L'art et la manière

*

Modérateurs : Administration, MJ

Re: L'art et la manière

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 30 Décembre 2018, 17:37

Dethar Resfeh : ami de Miho, butarien.


________________________________________________________________________________________



Les ventes aux enchères, pour Miho, c’était clairement le dernier endroit dans toute la galaxie où elle pourrait bien se sentir à sa place. Pourtant, elle devait bien avouer quelque chose de surprenant… Elle s’y amusait étrangement comme une folle. La fièvre acheteuse ne s’était pas emparée d’elle. En fait, elle n’avait jusque-là absolument rien proposé. En revanche, elle trouvait dans l’observation de la surenchère un divertissement inattendu. Les gens ne se dressaient pas, main levée, pour exprimer leur richesse en faisant l’acquisition d’un objet rare, non. La manière de miser était plus discrète, via OmniTech. Mais les appareils allumés montraient clairement qui participait, avec une certaine retenue.

Le plus amusant, c’était l’échange qui se produisait entre les acheteurs. Certains se lançaient des regards de défis quand un « adversaire » s’avisait de proposer plus qu’eux pour ce qu’ils voulaient s’offrir, d’autres affichaient des mines boudeuses ou déçues quand ils abandonnaient la course, certains autres se montraient discrètement menaçant avec une crédibilité proche du zéro absolu et parfois, quelques personnes plus émotives paraissaient perdre leur souffle en voyant le prix final s’afficher sous l’image de l’objet finalement acquis. En soit, l’ennui n’était pas encore venu frapper Miho qui, quand elle se reporta sur l’écran, vit apparaitre fièrement la sculpture de l’entrée.

 « On y est. »

Les paroles de Dethar, lâchées dans un faible grognement, laissait transparaitre toute la combattivité qu’il semblait posséder pour le bon plaisir de son employeur. Miho roula des yeux, et fut immédiatement attiré par une humaine, une rangée derrière eux, mais à l’autre bout de la pièce, qui alluma immédiatement son OmniTech, en écho à celui du butarien. Il allait avoir tout de même un peu de concurrence. Le commissaire-priseur, un galarien visiblement passionné par son travail, lança la première mise, immédiatement rehaussée par Dethar. Une série de montants se succédèrent, faisant grimper le prix sous l’air renfrogné du butarien qui laissa un moment les autres acheteurs se défouler. Il paraissait rester dans ses frais pour le moment, alors que les uns après les autres, les intéressés lâchèrent assez rapidement l’affaire.

 « 6500 crédits, 6500 messieurs-dames. C’est votre dernier mot ? 6500 une fois, 6500 deux fois… 7000 pour monsieur, 7000 !! »

Dethar venait de reprendre la main, et ne retint pas un petit rictus de satisfaction quand le galarien leva son petit marteau, prêt à l’abattre.

 « 7000 une fois… 7000 deux fois… 7000 tr… 8000 pour madame, 8000 !! »

L’air à la fois surpris et scandalisé de Dethar fit glousser Miho.

 « Peut-être que tu avais raison… »

Elle fit un signe de tête en direction de l’humaine. Suivant son indication, le butarien croisa les yeux de l’humaine qui sourit fièrement. En retour, elle eut droit au regard le plus assassin et flippant de Dethar qui surenchérit presqu’immédiatement.

 « 8500 pour monsieur !! 8500 ! »

L’humaine baissa les yeux sur son OmniTech, les releva pour croiser à nouveau le regard de Dethar, puis finalement, elle éteignit son appareil en se tassant sur sa chaise, comme une gamine prise en faute sachant qu’elle allait passer un sale quart d’heure si elle s’obstinait.

 « … 8500 trois fois !! Adjugé à 8500 ! Passons maintenant au…»
 « Quel homme cruel tu fais. »

Les paroles, à peine murmurées de la quarienne, ne cachèrent rien de son hilarité.

 « Pas de pitié pour l’ennemi. J’ai un trophée à rapporter. »

Le rire étouffé de Miho s’estompa de lui-même quand l’œuvre suivante, une toile à la forme peu commune affichant un désert captivant, apparu à l’écran.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Re: L'art et la manière

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 30 Décembre 2018, 17:42

Dethar Resfeh : ami de Miho, butarien.


________________________________________________________________________________________



Abandonnant sa divertissante observation, Miho vit malgré elle toute son attention accaparée par une seule et unique chose. La représentation à l’écran ne rendait pas honneur à la peinture originale, loin de là. Et pourtant, même sans les couleurs dansantes sous les lumières, elle ne pu s’empêcher de détailler les courbes et l’illusion de relief comme si elle redécouvrait la toile. Perdue pendant de longues secondes, le cri du commissaire-priseur la sorti de sa torpeur.

 « 2300 pour l’homme au fond, 2300 ! Aller, messieurs-dames, faîtes un petit effort, cette toile est de toute beauté vous ne trouvez pas ? 3000 pour la petite dame ici, 3000 ! »

Le marteau pointé dans sa direction, Miho baissa les yeux sur son OmniTech qu’elle avait allumé. Presque surprise par son audace, bien loin de tout ce qu’elle pensait sur la façon de gérer ses fonds personnels, elle croisa le regard tout aussi incrédule qu’elle de Dethar.

 « Ah ben ça alors ! »
 « Non ! Enfin je veux dire… Ce n’est pas… »
 « Reste concentrée, on vient de te passer devant ! »
 « 3500 pour monsieur devant ! Qui dit mieux ? »

Une main suspendue au-dessus de son OmniTech, la quarienne était comme figée. Son regard se releva une fois de plus sur l’image, avant qu’elle ne pianote rapidement.

 « On passe à 4000 ! 4000 pour l’œuvre sans titre de Gahoras. Qui dit mieux ? 4000 une fois… 4600 pour madame, 4600 ! »

Miho ne pu réprimer une grimace de frustration. Une turienne deux rangs devant elle se retourna pour lui offrir un petit sourire narquois. Qu’était-elle en train de faire ? C’était de la folie. Avec cette somme, la quarienne pouvait faire bien plus. Comme inviter plusieurs fois son équipage dans un bon restaurant, offrir à Eheti un week-end pour aller voir sa mère tout en remplaçant les vieux outils de Vaalo. Ou encore emmener Sylla avec elle et Tila dans un bon spa sur Rannoch. Et il lui resterait encore largement de quoi investir dans le projet de réhabilitation des jeunes que Sogan voulait lancer. Elle allait vraiment gaspiller ça dans un truc qui resterait accrocher à un mur et dont elle finirait par oublier l’existence ? A nouveau son regard se reporta sur l’écran. Ses doigts bougèrent lentement au-dessus de son OmniTech, hésitant à rentrer une somme. Elle se fichait pas mal du sourire de la turienne, devant elle se trouvait aussi une preuve que les contes de son père étaient plus que des histoires pour rêver. Ne méritait-elle pas un peu de superficialité elle aussi, aussi immature que cela puisse paraître ?

 « 10 000, c’est incroyable messieurs-dames !! 10 000 !!! »

Miho sursauta. D’un seul bloc, elle et les trois rangées qui la précédèrent se retournèrent. Un OmniTech accroché à son tentacule, Samos venait de filer des sueurs froides aux participants. Assis à côté de lui, le drell qui l’accompagnait lâcha un bâillement discret, bien peu impressionné par le chiffre proposé par son patron. Evidemment. Il avait la sœur de cette toile, quoi de plus normal de réunir les deux œuvres ? Miho fit à nouveau face à la scène, posant sur l’image un regard troublé. Avec une lenteur navrante, elle éteignit son OmniTech, sous le regard perplexe de Dethar.

 « Tu pourrais mettre facilement le double… »
 « Oui, je pourrais.. »
 « 10 000 une fois !! »

Ses prunelles restèrent figées sur l’écran. Elle aurait juré avoir vu la forme des colonnes se dessiner, mais ce n’était que le fruit de son imagination. Il ne s’agissait que d’une photographie figée de l’œuvre.

 « Tu es sûre ? »
 « Je n’aurais même pas dû m’en mêler. Il y a bien mieux à faire de ces crédits. »
 « 10 000 deux fois !! »

C’était d’une idiotie sans nom, mais au fond d’elle, il lui semblait perdre ses parents une seconde fois. Elle avait le sentiment totalement subjectif d’avoir déçu son frère, alors même qu’il n’avait pas la moindre idée de l’existence de cette toile. Peut-être même avait-il oublié les histoires de leur père. Elle sentit ses prunelles se voiler et ferma les yeux, réprimant une envie ridiculement insensée de pleurer. Après tout, celui qui repartirait avec l’œuvre était bien le plus indiqué qu’elle pour en prendre soin.

 « 10 000 trois fois ! Adjugé vendu ! »

Elle sentit la main rassurante de Dethar se poser sur la sienne et sans même rouvrir les yeux, elle la serra en retour, bénissant secrètement l’opacité de sa visière.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Re: L'art et la manière

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 30 Décembre 2018, 18:43

Cab Laison : co-directeur de Xtrem Surv’, galarien.


________________________________________________________________________________________



La vente terminée, un petit nombre d’invités étaient repartis dans la galerie soit pour voir une dernière fois l’œuvre qui leur avait échappé, soit pour admirer leur nouvelle acquisition avant qu’elle ne soit emballée et livrer au lieu de leur choix. Le gros des convives se trouvait plutôt sur ce balcon surplombant l’exposition et depuis lequel il était possible de voir une bonne partie de ce qui se passait en dessous, les espaces d’expositions n’étant pour l’écrasante majorité pas recouverte d’un plafond. Si tout n’était pas entièrement visible de là, une belle vue d’ensemble restait néanmoins accessible à tous. Un nouveau verre en main, bien fermé et agrémenté de sa paille, Miho était appuyée contre la rambarde et regardait les allées et venues de ceux qui se trouvaient en bas. Le désagréable pincement au cœur qu’elle ressentait commençait à s’apaiser, à son plus grand soulagement.

 « Excusez-moi… Capitaine Shakti ? »

La voix un retransmise comme légèrement stridente et pas particulièrement agréable fut instantanément reconnue par la quarienne. En se retournant, elle découvrit de plus près le galarien qui avait écourté sa conversation avec le krogan un peu plus tôt.

 « Ah, bonsoir ! Vous êtes le partenaire de Ganthor Raxx, c’est bien ça ? »
 « C’est ça. Cab Laizon, enchanté. Si j’avais su avec qui Raxx discutait plus tôt, je ne vous aurais pas interrompu. »
 « Il n’y a aucun mal, rassurez-vous. Et puis, je doute que l’endroit ait été propice à de longues conversations commerciales. »
 « Oui, d’ailleurs, à ce propos… »

Le galarien parut un peu emprunté. Il se rapprocha à son tour de la rambarde et jeta un coup d’œil en bas avant de détailler quelques instants la quarienne.

 « Le projet dont vous avez parlé avec mon partenaire, à tout hasard, ne serait-ce pas celui de la nouvelle base de la Coopérative ? »

Ce genre d’information avait beau ne pas être particulièrement un mystère – après tout, pas besoin d’être un génie pour noter que Daghemïr était devenue un peu petite pour la SCTI – mais les personnes informées, ou s’y intéressants, étaient particulièrement rares. De fait, hormis ceux qui travaillaient déjà dessus, peu étaient au courant parmi ceux qui avaient un accès à l’intranet du groupe. Autant dire que les non membres ne pouvaient pas y connaître grand chose.

 « Vous êtes sociétaire ? »
 « A titre privé uniquement. Je ne possède pas de transport mais le concept m’a séduit. Et puis… Avec mon travail, je dois souvent me déplacer à la dernière minute. Pouvoir me joindre à n’importe quel vaisseau membre est vraiment très pratique ! »
 « Je comprends mieux. De fait, vous devriez avoir déjà accès aux conversations ouvertes sur le sujet dans notre intranet, n’est-ce pas ? »
 « Oui, mais je ne m’y suis pas trop penché. Vous comprenez, en tant que privé… »

Miho se tourna légèrement pour s’appuyer à nouveau contre la rambarde. Elle n’était pas trop surprise par ce genre de réponse. Tout le monde ne participait pas à tout, et heureusement ! Vu le nombre de membres, les conversations et concepts d’amélioration deviendraient rapidement ingérable sinon. Mais autant ne pas s’intéresser à un sujet qui ne concernait pas un domaine de compétence était normal, autant ceux qui se retenait parce qu’ils pensaient ne pas avoir voix au chapître la dérangeaient un peu.

 « Vous savez, vous n’avez pas besoin d’être capitaine pour avoir votre mot à dire. C’est là tout l’intérêt d’une telle société. D’autant plus que vous devriez avoir beaucoup de bonnes idées à proposer, non ? »
 « J’avoue que certains concepts m’ont traversé l’esprit. »
 « Alors partagez-les ! Nous n’en sommes qu’au stade du projet, pour faire cohabiter le meilleur de chacun. Mais cela nécessite bien évidemment que les informations circulent. Et puis… Si vos idées s’avèrent déterminantes, ne serait-ce pas idéal de permettre à votre boîte de décrocher un contrat ? »
 « Cette perspective est séduisante ! »

Une ombre imposante vint lentement s’imposer sur eux, coupant à nouveau court à la conversation. Sentant comme une impression de lourdeur, les deux protagonistes se retournèrent lentement pour tomber face à face avec le krogan Ganthor Raxx qui jeta immédiatement un regard scrutateur et menaçant au galarien.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Re: L'art et la manière

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 30 Décembre 2018, 21:12

Cab Laison : co-directeur de Xtrem Surv’, galarien.
Ganthor Raxx : co-directeur de Xtrem Surv’, krogan.


________________________________________________________________________________________



Face à l’imposante stature du krogan, Cab leva innocemment ses mains, agitant légèrement les doigts comme s’il s’agissait d’un réflexe nerveux.

 « C’est bon ! Je me suis excusé. »

Les traits du krogan affichèrent une mine surprise qui finit par se défaire complètement face au lent hochement de tête de Miho qui confirmait les dires du galarien. Ganthor Raxx ne pu qu’abdiquer, sa mine patibulaire n’ayant plus de raison d’être.

 « Oh. »
 « Ce n’était pas un nécessité soit dit en passant. Vous avez pu trouver votre bonheur au cours des enchères, il me semble.»
 « Bonheur c’est vite dit. »

Raxx grommela légèrement pour appuyer son propos, contrairement au galarien qui précisa, avec un engouement qu’il peinait à cacher, montrant clairement qui du couple était définitivement le plus porter sur l’art.

 « Cette sculpture de textile sera du plus bel effet dans le hall de notre entreprise. Il faut dire que le côté religieux de Gahoras a souvent laissé transparaitre comme une sensation rassurante inspirant la confiance à travers ses travaux sur les tissus. Je ne doute pas un seul instant qu’elle sera fort à propos dans notre domaine pour poser une ambiance propice aux bonnes relations commerciales. Et puis Raxx a pu exposer la taille de son… Compte en banque. Tout le monde est content, non ?»

Une explication qui fit sourire très largement Miho, autant qu’elle souleva un rire gras et pas très subtile chez le krogan.

 « Ouais, c’est pas si mal. »

Du coin de l’œil, la quarienne aperçu une grande silhouette longiligne qui errait, rasant presque les murs à la manière d’un fantôme errant parmi les convives. Tournant la tête pour mieux le suivre du regard, elle reconnu rapidement Rugois, le propriétaire de la galerie, qui semblait plus tourner autour des personnalités en les observant à la manière dont il se délectait de la subtilité d’une toile. Malgré sa grande taille, la discrétion de ses pas et son retrait le faisait passer inaperçu au regard de presque tous. Mais Miho fut bien vite tirer de sa propre contemplation.

 « Cet entretien reste prévu, j’espère. »
 « Bien entendu. D’ailleurs Monsieur Laizon pourra vous exposer certains détails. J’espère que cela piquera votre curiosité. »
 « Le connaissant, je n’en doute pas. D’ailleurs j’ai déjà quelques idées. Mais nous en reparlerons dans un contexte plus approprié.»
 « Tout à fait. »

Son regard reparti vers la foule, mais ne mit guère plus de trois secondes avant de retrouver la silhouette de Rugois perdu dans la pénombre, appuyé contre un mur, semblant fixer de son regard faussement maladif et absent le spectacle autour de lui.

 « Messieurs, si vous voulez bien m’excuser, cette fois-ci c’est moi qui vais devoir vous fausser compagnie. »

Son ton traduisait à lui seul le petit air désolé qu’elle affichait. Mais de toute manière, il n’était pas question d’exposer trop un sujet de travail en pleine galerie d’art, et le binôme avait certainement encore des contacts à travailler. Ils ne la retinrent d’ailleurs pas quand, après les avoir convenablement salué, elle s’éloigna pour se faufiler entre les convives du balcon, droit vers la longue silhouette isolée.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Re: L'art et la manière

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 30 Décembre 2018, 21:17

Rugois A. Leopold : propriétaire des Galeries Rugois, humain.


________________________________________________________________________________________



Les traits spectraux de l’humain contrastaient bizarrement avec le mouvement très captivé et nerveux de ses prunelles qui ne s’arrêtait que quelques secondes sur un détail, un mouvement, le drapé d’une robe, le reflet d’une flute de champagne, avant de repartir à l’assaut de la scène presque théâtrale qui se déroulait devant lui. Malgré son air guindé et sa position voutée qui donnait l’illusion d’une attitude désabusée, il éprouvait une étrange excitation enfantine à voir les relations se faire, se défaire, se renouer, se défier face à lui. Un sourire finit par relever avec une lenteur presqu’exagérée les coins de ses lèvres quand il vit émerger de la masse des couleurs rouges sombre et or si caractéristiques pour se rapprocher de lui.

 « Miss Shakti ! Comment se déroule la soirée ? »
 « Elle est presque terminée, en vérité. »

Passant à côté de Rugois, Miho alla elle aussi s’appuyer contre le mur, glissant ses mains derrière son dos pour un appui un peu plus confortable. Elle eut un léger mouvement de surprise face à l’absence du contact habituel de ses ceintures, avant qu’elle ne se rappelle de sa tenue plus mondaine et surtout nettement moins chargée en accessoire d’utilité plus prolétaire. Une petite crispation repérée immédiatement raillée par un petit sourire moqueur de la part de l’immense humain.

 « C’est étrange comme parfois, un simple geste peut nous rappeler cette impression selon laquelle nous ne sommes pas vraiment à notre place.»
 « Je vous rassure, pour moi, ce n’est pas qu’une impression. »

Peu encline à pousser trop loin la comédie, la quarienne eut un rire léger et sincère en relevant le visage vers celui du marchand d’art.

 « Ah bon ? Hm…  Pourtant… Vous avez participé ce soir. »
 « Pour la forme. »

La réponse s’était échappée des lèvres de Miho avec une facilité qui la surprit elle-même. Finalement, il convenait plus qu’elle mette ses émotions improductives de côté et oublie de vieux souvenirs. Après tout, aller de l’avant était bien plus important maintenant. Tout le monde le faisait. La Coopérative toute entière le faisait. A quoi bon rester à la traîne ? Mieux valait en tout cas s’en convaincre. Du coin de l’œil, la quarienne remarqua que Rugois avait cessé de détailler la foule et cherchait à deviner derrière la sombre visière l’expression de Miho. Il devait être moins dupe qu’elle, très certainement.

 « C’était une jolie toile. Elle m’a permis de vous comprendre un peu plus ce soir. »

Ayant probablement eu une réponse à ses soupçons, l’humain se reporta sur la foule, reprenant ses observations versatiles, vite imité par la quarienne.

 « C’est une très belle toile. Je regrette que vous ne l’ayez pas eue. »

Miho baissa la tête quelques instants, avant de se perdre dans l’observation des conversations, des éclats de rire, des tintements de verres. Rugois lui aussi s’était replongé dans sa contemplation, mais le pétillement de son regard semblait s’être quelque peu terni. Cela déteignit sur sa voix, qui devint plus monocorde.

 « Je crois que quelqu’un vous cherche. »

Il indiqua du menton un butarien qui slalomait lentement entre les invités, échangeant quelques paroles ici ou là. Mais son regard mobile trahissait le souhait de retrouver quelqu’un parmi les convives. Miho reconnu immédiatement Dethar. Mais par-delà cet état de fait, elle sentait les propos de Rugois comme la fin d’une conversation qui avait pourtant tout juste débuté. Elle se redressa, quittant l’appui du mur.

 « Monsieur Rugois… Cette soirée a été plutôt… Surprenante à bien de égards. Je n’en regrette pas un seul instant. »

Un nouveau sourire étira les lèvres de l’humain, au ralenti bien évidemment, renforçant son aspect maladif, à peine troublé par une nouvelle lueur de satisfaction dans son regard. Il se risqua même à un petit rictus de de défi.

 « Soyez certaine que vous revivrez ce genre de sortie. Avec peut-être de quoi offrir plus de personnalité à votre cabine.»

Miho fronça les sourcils, mais le regard de Rugois repartit bien vite à ses observations, coupant court à toute interrogation. Sans doute était-il dans les parages à traîner de manière fantomatique quand elle parlait avec Dethar à son arrivée. Elle secoua la tête et s’éloigna, plongeant entre les différents invités jusqu’à atteindre le butarien dont elle effleura le bras pour lui signifier sa présence.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Re: L'art et la manière

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 30 Décembre 2018, 21:21

Dethar Resfeh : ami de Miho, butarien.


________________________________________________________________________________________


 « Ah, tu es là. »
 « Tu veux t’en aller ? »

Dethar jeta un regard un peu surprit à Miho.

 « Tu ne me chercherais pas, sinon. » 

Et l’effet de surprise disparu. Effectivement, le gros de la soirée étant passés, ils faisaient leurs affaires chacun de leur côté. Au final, les personnes qu’ils avaient intérêt à croiser n’étaient pas les mêmes, donc peu de chances qu’ils soient côte-à-côtes à cette heure avancée.

 « Si tu as encore des personnes à qui parler, ou que tu veux juste profiter un peu de la soirée, j’attendrai. »

Du coin de l’œil, Miho croisa le regard un peu lointain, mais toujours aussi condescendant de T’Maro, avant que l’asari ne se détourne rapidement pour répondre à ses interlocuteurs drell et hanari par un séduisant rire cristallin.

 « Non, je pense avoir fait le tour. Je ne tiens pas trop à m’éterniser non plus. »

Quelques instants plus tard, Miho et Dethar avaient quitté la galerie à proprement parlé. Les lumières extérieures animée conféraient à cette belle avenue du Présidium une ambiance à la fois luxueuse et reposante. Quelques personnes déambulaient malgré l’heure tardive, profitant d’un banc près d’un petit plan d’eau bordé de verdure. La quarienne releva les yeux, contemplant les bras de la station scintillants de vie autour d’eux, et se surprit à ressentir un petit courant d’air frais quoiqu’artificiel. Elle baissa les yeux sur ses mains, et se rappela qu’elle avait programmé la combinaison pour que la température soit régulée faiblement, de sorte à avoir parfois un menu ressenti de ce qui l’entourait. Cela n’était possible qu’avec les œuvres de Seides. Une tenue qu’elle ne reporterait probablement pas, ou alors seulement si une occasion du même genre se profilait. Emergeant de son sas de stationnement, un véhicule de location vint en pilotage automatique se poser au bord de l’avenue, à l’opposée de la promenade, ses bancs, et son plan d’eau. Miho sentit la main de Dethar se poser dans son dos, tandis qu’il se penchait vers elle.

« Je peux te déposer au spatioport. Mais peut-être que tu… »

Il laissa sa phrase en suspens, alors que les portières du véhicule s’ouvraient. Dethar n’avait pas particulièrement besoin de faire dans la grosse subtilité, c’était une perte de temps, pour l’un comme pour l’autre. Mais Miho ne pouvait s’empêcher d’admirer toutes les tournures de phrases qu’il avait eu jusqu’ici pour l’inviter à faire des choses que les bonnes mœurs considèreraient comme répréhensibles.

« Peut-être que je préfèrerais demander à Iaso de faire parvenir à ton hôtel une ou deux doses d’antihistaminiques et d’antibiotiques, en y ajoutant au passage une combinaison de rechange pour demain ? »

En bon gentleman, et surtout en sachant la quarienne assez peu coutumière des robes de soirée, Dethar offrit une main aidante pour permettre à Miho de relever sa jupe de l’autre et prendre place dans le véhicule.

« Et c’est exactement ce que tu as déjà fait, avant même que je ne vienne te chercher pour aller à la soirée, c’est ça ? »
« Je t’ai déjà dit que j’admirais ta perspicacité ? »

En pouffant de rire, le butarien fit le tour du véhicule et s’installa à son tour, prenant les commandes. Pour une fois que Miho n’était pas assignée par défaut à la conduite, elle se permis de croiser les jambes, mains sagement posées sur les genoux, et d’admirer le paysage le temps qu’ils atteignent l’hôtel cinq étoiles où avait choisi de s’installer Dethar pendant son séjour à la Citadelle.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Re: L'art et la manière

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 30 Décembre 2018, 22:31

Dethar Resfeh : ami de Miho, butarien.


________________________________________________________________________________________



Sans être la plus luxueuse de l’établissement, la chambre était plus qu’élégantes aux yeux de la quarienne. En fait, elle appréciait tout particulièrement la gigantesque baie vitrée qui remplaçait tout un pan de la pièce, offrant une vue sans précédent sur le Présidium. Une vue qui pouvait s’admirer même depuis le lit, comme depuis une petite table entourée de deux sièges, où se trouvaient sa combinaison de tous les jours sous protection hermétique, une petite pochette contenant les médicaments dont elle allait avoir besoin, deux datapads éteints pour l’heure, et son OmniTech qu’elle avait déjà retiré. Mais Miho ne s’y intéressait pas pour le moment. Elle releva les mains, et fit courir ses doigts le long de son cou, d’abord vers sa nuque, sous le capuchon qu’elle avait repoussé, pour déconnecter son attirail et finalement retirer l’ensemble de son casque d’un bloc. Le visage libéré de son cocon quotidien, elle secoua la tête, libérant ses cheveux, et poussa un petit soupire de satisfaction. Mine de rien, avec ses passages sur Rannoch, et bien qu’elle apprécie toujours la combinaison indispensable à son existence, elle avait peu à peu appris à prendre gout à cette liberté des sens. La température qu’elle ressentait, de même que les infimes mouvements de l’air, tant celui régulé et nettoyé de la chambre, que celui déplacé par des personnes ou des objets en mouvement exacerbaient son ressenti. La clarté des sons aussi, alors qu’elle entendait sans filtre les mouvements de Dethar derrière elle. Elle reconnu sans peine le zip caractéristique d’une ouverture, mais bien trop nette et courte pour être celle d’un vêtement, ainsi qu’un petit tintement métallique quand il sorti de la pochette l’une des petites seringues hypodermiques. Il aurait certainement été moins contraignant de prendre par voie orale, mais la perspective de devoir ensuite poireauter le temps que l’effet du médicament ait lieu aurait été certainement plus embarrassant.

Alors qu’il s’immobilisait dans son dos, le butarien fit glisser une main de la hanche de la quarienne jusqu’à ses propres doigts desquels il retira le casque pour le poser sur la table avant de se pencher vers son cou, où il alla narguer le lobe de l’oreille de Miho du bout des lèvres, écartant délicatement les cheveux sur son passage.

 « Hm… La vue est vraiment superbe. »
 « Je savais que ça te plairait. »

Le contact froid du métal contre sa gorge arracha une grimace à la quarienne, autant que la petite piqûre qu’elle ressentit la seconde suivante.

 « C’était la partie la moins sexy de la soirée. »

La seringue d’antihistaminique fut reposée sur la table d’un geste négligeant. Il fallait dire que Dethar éprouvait bien plus d’intérêt envers les textiles de la tenue de Miho que le matériel médical. D’ailleurs, il repartit rapidement à l’assaut de celle-ci, repoussant le tissu souple sur les épaules de la quarienne, pour le laisser glisser jusqu’aux hanches où il entreprit de dénouer la dernière attache retenant la partie purement robe qui chuta au sol dans un chuintement délicat. Loin d’être en reste, Miho défit habilement la jointure merveilleusement discrète entre ses manches et ses gants, pour retirer ses derniers et partir à son tour à la redécouverte du corps du butarien. La veste de smoking rejoignit à subitement le sol, et la chemise s’entrouvrit bien rapidement. Impatiente de profiter d’un contact réel, et pas faussé par son isolation forcée, elle se blottit dans ses bras, et laissa ses doigts parcourir la peau brune, tirant légèrement sur le gris, de son ami. Alors qu’il posait les lèvres sur les siennes, elle se délecta de ses gestes, se promenant sur ses hanches, son dos, caressant sa nuque, découvrant la texture de cette combinaison tellement fine qu’à peu de chose près, Miho aurait pu avoir la sensation d’être déjà à nue. Tout ceci était aussi excitant que frustrant et, en plus de son désir croissant, une part de la quarienne commençait à s’impatienter. Elle réalisa alors que bien qu’empreint de tendresse et douceur dans la façon dont il dessinait ses courbes, Dethar était en réalité en plein désarroi. D’une main, elle le fit reculer, séparant leurs lèvres pour le bousculer un peu, jusqu’à-ce que ses jambes percutent le lit.

 « Tu es mignon, Dethar, et je trouve amusant d’être ton casse-tête de la soirée, mais j’ai très envie de m’envoyer en l’air. Alors si tu n’y vois pas d’inconvénient… »

Elle le repoussa, lui faisant perdre l’équilibre, pour grimper sur le lit à son tour, pour venir l’embrasser fiévreusement avant de poursuivre.

 « Je m’occupe du déshabillage. »

Le butarien ne se gêna pas pour afficher une moue contrariée alors que ses doigts tâtaient les hanches à la recherche quasi désespérée d’une ouverture.

 « Cette combinaison pourrait vraiment être plus pratique… »
 « Pratique comme ça ?»

L’air narquois, elle se redressa, chevauchant le corps du butarien. Un petit sourire un brin coquin étira sensuellement ses lèvres quand, dans un mouvement d’une lenteur provocatrice, elle glissa ses doigts de sous son menton, et révéla l’ouverture à mesure qu’elle la faisait glisser vers le bas, révélant un décolleté outrageusement plongeant quand sa poitrine écarta dans un mouvement rebondit les pans de tissus qui lui collaient au corps, jusqu’à-ce qu’elle s’arrête finalement sous le nombril. Elle dû se faire violence pour ne pas éclater de rire sous l’air ahuri de Dethar.

 « Ah c’est fourbe !! J’aurais juré que l’ouverture était derrière ! Je prends la suite ! »

Il agrippa ses hanches et la fit brusquement basculer sur le côté pour inverser les rôles. S’étalant sur les draps, Miho ne pu cette fois-ci se contenir et ria aux éclats.
Dernière édition par Miho'Shakti Vas Erakis le 20 Janvier 2019, 20:12, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Re: L'art et la manière

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 30 Décembre 2018, 22:36

Dethar Resfeh : ami de Miho, butarien.


________________________________________________________________________________________



Dans la semi-obscurité de la chambre, à peine éclairée par les quelques lumières nocturnes de la Citadelle, la main de Dethar glissait lentement sur les draps, se heurtant à un oreiller qui le tira progressivement de son sommeil. Il ouvrit un œil, avec difficulté, et nota le vide à côté de lui. L’un après l’autre ses trois autres yeux s’ouvrirent à leur tour, et ses paupières papillonnèrent alors qu’il se focalisait sur la table de nuit de l’autre côté du lit. L’heure affichée était très tardive, ou très tôt, c’était selon. Même s’il était déjà arrivé à Miho de s’éclipser telle une voleuse en mode furtif, jamais ce phénomène ne s’était produit au beau milieu de la nuit. Il se tourna légèrement, captant une lueur légère qui se fondait avec celles qui transparaissaient par la baie vitrée. Assise à la table, dos à lui, Miho faisait silencieusement glisser un stylet sur son datapad dont l’écran l’éclairait sur des tons légèrement bleutés.

Concentrée sur son travail, la quarienne rédigeait les premiers termes de la proposition de contrat qu’elle voulait transmettre à Luxury Spaceline. Certes, elle avait encore du temps devant elle, mais quitte à ne pas dormir, autant rentabiliser un peu son temps. Le souffle profond et régulier du butarien, endormi derrière elle, rythmait inconsciemment sa rédaction. Puis la respiration se fit plus légère, sans qu’elle n’y prête attention, jusqu’à-ce qu’un froissement de tissu ne la fasse se retourner. Assis sur le lit, Dethar lâcha un bâillement à en exposer l’intégralité de l'oesophage.

 « Je t’ai réveillé ?»

Le butarien se frotta ses deux paires d’yeux en répondant sur une voix rendue rauque par l’émergence hors de son sommeil.

 « Ton absence m’a réveillé. »
 « Désolée… »
 « C’est rien. »

Le stylet de Miho s’activa à nouveau sur le datapad. En se relevant pour s’approcher, Dethar réalisa qu’elle avait poussé la discrétion jusqu’à ne pas s’habiller pour ne pas prendre le risque de le réveiller. Il jeta un regard par-dessus son épaule nue pour remarquer la présence du logo de la coopérative en haut à droite de ce qu’elle était en train d’écrire.

 « Comment tu fais pour bosser à une heure pareille ?»
 « C’est le sexe, ça m’inspire. »

Le butarien gloussa en se redressant. Mais son rire s’estompa quand il réalisa que, malgré la légèreté de ses propos, Miho n’avait même pas esquissé un sourire. Il s’assit en face d’elle, et croisa les bras sur la table pour s’y affaler. Sans même relever les yeux, Miho continua de s’activer sur son datapad.

 « J’ai presque fini, excuses-moi. »
 « Je t’ai déjà dit que ce n’était rien. »

Il poussa un soupire, presque contrarié, ce qui obligea la quarienne à relever les yeux cette fois-ci.

 « Je ne t’ai jamais vu faire de nuit complète, c’est pas normal. Tu voudrais pas me parler de ces cauchemars ?»
 « Dethar, on s’amuse bien tous les deux, mais… »
 « … Mais certains détails de ta vie privée ne me concernent pas, je sais. »

Il fixa ses regards sur elle. La première fois qu’il l’avait vue à visage découvert, le butarien l’avait trouvé très expressive. Mais le temps passant, il se rendait compte qu’elle était aussi capable de choisir ce qu’elle voulait faire passer ou non. Il observa un instant le sourire navré qui étira ses lèvres avant qu’elle ne baisse à nouveau les yeux sur son datapad et su immédiatement que, malgré son expression, elle n’était pas désolée du tout. Ils avaient un accord sur quoi partager et comment. Si l’un ou l’autre outrepassait les règles qu’ils s’étaient fixé, le second remettait les choses à leur place sans gêne ni remord. Finalement, elle éteignit l’écran de son appareil et le reposa sur la table avant d’aligner le stylet à côté.

 « Voilà ! Allons nous recoucher. »
 « Hm… Non. »

A moitié étalé sur la table, Dethar tendit une main pour attraper le stylet qu’il agita entre ses doigts sous le regard perplexe de Miho. Il sourit en la voyant hausser un sourcil, trouvant cette expression-là toujours un peu risible sur la quarienne.

 « Puisqu’apparemment je ne t’ai pas assez fatiguée pour la nuit, on va faire un petit jeu. »

Dans un claquement un peu sec, il reposa le stylet à plat sur la table sous l’air toujours interrogateur de Miho.

 « S’il pointe plus vers toi que vers moi, tu peux abuser de mon corps. Mais si c’est l’inverse, je fais ce que je veux de toi jusqu’à l’aube. »

Avec un sourire pervers, il fit tourner le stylet sur la table, tandis que Miho, réalisant la portée de ses mots, s’était redressée nerveusement. Tous deux fixèrent l'objet dans sa danse menaçante qui ralentit rapidement avant de se figer. Les deux mains à plat sur la table, l’air presqu’inquiet de Miho changea du tout au tout, et Dethar déglutit nerveusement en réalisant que son sourire à elle devait paraître nettement plus pervers et prédateur que le sien.
Dernière édition par Miho'Shakti Vas Erakis le 19 Mai 2019, 19:47, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Re: L'art et la manière

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 30 Décembre 2018, 22:42

Dethar Resfeh : ami de Miho, butarien.


________________________________________________________________________________________



Tout le monde n’éprouvait pas la fatigue de la même manière. Cette réalité frappa Dethar quand, après avoir massé ses poignets encore un peu crispés, il réalisa que Miho n’avait pas de cernes, alors que lui était épuisé. La douche l’avait bien moins réveillé qu’il ne l’aurait espéré. Et puis il y avait cette raideur dans la nuque qui le gênait un peu aussi. Il inclina la tête sur le côté, provoquant un craquement de cervicales proprement libérateur. Il poussa d’ailleurs un long soupire de soulagement avant de finir de refermer son pantalon. De l’autre côté du lit, Miho avait déjà enfilé la majorité de sa combinaison de tous les jours et rangeait consciencieusement dans un sac celle qu’elle avait porté la veille. Sur le lit trainaient encore ses ceintures, le textile d’ornement, et son casque. En trois parties fraichement stérilisées.

 « On aurait dû rester au lit… J’aurais pu nous commander un petit déjeuné. »
 « Et décaler ton rendez-vous avec Sogan ? »
 « J’ai rarement l’impression que mon cousin est content de me voir de toute façon.»

Occupée à repousser se cheveux, Miho eut une petite pensée pour son co-pilote. Sogan n’avait jamais été brillant sur le plan social. Un peu grande gueule, il n’était pas du genre à afficher des sentiments autres que la colère ou la fierté. Ses relations familiales étaient certainement les plus compliquées, mais bien que ça reste tendu entre lui et Dethar, et bien qu’il fasse le rebelle en compagnie de son cousin, Sogan trahissait trop souvent son enthousiasme quand il évoquait une rencontre à venir avec lui.

 « Tu sais, tes messages sont toujours les premiers qu’il lit. Il t’apprécie bien plus que tu ne le pense. »
 « Alors pourquoi il s’applique si bien à me le cacher ? »
 « Parce que c’est un jeune con. Ça lui passera avec l’âge. Tu m’aides ?»

Miho leva une main, où un élastique était tendu entre ses doigts. S’attacher les cheveux, elle savait faire, mais elle perdait un temps fou pour un résultat souvent discutable. Il fallait dire qu’avec des doigts en plus, Dethar avait un certain avantage sur elle. Et puis il se débrouillait définitivement mieux. Achevant de refermer sa chemise, il contourna le lit et se glissa dans le dos de la quarienne et lui prit l’élastique des doigts.

 « Regarde devant toi… J’ai cru comprendre que depuis Rannoch, il n’avait plus déclenché d’esclandre. Je suis surpris que tu arrives à le calmer un peu. »
 « J’ai rien à voir là-dedans. »

Ses doigts glissèrent avec agilité, attrapant des mèches pour les natter avec bien plus de talent qu’il n’en avait pour défaire une combinaison quarienne.

 « Pour être honnête, c’est plus l’influence de tout l’équipage qui l’incite à prendre conscience de ses actes. Ça et le fait qu’il veuille correspondre aux standards de bonne éducation d’Eheti.»
 « Ta mécano surdouée ? »
 « Oui, Sogan en pince pour elle. Même s’il ne le dira jamais ouvertement. En attendant, sans le savoir, elle a une très bonne influence sur ton cousin.»
 « J’aime déjà cette fille ! »

Arrivant au bout de ses peines, Dethar fixa l’élastique au bout de la natte de Miho, et lui passa l’ensemble par-dessus l’épaule.

 « Merci ! »

Réunissant le tout, Miho commença à passer les parties de son casque séparément, pour les fixer une à une, jusqu’à stabiliser la visière avant d’achever de connecter les différents câbles. Vint ensuite le textile, qu’elle passa par-dessus ses épaules, le long de ses flancs, pour les croiser sur ses hanches et les nouer autour de ses cuisses. Alors que, penchée en avant, elle achevait cette dernière étape, Dethar lui rabattit le capuchon avant d’aller réunir ses affaires.

 « Vu que je vais chercher Sogan maintenant, je te dépose dans la foulée ? Ou tu as autre chose de prévu ? »

Une à une, les ceintures de Miho vinrent prendre leur place sur ses hanches et autour de sa cage thoracique.

 « Rien du tout. Je file directement à l’Erakis, donc c’est volontiers pour le transport. »
 « D’accord. Vous repartez ce soir, c’est ça? »
 « Oui. On une mission de prévue. »

Dethar récupéra son sac alors que Miho refermait le sien.

 « Hm… »
 « Quoi, Hm ? »

L’un comme l’autre jetèrent leur sac par-dessus leur épaule en se dirigeant vers la porte.

 « Tu as dit mission, et pas transport. »
 « Et alors ? »
 « Alors je commence à être jaloux de Sogan. Il ne peut pas parler de tout ce que vous faites, mais l’absence de détail rend ses histoires étrangement épiques. Si j’aimais pas autant la sédentarité, moi aussi j’aurais bien voulu vivre de folles aventures.»

Miho éclata de rire en ouvrant la porte.

 « Crois-moi, c’est bien moins impressionnant que ça en a l’air. Et les folles aventures, ça n’est vraiment pas ton genre.»

La porte se referma derrière eux, plongeant la chambre dans un silence qui ne sera troublé plus tard que par le passage du personnel d’entretien.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Re: L'art et la manière

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 30 Décembre 2018, 22:51

Mun’Zanna : second à bord de l’Erakis.
Valas Jaset : drell au service de Samos.


________________________________________________________________________________________



De retour au spatioport, Miho déambulait tranquillement, son sac sur l’épaule, jetant des regards curieux ou admiratifs aux différents vaisseaux qu’elle pouvait voir par l’imposante baie vitrée. Elle finit par rejoindre un poste de contrôle, avant de passer dans la partie donnant l’accès aux équipages à même le sol. De loin, elle vit la rampe de l’Erakis baissée. Elle s’y dirigea en longeant une frégate, tout aussi racée, d’un transport civil moderne turien. Elle haussa un sourcil amusée, alors qu’elle découvrait sur le flanc de la carlingue, non loin de la porte d’embarquement, un petit logo discret mais très reconnaissable. Bien loin de connaitre personnellement et par cœur tous les vaisseaux membres, il lui donnait l’impression de redécouvrir l’étendue de la Coopérative à chaque fois qu’elle apercevait ce logo ailleurs que sur l’Erakis. Et encore… Beaucoup d’équipages avaient fait le choix de ne pas afficher ouvertement leur affiliation, notamment ceux circulant trop régulièrement dans les systèmes Terminus.

Alors qu’elle se rapprochait de son vaisseau, Miho reconnu Mun, en pleine discussion avec un drell qui lui tournait le dos. En notant l’arrivée de la quarienne, son second leva le bras pour lui demander de s’approcher. Intrigué par le geste, le drell se retourna, et révéla un visage qui n’était pas inconnu à Miho. Perdant sa bonne humeur, elle alla rejoindre les deux hommes.

 « Bonjour Mun. Monsieur… ? Je n’ai pas eu la chance d’entendre votre nom hier. »
 « Valas Jaset. Peut-être aurions-nous pu être présentés, en d’autres circonstances. »
 « Peut-être, oui. »

Au ton de la voix, Mun pu facilement noter une certaine tension entre les deux protagonistes. Bien que le drell, tout comme son capitaine, affichaient un air détendu, leur manière de parler paraissait discordante.

 « Monsieur Jaset est venu livrer quelque chose qui n’apparait pas sur notre chargement prévu.»
 « C’est normal, il s’agit d’un cadeau. S’il avait été prévu, ça n’en serait pas un. »

Il fit un geste gracieux de la main, indiquant à quelques mètres, parmi les caisses en attente de chargement, une sorte d’emballage métallique, épais d’une trentaine de centimètres, haut d’un peu moins de deux mètres. Elle écarquilla légèrement les yeux. La forme n’était pas trapézoïdale, mais dans les faits, ce genre de protection hermétique pouvait certainement bien emballer la toile récemment acquise par le hanari. Elle se retourna vers le drell, un peu trop brusquement peut-être. Assez pour le faire lâcher une expression amusée.

 « Oui, c’est exactement ça. »
 « Loin de moi l’envie d’être grossière, mais je crains que vous ne deviez repartir avec ce cadeau. Je ne peux décemment pas accepter. »
 « Il avait dit que vous refuseriez. C’est pourquoi, lors de la finalisation de l’achat, Samos a donné votre nom et coordonnées au lieu des siennes. Officiellement, ce tableau vous appartient déjà. Vous ne pouvez décemment pas laisser traîner des affaires qui vous appartiennent sur le quai de chargement d’un spatioport, n’est-ce pas ? »

Miho revint observer l’objet, moins pour l’intérêt qu’elle lui portait que pour éviter de laisser transparaitre son envie de balancer des grossièretés au drell. La toile l’avait passionnée, oui. Elle l’avait désirée, et maintenant qu’elle l’avait à portée de main, son envie de l’avoir s’en retrouvait décuplée, alors qu’elle avait pourtant réussi à l’oublier la veille au soir. Seulement elle n’en voulait pas dans ces circonstances. Surtout que malgré les belles paroles prononcées, il ne s’agissait pas d’un cadeau. Il ne s’agissait jamais d’un cadeau. Elle jeta un coup d’œil à Mun qui, extérieur à toute cette histoire, ne pu que hausser les épaules pour marquer son incompréhension de la situation.

 « Que veut Samos en échange ? »

Le sourire du drell disparu. Il baissa les yeux un moment, comme cherchant la meilleure façon de tourner les choses.

 « Il m’a dit de vous demander de reconsidérer la possibilité d’avoir une discussion avec lui. Avant que vous ne répondiez, d’une manière ou d’une autre, il m’a dit de vous préciser qu’il voulait vous rencontrer à titre privé, et non professionnel. Il pense que vous devriez avoir ses coordonnées dans la base de données de votre Coopérative. »

Privé ou non, Miho préférait ne pas se baser sur de simples propos tenu par un homme de main. La demande pouvait bien être sincèrement transmise par ce Valas, cela ne garantissait en rien la sincérité du hanari.

 « Vous pouvez lui dire que je reconsidèrerais cette possibilité. »

Le drell hocha la tête, et fit demi tour pour s’éloigner de quelques pas, avant de se raviser.

 « Capitaine, à titre purement personnel, je pense vraiment que cette rencontre serait une bonne chose. Croyez-le ou non, Samos a beaucoup de respect pour ce que vous faîtes, et cela n’a aucun rapport avec notre travail. »
 « J’en prend bonne note, Monsieur Jaset. Je vous souhaite à tous les deux un excellent séjour sur la Citadelle. »

Le drell inclina légèrement le buste, et reparti sur le quai, les mains croisées dans le dos, dans une démarche calme et passe partout. Miho remonta la rampe et laissa tomber son sac au sol alors que Mun la rejoignait.

 « C’est quoi ce cadeau au juste ? »
 « Une toile de maître. »
 « Rien que ça ! On l’installe dans ta cabine ? »
 « Non. »

Le regard porté vers les quais, Miho attendit que la silhouette du drell ait complètement disparu avant de se reporter sur son collègue et ami.

 « Je veux qu’Ecs l’examine sous toutes les coutures, aussi bien la toile que la boîte. »

Mun ricana, en posant les mains sur ses hanches.

 « Tu serais pas un peu parano ? »
 « Ce drell… Lui et son patron hanari, ils bossent pour les Voies de la Clarté. »

Elle tourna lentement son regard sur son second, notant que son hilarité venait de fondre aussi subitement qu’elle était arrivée. Ses bras retombèrent, et il jeta un regard à l’imposante boîte qui attendait sagement au pied de la rampe.

 « Tu me trouves toujours parano ? »
 « Ok. Je mets Ecs sur le coup. Et Iaso aussi, pour une bonne décontamination. Et peut-être qu’il serait utile de laisser Mithra et Eheti y jeter un œil aussi, par précaution. »
 « C’est bien ce que je pensais… »

Miho récupéra son sac au sol et se dirigea vers le fond de la soute, laissant Mun commencer à pianoter sur son OmniTech, sans qu’il ne lâche des yeux la toile plus de quelques secondes. Il allait falloir qu’elle tire au clair certaines choses avec le hanari. Mais avant, elle devait se rendre dans la Nébuleuse d’Yggdrasil, mais avant, elle avait deux personnes d’importance à récupérer.


[FIN]
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Précédent

Retour vers Nébuleuse du Serpent



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

cron