Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

*

Modérateurs : Administration, MJ

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Neil / Liirha » 21 Août 2018, 12:00

La gastronomie quarienne renaissante se devinait jusque dans le petit déjeuner qu'ils prenaient ensemble. Les fruits locaux, les pâtisseries, tout semblait si nouveau au quatuor. Et pourtant, seule Liirha en profitait pleinement, nourriture dextro-aminée oblige.
Evidemment, les mets lévo-aminés trouvaient leur place sur le buffet, dans une section particulièrement bien achalandée. Mais ce n'était guère pareil : les saveurs particulières des ingrédients de Rannoch patiemment cultivés ou entretenus par les Geths durant l'exil possédaient cet exotisme particulier qui résonnait aux papilles.
Liirha ne cessait de faire goûter tout ce qu'elle mangeait. Daria et Neil, eux, prenaient plaisir à la découverte. Et Ariane mobilisait sa puissance de calcul et la sensibilité de ses capteurs pour reproduire les saveurs avec des ingrédients lévo-aminés. L'IA s'était déjà assurée la "transcription" d'une demi-douzaine de plats dextro en plats lévo, tenant compte de nombreux paramètres tels que le goût, la température et la texture des préparations...

Les discussions allaient bon train alors que le quatuor achevait son petit déjeuner. Neil terminait un toast lorsqu'il nota le soudain silence de ses camarades. Levant les yeux vers Liirha et Daria, il avisa leurs regards fixés sur lui. Saisissant sa serviette, il s'essuya les lèvres avant de demander, curieux :
-"...j'ai quelque chose sur le visage ?"
Elles ne répondirent rien tandis qu'une main se posait délicatement sur son épaule...

La douceur du contact ne le fit pas sursauter. Au contraire : Neil se tourna en souplesse en direction de la propriétaire de ces doigts. Lorsque ses yeux se posèrent sur le visage qui s'approchait de lui, il la reconnut. Leurs lèvres se rapprochèrent jusqu'au contact. L'humain et l'asari échangèrent un long baiser. Le temps se figea pour eux, suspendant ce moment dans l'intemporalité. Ce court instant n'était déjà plus qu'un agréable souvenir lorsque leurs lèvres se séparèrent, à regret. Leurs yeux se rencontrèrent, l'intense marron foncé croisant le saphir brillant.
-"Coucou toi..."
L'avocat esquissa un sourire tendre avant de répondre :
-"Coucou toi."
Se levant, il glissa ses bras autour de la taille de Nissara et l'enlaça, la serrant contre lui. Il ressentit leurs deux cœurs battre plus rapidement que d'habitude, ce qui ne fit qu'accentuer son sourire de plaisir. La douce odeur de la peau de l'asari l’enivrait. A nouveau, le temps parut ralentir avant de subitement et brutalement reprendre son cours :
-"Bonjour ! Je m'appelle Ariane ! C'est un plaisir de vous rencontrer !"


Sur son épaule, la projection holographique de l'IA faisait un coup de la main, arborant un grand sourire.
De l'autre côté de la table, le cocasse de la situation fit émettre quelques rires étouffés à Liirha et Daria.
Neil ferma les yeux, cette fois-ci en affichant un sourire amusé.
Pour la première fois depuis longtemps, il n'avait plus prêté attention à ceux ou ce qui l'entourait. C'était une sensation proche de l'abandon pour lui. Une sensation qu'il n'avait plus senti depuis des années, passées à se battre ou à se couvrir à chaque instant...
Et si dans d'autres circonstances les conséquences auraient pu être bien plus graves, ici et en cet instant, seul un sentiment mêlé d'amusement pour le comique de la situation, d'embarras pour l'interruption et de gratitude pour la retenue et le silence jusque là affichés par ses deux camarades l'envahissait.
Rouvrant les yeux, il les tourna alternativement vers l'IA, puis vers l'asari :
-"Ariane, je te présente Nissara. Nissara, voici Ariane."
-"Enchantée ! A en juger par votre proximité, j'en déduis que vous vous connaissez bien, n'est-ce pas ?"
A nouveau, l'avocat entendu Liirha essayer de réprimer un rire, rabrouée joyeusement par Daria qui elle même semblait éprouver des difficultés à rester sérieuse.

Alors que Neil relâchait son étreinte, libérant Nissara de ses bras, il se tourna vers les deux jeunes femmes lui faisant face, leur offrant un regard faussement désespéré. Puis, tirant la chaise à côté de lui, il invita l'asari à se joindre à eux, s'excusant :
-"Ariane n'est pas encore très aux faits des relations entre organiques. Tout particulièrement en ce qui concerne les relations proches..."
-"A ma décharge, ça n'a jamais fait partie de mes recherches jusqu'à présent."
Répondit l'IA, affectant une moue, les bras croisés.
Liirha, reprenant son sérieux, tendit la main vers l'avocat :
-"Tu devrais peut être me confier le projecteur, tu ne crois pas ?"
-"Certainement."
Répondit-il en décrochant de son épaulette le petit appareil qui y trônait. Sous les doigts de l'humain, la projection fit semblant d'être un peu chahutée avant de rejoindre la main de la quarienne. Cette dernière ajouta, à l'attention de l'IA :
-"Alors, première chose : lorsque tu vois deux êtres qui se plaisent, la bienséance ordonne de rester discrète."
-"Oh. Je vois."
Posant ses yeux vers Nissara, elle s'excusa d'une voix sincère :
-"Je suis désolée."

-"Puis-je t'offrir quelque chose à boire ?"
Demanda Neil à Nissara en saisissant un verre propre et une carafe remplie d'une boisson proche du thé glacé. L'asari acquiesça, déclenchant le service du verre, tout en délicatesse. De la condensation se forma, attestant de la fraîcheur du liquide ambré.
Alors que la main de l'humain le déposait devant l'asari, il reprit en tachant difficilement de ne pas montrer trop d'enthousiasme :
-"Comment se fait-il que tu ais pu te libérer et rejoindre Rannoch?"
Neil ne lui avait pas demandé comment elle pouvait l'avoir retrouvé. Il ne se faisait guère d'illusion : une SPECTRE pouvait sans problème obtenir les bonnes informations au bon moment. Et si Nissara pouvait le trouver, il savait également que l'inverse ne pouvait être possible. Lui même était probablement -hors le personnel du Destiny Decline- l'un des seuls à être revenu de la prison de très haute sécurité la plus secrète de la galaxie. De là à réussir à suivre sa trace, il y avait un gouffre infranchissable.
A ce sujet, cela rappela à l'avocat que plusieurs personnes avaient cherchées à en savoir plus sur cette prison bien atypique. On lui avait même proposé de l'argent, ce qui l'avait fait bien rire...
Ce secret était bien gardé.
Codes couleurs :
Neil : #0F9DE8Liirha : #FF80FFDaria "Sparks" Nosverie : #00FF80
Ariane : #FF4901Niora Vonaki : #00CCCBOria T'Nora : mediumslateblue

Disponibilité : [2] - Disponible : Au moins 1 réponse tous les 7 jours

Journal de BordDatapad
Avatar de l’utilisateur
Neil / Liirha
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 126
Inscription : 20 Juillet 2016, 20:32

Âge: 48
Profession: Neil : Avocat/Businessman.
Liirha : Assistante/Garde du corps/Ange gardien.
Points d'Héroïsme: 4

Points MEL: 102.00 Points

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Layla Archer » 21 Août 2018, 14:24

Pour l'instant, le soleil n'était pas trop agressif et le petit vent matinal rafraichissait pas mal la bande de sable où se situait le complexe. Les parasols étaient donc à leur place et personnes n'étaient encore en train d'agoniser sur sa serviette ou voulant passer sa journée à l'eau à part quelques adeptes d'activités nautiques. On pouvait voir au loin quelques planches à voiles fendre les eaux et entendre des gens voulant organiser une partie de water polo dans la piscine de l’hôtel, profitant de la faible présence de gens sur les lieux en ce moment.

Des enfants étaient également en train de s'amuser. C'était manifestement un groupe venu ensemble et pas des individus venant de se rencontrer. Il y avait une accompagnatrice parmi eux qui organiser les activités de la bande. Peut-être un camp de vacance qui passait dans le coin ou qui avait réservé à l'Oasis. Profitant de leur isolement relatif, n'étant qu'à quelques mètres de là, Izira et Layla s'adonnèrent à un rituel bien connu pour les aficionados des journées à la plage : l'application de crème solaire.

Chacune leur tour, elles se badigeonnèrent de crème sur le corps avant de s'allonger sur le ventre pendant que sa moitié glissait doucement ses mains dans son dos, étalant la lotion parfumée destinée à éviter que leur peau ne souffre trop du soleil et de ses rayons UV. C'était une crème solaire terrienne parfumée au Monoï, un grand classique, mais la Quarienne adorait cette odeur fleurit qu'elle appliquait délicatement sur le dos de l'Humaine recouvert de son tatouage. Un grand tatouage recouvrant presque toute la surface des épaules aux reins. Un souvenir de ce qu'on pourrait appeler une autre vie vue tout les changements qui se sont passés entre temps : À l'époque, Layla était encore jeune, à peine vingtaine d'années. Elle n'avait ni entreprise, ni équipage, ni vaisseau. En fait, elle était même membre d'équipage d'un petit vaisseau d'exploration. Six personnes vivant les uns sur les autres dans une coquille de métal et de polymères flottant dans l'espace.

C'était avec eux que Layla fit ses premiers pas dans la galaxie, quittant sa Terre natale et partant vers l'inconnu... du moins pour elle. Cet équipage là était comme une seconde famille et, un jour de fête un peu trop alcoolisé sur Oméga, ils se lancèrent un défi, celui de se faire tatouer le même motif tous ensemble. Ils se rendirent donc en titubant dans un salon de tatouage tout ce qu'il y a de plus correcte et choisirent un motif d'inspiration humaine. Un dragon avec deux arabesques dans un style tribal rétro. L'une d'elle partant d'une épaule à l'autre, le second, en miroir, allant d'un rein à l'autre. Certains se le firent tatouer sur le bras ou la jambe, un autre ayant même eut l'idée de se le faire sur la fesse gauche. Layla, la petite dernière du groupe avait choisit l'épaule, mais l'alcool et la taquinerie aidant, il gagna en taille pour finalement recouvrir tout le dos.

Est-ce qu'elle le regretter ? Pas du tout. C'était l'un des seuls souvenir qu'elle avait de cette époque. Un matériel défectueux sur le dock d'amarrage du vaisseau avait tout fait exploser. Layla était la seule survivante... à cause d'une panne d'oreiller chez une Butarienne qu'elle avait rencontrée la veille en boîte. Tout ce qui datait de cette époque n'était maintenant que dans sa mémoire, quelques photos dans un OmniTech et littéralement encrée dans la peau. C'est après ça qu'elle revint sur Terre. Elle fit son deuil, marquant un énième hommage a cet famille qu'elle avait perdue en se faisant teindre de façon permanente une mèche en mauve, couleur emblématique de la bande. D'ailleurs les tatouages auraient du être aussi dans la même teinte, mais le tatoueur n'avait pas assez d'encre de cette couleur pour satisfaire la demande du groupe.

Et puis, elle acheta un vaisseau et se lança à son tour dans l'exploration, enclenchant tout les évènements qu'elle avait vécue jusqu'à ce jour précis où elle était sur une plage de Rannoch, allongée sur une grande serviette en train de se faire passer de la crème solaire sur le dos dans un geste massant par sa compagne quarienne qui ne portait rien d'autre qu'un petit maillot. À son grand regret, les mains tridactyles de sa compagne quittèrent son dos le temps de quelques baisers sur la nuque et d'un petit geste taquin consistant à agiter sous le nez de l'Humaine le tube de crème.

Les rôles s'inversèrent donc et ce fut à Izira de profiter d'un petit massage parfumé au monoï. Les mains de la brune glissèrent doucement sur cette douce peau grise immaculée avant de conclure à son tour par quelques baisers sur la nuque. La Quarienne se redressa le temps d'un baiser avant que le tube ne retrouve sa place dans le sac. Désormais à l'abri du soleil avec une peau enduite d'une crème protectrice pouvant résister à l'eau ou au sable pendant toute une journée. Les deux femmes s'allongèrent sur le dos, profitant du soleil. Elles discutèrent de tout et de rien comme n'importe quel couple, se taquinant parfois entre deux petites session de lecture ou de visionnage de vidéo. Comment ? Et bien grâce à des lunettes de soleil avec HUD intégré. Reliée à l'OmniTech, elles permettent d'afficher certaines informations ou encore de lire un livre ou regarder des vidéos. Ce dispositif existe également en lentille de contact, mais les lunettes de soleil collait mieux au contexte du moment. Olympus était même en train d'en développer une version en implant cybernétique, directement greffé dans l’œil, mais avec l'Initiative, tous les projets "secondaires" étaient ralenties. Du coup il faudra attendre quelques années avant de voir cet appareil sur le marché car en plus de l'implant proprement dit qui était la partie la plus facile du projet, il fallait aussi mettre au point une méthode fiable pour l'implanter sans suivre une procédure chirurgicale conséquente et surtout, s'assurer qu'il n'y ait aucun danger pour la santé de l'utilisateur...

Bref, lisant un vieux roman de science fiction se déroulant dans un univers où les voyages spatiaux sont en voie de disparition en raison des coûts budgétaire et où les mégacorporations ayant fondées les colonies les envahissent périodiquement pour récupérer leurs "retour sur investissement", une main dans celle de sa compagne, jouant doucement avec ses doigts, une silhouette s'approcha et demanda d'une voix cristalline si elle pouvait s'installer à côté du couple. Aucune des deux femmes n'eurent le temps de répondre que cette inconnue, humaine, vêtue d'un maillot une pièce élégant, s'installa à côté de Layla. De toute façon, le couple n'y voyait pas d'inconvénient. C'était une plage publique après tout et si elles avaient voulue un peu d'intimité, elles seraient restées chez elles sur la petite plage privative à au pied de la crique qui abritait la résidence.

Cette inconnue se présenta comme étant "Élisabeth". Elle avait l'air d'être plutôt bien renseignée. Non pas parce qu'elle avait reconnue Layla, ça c'était un peu évident vue les actualités. Mais plutôt parce qu'elle avait également reconnue Izira. Layla mettait toujours un point d'honneur à ce que sa vie privée reste... privée. Bien sûr, c'était de notoriété publique qu'elle vivait avec une Quarienne, mais ce n'était pas le genre d'informations que l'on voit martelés en boucle dans les tabloïds. Ce qui indiquait que soit, elle aimait bien se renseigner sur les gens faisant l'actualité du moment, soit qu'elle n'était pas tout fait là par hasard. Ou peut-être les deux :


"Enchantée de faire votre connaissance, Élisabeth."

Sa voix avait un léger accent français reconnaissable. Il ressemblait à celui d'Amina, la responsable des communications du vaisseau, les intonations orientales en moins. En tout cas, elle ne venait pas du sud de la France. Layla connaissait l'accent provençal que ce soit en ayant vue les vieux films de Marcel Pagnol ou de Fernandel les soirs de soirées cinéma classique ou tout simplement parce qu'elle avait fait avec Izira un petit roadtrip le long de la Riviera, partant de Monaco jusqu'en Italie dans une antique voiture de sport italienne entièrement restaurée par la Quarienne. Cet accent là était plutôt générique et pas spécifique à une région particulière, du moins pas d'une manière aussi marquée que l'accent provençal.

Le silence retomba un petit moment, le temps que la nouvelle venue ne s'installe jusqu’à ce que Layla ne vienne briser le silence :


"Vous êtes là pour affaire, ou juste pour profiter du beau temps et des festivités ?"

Une approche simple, mais il n'y avait pas 36 façons de briser la glace avec les inconnus...
Avatar de l’utilisateur
Layla Archer
Grande Prêtresse du Divin Cookie

Grande Prêtresse du Divin Cookie
 
Message(s) : 655
Inscription : 05 Mars 2015, 14:09

Âge: 35
Profession: Exploratrice, Propriétaire de Olympus, Investisseur
Classe: Martiale et Technologique
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 385.00 Points

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Gwennaggan Gwionvarc'h » 23 Août 2018, 14:27

Par contre, je me suis rendue comte en entrant le RP dans ma liste de sujets que j'en avais déjà un à cette date. Est-ce qu'on peut la modifier stp ?



Image

Paroles de Gwenn : #0080BF
Paroles d'Arithon : #8080FF
Image


Des vacances ! Les premières dont Gwenn disposaient depuis grand moment. A dire vrai, les dernières, elle les avaient passées avec Archer. Un peu avant leur rupture. Un moment que l’irlandaise n’aimait pas se rappeler.

Cette fois-ci, la jeune femme avait décidé d’emmener son frère. Maintenant que leur relation était de nouveau au beau fixe, comme lorsqu’il n’avait même pas atteint l’âge de dix ans, il fallait fêter ça. L’adolescent avait insisté pour aller sur Rannoch. Une grande célébration était annoncée et Arithon voulait absolument y participer. Gwenn s’était alors, de bonne grâce, pliée à sa volonté. Elle avait réservé deux places dans un vaisseau en partance et le duo avait atterri il y avait à peine quelques heures, décidant de commencer par une visite à la plage. Une grande première pour l’adolescent.

Si « le Père » lui avait appris à nager, c’était uniquement dans la piscine de la propriété et Arithon n’avait jamais mis un pied à la plage. La rouquine se plaisait à observer son frère découvrir l’environnement ainsi que les multiples espèces qui évoluaient autour de lui dans des tenues décontractées. Elle-même se surprenait à dévisager certains quariens qu’elle n’avait pas l’habitude de voir sans combinaison ni casque.

« Et si on se trouvait un coin où se poser ? »

Pour l’occasion, Gwenn avait acheter des serviettes de bains et tout le nécessaire pour profiter pleinement de leur séjour. Ils se posèrent tous les deux sur le sable le temps de se badigeonner de crème puis partirent s’amuser dans l’eau salée.

Après un long moment à nager et s’amuser dans les vagues, Arithon se déclara fatigué et les deux jeunes gens regagnèrent leurs serviettes. Sur le chemin du retour, Gwenn surprit un regarde insistant de son frère sur une jeune quarienne profitant d’un moment en famille un peu plus loin. L’irlandaise sourit.

« Elle est mignonne, … »

Arithon vira au rouge dans l’instant et bredouilla en s’allongeant sur sa serviette, ce qui fit rire sa sœur.

« Bah t’as qu’à aller lui parler, toi, si tu la trouve si mignonne ! »

Gwenn fit mine d’étudier la question.

« Hum, … non. Trop jeune pour moi. »

Arithon la regarda sérieusement avant d’esquisser un sourire et de lui désigner une butarienne sur la droite.

« Et celle-là ? »

Gwenn sourit.

« Je suis pas raciste mais, je sais pas, … tous ces yeux, … ça me déstabilise, … »

Un petit jeu s’installa alors entre eux, commentant chaque occupante de la plage autour d’eux. Arithon avait jeté son dévolu sur la quarienne un peu plus près de l’eau alors que Gwenn lui préférait amplement une version un peu plus âgée qui s’était installée à quelques mètres sur leur droite mais, malheureusement, celle-ci était déjà accompagnés d’un membre masculin de son peuple dont elle semblait très proche.

« C’est mort pour moi, Ari mais toi tu peux tenter ta chance, … »

« Tu crois ? »

La rouquine haussa les épaules.

« Qui ne tente rien, … »

Après de multiples hésitations, l’adolescent se décida à se lever et à avancer maladroitement vers sa cible.
Avatar de l’utilisateur
Gwennaggan Gwionvarc'h
Appelle-moi Gwenn, …

Appelle-moi Gwenn, …
 
Message(s) : 142
Inscription : 25 Septembre 2016, 20:45

Âge: 25
Profession: Serveuse
Classe: Humaine
Points d'Héroïsme: 2

Points MEL: 59.00 Points

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 23 Août 2018, 19:53

Le passage de son second, complètement déchiré, avait au moins le mérite de faire rire. Miho se demanda à combien de verre il avait dû en être pour finir dans un tel état. En fait, jamais encore elle ne l'avait vu afficher une telle tête et une telle attitude après une soirée, même bien arrosée. Il fallait croire que la fête de la veille avait vraiment été mémorable. La bataille repartait de plus belle sur la plage, mais Miho ne pu s'empêcher de se retourner pour observer Mun, avachi telle une loque sur un transat, enfin plus en travers du transat d'ailleurs, un bras et ne jambe reposant mollement dans le sol, les lunettes de soleil à moitié de travers en raison de sa posture, et commençant déjà à roupiller. Il n'avait certainement même pas conscience de refiler des munitions à son capitaine qui, sourire narquois sur les lèvres, en revint à Laquarius en sirotant tranquillement sa sangria.

L'air dubitatif du turien l'étonna. La question n'était pas si indiscrète que ça, si? Et puis il y avait peu de chance que la réponse lui déplaise, à moins qu'il ne lui avoue qu'il avait pu obtenir l'implications de ses collègues en leur collant un flingue sur la tempe et en menaçant de s'en prendre à leurs proches s'ils n'acceptaient pas. La quarienne avait parfaitement conscience que ce genre de personne ne se trouvaient pas facilement, et que leurs CV ne se trouvaient pas en libre accès sur l'extranet. Pour en avoir vu une partie à l'oeuvre, elle se doutait tout autant que leur quotidien n'était pas fait d'arc-en-ciel et de paillettes. Mais il n'empêchait que, même si certains devaient avoir l'habitude de bosser en équipe, la majorité devait ressembler à Laquarius et être à l'origine des solitaires, voire des binômes, dans leurs activités professionnelles. Bref, pas forcément le genre de gens à se porter spontanément volontaire pour changer régulièrement leur mode de fonctionnement pour les doux yeux d'un turien, aussi célèbre qu'il soit dans sa branche.

Elle hocha la tête à sa réponse. En somme, sa façon d'expliquer la chose lui faisait un peu penser au conseil d'administration de la SCTI. Même si le nombre de membre ayant ouvertement fricoté avec l'illégalité était plutôt bas. Genre... Du niveau du un, à peu près. En tout cas, elle avait un petit aperçu plus clair de leurs fonctionnements. Pour le reste, elle préférait garder ses opinions pour elle. Après tout, tout avis n'était pas nécessairement bon à partager et ce n'était pas comme si le sien avait une quelconque importance, elle qui ne bossait pas dans le même secteur. Leurs voies et objectifs restaient très différents. La quarienne grignota quelques morceaux de fruits, l'air songeur. Un air qui s'estompa légèrement quand il évoqua Julia, responsable de l'orphelinat et visiblement recruteuse. La seconde activité nuisant très fortement à la première d'ailleurs. Surtout quand il précisa que le dernier mot revenait à Julia. Difficile de ne pas y voir un lien, et, sans qu'elle ne s'en rende compte, le regard de Miho s'était à nouveau tourné vers la plage, et plus précisément vers Alice. Mouais. Profiter de la motivation entachée d'une maturité trop jeune d'une ado à peine adulte, c'était pervers et vicieux. Mais elle voyait mal Laquarius s'opposer à ça, lui qui a versé très jeune dans ce genre de milieu. Du coup, le protectionnisme à l'égard des enfants lui paraissait quelque peu... Déplacé? Hypocrite? Mais là encore, ce n'était pas à elle de donner des leçons.

"Oui, les règles... Quelle plaie..."

Elle afficha un sourire faussement navré. Les règles... C'était justement pour les contourner que la SCTI avait été créé. Et ça marchait assez bien pour que des gouvernements leurs confie parfois des missions en ignorant les règles justement pour leur faciliter les choses. Peu fréquent, mais régulier. Quant à Miho... Combien de fois était-elle passée par-dessus la nécessité de demander une permission avant d'intervenir? Elle avait arrêté de compter. C'était moins compliqué de demander pardon pour avoir sauvé des vies que de demander la permission de les sauver. Au final, la SCTI était de moins en moins inquiétée du fait de leur efficacité en situations à risques, et de l'image bien entretenue de fiabilité. Et quand on parlait fiabilité et efficacité pour une société reconnue, les gens faisaient à tort le lien avec une légalité à toute épreuve, oubliant qu'aucune entreprise quelle que soit sa forme, ne pouvait être innocente et bienveillante sans contrepartie. Si la Coopérative attirait autant d'indépendants, c'était parce qu'il était parfois possible de se torcher l'arrière-train avec les règles, ou de les contourner avec style et élégance. Accords douaniers, permissions facilités au sol comme dans les espaces aériens contrôlés... La seule contrainte, mais cela Laquarius la vivait aussi, était de respecter un minimum leurs propres règles à eux, et l'avis de tout le monde. Mais cela venait du fonctionnement même de la coopérative, et pas des lois conciliennes ou des gouvernements. Et ces règles-là, elles avaient été choisis et acceptées par les membres, eux aussi dans des objectifs communs. Et un peu de paperasse pour rendre le tout bien lisse et joli pour les regards extérieur.

"C'est tellement difficile d'être un organisme reconnu. Il faut montrer patte blanche, faire les choses correctement... Sur le papier."

Combien de vaisseaux-membres n'affichaient pas leur affiliation, et ainsi fricotaient avec des trafiquants d'armes, de drogue ou des esclavagistes, permettant ensuite de démonter des réseaux? Miho avait le chiffre précis en tête, ainsi que les nom des différents appareils. Mais ceux-là, pour leur sécurité, n'effectuaient officiellement que des transports de marchandises diverses et légales dans les systèmes terminus. Nourriture, matériel de soin, ou informatique... Et quelques double-fonds dans les cales pour le reste. On obtenait pas certains résultats sans se salir les mains. Voilà aussi pourquoi ils s'étaient retrouvé quelques mois plus tôt sur une station scientifique attaquée. Mais c'était une toute autre histoire. Leurs infiltrations et contacts ne regardaient personne d'autres que les membres autorisés de la coopérative.

"Il est vrai que remplir des papier et créer des contrats avec des partenaires est souvent assez laborieux. Mais bon, si cela peut permettre à chaque membre d'avoir aide et soutient sans trop de problème presque n'importe où dans l'espace concilien, ça en vaut chaque seconde sacrifiée. Mine de rien, malgré nos libertés, cela fait un beau panel de vaisseaux à entretenir et perfectionner. Et je ne parle même pas du personnel."

Mais bon, tout ça, certains gamins de Razum'Dar le verront peut-être, pour le plus grand bonheur des équipages et entreprises partenaires qui perdront moins de temps à rechercher des stagiaires et apprentis.

"Enfin tout cela n'entrave pas les libertés de chacun, la plupart du temps. C'est certainement pour ça que nous seront certainement encore menés à nous croiser sur le plan professionnel. Et j'en suis désolée d'avance."

Elle afficha une mine mi-hypocrite mi-amusée. Miho avait conscience qu'elle était un boulet sur le terrain pour Laquarius. Pas dans les moments d'action pure, du moins elle ne le pensait pas, mais pour le reste... Elle l'avait bien vu sur Oméga, quand il voulait faire le ménage et qu'elle était contre. Ses opinions étaient une épine dans le pied du turien. Mais dans le fond, si elle disait en être désolée, en vérité, elle n'avait pas vraiment de remords sur la question. C'était même tout le contraire.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 380
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,769.00 Points

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Laan'Garna Nar Tesleya » 24 Août 2018, 16:40

La sieste s’avérait compliquée. Peu après que Laan se soit posé dans son transat, face à la plage et exposé à la douce chaleur du soleil, il avait entendu un groupe d’enfant arriver. N’ayant aucune envie d’être dérangé, il avait gardé les yeux fermés, même à travers ses lunettes de soleil, pour conserver chaque parcelle de cet instant intact. Au fur et à mesure, la plage et le bar se remplissant doucement, le bruit des enfants s’était fondu dans un brouhahah général, un fond sonore dans lequel on ne distingue rien, et auquel on s’habitue. Par-dessus ce bruit ambiant, un autre bruit, celui des vagues, régulier et puissant, rappelait à tout un chacun la présence de l’océan.

Laan restait bronzer, sans penser à rien. Un moment rare qu’il appréciait, lui qui avait toujours le cerveau en alerte dans son métier. Se vider ainsi lui faisait le plus grand bien. Il sentit une ombre lui masquer le soleil, puis entendit un bruit de chute juste à côté de lui. Il ouvrit les yeux brusquement et tourna la tête vers sa gauche. Un quarien, de grande taille, plutôt bien bâti, venait de s’affaler dans le transat voisin. De travers, l’air assommé… il avait dû profiter de la fête de la veille. Laan décida qu’il ne représentait, actuellement, aucune menace, et décida de ne pas s’en occuper. Il profita d’avoir les yeux ouverts pour jeter un rapide coup d’œil à la plage. Des badauds se promenait, quelques baigneurs profitaient de la marée haute matinale. Plus loin, quelques véliplanchistes jouaient dans la brise. Laan ne tarda pas à repérer le groupe d’enfants qui l’avait gêné au début de sa sieste. Il eu un sourire en les regardant s’amuser. Son sourire se figea brusquement. Il avait repéré, au milieu des enfants, une jeune adulte, au corps fin et à la longue chevelure rousse. Ce qui venait d’immobiliser le pilote, c’était le visage de la jeune femme. Il aurait juré reconnaître Alice, une…collègue de Laquarius Nix. Le quarien se ressaisit rapidement afin de ne pas paraître trop suspect, puis profita de la teinte de ses lunettes pour observer la jeune femme. Au moment où elle se retourna assez pour qu’il puisse examiner son visage, il la reconnut. Laquarius devait être dans le coin, mais Laan souhaitais rester discret… pour l’instant.

L’ancien agent décida de se lever. Il allait se dégourdir un peu les jambes, ce qui lui permettrait d’observer tranquillement les alentours, comme un simple touriste. Il se tourna vers le bar et fit un geste amical au serveur, commençant à scanner la terrasse. En commençant à marcher, il repéra une table, à laquelle était assise une quarienne et un turien. Bingo. Nix était juste là, sous ses yeux. Laan décida de continuer à marcher. Les deux convives de la table semblait en pleine discussion, et il aurait été mal venu de la part de Laan de les interrompre. Après tout, Laan n’avait jamais entendu Nix parler d’une femme ou d’une petite amie, il avait bien le droit de profiter de l’ambiance… Non, ce qui intéressait Laan, c’était Alice. La jeune femme, la dernière fois qu’il l’avait vu, semblait être une combattante prometteuse. Si Nix l’avait… coaché, il y avait de grande chance pour qu’elle ait atteint un très bon niveau. A voir son corps fin mais puissant, elle devait être redoutable au corps à corps.

Laan se surprit à admirer la jeune femme en mouvement. Il se reprit et se dirigea vers le petit groupe pour éviter de passer pour le premier crétin venu, matant les filles en maillot sur la plage. En s’approchant, il se rendit compte que la jeune humaine ne le reconnaîtrait sans doute pas, étant donné qu’elle ne l’avait jamais vu sans masque ni combinaison. Laan chassa cette idée de son esprit. La seule évocation de sa sortie de coma devrait convaincre la rouquine de son identité. Arrivé à quelques pas des enfants, le quarien s’arrêta et lança nonchalamment :

« Bonjour, Alice ! »

La jeune femme se retourna et jeta un rapide coup d’œil au quarien. Elle répondit poliment, puis se retourna pour continuer son activité. Surpris de sa réaction, Laan se ressaisit assez vite et avant que l’humaine n’ai le temps de relancer le jeu.

« Tu es venu avec Laquarius ? »

Le tutoiement, délibérément choisi, vise à attirer l’attention de la jeune femme. L’associer à Laquarius devrait suffire, mais tant qu’à faire… La réaction ne se fait pas attendre. Alice fait volteface et se place dans une position que n’importe qui jugerait simplement méfiante, mais Laan y perçoit une attitude offensive. La jeune femme à la plage vient de laisser place à une guerrière meurtrière.

« Je ne suis pas là pour me battre. Laan, ça ne t’évoque rien ? Mon coma, tout ça. Tu ne voulais pas faire la perfusion. »

J'essaie d'évoquer des souvenirs que seuls les personnes présente dans la Nayna ce jour là pourrait avoir. Malgré cela, la jeune femme n’a pas l’air de vouloir se détendre. Tant pis, je tente le coup quand même.

« Tu viens boire un verre ? »
Avatar de l’utilisateur
Laan'Garna Nar Tesleya
Rang 3

Rang 3
 
Message(s) : 83
Inscription : 14 Avril 2017, 08:33
Localisation : Redon

Âge: 26
Profession: Pilote / Agent du DCU Quarien
Classe: Quarien - Technologie
Points d'Héroïsme: 0

Points MEL: 362.00 Points

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Nissara T'sironia » 25 Août 2018, 10:52

Un instant simple en suspension dans le temps et l’espace, tel avait été cette délicieuse rencontre. Cela faisait plus de 400 ans qu’elle était née, et Neil était la deuxième personne à lui avoir donné une envie de stabilité. Son attitude témoignait de cet étrange équilibre de douceur se-poudré de mièvrerie tendre. Puis la bulle éclata pour la bleuté qui se tourna vers la voix sur l’épaule de l’avocat en fronçant doucement des sourcils.

« Enchanté Ariane, et oui tu à raisons nous nous connaissons bien. »

Déclara l’asari avec un sourire amusé de cette attitude légèrement infantile. Elle opina doucement aux remarques de neil pour clarifier la situation avant de Liirha n’intervienne pour récupérer « la petite ». La petite séance d’éducation de l’IA était d’ailleurs touchante et l’asari répondit en souriant.

« Il n’y a pas de problème ne t’en fait pas. »

Puis elle se tourna avec un regard légèrement brillant vers Neil qui lui proposait une boisson. UN sourire ourlant encore ses lèvres la spectre répondit simplement.

« Oui je veux bien merci. »

Passant ses doigts sur le verre, laissant une trace sur ce dernier à cause de la condensation, elle afficha un rien d’espièglerie quand l’avocat lui posa la question de sa présence. Redressant le visage un flash força l’asari à cligner brusquement les yeux de surprise. Les gloussements d’un groupe de copines moqueuse se fit entendre alors qu’a l’entrée du restaurant, le commando de l’asari était au complet en train d’admirer la scène, ricanant ou simplement attendrie face à leur chef touché par la licorne de la mièvrerie.

« Hey ! J’avais dit je vous rejoins ! »

« Oui enfin la pas avant un moment on dirait »

Ricana Nastila de loin sous le regard taquin ou amusé du reste de l’équipe, ou tout du moins jusqu’à ce que Nostia, un peu contre toute attente, houspille doucement le commando.

« Laissons la, elle est avec Neil et ils ont pas put se voir depuis un moment alors .. zou ! … aller à la plage. »

Voir ce petit bout d’asari turquoise essayer de se montrer autoritaire n’avait rien de commun et l’équipe fut un instant surprit avant de rire doucement en se faisant pousser hors du champ de vision de la table. Quelques salues de la main accompagnaient quand même ce départ peu orthodoxe alors que Nissara affichait une mine un brin dépité.

« Rassure moi je ne suis pas la seul à me faire charrier comme une demoiselle ? »

Confia l’asari à l’avocat en un ton subtilement en équilibre entre le dépit et l’amusement. Puis elle ajouta un ton un brin plus sérieux.

« J’ai pu avoir quelqu’un pour me remplacer et s’occuper de gérer la .. attend comment vous dites .. le rack ? Bref j’ai une personne de confiance qui m’offre un brin de repos. Et pour toi comment se passe t’a reprise en vie active et .. ton nouvel entourage ? »

Dit elle en jetant un coup d’œil à la projection de l’IA. Ce n’était pas commun que d’avoir cela sous sa tutelle même si les lois avaient été modifié ces dernier temps concernant la création d’intelligence artificiel. D’un geste calme elle saisit son verre et porta à ses lèvres la boisson rafraîchissant qui fit lâcher un léger soupire de satisfaction à l’asari.
Avatar de l’utilisateur
Nissara T'sironia
Foudre bleu

Foudre bleu
 
Message(s) : 335
Inscription : 10 Mars 2015, 12:30

Âge: 435
Profession: Spectre
Classe: Biotique et Martiale
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 325.00 Points

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Laquarius Nix » 25 Août 2018, 12:44

Laquarius restait interdit quant à la réponse de Miho. Lui qui n’avait jamais eu ce genre de soucis de réglementation n’arrivait pas à savoir s’il avait à faire à un déroulement de sarcasme ou simplement un cri du coeur. Dans les Terminus tout ce qui était de l’ordre du code du travail avait fini par se transformer en coussin à force de s’asseoir dessus. Razum’Dar n’était pas une exception d’ailleurs, si le Turien essayait de mettre un tant soit peu de forme dans l’embauche de son personnel, il était évident que les « contrats » qu’il produisait tenaient surtout d’un engagement moral plus qu’autre chose, pas la peine d’espérer cotiser pour sa retraite avec ça. Pareillement, l’entretien n’était pas vraiment un gros soucis, la station disposait bien d’une flottille de défense, qui devait faire pâle figure devant l’armada de la Flotte Libre, mais comme pour Jaipha la règle était chacun se débrouille avec son matériel et ça marchait relativement bien jusque là, les équipages étant en général toujours attentionnés envers leurs vaisseaux. Pour ce qui était de Razum’Dar en elle-même, il s’agissait simplement d’un peu de vaisselle ou de serviettes, voire draps, de temps à autre, rien d’affolant en somme.

En pensant à ça, Laquarius fut frappé d’une pensée qui lui fit cogner son front. Il savait bien qu’il avait oublié quelque chose, le sentiment le tracassait depuis la veille. L’hôtel avait réclamé une nouvelle série d’oreillers, prétextant qu’il fallait renouveler ceux du troisième étage. Une demande pour le moins classique à laquelle le Turien était censé donner une réponse avant de partir mais, perturbé par Alice, il était complètement passé à côté. Maintenant il ne restait plus qu’à espérer que les femmes de chambre n’avaient pas bazardé les coussins à remplacer, sinon il allait devoir régler un casse-tête logistique le temps de recevoir le change. Quand Miho aborda le fait de venir à se croiser à nouveau, avec son sourire en coin, Laquarius ne put s’empêcher de lâcher un petit rire aux intonations volontairement moqueuses :

« Si l’on prend en considération que la dernière fois vous n’étiez là uniquement par accident à la base, j’ai bien peur que nous ne nous croisions plus comme la SCTI n’aura plus de boulot chez moi. »

Il fanfaronnait mais avec le recul, heureusement que Miho et son équipe avait été là, ses collègues et lui n’auraient jamais pu endiguer un raid de trois vaisseaux.

« À moins que vous n’ayez besoin d’un avis d’expert pour je ne sais quelle raison, mais dans ce cas là, dépêchez-vous car le temps commence à me rattraper j’en ai bien peur. Vous ne voudriez pas demander de l’aide à un ancien mercenaire sénile et impotent. »

Il rigola à nouveau mais au fond cette pensée émergeait doucement dans son inconscient. Le monde s’acharnait à rabâcher qu’avec l’âge, ce que l’on perdait en vivacité, on le gagnait en expérience. C’était vrai d’un côté, mais ça ne suffisait pas, du moins pas à Laquarius. Si son esprit était plus.. éclairé qu’il y a quelques années, et ce n’était pas dur en soit, il commençait à se soucier de ses limites physiques de plus en plus prononcées. Il le savait pertinemment, d’ici cinq ans tout au plus, Alice ne ferait qu’une bouchée de lui lors des entraînements, un constat qui ne l’enchantait guère. Avec l’image de la rouquine en tête, il tourna son regard couvert d’un voile presque nostalgique vers la plage. Elle est loin l’époque où il la rattrapait sans problème lors de leurs courses-poursuites. D’abord mécaniquement, il commença à reporter ses yeux vers son interlocutrice mais dirigea brutalement la tête à nouveau vers la plage, réalisant ce qu’il venait de voir.

Sur le terrain de jeu, Traz avait fait preuve d’une lucidité remarquable quant à la façon de gagner, plutôt que de chercher à se libérer à tout prix, elle avait tiré en visant juste à côté de Kark. Ce dernier avait esquivé d’un petit pas souple mais n’avait pas réalisé que la véritable cible du tir était Alice. La jeune femme réceptionna la balle pour la renvoyer directement en direction du Butarien, le touchant sans trop de soucis dans le dos.

« Pas très loyal tout ça. »

Nancy se pencha pour ramasser le ballon tandis que Kark rejoignait Sals dans le camp des prisonniers. Il restait donc Letus et Nancy contre Alice et Lens. Les deux humaines s’échangèrent un regard de défi. La serveuse voyait bien que la rouquine ne se retenait absolument pas pour ce qui était d’abuser de son entraînement quand il s’agissait de gagner le jeu. Aussi décida-t-elle d’en faire de même. Bien qu’elle n’avait jamais suivi la formation guerrière de son homologue, elle avait un passé dans un cirque ambulant où elle officiait comme contorsionniste. Les numéros avec des sphères rigides, ça la connaissait, delà à les projeter, non, surtout que là il s’agissait d’une balle en plastique mou. Néanmoins, Nancy ne se dégonfla pas, elle savait bien que si Alice pouvait lire son corps au moment du lancé, elle ne la toucherait pas. La serveuse posa donc la balle au sol, ses deux mains bien appuyées dessus, le visage à une dizaine de centimètre de cela. Son corps se courba pendant que ses jambes passaient par dessus sa tête, dégageant une nuage de sable. Aussi vite que son dos s’était plié, il reprit sa forme. Le coup ressemblait un peu à une touche au final, la figure en moins. La balle parti vivement et en direction d’Alice, comme prévu, intérieurement Nancy se félicita d’avoir plus ou moins réussi.

Contrairement aux autres fois, la rouquine ne se fendit d’aucune provocation, elle n’essaya pas non plus d’attraper le tir. La jeune femme plongea sur le côté, se réceptionnant à l’aide d’une roulade. En se relevant, elle tapa ses mains sur ses cuisses pour en faire tomber le sable et se retourna pour faire face à Kark, se dernier ayant récupéré la balle. Le Butarien n’hésita pas un instant et toucha Lens au genoux pendant qu’Alice était trop loin pour le protéger. Elle ramassa la balle en pestant et lança un regard vers les trois adversaires qu’il lui restait. En situation de combat elle n’aurait aucunement peur d’eux mais là il s’agissait de les toucher tous un par un ou alors essayer de libérer les autres, sachant qu’il fallait aussi se méfier de Sals dans son dos. Elle fut finalement dérangée dans sa réflexion par une voix l’appelant depuis le côté du terrain. Répondant de manière distraite comme la politesse le voudrait, Alice reprit le cours de son analyse, jusqu’à ce qu’elle entende le nom de Laquarius être cité. Qu’une personne connaisse son nom, la rouquine n’avait pas de mal à le concevoir étant donné que les enfants l’avaient prononcé plus ou moins fort à multiples reprises, il pouvait même s’agir de quelqu’un qu’elle avait vu hier à la soirée. Mais quand il s’agissait de l’associer à son protecteur, la rouquine se faisait plus attentive. Elle se tourna lentement vers le Quarien, traçant un cercle avec sa jambe gauche pour la placer derrière son appui, prête à partir. Alice en tenait pas à se battre devant les gosses, sauf que devant ce type dont elle savait rien, elle ne pouvait pas laisser le hasard entacher la situation.

« Je ne suis pas là pour me battre. Laan, ça ne t’évoque rien ? Mon coma, tout ça. Tu ne voulais pas faire la perfusion. »

Oui, ça lui évoquait quelque chose, pour autant, elle ne laissa pas ses muscles se détendre et détailla de haut en bas le Quarien, portant une attention particulière à sa voix et son visage. Alice se souvenait bien de leur rencontre, la gabarit correspondait, le timbre aussi, au niveau des traits en revanche la rouquine restait incertaine, il faut dire que les souvenirs approximatifs au travers d’une visière presque opaque, bien qu’elle l’avait vu de près, n’aidaient pas. Quand Laan lui demanda si elle voulait boire un verre avec lui, Alice souffla la mèche qui lui tombait sur le nez et pointa la table de Laquarius du doigt :

« Si tu veux discuter, va plutôt le voir lui. Perso, je suis occupée et puis tu n’es pas du tout mon genre, désolée mais le bleu.. ça ne va pas avec l’orange. »

C’était faux et elle le savait, ce n’est pas pour rien que son manteau favori était couleur bleu ciel. Pour le reste en revanche, Laquarius avait désormais le regard braqué sur un Laan qu’il ne reconnaissait pas et il était évident qu’Alice était prise en plein règlement de compte, quant à ses goûts seule l’Humaine pouvait déceler si elle avait dit la vérité.

De son côté, Élisabeth adressa un sourire à Layla en guise de réponse à sa question pour le moins brute et directe. Elle était satisfaite de ne pas avoir eu à tourner autour du pot dans des politesses aimables trop longtemps.

« On ne peut rien vous cacher apparemment. »

La femme ôta son chapeau pour révéler un chevelure blonde enchevêtrée dans un chignon complexe rappelant l’allure d’une couronne puis se redressa sur ses bras tendus dans son dos. Elle embrassa du regard les verres de ses voisines puis haussa un sourcil qui apparut à peine au dessus de sa monture. Se tournant vers la terrasse, elle fit signe au Geth de service :

« Garçon, apportez-moi un mojito, s’il vous plaît, et vous remettrez la même chose à ces dames. Merci. »

Sa commande passée, elle reporta son attention vers sa voisine directe.

« À moins que vous ne désiriez autre chose, enfin nous pouvons le rappeler, mais c’est pour moi, c’est la moindre des choses. »

Élisabeth tira sur les bords de son paréo pour ne pas avoir les mains dans le sable et poursuivit :

« Pour en revenir à votre question, j’aime penser que je mêle l’utile à l’agréable en vous rencontrant dans ce cadre idyllique. »

Elle laissa une courte pause avant de reprendre :

« Si je vous dit que je veux prendre le contrôle d’Oméga, vous me croyez ? »

La femme blonde tourna son visage vers celui de Layla après avoir prononcé ces mots et afficha un léger sourire énigmatique. Impossible de dire si Élisabeth était sérieuse ou pas.
Laquarius Nix #FFFFF80
Code couleur PNJ "récurrents"
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 230
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession: Gardien de Razum'Dar
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 418.00 Points

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Neil / Liirha » 26 Août 2018, 17:33

Le flash surprit également Neil, lequel n'eut cependant pas le désagrément de le prendre en pleine figure. Il émanait d'un groupe d'asari resté à la porte de la salle du petit-déjeuner. D'un rapide coup d’œil, il les reconnut toutes. Kalita, N'okia, Losnia, Nastila et Nostia. Le commando de Nissara au grand complet, qui semblait s'amuser de la situation.
Autant l'avocat que la commando ne ressemblaient sans doute pas en l'instant à ce qu'ils pouvaient paraître au cœur de l'action. Les vacances et la détente en était l'une des causes, certainement mineure...

-"Hey ! J'avais dit je vous rejoins !"
-"Oui enfin là pas avant un moment on dirait !"
Manifestement, Neil avait plus de chance : Liirha et Daria avaient préférées de faire discrète là où le commando de Nissara dans son intégralité s’esclaffait en prenant des photos. Retourné sur sa chaise, l'avocat fit un coucou de la main en souriant. Les moqueries restaient bon enfant. Jusqu'à ce que Nostia ne décide de prendre les choses en main :
-"Laissons la, elle est avec Neil et ils ont pas pu se voir depuis un moment alors... Zou ! ...allez à la plage."
Et c'est dans la joie et la bonne humeur, parsemées de rires, que le groupe d'asaris quitta la vue de la table, en direction du sable, du soleil et de la mer.

-"Rassure-moi, je ne suis pas la seule à me faire charrier comme une demoiselle ?"
-"Si tu savais !"
-"On t'a juste un peu taquiné, rien de plus !"
Répondit Liirha, avant d'ajouter à l'attention de l'asari :
-"En même temps, c'est la première fois que je le vois intéressé par quelqu'un... Il a même paramétré des filtres sur ses systèmes de veille prospective pour faire remonter en priorité tout ce qui te concerne. Il s'inquiète pour toi, c'est presque mignon !"
A ces mots, Neil ne put réprimer un timide rougissement avant de reprendre le contrôle de son expression faciale. Cherchant ses mots, il finit par lâcher :
-"S'inquiéter, non... mais on ne sait jamais ? Tu pourrais avoir besoin d'aide ou..."
A nouveau, il se mit à rougir légèrement.
Oui, Corto maintenait sur son ordre une recherche prioritaire sur tout ce qui touchait l'asari. Et ce n'était rien à côté de la documentation méticuleuse de la vie de cette dernière qu'il conservait dans ses documents top secret. Ariane s'était occupée de crypter ces derniers et d'assurer leur sécurité...
Fort heureusement, donc, Liirha n'avait pas connaissance de ce dossier. De mignon, l'avocat craignait de devenir inquiétant.
Un coup d’œil à l'expression de Nissara confirma son impression : existait-il quelque chose ou quelqu'un qui puisse l'inquiéter réellement ? Les moissonneurs mis à part, bien sûr...

Changeant de sujet en laissant le précédent s'éteindre de lui même, ils revinrent sur la question qu'avait posé l'avocat avant que les camarades de Nissara ne les interrompent.
-"J’ai pu avoir quelqu’un pour me remplacer et s’occuper de gérer la .. attend comment vous dites .. le rack ? Bref j’ai une personne de confiance qui m’offre un brin de repos. Et pour toi comment se passe ta reprise en vie active et .. ton nouvel entourage ?"
-"Oh... J'ai commencé par remettre de l'ordre dans mes affaires, mais ça n'a pas duré. Liirha s'en était occupée divinement."
La quarienne lui offrit un sourire empli de fierté qu'il lui rendit avec plaisir.
-"Puis je me suis mis à la recherche de l'Icarus. Disons que ça n'a pas donné grand chose de prime abord... Par contre, on a pu aider un vieil ami, un krogan du clan Urdnot nommé Uoldar. Apparemment, il s'était écrasé sur Nodacrux depuis un moment avant qu'on ne le repêche..."
L'humain fit une pause, se saisissant de son verre pour en boire quelques gorgées avant de le reposer devant lui.
-"Nous sommes convenus qu'il nous fallait un nouveau vaisseau. Le temps de regarder ce qu'on voulait et ce qu'offrait le marché et nous nous décidions pour une ancienne corvette de l'Alliance. Elle a été rénovée et passablement remise à niveau. Il faudra que je te la fasse visiter, d'ailleurs..."
-"Et c'est là que vous m'avez créée !"
Neil acquiesça en souriant à l'hologramme qui désormais trônait sur l'épaule de Liirha.
-"Exact. Depuis, je continue de chercher l'Icarus et mes hommes tout en me rapprochant des instances politiques de la Citadelle. Je me lancerais bien dans la politique galactique. Du côté du Conseil, puisque je ne suis plus citoyen de l'Alliance."
La déchéance de son statut de citoyen de l'Alliance Interstellaire avait été le dernier coup joué par ses adversaires du Concordat, à la suite de la révision du procès. C'était un coup de dépit, ce dernier n'ayant pas eu grand impact sur Neil ou sur ses activités. Le plus pénible pour lui était donc de devoir fournir son passeport et répondre à quelques questions pour rendre hommage à ses parents lorsqu'il désirait le faire. Un ennui administratif somme-toute léger, dernier -et probablement ultime- de l'arsenal de ses adversaire lancé à son encontre.
Marquant une nouvelle pause tout en réfléchissant, il finit par conclure :
-"Et voila, je crois que j'ai fait le tour... Ah non, j'ai oublié de mentionner que j'écrivais régulièrement des articles de géopolitique et de politique et que je donnais parfois des conférences. Mais j'imagine que cela ne t'avait pas échappé, n'est-ce pas ?"
Acheva Neil en lui souriant.
Il ne doutait pas un instant qu'elle ait pu faire comme lui : garder un œil sur l'autre.


---------

Les bonnes choses ayant une fin, la discussion et le petit-déjeuner s'achevèrent à peu près en même temps. Daria, Liirha et Ariane se levèrent pour rejoindre la plage et profiter du soleil. Manifestement, elles avaient repéré une série de transat situés un peu à l'écart disposant d'un parasol. Tant les deux organiques que la synthétique espéraient donc mettre la main dessus et y larver un bon moment, entrecoupé sûrement de baignades et de cocktails. Du repos à l'état pur : rien faire, mais le faire bien.
Se levant également, Neil proposa à Nissara de rejoindre la petite marina de l'Oasis, où il savait possible d'emprunter un semi-rigide et un peu de matériel de plongée.
Intriguée par l'idée, l'asari accepta.
Pianotant sur son omnitech pour vérifier la disponibilité des navires et des appareils nécessaires, il afficha rapidement un sourire satisfait. Non seulement l'ensemble était disponible, mais en sus réservé à son nom. Il ne leur suffisait donc plus qu'à les retirer. Il en fit part à sa compagne, avant de lui offrir sa main. Cette dernière lui sourit avant de la prendre, pour le plus grand plaisir de l'humain.
Préférant rester à l'abri du soleil pour l'instant, ils rejoignirent la marina attachée à l'hôtel par la promenade couverte, longeant ainsi les installations de loisir et la piscine commençant à se remplir de cri d'enfants et de bruits d'éclaboussures.

Un geth les attendait sur l'un des pontons de la marina. A ses côtés, se trouvait une embarcation semi-rigide motorisée chargée de deux sacs, apparemment prête à partir. Les reconnaissant sans hésiter, le geth se porta à leur rencontre :
-"Administrateur Jors, je suis l'unité 25897, votre demande d'équipement est prêt à l'usage. J'ai veillé à ajouter les équipements supplémentaires demandés."
-"Merci, unité 258... euh..."
-"25897."
-"...merci."
-"Vous arriverez à mettre en oeuvre cette embarcation seuls, administrateur ?"
-"Oui, sans problème."
-"Bien. Bonne promenade."
Et le geth quitta le ponton, laissant Nissara et Neil seuls avec leur semi-rigide à quai.
Faisant honneur à la galanterie humaine, l'avocat descendit à bord du navire avant de proposer sa main à sa compagne asari. Cette dernière l'accepta, descendant avec une souplesse et une agilité toute féline à bord.
Rejoignant le panneau de contrôle de l'embarcation après avoir retiré les amarres, l'humain démarra la propulsion et manœuvra habilement pour sortir du port. Ils en doublèrent la balise d'accès en quelques minutes avant de prendre de la vitesse pour rejoindre la pointe de la falaise bordant la plage.
Tous les deux debout à bord du semi-rigide, ils s'amusaient de façon presque enfantine à ressentir les chocs des vagues se fracassant sous leur coque. C'est en un rien de temps que les tourtereaux, tout sourire et rires, finirent par s'arrêter au pied de l'immense formation rocheuse plongeant dans l'océan. Coupant la propulsion qui laissa place au bruit régulier des vagues et de la mer, Neil fit plonger l'ancre. Cette dernière finit par toucher le fond, que le sonar indiquait à quelques mètres sous eux, au milieu des poissons, des nappes de sable et des rochers orangés agrémentés de multiples exemples de luxuriance sous-marine. L'avocat ne manqua pas d'activer la balise prévenant la présence de plongeurs dans la zone.
Une fois satisfait, il releva les yeux sur sa compagne en souriant :
-"Nous y sommes, Nissara. Dans l'un des sacs doit se trouver deux masques et deux paires de palmes ainsi que des serviettes. L'autre contient un petit encas et de l'eau. On m'a dit que les fonds marins ici étaient particulièrement resplendissant. Et si nous allions vérifier ça ?"
Lui dit-il d'un ton enjoué où trônait un brin de malice.
Codes couleurs :
Neil : #0F9DE8Liirha : #FF80FFDaria "Sparks" Nosverie : #00FF80
Ariane : #FF4901Niora Vonaki : #00CCCBOria T'Nora : mediumslateblue

Disponibilité : [2] - Disponible : Au moins 1 réponse tous les 7 jours

Journal de BordDatapad
Avatar de l’utilisateur
Neil / Liirha
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 126
Inscription : 20 Juillet 2016, 20:32

Âge: 48
Profession: Neil : Avocat/Businessman.
Liirha : Assistante/Garde du corps/Ange gardien.
Points d'Héroïsme: 4

Points MEL: 102.00 Points

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Layla Archer » 28 Août 2018, 15:09

La nouvelle et énigmatique connaissance du couple commanda un mojito à un des Geth serveurs du complexe, lui demandant également de servir les deux femmes avec la même boisson qu'elles avaient déjà. Le Synthétique partit aussi rapidement et discrètement qu'il était arrivé. Nul doute que lui ou un de ses collègues au bar n'aurait aucun mal à réaliser à la perfection la commande de la Française, même si c'était sans doute la première fois qu'il devait réaliser un mojito. Être une machine avait ses avantages...

"C'est très généreux à vous."

La moindre des politesses quand on vous offrez un verre, c'était de remercier cette personne et ni l'Humaine, ni la Quarienne ne se déroba à cette acte. Elisabeth continua sur sa lancée, reprenant le fait qu'elle aimait bien joindre l'utile à l'agréable et qu'elle avait donc choisit de rencontrer Layla ici-même et non pas dans un quelconque lieu plus formel. Donc effectivement, c'était bien elle qu'elle voulait voir. Outre le pourquoi, la méthode avait son importance : comment savait-elle que Layla était ici ? Elle n'avait l'air de rien laisser au hasard, ce qui exclue la rencontre d'opportunité, sauf si elle n'était qu'un nom dans une liste de personnes "à rencontrer" sans ordre quelconque ou si elle avait une connaissance dans les parages l'ayant avertie de sa présence ici.

Le piratage de ses données était hautement improbable, tout était fait pour éviter ce cas de figure, de l'emploi de code de cryptage unique à la présence de plusieurs IA qui pouvaient jouer les "gardes du corps virtuelles" si besoin. Bien sur, le risque zéro n'existe pas, mais si une telle personne pouvait parvenir à cet exploit, il fallait la débusquer, la retrouver et... l'embaucher ! De telles compétences ne méritent pas de s'égarer dans la nature à la merci d'individus peu recommandables pouvant faire des choses stupides s'ils n'étaient pas satisfaits.

Toujours aussi insaisissable, Elisabeth demanda à Layla si elle la croirait si elle disait qu'elle pourrait prendre le contrôle d'Oméga avec un mystérieux sourire énigmatique. Était-elle sérieuse ou était-ce une taquinerie pour faire la conversation ? Elle n'avait pas vraiment l'air d'une génie du crime ou alors elle cachait très bien son jeu... ce qui ne serait pas très étonnant vu le peu qu'elle pouvait supposer de cette mystérieuse personne pour l'instant :


"Je crois que si vous étiez capable de prendre le contrôle d'Oméga, vous l'auriez déjà fait au lieu de me demander si je vous en crois capable."

Elle répondit avec un petit sourire taquin avant d'enchaîner. Après tout, pourquoi ne pas profiter de la situation et discuter un peu :

"À moins que vous êtes là parce qu'il vous manque quelque chose pour mettre votre plan à exécution."

Matériel, financement, personnel, information. La liste pouvait être longue. Est-ce qu'elle pensait sérieusement à l'aider ? Pour l'instant non. Ne sachant pas si elle était sérieuse ou non, ce n'était pour l'instant qu'une distraction pour elle qui pouvait aussi permettre d'en savoir un peu plus sur son interlocutrice. Et même si c'était sérieux, elle n'avait aucun intérêt à aider un quelconque coup d'état sur Oméga. Déjà, elle ne cautionnait pas les actions violentes sans raisons ou aux motifs purement personnel. Deuxièmement, ça fait de la mauvaise publicité. On aurait beau retourner ça en se donnant le rôle de héros ou de libérateurs, il n'empêche que les gens les verraient davantage comme des gens prêt à tout sous couverts d'idéaux bien pensant. Pour une entreprise qui a pour crédo de "jouer dans les règles" ça la fou plutôt mal. Izira prit aussi part à la conversation. Après tout, personne n'avait dit que c'était une discussion en tête-à-tête :

"Et pourquoi vous voudriez vous emparez d'Oméga ? Aux dernières nouvelles, le triumvirat arrivé au pouvoir à l'air de savoir ce qu'il fait. Le niveau de vie augmente, la violence envers les civils est en baisse et les affaires sont au beau fixe."

Alors que la Quarienne faisait la discussion avec Élisabeth, Layla écoutait et observait, les réactions de leurs nouvelles connaissances, les alentours sur la plage. Il y avait un peu plus de monde. De plus en plus de personnes s'étendaient sur le sable dont certains Quariens goûtant leur premier bain de soleil. Les enfants vue précédemment étaient en train de jouer à la balle, une sorte de balle au prisonnier apparemment. Sa vision se posa ensuite vers une jeune Quarienne, une adolescente, mais aussi sur l'Humain qui était en train de discuter avec elle. Ça devait être la première fois que l'ado à la peau grise était en train de se faire aborder comme ça et peut-être même draguée avec plus ou moins d'adresse en fonction des "talents de séducteur" de son interlocuteur.

Et cet interlocuteur, elle le connaissait. C'était Arithéon, le frère de Gwenn... Cela voulait-il dire qu'elle était aussi présente ? Elle observa davantage, mais elle vit pas la mignonne frimousse de la Rouquine. Peut-être bien cachée derrière d'autres plaisanciers. Elle ne savait si son jeune frère l'avait reconnue quand il regarda dans sa direction, semblant plus concentrée sur sa potentielle conquête. En tout cas, si Gwenn était là, il faudrait qu'elle la trouve pour la saluer et discuter.... Une manière de rattraper le temps perdu, faute de mieux.
Avatar de l’utilisateur
Layla Archer
Grande Prêtresse du Divin Cookie

Grande Prêtresse du Divin Cookie
 
Message(s) : 655
Inscription : 05 Mars 2015, 14:09

Âge: 35
Profession: Exploratrice, Propriétaire de Olympus, Investisseur
Classe: Martiale et Technologique
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 385.00 Points

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Gwennaggan Gwionvarc'h » 30 Août 2018, 20:08

Par contre, je me suis rendue comte en entrant le RP dans ma liste de sujets que j'en avais déjà un à cette date. Est-ce qu'on peut la modifier stp ?



Image

Paroles de Gwenn : #0080BF
Paroles d'Arithon : #8080FF
Image


Gwenn sourit en voyant son frère discuter avec la quarienne et en profita pour se poser un peu sur sa serviette. Allongée sur le dos, elle entendait le bruit des vagues et, plus loin, celui d’un groupe d’enfant jouant au ballon. Etre en vacances, même courtes, était des plus agréables. La jeune femme chassa les pensées du pub qui lui revenaient régulièrement. Shay et le reste de la troupe pouvaient très bien gérer le stock et la salle quelques jours. Le monde n’allait pas s’écrouler si elle s’arrêtait de bosser.

Plusieurs minutes plus tard, Arithon revint s’assoir sur la serviette à côté de la sienne. Gwenn tourna la tête vers lui en souriant et releva légèrement ses lunettes de soleil pour le fixer directement.

« Alors ? »

L’adolescent sourit.

« Elle s’appelle Nawen et on doit se voir ce soir. »

« Et bien ! Je vais peut-être devoir commencer à t’appeler Don Juan ! »

« Arrête ! »

Le rouquin s’allongea sur le dos pour clore la discussion mais ne parvint pas à effacer totalement son sourire.

« Au fait. Je crois que j’ai vu Layla sur les transat’ là-bas. »

Gwenn tourna la tête vers lui un instant avant de regarder du côté indiqué.

« T’es sûr ? »

Elle ne savait pas trop si elle était contente de la nouvelle ou non. L’irlandaise ne savait pas trop comment réagir face à la brune. Cela faisait deux ans qu’elle faisait de son mieux pour limiter leurs rencontres au strict nécessaire tout en restant polie et d’apparence détachée mais la vérité était qu’elle n’arrivait pas à gérer ses sentiments en sa présence.

« Et, … elle était toute seule ? »

A peine sa question prononcée, elle le regrettait déjà. C’était très peu probable. Archer n’était jamais vraiment seule. Non seulement c’était quelqu’un de particulièrement sociable mais, en plus, la voilà célèbre maintenant.

« Non. Y avait aussi une blonde avec elle. Et une quarienne. Je crois, … »

Gwenn grimaça. Elle se doutait de l’identité de la quarienne en question mais ne savait pas qui pouvait être la blonde. Mais, après tout, cela ne la regardait pas.

« Est-ce qu’elle t’a vu ? »

« C’est un interrogatoire ? »

Arithon avait tourné la tête pour la regarder.

« Je croyais que vous étiez restée amies ? Et puis, c’est toi qui est partie, non ? »

La rouquine tourna la tête pour masquer une grimace.

« C’est un peu plus compliqué que ça, … Si elle t’a vu, faudrait que j’aille la saluer, … »

Son frère reprit sa position initiale.

« C’est toi qui voit. »

La jeune femme soupira.

« Tu m’aides beaucoup. Merci ! »

Après un moment de réflexion, l’irlandaise finit par décider que ce n’était pas pressé. Elle se contenta d’observer l’océan en tâchant de ne penser à rien. Mais, bientôt, l’estomac d’Arithon se rappela à leur bon souvenir.

« J’ai faim ! On va manger un truc ? »

Gwenn acquiesça distraitement et se leva pour commencer à rassembler leurs affaires. Le jeune homme désigna un restaurant non loin en bord de plage et sa sœur le suivit en gardant son regard tourné vers l’avant. Elle angoissait quelque peu de croiser le regard d’Archer tout en sachant qu’elle ne pourrait pas l’éviter éternellement.

Le serveur les installa sur une table en terrasse, en bord de plage. Osant finalement regarder autour d’elle, Gwenn aperçu de nombreux visages qui ne lui étaient pas inconnus. Beaucoup devaient être des clients du pub qu’elle avait croisé une ou deux fois. D’autres l’avaient davantage marqué. Ainsi, elle salua d’un sourire ou d’un signe de tête plusieurs personnes qui croisaient son regard dont un turien et une asari qu’elle avait croisé il y avait de cela une éternité. L’avaient-ils seulement reconnue, elle ?

Lorsqu’elle reçu un coup de pied léger sous la table, Gwenn tourna un regard irrité à son frère. Celui-ci lui désigna sa droite d’un geste du menton. En suivant du regard la direction indiquée, la jeune femme reconnu Archer, effectivement confortablement installée sur un transat, discutant visiblement avec Izira et une femme que l’irlandaise avait l'impression d'a voir déjà vu quelque part mais impossible de se souvenir où.

« Vous avez choisi ? »

La jeune femme, subitement tirée de ses pensées, tourna la tête.

« Donnez-moi quelque chose de fort. »

« La même chose pour moi. »

« Certainement pas ! Il est mineur. Apportez-lui un soda s’il vous plaît. »

Gwenn fusilla son frère du regard alors que celui-ci grimaçait mais ne contestait pas.
Avatar de l’utilisateur
Gwennaggan Gwionvarc'h
Appelle-moi Gwenn, …

Appelle-moi Gwenn, …
 
Message(s) : 142
Inscription : 25 Septembre 2016, 20:45

Âge: 25
Profession: Serveuse
Classe: Humaine
Points d'Héroïsme: 2

Points MEL: 59.00 Points

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Laan'Garna Nar Tesleya » 07 Septembre 2018, 11:48

Dans un soupir, la jeune humaine désigna la table ou se trouvait Laquarius.

« Si tu veux discuter, va plutôt le voir lui. Perso, je suis occupée et puis tu n’es pas du tout mon genre, désolée mais le bleu.. ça ne va pas avec l’orange. »

Interloqué, Laan regardé la rouquine en se demandant si oui ou non elle était sérieuse. Le bleu, couleur complémentaire du orange, était la couleur la plus susceptible de se marier à l’orange agressif de la jeune femme. Le quarien décida de ne pas faire la remarque pour ne pas paraître prétentieux. En revanche, la couleur des yeux de la jeune humaine lui offrir une belle occasion de la remettre à sa place. Il prit une voix exagérément condescendante pour rétorquer :

« Pardon, je ne voudrais pas faire jurer tes yeux et tes cheveux. »

Passablement énervé par la réaction puérile de la jeune femme, le pilote tourna les talons et se dirigea d’un air tranquille vers la table de Laquarius, qui le regardait fixement. Le pilote avait assez peu changé depuis leur dernière rencontre. En s’avançant sur la terrasse, le jeune quarien se demanda qui pouvait bien être la quarienne inconnue assise avec Laquarius. Une cliente ? Une collaboratrice ? Une simple amie ou connaissance ? Il le saurait sans doute bien assez tôt. Malgré sa légère crainte de déranger les deux consommateurs, Laan continua s’avança jusqu’à la table ou reposait les verres de Laquarius et sa compagne.

« Bonjour. Puis-je me joindre à vous ? »

Il avait délibérément omis de donner son identité en guise de passe-droit. Cela lui permettrait de voir la réaction du turien face à un inconnu, et c’est le genre d’informations que sa formation d’agent lui avait appris à récolter.
Avatar de l’utilisateur
Laan'Garna Nar Tesleya
Rang 3

Rang 3
 
Message(s) : 83
Inscription : 14 Avril 2017, 08:33
Localisation : Redon

Âge: 26
Profession: Pilote / Agent du DCU Quarien
Classe: Quarien - Technologie
Points d'Héroïsme: 0

Points MEL: 362.00 Points

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 12 Septembre 2018, 19:58

Leur expérience commune sur la station scientifique turienne pouvait laisser planer un certain doute. Mais Miho ne pu s'empêcher de froncer les sourcils. Non pas en raison du rire, fort à propos d'ailleurs, mais plus de la phrase en elle-même. Non, ça n'avait pas été un hasard qu'elle se soit retrouvée là-bas à ce moment-là précisément. Enfin oui et non. Si l'Erakis avait suivit le plan de transport originellement prévu, ils auraient été loin bien avant l'arrivée des esclavagistes. S'ils étaient restés, c'était grâce aux données récoltées par les différents membres de la Coopérative. Le seul gros hasard, c'était le nombre de vaisseaux, et l'étendue du groupe esclavagiste ainsi que de leurs cibles. Les infos, indics, protocoles légaux ou pas, avaient été incomplets sur ce point. Ou peut-être que des signes avant-coureurs avaient été relatés mais que la gestion de la base de données étaient à revoir. En tous les cas, il restait pas mal de choses à améliorer de ce côté-là de la SCTI.

Mais là n'était pas le sujet. Sirotant allègrement sa sangria, elle ne pu retenir un rire, sincère celui-là, en entendant le turien se voir déjà sénile et limité par l'âge. Mignon... Il était pourtant jeune, non? En tout cas plus qu'elle, vieux soldat qu'on aimait à le lui rappeler. Et pourtant, compte tenu de leur espérance de vie, des progrès de la médecine et de la technologie, ils n'étaient, sous un certain angle, rien de plus que des gamins. Ils n'avaient même pas atteint le premier tiers de leur potentielle existence. Du moins sur le plan physique. Sur celui du moral, c'était une autre histoire. De ce point de vue-là, la quarienne se sentait l'âme d'un fossile vivant.

"Si vous vous considérez déjà comme presque vieux maintenant, qu'est-ce que ça va être quand vous aurez atteint le siècle d'existence? Et puis bon... L'âge, c'est aussi un état d'esprit."

Du bout d'une pique, elle récupéra un morceau de fruit qu'elle promena dans le liquide en jetant un regard vers l'océan. Son premier coup de vieux, elle l'avait ressenti dans sa tentative désastreuse de se sédentariser sur Rannoch. Et puis parfois, elle avait connu des coups de jeunes, comme lors du premier vol du nouveau Maefis, ou quand elle s'était retrouvée face à l'Erakis encore en construction, aussi excitée et intenable que le jour où elle avait pu enfiler sa première combinaison. Seulement ce n'était pas très terre-à-terre comme réflexion. Et Laquarius lui rappelait qu'il serait peut-être temps qu'au lieu de mettre à l'épreuve ses plus jeunes membres d'équipage, qu'elle éprouve son propre niveau de compétences physique pour estimer un éventuel déclin et adapter ses activités en conséquent. Il était hors de question pour elle de renoncer au terrain quand l'entraînement, la médecine et la technologie pouvaient lui permettre de maintenir le niveau nécessaire sur un plan purement physique. Il y avait encore tellement de choses à voir et découvrir!

Son regard se reporta plus sur la plage, où le jeu acharné des participant n'avait d'égal que toute l'implication passionnée qu'ils mettaient dans un simple ballon prisonnier. Stratégie, agilité, force... Tout y était. Mine de rien, on pouvait facilement se perdre sur le match en route en se laissant captiver par tant de dynamisme. Un "oh" d'admiration marqua ses lèvres face à la souplesse dont la brune fit preuve pour effectuer un lancer puissant. Alice finit par se retrouver en mauvaise posture, coincée seule sur son terrain entre ses adversaires, ses alliés bien loin d'elle. Le suspens aurait pu devenir insoutenable si une interruption ne vint pas instaurer quelques instant de pause, brisant la tension apportée jusque-là. Enfin du moins pour les éventuels spectateur, puisque ce n'était clairement pas le cas d'Alice. Depuis la terrasse, Miho posa son menton dans sa main et observa quelques instants le quariens aux cheveux bleus qui s'était approché de la rouquine. Elle glissa un regard en coin à Laquarius, complètement accaparé par l'impudent qui avait osé s'approcher de sa protégée. Papa poule en puissance!

Franchement amusée, Miho observa quelques instant le turien, un sourire évocateur au coin des lèvres. Il avait beau être en environnement détendu, il ne lâchait pas du tout prise pour autant. Tant mieux pour les gamins, un peu plus dommage pour Laquarius. Quand elle en revint à la plage, ce fut pour voir le pauvre quarien éconduit s'éloigner, sans même avoir eu l'occasion d'échanger des coordonnées avec la jeune femme. Elle le vit venir dans leur direction, sous le regard inquisiteur du turien. A force de le fixer, il allait immanquablement l'attirer par ici. Prise d'une horrible envie de titiller son vis-à-vis sur a surprotection qu'il affichait, la quarienne ne pu s'empêcher de lâcher une évidence dur un ton tout innocent.

"Alice est une grande fille."

En tout cas, sur le plan des relations, Miho ne s'en mêlerait pas. Il y avait des choses que les jeunes devaient expérimenter, et tout individus s'approchant d'un autre individus ne le faisait pas forcément avec l'intention de le tuer ou le torturer. De plus, une impression lui dictait que si coeurs il y avait à briser, Alice serait une tueuse sur ce plan-là, en plus de celui pour lequel elle devait certainement bien s'entraîner. L'immanquable se produisit et le quarien vint droit vers eux, certainement à cause du regard de Laquarius. Miho cessa de jouer avec son morceau de fruit et le mangea simplement en voyant l'inconnu s'arrêter à leur table et s'adresser à eux le plus naturellement du monde.

Et là, la quarienne eut un léger flottement. La voix ne lui était pas inconnue, mais elle n'avait pas entendu cette tonalité depuis... Pas mal de temps en fait. Un temps où elle n'avait pas encore son vaisseau d'ailleurs. Elle fixa le quarien à son tour, mais au lieu de se montrer suspicieuse, elle n'afficha qu'une franche curiosité alors qu'elle secouait ses souvenirs pour replacer cette voix à présent libre de tout filtres. Le rappel d'une combinaison totalement noire lui revint et, en lieu et place de la curiosité, elle afficha plutôt de la surprise. Laan... Elle n'avait pas eu la moindre nouvelle depuis qu'ils l'avaient déposés dans un sale état sur Rannoch. Non pas qu'ils ne s'en soient pas souciés, bien au contraire. Surtout leur médecin de bord, qui tenait toujours à garder un suivi des personnes qu'il traitait. Seulement, obtenir des infos à son sujet avait été tout simplement impossible pour l'équipage du Maefis dès l'instant où Laan avait été pris en charge par les services concernés sur Rannoch. C'était étrange... Maintenant qu'elle le voyait, elle réalisa que, compte tenu de son style, elle l'aurait plus imaginé avec les cheveux noirs. Et certainement pas bleus. Amusée par ses propres à priori, elle passa de la surprise à une expression bienveillante et accueillante.

"Bonjour Laan! Ça fait longtemps."

Peut-être la reconnaîtrait-il, ou peut-être pas. Ce n'était pas important pour le moment. Ce qui comptait, c'était de désamorcer la méfiance de Laquarius. Enfin, peut-être qu'il avait lui aussi fait très naturellement le lien dès le moment où le quarien avait ouvert la bouche.
Dernière édition par Miho'Shakti Vas Erakis le 14 Septembre 2018, 18:03, édité 3 fois.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 380
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,769.00 Points

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Nissara T'sironia » 12 Septembre 2018, 21:21

Nissara roula brièvement des yeux lorsque, d’une façon tout à fait surprenante, on lui rappela le dossier complet qu’elle avait sur Neil dans son bureau. Bien sur elle avait une alerte spécifique dédié à l’avocat, les messages étaient affiché en priorité, apparitions dans la presse de même, et mention dans un quelconque dossier sensible ou pas était répertorié, consigné et archivé avec attention dans un fichier crypté accessible que pour elle même. Elle cacha, plutôt biend ‘ailleurs, ce bref malaise par un gloussement tendre en voyant Neil rougir. Voir cet homme, droit comme un roc dans un costume fait sur mesure sans plus de protection que son esprits sous les feus ennemis, rougir, avait de quoi faire sourire. Se remémorant son flègme et son assurance quand il pénétra dans sa prison elle se demanda même si quelque chose pouvait vraiment ébranler cet homme. Moissonneurs mis à part bien sur.

La Spectre afficha un franc sourire quand Neil parla de Liirha, tout à fait contente de changer de sujet qu’elle trouvait glissant. C’était une surprise que de découvrir le visage de la Quarienne, mais une magnifique chose de voir ce peuple retrouver ses racines. L’asari avait vue les mondes incendier, ravagé par une guerre aux proportions de cataclysme, voir la reconstruction, et tout ce qui de bon en était ressortie, était une bien jolie façon de laisser disparaître les cicatrices. Au moins pouvait elle entendre de vive voix la reprise des affaires et surtout un sauvetages inopiné.

« Uoldar ? c’était lui que tu à sauvé ? .. déesse la galaxie est petite, ça fait une éternité que je ne l’avais pas vue ... »

Elle comprit mieux pourquoi elle n’avait plus eu de nouvelle de la part du Krogan, mais le pensait plus prit par ses affaires que part un réel soucie ! … intérieurement elle nota de prendre plus soin de lire tout des rapports qu’on lui faisait sur Neil, étrangement il semblait attirer autant les bizarreries qu’elle et n’avait pas relevé le nom de celui qu’il était allé sauver sur Nodacrux. Avant de pouvoir répondre qu’elle visiterais avec plaisir le vaisseau elle comme Neil furent interceptés par l’enthousiasme d’une jeune synthétique. Souriant en retours elle répondis affectueusement.

« Ce serait avec plaisir que de voir ce vaisseau, et je crains tes oposants politiques, tu avait fait sensation pendant le plaidoyer, et je gage que ça aura attiré quelques mécènes peut être. »

Son sourire se fit ensuite plus espiègles alors qu’il lui lançait une petite remarque gentille.

« Oui oui .. j’ai du voir passer un article ou deux ... »

En réalité la Spectre dévorait ces articles qui lui apportaient parfois quelques éléments bien intéressant de la géopolitique galactique. Couplé à quelques connaissances, et surtout sa conseillère, cela lui offrait une vision plus claire de leurs mondes.

**************

Le petit-déjeuné fila rapidement, comme seul les meilleurs moments pouvaient le faire. Pensant que le petit groupe suivrait cette pulsion irrésistible de flémardage, elle fut surprit de la proposition de Neil de l’amener à la marina. L’asari se demanda dans quel but il désirait faire cela, mais, curieuse de voir ce qu’il mijotait, accepta. La suite était plus une imagerie mignonne de l’asari redevenue demoiselle qui se laissa guidé, accepta la main tendus et accompagna les rires presque innocent du semi rigide qui rebondissait au rythme des vagues. Neil avait était un galant homme, c’était intriguant pour elle de voir cette forme de liaison homme-femme, mais asse attrayant elle devait bien l’avouer. Les autres personnes ayant été dans sa vie n’ayant finalement rien à voir avec ce gentilhomme des temps modernes.

« Avec plaisir ... »

Déclara l’asari en laissant tomber son paré haut qui dévoila un maillot une pièce certe, mais une pièce passablement troué. Son ventre, ses flanc et son dos finement musclé étaient tout à fait visibles, un décolleté élégant mettait en valeur sa poitrine alors que le bas, taillé comme une culotte fine, laissait pleinement apprécier le galbe de ses jambes jusqu’au moment ou elle changeait de nom. Son tatouages fait d’arabesque tribales asari d’un rouge écarlates n’en ressortaient qu’avec plus de force, donnant des allures d’amazone taillé dans un saphirs. S’équipant rapidement, ne semblant pas trop gêné par un tel matériel et déjà prête pour une baignade, elle se redressa prête quelques instants avant l’humain. Souriant, elle s’approcha dans son dos et l’enlaça avant de se glisser devant lui et de baisser brièvement le regard vers Neil et l’embrasser. D’un aire fripon elle lacha un doux.

« Le dernier à l’eau paye la prochaine tournée ! »

Déclara l’asari avant de repousser brièvement l’avocat et de se laisser basculer en arrière pour atterrir dans l’eau en riant. Plaçant son masque, elle incita Neil à la rejoindre, et plongea sous les eaux découvrant que le lieux était en effet magnifique. Quand une éclaboussure se fit entendre, elle se retourna pour sourire et s’élancer entre les coraux et coquillages, jouant comme une belle sirène dans ces eaux bleutés dont les tatouages rouges ressortaient comme ceux d’un poisson à la foi élégant, mais vénéneux. Remontant une première fois, elle semblait s’amuser à garder une petite distance avec l’humain. C’était cependant moins évident que ce qu’elle avait imaginé au premier abord car Neil se révéla un très bon plongeur et elle manqua de se faire attraper une fois ou deux. La n’était pas vraiment la finalité, mais plus dans le jeux au milieux de ce décors idyllique. Juste après avoir reprit une goulée d’aire, la spectre changea de tactique et au lieux de fuir, se rapprocha de Neil après l’avoir entraîné un instant sous l’eau. Doucement, elle retira son masque avant de faire de même avec l’humain. L’enlaçant, gardant tout de même son masque à la main, elle rendis un doux baisé subaquatique avec l’humain, savourant ce petit moment de rêve.
Avatar de l’utilisateur
Nissara T'sironia
Foudre bleu

Foudre bleu
 
Message(s) : 335
Inscription : 10 Mars 2015, 12:30

Âge: 435
Profession: Spectre
Classe: Biotique et Martiale
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 325.00 Points

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Seides » 14 Septembre 2018, 11:17

Légende des Couleurs :
#00FFFF = Seides
violet = Eyma





Tôt ce matin là


Eyma rentra passablement éméchée de sa nuit. Oui, elle avait bût et alors ? Ce n'est pas comme si une bande de jeunes gens laissées à eux même dans une ambiance festive ne pouvait pas avoir accès à des produits qui leurs sont normalement interdits. Ni ne pouvaient trouver trucs et astuces pour déjouer la vigilance sensée être sans faille de leurs compatriotes synthétiques.

Oh, bien sûr, il fallait faire sa plus discrètement qu'à n'importe quel endroit de la galaxie. On se rassemblait peu, on installait des points buvettes dans toute la ville avec un verre sur dix étant contenant de l'alcool en plus du jus de fruits. En cas de contrôle, pas de soucis.
Un clin d’œil, un mot particulier et le serveur qui était de mèche vous donnait le bon verre... Enfin le mauvais.

Elle n'avait pas abusé des alcools, ou n'en avait pas l'impression, mais avec son manque d'habitude, un verre tout les 2h-3h avait suffit à la laisser dans un état de léger flottement euphorique. Pas de quoi perdre la tête, loin de là, mais assez pour lui permettre de tenir toute la nuit à suivre ses amis d'un quartier à un autre, à suivre la nuit de festivité.
Également lui faire perdre un rien le sens de la fatigue... Ce qui n'était plus le cas tout de suite.

Titubante de fatigue, bien plus que de l'alcool, elle se dirigea vers l'escalier en songeant qu'elle avait oubliée que bien que discrète, son père était de ceux qui ne dormait jamais. Peut-être s'en souviendrait elle plus tard et se sentirait idiote d'avoir fait de son mieux pour ne pas faire de bruit. Mais pour l'instant, sa seule pensée était son lit qui l'attendait depuis l'étage.


Au même instant...


Que de raffut à cette heure ! Que pouvait bien faire sa servante à rentrer alors que le soleil ne faisait qu'à peine changer l'horizon de nuit en jour.
Perché depuis le hamac de son arbre à chat, l'Administrateur avait daigné lever la tête vers ce bruit nuitamment dérangeant et observer la jeune femme entrer.
Ce n'était pourtant pas l'heure des croquettes ! Et il était bien trop tôt pour la moindre activité. Le siamois observa la jeune femme passer, se demandant s'il devait descendre. Et elle ne le regardait même pas alors qu'il lui portait attention, l'ingrate !

Finalement il replongea la tête au milieu de la chaleur de sa fourrure, songeant qu'il devrait se plaindre du manque de discrétion et d'attention dont il était témoin et victime. Vers le milieu d'après-midi quand il en aurait terminé avec ses 16h de sieste quotidienne bien sûr.


Une heure plus tôt...


Eyma flottait dans la douce étreinte de l'oubli, entrecoupée de rêves qui mêlaient les événements de la veille.
Par flash elle revisitait ses souvenirs de la nuit. Que de folies ! Que d'expérimentations aussi.

Elle se voyait courir dans la rue au sein de son groupe d'ami, entourée de musique.
Courir à travers une ruelle riant aux éclats au sein d'un groupe de jeunes qu'elle ne connaissait pas, entendant une voix quarienne leur intimer de stopper.
Elle a ses yeux rivée sur ceux de la personne en face d'elle. Elle sens des bras autour de son cou et le siens autour d'une taille. Si proche, pratiquement nez à nez avec cette paire d'yeux elle ne saurait dire qui c'est, ni son genre. Sauf qu'elle se trémousse au son d'une musique lascive et que le corps contre le sien n'est pas masculin et ces yeux légèrement lumineux sont quarien.
Elle se laisse tomber en arrière sur un lit, les bras écartées... Sauf que ce rêve-souvenir ne colle pas. Elle ne sens pas la gravité l'attirer, au contraire elle se sent soulevée. Elle tend le bras vers le lit et cette silhouette masculine (ou du moins elle le pense) qui est allongée dessus.

Le lit de sa demeure s'éloigne... Il fait jour... Elle avait ramenée quelqu'un chez elle ! Qu'allait dire Séides... La lumière l'agresse, elle ferme les yeux et tourne la tête en ramenant sa main contre son visage. Elle se cogne la tête plus qu'elle ne la posa sa sur une surface dure et froide.

"Est-ce que ça va ?" fit la voix de Seides.
La lumière était trop crue pour qu'elle ouvre les yeux et cette surface froide, le plastron de son père, était tellement agréable contre son front et la migraine qui battait derrière. Mais elle se sentait un peu mal : "Ça tangue et sa tourne. Qu'est-ce qui se passe ? Une urgence ?"
"Ce n'est rien, tu es dans mes bras et nous descendons l'escalier.

Nous partons."


"Oh... C'est obligé. Ça peut pas attendre ce midi ?"

Seides avait baissé l'optique sur elle, sans s'arrêter néanmoins : "C'est toi qui voulait bouger après les festivité. Nous faire une journée ensemble, un bon repos après la fête. Et je pense qu'un peu de soleil sur une terrasse ou à la plage te fera du bien."
La réponse fut un bredouillis inintelligible, dans lequel il saisi qu'elle voulait plus tard, son lit et moins de lumière. Seides poursuivis.


A quelques mètres de là...


Encore du bruit. On ne pouvait donc pas siester en paix ? Il leva la tête pour voir passer le serviteur de métal portant la servante. Peut-être qu'il l'emmenait faire sa toilette ? Et encore se manque de gratitude pour l'attention qu'il leur portait...
Finalement il se décida pour faire la même chose. Après s'être étiré convenablement, l'Administrateur sauta en bas de l'arbre et s'installa sur le canapé pour faire sa toilette. Quand ça serait fait, il ferait peut-être le tour des pièces pour vérifier que tout était bien à la même place qu'hier avant d'aller vérifier si il voyait le fond du bol de croquettes. Sinon il irait râler jusqu'à ce qu'un drone vienne cacher le fond du bol...
Avatar de l’utilisateur
Seides
Papa Geth

Papa Geth
 
Message(s) : 262
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Créateur d'Avenir et d'Evolution
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,184.00 Points

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Seides » 14 Septembre 2018, 19:27

Tout de suite...

Eyma aurait bien dormi encore un peu, mais plusieurs stimuli se liguèrent pour la tirer de son sommeil. Une odeur iodée, une brise légère, la reprise du mouvement et le bruit d'un endroit public avec des gens et leurs enfants.

Ouvrant péniblement les yeux, elle mit un temps à s'habituer à la lumière, avant qu'elle ne réussisse à voir où elle se trouvait. Ils sortaient d'un parking et se dirigeaient vers l'entrée de ce qui s'apparentait à un hotel. Et une bonne dizaines de personnes la regardaient !

"Créateur! Lâches, moi ! Poses moi à terre !" fit elle en se débattant soudain, manquant de se ramasser par terre avant que Seides ne la rattrape et ne la pose à terre.
"Mais qu'est-ce qu'on fait là !" Le réveil surprise, puis la gène et enfin la migraine la mettait d'un coup de fort mauvaise humeur. Elle se souvenait avoir dit à son père qu'elle devait aller prendre une douche et s'habiller en conséquence avant qu'elle ne clique des yeux... Et ne les rouvre ici.
S'habiller... "Par le Créateur !" fit elle en s'imaginant en simple petite culotte. Heureusement ses bras couvrir ses vêtements de la veille.

"Tu t'étais endormi toute habillée. Et je ne t'aurai pas emmener sans rien sur toi." Ce qui n'empêcha pas la jeune asari de le fusiller du regard. : *Quelle chance !* songeât elle avec ironie, avant que son père ne poursuive les réponses à ses questions :"J'ai pensé qu'un petit moment à l'Oasis, cette station balnéaire réputée pourrait être bien. Ce n'est pas loin de la maison, même si j'ai prit une chambre pour la nuit si tu voulais profiter de l'ambiance nocturne et des activités."
Appelez ça comme vous voulez, mais Eyma savait donner des nuances dans l'attitude de son père, là où il n'y en avait pas. Ca voix était neutre, son langage corporel ou ses expressions faciales inexistantes.
Pourtant elle pouvait sentir combien il était dubitatif dans sa dernière phrase, ce qui n'arrangea pas son humeur.
"Allons-y." fit le geth avant que sa fille ne râle.

Le quarien qui tenait fût très poli et professionnel, bien qu'il sembla avoir aussi profité de la nuit. Néanmoins il semblait s'en être bien mieux remis qu'une certaine demoiselle.
L'homme s'en rendit compte à la tête défaite d'Eyma et lui fit un sourire entre le narquois et la compassion. L'asari ne retint que le dernier et fusilla l'employé du regard, ce qui lui fit rapidement détourner le sien avant qu'il ne tende un passe au geth.
Comme d'habitude il avait prit une grande chambre pour deux, ce qui donnerait à Eyma toute la place dans le lit pour s'étendre. Penser à un lit la fit bailler, et la main devant sa bouche elle suivit son père. Elle aurait put jurer avoir vu du quoi de l’œil, l'homme de l'accueil avait sourire en la regardant passer.

En chemin, elle fini par se rendre compte que son papa tenait une valise en main. Il avait donc eu le temps de rassembler quelques affaires pendant son sommeil, sans qu'elle ne se rende compte de rien.
Elle espérait qu'il n'avait pas trop chercher, car si elle était passablement gênée à l'idée que son cher père fouille dans ses vêtements intimes, ce qu'il pouvait trouver comme secret été nettement plus ennuyeux !

Mais il ne dit rien et ils entrèrent dans la chambre. Il avait prit une belle grande chambre, une suite même, avec un salon et une chambre séparée. Les deux portes-fenêtres étaient reliées à l'extérieur par une longue terrasse qui dominaient la piscine et plus loin la plage en contre-bas.
Eyma en aurait grandement profité si elle n'était pas si claquée.

"Je vais sur la terrasse"
*Tant mieux* songeât la jeune femme en récupérant la valise que le synthétique avait posée par terre.
Dedans il y avait un peu de tout : affaires de toilette (inutile dans un hôtel), une serviette de toilette (inutile aussi) et une de bain (semi-inutile. L’hôtel fournissait, mais elle aimait les siennes, immenses en épaisses), une tenue d'été assortie (heureusement pour un couturier), un pull et un pantalon plus adapté pour le soir, deux changes de sous-vêtements et un assortiment de maillots de bain.

Oui, un assortiment, car de ce côté il semblait avoir pensé que sa fille n'aimerait pas se présenter dans une tenue qu'elle n'aimait pas sans savoir ce qu'elle n'aimerait pas justement. Il aurait pût piocher dans sa garde robe d'anciens modèles, mais elle avait changée de goût et ses anciens maillots ne lui allaient plus tout à fait. De plus en tant que couturier, il lui refaisait assez régulièrement le contenu de ses armoires, sans nécessairement lui demander. Ils avaient convenu que certaines parties de son meubles ne devaient pas être touché et le reste oui.

Il y avait un maillot une pièce plutôt sage, . couleur lie de vin
Un bikini plutôt sage avec un dégradé de d'un bleu profond à l'asari au vert émeraude.
Enfin un bikini blanc nettement pas sage.

C'est ce dernier qui mit la puce à l'oreille d'Eyma. Son père se foutait bien de ce qu'elle mettait, du moment que c'était dans les codes de l'endroit où elle était. Mais il ne lui aurait pas acheté ce dernier article, juste pour éviter de se frotter à la limite de la tolérance d'Eyma à s'habiller de déshabiller. Elle jeta un œil à la porte-fenêtre en se disant que tout ça sentait fortement la Tila à plein nez. D'un autre côté elle l'avait le nez car les trois modèles étaient tout à fait au goût de l'asari.

Elle opta pour le bikini sage car elle adorait ce dégradé qui irait pas mal avec sa propre teinte violette. Mais d'abord, douche !

30 minutes plus tard elle sortait, se sentant nettement plus fraîche, de corps comme d'humeur. Seulement elle avait un peu trop profité des jets d'air chaud du séchage de la douche et sa torpeur était revenue.
Elle passa la tête par la porte-fenêtre, son père observant l'horizon, assis sur une chaise qui supportait difficilement son poids : "Je vais à la plage si tu me cherches."
Seides tourna la tête et lui fit un signe affirmatif avant d'entendre par l'ouverture : "au faite, personne n'est venu me réclamer hier ?"
"Non." confirma t'il. La confirmation de sa fille qu'elle avait entendu vint sous la forme d'un claquement de porte.
En faite oui, on était venu la réclamer, mais ce matin.


Quelques heures plus tôt.


Un officier de police quarien s'était présenté à la porte. En ouvrant il avait vu que son collègue geth était resté à la barrière, comme s'il n'osait pas entrer. Il avait trouvé ça bizarre, tout comme le fait que récemment, il observait des comportements étrange chez les siens. Ils avaient tendance à s’effacer devant lui, comme une marque de respect par exemple. Ça le peinait un peu, car il avait moins l'impression d'être geth, mais chaque fois qu'il parlait avec un autre synthétique, il ne sentait pas de déférence particulière.

"Que puis-je pour vous officier ?"
"Bonjour M.Seides" Un Créateur venait il de l'appeler monsieur ? "Je viens au sujet de votre fille. Et comme elle est mineur et que vous en êtes son, euh... son père, j'aurai quelques questions à vous poser."
"Oh. Y'a t'il eu un problème la concernant ?"
"Et bien, hier soir il y a eu une interpellation. Quelques boissons alcoolisées vendues sous le manteau à des mineurs dans des bars organisés, sensés ne pas en vendre.

Naturellement quand on arrive, tout le monde se disperse et on attrape au mieux que quelques fêtard."

Seides fit le rapprochement : "Et Eyma a été vu à un de ces bars. Si vous pouviez me passer un enregistrement de l'interpellation, je pourrai rapidement vous confirmer que c'est ma fille."
Le policier eu l'air mal à l'aise tout à coup : "A vrai dire, il n'y en a pas. Mon collègue geth et moi nous somme séparer pour courir après un maximum de personnes. Et nous ne sommes pas équipé d'enregistreur comme vous."
Le quarien regardait par terre un peu ennuyé : "Pardonnez moi Créateur, mais sans enregistrement, comment avez vous formellement identifié ma fille ?"

"En faite, je suis celui qui courrait après un groupe et au milieu d'eux j'ai vu une jeune femme asari et bien qu'il faisait sombre j'ai vu sa teinte de peau à la faveur d'un néon.
Sur la planète il y a 3 asaris ayant à peu prêt son âge. Et une seule avec sa couleur de peau. Et elle n'est pas exactement une inconnue, donc je suis venu voir si je pouvait l'interroger."


Seides commença à se demander si l'éloignement de son collègue n'était pas une protestation passive d'un fan de sa fille.
L'officier capta son regard, et après un coup d’œil à son collègue il soupira : "Ecoutez, je sais ce qui va se passer. J'imagine qu'elle doit encore cuvée de sa soirée et qu'elle n'est pas prête de se réveiller. Et même si elle était debout elle aurait beau jeu de nier. Je n'ai que ma parole et il serait facile de dire que dans la pénombre, avec un néon j'ai pu me tromper, ou un qu'une lumière d'une couleur peu tourner un couleur de peau en une autre.

Et de toute façon à part signaler leur comportement à leurs parents, il ne leur arrive pas grand chose. On vient juste pour clore le dossier et aussi... Et bien parce que c'est une cité carrée."


Il y avait une légère point de ressentiment sur la dernière phrase. Il y avait des chances que son chef soit geth et que ce chef n'avait pas prit en compte l'envie de son subordonné d'aller dormir rapidement après une nuit de patrouille.

Il retint l'officier pour faire un peu de diplomatie : "Je pense que c'est une bonne chose. Et la justice n'attend pas. Pensez-vous qu'un réveil immédiat de son père pour lui poser la question, pour faire les choses carrées, serait une bonne chose ?"
L'officier eu l'air surprit. Il ne s'attendait pas à une quelconque forme de punition, surtout pas une aussi indirecte et pas de la part d'un geth.

Il sourit en hochant la tête : "J'imagine que oui ça serait certainement une bonne chose." avant de se tourner il ajouta : "Au vu du peu de conséquences, je ne pense pas que ça mérite plus. Et puis... J'ai bu aussi avant l'heure en mon temps."
L'officier partie avec le sourire visible à travers son masque.


Présent...


Seides se leva à son tour, car il n'avait rien de particulier à faire dans la journée ou l'hotel, mais autant voir à quoi ressemblait le complexe, même s'il n'y avait pas grand chose pour distraire un geth pensait-il.
Dernière édition par Seides le 07 Octobre 2018, 21:29, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Seides
Papa Geth

Papa Geth
 
Message(s) : 262
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Créateur d'Avenir et d'Evolution
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,184.00 Points

PrécédentSuivant

Retour vers Voile de Persée



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron