Choc culturel à la Citadelle.

*

Modérateurs : Administration, MJ

Choc culturel à la Citadelle.

Message par Seides » 04 Octobre 2018, 18:54

« Formulaire du RP »


• Date du RP: 8 février 2194 EC
• Lieu du RP: Oasis Stellaire, Voile de Persé, Rannoch
• Type de RP: Solo
• Nombres de personnes requises: 2 : Ayna Darek, Seides

Légende des Couleurs :
pink : Ayna ;
#00FFFF : Séides ;
gold : Podok Tar ;
#FF4040: Chef de chantier.



Quelques jours après le dîner entre Eyma, Miho, Sati, Tila et lui, Seides était partie pour la Citadelle pour son grand projet du moment : la mise en plus d'Evolution.
Il avait embrasser sa fille (enfin surtout le contraire) en lui disant qu'il reviendrait dans à peine une semaine avant d'embarquer pour la centre galactique.

Sa boutique avait extrêmement rapidement prospéré sous la férule du galarien Podok Tar, dépassant les estimations optimistes du synthétique.
Cette notoriété lui avait permise d'envisager même une autre boutique sur Illium dans un futur proche, mais surtout la mise en travaux de l'espace qui serait dédier à son "Consensus de divertissement". Enfin... divertissement, mais pas pour très longtemps.

Il subodorait que, si tout marchait comme il pensait que ça le devait, il aurait l’intérêt d'instance militaires et globalement de tous ceux qui voudrait créer une zone de formation à moindre coût.
La possibilité d’entraîner des personnes dans un espace virtuel total et surtout réaliste n'en avait pas de coût. Enfin... si justement et ça allait être l’intérêt.

Seides n'était d'ailleurs pas le seul à avoir compris l’intérêt de la chose, bien que pour des raisons différentes.
Podok se tenait à droite de son patron et à la gauche le chef de chantier du futur espace d'Evolution.
Après avoir prit la mesure de son poste et être rentré dans une routine de développement de la boutique, il avait eu plus de temps pour songer à l'avenir. Entre autre monter les échelons de cette entreprise à succès.
Le seul gravier sur son chemin était l'actuelle gérante d'Avenir sur Rannoch. Le prestige associé à la boutique originelle, en plus de la direction des usines de fabrication et de la R&D lui donnait préséance sur la boutique de la Citadelle.

Néanmoins quand Seides était venu en lui expliquant son projet, même s'il n'était rentré qu'à mots couvert sur de possibles applications futurs, Podok avait compris qu'il avait tout intérêt à carburer ici même. Bien sûr qu'il avait saisit le potentiel du Full Dive. Ce qui voulait dire qu'il aurait besoin d'une personne pour la diplomatie et les tractations pour tirer les meilleurs contrats possible. Et cela dans toute la galaxie.
Podok allait gagner un nombre incroyable de contact dans toutes les strat possible de la société, ce qui allait donner à sa chaise un poids largement supérieur au titre de gérant d'Avenir.

L'avenir, c'était Evolution pour lui !!!

La technologie dont il aurait la garde et les moyens qui allaient être employés pour sa sécurisation physique comme les secrets technologiques associés... Bien qu'il y aurait certainement un chef de la sécurité qui serait indépendant de sa direction, il aurait globalement la main-mise sur tout ça. Oui, il allait devenir puissant à n'en pas douter.

Pour l'instant il fallait continuer à être un bon gérant d'Avenir, faire ses preuves dans la gestion d'Evolution, car il ne devait pas oublier que quel que soit son futur statut, il avait un patron. Et le pouvoir ultime du patron, c'était de virer les employés. Et pas de conseil d'administration à se mettre dans la poche pour se couvrir. Il ferait avec.

Pour l'instant son patron avait débarqué pour voir l'espace réservé et finalement lancer les travaux.
La pièce faisait immense vu qu'il n'y avait pas encore de cloisons et que la plupart des matériaux et futurs capsules de Full Dive étaient sur le côté.
De l'extérieur tout n'était que panneau opaque et depuis la boutique il y avait bien une entrée qui était "fermée pour une hologramme en forme de porte et des écritaux jaunes décrivant une zone de travaux strictement réservée au personnel.

"Alors patron, vous voyez ça comment ?"
Ils étaient dans une table de chantier dans un coin de l'immense salle et observaient tous les trois un plan holographique affiché par un projecteur portable.

"A vrai dire, exactement comme cela est affiché. Mais si je suis ici, en dehors de quelques consignes et précisions dont nous aurions pût parler via holo, c'est pour prendre des avis.
Chef de chantier, voyez vous de problèmes dans cette installation ?"


On pouvait voir sur le plan la prévisions de l'installation des capsules, de la zone d’accueil et des diverses séparations que Seides avait imaginé, ainsi que quelques dessins qu'il avait fait pour donner une idée du final.

Pour une fois qu'on nous demande notre avis et qu'on nous ordonne pas de nous démerder pour que ça colle avec la vision du proprio... fit le chef de chantier avec une moue appréciative.
C'était une humain d'une soixantaine d'années bien passé qui avait un air bourru, avec ces grand sourcil qui lui donnait l'impression de tout le temps les froncer, ainsi qu'une moustache et des cheveux poivre et sel.

"C'est bien tous ça, mais je vous conseillerez quand même une installation un peu plus en rang d'oignon si vous voyez ce que je veux dire."
Même s'il n'y avait aucune expression facial à lire, il trouvait étonnant qu'on puisse deviner l'expression du geth. Etait-ce la façon dont il s'était relevé et pencher légèrement la lampe de côté ? En tout cas l'expression du galarien parlait pour deux.

"Les aligner je veux dire. Vos... capsules là. Je vois la conso d’énergie et tel que vous les mettez, des petits îlots dans des pièces séparées, va falloir une tonne de dérivation et une station par îlot. Ça va vous coûter plus cher qu'un local technique qui se charge de tout, alors que si on aligne le tout, on fait courir un gros câble et on monte un petit transfo par capsule pour délivrer le courant.
Limite si vous voulez on met une station au milieu pour lisser les piques de courant et comme onduleur."


Seides considéra l'idée de l'homme avant de répondre : "J'avais pris en compte un besoin d'espace privé pour que les gens se prépare et passe du temps hors de la capsule pour une collation par exemple. "

Le chef de chantier se pencha vers le galarien qui haussa les épaules. Après tout, la disposition n'était pas de lui. Que pouvait il bien dire ? Mais surtout il ne voulait pas donner l'impression de contredire Seides, même s'il était d'accord avec le bonhomme pour d'autres raisons : en mettant aligner les capsules allait permettre d'en mettre bien plus. Plus de capsules, plus de personne, plus de personne, plus d'argent, plus d'argent... Plus d'argent !

"Vous savez votre machin... Je pense que c'est un truc de jeune. Et eux ils s'en foutent un peu de ça, ils veulent rentrer dans leur jeu et se lancer le plus vite possible. Limite un grand espace commun, ils peuvent causer à la fin.
Mais si vous recevez du gratin, on peut faire deux salles privées dans le fond. De quoi foutre quatre capsules. Ou plus, c'est comme vous direz."

Là encore, il perçut une hésitation chez les interlocuteurs lorsqu'il utilisa le mot "gratin", mais ils semblèrent comprendre avec le contexte. Et il n'allait pas perdre du temps à leur expliquer, les gens qui travaillent pour de vrai ont autre chose à faire !

A ce point, Podok se permit d'intervenir : "C'est pas une mauvaise idée patron. On refait l'entrée pour que sa prenne tout le mur. Les gens arrivent, il payent et un long couloir avec des cabines de changes un peu comme sur l'Avenir de Rannoch et vos zones de détentes souterraines. Mais des cabines individuels de change qui récupère aussi les vêtements comme là-bas."

Il désigna le mur mitoyen avec la boutique, puis avança : "Le chef a eu une bonne idée avec cette histoire de jeunes et de zone commune. On installe deux ou trois rangs de tables hautes avec des sièges et la possibilité de commander un truc à boire ou manger. Si vous pouvez, on pourrait même commander depuis l’intérieur du Full Dive et se faire servir à la sortie par un de vos drone de service de Rannoch.

Commercialement ça se tiens, humainement et socialement c'est une zone où les gens vont vouloir venir partager. C'est gagnant pour nous.

Quant aux zones privatisées, vous m'avez parlé de quelques unes de vos idées. On peut lancer des tournois là-dessus, ce qui va attirer du monde."

Oui, son sens des affaires voyez déjà les bénéfices. Service complet pour le client, boisson, repas, des tournois avec du cash prize à la clé environ 6 mois après l'ouverture le temps que sa se fasse connaître et pour attirer plus de monde.

On pourrait inviter les commentateurs connus de Kepesh-Yakshi, le tout pour faire monter la hype autour du Full Dive. Il voyait les caméras pointées sur les participants, sortants de leurs cabines, leur combinaisons aux couleurs de leur équipe, pendant que le publique observait depuis l'espace commun sur d'immense écrans. Peut-être même qu'on pourrait mettre en place un système de pari.
Si les yeux de Podok étaient des écrans on aurait pût voir des crédits en remplacer le noir et entendre "Kashing !!!" sortir depuis les oreilles.

Seides ne dit rien pendant quelques instant avant de tendre le bras et d'activer son omnitech.
Le plan se modifia sous les yeux des deux employés, montrant de nouvelles disposition.
L'homme ne cacha pas son admiration devant la démonstration synthétique en sifflant d'admiration. Pour un organique il aurait fallut mettre sa sur un croquis, retourné voir l'architecte, attendre qu'il fasse les modifications et finalement proposer le tout au centre de gestion des énergies de la Citadelle pour validation de la nouvelle disposition.

Là le type avait fait ça en live en respectant les valeurs déjà en place, ce qui voulait dire que la proposition au centre ne serait qu'une simple formalité.

"Cette disposition vous semble correct ?"

L'humain hocha de la tête : "Ouais, ouais, c'est très bien. J'irai même au centre de gestion de l'énergie pour vous. J'ai mes entrées, ça ira plus vite.

Y'a juste la zone sur le côté là. Quand aurai-je les détails du plan ainsi que les besoin en énergie par pièce, s'il y en a ?"


Il y avait un énorme rectangle opaque, avec simplement des valeurs énergétique en annotation.
"Et pour cause, je suis au regret de vous dire que vous ne les aurait pas, chef de chantier.
Nous avons une autorisation de niveau 6 pour cette zone. Des nouvelles technologies à préserver, vous comprenez ?"


Les sourcils de l'homme s'arquèrent, mais il ne fit aucun commentaire. Niveau 6... Une banque de très haute sécurité, avec tout le secret autour. Le seul niveau au-dessus, c'était pour les secrets militaires ou les zones de haute sécurité NBC. Cette foutue tête de lampe préparait du lourd ici !

Il revint au plan et hocha la tête : "Très bien. Donc j'installe l'entrée, je met sous tension, on confirme que tout va bien et mon travail se terminera là."

Seides confirma d'un hochement de tête : "En ce cas, je vous laisse un moment pour discuter des aménagements décoratifs."

Il ne fournit pas plus d'explication en s'éloignant. Il fallait qu'il retourne à l'entrée pour voir si la réception avait reçu les nouvelles qu'il attendait. Apparemment, Podok avait tenté de faire venir la Favorite à la boutique, histoire de gagner du prestige, avait il dit. Ca avait échoué, mais il avait insisté auprès de Seides en disant qu'elle faisait partie des tops priorités de la liste de personnalités à connaître et à faire venir, ou au moins à laquelle une robe devait être envoyée.

Lorsqu'il avait sût que Seides l'avait rencontrée, c'est tout juste s'il ne s'était pas étranglé, avant de lui demander s'il pouvait faire quelque chose.

Le synthétique avait tenté une approche différente de son gérant. Il avait vu la matriarche certainement grâce à la surprise et s'il ignorait s'il était dans ses bonnes grâces ou simplement une distraction, il pouvait retenter le coup.

Il fit un carton d'invitation à l'image de ce qu'il avait fait pour Layla Archer un an auparavant, et fit livrer en direct la carte sur un plateau d'argent par un geth employé d'Avenir. La consigne était "remise en main propre si possible, sinon une des employées qui le ferait en direct. Et pas d'insistance si elles disent que ce n'est pas possible."

Podok avait levait les bras au ciel en le traitant de génie. Le coup allait faire parler de la boutique au minimum. Seides s'était contenté de hausser les épaules. Il voulait juste remettre une invitation sous une forme inhabituelle.


*
**
***



En passant par l'hologramme qui servait de porte à la zone de travaux il songeait à tout ça, ainsi que la convocation qu'il avait reçu de Contemplation Silencieuse via Renard.

En tout cas, il ne fit pas particulièrement attention à l'interlocutrice de la réceptionniste qui était cachée par un (ou une?) krogan qui attendait son tour juste derrière.
Perdu dans ses pensées, il ne vit pas l'employée qui tentait de lui faire discrètement les gros yeux lorsqu'elle le repéra à moins de six mètre d'elle et se figea en retenant son souffle lorsqu'il la questionna, arrivé devant elle.

"Ma réponse est-elle arrivée?" fit il en remarquant enfin l'air de l'asari.

Il tourna la tête vers la grande silhouette à ses côtés, vers laquelle le regard de son employée faisait l'aller-retour. S'il avait était humain, il aurait poussé un petit "shit !" pour faire bonne mesure. Une Lanozienne! Pire, elle faisait partie de la liste que le gérant lui avait fait parvenir des personnalités à connaître... Et à éviter. C'était la responsable en charge de la diplomatie Lanozienne auprès du conseil.
Si Podok avait été présent, il aurait fait une crise épileptique avec tremblement et mousse aux lèvres.

Seides se figeât un petit tout petit instant, le temps de soupeser ses choix. L'asari avait les doigts crispé sur la tablette et seuls ses yeux bougeaient, regardant tour à tour le geth et la Lanozienne.
Le garde turien à l'entrée été lui aussi figé dans le pas qu'il avait fait vers la réception en percevant la tension de la réceptionniste, avant d'en voir la cause.

Le synthétique se fit face à la diplomate en profitant du mouvement tournant pour lancer un de ces pieds d'un petit pas en arrière, ce qui lui fit gagner... 30cm ? Il avait lu les rapports. Les mâles étaient des monstres de puissance, mais les femelles avaient des cornes à priori plus que redoutable.
Avec ses capacités de corps à corps nuls, et sa carapace de tous les jours (pas de combat donc) si elle était versée dans le combat et décidée d'en finir avec ce qui était une aberration dans leur culture, il allait se faire manger tout cru !

"Ambassadrice Ayna Darek, Je suis Seides, le fondateur d'Avenir. J'espère que vous trouverez votre bonheur au sein de ma boutique." 
Il avait essayé de prendre un ton enjoué et de mettre de la chaleur dans ses mots, comme Eyma lui avait appris, mais il sentis sa voix être bien synthétique à ce moment... Qu'est-ce qu'il pouvait bien faire d'autre? Lui tendre la main?
Avatar de l’utilisateur
Seides
Papa Geth

Papa Geth
 
Message(s) : 273
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Créateur d'Avenir et d'Evolution
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,196.00 Points

Re: Choc culturel à la Citadelle.

Message par Ayna Darek » 09 Octobre 2018, 20:11

« Légende des couleurs »


• pink : Ayna Darek


Quand Lyalléa s’était présentée à Ayna en lui montrant une robe pensée pour être porter par une Lanozienne, elle n’avait pas pris cela très au sérieux. Elle avait imaginé sa secrétaire asari lui faire une petite blague, ayant pris une robe pour grande asari et fait un trou à l’arrière pour passer la queue. Face à l’insistance du sérieux de Lyalléa – donc sa normalité, d’un certain côté – la Lanozienne avait fini par observer en détail la robe que l’Asari tenait soigneusement en main. Elle ne put retenir un petit son d’étonnement alors qu’elle la mettait devant elle. Elle n’était clairement pas tout à fait à sa taille, mais sans être dans le style lanozien, rien qu’au coup d’œil Ayna avait pu directement constater qu’elle pourrait être totalement à l’aise avec. Si elle était à sa morphologie, donc.

« Où as-tu trouver cela ? finit-elle par lui demander, toujours aussi étonnée.
- Un cadeau à votre attention d’une boutique de mode qui a ouvert ses portes il y a quelques mois, Ambassadrice. Si j’ai bien saisi le message qui accompagnait la robe. Il était aussi précisé que si elle ne vous allait pas, vous pouviez la rapporter au magasin. De ce que j’ai pu comprendre, ils font du sur-mesure.
- Oh. Intéressant, commenta la Lanozienne tout en tournant la robe pour voir le dos. Je dois avouer que ça mériterait d’y aller faire un tour. Ma garde-robe se renouvelle difficilement puisque je rentre rarement sur Eraven. »

Lyalléa laissa échapper un petit sourire et récupéra la robe qu’Ayna lui rendait, l’Asari prenant le soin de la replier telle qu’elle était avant que la Lanozienne la regarde. Cela tombait bien, c’était une après-midi plutôt calme ce jour-ci. Elle pourrait s’y rendre rapidement.

« La boutique est loin ? Elle s’appelle comment ?
- J’ai déjà regardé, je pourrai vous accompagner Ambassadrice. Et la boutique se dénomme Avenir, visiblement.
- Avenir ? C’est original … commenta la Lanozienne en souriant, visiblement appréciatrice.
- Par contre, je dois vous prévenir, le fondateur est un Geth, précisa-t-elle avec une petite hésitation dans la voix.
- Ha, lâcha Ayna en même temps que son sourire disparaissait. Je vois.
- C’est le fondateur, parce que j'ai cherché auparavant. Mais ce n'est pas lui le directeur de cette boutique sur la Citadelle. Je ne pense pas que vous risquiez de le rencontrer, Ambassadrice.
- Je vois. Il faudra bien que je finisse par accepter d’en voir un de près un jour ou l’autre, de toute façon, indiqua Ayna en haussant les épaules. Mais le plus tard sera le mieux. Enfin. Allons-y donc. »

Sur ces mots, récupérant nos affaires respectives, on quitta l’ambassade lanozienne. Un taxi loué plus tard sans trop attendre. Les Conciliens étaient si pressés, de manière générale. On était finalement arrivé devant cette fameuse boutique. On se présenta donc poliment à l’employée asari. Celle-ci récupéra au passage la robe tendue par Lyalléa.

« J’apprécie l’ensemble, elle est très bien pensée. Mais elle n’est pas à ma taille. J’imagine que c’était une taille générique ? »

Laissant Lyalléa faire un tour de l’intérieur de la boutique, fuyant surtout la Kroganne arrivée derrière elles, et qui de manière générale mettait l’Asari mal à l’aise, Ayna écouta l’explication fournie par l’employée, finissant par acquiescer.

« Je vois. Je peux être disponible pour les mesures quand vous voudrez. J’ai mon après-midi de libre, mais j’imagine que vous êtes occupée ? Enfin, vous me dites. »

Ayna sourit et laissa l’employée asari consulter sa tablette, regardant où Lyalléa avait bien pu partir, en profitant au passage pour jeter un coup d’œil à l’intérieur. Ce fut en reportant son regard vers son interlocutrice qu’elle comprit que quelque chose n’allait pas. L’Asari était crispée au point que la Lanozienne crut qu’elle allait devenir toute blanche. Ou c’était les humaines ? Elle avait encore un peu de mal à se souvenir qui était concerné dans ce cas-là.

Un frisson la parcourut lorsqu’elle entendit une voix synthétique. Elle la connaissait par cœur, pour s’y être entraînée depuis plusieurs mois. Son regard resta fixer sur l’Asari tout aussi stressée qu’elle, visiblement. C’était rare qu’Ayna maudisse quelqu’un, mais là tout de suite, elle aurait bien eu envie de frapper Lyalléa de toute sa biotique. Et comme par hasard, sa secrétaire asari était hors de vue, comme put le constater la Lanozienne en prenant soin de regarder dans la direction opposée au son qu’elle avait entendu. Comme si cela allait le faire disparaître.

« Ambassadrice Ayna Darek. Je suis Seides, le fondateur d'Avenir. J'espère que vous trouverez votre bonheur au sein de ma boutique. »

Ayna crut qu’elle allait faire une attaque. Un Geth. Un vrai. Qui venait lui parler. Elle était partagée entre partir en courant et prendre le premier vaisseau pour Eraven. Et attaquer sauvagement ce Geth jusqu’à ce qu’il n’en reste même plus un boulon. Dans les deux cas, elle créerait un scandale qui nuirait à tout ce qu’elle était censée représenter et s’efforçait de mettre en place depuis qu’elle était devenue Ambassadrice.

Il lui fallut au bas mot trente secondes avant qu’elle tourne finalement la tête vers Séides, le fixant « dans les yeux ». Elle ne put retenir un violent frisson et une grimace de dégoût mais elle hocha poliment la tête. Un mélange assez étrange, mais elle ne pouvait guère offrir de mieux. La Lanozienne dut déglutir, la gorge bien trop sèche pour parler.

« C’est très aimable à vous, Monsieur Seides. Je l’espère également. »

Aussitôt dit, Ayna reporta son regard vers l’employée asari. Elle passa une main sur son front, comme si sa tête lui tournait. Elle resta sur place, ne sachant plus trop quoi faire ou dire suite à cela, totalement prise au dépourvu dans un contexte qu’elle avait espéré repousser au maximum…
Avatar de l’utilisateur
Ayna Darek
Rang 3

Rang 3
 
Message(s) : 21
Inscription : 28 Août 2016, 13:07

Âge: 76
Profession: Médecin & Psychologue
Classe: Biotique
Points d'Héroïsme: 0

Points MEL: 96.00 Points

Re: Choc culturel à la Citadelle.

Message par Seides » 09 Octobre 2018, 22:51

Sur le moment il crût qu'elle ne l'avait pas remarquée. Ou entendu. Peut-être un de ces trucs d'organique, le déni. Un genre de protection pour leur cerveau quand il ne pouvait pas accepter une information trop dure à supporter. Les Lanoziens étaient VRAIMENT allergiques aux IA visiblement.

Seulement il vit les doigts de l'ambassadrice crispés sur le la tablette de l'accueil. Non, elle n'était pas dans le déni et vu la tête de l'asari qui fixait maintenant madame Darek, elle semblait penser (comme son patron), qu'il fallait s'attendre à une explosion.

Le patron en était à se demander s'il ne valait mieux pas faire demi-tour tout de suite lorsque finalement elle se tourna vers lui. Seides avait depuis longtemps apprit à déchiffrer les expressions faciales. En particulier chez les humains, les asaris et maintenant les Créateurs, qui avaient à peu prêt le même visage. Et celui qu'il avait en face lui fit faire un autre demi-pas en arrière. Avec le propre recul de la Lanozienne, il venait bien de gagner 60 cm en eux deux. Hourra!
Mais c'était loin d'être assez.

"C’est très aimable à vous, Monsieur Seides. Je l’espère également."

Ouf. Elle avait assez de self-control, mais entre le ton, son expression et sa gestuelle, les choses n'allaient pas bien. Il y eut un petit silence, durant lequel la kroganne se mit à fixer Seides en fronçant les sourcils d'un air de dire "ça vient!?". Finalement l'asari tenta de venir en aide à son patron:

"Madame Darek venait pour un retaillage de sa robe. Un modèle à affichage dynamique. Il faudrait prendre ses mesures... et la faire passer dans une des cabines?"
Elle souleva légèrement la robe toujours dans sa boite et qu'elle avait posée sur le côté du comptoir. Le synthétique prit bien vite la perche tendue pour se détourner de la femme stressée au possible et passer derrière le meuble pour sortir la robe, avant d'en prendre les dimensions à l’œil. Il jeta un coup d'optique vers Ayna, la regardant bien de haut en bas, avant de revenir à la robe:
"C'est bon pour les mensurations. Il faudra juste un passage en cabine pour la balance du corps et la bonne répartition du poids des accumulateurs énergétiques."

Il allait finalement pouvoir se débarrasser de cette situation épineuse en chargeant une des employées de démonstration d'accompagner madame Darek jusqu'à une cabine. L'employée en était venue à la même conclusion car elle se tourna comme son employeur pour regarder la boutique... Avant de revenir au geth en pinçant les lèvres et un regard plein de commisération.

Toutes les démonstratrices étaient prisent par un client ou un autre. Pire, une paire de Créatrice débarquaient juste et l'une d'elle avait attirée l'attention de l'autre en le désignant du doigts: "Keel'ah! C'est Lui!" et elle se mirent à papoter d'un ton excité.

Le synthétique et l'organique s'observèrent pendant quelques secondes, comme si une solution allait jaillir du vide entre leur regarde, avant qu'une voix impatiente ne les tire de leur tête à tête: "Bon, vous l'emmenez? Je n'ai pas toute la journée!" fit la kroganne.

*Par les anciennes machine!* Même en comptant les fois où il l'avait seulement penser, comme ici, Seides pouvait compter sur les doigts d'une main les fois où il avait jurer ainsi. Une main geth. C'était dire à quel point la situation était catastrophique.
Seulement il ne pouvait pas l'envoyer paître. Même sans les recommandations de Podok, Seides savait parfaitement qu'il était plus que déconseillé de repousser la représentante d'une race.

Bon... Tant pis, il n'avait pas le choix. Il espérait qu'elle se montrerait compréhensive:
"Veuillez me suivre ambassadrice.""
*Pourvu qu'elle ne m'encorne pas dans le dos* songea le synthétique. Sa propre réaction l'étonnait, car il était rarement sujet à ce que les organiques désignaient comme le stress. Extrêmement rarement. La dernière fois devait être sur Omega alors qu'il était au milieu d'une fusillade qui impliquait des Atlas commandés par Cerberus.

Il essaya de meubler l'ambiance de plomb par les explications: "La cabine sert à faire un scan de votre morphologie, ainsi qu'à calculer la balance de votre corps. C'est un simple programme dont vous n'avez qu'à suivre les instructions""

S'arrêtant devant une des cabines, dont la porte à tambour était ouverte, il termina l'explication: "L'opération dure au total une minute en général et il n'est nul besoin de se dévêtir. Néanmoins la cabine se ferme et restera verrouillera après votre entrée. Vous disposerez de toute l'intimité requise pendant le temps que vous désirez." Et il n'avait pas besoin d'insister pour savoir que le temps désiré sera certainement plus long qu'à l'accoutumé vu l'air de la Lanosienne.

Une fois à l’intérieur une voix aux accents asari demande si c'est pour un essayage ou un scan. Devait elle choisir essayage que la totalité de la cabine circulaire, assez spacieuse pour permettre à des Elcor d'être à l'aise, se tranformerait en un miroir à 360°, permettant de s'admirer sous toutes les coutures.

A la sélection du scan, la voix demande à ce que le client reste immobile le temps qu'un scan optique et sonique soit effectué. Devant elle un petit hologramme montre une silhouette humanoïde avec un cercle lumineux qui la traverse relativement rapidement de haut en bas.
Une fois lancé, la voix demande de fermer les yeux et un cercle lumineux s'allume et descend balayant Ayna avant de remonter.

Dehors, Seides maudit la malchance et le manque de timing qui avait voulu qu'il se retrouve en tête à tête avec la seule personne qu'il devait éviter à tous prix. Comment en étaient il arrivés là? Et toujours aucune des employées pour venir le remplacé. Oui, il se sentit comme cette fois sur Oméga. Il ne pouvait même pas appeler son directeur de magasin à la rescousse, car avec les technologies impliquées les sécurités anti-espionnage industriels étaient drachoniennes. Toute la zone du Full Dive était une zone blanche. Même lui était coupé du réseau tant qu'il était dans ce lieu.

*Oh!* pensât il en regardant machinalement le garde qui lui renvoyait un regarde d'une neutralité toute professionnelle.
Il se tassa sur lui même, pliant légèrement les genoux, ramenant les coudes le long de son corps et posant les mains en coupe sur sa tête, imitant des genre de cornes. Puis il désigna la zone en construction à grand coups de doigts.
Sur le moment le garde plissa les yeux et fronça les sourcils en voyant le geth faire, puis regarda la zone, se demandant si le boss n'avait pas fait sauter ses derniers fusibles...

Il se redressa d'un coup avec une expression de compréhension sur le visage. Il venait d'imiter un galarien et le garde leva le pouce en comprenant ce qu'on attendait de lui. Il fila au pas de course chercher Podok Tar à la rescousse du boss.
Les minutes passèrent et il entendit un "KOUWA!!!" jaillir depuis la zone Full Dive, malgré la distance et les quelques bruits des ouvriers.

Quelques dizaines de secondes après, un Podok sortie de l'autre pièce en dérapant de côté. Bien trop tard hélas, la cabine s'ouvrant sur Ayna. Il reprit son rôle de serviteur comme si de rien était: "Nous allons à présent vous laissez choisir votre affichage. Si vous permettez."

Le geth désigna un pod holographique intégré au sol... Éteint: *Par le Créateur Originel!!!* Il n'avait pas spécialement pensé à allumer le pod avec ses soucis et allait devoir le faire maintenant. Ce qui était quelque chose auquel il n'avait jamais trop réfléchi prenait une autre ampleur dans le cas présent.

Tendant la main il activa son omnitech le temps d'allumer le pod. Ce dernier prit vie instantanément (heureusement), et la silhouette en taille 1:1 d'Ayna s'afficha, fidèle à l'originale et recouverte du modèle de robe qu'on lui avait fait parvenir.
Un damier était également affiché de chaque côté de la silhouette qu'elle pouvait faire défiler à loisir, avec tout un tas d'affichage qui se mouvaient. L'un d'eux donnait une impression d'être habillé d'océan et d'écume.

Image



Dans le dos du geth se jouait un drame d'un autre niveau. Au comptoir de l'accueil Podok faisait de grands coups de doigt en direction de Seides le bras tendu, le tout à l'attention de la quarienne de la boutique, comme pour lui dire "Go! Go! Go!" pendant que sa cliente était dans une cabine.
De son côté la quarienne avait les deux bras en un X résolu et la tête qui faisait des "Non! Non! Non!"
Avatar de l’utilisateur
Seides
Papa Geth

Papa Geth
 
Message(s) : 273
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Créateur d'Avenir et d'Evolution
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,196.00 Points

Re: Choc culturel à la Citadelle.

Message par Ayna Darek » 24 Octobre 2018, 13:12

« Légende des couleurs »


• pink : Ayna Darek


A la phrase de l’employée asari, Ayna avait hoché la tête machinalement, comme si elle essayait d’illustrer le fait qu’elle était toujours là. Apercevant rapidement du coin de l’œil Lyalléa qui revenait de son démarche habituelle, l’Asari à la peau pâle se figea subitement en voyant la scène. Le regard noir que lui adressa la Lanozienne motiva étonnamment sa secrétaire à faire demi-tour comme si de rien n’était. Au retour à l’ambassade, elle allait avoir droit à un sacré savon.

Elle remarqua ainsi à peine le mouvement de l’employée asari de Séides et ce n’est qu’à la voix du Geth que la Lanozienne se retourna subitement vers lui, toujours aussi crispée. Ce ne le moment de silence gênant qui suivit où l’Asari et le Geth s’échangeaient des regards ainsi que la Krogane derrière Ayna qui ne cessait de s’impatienter qui aida à améliorer l’humeur de la Lanozienne. À vrai dire, elle était à deux doigts de partir jusqu’à ce que les deux Quariennes débarquent et laisse Ayna suffisamment surprise de les voir en admiration pour Séides pour rester bêtement sur place.

Elle cligna des yeux lorsque finalement la Krogane finit par parler, revenant à la réalité. Si tant est que la Lanozienne puisse définir ce moment ainsi. Il y eut un mot de flottement où Ayna ne sembla pas comprendre ce que lui disait Séides. Ce ne fut que lorsqu’il se retourna pour s’avancer que la Lanozienne réalisa que c’était vraiment à lui qu’il s’adressait. Elle eut une nouvelle seconde d’indécision puis soupirant profondément, lui emboîta le pas avec regret.

« La cabine sert à faire un scan de votre morphologie, ainsi qu'à calculer la balance de votre corps. C'est un simple programme dont vous n'avez qu'à suivre les instructions.
- Je vois, se contenta-t-elle de répondre simplement en hochant à peine la tête, après quelques instants. C’est parfait, ajouta-t-elle à l’approche des cabines.
- L'opération dure au total une minute en général et il n'est nul besoin de se dévêtir. Néanmoins la cabine se ferme et restera verrouillera après votre entrée. Vous disposerez de toute l'intimité requise pendant le temps que vous désirez.
- Je n’ai aucun problème à me dévêtir, mais je note, indiqua-t-elle d’un ton toujours aussi distant, même si l’annonce qu’elle serait tranquille à l’intérieur sembla la détendre un peu. Merci, se força-t-elle clairement à ajouter par politesse. J’arriverai à me débrouiller. »

Elle adressa un sourire poli à Séides puis pénétra dans la fameuse cabine mise à sa disposition sans se retourner. Elle avisa l’intérieur et écouta la voix aux intonations asari. Au moins, ce n’étais pas un hologramme, c’était déjà ça. Même si depuis le temps, elle s’y était faite à ça aussi. Sa première rencontre avec A.V.I.N.A, ça avait été quelque chose, ça aussi …

« Hm. Scan. »

Elle fut prise d’un doute subitement alors que la voix lui demandait de s’avancer, désormais. Par pur principe de contradiction, pour embêter Séides ou tout simplement parce que dans son esprit, il était normal pour Ayna d’être nue pour une prise de mesure correcte, quelle que fut réellement la raison, la Lanozienne se dévêtit totalement avant de s’avancer. Elle n’était de toute façon pas des plus pudiques. Elle espérait simplement une fois avancée que l’hologramme d’elle-même ne finisse pas par finir un jour quelque part où il ne fallait pas …

Elle suivit les instructions à la lettre, attendant, puis se rhabilla en suivant rapidement. Il fallait dire que l’idée précédente ne cessait de lui trotter dans la tête, du coup. Par curiosité, elle demanda tout de même à utiliser l’essayage. Elle fut surprise du rendu proposé. Elle pouvait admettre au moins une chose, il y avait des moyens. Elle resta quelques secondes ainsi à s’observer, presque amusée, finissant de la détendre pour ressortir finalement de la cabine.

« Nous allons à présent vous laissez choisir votre affichage. Si vous permettez.
- D’accord. Faites donc, confirma-t-elle d’un hochement de tête. Belle technologie, cette cabine » finit-elle par glisser après une légère hésitation, comme si elle venait de lâcher une insulte en complimentant ainsi Séides.

Elle regretta aussitôt ce compliment en le voyant activer son OmniTech, grimaçant, sans faire de remarque. Autant Séides ne l’avait-il sans doute pas vu, autant cela pouvait être une autre histoire pour Podok. Elle fit disparaître sa grimace aussi vite qu’elle était apparue, se reprenant rapidement, pour observer l’hologramme d’elle-même avec la robe qu’on lui avait proposé. Elle cligna un instant des yeux, étonnée du résultat, tournant autour de la représentation grandeur nature de la Lanozienne.

« … Impressionnant … »

La curiosité naturelle d’Ayna lui fit disparaître le malaise de la situation, et surtout la présence de Séides à ses côtés. Elle commença à défiler les tenues proposées en constatant le damier. Dans l’absolu, on aurait plus dit une gamine face à un nouveau jouet incroyable, faisant défiler les tenues proposées sans prendre vraiment le temps de s’arrêter, ayant un petit sourire enfantin sur les lèvres.

La tenue d’inspiration océanique la fit s’interrompre. Ce n’était pas des couleurs qu’elle portait habituellement. Elle appréciait beaucoup le bleu, mais elle avait toujours trouvé que cela ne mettait plus en valeur ses cheveux. Mais la clarté de la robe dénotait bien, sa chevelure étant plus sombre, et ça rendait merveilleusement bien.

« Je garde celle-là en tête. »

Difficile à dire si elle s’adressait à Séides ou si elle pensait à haute voix, dans tous les cas, elle refit défiler les propositions avec plus de sérieux. Rapidement, une autre attira son regard. Dans des tons bleus également. Quitte à être dans l’originalité par rapport à ses habitudes, autant continuer, non ? Cela dit, c’était davantage un turquoise qui descendait pour finir sur un violet. Les quelques motifs lui plaisaient bien mais c’était surtout le décalage entre l’aspect très noble de la robe et le fait qu’elle était ouverte jusqu’à hauteur des cuisses qu’elle appréciait dans celle-ci. À la fois très sexy et protocolaire, d’une certaine façon. Ce n’était pas le genre de robe qu’elle porterait régulièrement, mais pour ses soirées sous invitations, comme cela pouvait se faire parfois parmi le gratin du Présidium, ça pouvait avoir du sens.

Image


« Hm, celle-ci également. »

Elle regarda une dernière fois l’hologramme sous toutes ses coutures, se tournant ensuite vers Séides pour indiquer que c’était bien à elle qu’elle s’adressait depuis le début. Elle eut une nouvelle fois cette légère absence en fixant le Geth mais, au moins elle n’avait pas grimacé. Cela ne l’empêcha pas de retourner regarder le catalogue virtuel proposé.

« Par curiosité … Comment un … être tel que vous … peut-il s’intéresser à la mode ? »

Elle laissa Séides s’expliquer, s’arrêtant une nouvelle fois sur une robe présentée. Celle-ci était plus originale dans sa forme et ses couleurs. Un mélange de bleu nuit et d’un mixte entre de l’oranger, du marron et du doré. Cela lui rappela certains couchers de soleil d’Eraven au sanctuaire biotique quand elle était plus jeune, quand les rayons se reflétaient sur le lac à proximité.

Mais c’était également la forme très déstructurée où les tissus à l’avant et à l’arrière n’étaient pas de la même largeur qui dénotaient avec ses longs rubans couleur miel. Elle avait souvenir que quelques races de petites araignées de son monde natal appréciaient faire des toiles ainsi désorganisées. Elle avait oublié pourquoi depuis. Sans doute une particularité géographique ou pour attraper une sorte d’insectes précis.

Image


« Gardez-moi aussi celle-ci de côté. »

Elle chercha un instant Lyalléa du regard. Sa secrétaire asari avait toujours des bonnes idées en matière de vêtements. Il fallait dire qu’Ayna n’était pas une grande spécialiste de la mode, loin de là. Passer des décennies dans un temple quasiment reclus, ça n’encourageait pas vraiment à ce genre de fantaisie. Encore que, elle aurait pu. Non, ce n’était juste pas particulièrement sa tasse de thé.

« Je vais être franche avec vous, je m’étonne d’être finalement aussi … non, détendue ne serait pas le bon mot. Je dirai. Calme. »

Laissant Séides commenter s’il le désirait, la Lanozienne se décida sur un dernier exemplaire de robe. Elle ne comptait pas repasser de sitôt, si ce n’était tout court, donc autant qu’elle rentabilise le déplacement ! Désirant sortir du bleu, pour une tenue qu’elle portait plus naturellement dans la vie de tous les jours, elle chercha un vêtement dans des tons violets.

« J’imagine parce qu’étant moi-même à moitié considérée comme un monstre parmi les miens, je dois être plus réceptive, je ne sais pas. » Elle haussa les épaules doucement avant de préciser. « Je suis biotique, un fait rare comme n’importe quelle espèce, Asari exclue du coup. Comme un peu partout, nous ne sommes pas particulièrement bien vus, même si dans mon peuple, personne ne viendra m’importuner sur ma particularité. Mais bon. Je ne sais même pas pourquoi je vous dis ça … »

Elle soupira doucement puis son regard s’arrêta finalement sur un modèle. D’un certain côté, elle lui rappelait la précédente en raison de la largeur du tissu différent à l’avant et l’arrière, mettant ses jambes en valeur. Mais le mélange entre le tissu noir comme la nuit à l’avant et un fin tissu transparent orangé et rosé lui plut beaucoup. Les motifs floraux sur le dernier ajoutant une plus-value non négligeable aux yeux de la Lanozienne. Le petit nœud à l’avant l’étonnait et elle n’était pas tout à fait sure que le petit décolleté tel que dessiné ainsi lui irait bien sa poitrine, mais cela restait un petit point de détail par rapport à l’ensemble. Dans le pire des cas, elle imagina qu’on pourrait retoucher légèrement la robe pour que ça lui convienne parfaitement.

Image


« Et va pour celle-ci. Ma préférée de ce que j’ai pu voir. »

Un sourire lui échappa en se retournant vers Séides. Sourire qui disparut aussi tôt, la Lanozienne reprenant un air poli mais distant. Elle laissa le Geth faire ce qu’il fallait ensuite, guère au point sur la technologie mise en place dans la boutique.

« Une dernière question, et je ne vous importune plus. Pourquoi se mettre à faire des tenues pour mon peuple … sachant notre … vision des intelligences artificielles. Je veux dire, ça va nécessairement savoir que vous êtes le propriétaire. Il suffit de voir la réaction des deux clientes quariennes tout à l’heure. » Elle désigna vaguement vers l’entrée de la boutique. « Vous ne craignez pas que cela vous fasse au final une mauvaise publicité ? »

Il fallait croire que sa curiosité prenait le pas sur le reste, car elle fixa Séides bien en face, ayant croisé légèrement ses bras dans le dos, s’étant redressée. S’en même s’en rendre compte, elle avait pris une posture bien imposante.
Avatar de l’utilisateur
Ayna Darek
Rang 3

Rang 3
 
Message(s) : 21
Inscription : 28 Août 2016, 13:07

Âge: 76
Profession: Médecin & Psychologue
Classe: Biotique
Points d'Héroïsme: 0

Points MEL: 96.00 Points

Re: Choc culturel à la Citadelle.

Message par Seides » 24 Octobre 2018, 19:32

Seides ne fit aucun commentaire quand à la non-pudeur déclarée de la diplomate. Pas plus qu'il n'en aurait fait s'il avait sût qu'elle s'était déshabillée dans la cabine, malgré ses recommandations, car il s'en fichait comme d'une guigne. D'aucun dirait qu'il ne savait pas sa chance, mais il n'avait aucun élan de ce côté.

D'autant plus que la lanozienne était seule dans sa cabine. Le logiciel de scan, dérivé des scanners médicaux, s'en fichait également royalement. En faite, il ne se souciait pas de grand chose à par obtenir un rendu holographique des corps qu'on lui présentait.
L’absence de vêtements ne faisait que lui faciliter les calculs et si ça avait été un problème, il aurait tenté 2 scans de plus avant de signaler un problème aux techniciens.

Quant à l'empreinte holographique de la lanozienne, elle était en sûreté dans un stockage informatique, dérivé des matériels geth. Donc aussi sûr que possible en dehors du Consensus, lui même, ou d'un moyen informatique géré par une I.A.
Et même ainsi, tout ce qu'on pourrait voir était la représentation qu'ils avaient sous les yeux: une silhouette bleue sombre avec une surcouche luminescente pour souligner les contours. Il manquait les couleurs et les détails de la texture de la peau, ainsi que de celui des cheveux.

Bref, l'apparence nue de la femme était un non-problème. Les créateurs de contenue osé n'avaient pas besoin de Seides pour créer un modèle holographique plus vrai et sexy que nature, qu'il soit lanozien, Concilien ou sortie de l'imagination.

Quoi qu'il en soit, le scan passé, le geth se dirigea vers le pod holographique, aussi désolé que Podok de la tournure des événements et ignorant de la réaction de la diplomate dans son dos. Au compliment de cette dernière, il ne fit qu'un hochement de tête, ne sachant pas trop si c'était une tentative d'ouverture ou simplement l'envie de meubler le silence et l'ambiance de plomb.

Au moins le résultat eu l'air de lui plaire, ce qui donna l'occasion à Seides de se reculer, laissant une distance de deux bons mètres entre eux au plus prêt. Quand la femme eut le dos tourné, il fit signe à Podok de lui amener la robe. Ce dernier fit un geste des plus impérieux à la quarienne qui avait refuser de se mettre en mauvaise posture avec la Lanozienne. La Créatrice regarda Podok, puis voyant que Seides regardait aussi, ses épaules s'affaissèrent légèrement et on pût voir un léger soupir malgré le masque, avant qu'elle ne se reprenne, s'excuse auprès de sa cliente actuelle et ne se dirige vers le comptoir.

Le galarien dit quelques mots au passage à la démonstratrice qui secoua légèrement la tête. Au vu du langage corporel du directeur, il était en train de lui passer un savon et Seides songea qu'il devrait intervenir après qu'ils eurent régler cette histoire, avant que ça n'aille plus loin.

Quoi qu'il en soit la robe fût apportée et il laissa la Créatrice repartir sur un mot de remerciement, avant de mettre le vêtement sur un présentoirs. Ce dernier était équipé d'une technologie à induction pour charger la robe avec en énergie et télécharger le modèle d'affichage.
Lorsque la lanozienne confirma le choix, la robe prit vie.

"Avec les retouches, la robe vous sera livrée au Présidium demain." conclut-il. Une affaire rondement menée... Sauf que la diplomate semblait maintenant prendre gout au shopping holo.
D'un côté Seides s'en désolait, voulant se tirer de cette histoire le plus vite possible, de l'autre il était ravis que malgré la situation la lanozienne apprécie son passage, du moins assez pour ne pas fuir aussi vite que possible. Ce qui était bon signe.
Cela eut l'effet de détendre un peu le geth sur la situation. Finalement cette catastrophe allait peut-être débouchée sur quelque chose de bien, songeât il avec optimisme.

La diplomate arrêta son choix sur un autre modèle ce qui gêna un poil le geth: *Considères la comme une cliente normale. Il n'y a pas de raison de s'embêter!*

"Pour les commandes de neuf il y a un délai d'une semaine maximum, le temps de la fabrication et de l'acheminement par la navette de Rannoch où se trouvent nos installations de fabrication.
Nous ne faisons que sur mesure pour éviter tout gâchis."
fit il, d'un ton d'excuse.

"Mais si cela vous convient, la désirez vous telle quelle ou en version affichage dynamique?"
La silhouette d'Ayna se divisa en deux plus petites qui vinrent s'afficher à hauteur d'yeux. D'un côté le vêtement tel que l'avait vu Ayna en premier lieu, de l'autre sa version dynamique, qui voyait la violet remonter le long de la robe, comme une mer de nuit venant envahir une plage de ciel azur. Puis le violet devenu presque noir en bas de robe se faisait repousser jusque tout en bas de la robe, ne devenant qu'un ourlet violet alors que le haut de la robe devenait presque blanc éclatant teinté d'azur. Puis le cycle reprenait.

Le geth se tenait les mains dans le dos, tel un bon majordome, en profitant pour activer et désactiver son omnitech discrètement pour faire les modifications sur le pod.

Après sa réponse, Ayna enchaîna sur une question plus personnelle. Ce qui déstabilisa un rien le geth vu les quelques échanges qui semblaient se limiter au minimum et la politesse de façade. Peut-être que ça n'allait vraiment pas si mal du tout finalement.
Dans tout les cas le synthétique ne se formalisa pas du choix de mot de la lanozienne. Il avait entendu pire:

"Je ne peux prétendre à l'inspiration comme les organiques. Enfin pas à l'époque. Le mot "geth", signifie "serviteur du peuple" en langue des Créateurs. Alors que j'évoluais, je voulais également me rapprocher d'une certaine manière de mes racines.

Les Créateurs ayant à nouveau une planète ou poser les pieds, je me suis dis qu'ils seraient moins prit par la lutte pour survivre au jour le jour dans la flotte nomade. Qu'ils auraient plus de temps pour penser à eux. J'ai décider de leur offrir l'occasion de personnaliser leurs combinaison. Avoir la possibilité de changer les motifs des combinaisons quant ils le voulaient ou avoir des affichages holo intégrés.
J'ai reporté ces technologies sur des robes plus classiques.

Quant à l'inspiration... Je cherche encore à la définir. Ce n'est toujours pas quelque chose que je peux numériser et mettre à la disposition du Consensus. C'est désormais une compréhension.
Je créé des modèles, vois ceux qui semblent plaire, les met en avant, archive les autres. Pour les choses vraiment nouvelles, je demande l'avis de mes employés. Ma fille me sert également de bon baromètre pour savoir si je ferais mieux de laissé tomber une idée."

En somme, rien ne l'avait destiné à être couturier, sinon l'envie de rendre service aux Créateurs.


Pour la troisième robe, il proposa la même chose: affichage fixe ou dynamique.
La version dynamique donnait un effet de métal en fusion sur les parties jaunes-orangées (en dehors des jambes).

Il attendit la réaction à sa réponse sur la robe, avant qu'elle ne reprenne sur un quasi-monologue:
"J'en suis sincèrement ravis." fût sa réponse au calme d'Ayna. Soit c'était une bonne nouvelle, soit elle était tellement en état de choc qu'elle ressentait un grand calme. Mais elle ne semblait pas autant détachée que ça.
Elle évitait de tourner le regard vers lui... Enfin, il n'était pas spécialiste de la question.

Quant au reste de la tirade au sujet de sa différence: "Parlé est une manière d'évacuer le stress chez certains organiques." hasarda t'il. Ce n'était pas le meilleur choix de mot, rappelant qu'elle était en présence d'un non-organique justement, mais c'est tout ce qui lui vint.


Il approuva pour la dernière robe: "Ce modèle n'a pas d'affichage dynamique en revanche. Juste les parties filaires qui luisent légèrement." il montra les genres de filins au niveau du cou et de la poitrine où une petite étincelle venait courir tout du long de manière aléatoire. C'était rapide et très discret.

"La totalité de la teinte noire peut être changée de couleur. C'est un de nos modèles les plus appréciés, même dans sa version noire.
J'ignore si c'est grâce à son prix très abordable, sa sobriété ou sa légèreté."


Il prit note de tous les choix de la diplomate, avant qu'elle ne se lâche. Là encore, Seides se prit à espèré que la détente était de mise:
"Vous ne me dérangez pas." commençât il, en réfléchissant à la question.
Son regard se perdit un instant sur les deux quariennes qui parlait avec un langage corporel trahissant leur excitation, avant de revenir à Ayna:
"A vrai dire, je ne vois pas le rapport entre les Créateurs et votre peuple.
Les Créateurs ont fait ma reconnaissance et c'est grâce à eux que j'en suis là aujourd'hui.

Quant à votre robe..."
Il hésita un peu, avant de poursuivre: "Au risque de vous décevoir, je n'ai pas lancé de ligne Lanozienne. C'est un présent de bon ton à votre peuple à travers vous et une manière de vous montrer les productions de Rannoch."

C'était un demi-mensonge. Podok avait bien fait confectionné la robe, sans spécialement en référé à Seides, ce qui n'était pas un problème en soi. Mais le but n'était certainement pas aussi grand que d'intéressé les Lannoziens à Rannoch. Mais bien douée serait Ayna de détecter cette petite exagération, vu son expérience des I.A.

"Néanmoins, j'aimerai savoir ce qui vous fait dire qu'adapter les vêtements existants serait un problème?" il fit un geste du bras en direction de l'hologramme. Le seul élément détonnant était la queue qui traversait l'affichage du vêtement.
"Vous êtes de type humanoïdes. Les articulations inversées ne sont qu'un détail. Seul compte la morphologie globale, adaptée aux Créateurs, Asari, Humains et Turien. Aujourd'hui Lanozien. Pour eux tous, de simples ajustements dans les proportions règlent tout."

Il pointa du doigt la base de la queue du doigt: "Voici le seul élément qui va changer. Un simple trou, renforcé par une couture.
Les seules questions que je me pose seraient: voulez vous un simple rond pour passer la queue? un losange ou une autre forme? dois-je renforcer la couture avec un matériaux agréable au touché si la base de votre queue est sensible ou agrandir l'ouverture pour éviter tout frottement? Peut-être un léger voile qui en recouvrira la base pour éviter qu'on puisse en voir trop sous certains angles?

Des questions pratiques qui n'ont aucun rapport avec votre mentalité envers les créations synthétiques. A moins que ça ne soit vue comme pestiféré. Ce qui m'amène à vous poser une question à mon tour.

Pensez vous que mes créations pourraient plaire ou dois-je simplement abandonner l'idée qu'elles pourraient servir de base de départ à une relation de commerce entre Rannoch et Eraven sur la simple base de son créateur d'origine?"

Qui sait si la mode ne serait pas le premier pas de l'acceptation des synthétiques sur la planète des Lanoziens. Ne serait-ce qu'un pas idéologique à défaut d'un pas physique.
Avatar de l’utilisateur
Seides
Papa Geth

Papa Geth
 
Message(s) : 273
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Créateur d'Avenir et d'Evolution
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,196.00 Points


Retour vers Nébuleuse du Serpent



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)