RP démo: Attentat sur la Citadelle.

*

RP démo: Attentat sur la Citadelle.

Message par Seides » 11 Décembre 2018, 10:23

« Formulaire du RP »


• Date du RP: xx xxxx 2 193 EC
• Lieu du RP: Noyau Concillien (Espace Concillien), Nébuleuse du Serpent, Citadelle.
• Type de RP: fermé
• Nombres de personnes requises: 2 : Miho'Shakti Vas Erakis, Laquarius Nix

Légende des Couleurs :
xxxxxxxxxxxx



Une semaine plus tôt, des invitations étaient arrivées en direct aux destinataires. Chose inhabituelle, l'invitation était sous forme physique. Chose encore plus inhabituelle, l'invitation été arrivée dans une petite boite plate, à peine plus grande qu'une enveloppe, de deux centimètres d'épaisseur, dont l'ouverture se faisait via une reconnaissance d'empreinte, oculaire et une commande vocale simple de demande d'ouverture.
Ce qui posa un menu problème à Miho qui dû partiellement se déséquiper pour ouvrir le sésame.

La boite portée simplement une mention "A la strict attention du destinataire."
Si une certaine dose de paranoïa avait soulevée dans l'entourage de Nix, les plus intelligents arguèrent que c'était un procédé bien trop sophistiqué pour se débarrasser de quelqu'un. D'autant plus sur Oméga où les contrôles d'immigration étaient sommaires et celui des armes inexistant. Néanmoins on lui demanda tout de même d'ouvrir ça dans un coin, merci !

Une fois ouvert, avec un petit "psssssshht" qui en disait long sur l'état des mécanismes internes du mini coffre-fort désormais ouvert, un courrier estampillés d'un sceau de l'Alliance révéla son contenu. Un vrai courrier en papier, avec une écriture manuscrite au style précis.

"Monsieur Nix/Mademoiselle Shakti,

Vos compétence ont été remarquées dans..."


S'en suivi une description de certains "hauts-faits" des deux personnes concernées.
Le courrier rappelait à Miho son "esprit d'initiative" lors de l’entraînement interracial qui avait eu lieu il y avait maintenant une paire d'années. Laquarius se voyait lui suggérer ses qualités dans sa petite vendetta.

Étrangement, ce genre de rappel laissait un goût plutôt aigre-doux dans la bouche des deux concernés. Ce n'était pas vraiment le genre de mission qui les glorifiait le plus...

"Nous souhaiterions grandement bénéficier de votre expertise dans une mission où nous vous demandons également votre discrétion.
Bien sûr votre participation n'est pas bénévole et les possibilités ci-jointes se débloquerons à votre arrivée, si toutefois vous acceptiez de prendre le billet qui vous est fourni avec ce courrier."


Les possibilités prenaient des formes différentes.
Pour Laquarius, des cartes donnant accès à des lignes de crédits sur un compte bloqué dans une banque Volus, connue pour sa discrétion, la sécurité de ses comptes et sa spécialité dans l'évasion fiscale. L'une des carte était à son nom, l'autre au nom d’Élisabeth, certainement pour le dérangement d'emprunter son garde du corps fétiche.
Pour Miho il y avait également une somme d'argent à son nom, l'autre carte en revanche était une liste de contrats de transports. La plupart n'avaient pas encore de dates ou allaient arriver dans le futur. Chaque lignes des contrats avaient des parties grisées, mais soit le nom du commanditaire, soit une partie des denrées à transporter étaient en clair, ce qui donnait une idée du gain à venir ou du très intéressant contact que cela allait rapporté, si la livraison devait se passer dans les meilleurs conditions.

Enfin, comme dit dans le courrier, il y avait un billet au départ de la station spatiale la plus proche des concernés et à destination d'une station spatiale secondaire, située dans la nébuleuse du Serpent.
Miho avait également en bonus une clé d'accès qui devait appartenir à un vaisseau ou une navette, bien qu'il n'y avait aucune instruction complémentaire à se sujet. Juste une petite plaque attachée à l'anneau qui supportait également la clé d'accès, avec un chiffre et un numéro dessus: D17.

Les instructions se finissaient sur une date précise et n'était pas signée. En revanche, il y avait un post-scriptum :

"Ne vous inquiétez pour la destruction du papier qui a été traité chimiquement pour s'auto-détruire. Veuillez ne pas vous brûler avec la réaction chimique."

En effet, à la moitié de la lecture, les plus observateurs pouvaient voir que le papier, d'un blanc immaculé, avait viré très légèrement au jaune et semblait très sec sous les doigts, comme sous l'effet d'un vieillissement ou d'une chaleur (qu'il ressentait légèrement sur les doigts). Ils avaient à peine fini de lire que déjà le papier s'écornait, les coins déjà consumés et des tâche brunâtres fumantes apparaissant à diverses endroits.

Une minute plus tard, le courrier s'était consumé et en fines cendres. Rien de pyrotechnique, mais visiblement un traitement chimique réagissant au contact de l'air, avait été appliqué. D'où le mini-coffre-fort sécurisé pour éviter autant les indiscrétions, que la destruction prématuré du courrier avant lecture par les concernés.

Ira ou ira pas ?

En ce qui concernait Fyn et Élisabeth, c'était un "ira". Cette dernière fût très insistante, la somme non-négligeable qu'elle avait vu semblant la convaincre. Fyn fût nettement moins insistant, méfiant à laissé partir Miho dans une aventure pour le moins inconnue et louche. Mais la valeur des contrats pour la Coopérative était trop tentante pour qu'il puisse l'ignorer. La décision appartenait à son ex-pilote.
Avatar de l’utilisateur
Seides
Papa Geth

Papa Geth
 
Message(s) : 312
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Créateur d'Avenir et d'Evolution
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 138.00 Points

Re: RP démo: Attentat sur la Citadelle.

Message par Laquarius Nix » 12 Décembre 2018, 16:58

Un curieux paquet dans les mains, Laquarius revenait au bar d’Élisabeth. Ce genre de surprise, si le terme paraissait vaguement approprié, n’était pas monnaie courante, pour être honnête c’était même du jamais vu, il n’en restait pas moins que Laquarius se retrouvait avec cette petite boite. Une fois arrivé à bon port, il fut étonné de la réaction de l’humaine. Lui qui s’attendait à la voir réticente à l’idée d’avoir ce colis ouvert en sa présence, ou au moins dans le même bâtiment que celui dans lequel elle se trouvait, eut en fait un tout autre accueil. Le paquet, apparemment très sécurisé, suscita un intérêt tout particulier pour Élisabeth qui empressa Laquarius de l’ouvrir. Empreinte digitale, rétinienne et vocale, tout y passa. Le Turien fut pris d’un sentiment fort désagréable, mais difficilement explicable quand il eut outrepassé toutes les barrières. En effet, s’il pouvait envisager que l’on récupère des échantillons de sa voix, à la rigueur des objets qu’il avait touché, chose assez simple sur des cadavres au final, il avait du mal à comprendre comment on avait pu lui analyser l’oeil pour en faire une clé à une foutue serrure. Il avait été imprudent, ça c’était certain.

Son questionnement interne lui gâcha un peu l’effet pour le moins théâtral, mais tout autant chimico-justifié, de l’ouverture. Il tira de l’intérieur le petit morceau de papier et le déplia. Une grimace s’étira sur son visage quand il découvrit la calligraphie toute humaine sur la page et n’eut que le temps de faire le lien avec le sceau de l’Alliance qu’Élisabeth lui subtilisait la page des doigts pour en entamer la lecture à mi-voix. À peine avait-elle commencé qu’elle leva les yeux vers Laquarius. Oui, il avait entendu ce qu’elle venait de dire mais ne souhaitait pas rebondir dessus, un souhait visiblement non partagé par la française :

« Alors comme ça tu restes toujours plus connu pour tes tueries que pour tes moments de brio contre Cerberus ? Quel dommage. »

Son sourire narquois en disant long, de même que la mine renfrogné du Turien, il ne s’agissait pas là de son fait d’arme le plus glorifiant et il trouvait vraiment limite de « remarquer ses compétences » au travers de cela, mais s’il s’agissait de mettre à feu et à sang un lieu quelconque, alors le lien était tout trouvé effectivement.

Évidemment que sa participation n’était pas bénévole, à ses lignes, il retourna le coffret qui laissa tomber un billet et deux cartes : une pour lui et une pour son employeur. Du bout des doigts, il récupéra la sienne et fit glisser l’autre devant Élisabeth. L’humaine posa le papier pour la scanner et apprécia le nom de la banque. Visiblement satisfaite, elle pensa au fait que le transfert serait facile puisque l’argent resterait à la même enseigne. Alors qu’elle allait reprendre la lecture, elle garda ses mains suspendues au dessus du papier et les posa sur le côté en observant la réaction étrange de la page. Elle se félicita d’ailleurs en lisant le post-scriptum.

Une fois la lecture achevée, les regards se croisèrent et l’évidence put se lire dans celui de l’humaine. Néanmoins, Laquarius posa tout de même la question fatidique de savoir s’il allait suivre ces instructions ou non.

« Oui, oui, bien sûr. Seulement, tu peux oublier le billet, ton contact a vraisemblablement le goût de m’inclure indirectement dans cette affaire. Donc tu te rendras sur place par mes propres moyens, selon mon envie. »

Le Turien leva les yeux au ciel :

« Avec cinq minutes de retard donc ? »

« Évidemment. »

Cette règle ne lui plaisait pas, mais Élisabeth y accordait une attention toute particulière, il ne comprenait pas pourquoi, en toute franchise.
Laquarius Nix #FFFFF80
Code couleur PNJ "récurrents"
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 246
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession: Gardien de Razum'Dar
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 101.00 Points

Re: RP démo: Attentat sur la Citadelle.

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 12 Décembre 2018, 19:47

Il était rare que Miho reçoive du courrier. Physique, s'entendait. Les seuls "colis" pour elle se résumaient à du matériel spécifique qu'elle avait demandé dans les commandes mensuelles du Maefis. Aussi ne cacha-t-elle pas sa surprise quand Ush vint déposer devant elle une petite boîte, pas bien épaisse, mais visiblement très bien fermée. Elle ne jugea pas utile de demander l'avis de qui que ce soit pour chercher à l'ouvrir. En revanche, elle s'était éclipsée, dans la soute, plus précisément dans le bon vieux Kodiak mainte fois maltraité par ses soins qu'elle prit soin de verrouiller derrière elle. Ce qu'elle ne regretta pas, surtout quand elle réalisa la prouesse dont il avait fallu faire preuve pour installer autant de systèmes de sécurité différent sur un si petit objet. Perplexe, la pilote avait quand même longuement hésité. Ce n'était pas qu'elle se méfiait du contenu, non. En fait, elle se méfiait surtout de l'expéditeur.

Miho était quarienne. Merci Captain Obvious. Mais par-delà cette évidence, être en possession des empreintes digitales, vocale et oculaire d'un quarien relevait d'un exploit. Elle ne doutait pas d'être certainement fichée quelque part pour ce qui était des empruntes. De même qu'elle pouvait envisager que compte tenu du fait qu'il lui arrivait de retirer son casque à bord du Maefis, sa voix sans filtre avait pu être enregistrée quelque part. Et puis, certains programmes faisaient des merveilles pour ce qui était d'épurer les sons entachés de parasites. Admettons. Mais ses yeux? Qui aurait pu prendre une image précise de ses yeux? Elle avait passé les tests élémentaires à l'école de pilotage, et encore aujourd'hui Daun effectuait les contrôles d'usage. Mais cela signifiait que son dossier avait dû être piraté à un moment où à un autre, puisque les fichiers enregistrés avaient été détruits avec l'Akeron pendant la guerre. Quelqu'un s'était infiltré dans les documents du Maefis? Il allait falloir qu'elle en parle sérieusement avec Akasha. Il y avait un sérieux problème de sécurité à bord.

Agenouillée à même le sol, elle considéra pesa le pour et le contre avant d'envoyer un message résumant ses pensées et ses doutes au geth concerné, avant de retirer avec précaution casque et gants. Soufflant une mèche de cheveux pour l'écarter de son visage, elle ouvrit enfin, non sans appréhensions, le petit coffret. A l'intérieur, rien de bien menaçant. La première chose qu'elle nota fut le symbole de l'Alliance. Mais un symbole, ça pouvait se reproduire. Et nul besoin de faire tant de mystère quand on possédait un dessin aussi facilement reconnaissable. D'autant plus qu'humains et quariens s'entendant bien, il y aurait eu des moyen nettement plus simple de l'atteindre, rien qu'en prenant contact avec l'armée quarienne par exemple. Elle conserva un esprit très critique en observant une liste incomplète, et une clé qu'elle reconnu comme étant de celles donnant accès à un véhicule, mais avec un simple numéro de place, sans indication de spatioport ou de parking quelconque. La carte tournoya entre ses mains quelques instants. Les crédits lui paraissaient dérisoires, mais il fallait bien reconnaître qu'avec ça, elle pourrait améliorer grandement son équipement, et offrir le reste à la Coopérative pour les projets de Fyn. Enfin elle se concentra sur la lettre.

Prenant ses aises, elle se retourna, posant son popotin sur le sol pour s'appuyer dos contre les sièges. Le "vos compétences ont été remarquée dans" lui fit se pincer les lèvres. Son "esprit d'initiative" avait toujours été très remarquable, et presque jamais en bien, malgré ses résultats. Elle ne pu s'empêcher de percevoir une ironie déplacée, bien que probablement inexistante. Elle reconsidéra les objets, tandis qu'elle abandonnait la lettre au sol, alors que celle-ci commençait à jaunir. Des coups contre la porte du Kodiak la tira de sa contemplation. Levant un bras, en se mettant sur un genou, elle activa l'ouverture de la porte sur un Fyn plus qu'étonné de la découvrir le visage à découvert.

"Tout va bien? Akasha m'a dit qu'on avait été piraté..."
"Ce n'est qu'une supposition. Mais quelqu'un, quelque part, possède mes empreintes digitales, oculaires et vocale."

Fyn se baissa, récupérant entre ses doigts protégés par ses gants la feuille en train de s'écorner.

"Apparemment ce quelqu'un a l'air de savoir d'autres choses. Je n'ai rien vu passer de particulier au sujet de l'Alliance dans les dossiers de la SCTI. Mais bon... Un logo..."
"...Ça peut se falsifier, je sais. Regarde plutôt ça."

Elle tendit la liste qu'il attrapa, laissant la lettre lui échapper pour qu'elle achève sa destruction sur le sol métallique du véhicule. Pendant qu'il en prenait connaissance, elle renfila soigneusement ses gants, vérifiant l'étanchéité des jointures, avant de repousser ses cheveux pour replacer son casque.

"Je la sens pas. En l'état, cette liste n'a aucune valeur. Et même complète, rien ne prouve que les contrats pourraient être assurés. Un papier simple, sans signature, n'a aucune valeur juridique."
"Et je ne suis pas du genre à croire à de belles paroles venant d'une entité inconnue se cachant derrière un symbole, le tout en ayant prouvé des compétences discutables en matière de renseignement."

La voix a nouveau déformée par les filtres, Miho se releva, récupérant la carte aussi bien que la clé.

"Bien... Je n'aurais pas trouvé très prudent que tu y ailles, surtout seule."
"Je n'ai jamais dit que j'y renonçait."

Elle fit tournoyer la clé entre ses doigts, sous le regard incrédule, puis blasé de son capitaine.

"C'est pour faire ce genre de chose que tu m'as sortie du cockpit du Maefis."
"Je pensais surtout à des missions validées par la Coopérative, qu'elles soient secrètes ou pas."
"Vois ça comme une petite infiltration, une pêche offerte aux infos."

Elle tendit la carte à son nom, indiquant son nom et la somme, bien que le montant restait pour l'heure aussi inaccessible que les contrats listés.

"Garde ça aussi. Sait-on jamais, si les gains sont réels, mais que je ne reviens pas, les fonds devront être transférés à mon frère."
"C'est de l'inconscience."
"Tu dis toujours ça..."

Fyn secoua la tête. Il ne chercha pourtant pas à la dissuader, conscient que si ce qu'i avait entre les mains avait une possibilité, même infime, d'être du concret. Ils seraient tous largement gagnants.

"Bon. Garde l'enregistrement de tes constantes activé dans ta combinaison."
"A vos ordres capitaine!"

Remontant les étages, Miho alla récupérer son matériel. Armure, armes, le tout soigneusement entretenu par Mithra et donc parfaitement opérationnel, puis Nuuma prit sur elle de la déposer dans le spatioport le plus proche. Pendant son déplacement, la quarienne reconsidéra sa destination. C'était la zone. Le Maefis y avait déjà fait une livraison sur laquelle personne n'avait voulu s'attarder. Il fallait dire que Thêta-Rho n'était pas particulièrement bien fréquentée. Mais il allait en falloir nettement plus pour la décourager. Elle tapota l'une de ses poches contenant la clé d'un transport encore inconnu. Peut-être le trouvera-t-elle sur la station minière. Ou peut-être ne s'agirait-il que d'une étape avant autre chose. Sans trop savoir sur quoi elle allait tomber, elle laissa les autres passagers quitter la navette pour débarquer sur la station, et sortit à son tour, marchant d'un pas discret, et mesuré, prenant le temps d'observer ce qui l'entourait avant de tâcher de repérer une indication sur la configuration des lieux.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 437
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 477.00 Points

Re: RP démo: Attentat sur la Citadelle.

Message par Seides » 14 Décembre 2018, 18:25

Miho et Laquarius firent le voyage chacun à leur manière et à leur vitesse.
Visiblement le "commanditaire" été quelqu'un qui n'avait pas autant de moyen qu'il le semblait... Ou était plutôt malin. Si à première vu l'agence de voyage choisie était du niveau miteux, que ça soit en terme de service ou de qualité de vaisseau (Miho eu plus d'une occasion de grincer des dents à ce sujet, voir de se faire peur en entendant des bruits qu'elle n'aimait pas entendre dans un vaisseau.), on pouvait en dire autant de ses mesures de sécurité. Son équipement passa sans encombre dans ses bagages, la vitesse primant sur la sûreté visiblement et globalement le manque de personnel motivé à défendre une place que personne n'avait réellement envie de voler.

Quoi qu'il en soit, elle arriva à destination et après quelques minutes à observer son environnement, elle trouva un plan sur un affichage fracturé qui ne semblait avoir connu de meilleurs jours, vu sa tendance à clignoter et la fissure qui parcourait un des côtés du panneau.

Elle comprit rapidement que la partie dock de la station était un quart de cercle dont le bord extérieur accueillait les vaisseaux. Les dock A et B semblait être pour l'accueil des vaisseaux miniers et les docks C et D recevait respectivement les navettes de liaison et les vaisseaux privés.
Une partie de l'affichage détaillait le dock où elle se trouvait et en effet, elle se trouvait sur le C.

Se dirigeant vers la partie D elle trouva rapidement le dock D17 qui était un hangar privé de petite taille. L'ouvrir lui donna accès à une navette, bien que n'ayant rien à voir avec les engins de type militaire avec son aspect typique de brique, conçu pour s’ouvrir des deux côtés, accueillir une petite escouade, un armement d'infanterie léger en tourelle et était un minimum blindé contre les petits calibres.

Celui là ressemblait plutôt à un engin taillé pour la course, avec son aspect profilé et un minimum de blindage. De plus son bloc moteur était surdimensionné comparé à la cabine minimaliste pour un ratio de 1 pour 3 ou 4 si on comptait le volume en plus de la longueur.
En faisant le tour de l'engin, posé sur trois pieds, Miho fini par repérer le la trappe situé en dessous du poste de pilotage. Un petit cache permettait d'inséré la clé et sitôt les voyant passé au vert, la trappe s'ouvrit, déployant une petite échelle qui l'amena dans la cabine proprement dite.
Cette dernière ne pouvait visiblement accueillir que 3 personnes, du moins assises, et elle arriva entre les deux sièges de derrière. Dos à ces sièges quelques compartiment permettait d'entreposer quelques bagages.

La verrière, plutôt large et formant même une partie du nez de l'appareil donnait une excellente vision de l'avant et des côtés. D'autant plus qu'il n'y avait pas à proprement parlé de tableau de bord et que les commandes étaient toute sur les larges accoudoirs du siège baqué de pilote.

Le seul élément était l'un des bouton rouge sur l'accoudoir gauche qui clignotait doucement.
Une petite pression dessus et le vaisseau s'anima, des affichages holographique se projetères sur la verrière en face du siège du pilote, l'engin passant en phase de diagnostic et affichant au fûr et à mesure les systèmes qui était analysé avant de les valider.
Sur le côté gauche apparût également une fenêtre vidéo sur laquelle on pouvait voir un homme d'âge mûr qui commença à parler.

"Mademoiselle Shakti, Monsieur Nix, merci d'avoir répondu à ma demande.
J'ai conscience du côté légèrement forcé …"


*
**
***


(quelques minutes plus tôt)

Laquarius débarquait dans un hangar miteux, du genre station spatiale abandonné, pirate standard ou n'importe quelle dock où le service n'importait plus trop. C'était sale, les murs et plafonds aurait bien besoin d'un décapage en règle et le sol avait quelques plaques branlante.
Le dock pouvait accueillir cinq ou six vaisseaux à la fois, mais celui qui l'avait amené ici était le seul à l’amarrage.

Il n'y avait pas grand monde, juste le personnel qui s'occupait de la routine d'un vaisseau qui venait de s'amarrer et un ou deux robot qui tentait vainement de faire la maintenance du dock à eux seul.
S'il s'était attendu à un quelconque accueil, il en été pour ses frais, et plusieurs sorties s'offrait à lui.
En s'approchait d'un panneau d'affichage de l'autre côté de la station d'amarrage, il pouvait constaté qu'il était dans le dock D et que son vaisseau derrière lui était à l'emplacement 6, s'il en croyait le gros chiffre au-dessus du sas.

En manipulant les commandes holo de l'affichage, il pouvait toujours afficher un plan d'ensemble et détailler sur la station, mais à part constater qu'une partie restait vide de détails interdit au publique, il pouvait voir qu'il n'y avait pas grand chose à faire à part visiter le bar local ou voir si l'état de l’hôtel à côté était plus reluisant que celui des docks.

Avant qu'il puisse prendre une décision, un homme en bleu de travail, qui n'avait pas vu un rasoir ou une douche depuis un moment, s'approcha de lui depuis le côté du dock et s'arrêta s'arrêta à deux ou trois mètres de lui.
Pendant tout le chemin, il n'avait cessé de regardé dans sa main en coupe et en s'arrêtant, Laquarius pût observer qu'il avait regardé une petite image, certainement une photo de lui à n'en pas douté.

L'homme s'adressa à lui d'un air bourru : "Je sais pas pourquoi vous êtes pas arrivé avec votre autre greluche, mais on m'a pas parlé de traverser la station pour m'assurer que vous irez là ou vous devez aller. Surtout que le contremaître va se poser des questions sur mon retard.
Alors pensez bien à dire que j'ai fait mon boulot et que je serai pas contre un petit extra.

Oh, et je serai vous je me rendrai au D17 avant que l'autre greluche se tire. C'est les dock privés, c'est au-dessus."

Il n'attendit pas une confirmation, soit qu'il se fichait de savoir s'il avait été compris, soit il n'avait aimé ni l'air, ni l'armement de Laquarius, même s'il n'était pas affiché ostensiblement.

*
**
***


En arrivant au hangar D17, il pût voir que la porte en était ouverte, ou du moins n'était pas verrouillé et qu'il contenait un engin noir à bande blanches aux lignes agressives. Une échelles était déployé sous le cockpit et il pouvait entendre une voix qui venait de l’intérieur, bien qu'il n'entendit ce qui se disait qu'en s'approchant et en grimpant les premières marches.

En passant la tête par l'ouverture il pût entendre une vidéo dejà lancée et reconnaître une silhouette familière, à moins que ce ne soit un double d'une combinaison connue.



"...et totalement mystérieux de la demande, mais j'ai besoin d'agent avec un panel de compétences particulières qui ne sont pas disponibles dans mon organisation. D'où mon appel à des personnes extérieurs. Un appel que je ne désir pas faire de manière officielle, ce qui m'a amené à ces arrangements.

Je n'en dirait pas plus dans cet enregistrement, car nous devons parler de vive voix. Dans l'ordinateur de bord se trouve les coordonnées d'une destination au milieu de la ceinture d'astéroïde. Ma frégate vous y attendra."


Le visage eu un sourire amusé pendant qu'il ajoutait : "Je pense que vous saurez apprécier les qualités de cette navette pendant votre déplacement mademoiselle Shakti. J'espère que même si vous refusiez ma proposition, ce qui est une possibilité, vous pourriez au moins nous donner vos retour professionnel sur ces capacités."
Avatar de l’utilisateur
Seides
Papa Geth

Papa Geth
 
Message(s) : 312
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Créateur d'Avenir et d'Evolution
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 138.00 Points

Re: RP démo: Attentat sur la Citadelle.

Message par Laquarius Nix » 16 Décembre 2018, 02:15

Le voyage de Laquarius se passa sans encombre, ou presque. Il fut convoyé dans un des vaisseaux d’Élisabeth, un machin un tantinet luxueux et surtout trop gros pour un seul passager mais apparemment il fallait cela pour se faire bien voir. Le pilote dû aussi faire une courte pause à l’approche de la station qui lui servait de destination afin de respecter le retard imposé par sa patronne. Il était habitué à la méthode et fit la moue en constatant qu’il avait deux minutes d’avance sur les cinq de retards, d’ordinaire il visait mieux. Sans s’émouvoir plus que ça, il avait lancé un jeu sur son OmniTech le temps se recadrer avec le timing et était reparti.

En descendant sur le quai, Laquarius s’était arrêté un instant pour se retourner et regarder le vaisseau qui venait de le déposer. Ce n’était donc pas une impression, le vaisseau n’avait pas gagné en prestance en cours de route, la station était tout simplement en ruine. Une main sur le pistolet à sa ceinture, sa Veuve Noire bien en évidence dans son dos, le mercenaire s’avança dans le hangar, en direction d’un panneau d’affichage, seul chose remarquable du coin, il supposait donc que si le mystérieux prestataire avait de plus amples instructions à donner, ça serait le point de rendez-vous. Il ne fut pas déçu. Alors que sa main gauche faisait tourner le plan de la station, la droite toujours vissée à sa ceinture, une homme s’approcha à ses côtés. En bon habitué, Laquarius n’eut aucune réaction, pas plus d’ailleurs en entendant le ton emprunté par le prolétaire. En temps normal, il aurait sans doute pris le temps de rappeler sa place à cet homme mais là il était en mission, il n’avait ni le temps ni la marge pour faire ça. Le Turien se contenta donc de faire une recherche sur le dock D17 et suivit le chemin suggéré par le panneau.

Arrivé à bon port, à moins que ça ne soit une étape de plus, il trouva une navette, une petite échelle déployée en dessous. Par mesure de précaution, il dégaina son arme, laissant son bras le long de son corps pour ne pas se montrer menaçant pour autant. À pas de loup, Laquarius progressa en direction de la trappe. Une fois dessous, il perçut une voix venant du cockpit. Le timbre grésillant lui laissa comprendre qu’il ne s’agissait pas d’une personne physique. Doucement, il grimpa à l’échelle, tâchant de ne pas faire de bruit en tendant l’oreille pour ne pas rater des morceaux du discours.

Le dernier barreau passé, il put avoir une vue du poste de pilotage et n’eut pas de mal à reconnaître la pilote assise aux commandes de l’engin, difficile d’oublier cette capuche rouge et ces ornement dorés. Il attendit que l’enregistrement soit fini pour s’approcher de la Quarienne, à une distance où elle ne pouvait pas décemment le braquer avec son fusil, au cas où, et prit la parole :

« À croire que nous sommes voués à nous rencontrer sur des plans foireux.. »
Laquarius Nix #FFFFF80
Code couleur PNJ "récurrents"
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 246
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession: Gardien de Razum'Dar
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 101.00 Points

Re: RP démo: Attentat sur la Citadelle.

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 16 Décembre 2018, 15:07

Trouver le véhicule qui allait avec la clé qu'elle avait reçu n'avait pas été bien compliqué, malgré l'état délabré des écrans affichant le plan de la station. En arrivant à l'emplacement D17, la quarienne ne pu s'empêcher de marquer un temps d'arrêt pour admirer la bête. Ce n'était clairement pas le genre de joujou qu'elle pourrait avoir à bord du Maefis sans faire grincer des dents Fyn. Ceci dit, elle eut un petit sourire en coin quand, après s'être rapprochée, elle eut la confirmation qu'il s'agissait bien du bon véhicule. Mission réelle ou arnaque, peu importait, si la bécane en avait autant sous la carlingue qu'elle le laissait supposer, au moins Miho se serait amusée le minimum syndical.

En entrant, elle posa naturellement ses affaires supplémentaires au sol, sur le côté et hors du passage, là où un peu d'espace s'y prêtait. Dans la semi-pénombre chassée par l'éclairage des docks, elle observa les trois sièges, et fronça les sourcils. Si tout était bien pensé, il était clair qu'elle n'allait pas rester seule tout au long de cette escapade. Elle fit une rapide vérification ses sièges, ignorant quelques instants le voyant rouge, se doutant bien qu'il s'agissait là de la suite des événements. Mais tout de même, rien ne lui interdisait d'être un minimum prudente. D'ailleurs, elle finit par s'installer, prudemment, à l'emplacement du pilote, et observa une à une les commandes. L'ensemble état nettement plus ergonomique que son bon vieux kodiak. Piloter ça devait être une partie de plaisir en comparaison. Cependant, avant même d'envisager prendre le contrôle de l'appareil, elle préféra presser le bouton clignotant.

Instantanément, tout s'alluma. Les prunelles pâles de la quarienne coururent brièvement sur les indications d'état des différents systèmes, tout en repliant une jambe contre elle, pied en appuis sur le bord du siège, posant d'un air désinvolte son bras sur son genou. Tout était en ordre à priori. C'était la moindre des choses si le commanditaire espérait bien la voir mener qui que ce soit à une destination précise. D'ailleurs en parlant de commanditaire...

"Mademoiselle Shakti, Monsieur Nix, merci d'avoir répondu à ma demande.
J'ai conscience du côté légèrement forcé …"

"Nix...?"

L'homme d'âge mûr qui avait enregistré le message confirma son idée première sur le fait qu'elle ne serait pas seule. Pourtant, elle fut clairement surprise en entendant le nom de Laquarius prononcé. Elle fronça les sourcils, perplexe. Miho n'avait pas revu le turien depuis ce repas après Oméga. Pas plus qu'elle n'avait eu de nouvelles de sa part. Avait-il pu mener ses objectifs à bien? En tous les cas, pour avoir été certainement convoqué lui aussi, il devait être en vie, ce qui arracha un soupire de soulagement à la quarienne.

Elle poursuivit l'écoute, et alla pendant le discours même regarder le contenu de l'ordinateur de bord pour afficher la destination indiquée. La rapidité et la fluidité d'affichage lui confirmèrent la qualité de l'appareil, même si elle n'avait pas encore lancé les moteurs. Pour ça, il allait d'abord falloir trouver Nix. Mais d'abord, elle allait devoir s'attarder sur cette sensation d'une présence supplémentaire dans l'habitacle. Sa main glissa de son genou à son mollet, où ses doigts se refermèrent sur la garde de son poignard qu'elle tir légèrement. Elle n'eut pourtant pas le temps de la tirer car dans son champ de vision, une silhouette pas si étrangère que ça se profila.

"Laquarius!"

Elle repoussa le poignard à sa place et se releva pour saluer le mercenaire.

"Je pense qu'on va finir par trouver ça banal. Installez-vous seulement, on a l'air d'être attendus."

Aucun nom supplémentaire n'avait été prononcé, signe qu'il n'était pas plus nécessaire de trop s'attarder sur cette station. Et puis, ils auraient le trajet pour parler. Miho se rassit et enclencha la fermeture de la navette, et le repliage de l'échelle. Après avoir vérifié que la voie était libre en respectant les protocoles d'usage liés à un départ, elle fit décoller la navette pour quitter le dock. Mais tout ça ne l'empêcha pas de relancer la discussion.

"Ça fait longtemps! Que devenez-vous? Comment ça se passe sur Oméga?"

Elle n'osa pas poser de question trop directe en lien avec leur dernier échange. Au moins elle pouvait s'enquérir de la situation générale alors que la navette, dont elle comptait bien éprouver certaines capacités, prenait la direction de la ceinture d'astéroïdes.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 437
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 477.00 Points

Re: RP démo: Attentat sur la Citadelle.

Message par Seides » 17 Décembre 2018, 21:04

Le réflexe "défensif" de chacun aurait pût faire tourner court les retrouvailles, heureusement chacun reconnu l'autre instantanément.

Après le message écouté et les coordonnés vérifiée, chacun se sangla à sa place et Miho profita des dernières vérifications automatiques et de la montée en puissance du réacteur pour se familiariser avec les commandes.

La plus grosse particularité était que toutes les commandes était sur son siège, pas besoin de lever la main. En revanche elle devait se familiariser avec les emplacements sous ses doigts. Des doigts plus fins que ceux des Quariens. De même certaines commandes étaient aux pieds, le roulis en l'occurrence. A droite un manche pour le tangage et le lacet, à gauche la vitesse et le réglage tactile de pas mal de paramètres de vol.
Elle n'avait qu'à bouger son doigt le long de la réglette holo pour cela, ce qui était plutôt pas mal et rapide. Le reste étant (poues les plus importants) le réglage des boucliers servant à repousser les objets pouvant venir percuter l'appareil pendant le vol. Cette valeur variait en fonction de la vitesse, le même objet (comme un simple cailloux ou une poussière) devenant plus dangereuse avec la vélocité. Elle pouvait faire varier cette valeur pour donner un petit boost aux moteurs, mais l'attribution était verrouillée à 50% de la valeur de boucliers. Également le contrôle des capteurs, avec un mode actif mais qui ne semblait pointer que vers un cône approximatif vers l'avant.
Enfin, il n'y avait pas d'armement malgré les recherches de Miho en ce sens. L'engin était définitivement taillé pour la vitesse.

Après avoir fini son check, lancer la propulsion et ouvert le hangar sur le vide, elle s'élança... Un peu plus vite que ce que les normes autorisaient, ce qui ne lui valu même pas une remarque du contrôle de vol, aussi léger que le contrôle des bagages. Au moins elle venait d'apprendre que cette navette était aussi véloce qu'elle en avait l'air.
Elle nota également comme son dossier s'était légèrement incliné et son repose jambe remonté pour compenser l'accélération.

La suite ne fût pas de tout repos non-plus le véhicule disposant d'un système de poussé vectorielle très performant, en plus des propulseurs de manœuvre qui s'enclenchaient dès qu'elle faisait autre chose qu'aller tout droit. Ces performances hors-norme donnèrent un rien de fil à retordre à Miho et une trajectoire d'un homme ivre au vaisseau alors qu'elle tentait de mettre sa monture sur le bon axe.
Pendant les quelques minutes nécessaires à la pilote pour se familiariser avec la sensibilité du vaisseau, Laquarius profita également des performances de l'appareil, bien que les subissant plus que sa compagne qui pouvait au moins anticiper un peu sur les manœuvre qu'elle tentait. Heureusement un solide arceau était venu le plaquer contre son siège et les côtés de son repose-tête s'était repliés de chaque côté de ses tempes, lui évitant un mauvais tour de coup.

La poussé était quant à elle simplement prodigieuse et elle n'avait pas encore tester la vitesse de pointe, mais elle était à 40% de la réglette et l'engin filé déjà comme un chasseur.
Visiblement aucune concession n'avait était faite pour en faire autre chose qu'un vaisseau de course. Son profil pointe de flèche à trois pans, son triple propulseur, inspirait déjà la vitesse, mais c'était encore mieux que ce qu'elle avait imaginée.
Lors de l'activation du réacteur, son siège s'était avancé de quelques centimètres avant de se verrouiller, lui cachant jusqu'au support de l'assise. Pour ce qu'elle en savait, mise à part quelques reflets sur la verrière, et l'affichage holo minimaliste, elle flottait dans les étoiles.


*
**
***


Une petite heure fût nécessaire pour se rendre au point de rendez-vous. Elle aurait pût faire moitié moins dans un engin qu'elle connaissait ou moins exigeant, mais elle pilotait quelque chose qui n'était ni l'un, ni l'autre. De plus elle avait fait un détour pour éviter le gros des amas d'astéroïdes, en profitant surtout pour tester un peu cette poussée et la vitesse de pointe.

Bref, ils étaient arrivé et en s'approchant il tombèrent sur une zone dégagée au milieu d'astéroïdes, avec une frégate qui attendait gentillement leur arrivée. Cette dernière était à l'arrêt, tout systèmes éteint et il fallut s'approcher pour se rendre compte que le réacteur devait tourner au ralentis, mais était indétectable malgré les capteurs de leur vaisseau plutôt performants.
Bien avant ça, elle reçu un transmission lui indiquant un vecteur d'approche qui l'amènerai sous le vaisseau.
Ce dernier était une frégate de l'Alliance, tout à fait classique, mais qui n'avait aucun nom sur le côté. Tout comme le reste de ses systèmes, le transpondeur était aussi à l'arrêt.

Après s'être approché, les dernières manœuvres se firent en automatiques, jusqu'à se coller et qu'une cordon de liaison se déploie pour assurer une isolation entre leur vaisseau et la frégate. Visiblement, on avait pas prévu d'accueillir le vaisseau de course à bord, mais simplement les passagers.
Ils entendirent un bruit métallique d'une trappe qui s'ouvre et qu'une voix de les hèle : "Hello. Monsieur Nix, mademoiselle Shakti ? Veuillez débarquer je vous pris, l'heure tourne hélas."


*
**
***


"Je suis le colonel Briggs. Enchanté."

Après avoir été débarqué par une trappe via un cordon ombilicale, seul moyen pour un vaisseau de la taille du coursier, malgré son statut de navette, les deux camarades s'étaient retrouvés dans la soute de la frégate, face à un humain avec les épaulettes de colonel, bien que son uniforme ne soit pas réellement standard. En faite il portait un blouson en simili-cuir sur lesquels il avait mit les épaulettes.
Dans le hangar résidait deux navettes militaires. L'une tout à fait standard dans l'Alliance, marquage y compris, l'autre était en revanche d'un noir uniforme et semblait plus lourdement blindée.

Aux de chaque côté des portes principales du hangar, deux silhouettes de race indéfinissable, mais probablement humaines, étaient postées. En face de chaque côté des portes de l’ascenseur les même gardes été posté, dans un immobilisme total. Mais la silhouette la plus remarquable était celle en armure lourde Destroyer qui patientait entre les deux rangées de consoles qui faisaient face à l'ascenseur. On pouvait noter également le fusil à pompe d'une taille tout à fait adapté à l'armure, bien que n'étant pas spécialiste du domaine, ni Miho, ni Laquarius ne savait exactement si l'engin était aussi mortel qu'il en donnait l'air.
Toutes ces personnes avaient des armures d'un noir aussi uniforme que la deuxième navette et sans marquages.

Il était assit à une table de campagne et face à lui étaient disposés trois tables de campagne sur lesquels il avait proposés de s’assoir le duo. Si l'un des deux ou les deux refusaient, il ne faisait pas de commentaire, mais s'adressait dans ce cas à la personne assise, ou celle la plus immédiatement en face de lui.
"Je suis des renseignements de l'Alliance et avant que vous ne me le demandiez, non je ne peux pas vous prouver dans l'immédiat une preuve irréfutable de mon identité. Par irréfutable, entendez rien qui ne puisse se falsifier.
En revanche je suis plutôt une figure de proue de mon organisation, ce qui veut dire que je ne suis pas inconnu, donc vous pourrez toujours faire une recherche extranet. Ce genre de chose se trouve dans le domaine publique. Bien sûr, vous vous doutez que si je ne vous contact pas officiellement, c'est que je nierai notre rencontre."


L'homme était de taille moyenne, les cheveux brun, coupé court mais pas à la militaire, juste une frange et juste assez de cheveux pour cacher le crâne. Le sourire affable et l'attitude détendu de l'interlocuteur n'étaient trompées que par les yeux vifs et intelligent de l'humain. Malgré tout, il était on ne peut plus passe-partout et au milieu d'une foule ou si on ne lui prêtait pas spécialement attention,il était facile à oublier.

Il se tourna vers Miho pour ajouter : "Oui, même les capteurs ou enregistreurs intégrés de vos armures ne pourront témoigner.
Désolé si quelqu'un suivaient vos signes par ailleurs, miss. Il va devoir attendre que vous sortiez d'ici."
Il tapota du doigt un petit engin en demi-sphère aplatit, gros comme la paume de la main, qui bourdonnait doucement. Aucun des deux ne l'avait raté en s'approchant de la table, mais il connaissait désormais la fonction.

"Mais passons au vif du sujet, la raison de votre présence.
J'ai simplement besoin de personnels aux compétences particulières. Du genre qu'on ne trouve pas n'importe où. J'avais besoin d'une pilote assez douée pour piloter cet engin et sachant se débrouiller sur le terrain.
L'autre personne devait pouvoir être dans son élément dans les milieux disons... Très en marge de la loi.

Je sais également que vous pourriez me dire : "Vous n'avez qu'à prendre des mercenaires avec ces compétences,vu ce que vous avez dépensé pour nous." Et vous auriez raison.
Mais il n'existe pas de monnaie pour les personnes corrects. Oui, même vous monsieur Nix, malgré les raisons évoquées pour que vous veniez.
L'homme n'en dit pas plus sur ce sujet, visiblement respectueux de cette partie de la vie du Turien. Ne sachant pas également ce qui les deux avaient bien pût partager.

"Et donc vous voilà. Un des éléments déterminant et que vous avez déjà travaillé ensemble... Et que ça semble fonctionner. Et ce genre de duo, avec ces compétences et cette droiture, de celles que l'on estime, c'est... Et bien d'après nos dossiers, vous êtes les seuls."

Cela en disait long sur ce que l'Alliance en savait sur les deux personnes en face de lui. Assez pour brosser un profil psychologique qu'ils jugeaient fiable.

Prenant une inspiration après sa tirade et les éventuelles questions qui avaient pût surgir jusque là, il poursuivit : "Avant que nous poursuivions, vous pouvez refuser. Après, il sera trop tard.

Il m'importe peu ce que vous pourriez raconter en sortant d'ici. Nous aurons beau jeu de réfuter, et encore juste les parties que vous pourriez prouver. Mais même mon absence peu s'expliquer. Naturellement les opportunités proposées ne se transformeront pas en fait et nous vous rayerons des personnes que nous jugeons fiables. Ce qui dans le cas contraire est profitable. Juste à titre de bonus.

Alors ?"


L'humain attendit les questions, son sourire affable, sa version d'une expression neutre, de retour sur son visage.
Avatar de l’utilisateur
Seides
Papa Geth

Papa Geth
 
Message(s) : 312
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Créateur d'Avenir et d'Evolution
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 138.00 Points

Re: RP démo: Attentat sur la Citadelle.

Message par Laquarius Nix » 26 Décembre 2018, 01:30

Le mouvement de Miho en direction de son poignard n’avait pas surpris Laquarius plus que ça. Il fut en revanche plus étonné par la rapidité avec laquelle la pilote s’était ravisée, une vivacité dont il n’avait pas l’habitude sur Oméga, là-bas, on se défendait toujours, par mesure de précaution. Le Turien suit l’invitation à s’installer et observe l’appareil prendre son envol.

« Je suis passé homme de main d’Élisabeth, autant dire que l’argent qu’on nous a promis, je ne suis pas près de le voir, mais comme je n’en ai plus rien à en faire.. »

Il haussa les épaules avant de tirer un paquet de cigarette d’une de ses poches.

« Le tabac vous dérange ? »

Devant l’avis mitigé de Miho quant au fait de fumer dans un véhicule ne leur appartenant pas, Laquarius rangea son paquet avant de poursuivre :

« Sinon Oméga est toujours aussi merdique, Arya en moins et la chasse aux traîtres en plus. Ce qui constitue néanmoins une source de revenu stable, pour le moment. Et vous ? Vous avez réussi à lancer votre gros projet ? »

*
**
***


Le trajet se déroula sans encombre, juste le temps de commencer à s’ennuyer. Ils débarquèrent enfin dans un gros vaisseau de l’Alliance, accueillis par un de leurs soldats. Le type se présenta comme étant un colonel, la belle affaire. Laquarius s’approcha du bonhomme et lui serra la main.

« Je peux fumer ici ? »

Ce n’était pas que le blabla qu’on allait lui servir ne l’intéressait pas mais il avait l’habitude à force. Briggs lui indiqua qu’il était en droit de s’en griller une. L’homme de main attrapa immédiatement son paquet et en tira une, il le tourna ensuite vers l’humain, lui proposant, à voix basse pour ne pas couper trop dans le discours, une clope, refusée d’une geste de la main. Deux coups de briquets plus tard et le Turien respirait la fumée toxique émanant de sa cigarette. Il sourit quand l’humain tapota tout fièrement son petit machin censé le protéger de tout enregistrement. C’était naïf de sa part, son brouilleur pouvait le garder de la diffusion via le réseau mais si les images ou le son étaient enregistrés directement sur un disque ou une carte dans l’armure en ne passant que par du physique, son machin, aussi stylisé soit-il, ne pouvait rien y faire. Ou alors son boîtier produisait un champ électromagnétique phénoménal mais à ce compte-là le gros doudou derrière était hors service et l’oreillette liée à l’OmniTech serait en train de lui bousiller l’oreille.

Enfin l’homme attaquait la raison de leur présence. Ou presque, il se lança dans un nouveau babillage ponctué par un sous-entendu à destination du Turien. Il ne réagi pas mais nota alors qu’il faisait tomber les cendres de sa cigarette au sol. Le soldat s’était tiré une balle dans le pied, soit il n’y connaissait rien en négociation, soit il ne réalisait pas que les personnes en face de lui s’en rendrait compte. Patiemment, Laquarius le laissa finir, dégustant sa cigarette cette fois, une sourire presque malicieux s’étant glissé sur ses lèvres.

« Vous ne nous avez toujours pas dit pourquoi nous étions là. Vu que vous nous connaissez si bien, vous devez savoir que le mensonge par omission est pour moi une cause de rupture de contrat. Ça serait dommage pour vous, après tout, nous sommes les deux seuls à pouvoir mener cette mission à bien, si l’un ou l’autre se rétracte, tout tombe à l’eau et vu le mal que vous vous êtes donnés pour nous faire venir, ça serait bête. Donc avant de demander si je signe, présentez moi le contrat dans son intégralité. »

Il tira sur sa cigarette et la porta devant ses yeux pour en regarder ce qu’il en restait.

« Au lieu de vous préoccuper de savoir si nous allons pouvoir vous balancer, occupez vous de vous assurer que la mission se déroule convenablement et ça commence maintenant, à moins que vous ne vouliez des détails concernant « les raisons évoquées pour que je vienne », ça vous permettra d’étayer vos dossiers. »

Il ponctua sa phrase en écrasant sa cigarette sur la table et plongea ses yeux dans ceux de Briggs :

« Cadeau. Je vais peut-être bientôt me passer les doigts à l’acide. »
Laquarius Nix #FFFFF80
Code couleur PNJ "récurrents"
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 246
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession: Gardien de Razum'Dar
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 101.00 Points

Re: RP démo: Attentat sur la Citadelle.

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 27 Décembre 2018, 18:24

En cours de route, Miho fut contente d’avoir des nouvelles un peu plus récentes du turien. Il fallait dire que depuis les évènements d’Oméga, et le départ temporaire qui avait suivit, ils n’avaient pas repris contact. Au final, il avait retrouvé une place dans tous le chaos qui avait découlé de l’assaut de Cerberus. C’était une bonne chose, probablement. De son côté à elle, les changements n’avaient pas été bien plus marquants, mais elle avait gagné en indépendance, même si le cockpit du Maefis lui manquait régulièrement.

« Oh, ça s’est lancé. Fyn a su développer l’idée, et du coup je suis plus libre d’agir. Comme maintenant, en somme. »

Libre de se retrouver dans des situations rocambolesques sans que le reste de l’équipage n’y soit mêlé était en soi un grand bon en avant pour la quarienne. A ce propos, elle se dit qu’il serait aussi peut-être préférable qu’elle se sépare d’une partie de son nom, afin d’assurer d’autant plus l’intégrité du Maefis si jamais elle venait à merder sérieusement.

En attendant, dans l’immédiat, elle profita surtout du plaisir certains que lui apportait la conduite de ce véhicule. C’était typiquement le genre d’engin qu’elle ne pouvait pas s’offrir pour le moment, à moins qu’elle ne fasse une requête officielle auprès de la Coopérative, peut-être. Mais ce petit côté inaccessible la poussait aussi à profiter pleinement de ce moment. Une heure pouvait paraître beaucoup, mais c’était vraiment court pour elle. Rien que le côté instinctif des commandes lui donnait la sensation de filer à même l’espace, sans carlingue autour d’elle. Avec un peu d’entraînement, et un armement adéquat, cet engin pourrait s’avérer être l’un des meilleurs chasseurs de son temps. De quoi la replonger avec délice dans ses premières heures de pilote de chasse de la flotte lourde. Mais le plaisir fut, comme prévu, de trop courte durée.

Pendant un instant, elle crut que la frégate de leur rendez-vous avait été abandonnée, tant l’appareil flottait paisiblement dans cet espace plus dégagé. C’était sans compter sur l’affichage du vecteur d’approche qu’elle reçut et suivit consciencieusement. Elle reconnu le style de l’Alliance, ce qui semblait confirmer le logo de la boîte qu’elle avait reçu. Mais l’absence de tout nom ou marque reconnaissable démontra clairement qu’il ne s’agissait pas d’un corps officiellement reconnu. Des services secrets peut-être ? Cette sensation se renforça quand, après avoir relié la navette à la frégate et été accueillis par un humain, elle pu en voir plus sur le contenu du vaisseau. Après les politesses d’usage, et un regard rapide sur les épaulettes du colonel, son regard, comme à son habitude, resta tout particulièrement mobile. Elle nota la présence des kodiaks, et les spécificités plus particulières de l’un d’entre eux, les armures peu conventionnelles et l’armement en conséquent, qu’elle ne reconnu pas vraiment, mais dont elle pu supposer très fortement l’efficacité. L’ensemble apportait déjà plus de crédibilités que les propos seuls du colonel. Non pas que Miho le considère comme un menteur, mais le fait était que se baser uniquement sur des mots n’étaient pas dans ses habitudes. Aussi elle partit du principe que tout ce qui était dit se devait d’être considérer avec un minimum de précautions qui devraient, dans l’idéal, venir à disparaître avec la suite des explications et surtout la mission pour laquelle Laquarius et elle avaient été concrètement mandatés.

Elle resta silencieuse. Faire dans le surenchérissement verbal ne l’intéressait pas dans l’immédiat. Ses yeux passèrent rapidement sur l’appareil indiqué, et elle se dit que si ses camarades quariens la récupéraient sous forme de cadavre, le manque d’enregistrement sur ce laps de temps serait bien plus suspect que s’il n’y avait rien eu de bien particulier. Mais soit. La parano était un art comme un autre, et elle en comprenait l’origine, même si dans le cas présent, et dans son cas à elle plus particulièrement, cela aurait l’exact effet inverse à celui voulu. Et Miho ne retransmettait pas en direct ce genre d’info. Déjà parce que c’était instable compte tenu des aléas des déplacements, et qu’en prime elle deviendrait repérable et vulnérable par n’importe quel adversaire un peu trop porté sur le hacking.

Qu’un inconnu bien placé au sein de l’Alliance sache deux ou trois choses sur elle ne l’étonnait pas. Après tout, elle avait déjà collaboré avec un spectre à deux reprise, et avait même été envoyée sur le terrain sur ordre de l’un d’entre eux. Elle se doutait bien que les militaires bien placés, surtout dans le renseignement, devaient savoir dans quelles circonstances elle se grattait le popotin. Même si l’accès à certaines infos, comme l’enregistrement de ses iris par exemple, lui échappait encore. Après pour ce qui était des compétences et de l’honnêteté, c’était une autre histoire. Pour une fois, le côté « je suis les ordres mais pas trop » avait joué en sa faveur. Pour Laquarius, elle ne pouvait pas s’avancer. Il était d’Oméga, avait grandit dans des milieux plus que louches, et pourtant, jamais il ne lui avait fait de coup de pute sur le terrain. Grande gueule peut-être, mais là encore, la quarienne accordait bien moins de crédits aux propos qu’aux actes. Pour le reste, et leur capacité à bosser ensemble, Miho se dit qu’elle avait l’avantage de s’adapter assez facilement pour bosser correctement avec à peu près tout le monde. En plus, sa moralité la rendait prévisible sous pas mal d’aspect, ce qui facilitait par extension l’adaptation d’un collègue à elle. Cependant, il fallait bien dire que compte tenu des sous-entendus évoqués, vu le milieu, Laquarius allait être l’élément indispensable du duo.

Légèrement en retrait, Miho se contenta de croiser les bras. Elle ne voulait pas particulièrement rentrer dans une partie de kikimeter. C’était plutôt le dada de Laquarius, et indirectement du colonel qui devait annoncer la taille pour s’assurer la pleine attention de ceux qu’il voulait recruter. Elle leva même les yeux au ciel quand le turien se lança à son tour sur le sous-entendu.

« Bon, maintenant que tout le monde a posé ses couilles sur la table, on pourrait peut-être entrer dans le vif du sujet ? Je n’aurais qu’une exigence avant d’aller plus loin. Que la mission soit une réussite ou non, je veux que les fonds financiers soient en tous les cas versés. Vous comprendrez qu’à défaut de voir grandir mon neveu, je veuille au moins lui assurer un avenir. Ce détail clarifié, pour moi en tout cas, nous pourrions passer aux choses sérieuses.»

Elle jeta un regard interrogateur à Laquarius pour voir s’il souhaitait ajouter quelque chose pour lui, et se reporta davantage sur le colonel, attendant la suite.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 437
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 477.00 Points

Re: RP démo: Attentat sur la Citadelle.

Message par Seides » 06 Janvier 2019, 17:01

Lorsqu'il laissa finalement la parole, le premier à s'exprimer fût le sieur Nix. Pas une surprise. Pas plus qu'il ne s'attendait à ce que ça se passe aisément. Naturellement, il s'attendait à négocier, mais la force de la réponse le surpris tout de même, malgré qu'il soit préparé à avoir à faire à une personne qui (à priori), aime avoir la main haute sur les choses.

Mais c'était les premières paroles qui le surprirent. La tête penché sur le côté, il se repassa ses paroles : il avait laissé dans l'ombre des choses avant de poursuivre, mais n'avait pas laissé des éléments de côté en révélant quoi que ce soit. Il leur avait simplement révéler pourquoi eux et si malgré tout, ils ne voulait pas s'embarquer dans quoi que ce soit avant d'en savoir plus.

Mais il fût dérangé par les menaces voilée du garde du corps qui déclenchèrent quelques mouvements dans sa vision périphérique, ainsi que quelques discrets bruits d'hommes devenant nerveux.
Il s'apprêtait à répliquer, quand Miho leur mit les poings sur les i.

Un instant bouche bée, il fini par rire. Oui, on était pas là pour ça, en effet :

Ah, Ah ! Vous avez raison mademoiselle Shakti, nous ne sommes pas là pour ça, en effet. Laissez-moi quelques petites précisions néanmoins, car il doit y avoir un malentendu.

Vous avez partiellement raison, je vous dois un peu plus que ce que je vous ai dit avant de vous proposer d'arrêter là. Néanmoins ne me demandez pas tous les détails. Je serais un imbécile de tout vous dire alors que nous n'avons encore aucun accord. Et malgré tout le bien qu'on peut penser de vous, ça ne suffit pas.

Déjà, laissez moi dissiper un possible malentendu : sachez que tout ça n'est pas là pour vous en mettre plein la vue, mais pour vous amener à la curiosité. Si j'avais envoyé une invitation de l'Alliance, je doute que vous auriez répondu. Et nous n'avons pas le temps pour les canaux officiels, pas plus que d'attendre que quelqu'un veuille bien vouloir faire quelque chose de nos information.

Envoyer une invitation aussi sophistiquée pousse à la curiosité, tout en laissant une part de doute quand à l'idée d'un piège. Pourquoi s'embêter à faire ça, quand on peut simplement vous faire sauter à un endroit ou à un autre. Vous êtes assez en vadrouille mademoiselle Shakti, pour offrir des opportunité à un assassin decidé. Quand à vous monsieur Nix... Et bien, je ne vous fait pas un dessin de la volatilité de la vie Oméga.

En parlant de ça, je n'ai rien vu dans nos dossiers qui indique que vous êtes suicidaire. J'en fais donc appel à votre sens professionnel pour vous amener à la table de discussion plutôt qu'à celle de la roulette russe.

Regardez autour de vous.
Il écarta largement les bras.

Considérant la situation, il pouvait largement vois qu'au mieux il aurait l'humain en face de lui. Mais sans connaissance des compétences des gardes et et une très vague de leur équipement, c'était en effet une partie de roulette russe que de parier sur ses chances de s'en sortir. Une roulette avec un barillet rempli de 4 ou 5 balles considérant le manque d'informations.

Quand au reste de vos demande... C'est absolument hors de question mademoiselle. dit il en revenant à la quarienne : Un paiement sans aucune garantie de participation ou de résultat ? Non, merci.

Si vous accepter, je peux vous donner...
il leva les yeux aux plafond pour réfléchir : Environ 40% des informations préalablement proposée. Avant que vous n'en demandiez plus, sachez que c'est les informations que j'estime être vérifiable par un recoupement de données. Les autres ne sont pas encore sorties des bureaux, mais savoir que ça existe vous permettre de calibrer des offres au plus prêt du cahier des charges.

L'homme revint à poser les bras sur la table, mains jointe : Ensuite, monsieur Nix, pour les précisions que vous demandez, vous avez en partie raison. Vous avez au moins le droit de savoir qu'on ne va pas vous lancer dans une mission suicide, ou se servir de vous dans une sale affaire. Enfin disons trop sale.

Il prit une inspiration, rassemblant ses pensées et les informations dont il disposait, calculant ce qu'il pouvait dire et comment :

Dans les grandes lignes, des gens forts mal intentionnées voudraient poser une bombe quelque part. Un quelque part très publique. Nous avons besoin, au minimum, que vous trouviez l'information du où. Si vous pouvez les localiser avant ça, c'est encore mieux, une équipe d'assaut se tiendra prête. Le détail est que nous savons depuis peu que c'est imminent.

Il regarda Laquarius à nouveau, une note beaucoup plus grave dans les yeux, tout comme l'expression du visage : "C'est pourquoi je n'ai pas le temps pour les conneries dont à parler mademoiselle Shakti et je pense que vous en savez assez pour vous décider.

En êtes-vous ou pas ?"
Il avait fini en regardant les deux personnes face à lui et il n'avait pas l'intention d'en dire plus visiblement.
Avatar de l’utilisateur
Seides
Papa Geth

Papa Geth
 
Message(s) : 312
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Créateur d'Avenir et d'Evolution
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 138.00 Points

Re: RP démo: Attentat sur la Citadelle.

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 12 Janvier 2019, 19:46

Par-delà les considérations financières, Miho avait une confiance toute relative en l'humain. Même s'il avait raison sur pas mal de point, le fait quelle n'en sache dans l'immédiat pas plus sur le principe même de la mission était ce qui la dérangeait le plus. Après tout, on pouvait être une pointure de l'Alliance et être un pourri quand même, l'un n'empêchait pas l'autre, surtout quand on était quelqu'un d'intelligent. Elle ne le considérait pas pour autant comme un potentiel criminel, juste une personne dont il valait mieux ne pas avaler tous les propos sans prendre un minimum de recul. Surtout qu'i bossait dans les renseignements ce qui ne jouait pas en sa faveur. Miho l'avait vu et vécu. Elle et l'armée, c'était une histoire d'amour-haine assez compliquée. Quant à la fiabilité des information et le filtre posé sur leur propagation, elle avait vu avec Zorya, puis avec Oméga que ce genre d'activité possédait soit de grossières lacunes, soit une sacrée mauvaise-foie dans son utilisation. Après tout, chacun bossait pour la pomme de son espèce et pour le reste, fallait bien voir si ça rapportait quelque chose avant d'aller plus loin.

Elle se contenta cependant de plisser les yeux face au refus d'apporter une contribution financière sans l'assurance d'une réussite. Donc pas d'assurance-vie. C'était sympa. Au moins, ils ne faisaient pas pareil avec leur personnel officiel, du moins l'espérait-elle. Cependant, elle comprenait ce point de vue. Après tout, ce type ne bossait pas dans l'humanitaire, et s'il avait de bons gros moyens à disposition à en voir son environnement de travail, ce n'était certainement pas en dilapidant les fonds de l'Alliance. Et puis bon, 40% des infos, c'était déjà mieux que rien pour se faire une idée. Miho n'était à titre personnel pas particulièrement portée sur l'argent. Mais quand il s'agissait de ses proches, et de ce qu'elle leur laisserait après sa mort, c'était une autre histoire.

Elle se contenta de croiser les bras, en reprenant sa position initiale, se doutant bien qu'à ce stade de l'échange, elle n'avait pour ainsi dire rien à monnayer. Pour Laquarius, peut-être que ce serait différent. Après tout c'était dans ses habitude de répliquer, même si souvent c'était juste pour la forme, ou le style, ou juste parce que c'était culturel sur Oméga de chercher à avoir le dernier mot, à menacer l'autre, ou juste noyer ses ardeurs sur des propos pas nécessairement valables, mais suffisamment longs pour perdre tout auditeur. En fait, Laquarius aurait certainement dû faire de la politique.

Alors elle attendit simplement, que les informations viennent. Et quand se fut le cas, elle se demanda franchement pourquoi ils se trouvaient tous encore dans cette pièce, et pourquoi ce manège avait été aussi long. Sans doute pour le turien. Parce qu'en ce qui la concernait, et que l'humain devait très certainement savoir de son dossier, il était plus que clair que jusqu'ici, depuis la boîte jusqu'à cette pièce, tout n'avait été que perte de temps selon ses propres critères. Elle poussa un soupire, sachant pertinemment que dès maintenant, pognon ou pas à la clé, elle n'allait pas reculer. Ce n'était pas dans ses manières.

"Oui, bien sûr que oui."

Laquarius n'avait ceci dit pas nécessairement les mêmes intérêts dans l'histoire. Mais pour Miho, le simple fait de pouvoir éviter une catastrophe suffisait largement à lui faire accepter le contrat. Et certainement même à dépasser les attentes. Se contenter de trouver où et laisser quelqu'un d'autre finir le boulot sans veiller au grain n'allait certainement pas lui convenir. Il allait y avoir bien plus à faire, en collaboration avec ce service de l'Alliance.

"Vous savez déjà quel groupe compte faire ça? Connaître leurs motivations doit déjà vous avoir permis de réduire le champ de recherche, j'imagine. Surtout compte tenu de l'imminence de la chose."

Après, si Laquarius renonçait, et bien... Elle partirait avec un malus, mais ça ne l'arrêterait pas pour autant.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 437
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 477.00 Points

Re: RP démo: Attentat sur la Citadelle.

Message par Seides » 19 Janvier 2019, 10:52

Visiblement cette partie de l'entretient se passait mieux. Il n'allait pas jusqu'à dire bien, mais mieux.
Le silence du Turien l'inquiétait, pas pour la menace qu'il pouvait représenter, mais pour le fait qu'il voulait des volontaires avant toute chose. Une coopération donnait de meilleurs résultats que de forcer la main aux gens, du moins pour ce genre de mission.
Peut-être également qu'ils s'étaient entendu sur la marche à suivre? Lui joue les méchants turiens et elle la diplomate quarienne? On pouvait dire qu'ils étaient plutôt en veine de ce côté.
Des bas fonds à la présidence. A cette pensée, le colonel sourit sincèrement à la quarienne en se demandant comment les envieux et les ambitieux prenaient la chose. La pilule devait mal passer, mais la galaxie avait voté:

"Rien n'est jamais sûr mademoiselle Shakti, c'est pour ça qu'on a besoin de nous.
Quoi qu'il en soit, si nous sommes d'accord, passons à la suite."
la paix et l'unité n'était pas à demain, ça non. Il jeta un œil à Laquarius qui n'ajouta rien, laissant visiblement la suite de la discussion à la quarienne qui demanda des précisions. On y était:

"Nous savons qu'un ancien capitaine turien, Loctar Tychus, n'est pas exactement d'accord avec l'orientation politique de l'espace Concilien. Comme d'autres, les choses en seraient restées là, s'il n'y avait pas les moissonneurs.
Le monsieur pense qu'on aurait dû en profiter pour les éradiquer et qu'on devrait s'y mettre au plus tôt.

Les choses se sont envenimées à peu prêt un an après la guerre des moissonneurs où il a prit un blâme pour avoir publiquement donné son avis, alors qu'il avait été sommé de la mettre en veilleuse. Je vous fais la version polie et littéraire ici.
Disons qu'il l'a mal prit et a disparu des radars. Il est encore aujourd'hui recherché pour désertion."


Pendant qu'il parlait, il avait tiré d'une petite sacoche à ses pieds des tablettes de données, ainsi que quelques éléments papiers, entre autres choses une photos d'un turien :

Image


"Il est réapparu sur les nôtres, il y a environ un an. Comme toujours par un coup de chance, en suivant une piste au sujet d'explosifs puissant de qualité militaire. Il semblerait qu'il était client. Enfin, quand je dis il semblerait... On va dire qu'on ne l'a pas prit la main dans le sac, mais il était clairement en cheville avec les fournisseurs.

Après enquête, il s'est révélé être à la tête d'une petite bande de malfrats dont la plupart sont mécontents d'avoir des moissonneurs au-dessus de leur tête. Ils ne sont pas tous engagés dans l'idée je pense, mais assez pour former un noyau dur et déterminé.
Nous ne les connaissons pas tous, mais le regroupement est assez jeune et ne contient pas assez de vétérans sous surveillance pour avoir réussi à passer les mailles du filet des renseignements"


De fait il y avait bien peu de concret dans les dossiers sur la table. Une photo d'un mercenaire krogan comme tant d'autres et d'un humain qui semblait assez jeune, entre 20 et 30 ans en apparence.

Le krogan semblait être un gros bras et l'humain était un originaire de la Terre qui avait perdu toute sa famille dans l'attaque de Vancouver. Doué en informatique et piratage apparemment.
Kulgan et Jonas Tor, respectivement.

Image
Image


"A ce stade vous vous demandez ce que nous attendons de vous ? Le retrouver.

Ca serait nettement plus simple si nous pensions qu'il ne risque pas d'utiliser les explosifs de manière imminente et surtout si notre piste n'était pas au point mort.

Nous avons tracé l'explosif sur une station minière de troisième zone en bordure de la nébuleuse du Serpent. Oui, ici même. Vous comprenez que nous nous inquiétons maintenant et que nous déployons en urgence des moyens inhabituelles.

Tychus a été vu, débarquant sur la station, d'où notre image de mauvaise qualité que vous avez ici. Mais c'est une zone de non-droit qui arrange beaucoup de monde. La sécurité est laxiste et remplace une police inexistante.
Les autorités en place payent leurs taxes, envois quelques criminelles là où ils devraient être quand ceci attirent trop l'attention de la Citadelle, ce qui rassure cette dernière. Du point de vu Concilien ce n'est pas la station modèle, mais en apparence, elle est tenue. Dans les faits, on n'a aucun pouvoir réel, on ne peut pas faire pression sur les dirigeants facilement pour obtenir une coopération pleine qui serait nécessaire à une enquête en bonne et dû forme.

Ils ont tellement de petits secrets à cacher qu'ils mettraient des bâtons dans les roues d'une enquête, même si elle ne les vise pas.

Ce pourquoi nous vous voulons là-bas aussi tôt que possible. Trouver notre homme et faite passer l'information. Ne le lâchez pas jusqu'à ce qu'une force d'intervention arrive. Si vous trouvez tous les explosifs et pouvez les faire péter, tant mieux, mais ne prenez pas de risque pour en voir certains filer sous votre nez."


Les dossiers précisaient que l'ex capitaine avait débarqué sous le nom de "Servis Kaltor". Le nom était naturellement un faux, utilisé sur les documents qu'il avait présenté au semblait de douane de la station.

"Pour être honnête, je doute qu'il y soit encore. Il existe tout un tas d'anciennes mines abandonnées, facile à réhabiliter dans le coin. Facile à remettre en état et pressuriser pour en faire une base peu agréable, temporaire, mais fonctionnelle. A moins qu'il ne travail à partir d'une base mobile, mais nous n'avons rien qui le suggère.

Dernier point : vu la manière dont les choses se passent, la nature de l'explosif et les délais, nous pensons qu'il aura fait son coup dans les 72 à 96 heures à partir de tout de suite."


Oui, en plus d'être impuissants, ils étaient dans l'urgence.

"Vous savez l'essentiel. Vous pouvez garder les photos ou en faire une copie sur votre omnitech, mais je remballe le reste.
Si vous avez des questions, c'est maintenant ou jamais."
Avatar de l’utilisateur
Seides
Papa Geth

Papa Geth
 
Message(s) : 312
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Créateur d'Avenir et d'Evolution
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 138.00 Points


Retour vers Pour continuer l'aventure ... (Activité RP)



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron