, on en était déjà à le vendre au reste de la galaxie, ou du moins à vendre l'idée. Et la NDA, bien que restrictive, permettait aux testeurs quelques choix de mots en ce sens. Globalement on allait conseiller de montrer à Avenir ce que les gens allaient diffuser sur le sujet pour éviter les problèmes.

Mais on parlait du futur et présentement, Miho lui avait posée une question.
Le synthétique avait laissé Eyma aux bons soins de Podok, qui fronçait déjà les sourcils sous le déluge de question de l'asari, qui avait de toute façon déjà entendu la réponse qu'allait fournir son père. Néanmoins il ne doutait pas qu'elle n'en perdrait pas une miette.

La question de la quarienne allait très loin, ce qui surprit le geth :
"Non. Bien sûr que non. La capacité de modifier ou bloquer des souvenirs ? Faire ça relancerait une nouvelle guerre entre synthétique et organique.
Nous ne savons même pas comment fonctionnes les souvenirs, encore moins comment en induire.

L'expérience est purement sensitive. Tous les sens sont concernés. Les souvenirs modifiés seront ceux que l'utilisateur retirera de l'expérience.

Je tiens à préciser, vu les implications de votre question, que nous avons rapidement saisi les dangers de la technologie incriminée : la simulation de la douleur est réduite à son minimum. De plus la technologie physique ou logique, est entièrement propriétaire. Les seuls qui la maîtrisent, en dehors de moi même, ce sont les geths qui m'ont secondé dans la création des serveurs d'Evolution.

Même les ingénieurs qui développent dessus n'ont finalement qu'une forme basique où ils ne font qu'ajuster les valeurs ou créer du contenu pour la simulation.
Les modifications de la structure même qui soutien ces simulations et verrouillée. Même s'ils ne le savent pas vraiment et que je vous demanderez de ne pas parler de ça."

Il avait conclut sur un ton bas :

"Mais, oui, une discussion sur les risques et la moralité de cette technologie en cas d'utilisation abusive, s'est rapidement posée. Après avoir discuter avec toutes les personnes présentes, nous sommes tombé sur... Ma foi, un consensus, quant aux risques et comment les limiter.

Empêcher que ma création ne serve d'instrument, même involontaire, de torture est un premier pas. Du coup les gens qui entre dans Evolution ne ressentent que 10% d'une douleur maximale.
Comprenez par là que pour chaque race nous avons établi une échelle de douleur et tout ce qui se trouve au-delà de 10% de l'acceptable est ramené à cette valeur.
Nous procédons ainsi pour éviter les problèmes liées à une suppression pure et simple, tout en conservant les réflexes de survies organiques."

Car après tout, supprimer la douleur amenez les testeurs à faire n'importe quoi. En conservant un seuil, même bas, de douleur n'enlevait pas tout les reflexes comme celui de s'écarter d'une source de douleur :

"Néanmoins, nous songeons à entrer quelques malus et gènes en cas de blessure handicapante, comme limiter un mouvement si votre jambe est perforée par exemple. Mais ce sont des considérations futures, qui seront appliquées dans la partie ludique de mes activités."

S'il avait réfléchi, le synthétique aurait peut-être choisi d'autre mots et éviter de faire un rapprochement entre se blesser et une activité ludique. Mais il était prit dans ses considérations et ne fait pas spécialement attention à l'air que prit la quarienne à ce moment :

"Ceci répond t'il à la question, ou vous aviez quelque chose de particulier en tête ?"
Toutes les idées étaient bonne à prendre. Du matériel créatif.
Avatar de l’utilisateur
Seides
Papa Geth

Papa Geth
 
Message(s) : 312
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Créateur d'Avenir et d'Evolution
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 138.00 Points

Re: Passage éclair

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 14 Janvier 2019, 20:05

Du coin de l'oeil, Miho ne pu s'empêcher de s'amuser en voyant le pauvre Podok prit d'assaut par la curiosité d'Eyma. Le pauvre galarien n'était pas prêt d'échapper à l'asari, certainement pour le plus grand plaisir de cette dernière. Même si la quarienne se doutait que, plus que des réponses immédiates, l'envie de plonger dans ce consensus pour touristes devait très certainement être encore plus grande pour la jeune fille. Elle en revint à Seides, s'attendant à une réponse brève en vérité. Elle fut surprise par le déluge de la réponse du geth, qui avait pour seule concurrence le déluge de questions avec lesquelles sa fille noyait Podok.

Elle avait manqué de clarté. C'était tout du moins la certitude qui la frappa brutalement. Pourtant, elle se garda bien d'interrompre Seides, constatant qu'un projet comme Evolution était particulièrement bien encadré avec un sens poussé du bon sens et de l'éthique. Il était bon de savoir que beaucoup de sécurité avaient été mises en place, ne serait-ce que pour éviter des accidents. En effet, réduire la douleur, déjà, était une excellente option, ne serait-ce que pour éviter des crises cardiaques ou des états de choc involontaires et désastreux. Des précautions étaient aussi prises au sein même du personnel, pour éviter toute modification malencontreuse et dramatique par des ingénieurs un peu trop zélés.

Si Miho avait déjà envisager bien des utilisations pas nécessairement ludiques à l'oeuvre de Seides, la torture ne lui avait pas effleuré l'esprit. Cela dit, maintenant que le geth l'évoquait, le principe en lui-même restait... Détestablement envisageable pour la quarienne. Loin d'être une sainte en la matière, elle avait déjà agit de manière passablement ignoble pour obtenir des résultats rapides permettant de sauver des vies. Mais les rares personnes qui avaient fait de la rétention d'information au point de faire ressortir les pires aspects de la personnalités de Miho n'y avaient pas survécu. Tandis que là... Peut-être serait-il possible d'arracher des informations vitales à des criminels sans qu'ils n'en souffrent ni n'en gardent le moindre souvenir. Eventuellement. La quarienne s'efforça de chasser cette possibilité, réalisant avec horreur qu'elle la trouvait atrocement séduisante. Non. Ce serait dénaturer et souiller le travail de Seides.

Pour le reste, le descriptif des usages de la douleurs et des malus que cela impliquait rajoutait à l'aspect ludique de la chose. Après tout, si tout était facile et sans conséquence, où serait l'intérêt du jeu? Mais là aussi se trouvait tout ce que Miho pouvait considérer comme un bémol: il ne s'agissait que d'un jeu. Un simple jeu. Vraiment? Non. Elle savait déjà que beaucoup de monde allait se jeter sur Evolution. Elle-même voyait déjà énormément d'avantages à un tel outil.

"Non, pardonne-moi. Je me suis mal exprimée."

Sans doute que rien ne valait l'exemple pour clarifier ce dont elle voulait parler.

"Prenons un exemple concret. A l'heure actuel, les membres les moins expérimentés de mon équipage suivent une formation qui inclue du combat, bien entendu, mais aussi, et surtout, de la gestion de situation de crise. Comme par exemple, trouver rapidement et efficacement un moyen de secourir des gens dans un environnement compliqué ou sur un terrain particulièrement accidenté ou instable. Mais on a beau prendre des exemple, parler théorie et les entraîner physiquement, aucun de nos exercices ne pourra concrètement les préparer à ce qu'ils rencontreront en situation réelle."

La situation générale était posée.

"Avec Evolution, je vois aussi un outil à les préparer à ce genre de situation. Observer, jauger, et agir au mieux dans une situation qui n'offre pas le luxe de la réflexion, pour beaucoup cela peut être un jeu. Dans mon milieu professionnel, c'est ce qui peut faire la différence entre sauver une vie, et en sauver des dizaines. Seulement, Evolution est effectivement en quelque sorte un jeu. Par le simple fait d'en avoir conscience, la situation de stress n'est pas la même, ce qui pourrait fausser le résultat, et par extension, le jugement d'un formateur sur les forces et faiblesses réelles de son élève."

Un menu bémol dans le concept. Bon, même en concept ludique, il restait un intérêt rien que par le fait de pouvoir placer un terrain et une situation qui ne serait que théorique autrement. La pratique, même virtuelle, apporterait déjà énormément de base. Mais elle précisa tout de même.

"Par modification, je parlais surtout d'une forme d'hypnose. Un phénomène qui ne peut se produire que parce qu'un esprit l'a accepté, et pas à son insu. Ainsi, et de leur plein gré, les personnes en formations pourraient "oublier" le temps de la simulation qu'il s'agit d'un monde virtuel, sans pour autant avoir besoin d'en modifier les codes. La douleur reste minime, mais dans leur esprit, temporairement, le stress et la tension lié à l'expérience est, elle, bien réelle. Ainsi il est possible de pouvoir estimer, au plus prêt de la réalité, si tel ou tel élément est apte à aller sur le terrain dans la réalité."

Voilà. C'était surtout ça. Un jeu, mais pris sérieusement d'une façon telle que les réactions, elles, seraient réelles. Mais alors qu'elle en parlait, Miho réalisait aussi que ce serait une prise de risque pour Seides.

"Ce n'est qu'une idée. Mais tu as raison, même avec des personnes volontaires, et même avec des douleurs sous contrôle, cela reste risqué autant pour le mental que pour le physique. Les organiques sont par définition faillibles, et il est hors de question qu'un accident puisse entacher Evolution."

Même si le but final recherché était avant tout d'éviter des accidents bêtes en poussant la formation de certains éléments jusqu'à un certain niveau d'excellence avant de les lâcher sur les risques définitivement mortels du terrain réel.

"J'espère compter parmi tes premiers clients avec mon équipage! Même s'il s'agit de divertissement, chacun pourra en tirer des leçons qui leur serviront au quotidien."

Déjà rien qu'en s'affrontant les uns les autres dans un décor même pas travaillé, Miho savait qu'avec l'expérience et le sens stratégique sadique de Sylla et Mun, Leslav, Sogan, Vaalo et Eheti allaient apprendre rapidement à collaborer et se couvrir les uns les autres avec efficacité.

"Sur un tout autre plan, j'aurais une question. Ou plutôt, une demande à formuler. Pourrais-tu me tutoyer s'il te plait?"

C'était hors sujet, mais on lui pardonnera.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 437
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 477.00 Points

Re: Passage éclair

Message par Seides » 15 Janvier 2019, 16:46

Après avoir donné son explication, Miho confirma qu'il n'avait pas saisi toute la question. Il fallait dire qu'il s'était lui même perdu dans ses explications et était allé trop loin, voir avait carrément changé de sujet. Mais s'était une nécessité quant à la proposition de la quarienne.

Elle développa son propos, expliquant le cadre où elle pensait qu'Evolution serait utile. Le geth hocha plusieurs fois de la tête, jusqu'à ce que Miho revienne sur l'idée de tromper la mémoire des participant.
Cette fois encore, il fit non de la tête, se préparant à expliquer à nouveau pourquoi il refusait et il refuserait de partir sur une telle idée, mais la présidente de la coopérative avait d'elle même sautée aux conclusions en se rétractant.

Il approuva ces conclusions ajoutant son propre ressentit :

"J'ignore si des effets ressentit dans le virtuel avoir des conséquences sur le réel, mais ce dont vous parlez est différent. Nous parlons ici de modifier des éléments d'une conscience organique. En dehors des conséquences, ces machines ne sont pas faite pour ça.
Elles projettent votre conscience dans un monde virtuel que votre cerveau interprète. Nous jouons sur cette interprétation en créant des mondes qui seront ressentis d'une manière qui nous intéresse. Enfin surtout qui devrez intéresser les gens.
Nous ne modifions aucun souvenir, c'est vous qui retirez des souvenirs de cette expérience.

En somme, nous visons les sens. Pas la mémoire. Même si je le voulais, je ne pourrais pas le faire avec cette technologie.
Et même sur volontariat, je ne le ferai pas. "


Le geth réfléchit un moment à ce qu'il pourrait faire pour les collègues de son ami. Quelques idées lui vinrent, mais il y avait toujours un risque pour la psyché :

"Dans le meilleur des cas nous pourrions trompé les gens en leur faisant croire qu'ils sont sortie d'Evolution, alors qu'ils seront dans une simulation où il sortent de la machine. A la suite de quoi, nous les mettrions dans une situation d'urgence.

Mais même ainsi... J'hésite à en prendre la responsabilité. Imaginez qu'une personne ne sache plus si elle est vraiment sortie ou pas. Ne se mettrait elle pas à chercher absolument à savoir si elle vit bien sa vie ou si elle est restée dans la machine ? Je pense que ça serait extrêmement perturbant.
Ca peut-être une idée pour un scénario imaginaire, avec des éléments qui tiennent de la fiction. Mais pour quelque chose de plus concret... Non."


Le synthétique secoua la tête, ayant plus peur des conséquences négatives qu'il imagine extrèmes :

"Néanmoins votre idée ne manque pas d'interêt. Peut-être faudrait il commencer à ne plus limiter notre imagination ?

Podok, un instant je vous prie."
héla Seides à l'attention de son directeur. Le galarien ne se fit pas prier, soulagé d'échapper partiellement aux nombreuses questions techniques qu'elle avait pour lui et surtout à l'interrogatoire en règle qu'elle lui faisait subir pour lui tirer quelques informations du nez. A ce sujet, il faudrait qu'il en discute avec Seides, pour savoir si c'était normal ou si il l'avait bien éduqué dans le domaine du bagou.

"La créatrice Shakti à un besoin quant à l'entrainement de ses équipes." Il exposa les idées émises au galarien lui demandant ce qu'il en pensait :

"J'avoue que l'idée est bonne, mais nous n'avions pas envisagé cette cible commerciale." dit il, les yeux baissés en se caressant le menton d'une main :

"Il y a en effet de nombreuses sociétés avec un besoin permanent de formation qui seraient intéressés par notre produit. Développer des choses pour elles serait financièrement valable je pense.
Mademoiselle Shakti, nous avions songé à l’entraînement au pilotage et à tout un tas de domaines où l’entraînement réel coûte cher, soit parce que l'heure d’entraînement l'est, soit parce que les situations réelles sont délicates. Nous n'avions pas songé à tout ce qui est du domaine du secoure par exemple. Et pourquoi pas le médical maintenant que j'y songe."
dit Podok les yeux brillants. Visiblement il avait une tonne d'idée qui germaient dans son esprit.
Seides recentra le débat :

"En ce cas, peut-être pourrions nous faire profiter la SCTI de notre contrat de partenariat commercial ?"
Le directeur effaça la lueur dans ses yeux et reprit une attitude plus neutre, bien qu'avenante. Celle du joueur de poker ou du commercial qui ne voulait pas trop en révéler :

"Oui, la SCTI. Une étoile montante ou plutot filante vue votre réussite. Et il est vraie que j'ai affaire à sa présidente.
Mille excuses, j'aurai dû me montrer plus prévenant avec une personne de votre standing, mais je suis resté sur une connaissance de M. Seides et n'est pas réagis immédiatement à votre nom. Une grosse faute pour moi."
Le galarien semblait vraiment contrit. Lui qui se vantait de savoir tout ce qu'il y a à savoir sur les éventuels partenaires commerciaux...

Il fallait dire que la SCTI était une entreprise jeune qui était encore presque anonyme il y avait peu. C'était son concept qui avait fait parler d'elle.
D'un autre côté songea le galarien, Avenir était exactement la même. La seule différence était que Seides avait touché toute une race, puis toute la galaxie dans un secteur qui était moins anonyme que le transport. Du moins auquel on prêtait plus attention.
Le transport, bien qu'essentiel, ne touchait pas autant le gros public. Ce dernier s'en souvenait quant il voyait un logo, le reste du temps, il prêtait plus attention à la mise de la personne à côté et où acheter la même tenue.

Bref, le galarien fit une légère courbette du buste pour s'excuser et enchaîna pour faire oublier sa bourde :

"Il faudrait que nous discutions plus sérieusement et en privé des détails, mais nous avons une offre en cour d'écriture pour nos partenaire professionnels.
En substance nous proposons un an d'utilisation gratuite de nos installation à plusieurs conditions. La première est que nous ayons des enregistrement physiologiques des machines utilisées.
Ça permettra de remplir nos bases de données pour améliorer encore et toujours la transition réel/virtuel et bien entendu une meilleure simulation des sensations. En somme les enregistrements seront anonyme et nous nous intéressons uniquement à ce qui se passe.
Ensuite vous demandons de nous céder votre matériel créatif. Vos scénarios nous intéresse, ce qui pourrait servir à d'autres dans le futur.

En contrepartie, en plus de l'année de gratuité, nous vous offrons tout le matériel de création virtuel que nous implémenterons. Si vos installation le permettent, nous assurons également la gratuité du matériel, installation comprise, ainsi que la formation de personnes si vous désirez créer des mondes ou des scénarios virtuel.
Si vous préférez passer par nos services pendant cet année, les techniciens et développeurs seront à notre charge.

Considérant que c'est un produit neuf et son potentiel immense, c'est une bonne affaire.

Naturellement, j'ai conscience que nous en sommes encore au stade d'essai et que ces propositions ne sont ni définitive dans leurs formes, ni simplement concrète. Mais vu les objectifs d'Evolution, c'est assez réaliste."

Oui, en effet le produit n'était pas finalisé, que Podok le vendait déjà. Seides préféré travailler sur du concret, mais il avait saisi le principe du marketing. Et laissait Podok gérer cette partie.

Eyma à ce stade s'était éclipsée depuis un moment partie batifoler autour des équipes techniques et allant jusqu'à saluer Sabord, le geth superviseur. Elle avait une facilité naturelle à parler aux geths en général, d'autant plus qu'elle était connue de chacun d'eux. Qu'il soit un fan ou pas, la notoriété d'Eyma sur le réseau était unique et réel pour une organique. Elle était simplement connu de tout les synthétiques. Seul Légion avait ce statut reconnu de chacun et supérieur à tous.

Son père la laissait faire, occupé par la discussion en cour, bien que n'y participant pas. Ce n'était pas son rayon et chacun avait sa tâche à accomplir. De plus il voulait se détacher un peu de la sympathie que lui inspirait la quarienne pour rester aussi neutre que possible.

Une fois fini, Miho souhaita faire partie des premiers clients :
"La Fédération et les Créateurs dans leur ensemble seront les premiers bénéficiaires, après tout, la technologie a était faite par et pour eux. Rien de plus logique de la voir adaptée au plus vite à eux.

Et vu les idées que vous nous donnez, cela pourra aller plus loin que le divertissement."


En effet, l'une des possibilités était de se mesurer aux geths qui avaient un accès presque libre au système. C'était à peu prêt le seul passe-droit de synthétiques en général et déjà on discutait d'un juste retour sur service si jamais son entreprise marchait. Le principe d'équilibre disait certain.
Seides n'en avait que faire, il trouvait simplement juste de donner un petit quelque chose au Consensus dans la mesure où il en utilisait la technologie.



Après discussion, Miho fit une demande qui laissa le geth silencieux un moment. Assez pour que le geth se rende compte d'un changement de posture et d'expression chez son interlocutrice :

"Créatrice... Ce n'est pas que je refuse..." Mais comment lui expliquer ?
La majorité des geths utilisent encore la formule Créateur et le vouvoiement. Pour lui s'était naturel. Même si certain avait adopté le tutoiement comme forme d'échange verbal. En ce qui le concernait...

"Je sais que le tutoiement note une forme de proximité. Je n'ai rien contre l'utiliser non plus." avec sa fille par exemple :
"Et je n'aurais rien avec vous. Ne doutez pas que je vous apprécie.

Pourrions nous parler d'exception culturelle ?"


Ce n'est pas qu'il se sentait mal à l'idée. Juste que ça ne lui semblait pas être dans l'ordre des choses. Pourtant il pouvait se montrer autoritaire, voir gronder un quarien dans son entreprise. Mais il les appelait tout de même Créateur et les vouvoyez. C'était comme ça :

"Voudriez vous tenter l'expérience d'Evolution Créatrice ?" dit il pour changer de sujet, sans se rendre compte qu'indirectement il le poursuivait.

"J'ai cru que tu ne le proposerais jamais !" fit la voix d'Eyma qui s'était approcher derrière lui sans qu'il s'en rende compte.
Avatar de l’utilisateur
Seides
Papa Geth

Papa Geth
 
Message(s) : 312
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Créateur d'Avenir et d'Evolution
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 138.00 Points

Re: Passage éclair

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 16 Janvier 2019, 20:08

Malgré ses explications, Miho comprit bien vite qu'elle n'arrivait pas à expliquer exactement ce à quoi elle pensait. L'usage des termes "modifier" et "mémoire", dans la même phrase prêtait à confusion. Le but n'était pas d'effacer des souvenirs, ou d'en imposer d'autres, voire même de simplement les moduler. Il s'agissait plus d'en bloquer l'accès dans le cadre d'un passage en monde virtuel, et sur base d'acceptation. De sorte que la personne choisisse de ne plus avoir conscience d'être dans un monde virtuel, afin d'y développer son plein potentiel dans une situation acceptée comme réelle, le temps de sa durée. Hélas, cela paraissait bien compliqué. Ethiquement, Miho n'y voyait pas de problèmes. Mais il ne s'agissait pas là de simple morale. Qui pouvait savoir comment, même en choisissant soi-même d'occulter une part de la réalité, un esprit allait réagir? En cas d'échec de mission, de pertes, ou de blessures sérieuses - même non douloureuse - un deuil serait éprouvé, peut-être même un traumatisme, et son souvenir ramené dans le réel, avec toutes les conséquences que cela pourrait impliquer. Formé ou pas, rien ne pouvait concrètement préparer à ça et, quand bien même les événements seraient faux, l'émotion, elle, serait plus vraie que nature en la vivant comme réelle.

De toute manière, la machine ne fonctionnait pas de cette manière, ce qui incita Miho à tout bonnement ne pas approfondir le sujet. Les données passaient de la machine au cerveau, et non l'inverse. Le but était de proposer des choses à interpréter, non de prendre une pensée pour la synthétiser. Elle hocha la tête, comprenant parfaitement les implications et l'impossibilité de la chose. Ce n'était pas plus mal. Au fond, une telle possibilité aurait surtout servi à Miho pour se rassurer elle-même sur les compétences de ses membres d'équipage les moins formés, avant de prendre le risque de les envoyer au casse-pipe. Mais ses craintes à elle ne valaient pas la peine de risquer l'oeuvre de Seides. D'autant plus que c'était de toute manière purement irréalisable.

De toute manière, Evolution n'en perdait rien en intérêt pour la quarienne. Cependant, elle avait plutôt imaginer une session d'entraînement simple, où elle viendrait simplement avec ses collègues et amis, comme n'importe quel autre client. Elle comprenait l'intérêt d'un contrat commercial pour des groupes vraiment conséquents, comme des armées, par exemple. La perspective de pouvoir profiter d'avantages en terme d'affaires était vraiment séduisante. En tous les cas, Podok paraissait bien parti, avec d'autres idées en prime.

"Pour le médical, je ne dirai pas non aussi. Les membres du corps médical à bord des vaisseaux-membres auront aussi à y gagner."

Comme devoir stabiliser un patient dans un vaisseau assailli de toute part, ou gérer le tri dans le cadre d'un afflux conséquent de blessés. Il y avait tellement d'options qu'il serait facile de s'y perdre. Mais ils n'étaient pas encore dans cette situation et Seides les remis tous sur les rails de la discussion constructive. Elle afficha une mine surprise, puis un peu embarrassée quand le galarien s'excusa. Et de quoi d'abord? Elle était effectivement venue comme une amie, et pas comme une femme d'affaire venu proposer un échange de bons procédés. Encore que, à entendre Podok, le client serait clairement avantagé dans l'échange. Le partage de données, à titre anonyme, n'était vraiment pas grand chose, surtout quand on y voyait tout l'avantage que cela pourrait apporter au développement d'Avenir. Quant au partage des scénarios, Miho n'allait certainement pas s'y opposer. Plus de personnes pourront se préparer à faire face à des situations complexes et mieux la galaxie s'en porterait. La seule ombre qu'elle pouvait distinguer au tableau, c'était si des utilisateurs mal intentionnés, terroristes ou simple gros sadique par exemple, s'en servaient pour assurer un maximum de dégâts et de victimes dans une attaque quelconque, en ciblant des points de fuite, ou en piégeant des points d'accès pour les secours par exemple. Mais là aussi, elle se dit qu'Evolution devait être assez encadrée pour qu'un tel élément n'ait pas accès facilement à Evolution, ou que si ce soit le cas, il soit enregistré dans un fichier client pour être facilement retrouvé.

Miho resta pensive de longues secondes. Concrètement, la Coopérative aurait tout à y gagner, d'autant plus qu'ils avaient la zone pour poser ce matériel. Daghemïr était voué à devenir un centre de formation. Autant pousser le concept encore plus loin en consacrant une partie de la station au matériel de Seides. Ainsi, tous les membres voulant créer un scénario ou travailler leurs compétences le pourraient, et Seides n'y gagneraient pas seulement les analyses de quelques chanceux, mais de milliers de personnes, toutes races, âge, et cultures mélangées qui partageraient sans retenue les résultats de leurs entraînements, ou leurs idées issues d'expériences qu'ils ont pu vivre ou envisager des suites d'une situation éprouvée. Bref, un sacré paquets de données en perspective. Il restait néanmoins quelques détails indépendants de la volonté de la quarienne avant de concrétiser quoi que ce soit.

"Si vous avez un dossier avec la liste détaillée de ce que vous proposer comme type de contrat, je la prendrait volontiers. En tant que transporteur indépendant, l'Erakis sera naturellement client. Pour ce qui est de la SCTI, l'ensemble doit être décidé en réunion. M'est avis qu'en tout les cas, il y aura contrat. Mais je ne peux vous dire quel choix définitif sera fait sans l'avis et le vote de mes collègues."

C'était une chose que pas mal de monde avait tendance à oublier quand elle parlait affaire avec autrui la plupart du temps, mais même avec un statut de présidence, Miho n'était pas maîtresse de la SCTI. Sa société restait une Coopérative, et en tant que telle, les contrats impliquant tous les membres devaient passer entre les mains du conseil d'administration et être voté. L'ensemble ne prenait pas beaucoup de temps, heureusement, et la quarienne se doutait qu'avec une telle possibilité de former et perfectionner les équipages, tout le monde allait approuver. Mais jamais elle ne se permettrait de couper l'herbe sous le pied de ses collègues. Ce système était indispensable car il fixait des garde-fou contre des décisions regrettables.

Elle fut ravie de constater que les quariens auraient la priorité. Mais pouvait-elle se considérer comme telle? Son équipage était un sacré melting pot, et par définition, la SCTI ne se prétendait d'aucune origine raciale, par soucis de neutralité intergouvernementale. En tous les cas, par-delà l'amusement qu'Evolution pouvait apporter, Miho y voyait avant tout et surtout les enseignements que tous pourraient en retirer. La perspective d'affronter des geths pour de faux lui apparaissait comme une bien mauvaise blague sous certains aspects. Après tout, la guerre avait laissé ses marques sur elle. Et elle peinait à comprendre cette volonté de chercher à se mesurer à des synthétiques, pour se la jouer à la Shepard sans avoir à éprouver la terreur de l'extinction à la quarienne. Elle trouvait dans cet intérêt pour la défiance un petit quelque chose de malsain, ou d'irrespectueux envers tous ce qui avait été sacrifié pour obtenir la paix. Mais en même temps, et aussi paradoxal que ça puisse paraître, elle trouvait aussi ce genre d'attitude logique. Un besoin de se rassurer soi-même sur ses capacités de survie peut-être? Ou juste un désir profond de se défouler avec la certitude qu'abattre des machines dans un monde virtuel serait bien trop inoffensif pour en retirer une esquisse de remords grâce à l'insignifiance du jeu? Ce n'était pas à elle d'en juger, et tant mieux.

Sa visière assombrie ne cacha que partiellement sa réaction déçue quand Seides repoussa sa demande. Elle hocha pourtant la tête, comprenant le point de vue très geth finalement. Un peu navrant à ses yeux, presque perçu comme un échec dans sa manière de se faire elle-même accepter en tant que simple amie, sans que l'ombre du passé de son peuple ne continue de planer. Mais ce n'était pas pour tout de suite et aussi culturel qu'il soit, ce choix était propre à Seides et elle n'avait pas le droit d'aller à l'encontre de cette décision, aussi paradoxale qu'elle puisse être pour un geth devenu lui-même créateur.

"Je comprends."

Et puis, ça ne l'empêchait pas à elle de continuer à le tutoyer. Le sujet changea rapidement, ce qui n'était pas plus mal. La perspective de tester un produit encore en phase d'expérimentation aurait dû l'inquiéter. Mais ce n'était pas la première fois qu'elle pouvait essayer en avant-première une création du geth. Et puis comment résister à l'enthousiasme contagieux d'Eyma? Elle eut un petit rire en se jetant un regard presqu'attendri sur l'asari, avant d'en revenir à Seides.

"Ce sera très volontiers."

Son regard s'égara un instant sur les tenues bardées de capteurs de ceux qui testaient la machine à un niveau professionnel. Elle n'était pas sur Rannoch. Mais même si elle ne doutait pas un seul instant des précautions prises par Seides, elle ne pouvait s'empêcher de redouter un peu les effets d'une tenue différente sur la Citadelle. Mais peut-être que ce ne serait pas nécessaire, en fait.

"Une combinaison quarienne, comme la mienne, est-elle compatible avec la machine, ou faut-il que je la retire?"

Casque, gants, ou tout pour enfiler la tenue réglementaire, peut-être? A moins que les capteurs et le matériel intégré de base sur sa tenue puisse fonctionner en adéquation avec ces capsules.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 437
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 477.00 Points

Re: Passage éclair

Message par Seides » 17 Janvier 2019, 21:33

La Créatrice Shakti finit par abandonner le sujet. La machine ne ciblait simplement pas les zones de la mémoire ou ses mécanismes. Pas plus qu'il n'était possible de faire croire quoi que ce soit. C'était l'expérience sensorielle ultime. Mais bloquer, transformer ou imposer des souvenirs n'était simplement pas sa fonction. Seides n'aurait pas pût faire plaisir à Miho s'il l'avait voulu. Et il ne le voulait pas en l’occurrence.

La conversation s'engagea sur un éventuel partenariat avec la Coopérative de la quarienne. Seides resta en retrait de la discussion, laissant Podok développer la proposition d'Evolution.
Miho resta pensive un moment, laissant les deux dirigeant d'Evolution se jeter un œil, se demandant à quoi elle pouvait penser.
L'un comme l'autre pensait la proposition honnête. Podok avait même suggéré l'idée de faire payer les mise à jour. Seides avait balayé l'idée en argumentant que tout ce qui pouvait limiter le bon fonctionnement de son produit était contre-productif et si d'aventure un conccurent débarquait, ce qui était improbable, mais pas impossible, alors la guerre commercial qui s'en suivrait serait d'autant plus rude.
Ils ferait payer les ajouts de contenu concrets comme des expériences personnalisées qui demandaient de la précision et donc du temps de développement comme tout ce qui aurait trait au professionnel. Le médical et le militaire en était des exemples. Mais pas que.

Néanmoins ils donneraient un pack de base très complet et laisseraient aux acheteurs le choix de faire appel aux service d'Evolution pour des développements supplémentaires. Là serait la mâne financière auprès des organisations et gouvernements. Ce qui viendrait compléter celle des particuliers dans le domaine ludique.

Finalement la quarienne sortie de ses réflexions pour dire que son organisation serait probablement intéressée, mais qu'il faudrait voir les conditions.
Podok eut un regard un peu plus incertain en jetant un œil vers le synthétique :

"Notre proposition est... Disons non-finalisée et surtout non-officielle. Autant que notre produit, même si nous en comprenons le potentiel professionnel.

Mais aussitôt que nous aurons une offre mise en forme, je vous la transmettrai.

Sachez juste que certaines choses seront négociables. D'autre en revanche seront à accepter tel quel par l'organisation."
Il se tourna à nouveau vers Seides qui était le principal concerné en l’occurrence :

"Oui, mieux vaut tout de suite aborder un point que nous craignons bloquant. La sécurité du matériel en lui même.
En somme, quel que soit l'endroit que vous choisirez pour que nous nous installions, elle sera privée. Je veux dire par là que cette zone nous sera céder, particulièrement la salle des serveurs et que nous déploierons toutes les sécurités que l'on jugera nécessaire à sa protection, jusqu'à sa destruction irrémédiable si cela s'avérait nécessaire.
En faite, toutes les mesures que je jugerai bonne."


Le geth indiquait ainsi qu'il prenait les choses en main de ce côté et que rien ni personne ne le dissuaderait de ce côté.
Mieux valait jouer franc-jeu avec Miho et lui parler tout de suite des soucis que son contrat pourrait soulever. D'autant plus si ça l’intéressée malgré tout, elle préparerait le terrain pour lui dans ce cas.

La réponse à la demande de Miho souleva nettement moins d'enthousiasme. Il regrettait et se dit qu'il devrait certainement en parler avec elle. Lui faire comprendre que ce n'était pas parce qu'il ne l'aimait pas. Mais ce n'était pas le moment, la conversation attendrait un moment plus privé.

En attendant la proposition de tester Evolution reçu une réponse positive. Et pas qu'une ! Seides sursauta presque lorsque sa fille exprima son avis derrière lui.

Il jeta un œil à son directeur qui comprit la question silencieuse :

"Les casques quarien, humains et asaris sont au point. Enfin autant que possible. Il y a toujours des réglages, les profils vous savez.

Mais ils feront partie des bêtas fermés, oui."

Il se tourna vers les deux jeune femmes avant de revenir à son boss :

"Ou pour des sessions privés." conclut il avec le sourire.

Sur ce point Podok avait eu le bon réflexe de demander à Tila, un mouvement rare, s'il valait mieux demander un avis à Seides ou s'il pouvait librement inviter des gens à essayer la technologie. Tila lui avait vivement conseillé la franchise en toute chose avec son patron. Ce dernier avait donné son accord, mais uniquement avec assurance totale que les personnes invitées tiendraient leur langues et qu'on ne serait pas désarmés si elle ne le faisaient pas.
Podok n'avait invité personne jusque là, probablement incertain de ses relations sur le plan de la discrétion.
Et il ignorait que Tila lui avait rapportée la conversation. Il comprenait que la question de Podok avait été posée en privée et rapportée par loyauté par Tila. Mais le galarien pourrait ne pas apprécier et Seides voulait que ses deux directeurs échanges autant que possible. Plus qu'ils ne le faisaient à l'heure actuelle.

Retour sur le sujet principal, l'essai, avec une question judicieuse de Miho. Seides se tourna vers Podok qui marqua une hésitation :

"Pour la combinaison, pas de problème. Pour le casque, je dois vérifier le système de décontamination. Nous n'avons pas prévu d'avoir des quariens ici en test. Je vais vérifier si on a ce qu'il faut."
Le galarien se dirigea vers les équipes techniques, avant d'aller voir Sabord, le superviseur des tests d'Evolution.

Seides pendant ce temps fit un petit point avec Miho :

"Pour la combinaison, vous pouvez la garder. Les combinaisons que portent les testeurs sont là pour vérifier leurs constantes, ainsi que les signaux du corps, en particulier les nerfs. Nous devons nous assurer qu'aucun signal parasite n'est envoyé dans la machine organique. Nous ne pensons pas faire le moindre dégât au-delà d'un mouvement de bras ou de jambe involontaire, mais nous préférons imaginer le pire.

Bref, cette combinaison ne vous concerne pas."
Le geth ne prit pas la peine de développer "le pire" :

"En revanche vous allez avoir besoin d'un casque. C'est lui qui va vous envoyer dans le monde virtuel. Je sais que les capsules originelles s'en passent, mais avec les modifications apportées pour que toutes les races puissent entrer, c'est devenu nécessaire. D'un autre côté si nous arrivons à tout faire passer juste par le casque, non-seulement nous allons gagner de l'espace, mais la diffusion de notre produit au seins même des foyers devient une possibilité.

Mais je m’égare. Il va falloir déséquiper votre casque. Il y a une système de décontamination, mais comme les tests sur les quariens sont inutiles ici, il est probable qu'il n'y est pas de produits décontaminant.

Pas de problème pour toi en revanche."
dit il à sa fille.

Il fit d'ailleurs appel à un des techniciens qui semblait libre et lui expliqua ce qu'il voulait faire.
Ce dernier se gratta la crête une seconde, avant de répondre :

"Pas de problème pour la demoiselle. Sirra doit prendre une pause dans un quart d'heure, la jeune demoiselle pourra prendre sa place. Si elle peut faire avec l'odeur, vu le temps qu'un testeur passe là-dedans.".
Eyma fit une petite moue, signifiant d'un mouvement de tête qu'elle ferait avec.

"Pour la miss en combinaison par contre, je suis presque sûr qu'on a pas de produit désinfectant. Si vous êtes sensible, on a pas vraiment de quoi vous soigner et encore moins vous booster temporairement." conclut le turien.

"Un problème à la fois. Prenez ma fille, nous verrons ce que Podok dira.".
Le turien fit un signe de tête avant de diriger la jeune femme avec lui.

Le galarien arriva, un sourire aux lèvres :

"Bon, comme prévu, nous n'avons pas de quoi aseptiser une capsule. Mais nous pouvons peut-être trouver un compromis acceptable :
Nous avons plusieurs capsule déballées, mais jamais utilisées. Elles ont été configurées, mais ont juste besoin d'un moment pour être démarrées. En somme elles sont presque parfaitement désinfectées.
Nous pourrons faire tourner le système de désinfection à vide, ce qui suffira avec le système de décontamination d'air.

Nous donnerons un casque encore emballé à miss Shakti et elle pourra se déséquiper et mettre le casque à l'intérieur.
Ça ne sera pas très pratique, mais c'est le mieux que nous ayons à vous proposer."
Avatar de l’utilisateur
Seides
Papa Geth

Papa Geth
 
Message(s) : 312
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Créateur d'Avenir et d'Evolution
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 138.00 Points

Re: Passage éclair

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 20 Janvier 2019, 17:04

Si les précisions sur un éventuel future contrat s'avéraient plus contraignantes, Miho ne vi pas trop l'intérêt de se pencher en détail sur la question. De toute manière, rien n'était finalisé et à ce stade, autant ne pas trop y songer. La seule chose qui la laissait pensive était la future réaffectation de Daghemïr. La perspective de simplement démonter la station lui paraissait être du gâchis. Le QG actuel de la Coopérative était pleinement fonctionnel. Mais de par sa position actuelle, et sur plus long terme définitive, il allait falloir en tous les cas négocier des accès non seulement à la SCTI, mais aussi à la Fédération de Rannoch. Y placer le matériel d'Evolution paraissait être l'option la plus logique, du fait de son emplacement sécuritaire et de sa vocation future à ne pas bouger. Envisager d'installer ça sur leur prochain siège lui paraissait être un risque inutile, tant pour eux que pour l'entreprise de Seides. Peut-être un contrat à trois participants serait envisageable, dans la mesure où Miho ne doutait pas un seul instant de l'intérêt militaire d'un tel matériel. La Fédération allait vouloir se jeter dessus, et elle ne serait pas la seule. Mais il ne s'agissait là que d'une idée qu'elle se garda pour elle. Puisqu'il ne pouvait rien y avoir de concret à ce stade, autant ne pas trop se pencher sur la question ici, mais plus avec ses collègues. D'autant plus qu'elle n'avait pas testé Evolution jusque-là. Si sur le papier tout était particulièrement séduisant, dans les faits, elle n'avait aucune idée réelle sur l'appareil.

D'autant plus que ça semblait assez mal parti. Forcément, sur la Citadelle, il n'y avait que peu de quariens pour venir expérimenter la chose. Leur système immunitaire était trop contraignant. Les résultats des analyses régulières de Miho sur le sujet ne la laissaient que très peu soucieuse des conséquences. Sans précautions, elle tomberait malade, inévitablement. Mais elle résistait mieux et s'en remettrait bien. Seulement en ce moment, débordée par les projets de la Coopérative qui lui prenaient tout son temps, elle ne pouvait et ne voulait pas se permettre d'être ralentie par une maladie quelconque. Et puis il fallait bien le dire, la Citadelle et sa mixité dans un environnement clos, aussi filtré qu'il puisse être, était clairement plus sujet à des risques sanitaires pour elle que Rannoch. Sur leur monde, les quariens partageaient une sorte d'osmose avec leur environnement, ce qui facilitait considérablement les choses, et diminuait les risques qu'apportaient la proximité avec d'autres espèces. Sur la Citadelle, c'était une autre histoire.

Elle hocha la tête quand Podok s'éloigna pour voir s'il y avait des options. Dans le cas contraire, tant pis pour elle. Rien ne l'empêchait d'observer de l'extérieur Eyma dans un environnement virtuel. Les informations sur ses ondes cérébrales ou ses réactions seraient tout aussi intéressantes que de se retrouver plongée dans cet autre monde. Malgré l'aspect encore expérimental de tout ça, Miho se sentait en confiance. Ce n'était pas la première fois qu'elle testait en avant-première une création de Seides et elle savait très bien que le geth ne se serait pas permis de proposer quoi que ce soit de potentiellement risqué, encore moins en y mêlant sa propre fille. Elle en revint donc à celui-ci, alors qu'il détaillait d'avantage le fonctionnement de son appareil et des accessoire de ses cobayes. Donc pas besoin d'un changement autre que le casque. Dans l'ensemble, cela ne parut pas bien compliqué pour Miho, hormis des précautions d'usage auxquelles elle allait devoir immanquablement se plier, et qui ne paraissaient, pour l'heure, pas avoir été envisagées. La capsule pourrait d'ailleurs devenir superflue dans un avenir plus ou moins lointain. En tous les cas, c'était bon pour Eyma dont l'envie de plonger dans ce second consensus outrepassait les gênes olfactives. Pour elle par contre, ça risquait d'être un peu plus compliqué. Elle se tourna vers le turien.

"Mon système immunitaire n'est pas trop mal pour un quarien, et j'ai de quoi me soigner à bord de mon vaisseau. C'est juste que je préférerai éviter dans la mesure où je ne peux pas trop me permettre un arrêt maladie en ce moment."

Elle s'était reportée sur Seides pour sa dernière phrases, comprenant bien que ça allait impliquer des contraintes. Mais de toute manière, il fallait attendre la réponde de Podok sur le sujet comme le rappela le geth. Elle avait bien conscience de poser quelques problèmes, et était prête à simplement renoncer à l'essai. Entre la construction du nouveau siège et l'élaboration de futures chasseurs, Miho ne pouvait vraiment pas s'offrir le luxe d'une pause en ce moment. Il restait encore beaucoup à faire, en terme de théorie, de plans, de constructions mais aussi d'essais, et elle participait à chaque étape avec une assiduité qui frisait l'obsession. Mais elle y tenait, d'autant plus que son frère allait faire parti des testeurs. Personne n'allait avoir droit à l'erreur sur ce coup, elle moins que les autres. Le retour du galarien avec de bonnes nouvelles la soulagea. Si Podok jugeait la procédure inconfortable, Miho trouvait la possibilité de participer simplement extraordinaire.

"C'est tout simplement parfait, merci Podok."

La procédure expliquée il ne lui restait plus qu'à attendre que la capsule désignée soit démarrée. Pendant que celle-ci effectuait ensuite son système de désinfection à vide, la quarienne alla récupérer un casque encore emballé. Seul le film de protection final restait encore quand elle pu finalement se glisser dans l'appareil. Malgré les propos de Podok sur le sujet, elle trouva sa liberté de mouvement encore bien largement suffisante pour se défaire de son casque. Après tout, elle avait connu des situations bien plus compliquées que celle-ci. Avec la force de l'habitude, Miho colla ses dondes contre elle et parcouru le tour de sa nuque pour déconnecter les différents câbles et défaire les attaches hermétiques le long de son cou, avant de finalement repousser complètement son capuchon sur ses épaules et retirer tout le casque d'un seul bloc. En fait, ce n'était vraiment pas compliqué. Le fait qu'elle soit aussi menue qu'agile devait aussi jouer en sa faveur. Elle retira les derniers films protecteur d'Evolution, et finalement l'enfila, en se basant sur les explications données au fur et à mesure par Podok ou Seides. Une fois ceci fait, elle n'eut plus qu'à prendre ses aises.

"C'est bon, je suis prête."

Il allait être temps de plonger dans un tout autre univers.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 437
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 477.00 Points

Re: Passage éclair

Message par Seides » 20 Janvier 2019, 20:13

« Légende des couleurs »
Lightblue = ingénieure humaine d'Evolution




Les explications terminées, ils patientèrent un peu attendant Podok qui vint peu après avec une solution. Ce dernier fit un sgne de tête de remerciement à Miho :

"A votre service miss Shakti."

Une fois le pod décontaminé, du moins avec un air frais, il s'ouvrit dans un chuintement d'air qui s'échappe. L'ingénieur en charge avait prévu de garder une atmosphère à pression positive dans la capsule, du coup l'air sortait plutôt qu'il rentrait.
Miho le sentit lorsque le pod se referma et que la pression revint, lui laissant une impression légèrement désagréable sur les tympans jusqu'à ce que son corps s'habitue.

Lorsqu'elle enleva son masque, un léger sifflement retentit sur le côté du groupe, poussé par un technicien admiratif. Podok eut immédiatement un raclement de gorge et fusilla l'humain du regard, qui bredouilla quelque chose sur un truc à chercher plus loin.
L'ingénieure qui dirigeait la manœuvre, humaine aussi, ne fit aucun commentaire, mais les fréquents coups d’œil qu'elle lança à la quarienne, avant qu'elle n'enfile le masque de Full Dive, en disait long sur ce qu'elle pensait.

Seides, moins concerné par les histoires de bienséance, ne dit rien mais songea que la Créatrice devait vraiment être attirante. Il avait du mal avec ça, vu qu'il avait comprit que tout était affaire de goût et qu'un détail physique laid chez l'un était considéré beau chez l'autre.
Néanmoins, cas extrêmes mise à part, il y avait une zone où tout le monde s'accordait à dire qu'un homme ou une femme était beau. Miho semblait en faire partie.

Les équipes techniques étaient toutes plutôt intéressées également, car le spectacle d'une quarienne sans son masque était chose rare. Déjà les uns et les autres trouvaient des excuses, acceptables ou non pour s'approcher et faire une demande à l'ingénieur ou Podok. Moins à Seides qui semblait faire peur ou dont le statut de patron et d'ami de la dite quarienne semblait refroidir les gens.
Mais il était déjà trop tard, la tête presque totalement prise par le casque ne laissait désormais voir que son menton.

"Vous voulez gérer votre fille ou vous voulez que j'y jette un œil de mon côté." prévenant, Podok fit sa proposition. Le synthétique hésita un instant, voyant le pod de sa fille, fermé depuis un petit moment. Puis il se tourna vers le galarien :

"Je pense qu'elle préférera que je ne lui tienne pas la main. Niveau expérience, elle n'est pas une combattante, bien qu'elle est une formation aux armes." Le directeur fit un oui de la tête :

"Bien. Du contemplatif ou des univers archaïques avec peut-être de l'imaginaire fantastique." dit il en partant.

Seides songea qu'elle devrait aimer avant de revenir à Miho. L'ingénieur lui fit signe du pouce :

"C'est bon, elle est dedans. On a plus qu'à la plonger. Ça sera quoi monsieur ?" demanda l'humaine, attendant la proposition de son patron. Ce dernier réfléchit aux goûts de son ami, songeant qu'il en savait bien peu.

"C'est une pilote et également une combattante. Mais en dehors de sa fonction, son plaisir est le pilotage. Néanmoins, je crois que les monde de pilotages ne sont pas au moins ?"

L'ingénieure confirma d'un signe de négation :

"En effet. Le nombre de paramètre pour le rendu des sensations, celui des réactions au pilotage et la corrélation entre les deux est juste énorme. Ça n'est pas prêt d'être prêt, si je puis dire.

Néanmoins, pilotage et combat... Je pense qu'on a un petit quelque chose de pas mal en stock. Du semi-réaliste si je puis dire, je pense que ça pourrait lui plaire."

La femme semblait très satisfaite en engageant la simulation.

"Je vais m'interfacer en spectateur, mais je reste à l'écoute. S'il y a besoin de s'adresser à moi, vous pouvez directement vous adresser à mon corps. Commencez par mon nom que je sache que vous me parlez."
L'ingénieure fit un oui de la tête, ainsi que l'asari médecin. Il ne vit par de signe de tête des deux techniciens volus, mais vu qu'ils s'étaient tournés vers lui, il supposa que c'était un signe affirmatif suffisant.

Se postant sur le côté de la capsule, il se posta sur le côté de la capsule pour ne pas géner les équipes et s'interfaça avec la simulation pour observer aux premières loges ce que faisait Miho et ce que lui avait préparé l'humaine.
Bien qu'il supervisait la technologie sur Rannoch, il était surtout engagé dans le hardware et la partie software de gestion des capsules, ainsi que des expériences Full Dive. Mais les mondes créés eux même l'étaient par d'autres et en faite tout le monde. La créativité était encouragée et tout le monde pouvait débarquer avec une idée et la développer sur son temps libre. Si elle n'était pas nécessaire à un moment sur un test, elle était autoriser à le faire sur son temps de travail.


*
**
***



Miho enfila un casque intégral qui n'avait aucune interface physique avec la machine. Lorsque la capsule se ferma, il s'alluma, ne lui montrant qu'un défilement d'images abstraites. Bien que lourd, la forme de l'appui-tête était là pour accueillir la forme de ce dernier et la couche d'adapta rapidement et automatiquement à sa morphologie. Elle sentit la capsule basculer en arrière, passant de sa station à 45° à une position où elle se retrouva allongée, la tête calée et la nuque reposant confortablement sur la couche, comme le reste de son corps.

Elle entendit un bourdonnement, sentit comme une vibration continue dans tout son corps, alors que les images abstraites s'affolèrent un peu. Elle ressentit comme une torpeur et avant qu'elle s'en rende compte, ses yeux se fermèrent.
Une lumière blanche la força à fermer plus fort les yeux, avant qu'une bourrade sur son épaule gauche ne lui fasse perdre l'équilibre.

Sa main droite lancée pour retrouver l'équilibre rencontra une surface dure et ses yeux s'ouvrir sur le Full Dive.
Mais l'était elle ? En tout cas, elle ne ressentait rien de spécial, sinon celui d'être.
"C'est mauvais de s'endormir bourré, pilote !" La personne qui l'avait bousculé passait entre deux rangés de personnes en armures dont elle faisait partie. Elle était sur la rangé de droite au milieu.

Spoiler : :
Image


Elle redressa, une barre qui courait en hauteur lui permettant de se redresser et rester stable dans cette navette.
En effet par le hublot à sa droite elle pouvait voir un paysage défiler à grande vitesse, un climat tempéré visiblement avec une verdure rase et quelques arbres éparses.
Pour ce qu'elle en voyait, elle était la seule quarienne, au vu du nombre de doigts de chacun. Les autres étaient donc soit humains, soit asari, mais la nature fermée des armures l'empêchait d'en dire plus.
Elle pouvait voir un genre de module à micropulseur dans le dos de chaque personne, avec deux sorties de tuyères de chaque côté des hanches.
Tout le monde était armé, elle même avec un fusil d'assaut en travers de la poitrine et un pistolet, avec un chargeur très long dépassant de la cross, qui était dans un holster de cuisse.

Devant elle, l'homme qui l'avait bousculé en avant rejoint un autre et il prenait visiblement une photo souvenir.

"Qu'est-ce que tu racontes Davis ? Rien de mieux pour un réveil dans l'enfer de la Frontière !"
Le dénommer Davis s'éloigner repassant entre eux :

"Tu l'as dis frangin. Aller, c'est l'heure du briefing les enfants, à toi Droz."

Les cinq autres personnes dans l'appareil se tournèrent vers le photographe, alors que celui-ci claqué des mains :

"Allez les enfin, c'est par ici que ça se passe. Encore une belle journée pour un briefing à l'arrache. La Corporation a envoyé tester ses droïdes dans une situation réel. Une situation incluant une petite colonie non-alignée sur les vues de nos chers amis. De dangereux rebelles terroristes non-armés.
Par chance ces boites de conserves sont juste des IV armés, on est loin des IA.
Ils seront probablement accompagnés par quelques soldats, on attend pas d'autres pilotes comme vous, mais si c'est le cas, vous le saurez très vite."


Miho sentit la navette se cabrer pour ralentir d'un coup , avant de se tourner et que l'homme qui avait fait le briefing ne tir une corde, ouvrant une porte de débarquement derrière lui :

"Allez donc m'écraser tout ça et leur rappeler que leur loi n'est pas notre justice !"

Autour d'elle les autres "Pilotes" s’élancèrent, celui derrière lui la poussant en avant en criant :"Go! Go! Go !" d'une voix déformée par son casque. Très ardemment encouragée à sauter, Miho réalisa la hauteur à l'instant même où ses pieds quittèrent le rebord rassurant de la navette. Elle eut une brève vision du "champ de bataille" avant qu'elle ne réalise qu'elle était à une douzaine de mètres de hauteur.

Spoiler : :
Image


Plongeant dans le vide, elle eut pour réflexe celui de se tortiller souplement pour se stabiliser alors que, habituée à sa propre armure, et surtout souhaitant éviter de renouveler le plaisir d'un écrasement de son corps au sol, elle chercha à activer d'éventuels micropropulseurs, ou tout système de ralentissement de chute que pourrait comporter son matériel virtuel.

A deux mètres du sol, les tuyères de son paquetage s'activèrent, crachant des flammes qui ralentirent brutalement son atterrissage, bien que celui-ci fût tout de même un peu sec.

Lorsqu'elle se releva, le casque qu'elle portait se mit à afficher tout un tas d'informations. Niveau de munition de son fusil, de son pistolet, un troisième emplacement vide, le tout à gauche. A droite une silhouette humanoïde, mais aux angles de machine, avec un compteur à 3 minutes qui décomptait. Au centre un radar sous-forme de cercles concentrique, chaque cercle représentant cinq mètres et il y avait quatre cercles. Elle pouvait voir des points bleues s'éloigner, de petits représentaient d'autres soldats, mais dont l'armement et l'équipement semblait nettement moins avancer que le sien. Cinq autres plus gros représentaient les autres personnes avec elle et ces derniers s'éloignaient rapidement.
Pas de points rouges, mais des indicateurs fléchés de cette couleurs sur le pourtour de dernier cercle. Peut-être des cibles au-delà de la portée maximum.

L'un de ces autres pilotes fit un saut, amplifié par ces micropulseurs, puis un deuxième en plein air, ce qui l'amena plus haut encore. La manœuvre lui donna un bon boost de vitesse au passage, sa course presque parallèle à un mur, elle lança sa main libre vers la surface qui sembla coller presque par magie.
Elle courut alors, la main collée, assistée par ses tuyères qui s'activaient pour l'aider à conserver sa vitesse alors qu'elle pénétrait dans le bourg à une vitesse théoriquement inaccessible à une personne à pied.

En haut à gauche une petite fenêtre s'activa, affichant la tête de Seides :

"Créatrice, bienvenu dans le Full Dive. J'espère que vous avez déjà apprécier les sensations jusqu'ici, bien que je devrais dire le sensationnel développer par mes équipes.

Je vous laisse découvrir les particularités de cette situation de combat, mais sachez que vos gants et vos brassards ont une partie en ézo qui vous attire vers la surface de votre choix, pour peu que ouvriez bien grand votre main lorsque vous voulez user de cette manœuvre.

Bonne chance."


Au loin elle vit un robot, probablement les ennemis, qui tourna au coin d'un bâtiment mais se fit faucher par une rafale venu d'une fenêtre en hauteur.

Spoiler : :
Image


Visiblement les choses s'activaient et pas qu'un peu.
Dernière édition par Seides le 22 Janvier 2019, 18:32, édité 3 fois.
Avatar de l’utilisateur
Seides
Papa Geth

Papa Geth
 
Message(s) : 312
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Créateur d'Avenir et d'Evolution
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 138.00 Points

Re: Passage éclair

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 21 Janvier 2019, 21:30

Entre le sifflement persistant de ses tympans malmenés par le changement de pressions, et l'attention toute concentrée sur ce qu'elle faisait, Miho n'entendit pas le sifflement poussé non loin de son pod. Ce qui lui importait le plus dans son changement de casque, c'était de surtout éviter de faire tomber stupidement du matériel coûteux qui ne lui appartenait pas. Toute concentrée qu'elle était, elle enfila avec précaution le casque, évitant du coup de remarquer des déplacement autour d'elle. Ses mains se plaquèrent sur les côtés, ajustant du mieux possible l'imposant objet dans lequel elle ne voyait pour ainsi dire rien. Le basculement de la capsule la fit sursauter. Ses doigts se crispèrent un instant, avant de se détendre à mesure que le changement de posture rendait l'ensemble plus confortable. Une série de lumières sans suite logique éclipsèrent l'obscurité, jusqu'à une intensité telle que Miho fut contrainte de fermer les yeux, avant qu'une secousse aussi brutale qu'inattendue la fasse chavirer.

Ses doigts rencontrèrent un appui, pour lui éviter de tomber. Un instant... Comment pouvait-elle tomber depuis une position couchée? Quand elle rouvrit les yeux, ce fut pour remarquer ses doigts, gantés d'une armure qu'elle ne connaissait pas. Interdite, Miho tourna sa main, paume vers elle, puis devant elle, contemplant ses doigts, refermant le poing, et poussa une petite exclamation de surprise avec un large sourire quand elle réalisa que se sensations étaient juste... Normal. Au détail prêt qu'elle savait pertinemment qu'il ne s'agissait ni de ses doigts, ni de son corps. Une nouvelle secousse la fit chanceler, et elle se rattrapa cette fois-ci à une barre placée ne hauteur. Sa main enserrant le métal, elle se perdit cette fois-ci dans la contemplation de ce qui l'entourait.

Son regard tomba sur les personnes qui l'entouraient, et pour la peine, Miho se sentit aussi petites qu'à ses premières heures dans la Flotte Lourde. Ne sachant sur quoi s'arrêter, ses prunelles passèrent des mains, aux épaules, aux dos, aux casques... Apparemment il s'agissait de personnes d'une autre espèce que la sienne, sans qu'elle ne puisse clairement la définir. L'équipement, elle ne le reconnaissait pas. Jamais encore elle n'avait vu ce genre d'armure. En revanche, le fusil qu'elle remarqua contre elle possédait toutes les caractéristiques connues pour ce type d'armement. Elle inclina la tête pour remarquer la présence d'un pistolet, mais presqu'aussitôt, son regard fut à nouveau attiré ailleurs. Porté sur le hublot vers lequel elle se pencha, la quarienne observa l'air incrédule un décor vaguement semblable à celui de la Terre défiler sous leur... Navette? Elle leva les yeux, détailla l'intérieur de la carlingue... Non, elle ne connaissait pas ce modèle de navette.

Mais surtout, plus qu'un décor, c'était tout un contexte dans lequel elle baignait. Et alors que des voix s'élevèrent pour situer les événements en cours ou à venir, Miho peinait à s'attarder sur les propos. Ces personnes avaient l'air tellement... Réelles. Pourtant elles ne l'étaient pas. Pas plus qu'elle-même. Encore une fois, Miho baissa les yeux sur sa main libre dont elle agita les doigts avant de les poser sur sa poitrine, ses hanches, cherchant à se familiariser avec cette tenue inhabituelle. Elle remarqua sur la personne devant elle la présence de ce qui s'apparentait très vaguement à une sorte de propulseur, sans qu'elle n'en soit certaine. Elle tourna la tête, comme pour jeter un coup d'oeil par-dessus son épaule et sur elle-même, avant de pouvoir certifier plus ou moins sérieusement qu'elle possédait le même équipement que les autres.

Mais la situation n'était toujours pas clairement définie. Qu'était-elle dans ce monde au juste? La première déduction, et la plus évidente pour le coup, c'était un soldat. Mais le mot "pilote" avait été prononcé. Pilote de quoi? Dans ce décor, et pour ce qu'elle en avait vécu, elle n'était qu'un soldat au sein d'un groupe sur le point de se déployer. Pour le reste, simple. Droïdes menaçants, colonie prise d'assaut, environnement hostile, champ de bataille à venir, pas de renforts prévus. Jusque-là, tout allait bien. Mais ce matériel, comment fonctionnait-il au juste? Sa réflexion fut écourtée quand la lumière de l'extérieur vint inonder l'intérieur de la navette. Aussitôt, elle se fit encore bousculer, en avant cette-fois ci. Naturellement, Miho opposa un début de résistance, sans le moindre succès.

"Hey! Un instant! Juste... AAAAAAAAH!!"

La somptuosité du décor fut rapidement éclipsé par une chute libre inattendue. Dans un réflexe naturel, Miho se tortilla en tombant, de manière à se préparer à l'impact, cherchant dans la foulée et de manière frénétique une commande quelconque pour s'éviter la sensation percutante d'un atterrissage un peu trop définitif. Ce serait quand même con de limiter sa découverte de ce monde virtuel au sol dans lequel elle se voyait déjà s'encastrer. Et le miracle opéra. Aidée par son matériel pas du tout maîtrisé, Miho ne fit qu'atterrir de façon un peu rude. Le souffle rendu temporairement court par la montée d'adrénaline, elle se redressa lentement, percutant qu'en fait, elle n'était même pas en train de respirer ainsi dans la réalité. Avant qu'elle n'ait pu ne serait-ce qu'esquisser un pas, une série de symboles s'allumèrent dans son casque. Son attention immédiatement attirée, elle les observa avec une curiosité étrange mêlée de fascination.

Dans l'ensemble, tout avait le mérite d'être clair. Elle remarqua ses armes, correspondant à ce qu'elle avait, repéra rapidement l'affichage des munitions en stock, et nota un emplacement vide qu'elle avait donc à disposition. La silhouette barrée d'un décompte la laissa par contre perplexe. D'autant plus que le temps à disposition paraissait plutôt minime. Mais surtout, il y avait ces cercles concentriques, et nettement plus familiers. Elle affilia presqu'immédiatement les points bleus les plus imposants à ses "coéquipiers" et repéra vite ceux qui indiquaient l'ennemi. Mais avant qu'elle ne se penche plus sérieusement sur la question, son oeil fut attiré par le départ aussi soudain qu'efficace de l'un des soldats. Si le double-bond n'était pas inconnu de la quarienne, la course sur le mur en revanche, était pour elle une nouveauté.

"Wow..."

Miho baissa les yeux sur sa main, paume ouverte, se demandant si ce genre de capacité était aussi intégrée à son matériel. Mais avait qu'elle n'ait pu s'y risquer, Seides "apparu" et apporta quelques réponses. Dit comme ça, ça avait l'air simple. Elle afficha un large sourire, totalement invisible sous ce casque certainement, ne lâchant qu'un murmure.

"Bien... Testons ça."

Elle s'élança son tour en avant, mais bien moins vite que l'exemple qu'elle avait eu sous les yeux. Arrivée non loin du mur, ses propulseurs la firent bondir bien plus haut qu'elle ne se l'était imaginée, vu son peu d'expérience avec ce matériel en particulier. Elle arriva contre le mur, tendit la main, effleura la paroi et... Ses doigts glissèrent sans que la paume de s'y fixe. Mue par des années d'entraînements et de réflexes durement travaillés, Miho bascula sur le le côté, pivota jusqu'à se retrouver tête en bas, tendit une main dans un mouvement sec et adhéra cette fois-ci à la paroi. Ses propulseurs la stabilisèrent et elle pu courir, manquant de trébucher un très court instant avant que le mouvement finalement naturel ne soit intégré. Arrivée au bout du mur, elle retomba au sol dans une roulade avant de se relever. Note pour plus tard: quand Seides disait d'ouvrir bien grand la main, il fallait le faire jusqu'au bout et éviter de garder un doigt légèrement replié.

Miho avait encore des questions plein la tête, mais avant qu'elle n'ait pu mettre la premier en mot, le radar lui indiqua la proximité soudaine de deux ennemis arrivant à l'angle d'un bâtiment. Elle releva son arme, retrouvant avec un plaisir à la limite du malsain ses instincts de soldat en pleine guerre, exacerbée par des formateurs de la flotte lourde qui veillaient à ce que la hargne envers l'ennemi synthétique soit soigneusement entretenu. A peine cette sensation vicieusement euphorique s'était-elle glissée en elle qu'elle fut douchée presqu'immédiatement quand le premier droïde apparu, braquant sa propre arme sur elle. Rappelée à l'ordre par sa honte autant que par de vieux souvenirs désagréable, les doigts de la quarienne se figèrent au lieu de faire feu. Le premier coup fut pour son assaillant, qui lui érafla l'épaule, ramenant Miho à la raison. Ce n'était qu'un monde virtuel, avec des ennemis virtuels, au concept d'IV précisé pour bien la faire déculpabiliser. Activant ses micro-propulseurs, elle se décala sur le côté... Beaucoup plus loin que prévu.

Miho percuta une porte, qu'elle finit par traverser avant de chuter au sol. Heureusement pour elle, l'habitude du combat restait bien présente malgré son peu d'expérience de cette armure et sur le dos, elle pu relever sans mal son fusil pour abattre d'une salve le droïde avant de se relever en retenant une série de jurons. En temps normal, Miho ne se risquait pas à aller sur le terrain avec un équipement qu'elle ne connaissait pas. Dans la réalité, c'était du suicide. Dans un monde virtuel, c'était étrangement exaltant.

"Seides?"

Elle se plaqua contre le côté de la porte défoncée, observant son radar, avant de sortir de son couvert pour aligner le second droïde. Maintenant elle pouvait finir sa question.

"A quoi correspond le décompte et la silhouette affichés dans mon casque?"

Sortant de la demeure heureusement vie jusque-là, Miho se propulsa en hauteur jusqu'à se poser sur le toit. Aucun autre droïde n'approchait d'elle, alors à elle de les traquer. C'était le jeu!
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 437
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 477.00 Points


Retour vers Nébuleuse du Serpent



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron