Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

*

Modérateurs : Administration, MJ

Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par MJ : Bob le Reaper » 02 Août 2018, 13:09

« Formulaire du RP »


• Date du RP: 16 octobre 2193
• Lieu du RP: Rannoch
• Type de RP: Ouvert
• Nombres de personnes requises: Ouvert à tous !


Ce matin là, il flottait dans l'air comme un parfum de fête. La veille en effet, plusieurs grands rassemblements eurent lieu sur Rannoch pour fêter l'évènement d'une vie pour ces habitants... du moins le second après le retour sur leur monde natal : L'annonce qu'ils n'avaient plus besoin de combinaison pour vivre sur la planète.

Un peu partout sur Rannoch, les rues s'étaient remplis de fêtards et de divers festivités, du spectacle de rue à la buvette en passant par les fêtes foraines. Étrangement, les combinaisons et les masques étaient toujours présents à part chez quelques téméraires. On n'efface pas trois siècles d'habitude et de méfiance d'un seul coup.

La fête était toutefois au rendez-vous et ce jusqu'à la nuit tombée où elle gagna en intensité, surtout quand Tali'Zorah, héroïne de guerre et présidente du Conseil, fit un petit discours avant de prendre une décision qui aurait put paraître suicidaire pour un Quarien quelques années plus tôt : À minuit exactement, après son discours et devant les caméras, elle retira la visière de sa combinaison. Un geste suivit par tout le haut gratin présent sur place. Cela déclencha apparemment une sorte de déclic et les spectateurs imitèrent à leurs tours. Après un décompte, d'un seul geste, tout le monde envoya sa visière en l'air dans une euphorie générale. Un geste apparemment idiot, mais chargé de symbolique. C'était comme si on se débarrassé d'un fardeau depuis trop longtemps supporté. C'était comme si on faisait tombé les masques. Une comparaison toute trouvée qui donna rapidement un nom à cet évènement : la Nuit des Masques.

Ce matin là, l'euphorie était un peu retombée. Il y avait toujours des activités festives un peu partout, mais les fêtards étaient bien moins nombreux, en train de récupérer de la veille. Avec la progression de la journée, leur nombre devrait peu à peu augmenter, mais pour l'instant, c'était relativement tranquille. Il n'y avait pas que les rues qui étaient lieu de fêtes. Nady'Zah étant une ville côtière dans un désert, les plages furent également investit par les participants à la fête dont certains burent leur première tasse la veille à l'occasion de leur premier bain de minuit.

Il n'y avait pas non plus que des Quariens de présent. La fête qui allait devenir Nuit des Masques avait attirée un certain nombre de touristes non-Quariens venus profiter de la fête ou s'offrant au passage quelques vacances. Les hôtels et autres complexes balnéaires de la villes étaient presque au complet et parmi eux figurait L'Oasis. L'Oasis était un complexe balnéaire avec sa propre plage aux limites de la ville bien que toujours intramuros. Fondé par un groupe d'investisseur humano-quarien, le complexe se voulait ouvert à toutes les bourses tout en fournissant un service et des prestations de qualité. Un pari gagnant puisqu'il fut nommé Centre de villégiature galactique de l'année 2192.

Ce matin là avait commencée comme presque tout les matin. Les premiers clients tirés du lit étaient déjà en train de profiter de leur séjour, que ce soit en prenant leur petit-déjeuner, flâner sur les transats au bord de la piscine ou y piquant une tête ou alors ils étaient déjà sur la plage en train de profiter du soleil, de la mer et même des différentes activités proposées. Pour certains, la nuit avait été courte, voir même très courte, mais ils étaient là pour en profiter comme tout le monde non ?






HRP : Et voilà notre grand évent de l'été commence officiellement !

Un évent un peu particulier puisque tout les joueurs y sont invités pour venir profiter d'un moment convivial entre nous.

Les règles sont également un peu particulières : En effet, vous êtes libres de faire ce que vous voulez durant ce petit instant de détente. Le MJ n'interviendra en effet que sur demande des joueurs ou pour faire avancer le contexte dans le temps. Par conséquent, vous pouvez enchaîner les posts à votre rythme, sans avoir à attendre sa réponse.

Pour le reste, les règles du RP classiques s'appliquent.

Pour ce qui est de votre premier post, vous êtes également libre. Vous pouvez être à peine arrivé, être là depuis quelques jours, avoir participé ou non à la Nuit des Masques et raconter vos pérégrinations festives. C'est vous qui voyez :)

Il ne reste plus qu'à vous souhaitez un bon moment et de bonnes vacances ;)
Avatar de l’utilisateur
MJ : Bob le Reaper
 
Message(s) : 60
Inscription : 15 Mars 2015, 09:40


Points MEL: 184.00 Points

En ligne

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 05 Août 2018, 20:53

Aux toutes premières lueurs du jour a écrit :La maison de Los et Weli en côtoyaient d'autres identiques le long d'un chemin suivant la mer, le long d'une petite falaise bordant une plage. Sur deux niveau, elle était précédée à l'avant d'une allée bordée d'un jardin de plantes locales, donnant sur une porte dotée d'une reconnaissance vocale des propriétaires. A l'arrière, un escalier privé leur donnait accès à un petit bout de plage à partager avec les voisins. Ce quartier de banlieue était sommes toute assez banal, habité par des personnes de tous milieux. L'endroit, encore baigné dans la pénombre, affichait un calme presque surréaliste, ce qui s'expliquait simplement par les événements de la veille.

Pour certains la nuit avait été courte. Weli et Los avaient fait la fête, et même Yunn avait pu découcher, enfin autant qu'un gosse de son âge pouvait tenir. Et comme tous les gamins, quelle que soit l'heure du coucher, il serait certainement réveillé aux aurores avec de l'énergie à revendre, jusqu'à l'heure de la sieste. Seulement ses parents allaient certainement avoir besoin d'un peu plus de repos que ce que pourrait leur concéder leur fils. Pour cette raison, entre autre, Miho venait d'abandonner son kodiak au début de la ruelle, afin de ne pas trop déranger le voisinage. Portant dans ses bras deux boîtes chargées de pâtisseries dextro réservées la veille, elle s'engagea dans l'allée menant à la porte. Los lui avait donné tous les accès à la maison. Ce ne fut donc pas difficile pour elle de s'identifier et de passer la porte.

La lumière s'alluma dans l'entrée, suivant sa progression dans la maison jusqu'à éclairer la cuisine ouverte, donnant sur un grand salon bordée d'une baie vitrée. Silencieusement, Miho déposa son chargement sur le plan de travail central et repoussa ses cheveux derrière ses épaules. Vêtue en civil, d'un simple débardeur et un pantalon de toile, c'était pour elle la toute première fois qu'elle affichait son visage en publique hors d'une quelconque structure spatiale (à une exception prêt, mais la terrasse de Miss Archer ne comptait pas vraiment). Sans faire de bruit, elle ouvrit les boîte, vérifia que tout était intact et se figea en sentant une présence plus loin.

Lentement, elle se retourna. Au pied d'un escalier à peine visible depuis sa position, un petit quarien l'observait. La tenue un peu trop grande qu'il portait comme pyjama lui donnait l'étrange impression d'être minuscule. Une impression renforcée par son air encore légèrement endormi, et le bout de couverture qu'il tenait dans une main et qui traînait par terre. Malgré sa fatigue et ses cheveux blancs tout ébouriffés, il fixait l'intruse avec un air de stupeur.

Miho ne s'approcha pas. Elle savait que son neveu n'avait jamais vu son visage. Aussi, elle se contenta d'abandonner ce qu'elle faisait pour s'accroupir tout doucement, et poser un doigt sur ses propres lèvres, demandant ainsi au petit de ne pas faire de bruit, avant de pointer le plafond, pour lui faire comprendre qu'il ne fallait pas réveiller ses parents. Perdant son air de stupeur, le petit s'avança, fixant Miho d'un air suspicieux. Il s'arrêta devant elle, et détailla son visage porté à sa hauteur. Puis, après avoir effectué son propre cheminement de pensée, il fit un large sourire et chuchota.

"Bonjour Tata! Tu as les mêmes marques sur le visage que papa."
"Et toi tu as celles de ta maman. Bonjour mon trésor!"

Elle pu alors réaliser le souhait qu'elle avait formulé il y avait des années, en entourant de ses bras son neveu pour le serrer contre elle, plongeant son visage dans les cheveux ébouriffés de Yunn avec un plaisir non dissimulé.



Il devait être le milieu de matinée quand Miho arriva au complexe balnéaire Oasis. Elle avait passé un peu de temps chez son frère, pour occuper le petit le temps que les parents se réveillent et profitent du petit déjeuné qu'elle avait apporté. Eux avaient un planning bien chargé en famille pour faire un maximum de choses pendant ce jour de congé commun. Los avait insisté pour qu'elle se joigne à eux, épaulé par Weli. Mais Miho avait d'autres choses de prévues, et surtout elle ne voulait pas s'ajouter dans ce qu'elle estimait être un jour sacré pour le trio. Elle s'était donc éclipsée discrètement, après avoir rangé la cuisine et serré dans ses bras la famille au grand complet.

Sa navette en avait rejoint pas mal d'autres sur un espace dédié aux véhicules des clients. En s'approchant du bâtiment, elle ne se gêna pas pour observer à peu près tous les quariens qu'il lui était donné de voir, remarquant au passage que si presque tous se baladaient sans casques, beaucoup n'avaient pas encore totalement pu se résoudre à se passer du reste de la combinaison. Un détail qui allait certainement vite évoluer dans les jours et les mois à venir. En franchissant le hall, elle se dirigea naturellement vers l'accueil, pour récupérer le pass de la chambre qu'elle avait réservée parmi d'autres. Tout son équipage se trouvait dans les parages, elle avait veillé à ce qu'ils puissent profiter de la fête autant qu'ils le voulaient et se reposer en conséquence. Sans doute croiserait-elle certains d'entre eux dans le courant de la journée. Accoudée au comptoir, elle observa le quarien qui finalisait le dossier client. Elle nota que malgré son style très soigné, ce dernier n'avait pu dissimulé toutes les traces laissées par une nuit blanche passablement mouvementée, ce qui la fit largement sourire quand il lui expliqua d'une voix posée et un peu lente que ses affaires avaient déjà été déposées dans sa chambre.

En poursuivant sa route, la quarienne nota le style plus décontracté des clients à l'intérieur. Tenues légères, serviettes et maillots étaient à l'honneur chez les personnes qu'elle croisait, aussi bien de son espèce que de d'autres. Elle s'engouffra dans un ascenseur et décida de tâcher de faire un peu plus couleur locale. Une fois dans sa chambre, elle prit la peine de se changer, récupérant dans son sac apporté la veille le maillot deux pièces que Tila lui avait conseillé autrefois. Souriante, elle plaça les lanières sans la moindre difficulté, repensant à la manière dont son amie s'y était prise pour l'aider la toute première fois qu'elle l'avait mis. Peut-être qu'elle n'en aurait pas l'utilité, qui pouvait savoir. Mais au moins elle l'aurait au besoin. Pour le vêtement suivant, il y avait aussi là la patte de Tila. Ce n'était qu'une robe, qu'elle l'avait aidée à choisir, surtout parce qu'elle savait que les capacités de Miho question style étaient catastrophiques. Il s'agissait d'une simple robe légère et longue. D'un rouge légèrement foncé, le haut à bretelles larges recouvraient celles, plus fines, du maillot. L'avant croisé reprenait le style quarien, marquant légèrement la taille avant de tomber en plusieurs voiles successifs sur les jambes, jusqu'aux chevilles. La légèreté du tissu était faite pour offrir une grande liberté de mouvement, dévoilant parfois un bout de jambe sur un pas plus large, mais dans une sobriété qui laissait clairement voir qu'elle était plus couverte que les clients qu'elle avait croisés à l'intérieur du complexe. Elle enfila ensuite de simples sandales, adapté à l'anatomie spécifiques quarienne bien entendu, et acheva le tout en attachant ses cheveux en une queue de cheval haute, laissant les mèches s'écouler jusqu'entre ses omoplates, et d'autres plus sauvages, encadrer son visage.

Quelques instants plus tard, elle émergeait du bâtiment côté plage. Après avoir traversé une terrasse chargée d'un bar à cocktail et de tables vides pour la plupart, elle descendit quelques marches et retira ses sandales pour faire quelques pas bienvenu sur la plage. Le souvenir de la construction sous-terraine de Seides lui revint immédiatement en tête dès qu'elle ressenti les grains de sable sous ses pieds. Ces derniers n'avaient pas encore été rendu trop chaud par des heures sous un soleil de plomb. Au contraire assez frais, ils parurent bien agréables à Miho qui se dirigea spontanément vers l'eau. Sandales dans une main, bas de la robe dans l'autre, elle osa timidement glisser ses orteils dans la mer bien plus fraîche que celle en environnement contrôlé du centre sensoriel du geth. Un frisson plutôt agréable lui remonta l'échine, alors qu'elle reconnaissait la sensation du sol se dérobant sous ses pieds quand une nouvelle vague vint emporter un peu de sable sur son passage. Elle ferma les yeux, et releva le visage, profitant du vent marin qui venait glisser sur sa peau, apportant ce parfum salé si caractéristique qu'elle découvrait pleinement à l'air libre. Elle entendait tout autour d'elle des rires, des mouvements, le mouvement régulier et apaisant de l'eau, sans que rien ne soit atténué ou modifié par le casque qu'elle portait la grande majorité du temps. Immobile pendant de longues minute, comme plongée dans son monde à elle, elle profitait de cette matinée où les clients n'avaient pas encore envahi totalement l'endroit.

Un petit bip l'obligea à quitter son moment de ressenti délicieux. Elle baissa les yeux sur l'OmniTech qu'elle avait gardé, et lui rappelait un rendez-vous prévu. Elle recula, presque à regret, pour quitter l'eau et revenir sur ses pas en direction de la terrasse. Consciente qu'elle ne serait certainement pas reconnue sans son attirail habituel, elle s'arrêta un instant au pied des marches pour se défaire du sable et remettre ses sandales avant de commencer à chercher des yeux un visage turien connu.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 391
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,873.00 Points

En ligne

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Laquarius Nix » 06 Août 2018, 11:05

Un bruit de course précipitée résonnait dans les couloirs de l’aile administrative de Razum’Dar. Des éclats de voix semblaient aussi surgir du dédale mais avec les claquements des pas il était difficile de saisir la teneur de la conversation. Soudain une furie à la crinière orangée déboula en trombe, bousculant un des comptables, sa longue queue de cheval caressant le visage du malheureux Galarien, comme une promesse d’excuse oubliée. Les longues jambes d’Alice frappaient le sol avec souplesse tandis que le haut de son corps se concentrait sur son OmniTech activé à son bras. Ses doigts fins pianotaient à toute vitesse sur la petite console tandis que ses yeux orangeâtres s’envolaient vivement d’un coin à l’autre de l’affichage.

Le comptable n’avait pas fini de se rattraper qu’il se prenait déjà un boulet de canon dans le foie. Cette fois il s’agissait d’un Turien en tenue noire qui s’excusa prestement mais sans s’arrêter :

« Désolé Daren. »

« C’est Lark, M. Nix.. »

La voix chevrotante, le dénommé Lark préféra rentrer dans son bureau plutôt que d’aller faire sa pause café, de peur de se prendre un troisième participant à cette drôle de course. Laquarius, quant à lui, accéléra le pas, il avait raté son virage et perdait du terrain sur la jeune Humaine.

« Alice ! »

Le ton rageur du gardien de Razum’Dar résonna dans le corridor à en faire vibrer les portes vitrées.

« J’ai dit que tu n’iras pas comme ça sur Rannoch ! Ce n’est pas négociable ! »

La rouquine continuait de pianoter frénétiquement sans répondre. Son regard se reporta sur un rack de serveur qui était posé au milieu de la voie, probablement en train d’être changé par un technicien. La jeune posa ses deux mains à plats sur l’obstacle et sauta par dessus avec aisance, se réceptionnant derrière d’une roulade agile, lui permettant de garder un maximum de vitesse.

« Dernier avertissement ! »

« T’oseras pas me tirer dessus ! »

Il n’en fallait pas plus à Laquarius. Le Turien s’arrêta devant le serveur et dégaina son pistolet silencieux de sous un pan de son vêtement. En un instant, il s’était mis en joue. La première balle fila à quelques centimètres de l’oreille d’Alice. À la deuxième, l’adolescente se retourna, un OmniBouclier généré à son bras, et plaça la protection devant son visage arrêtant ainsi le tir. L’insolente tira la langue à son protecteur en continuant de courir à reculon.

« Je te connais par coeur, tu as trop peur de me blesser ! »

Encore plus énervé par la remarque, Laquarius enjamba le serveur et repris sa course. L’écart s’était fortement creusé à cause de cet arrêt et le visage d’Alice s’était remis dans le sens de la route. Un virage de plus et il arrivait en vue du hall de l’aile, notamment devant l’ascenseur. La mine du Turien se referma encore plus quand il vit que les portes étaient ouvertes. La jeune femme avait nécessairement quelque chose à voir là dedans. La rouquine se jeta dans l’espace restreint et immédiatement, il entama sa descente, sans même attendre que les portes ne se referme. Laquarius ne put que voir les baskets blanches d’Alice disparaître puis ses longues jambes nues jusqu’au haut de ses cuisses où une combi-short commençait à recouvrir la chair de la jeune femme. Le bas, un short noir classique, laissa vite place au haut blanc à rayures noires verticales. Le tissu remontait le long du bassin de la rouquine et recouvrait ses seins en les cachant pour aller s’accrocher à son cou. Laquarius eut une bonne vue de l’ensemble qui l’avait fait fortement tiquer quelques minutes auparavant pendant que la jeune Humaine descendait vers les étages inférieurs avec un regard de provocation. Ce qu’il ne voyait pas de face, et qui l’avait surtout dérangé, c’était le dos nu de la tenue. Pour faire simple, seules les omoplates de la jeune femme étaient recouvertes d’un tissu qui partait du départ de sa poitrine et recouvrait ses côtes, passant sous ses aisselles pour ensuite aller se fixer au devant au niveau de son cou.

Vaincu, le Turien eut un ultime regard pour sa protégé et grogna :

« Jaipha ne te laissera pas monter ainsi. »

« C’est ce qu’on verra. »

Alice lui souffla un baiser avant de disparaître totalement dans le sol. De quoi mettre le Turien encore plus en rogne. Avec un regard noir, il retourna à ses quartiers pour finir de préparer son bagage. Quelques jours plus tôt, il avait reçu un message de Miho, l’invitant à passer la voir sur Rannoch après la Nuit des Masques. Laquarius avait eu vent de l’événement bien qu’il ne soit pas directement concerné. En effet, il comptait parmi ses collègues Du Comité un Quarien qui avait demandé à être libre pendant quelques jours sur cette période. Kin n’avait pas eu à insister, ni même à argumenter. Le Turien lui avait immédiatement accordé sa faveur et l’avait encouragé à rester une semaine complète auprès de ses proches, une chose toujours délicate quand on a une activité comme celle des deux mâles.

Mais Kin n’avait pas été le seul à parler de cette fameuse nuit à Laquarius. Alice aussi était venue le presser d’emmener quelques uns des enfants de l’orphelinat, dont elle bien entendu, pour qu’ils puissent vivre ce moment historique. Une complication que l’adulte tenta d’éviter en invoquant les prix exorbitant des voyages à destination de Rannoch, tout le monde ne profitait pas de l’occasion de la même façon. Une excuse bien vite balayée par une Alice préparée qui en avait fait appel à la disponibilité de Jaipha et son envie de participer aussi à l’événement. Au total, cinq enfants avaient reçu l’autorisation d’être du voyage. Une pétition avait alors circulé pour emmener aussi Neige, le samoyède de l’orphelinat mais le mouvement s’était confronté à un non catégorique et avait décidé de se contenter de ce qui avait déjà été obtenu.

Laquarius, lui-même, ne comptait pas être du voyage, mais l’invitation qu’il avait reçue l’avait fait changer d’avis. Bien que la pilote l’eût convié pour le lendemain de la nuit en elle même, le convoi partant pour y assister, le Turien s’était résolu à se mêler à la foule et profiter de la soirée. En réalité, il voulait surtout garder un œil sur Alice, l’Humaine étant trop imprévisible pour la laisser sans surveillance. Pour l’occasion, Laquarius avait enlevé son armure et revêtu un vêtement qu’il avait acquis pendant une virée rafraîchissante à bord du Maefis.. Il hésitait désormais sur la fin de sa valise, il restait de la place pour des vêtements de rechange en plus des trois tenues qu’il avait prévu et d’un maillot de bain tout neuf, Miho l’ayant convié à une plage, mais cette même place pouvait être mise à contribution pour ranger sa Veuve Noire. L’esprit de Laquarius lui murmurait de petits « au cas où » mais il voulait se résoudre à ne pas prendre son arme avec lui. Finalement, il renferma sa valise. Tant pis pour la place en trop, il pourra ramener un souvenir au pire.

Jaipha attendait tout le petit monde sur le quai et accueillit ses passagers avec un sourire. Nancy, la serveuse du café-théâtre était aussi du voyage, un adulte supplémentaire n’était pas de trop pour surveiller les enfants, bien qu’en nombre réduit. Le station avait anticipé une affluence réduite à cause de la Nuit des Masques et certains membres du personnel avait été libérés. Tout le monde fit la bise à Jaipha avant de monter dans le Gaodiaz. L’Asari arrêta tout de même Alice et Laquarius quand il passèrent à côté d’elle. Tendant les mains, elle leur lâcha un sourire incitant à ne pas rétorquer :

« Vos armes. »

Haussant une arcade, Laquarius la regarda un peu perplexe et plia à la règle, déposant son pistolet silencieux dans la paume bleutée. La rouquine à côté de lui offrit une moue attendrissante pour passer outre le contrôle mais l’effet ne fit pas de miracle et, à contrecœur, elle passa une main le long de sa hanche pour la glisser sous le tissu recouvrant son ventre puis tira un couteau de là. Jaipha eut un petit rire et commenta :

« Tu aurais pu couper ton string en plus. »

« Heureusement que je n’en porte pas. »

La réponse avait fusé du tact au tact et avait provoqué un volte-face instantané de Laquarius.

« Je rigole. »

Visiblement tout le monde ne partageait pas son humour. Une fois le convoi embarqué, les paquetages entreposés dans une salle réaccommodéé pour l’occasion et chacun installé, le vaisseau commença doucement son envol puis fila vers Rannoch. À son bord, Nancy et Alice avait entamé une discussion tandis que Kin et Laquarius étaient allés retrouver Jaipha dans le cockpit. Les enfants, quant à eux, sortirent un jeu qui les occupa tout le voyage.

Une fois sur place, Kin prit la direction de sa famille, quittant ainsi le groupe, ils s’étaient accordés pour dire qu’il rentrerait par ses propres moyens, tout frais payé par Razum’Dar, ils lui devaient bien ça. Le reste du groupe avait réservé un hôtel, après plusieurs heures de recherche, qui avait encore assez de place pour accueillir neuf personnes, Laquarius et Jaipha avait chacun une chambre, Nancy et Alice en partageait une et les enfant s’étaient répartis entre deux dernières chambres. Chacun se prépara pour la soirée, les filles passant un peu de temps à arranger leurs coiffures. Laquarius prêta main forte à Jaipha quand elle vint demander de l’aide pour accrocher un pendentif à son cou. Les garçons, enfin, passèrent le plus clair du temps à effacer les plis sur leurs chemises.

La Nuit venue, le groupe se mêla à la foule, profitant de l’allégresse des riverains. Les touristes furent accueillis avec une chaleur toute rassurante, Laquarius n’en perdit pas pour autant son but premier qui était de surveiller les enfants mais il se détendit tout de même. La soirée se passa sans encombre, en omettant la très légère altercation d’Alice avec une Quarienne un peu trop tactile qui se termina quand la rouquine glissa à l’oreille de l’impromptue qu’elle était accompagnée par un certain Laquarius Nix, le nom suffit à faire reculer la femme qui s’excusa avant de repartir danser. Jaipha profita un peu trop de la soirée d’ailleurs, au point que Laquarius dû la ramener sur son épaule, chose qu’il regretta considérant la masse musculaire de la pilote. Alice et Nancy avaient atteint un taux d’ivresse à peu près similaire et rentraient toutes les deux en s’aidant mutuellement. Les enfant quant à eux n’avait eu droit à une consommation d’alcool que très limitée en fonction de leurs âges, la majorité n’avait pas touché à une seule goûte, tout comme Laquarius et avait tout de même eu une occasion de s’amuser en participant à un moment historique, quelque chose que le Turien espérait restant gravé dans leurs mémoires respectives.

Le lendemain matin, le réveil mouvementé de certains balança avec le réveil en douceur de Laquarius. L’ex-mercenaire alla se faire une petite toilette et ingurgita un petit déjeuner, contrairement au reste des adultes du groupe. Puis, il sorti, accompagné du group pour emmener tout le monde vers la plage où il devait retrouver Miho. Dans la navette qui les transportaient, certains visages palissaient lors des virages, mais globalement les enfants discutèrent des activités qu’ils avaient envisagé tandis qu’Alice et Jaipha restèrent silencieuse. Nancy retourna son sac jusqu’à trouver sa crème solaire. Elle en proposa à la petite équipe et Laquarius fut de corvée de remontrance pour les enfants qui estimaient « n’en avoir pas besoin ». Enfin arrivés, les gamins, petits ou grands se ruèrent sur le sable, certains courant en ligne droite, ne s’arrêtant qu’au moment où l’eau leur arrivait à la taille. La serveuse, plus mature, prit le temps de rassembler les affaires jetées pelle-mêles et déposa les siennes à côté avant de si diriger vers la lisière aqueuse. Les trois autres, prirent la direction du petit bar en bordure de plage. Laquarius avait son rendez-vous là-bas et avait prit soin de prévenir Miho dès qu’il avait posé un pied hors de la navette. Alice cherchait plutôt à rencontrer des gens, de préférences connus, mais son maillot de bain une pièce trahissait une arrière pensée qui se précisait quand son visage en partie caché par de grosses lunettes de soleil et un grand chapeau se tournait vers la mer. La pilote, quant à elle, suivait simplement le mouvement, en quête d’un endroit où s’asseoir à l’ombre le temps qu’elle puisse se remettre de la soirée d’hier.
Laquarius Nix #FFFFF80
Code couleur PNJ "récurrents"
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 236
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession: Gardien de Razum'Dar
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 418.00 Points

En ligne

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Neil / Liirha » 08 Août 2018, 10:54

La fameuse Nuit des Masques...

Neil n'en gardait qu'un souvenir confus, rempli de couleurs, de rires et d'alcool.
Émergeant d'un sommeil court mais réparateur, l'avocat se redressa dans le lit de la suite qu'il avait loué à l'Oasis quelques jours plus tôt. Les yeux encore gonflés, il tenta de se remémorer les événements de la soirée...


Liirha, Daria et lui avaient répondus à l'invitation de Cil, le père de la quarienne. C'était avec une joie non dissimulée que la jeune femme avait sautée sur l'occasion, entraînant dans son sillage l'avocat et leur pilote. Il était extrêmement compliqué de faire dévier Liirha de sa trajectoire lorsqu'elle avait quelque chose en tête. C'était un trait de caractère qui, bien que déjà présent chez elle depuis longtemps, semblait s'être développé au contact de l'avocat...


Secouant la tête avant de passer une main dans ses cheveux, Neil se redressa complètement, adossé à son oreiller.


Ni une, ni deux, le quatuor avait mis le cap sur Rannoch. Quatuor ? Ariane faisait partie de la sortie. Pour l'occasion, l'IA avait pu profiter via l'holoviseur de Neil et les omnitechs de chacun d'entre eux de la soirée et de la fête. Mieux que cela, Liirha avait même bricolée un petit générateur holographique lui permettant de se projeter en continue, tout en profitant des différents capteurs de ses amis organiques. L'avocat avait proposé son épaule comme support, ce qui avait beaucoup amusé l'IA, les comparant à un pirate et à son perroquet...
Lorsque le Dédale s'était posé, ils avaient été accueillis par un quarien à la combinaison pourpre qu'accompagnait un geth arborant une décoration faite d'un motif complexe dans des tons orangés pastels. C'est lorsque Liirha avait laissé tomber sa valise pour se jeter dans ses bras que Neil pu confirmer qu'il s'agissait bien de Cil. Il s'était alors arrêté pour ramasser la valise de sa compagne avant de les rejoindre en souriant...


Se levant après avoir écarté les draps, Neil s'étira avant d'aller tirer le rideau de sa chambre. Dehors, le soleil commençait à poindre à l'horizon. Se détournant de ce spectacle au bout d'un moment, il fila vers la salle de bain.


Les quelques jours passés en compagnie de Cil, avant le début de la Nuit des Masques, lui avaient fait comprendre que Liirha et lui étaient restés très proches, malgré leur éloignement. Et sans surprise, le père de la quarienne semblait en savoir long sur lui, malgré les questions. Dans l'ensemble, Daria et Neil furent accueillis comme faisant partie de la famille. Au détour des conversations, l'avocat compris que les Vonan n'étaient guère plus nombreux que Liirha, son père et le geth. Ce dernier, ayant pris d'affection Cil alors que ce dernier venait de poser le pied sur Rannoch, avait décidé de ne plus le lâcher d'une semelle. Tant d'attention à son égard lui paru étrange au premier abord. Mais Cil avait fini par s'en accommoder et même à apprécier sa présence. Au fur et à mesure, les deux s'étaient liés d'une solide amitié. Le geth, à la recherche d'un nom, avait laissé le quarien lui en proposer un. Plusieurs, en vérité, même, mais deux seulement avaient trouvé grâce aux yeux du geth. Laeni portait ainsi comme surnom celui que Cil donnait à sa fille lorsqu'elle était petite : Lili.


----------

Sorti de la douche, Neil achevait de s'habiller lorsque Liirha frappa à sa porte :
-"Je peux entrer ?"
-"Tu peux."
La porte s'ouvrit, dévoilant un visage fin qu'éclairait un sourire délicat. Les marques parcourant les traits de la quarienne semblaient rappeler que malgré les similarités, humains et quariens formaient bien deux espèces distinctes. Les cheveux noirs coupés court conféraient à la jeune femme une apparence à la fois énergique et étonnamment pétillante, ce que ses yeux en amande pleins de vie soulignaient avec élégance. Neil ne pouvait que se ranger du côté des quelques écrits laissés par les Prothéens concernant les quariens : les représentants de cette race possédaient un charme certain.
Liirha entra, dévoilant une tenue peu commune. La jeune femme portait une robe ajustée à la taille et s'évasant jusqu'aux genoux. Blanche aux liserés dorés, elle faisait honneur à sa propriétaire, lui ceignant les hanches et épousant ses formes avec subtilité. En habile observateur, Neil remarqua la présence d'un maillot de bain, à en juger par les lanières sur les épaules de sa compagne, dissimulées par celles de la robe. Un tout petit sac à dos, blanc lui aussi, venait compléter l'habillement de la quarienne.
Elle fit quelques pas avant de tourner légèrement sur elle même.
-"Alors ? Comment tu me trouves ?"
L'avocat apprécia d'un œil expert la tenue avant de sourire et de lever un pouce en l'air.
-"Superbe ! On dirait que tu as porté ce genre de vêtement toute ta vie."
Liirha étouffa un petit rire :
-"Si seulement ! Mais vu la température attendue, je crois que je ne regretterais pas ma combinaison."
Neil acquiesça avant d'ajouter :
-"N'oublie pas de prendre tes lunettes de soleil. Tu n'auras pas les filtres de ton masque."
-"Ah oui, tu fais bien de m'y faire penser !"
Et telle une tornade blanche, la quarienne repartit en direction de sa chambre, laissant ainsi l'avocat terminer de se préparer. Il opta pour une chemise en lin blanche, accompagnée d'un pantalon savamment ajusté de couleur tan. Il ajouta une ceinture portant une sacoche discrète qu'il plaça sur sa hanche, en grande partie cachée par la chemise. Dedans se trouvait son holoviseur et son datapad, si d'aventure il en avait besoin...
Satisfait de son apparence vestimentaire, l'avocat rejoignit sa valise pour en sortir un petit coffret. L'ouvrant, il en tira une broche en argent et lapis-lazuli figurant un relais cosmodésique, qu'il accrocha au col de sa chemise. Revenant sur ses pas, il fut interpellé par Ariane :
-"Je remonte sur ton épaule ?"
Demanda l'IA, mi-curieuse, mi-suppliante. Neil sourit à l'hologramme qui venait de se former sur le projecteur miniaturisé.
-"Accroche toi, ma grande."
Lui ajouta-t-il en saisissant l'émetteur pour venir le fixer sur l'épaulette gauche de sa chemise. L'hologramme fit mine de se tenir en équilibre avant de mimer le fait de s'accrocher à son oreille.
-"Tu tiens bien, là haut ?"
-"On peut y aller !"
Répondit Ariane d'une voix amusée.
-"Allons-y, alors..."
Dit Neil en ramassant ses lunettes de soleil avant de les poser sur sa tête et de poser sa main sur la poignée de la porte de la chambre...


Ils rejoignirent Liirha et Daria lesquelles semblaient en pleine discussion. Si la première avait drastiquement changé d'apparence, il n'en était rien pour leur pilote. Fidèle à elle même, la jeune femme portait un pantalon large et un débardeur proche du corps. Le point différent de d'habitude, néanmoins, était la présence d'une serviette posée sur ses épaules. Manifestement, Daria allait laisser Sparks se défouler dans la piscine...
Tous les quatre descendirent de leur suite pour rejoindre le restaurant, où se déroulait le service du petit-déjeuner. Cil et Laeni devaient les rejoindre plus tard dans la mâtinée, ce qui leur laissait le temps de se restaurer, puis de profiter un peu des installations de l'Oasis.
Dernière édition par Neil / Liirha le 26 Août 2018, 13:34, édité 1 fois.
Codes couleurs :
Neil : #0F9DE8Liirha : #FF80FFDaria "Sparks" Nosverie : #00FF80
Ariane : #FF4901Niora Vonaki : #00CCCBOria T'Nora : mediumslateblue

Disponibilité : [2] - Disponible : Au moins 1 réponse tous les 7 jours

Journal de BordDatapad
Avatar de l’utilisateur
Neil / Liirha
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 126
Inscription : 20 Juillet 2016, 20:32

Âge: 48
Profession: Neil : Avocat/Businessman.
Liirha : Assistante/Garde du corps/Ange gardien.
Points d'Héroïsme: 4

Points MEL: 102.00 Points

En ligne

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 08 Août 2018, 16:09

Un petit groupe d'enfants débarqua sur la plage, avec force rire et envie d'en découdre tant avec le sable que les vagues. Mine de rien, l'endroit se peuplait de plus en plus, signe que les affres de la nuit n'avaient pas réduit tout le monde à l'état de zombies en puissance. Au bas des marches menant à la terrasse, l'attention de la quarienne fut légèrement détournée et elle ne pu s'empêcher d'observer quelques enfants, tous sous surveillance bien entendu, mais surtout, d'espèces différentes, s'amusant simplement entre eux, preuve que les jeunes avaient tous des divertissement similaires, sans barrière de race ou de culture. Et ce n'était que le début. De fait, elle se demanda si les membres de son équipage étaient réveillés. Pas sûr... Eux étaient tous adultes et elle était prête à parier que certains allaient avoir une peine considérable à se traîner hors d'un lit. Finalement, c'était pas plus mal qu'elle ne soit pas sortie avec eux. Pas sûr qu'ils se seraient tous vraiment lâchés si elle avait été dans les parages.

Elle se décida à remonter les marches. La terrasse était encore passablement vide. Des chaises côtoyaient des tables toutes ombragées entre lesquelles se promenait un geth aux couleurs du logo de l'Oasis. Derrière un bar, un binôme quario-geth préparait des boissons avec un savoir-faire presque acrobatique. Des plantes disposées de part et d'autres de la terrasse offraient autant de plaisir visuel qu'un peu de fraîcheur en prévision des moments les plus chauds de la journée encore à venir.

Arrivée au niveau des premières tables côté plage, Miho balaya l'espace. Il ne lui fut pas difficile de repérer ce qu'elle cherchait. Laquarius restait dans un style qu'elle l'avait déjà vu porter, à l'exception des couleurs peut-être et, à proximité, deux femmes, lunettes de soleil vissées sur le nez, avançaient avec lui. Elle reconnu Alice, cheveux roux obligeaient, qui semblait bien plus intéressée par la plage que le reste. Normal en somme. A dire vrai, elle trouvait presqu'étonnant que la jeune fille ne soit pas déjà en train de profiter de la fraîcheur de l'eau avec les autres. Miho ne trouvait pas qu'elle était du genre à choisir de rester sagement assise à une table, à moins qu'elle n'y trouve un grand intérêt personnel.

Quant à la seconde, et bien qu'elle ne l'ai vue que très rapidement, la quarienne tabla sur sa consoeur pilote. Elle n'en était pas sûre, avec les lunettes de soleil. En revanche, ce qu'elle était prête à parier était que l'asari avait certainement eu une nuit bien mouvementée. Laquarius lui, paraissait plutôt reposé. Il n'avait certainement pas autant profité de la fête que sa pilote. Pas étonnant, s'il avait des gosses à surveiller, et surtout une jeune rousse incendiaire à tenir à l'oeil.

A cette pensée, elle eut un sourire amusé en commençant à traverser l'espace pour se rapprocher du trio. Des quariens le visage exposés, entre hier et aujourd'hui, ils devaient en avoir vu suffisamment pour que ce soit une norme sur Rannoch. Aussi Miho ressentait moins d'appréhensions à la perspective d'être vue comme une bête curieuse. Les choses changeaient à présent. Elle chassa cette sensation bizarre qu'elle allait certainement perdre en crédibilité sans sa combinaison sombres avec des décorations agressives. De toute manière, la raison principale pour laquelle elle avait invité Laquarius était assez simple. Elle voulait faire preuve d'un minimum de fair-play. Difficile d'avoir des échanges correcte quand la personne à laquelle on s'adressait avait les traits dissimulés derrière une visière. Maintenant, sans ce petit confort octroyé par un système immunitaire en carton-pâte, elle pouvait faire jeu égal avec Laquarius. Elle s'arrêta finalement en arrivant à leur hauteur.

"Bonjour Alice, bonjour Jaipha."

Peut-être qu'elle ne sera pas immédiatement reconnue, mais en montrant simplement qu'elle les connaissait, la logique suivrait naturellement le chemin de l'évidence.

"Laquarius, merci d'être venu."

Et puis ce n'était pas non plus comme si aucun des trois n'avait entendu sa voix. Que ce soit avec ou sans les filtres de son casque, l'ensemble restait facilement reconnaissable.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 391
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,873.00 Points

En ligne

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Layla Archer » 09 Août 2018, 22:52

« Légende des couleurs »


• #00FFFF: Layla Archer
• #FF1493 : Izira'Shezra


Quelques heures plus tôt...


Le soleil orange de Rannoch commençait à poindre à l'horizon, sa lumière léchant peu à peu la pierre et les reliefs. L'oasis de Davarsi n'abritait pas une seule âme qui vive. Avant l'exode des Quariens elle abritait une petite ville tranquille, exploitant les terres fertiles et naturellement irriguées par les eaux sortant de la nappe phréatique quelques mètres sous la surface. De nos jours, c'était une des nombreuses villes fantômes de la planète : Les Geth avaient restaurés les bâtiments et l'infrastructure depuis la Guerre de l'Eveil et même s'il suffisant de choisir une maison et de poser ses valises pour y habiter et profiter de tout le confort modernes, la population de la ville restait toujours à 0 habitants. Il faut dire que sa position isolée au milieu des terres, entouré par des montagnes arides et loin des nouveaux centres d'activités n'aidait pas beaucoup. Peut-être que d'ici quelques années les gens reviendront, justement attirés par une vie tranquille loin de l'agitation, mais pour l'instant, les seuls êtres conscients du coin étaient les Geth entretenant la ville... et depuis la veille, on y trouvait aussi Layla et Izira.

Pourquoi cet endroit ? Et bien c'était une sorte de retour aux sources pour la compagne quarienne de Layla. En effet, le clan Shezra était originaire de cet endroit et avant l'exode, les ancêtres d'Izira s'occupaient de la maintenance des appareils agricoles. Il y avait aussi une petite "tradition locale". Un peu à l'écart de l'oasis, aux contreforts d'un piton rocheux, se trouver une petite étendue d'eau avec une cascade, de larges pierres plates et de la végétation ceinturant les lieux. Dans le temps, c'était le coin préféré pour les jeunes couples pour "passer un peu de temps en tête à tête." Oui, on peut dire que c'était un piège à fille comme il en existe un peu partout dans la galaxie. Isolé, tranquille, agréable. Ces pierres pouvaient racontés des milliers d'histoires de jeunes couples profitant de la nature sauvage et de l'isolement pour une première fois romantique ou juste pour pouvoir s'amuser sans le risque d'être dérangés.

C'est ainsi que nous retrouvons le couple humano-quarien. La veille, elles avaient passées la journée à visiter les lieux, Izira retrouvant la maison familiale de ses ancêtres en aussi bon état que que s'ils étaient partit la veille. Même le mobilier avait été conservé. La principale différence entre toutes les sorties en amoureuses du couple de celui-ci était que la Quarienne n'avait pas sa combinaison, profitant enfin de pouvoir se promener les cheveux aux vent et cesser cette petite comédie, pouvant le faire depuis plusieurs mois déjà grâce à un programme d'acclimatation avant l'heure qu'elle suivait depuis qu'elle était avec Layla. À l'époque, c'était juste pour profiter d'un lieu de vie sans être coincés dans sa tenue, mais depuis le retour des Quariens sur Rannoch, il y avait aussi le petit avantage d'avoir prit de l'avance sur les autres.

C'est ainsi que les deux femmes, vêtues d'une robe d'été, l'une blanche pour l'Humaine, l'autre orangée pour la Quarienne, se retrouvèrent dans ce fameux coin isolés pour partagés un petit pique-nique en tête à tête, profitant du soleil couchant qui offrait davantage de majesté à ce paysage désertique. Et forcément, ce qui devait arriver, arriva. La solitude, l'isolement, la petite étendue d'eau qui avait été longuement chauffée par le soleil, le doux bruit de la cascade... Il ne leur en fallut pas plus pour abandonner leurs tenues sur le plaid et s'offrir un bain de minuit qui dériva lentement, mais surement vers un autre type d'activité, suivant les traces des générations de Quariens qui avaient sans doute fait la même chose à cet endroit pendant des siècles. Bon d'accord, ce n'était pas vraiment imprévu. Il faut dire que le couple avait prévu que cette journée se termine ainsi, mais il fallait reconnaître que l'endroit s'y prêtait particulièrement et que le fait d'être les deux seules organiques à des centaines de kilomètres à la ronde avait aussi son petit effet. C'est ainsi qu'elles se laissèrent aller à leur amour et leur passion avec les étoiles, les pierres et les montagnes pour seuls témoins.

Layla ouvrit les yeux quelques heures plus tard quand le soleil commençait à réchauffer sa peau découverte, son corps recouvrant délicatement celui de la Quarienne alors qu'elles étaient vaguement enroulées dans le plaid, les nuits dans le désert étant fraiche pour ne pas dire froide. À ce moment là, elle ignorait tout de la célébration qui avait eut lieu un peu partout sur la planète au même moment où elle était agréablement occupée avec sa compagne. Elle savait qu'elle y aurait des festivités, comptant même là-dessus pour s'assurer davantage de tranquillité, voulant ce moment pour elles-seules sans être dérangées par qui que ce soit. Pour l'instant, elle se moquait bien de ce qui s'était exactement passé. Sa seule préoccupation était celle délicatement blottit contre elle, profitant de chaque centimètre de sa peau contre la sienne. Les Quariens avaient une peau plus douce que celle des Humains. Originaire d'une monde aride, ils avaient une pilosité bien moins importante que ces derniers, certains étaient même naturellement imberbe en dehors de la chevelure et du visage. Une autre différence était la chaleur. La chaleur corporelle des Quariens était plus élevée que chez les Humains. Quelques degrés de plus qui était des plus agréables une fois blottit contre vous.

Les minutes passèrent et Izira se réveilla à leur tour. Les deux femmes restèrent ainsi sans bouger, s'échangeant bisous, baisers, mots doux, câlins et caresses, parfois un peu baladeuses. Finalement, elles se mirent d'accord pour se lever et partager une dernière baignade pour se réveiller pleinement, surtout parce que l'eau était bien plus fraîche que la veille. Mais l'eau froide avait l'avantage de rapidement faire disparaître les quelques douleurs induites par une nuit à même la roche avec un demi plaid faisant tout aussi office de matelas improvisé que de couette. Elles avaient beau avoir un passé d'exploratrice derrière elles, elles tenaient tout de même à leur petit confort. Elles laissèrent ensuite le soleil et l'air du désert séchés leur peau, ce qui ne prit pas très longtemps avant de se rhabiller et de prendre le chemin du retour, non pas en Kodiak, mais en véhicule terrestre et plus particulièrement un ND-1 Nomade. Rien de mieux pour rejoindre la civilisation en prenant la voie touristique.

Ce véhicule était en lice avec le Mako pour devenir le nouveau fer de lance motorisé de l'Alliance. Le Nomade à perdu et fut ensuite vendu à des organismes civils dont entre autre la première Initiative Andromède qui y voyait un véhicule parfait pour l'exploration planétaire. Malheureusement, l'entreprise qui les produisaient n'a pas survécus aux Moissonneurs, mais pas quelques uns de ses dirigeants. Ces derniers, comme bon nombres d'anciens chefs d'entreprises n'ayant plus les moyens de relancer leurs activités et ayant besoin de fonds pour repartir sur de nouvelles bases, vendirent ce qu'ils restaient en leur possession : les terrains, quelques biens mobilier, mais surtout des brevets et des licences. C'est ainsi qu'Olympus et bien d'autres profitèrent de cette aubaine, rachetant à grands frais les différentes offres aux cours de négociations endiablées. Parmi les gains d'Olympus lors de ce véritable marché au "vestiges du passé économique de la galaxie" on comptait donc la licence et les plans du ND-1 Nomade. L'entreprise ne tarda pas à plancher dessus pour en produire une version améliorée dont Layla assista personnellement aux essais. C'est d'ailleurs ainsi qu'elle rencontra Séides qui lui parla de son projet d'entreprise.

En parlant de Séides, Layla se disait que le Geth n'allait pas tardé à avoir du travail. N'ayant plus besoin de leurs combinaisons sur Rannoch, il leur faudrait désormais des tenus plus conventionnelles. Bien sur, à l'époque où Layla avait évoquée ce fait, le Geth avait dit qu'il n'allait pas produire de vêtements "classiques" afin de ne pas sombrer dans la masse parmi les multitudes de maisons de couture de part la galaxie, mais les maisons de couture quarienne ne couraient pas les rues et la demande allait sans doute exploser dans les jours qui suivent. Pendant le voyage de retour, le couple se tint au courant des actualités de la veille et notamment des festivités de ce que certains appelaient déjà la Nuit des Masques. Une sacrée fête dont elles commençaient a avoir des échos de part les autres membres d'équipage qui avaient participé aux différentes célébrations.

Le Nomade, d'une couleur rouge sang métallisé, se rendit sans difficulté à la résidence de Layla. Il était encore très tôt et si certaines membres d'équipages étaient réveillées et se préparées pour une journée de détente, la plupart étaient encore en train de dormir, simple lève-tard ou récupérant de la fête de la nuit dernière. Avec une discrétion relative pour ne pas réveiller les endormies, les deux femmes gagnèrent la salle à manger et partagèrent un petit déjeuner rapide :


"Alors ? Une idée pour la journée ?
-Hum... Je sais pas. J'ai envie de faire tellement de trucs !
-Si ça implique des coins isolés et tranquilles, ça me va !
-Ha ! Non, mais j'hésite entre du shopping, le restaurant, la plage, une promenade... je ne sais pas quoi choisir.
-On peut tous les faire ! Mais pas en une journée...
-Alors comment on fait ?
-On peut commencer par la plage. Il y a plein de chose à faire là bas. La bronzette, la baignade, des tas d'activités si on va dans une plage fréquentés comme des restaurants ou des sports nautiques... C'est pas toi qui voulait essayer le jet-ski ?
-Si ! Mais c'est plutôt sur Terre qu'on en trouve.
-On peut toujours se renseigner."


Il n"en fallut pas plus pour déclencher une session de recherche intensive sur Extranet via leurs Omnitechs, blottit l'une contre l'autre sur le canapé avec deux verres de jus de fruits et deux assiettes de viennoiserie face à elles, une dextro et l'autre lévo. Une dizaine de minutes plus tard, la perle rare fut trouver :

"Regarde ! L'Oasis à des jet-skis !
-L'Oasis c'est pas le complexe balnéaire qui a gagné un prix il n'y a pas longtemps ?
-Ils arrêtent pas de s'en vanter sur leur site ! Ils ont piscine, restaurants, plage et plusieurs activités aquatiques dont une location de jet-ski avec des parcours découvertes le long des côtes !
-Donc. On a quittées une oasis pour aller dans une autre ?
-Au moins on restes cohérentes !
-C'est vrai ! Mais il y aura une différence.
-Laquelle ?
-Faudra mettre un maillot si on veux se baigner !"


Les deux femmes rigolèrent avant de terminer leurs assiettes, blottit l'une contre l'autre. À peine ces dernières de retour en cuisines que les deux femmes rejoignirent leur chambre pour se changer. Si elles ne changèrent pas de robes, parfaitement adaptées pour les activités prévues, elles enfilèrent chacune un maillot deux pièces. Celui de Layla était noir avec quelques touche de mauve sous la forme de fin traits qui semblaient dessinés à main levé. Une coupe classique, sans trop en cacher ou en dévoiler. Rien de très extravaguant ou original à ce niveau là. Celui d'Izira était gris et noir, présentant un motif pouvant rappeler une peau de serpent. Là aussi, la coupe était classique.

Une fois prêtes, elles prirent également tout le nécessaire indispensable pour une journée à la plage. Lunettes de soleil, serviettes de plage, crème solaire et autres. Elles se chaussèrent de nu-pieds et quittèrent rapidement les lieux pour rejoindre le garage. Pas de Nomade cette fois, mais un simple hovercar pour se fondre dans la masse. Même si Layla n'était pas une vedette de cinéma acclamée par la foule dès qu'elle mettait un pied dehors, son visage n'était pas inconnu pour ceux qui suivaient un peu l'actualité ou qui s'intéressaient à l'économie. Du coup, voulant profiter de ses sorties "comme tout le monde", elle se faisait du genre discrète. Ce n'était pas très difficile. Après tout elle n'était pas du genre à donner dans le m'as-tu-vu. Les célébrités et les jetsetteurs le faisaient mieux qu'elle.




Présent


Après quelques dizaines de minutes de vol, l'hovercar, d'une couleur bleu nuit métallisée se posa dans le parking du complexe. Il n'y avait pas encore beaucoup de monde même si les festivités battaient toujours leurs cours. Il faut dire que les réjouissances nocturnes avaient fait leur dégâts chez l'endurance de beaucoup de monde et l'alcool avait aussi fait pas mal de victimes qui devraient actuellement souffrir d'une belle gueule de la bois.

Néanmoins, l'endroit était loin d'être désert et il y avait une part assez importante de non-Humains. Concernant les Quariens, si presque tout les casques étaient restés à la maison, les combinaisons étaient encore de rigueur chez la plupart des gens. Certains avaient, comme Izira, eut le courage de sortir dans une tenue des plus classiques et elles purent croiser des Quariens, hommes et femmes, en tenue de détente voir carrément en maillot au fur et à mesure qu'elles approchaient de la plage. Certains avaient un peu de difficulté, trop habitués à la combinaison et donc ne se sentant pas trop à l'aise d'être aussi "découvert", surtout avant tant d'inconnus dans les alentours.

Izira, elle, était pleinement habituée à se promener visage découvert et vêtue d'une simple robe et son allure parfaitement naturel se fit remarquer chez quelques Quariens dont certains redoublèrent d'effort pour passer le cap et vaincre leur crainte autrefois fondée, mais désormais caduque. Après tout, si elle y arrive, pourquoi pas eux ? Après avoir passée la réception, les deux femmes traversèrent la terrasse, longèrent la piscine et finirent par se retrouver sur le sable. Leurs premiers gestes fut de retirer leurs chaussures avant de poursuivre la marche pieds nus à la plus grande joie d'une Izira qui adorait ce contact avec le sable se déformant sous ses pas pour en reproduire l'empreinte.

Avec cette horaire encore matinale, il n'y avait que l'embarras du choix pour trouver une place. Elles repérèrent un groupe d'enfant en train de jouer et décidèrent de s'installer non loin à un emplacement avec parasol fourni. La foule ne les déranger pas et si elles avaient voulue de la tranquillité, elles seraient restées chez elles à profiter de la petite plage privative en contrebas de la résidence. Elles ne perdirent pas de temps pour s'installer, déroulant les serviettes et s’assoyant dessus tout en profitant du bruit des vagues et de l'odeur des embruns marins. Un Geth aux couleurs du complexe vint à leur rencontre et leur demanda si elles voulaient une boisson. Elles prirent commandes de jus de fruits frais avant de s'allonger à moitié sur leur serviettes, profitant de ce début d'une journée de calme et de détente sous le rire des enfants et les rouleaux de la mer...
Avatar de l’utilisateur
Layla Archer
Grande Prêtresse du Divin Cookie

Grande Prêtresse du Divin Cookie
 
Message(s) : 670
Inscription : 05 Mars 2015, 14:09

Âge: 35
Profession: Exploratrice, Propriétaire de Olympus, Investisseur
Classe: Martiale et Technologique
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 393.00 Points

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Laan'Garna Nar Tesleya » 10 Août 2018, 11:08

Deux jours plus tôt

Laan était assis dans son vaisseau, qui dérivait dans l’espace, sous la maitrise de Jaraan. Le pilote devait finir de régler quelques détails liés à son dernier voyage. Une asari peu satisfaite de la prestation, que l’entrainement de l’ancien agent avait fini par convaincre. Le quarien n’utilisais la force qu’en dernier recours dans ce genre d’affaire, et était assez satisfait de n’avoir pas eu à en faire un usage trop musclé contre la biotique. Une fois son message terminé, il alla consulter rapidement les nouvelles du jour. A sa grande surprise, les grands titres parlaient de Rannoch. Les différents médias annonçaient en grande pompe la possibilité que les quariens auraient désormais de vivre sur Rannoch sans masque ni combinaison. Une grande fête était organisée partout sur la planète pour fêter un évènement qu’on annonçait déjà historique. On annonçait des retrouvailles familiales, un moment de patriotisme fort, une cohésion renouvelée… Laan n’y croyait plus depuis maintenant plus d’un an. Néanmoins, il était tenté d’aller faire un tour sur sa planète. Depuis sa désertion, il avait pu apporter suffisamment de modifications à la Nayna pour que le DCU ne repère pas son vaisseau de sitôt, et se promener sans combinaison ni masque l’arrangeait, car son visage restait inconnu de la plupart du service. Il prit donc sa décision assez rapidement et demanda à Jaraan de faire route sur Rannoch le temps qu’il trouve l’endroit précis où il souhaitait aller.

Les recherches menées sur son Omnitech le menèrent à l’Oasis. Ce complexe balnéaire, situé en bordure de Nady’Zah avait l’avantage d’être assez grand pour qu’il se fonde dans la masse, tout en lui permettant de rester dormir dans son vaisseau. Le budget était actuellement serré, étant donné les améliorations passées, en cours et à venir sur son cargo. Une fois la destination choisie, Laan se dirigea non sans plaisir vers son cockpit. Il s’installa confortablement dans son siège, et décida que, sans passagers ni marchandises, il tenterait bien de repousser les limites de son vaisseau. Sur le panneau situé à sa gauche, il désactiva toutes les fonctions qui n’était pas nécessaires à la propulsion du vaisseau : éclairage, alimentaire, climatisation… tout le confort. Le fond sonore fut coupé également, le pilote se contenterait du son de son masque, qui fonctionnait sur batterie. Le panneau de contrôle de droite lui permit de pousser au maximum les performances de son propulseur. Postcombustion, consommation non régulée, direction de flux optimisée. Le quarien sortit rapidement de son cockpit pour vérifier que tout était fixé dans le vaisseau. Il revint aussi vite qu’il était parti, prit une grande inspiration, et poussa la manette des gaz. Il fut instantanément plaqué au fond de son siège. La pression était telle qu’il ne pouvait piloter que du bout des doigts. Le but était d’atteindre sa vitesse maximale le plus vite possible, sans sombrer dans l’inconscience. Le quarien s’enivra de cette sensation et pris la direction de Rannoch.

La veille au soir

Laan profitait. Il avait conservé son masque et sa combinaison pour ce soir, il ne voulait pas que l’on associe sa tenue et son visage. Il se ferait plaisir demain. Pour l’instant, au milieu de la foule, il buvait et dansait, sans se soucier des problèmes de la vie. Tous ces quariens et quariennes sans masque le l’impressionnaient. Au travers de sa visière, il croisa le regard d’une quarienne au cheveux roses. Le souvenir de Waifu lui poignarda le cœur. Depuis plus d’un an, il ne s’en remettait pas. Il sut alors ce qu’il devait faire. Il se dirigea vers la plage puis la longea vers le sud. Le littoral remontait jusqu’à une petite falaise. Arrivé là-haut, il s’arrêta. Le bruit de la fête résonnait derrière lui. Après avoir contemplé l’immensité calme de l’océan, il enleva son masque. Il prit une grande bouffée d’air iodé, qui lui fit le plus grand bien. Une légère brise soulevait ses cheveux bleutés. Portant la main à son cou, il prit entre ses doigts les plaques de matricules de Waifu, qui lui avaient été remises à son réveil. D’un coup sec, il arracha la chaine. Il jeta un dernier regard plein de souvenirs à ces deux petites plaques métalliques censées lié votre vie à une cause, se rappela ce que cette cause lui avait enlevé, puis jeta les plaques de toute ses forces dans l’abîme noir qui s’étendait à ses pieds. Le temps de la chute lui parut infiniment long, puis il put distinguer, au milieu des basses de l’Oasis, un « plouf » caractéristique. Il se sentit libéré en l’entendant. Son cœur se calma, il reprit une grande inspiration, puis remis son masque, à regret. Il était en paix, et pouvait retourner profiter de la fête.

Présent

Un rayon de soleil vint éclairer le visage d’un Laan endormi, le réveillant doucement. Après quelques réticences à sortir de son lit, il alla se passer un coup d’eau sur le visage avant de faire ses exercices matinaux. Quelques étirements pour se réveiller, puis il décida d’aller faire un footing sur la plage. Après tout, pourquoi ne pas profiter de ces courtes vacances ? Il enfila un short de bain, un t-shirt gris clair, et attrapa sa paire de lunettes de soleil dans un placard. Après avoir fouillé quelques instant les placards de sa cabine, il trouva ses baskets qu’il laça rapidement avant de s’empresser de sortir du vaisseau. Le soleil matinal – il devait être autour de huit heure – réchauffait tranquillement la station dont la plupart des occupants était encore dans leurs lits. Le pilote s’élança vers le remblai en commençant à courir à un bon rythme, motivé par la liberté offerte par l’absence de son équipement. La brise de la veille continuait à planer sur la côte, portant quelques oiseaux de littoral. Stimulé par cet environnement, le quarien accéléra sa foulée jusqu’à la falaise, qu’il monta tranquillement, avant de poursuivre son chemin sur le plateau rocheux surplombant les quelques vagues qui se brisaient sur les récifs. Il finit par bifurquer vers les terres, rentrant dans un bois dont la fraicheur lui fit le plus grand bien.

De tout son trajet, il ne croisa personne, jusqu’à son retour dans la station une heure après son départ. Laan courut jusqu’à la plage, où il prit le temps de faire quelques étirements avant d’enlever son t-shirt et ses baskets pour aller piquer une tête. En plongeant, il fut surpris du goût de l’eau. Il savait, grâce à l’école, que l’eau de l’océan était salée, mais il n’avait jamais eu l’occasion de l’expérimenter. Ne trouvant pas cela désagréable, il profita de sa baignade presque solitaire une vingtaine de minute. Voyant que les badauds arrivaient, il sortit de l’eau. Le soleil et le vent lui permirent de sécher assez vite, et il entra dans le petit bar de bord de plage. Il commanda un petit-déjeuner dextro consistant, qu’il engloutit assez rapidement avant de s’allonger dans son transat pour se laisser bercer par le bruit des vagues.
Avatar de l’utilisateur
Laan'Garna Nar Tesleya
Rang 3

Rang 3
 
Message(s) : 83
Inscription : 14 Avril 2017, 08:33
Localisation : Redon

Âge: 26
Profession: Pilote / Agent du DCU Quarien
Classe: Quarien - Technologie
Points d'Héroïsme: 0

Points MEL: 362.00 Points

En ligne

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Laquarius Nix » 12 Août 2018, 00:59

En voyant une Quarienne se poster devant eux, Laquarius ne put s’empêcher de détailler d’un regard presque inquisiteur la nouvelle venue. D’après ses souvenirs, la carrure de la femme pouvait correspondre à celle de Miho, néanmoins il n’en avait aucune certitude, d’autant qu’il avait du mal à se faire aux visages récemment découvert. Finalement, la voix qu’il entendit lui confirma son sentiment. En même temps, qui d’autre que la personne qui l’avait convié ici pour se planter sur son chemin.

« Bonjour, consœur, je ne veux pas vous offenser mais pour ma part je vais vous laisser. J’étais juste venue vous saluer, j’ai.. besoin de repos. »

Perdu dans sa contemplation, Laquarius s’était fait devancé par sa pilote. Il n’y fit même pas attention sur le moment. Son esprit était concentré sur le visage de Miho. Trop occupé à imaginer les expressions qu’il avait pu afficher au cours de leurs précédentes épopées, il fut également pris de court par Alice. La jeune femme ne s’en tint pas à la simple poignée de main de Jaipha et s’avança carrément pour faire la bise à la Quarienne. Plaquant sa joue droite sur celle de la locale, elle se recula ensuite en étouffant un bâillement dans ses mâchoires.

« Vous allez bien ? »

Elle posa plus ou moins subtilement son pied sur celui du Turien lors de sa marche arrière, le sortant de ses pensées. Gêné, il tendit sa main, comme l’avait fait l’Asari.

« Ne me remerciez pas, c’est toujours un plaisir de vous voir. »

Le temps de rendre ces politesses, Jaipha s’était trouvée un coin à l’ombre sur la terrasse du petit bar en bord de plage et s’y était installée. Bien vite, elle fut rejointe par un serveur lui précisant qu’elle devait consommer pour pouvoir rester. Ce à quoi la pilote répondit avec une amabilité toute mesurée qu’il fallait, d’abord, « baisser d’un ton » et, ensuite, lui apporter de l’eau.
Le trio nouvellement formé, quant à lui, se dirigea vers une autre table, également ombragée mais plus proche du sable et, par incidence, des enfants à surveiller. À peine était-il assis qu’Alice posa son grand sac sur la table et fouilla un instant dedans avant d’en sortir deux datapads. Laquarius lui accorda un regard intrigué sans pour autant aller jusqu’à lui demander de quoi il s’agissait. Il le comprit bien assez tôt quand la rouquine remit son sac à terre avec une délicatesse contestable. Allumant l’un des objets, elle le posa devant elle en faisant défiler les premières lignes qui s’affichaient avant de s’éclaircir la gorge et porter son regard sur Miho.

« Bon, comme vous le savez, la station Razum’Dar abrite un orphelinat. En venant assister à la Nuit des Masques, j’ai insisté auprès de Laquarius pour emmener avec moi mes petits frères et petites sœurs. »

Elle pointa alors les enfants jouant dans l’eau autour de Nancy.

« Malheureusement, nous avons été limités dans le nombre du fait du manque d’accompagnateurs disponibles et également le manque de place du vaisseau de notre chère Jaipha. Vous devez vous demander où je veux en venir, même si au fond vous avez déjà une petite idée. Cela va bientôt faire un an que l’orphelinat a ouvert et nous recherchons activement une compagnie, un groupe, peu importe, de transport qui accepte de transiter dans les Terminus et de traiter avec Razum’Dar. Il se trouve, ça va vous étonner, que la réputation de certains membres éminents du personnel a tendance à rebuter de potentiels collaborateurs. »

À ces mots, Alice se tourna vers Laquarius et il put voir son regard par dessus ses lunettes. Un frisson lui parcouru l’échine en croyant confondre les yeux de la jeune femme avec ceux d’une autre Humaine proche de lui également. Il fallait reconnaître, à sa décharge, qu’Alice tenait, pour l’instant, un discours d’une forme tout à fait élisabethéenne, bien loin des tournures que l’adolescente utilisait d’ordinaire. Encore une fois, pour sa défense, il n’avait jamais eu l’occasion de voir Alice parler business.

« C’est pourquoi.. »

Elle fut coupée dans son élan par un serveur Geth venu prendre leurs commandes. Alice demanda un mojito, plutôt classique et relativement courant chez tout bar se respectant, tandis que Laquarius opta pour un jus de jazbay. Une fois toutes les commandes enregistrées, le synthétique repartit en direction du comptoir et Alice reporta son attention sur Miho.

« Où en étais-je ? Ah oui ! Avec ce soucis de réputation, nous n’arrivons qu’à trouver des compagnies travaillant uniquement dans les Terminus. Chose qui m’agace passablement. Aujourd’hui nous avons pu faire le déplacement en nous reposant sur le laxisme gouvernemental entourant l’événement, il va sans dire qu’ils sont probablement plus occupé à débusquer d’éventuels terroristes, et la relative discrétion du patrouilleur de Jaipha. Comme je sais que vous n’êtes pas du genre à vous dégonfler en entendant le nom des Terminus, je viens vous proposer le contrat. »

Elle poussa alors le datapad en direction de Miho, le tournant dans son sens pour qu’il soit lisible. Alice désigna ensuite à nouveau les enfants qui étaient sortis de l’eau pour s’étendre sur le sable, enroulés, pour certains, dans leurs serviettes.

« Pour résumer, vous avez là la fourchette d’âge de l’orphelinat, moins le petit Turien de quatre ans qui n’est pas en âge de faire de sortie. Je ne peux pas vous énoncer toutes les espèces représentées car nous n’avons aucun critère de sélection à ce niveau là, donc il peut y avoir de tout. À l’heure actuelle, nous avons vingt-et-un pensionnaires, au total nous pouvons en accueillir jusqu’à quarante. Pour les sorties, cela dépend évidemment de la destination, mais nous préférons éviter de dépasser vingt enfants à la fois. Il est plus agréable, selon nous, de faire deux sorties en parallèles plutôt qu’une qui pourrait dégénérer avec quarante gosses. Au passage, quand je dis nous, je parle de Julia, la gouvernante, et moi, Laquarius ne fait que gérer les problèmes, pas l’organisation. Donc si un petit vous cause du tord, c’est avec lui qu’il faut voir, mais nous restons à disposition.
En terme de personnel, Julia ou moi pouvons accompagner le groupe et éventuellement prendre avec nous l’enseignant sur des séjours plus long. Néanmoins, nous apprécierions que notre partenaire soit en mesure de fournir des équipages sachant travailler avec des enfants, nous ne demandons pas de certificats, diplômes ou autres, mais au moins le fait qu’ils ne s’agacent pas quand un petit se met à pleurer.
Vous avez tous les détails, avec la convention, dans le datapad. »


Elle se saisit du deuxième datapad qu’elle alluma également et le fit tout de suite glisser à Miho.

« Maintenant, dans celui-ci vous avez tous les profils des enfants, ça n’a pas de rapport direct avec le point précédent mais en plus de chercher une nouvelle famille aux enfants, nous essayons de leurs préparer un avenir, au cas où ils ne trouveraient pas de nouveau foyer. Je me suis renseignée sur le gouvernement rannochien et, comme il me semble que votre maison mère -Dagemir c’est ça ?-en dépend, j’ai pu constater de nombreux avantages à prendre des stagiaires. Le métier de pilote fait rêver mais je suis sûr que beaucoup pourront voir d’autres voies toutes aussi intéressantes en passant un peu de temps dans vos pattes.. »

Alice fut interrompue par un grand splash aqueux. Le volume était tel qu’il fit glisser les lunettes de soleil de la jeune femme, révélant des yeux soulignés par d’énormes cernes, plus que ce que la soirée d’hier n’aurait pu causer. Fulminante, la jeune femme remit ses lunettes en place pendant qu’un des gamins partait en courant rejoindre le petit groupe, un seau vide à la main.

« .. la salope.. »

Relevant le visage vers Miho, elle se leva en furie et enjamba le petit banc.

« Donnez votre réponse à Laquarius, il me la transmettra et épargnez moi vos moqueries. »

Le Turien lui même affichait un petit sourire en coin qui s’agrandit en voyant Alice partir les poings serrés.

« Nancy ! Je sais que c’est toi qui les a envoyés, tu vas me le payer. »

Une deuxième couche était visiblement en préparation quand un jeune Galarien se pencha pour ramasser une poignée de sable. Le petit, âgé de six ans, semblait un peu dépassé par la situation mais voulait tout de même y participer.

« Non ! Pas de sable Lens, on a dit qu’on avait seulement le droit d’en prendre pour en ramener à Tifa. »

Désemparé, Lens laissa ses petits poings s’ouvrir pour que le sable en tombe et vint se blottir contre Alice pendant que celle-ci continuait d’avancer en direction de Nancy. La serveuse était entourée par deux adolescents déjà assez grands. Le premier, Letus, un Turien de seize ans, ne cachait pas son regard moqueur, ni le fait qu’il avait participé à l’élaboration de ce plan. Le deuxième, Kark, un Butarien de quinze ans, restait plus en retrait mais ne perdait rien de la réaction d’Alice. Un peu détaché du groupe, deux gamines pouffant ensemble. L’une d’elles tenait le seau du crime, c’était une jeune Galarienne de treize ans à peine, Sals. Son amie Traz, une Butarienne de huit ans, semblait afficher une pointe de remord mais riait tout de même.

Arrivée à la hauteur de Nancy, Alice planta son regard de le sien, au travers des deux paires de lunettes de soleil mais l’intention y était. La rouquine faisait bien dix centimètres de moins que la serveuse mais elle n’en démordait pas pour autant.

« Tu vas faire quoi, chérie ? »

La provocation ne passa pas inaperçue, soulevant un souffle parmi les ados.

« Balle aux prisonniers. Traz, Lens et moi contre vous tous. »

Des sourires s’affichèrent sur les visages des plus grands, l’offre semblait gagnée d’avance.

« Tu es sûre ? Ça ne paraît pas équitable. »

« Je vous défonce. »

Ainsi, c’était acté, les participants tracèrent un terrain à la va-vite et sortirent un ballon de beach-volley de leurs affaires. L’honneur revint à l’équipe en sous-effectif et se fut Lens qui fit le premier jet. Le benjamin visa Sals mais sa frappe fut trop faible et tomba à côté. Immédiatement, Letus se jeta sur la balle et le renvoya à l’expéditeur avec force. Ils ne la jouaient pas fair-play, aussi Alice décida d’y mettre un peu plus du sien que prévu. Bondissant par dessus le Galarien, elle attrapa la balle en vol et la propulsa sur Letus alors qu’elle atterrissait. Un mouvement qui prit l’adolescent par surprise, touché au ventre, il fut contraint de passer dans la zone des prisonniers.
Laquarius Nix #FFFFF80
Code couleur PNJ "récurrents"
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 236
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession: Gardien de Razum'Dar
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 418.00 Points

En ligne

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 12 Août 2018, 17:46

Le regard quasi inquisiteur qui se posa sur elle ne l'étonna pas vraiment. Il n'était pas le premier et ne serait pas le dernier à détailler un quarien. Il fallait dire que même si les représentant de son espèce voyageaient un peu partout, ils étaient perçus et reconnu à leurs combinaisons, attitude, et à la rigueur leur voix. La grande majorité des gens n'avait pas appris à reconnaître un quarien à son apparence réelle. Et puis bon, par le simple fait que sa race se révélait à peine, au fond, dans ce groupe, le seul véritable alien, c'était elle. Une réaction différente et plus naturelle fut celle de Jaipha qui, après lui avoir serré la main, prit rapidement congé, ce qui se comprenait parfaitement en regardant simplement les traits tirés de son visage, pas intégralement dissimulés par les lunettes de soleil.

"Alors reposez-vous bien!"

Elle lui fit un sourire compréhensif et compatissant en la suivant des yeux quelques secondes. En se reportant sur les deux restants, elle remarqua avec étonnement le rapprochement d'Alice qui vint lui coller la bise avec une spontanéité toute mignonne. Bien loin d'avoir un mouvement de recul, elle lu rendit sa bise. Même si ce genre de salutation restait encore rare, Miho en était vite devenue coutumière à bord du Maefis d'abord, puis avec Tila, et plus récemment ce matin avec à peu près toute sa famille, Yunn et Weli en tête. Soulagée également de constater que la rouquine ne lui tenait pas trop rigueur de leur premier échange plutôt tumultueux, chacune de ses émotions s'afficha sans le moindre complexe sur ses traits.

"Bien, merci. Mieux que certains, j'en ai bien peur."

Elle jeta un coup d'oeil en coin à la pauvre asari en quête d'un lieu calme à l'écart qu'elle parut avoir trouvé. La salutation finale, quoiqu'un peu tardive de Laquarius, lui fit décider de ne plus se soucier de la pauvre pilote déjà rudement éprouvée par la nuit dernière. Elle lui rendit sa poignée de main, plus formelle, et normale aussi, son sourire diminuant un peu alors qu'elle inclinait la tête, consciente qu'elle devait certainement mettre le turien mal à l'aise. Il fallait dire qu'entre la combinaison repérable, le motif de crâne et les pointes, on devait s'attendre à ce qu'elle fasse un peu moins... Fantôme éthéré? Son frère se foutait souvent d'elle en prétendant qu'elle n'avait pas un gueule raccord avec son look. Il avait définitivement raison.

"Allons nous installer nous aussi."

Vu la place, il ne leur fut pas difficile de trouver un emplacement ombragé, proche du sable. Un coin qui, bien loin de gêner la quarienne lui faisait même plaisir. Ici, elle sentirait mieux les courants d'air marin, et elle garderait la pleine vue sur une plage qui commençait à se peupler. Elle aurait d'ailleurs bien jeté un début de coup d'oeil aux nouveaux venus si le bruit sourd du sac d'Alice s'écrasant sur la table n'avait pas plutôt attiré son attention. Surprise, elle regarda la jeune femme fouiller sans gêne aucune dans ses affaires. Miho s'assit en jetant à Laquarius un regard interrogateur, mais compris vite que la réponse ne viendrait pas de lui, surtout quand deux datapads furent sortis. Son regard alla de l'un à l'autre avant qu'Alice de fasse son choix. En relevant les yeux, Miho remarqua qu'elle avait le regard braqué dans le sien. Apparemment, c'était à elle que les accessoire étaient destinés, que ce soit directement ou indirectement. Dès que la rouquine ouvrit la bouche, la quarienne compris aussitôt qu'il ne s'agissait pas de simplement boire des verres dans une bonne ambiance. Il allait falloir parler business. Etrange, elle ne se serait pas attendue à ça, mais se félicita de ne pas avoir passé la nuit à boire, sans quoi son attention aurait été des plus fluctuante, voire inexistante par moment. Son regard ne s'échappa de ceux de la jeune femme qu'un instant, pour aller se poser sur les enfants en pleine amusement aquatique.
Renonçant à l'aspect détente pour le moment, ce qui n'était pas vraiment un problème pour un bourreau de travail comme Miho, la quarienne croisa simplement ses mains sur la table et écouta attentivement ce qu'Alice avec à dire. Du moins jusqu'à-ce qu'elle soit interrompue par un geth venu leur rappeler l'endroit où ils se trouvaient.

"Une sangria, je vous prie. Avec beaucoup de fruits!"

Elle pouvait bien s'offrir un moment de gourmandise après tout. Cet écart passé, Alice repartit de plus belle dans son exposé que, là encore, Miho s'abstint d'interrompre. Son regard se baissa sur le datapad qui lui fut tendu et qu'elle commença à parcourir, sans pour autant cesser d'écouter ce que la jeune femme avait à dire. Miho comprenait sans mal que des sociétés de transport se soient détournées d'un tel projet. A dire vrai, elle sentait déjà venir les appréhensions de ses collègues du conseil d'administration. Pas par négativisme, mais simplement parce qu'elle les partageait. La réputation de Laquarius jouait assurément, mais il n'y avait pas que ça. Un orphelinat tenu par un ex-mercenaire, fricotant avec la pègre, possédant les bonnes relations dans le milieu. Pour n'importe qui d'extérieur, cela ressemblait à une école d'enfants-soldats et futures assassins en puissance. Qui voudrait de mêler de ce genre de trafique? Le regard qu'elle releva sur Alice n'était plus seulement curieux, mais clairement professionnel. Sur le fond, aider des enfants ayant perdus famille et repère, c'était une proposition qui aurait séduit n'importe quelle entreprise soucieuse de son image. Mais pas la SCTI. Eux, dans ce genre de circonstances, n'en auraient rien à foutre de leur image. Ils seraient plus soucieux de fait de ce demander si un tel contrat ne serait pas plutôt une opportunité de retirer définitivement ces orphelins de Razum'Dar afin de leur éviter la potentielle mauvaise influence de criminels en tout genre. Difficile de plaider une cause comme celle-ci.

Le regard analytique et presque calculateur de la quarienne se reporta sur les enfants en pleine séance de séchage. Un bien beau tableau, mais en se repassant l'échange qu'elle avait eu avec Laquarius, le tout premier sur la station, elle ne pu s'empêcher de se demander dans quelle mesure il s'agissait d'une façade. Elle avait entrevu la mentalité d'Alice, adepte du ménage par le vide, qui la considérait comme vieux soldat parce qu'elle ne partageait pas sa vision des dommages collatéraux. Cette même jeune femme qui appelait presque tendrement ces enfants des petits frères et petites soeurs. Des jeunes influençables gardés et partiellement élevés par quelqu'un qui avait un respect de la vie assez discutable. Elle n'avait rien contre Alice, elle ne la détestait pas du tout. C'était une jeune ambitieuse qui irait certainement loin dans ce qu'il lui plairait. Mais même si elle savait assurément prendre soin d'enfants, sa seule mentalité faisait qu'elle n'en voudrait même pas comme baby-sitter pour Yunn. Elle était professionnelle sur la manière d'exposer ce qu'elle voulait, et sur le but même d'un contrat. Sortir des enfants, leur faire découvrir la galaxie, leur ouvrir des portes... Sur le papier, c'était tout simplement impossible de refuser. Mais dans les faits concrets, c'était une toute autre histoire. Razum'Dar avait déjà son dossier dans la base de donnée de la Coopérative, et certains avaient déjà lancé la discussion sur la question du... "On fait quelque chose pour sortir ces gosses de là?". Même si Miho avait clos les débats en précisant qu'ils ne se basaient que sur des spéculations, pour beaucoup, la station était une potentielle fabrique à sociopathes portant le doux masque de l'innocence qu'il fallait protéger. Un peu comme Alice, au final. Mignonne, jolie, à l'attitude inoffensive, mais qui avait pour exemple premier, et limite divinité, un turien qui filait des sueurs froides à pas mal de monde.

Chose étrange jusqu'ici, l'expression de Miho devint parfaitement neutre, signe que dissimuler ses émotions n'était pas un gros problème pour elle. Elle considéra le deuxième datapad. Voilà. Là enfin elle avait une base argumentaire pour plaider en la faveur de cet orphelinat: les enfants étaient concrètement en attente d'une famille. Et pour le cas où certains n'en trouveraient pas, la perspective d'avoir accès à une formation pour se défaire de leur environnement était envisagée. Enfin à supposer, comme ne manqueront certainement pas de le dire les mauvaise langue, qu'une formation via la SCTI n'ait que pour but de les aider à se fondre dans différents milieux en acquérant d'autres compétences pour devenir de meilleurs criminels. Une réflexion bas de front, mais qu'elle était quasiment certaine d'entendre à un moment quelconque de la part de l'un de ses collègues du conseil d'administration.

"Daghemïr, oui..."

Sur ce genre de point aussi, il fallait mettre les choses au clair. Mais elle n'eut pas le temps d'en parler qu'une colonne d'eau vint doucher la rouquine avec une précision enfantine mais néanmoins redoutable. Cassant instantanément son fil de réflexion, Miho afficha une surprise totale, avant de se mettre à rire. La furie rousse se releva fissa, le regard cerné, et l'air furibonde, remettant tout le monde à l'ordre sur l'attitude à avoir. La quarienne se contenta de plaquer une main contre ses lèvres pour contenir son rire, sans se départir de son sourire en regardant Alice partir en trombe droit sur l'ennemi qu'elle s'était choisie. Elle la suivit des yeux quelques instants, mais son amusement parut mourir quand elle se reports sur les deux datapads qu'elle reprit la peine de parcourir. Il lui fallait donner une réponse à Laquarius, certes. Mais elle n'en avait pas pour le moment.

"Je suis désolée, mais je ne pourrais pas répondre à cette proposition de contrat. Le conseil d'administration doit le voir et il sera soumis à vote. Si ça ne concernait que l'Erakis, ce serait plus simple, mais là... Je vais tâcher de plaider votre cause."

C'était la première chose. Et tandis que les commandes de boissons furent livrées, et que les gamins commençaient à régler l'histoire du douchage à coup de ballon prisonnier, Miho alluma son OmniTech et récupéra les données des datapads pour les transmettre au réseau crypté de la SCTI, afin qu'il soit accessible en sujet prioritaire auprès des personnes concernées.

"Je vais être sincère avec vous, et vous donner une info qui ne circule que parmi les membres de la SCTI. A moyen terme, la station Daghemïr est vouée à disparaître et ce qui la remplacera n'offrira peut-être pas un aussi bon lieu de formation, selon les critère de votre apprentie. Déjà parce qu'il s'agira d'une base en déplacement régulier, et aussi parce qu'il est probable, enfin si cela passe auprès de certaines instances, que notre station-base soit délocalisée... Mais genre, vraiment très très délocalisée..."

Evoquer Andromède ne lui parut pas vraiment percutant. Mais elle ne savait pas encore ce qu'ils trouveraient de l'autre côté. S'il s'agissait de situations conflictuelles, elle ne voudrait pas prendre de stagiaires mineurs, pour des raisons évidentes de sécurité. Les membres adultes étaient prêts à risquer leur peau, pas celles d'enfants qui espéraient avoir un avenir plus assuré devant eux.

"Cependant, la perspective de permettre de rejoindre des formations ou des stages n'est pas à écarter. Nous travaillons avec des groupes de tous les milieux, en accord avec nos besoins et compétences. Appuyer un dossier pour accéder à un stage auprès d'une boîte de comptables externes, d'un cabinet d'avocat travaillant avec nous, d'un groupe médical assurant la mise à niveaux des médecins de bord, de chantiers pouvant fournir formations en mécanique ou ingénierie... Il y a autant d'options que de corps de métiers. Et je ne parle pas de nos vaisseaux-membres qui prennent régulièrement stagiaires et apprentis, même jeunes."

Des vaisseaux qui évitaient les zones à trop grand risque, bien sûr. Tout comme l'Erakis veillait à ne pas mettre en danger ceux qui étaient encore en formation à son bord. Sogan au pilotage, bientôt à l'intervention sur terrain, Eheti, Leslav et Vaalo en pleine formation continue sur le combat entre autre... et tous n'avaient pas servit sur des vaisseaux, ils avaient simplement eu une opportunité d'embauche, de formation et de perfectionnement en cours d'emploi. Ce système pourrait s'appliquer à n'importe qui, adultes ou pas, toutes espèces confondues, et indépendamment du passé, pour peu que la personne concernées soit en règle avec les lois conciliennes. Pas de quoi s'inquiéter, elle doutait que les gosses possèdent des casiers judiciaires et quand bien même, ces derniers s'effaceraient à leur âge adulte. Encore de l'argumentaire qu'elle pouvait sortir à une réunion. Miho éteignit les datapads dont elle avait copié le contenu. En l'état, le contrat ne serait très certainement pas accepté. Pas mal de choses allaient être soumis à discussion. Elle laissa son regard passer sur les enfants en pleine bataille acharnée, avant de se reporter sur Laquarius. Son expression songeuse s'estompa quelque peu. Elle détailla le turien quelques secondes, en conservant une certaine neutralité.

"Je ne vais pas vous mentir. Etablir un contrat entre la SCTI et Razum'Dar va être compliqué. Le problème n'est pas vous, mais les enfants. Si l'intégrité d'enfants est en jeu, mes collègues ne se contenteront pas d'un contrat de transport avec possibilité d'encadrement et assurance d'aide à la formation. Ils vont vous en demander plus, des preuves que les enfants sont entre de bonnes mains, des rapports sur leurs états de santé, et certainement aussi un partage d'informations traitants d'autres sujets moins... Enfantins. Il ne s'agit que de suppositions bien entendu, et tout sera soumis à discussion. Je vais déjà tâcher de convaincre le conseil de déjà entrer en matière. Mais pour le moment, je ne peux rien faire de plus."

Seulement une partie d'entre eux faisaient la fête en ce moment-là. Suadela devait certainement abuser de Fyn, Vegtam était probablement en train de se mêler à la foule de Nady'Zah, Eliade devait certainement être en train de se faire un max de crédit en organisant un tour pour personnes riches dans les environs de Rannoch en raison de la fête... Bref, la conversation finale n'était pas pour tout de suite. Elle posa les datapads l'un sur l'autre et les déplaça sur la table de manière à les éloigné du côté plage, au cas où un ballon se perdrait de leur côté.

Au lieu des datapads, elle tira à elle le grand verre de sa boisson, dans laquelle trônait une petite pique pour attraper les fruits imbibés. Le service était plus que conforme à la demande de Miho, sa commande ressemblant plus à une salade de fruit à la sangria dextro que l'inverse. Et oui, c'était alcoolisé bien entendu. Mais merde, elle aussi avait droit à son jour de repos balnéaire.

"Dans un tout autre sujet, comment s'est passée votre soirée? Vous avez l'air plus reposé que votre pilote. Les enfants ont été sages?"

Ils devaient l'avoir été, à en croire l'énergie qu'ils pouvaient déployer dans leur jeu.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 391
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,873.00 Points

En ligne

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Laquarius Nix » 12 Août 2018, 22:33

Laquarius laissa Miho dérouler son argumentaire, poliment, prenant de petites gorgées de boisson par moment. Finalement, quand la Quarienne se décida à changer de sujet, le Turien avala en catastrophe pour pouvoir reprendre le fil de la parole. Écartant son verre, il battit des mains.

« Avant tout, je voulais vous dire que je comprends parfaitement que vous ayez besoin de temps pour répondre et je tenais à préciser que je n’ai absolument aucun impact sur l’orphelinat. Je peux vous fournir dossiers et autres paperasses mais pour ce qui est de la ligne directrice, il faut que je vous mette en lien avec Mme. Gabiniani. »

Il tenait à justifier son détachement lors du discours de la Quarienne car tout ce qui avait pu être dit ne le concernait que très indirectement. Certes, les enfants relevaient de sa responsabilité mais il avait mis un point d’honneur à ne jamais impacter l’orphelinat. Il n’était d’ailleurs absolument pas au fait de la mise en scène d’Alice.

« Pour ce qui est de la soirée, j’étais de corvée de surveillance et je ne suis pas du genre à boire de l’alcool, certainement pas à outrance en tout cas. D’autant que j’avais un rendez-vous important le lendemain matin. Jaipha.. disons simplement qu’elle s’est faite emporter par l’effervescence du moment. Concernant les enfants, je ne sais pas si sage est le terme approprié, il n’y a pas eu de débordement mais les mettre au lit a été une véritable épreuve. Ils étaient tous excités comme des puces et il a fallu que je mette mon costume d’adulte sévère pour confiner tout le monde dans sa chambre, je passe sur les plusieurs tours de couloir afin d’écouter aux portes. »

Pendant ce temps, du côté du terrain de jeu, la bataille faisait rage. Letus avait réussi à se libérer après une passe en cloche qui avait pris Alice et ses équipiers de hauteur suivie d’un tir dans l’épaule de Traz. La Butarienne avait bien essayé d’esquiver mais son ami avait anticipé le mouvement et ne lui avait laissé aucune chance. Alice avait répliqué dans l’instant en touchant Sals, puis, Letus à nouveau, avait vu son tir passer sous le corps de la rouquine quand cette dernière avait réalisé un saut périlleux arrière pour retomber dans un grand écart avec un large sourire. Il fallait désormais libérer Tarz, à deux contre trois, les probabilités étaient quand même en la défaveur d’Alice et Lens. Heureusement, après le tir raté de Letus, le petit Galarien avait sauté sur la balle, grillant la priorité à Sals.

« Vise très haut, comme eux tout à l’heure. »

Lens hocha la tête avec un regard déterminé. Prenant de l’élan et mettant toute sa force dans le coup, la bonne volonté de l’enfant ne fut pas assez pour tromper la taille de Nancy qui n’eut qu’à tendre les bras pour se saisir de la balle, privant Traz de l’opportunité de son salut. L’Humaine posa la balle au sol et pointa les affaires du groupe.

« Allez, pause boisson. On reprend quand vous aurez tous bu au moins une gourde d’eau. »

Les plus jeunes partirent en courant, tandis que les deux grands s’attardèrent un peu pour jongler avec la balle. Alice, quant à elle, se dirigea vers la table pour récupérer son mojito bien frais et repartit sans s’attarder sur la conversation, buvant déjà de petites goulées en léchant les glaçons au fond du verre.

Laquarius se tourna vers Miho avec un léger sourire.

« Et vous ? Vous n’étiez pas avec votre équipage ? Ou bien ils n’étaient pas en mesure de vous suivre ce matin ? »

Après tout, si Jaipha avait pu se retrouver dans cet état, rien n’empêchait les collègues de la Quarienne d’avoir fini au même stade, voire pire.
Laquarius Nix #FFFFF80
Code couleur PNJ "récurrents"
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 236
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession: Gardien de Razum'Dar
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 418.00 Points

En ligne

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 14 Août 2018, 17:53

Quand Laquarius évoqua la personne responsable de l'orphelinat, la quarienne hocha la tête. C'était bien si elle avait une personne de contact plus spécifique, et surtout ça rassurerait ses collègues qui pourraient s'adresser directement à cette femme pour toute question complémentaire. Voilà qui allait déjà considérablement faciliter la discussion. Mais là encore, il était trop tôt pour une quelconque réponse définitive. Miho baissa la tête, un instant songeuse. Elle aussi allait avoir des questions, pour pouvoir défendre au mieux un future contrat. Cela viendrait en temps et en heure. Pour l'instant, ils étaient tous censé se changer les idées, loin des combats, conflits et autres fusillades. Mine de rien, ça leur changeait de la majorité de leur rencontre.

Elle leva un sourcil, légèrement amusée en imaginant le turien courir après des enfants euphoriques et probablement surexcités par l'ambiance de Rannoch. Ils avaient beau ne pas être en bas âge, résister à la folie de la veille avait dû être particulièrement difficile, surtout pour des jeunes. Mais à voir la tête des gamins en train de jouer, Nany Laqua avait visiblement très bien fait son taff. Elle détailla les enfants en plein combat acharné quelques instants avant d'en revenir au turien qui avait, malgré son boulot, pu se reposer correctement. Il était vrai qu'elle ne l'avait jamais vu boire, en vérité. Un peu comme elle la plupart du temps. Enfin, il fallait dire que son job précédent de pilote titulaire la tenait à l'écart de la boisson. Boire ou voler, il fallait choisir, sous peine de balancer un vaisseau de moyen gabarit contre un bâtiment en phase d'approche d'un spatioport. Un sourire rapide passa sur son visage quand Laquarius évoqua les quelques raisons de son bon sens. Bon sens qui avait finit par échapper à sa pilote et ce n'était peut-être pas plus mal. Même si jouer les gardiens de nuit avait tout de même dû être pénible.

Ce genre de chose lui rappelait les nuits de Yunn sur Rannoch. La guerre avait aussi laissé des traces chez le petit enfant qu'il était alors. Les premiers temps, il faisait ses nuits. Et puis il avait eu sa phase de cauchemars, ces moments où il refusait de dormir, puis la rébellion classique du gamin qui a la conviction que la nuit, il restait tout plein de chose marrantes à faire. A ce moment-là, ils avaient été trois à se relayer pour calmer les insomnies de Yunn, histoire que tous arrive à se reposer un minimum pour bosser chaque jour. Miho se rappelait des cernes qu'ils se partageaient régulièrement entre son frère, sa belle-soeur et elle. Mais ici, Laquarius avait dû assurer avec plusieurs gamins, et ça, ça méritait le respect. Il était probable que sa tête de mercenaire badass avait joué en sa faveur.

Elle suivit son regard, et observa les enfants. C'était fou comme les gosses débordaient d'énergie! Il suffisait de comparer Alice à Jaipha. Même avec les cernes, la rouquine trouvait en elle la hargne nécessaire pour une balle aux prisonniers. Bon, la quantité d'alcool ingurgitée n'avait probablement pas été la même non plus. Pauvre de l'asari. Mais peut-être qu'Alice allait se rattraper un peu aujourd'hui, préférant se désaltérer au mojito qu'à l'eau. Elle la regarda s'éloigner à nouveau, et se reporta sur Laquarius quand il s'adressa à elle, posant une question pleine de bon sens.

"J'ai passé la nuit sur Daghemïr. J'avais un dossier à finaliser. Et puis mon équipage est encore récent, et certains ont de la peine à me considérer comme autre chose que leur capitaine."

Sur le Maefis, ça aurait été différent. Tout le monde aurait été ensemble, et Fyn aurait certainement fini plus mal que tous les autres. Mais là... La quarienne baissa les yeux sur son verre dans lequel elle déplaça des morceaux de fruits du bout de sa petite pique. Un air un peu triste transparu malgré elle. A ce stade, ils n'étaient pas encore totalement une famille. Pour accélérer la cohésion, elle restait en retrait de la plupart des sorties de l'équipage, bien décidée à s'y mêler quand tout le monde sera pleinement en confiance. A ce moment-là il sera plus facile pour elle de se faire voir comme un simple membre d'équipage en plus en dehors du travail. Mais comme pour le contrat avec Razum'Dar, ça n'était pas pour tout de suite.

"Je leur ai pris des chambres ici, à l'Oasis, et à en juger par leur absence du côté de la plage, il me paraît plus évident qu'ils ont dû vraiment très très bien fêter l'événement."

Elle prit un air amusé.

"C'est plus facile de se lâcher quand le boss n'est pas dans les parages."

Ouais, enfin si elle était sortie avec Mun,Vaalo et Kelp, ces trois-là ne se seraient pas retenu face à elle. Sylla, Leslav et Eheti, c'était autre chose. Pour Iaso, Ecs et Mithra... En fait, elle se demandait ce que ça faisait, un geth désinibé. Bien entendu l'alcool était inutile, mais peut-être l'ambiance avait-elle apporté un exemple à suivre que des synthétiques auraient pu adopter. Voir un geth en train de se dandiner debout sur un bar pour suivre le mouvement aurait été juste... Légendaire.

"Et puis moi aussi j'avais des choses à faire ce matin. Retrouver ma famille pour le petit déjeuner, puis vous ici. Si j'avais abusé hier, je ne pourrais pas profiter autant de cette journée."

Il n'y avait qu'à voir l'état de Jaipha, et de pas mal d'autres personnes se partageant les transats encore bien vides. Certains allaient louper de belles choses. Mais bon... Ce n'était pas comme si ils n'avaient pas toute une vie pour rattraper le tir.

"Ça doit vous changer, ce genre de moment. Surveiller des enfants doit presque être reposant pour vous. Enfin... Peut-être que ça dépend des enfants en fait."

Mais une chose était sûre, c'était moins stressant de se dire qu'on ne risquait pas sa peau, et que le travail de surveillance était en plus partagé.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 391
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,873.00 Points

En ligne

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Laquarius Nix » 15 Août 2018, 21:42

La petite mine de Miho à l’évocation de la difficulté de certains membres de son équipage à passer outre les grades transmit une infime dose de chagrin à Laquarius. Au delà de cet élan empathique, il observa également avec une curiosité sans gêne comment la Quarienne exprimait ses sentiments. Sa voix, certes, était un bon marqueur, mais c’était le cas avec le masque également. Il contempla les marques frontales de Miho se déformer quand ses arcades bougèrent et que ses paupières s’affaissèrent légèrement. Il se surprit à tomber en admiration devant les lèvres de la pilote. Elles bougeaient beaucoup plus que celles d’Élisabeth ou Alice, comme si elles exprimaient plus de chose. Pourtant le rendu global était similaire. En se concentrant un peu dessus, recoupant son ouïe, sa vue et ses souvenirs, Laquarius eut le sentiment que la voix des Humaines compensait ce manque d’expression buccale. Une différence très probablement due aux langues employées, telle fut sa conclusion en tout cas.

Les pieds sur le sable chaud, Alice manqua de s’étouffer avec son mojito quand elle vit les enfants encercler Nancy, celle-ci tenant une gourde à la main, et commencer à entonner un « Bois, bois, bois ». La serveuse de Razum’Dar, habituée à ce genre de situation pendant son service, ne se décontenança pas et appela, sans succès, au calme. La scène ne dura pas plus de vingt secondes. Une furie orangée qui se relevait à peine d’avoir posé son verre dans le sable fonça vers le groupe et attrapa les deux plus grands fermement, persuadée qu’ils étaient les instigateurs. Elle amena leurs visages proches du sien alors qu’un silence venait de s’abattre parmi les enfants. Alice affichait un visage neutre et parla d’une voix douce, malgré la poigne de fer qui maintenait les deux adolescents.

« Vous me faites ça encore une fois et non seulement vous rentrez à l’hôtel mais Julia sera aussi prévenue. »

Le mot magique en cinq lettres avait été prononcé, assez faiblement pour que tous ceux qui profitaient de la plage n’aient pas à assister à la menace, mais assez fort pour que tous les mômes l’entendent et se tiennent à carreau pour la journée. Elle relâcha les jeunes et s’en alla récupérer son verre. Ils ne répliquèrent pas. Après tout, ils savaient qu’ils étaient en tord et se faire réprimander ainsi n’était rien par rapport à ce qui les attendait s’ils dénonçaient un autre ou utilisaient le fameux « Mais j’ai rien fait. ».

Laquarius haussa une arcade quand Miho évoqua le fait d’avoir passé la matinée avec sa famille. Ça lui rappelait un vieux souvenir d’un repas où la Quarienne lui avait parlé d’un neveu, ou d’une nièce, il ne savait plus très bien mais il devait certainement s’agir de cette famille. Il trouva cela attendrissant, puis, en y réfléchissant un peu, réalisa qu’il avait aussi pris son petit déjeuner avec Alice. Au fond elle représentait un peu sa famille aussi maintenant, il espérait juste que la relation que Miho entretenait avec la sienne était moins.. conflictuelle. En pensant à Alice, il balaya la plage du regard, s’assurant que personne n’appuyait trop du regard sur la jeune femme.

La remarque de la Quarienne le fit sourire, il allait répondre instinctivement puis se répéta la phrase dans sa tête une deuxième fois. Les coins de ses lèvres retombèrent en même temps qu’il lâcha, abruptement :

« Non.. »

Il chercha ses mots un instant, histoire d’argumenter quand même un peu, et trouva cela relativement difficile.

« Ça me change, pour sûr, mais ça n’est pas reposant. J’ai passé ma vie à mettre ma vie en jeu. C’est triste à dire mais je m’y suis habitué et je me suis fait à l’idée, il y a un moment déjà, qu’un jour je ne m’en sortirai pas. Pour les enfants.. Si quelque chose devait leur arriver, je retomberais dans mes anciens travers. »

Le regard du Turien reparti en direction de la plage et s’arrêta sur Alice. Si quelqu’un osait s’en prendre à elle, Laquarius ne savait pas ce qui pourrait le stopper, mais certainement pas la raison en tout cas. Il fit à nouveau face à Miho avec un visage plus enjoué.

« Mais je sais que je peux compter sur Alice ou Julia pour encadrer le tout. Même la serveuse de la station met la main à la pâte quand on lui demande. »

Il pointa vaguement Nancy en disant cela. Ce qu’il y avait de sûr, c’est qu’il n’avait pas compté sur Jaipha et avait bien fait. Il n’en voulait pas à la pilote de s’en être donné à coeur joie hier, elle méritait une pause.

« Vous savez, ce que vous avez dit tout à l’heure à propos de se lâcher plus facilement quand le boss n’est pas là. Je ne sais pas si je suis vraiment en position pour en parler mais quand je vois Jaipha, je me demande si vous ne vous mettez pas inutilement des barrières. Certes, je ne fais que de lui faire des virements et sur le plan professionnel nous sommes au même niveau, mais j’ai l’impression que c’est ce à quoi vous aspirez. À mon sens, vous risquez de créer un groupe dont vous ne ferez pas partie et il se sera toujours dur pour ceux qui n’ont pas l’habitude de vous de se lâcher. D’autant qu’en tant que boss, vous devez montrer l’exemple, non ? »

Il rigola doucement en disant cela. C’était relativement ironique quand on voyait la différence d’état entre Jaipha et lui, mais en tout cas l’Asari n’avait pas ce soucis de se retenir devant lui. Il sourit en repensant au moment où il avait passé son bras sous l’épaule de la pilote pour la soutenir sur le trajet de l’hôtel.

« Tu touches ma poitrine et je porte plainte pour harcèlement.. et je te stase les organes aussi. »

Un plaisir de rendre service, mais il n’y avait guère prêté attention, plus occupé à voir comment Alice et Nancy s’en sortaient, donnant un coup de main au besoin.
Laquarius Nix #FFFFF80
Code couleur PNJ "récurrents"
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 236
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession: Gardien de Razum'Dar
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 418.00 Points

En ligne

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 18 Août 2018, 19:14

Pendant quelques instants, Laquarius lui parut songeur. A moins qu'il ne pesait sa manière de répondre? L'étrange impression d'être observée la traversa, avant qu'elle ne se rappelle qu'au final, c'était exactement pour ça qu'elle ne portait plus son casque. Il fallait certainement réapprendre à la connaître d'une certaine manière. Et puis, cette sensation peu agréable il fallait bien le reconnaître, disparu bien vite quand les voix combinées des enfants s'étaient mis à scander en coeur le genre de verbe qui s'employait plutôt dan un bar. Surprise, elle détourna les yeux vers la nounou officielle, complètement cernée. Heureusement qu'il n'y avait que de l'eau dans la gourde. Mais il n'empêchait que les gamins prenaient de l'avance pour ce qui était des mauvaises habitudes de beuveries, alors que l'alcool ne faisait même pas parti de leur existence autrement que comme une très rare exception dépendante de leurs âges respectifs. Pourtant, voir la pauvre humaine ainsi cernée et ses tentatives infructueuses de ramener le calme fit apparaître un étrange sourire de compassion sur les lèvres de la quarienne. Une compassion qui se mua rapidement en amusement teinté d'admiration face à l'intervention radicalement efficace, et tout en douceur en plus, d'Alice. Elle savait parler aux jeunes ados et connaissait leurs points faibles. Normal, elle n'était pas beaucoup plus âgée que certains d'entre eux, ce qui la plaçait mieux que Nancy pour ce qui était de trouver les bons termes, même si Miho n'en entendit pas tous les détails.

Quand elle se reporta sur le turien à nouveau, il paraissait hésiter à ce qu'il comptait répondre. Son expression lui parut presque se décomposer alors qu'il répondait par la négative. Les enfants étaient à ce point monstrueux? Elle afficha un air étonné mais n'eut pas besoin d'en demander d'avantage. Elle remarqua sans peine qu'il cherchait simplement comment compléter sa réponse pour se montrer plus clair, alors à la place, Miho piqua dans un fruit qu'elle glissa dans sa bouche, profitant du parfum sucré à l'arrière-goût traîtreusement alcoolisé.
Pour la première partie de la réponse, ce n'était pas la pilote qui irait dire l'inverse. Risquer sa peau faisait partie du boulot et la perspective de mourir était un fait accepté qui rendait le quotidien extrêmement facile une fois que le concept était pleinement intégré.
Après une gorgée de plus de sa sangria, elle observa longuement Laquarius. Perdre un des gosses le ferait sombrer à nouveau... C'était logique. Il était responsable de leurs existences à présent. Mais cela signifiait-il que depuis qu'il veillait sur l'orphelinat, il avait changé ses méthodes? Celles-là même pour lesquels il n'avait eu aucun regret? Elle ne voulait pas entrer dans ce genre de débat, et surtout pas maintenant de toute manière. Mais cela posait inévitablement une question: qu'adviendrait-il du turien si, pour une quelconque obscure raison un des enfants venait à perdre la vie? Elle ne pouvait se l'imaginer. Perdre des êtres chers était une chose, y réagir était une autre. Pour ça, et de ce qu'elle avait pu comparer, elle était à des années-lumières de pouvoir réellement comprendre Laquarius. Ou alors peut-être simplement que l'absence d'un coupable définit à traquer lui avait rendu les choses plus faciles jusque-là. Si un jour quelqu'un venait s'en prendre à sa famille, une personne réelle, un assassin, existait-il une chance qu'elle puisse sombrer elle aussi? Mieux valait ne pas y penser.

Elle ne suivit pas son regard quand il se reporta sur la plage. Bien loin de connaître les activités concrètes de la rouquine, même si elle pouvait fortement les soupçonner vu l'engouement que la jeune femme portait à son exemple et mentor, elle n'envisageait pas qu'Alice puisse être une cause de basculement. Mais que pouvait-elle réellement en savoir? En tout cas les gamins étaient bien calmés par l'humaine, pour le plus grand plaisir de la brunette. Le fait que toutes ces dames se montrent prêtes à aider avait une raison majeure des plus évidentes.

"C'est parce que ce sont des enfants."

Instinct maternel? Non. C'était une réaction naturelle qui ne touchait clairement pas que les femmes. Il n'y avait qu'à voir l'attitude de Laquarius quand un gamin entrait dans la donnée d'un problème. Les mômes étaient faits ainsi, pour soliciter empathie et désir de protection. Certains n'étaient pas assez empathiques pour l'éprouver, d'autres faisaient le choix de s'en foutre, mais à moins d'avoir un sérieux problème neurologique, cet effet existait. Un outil biologique de survie nécessaire et commun à presque toutes les espèces. Miho y était facilement soumise elle aussi. Peut-être un peu trop, d'ailleurs.

Entendre le turien en revenir à son équipage la surprit. Leurs situations étaient quelque peu différentes, en effet. De là à se mettre des barrières... C'était vraiment ce qu'elle faisait? Miho écouta pourtant avec attention. Le souvenir du SS Margery lui revint en tête. Le groupe n'était pas soudé quand elle l'avait rejoint. Pire, les disputes et prises de tête inutiles étaient même courantes et avait provoqué des départs et des embauches à l'arrache - sans quoi elle ne se serait jamais retrouvée à bord d'ailleurs. C'était elle, qui avait peu à peu créé une cohésion. Elle avait donné l'élan, et observé chaque collègue de manière à savoir comment s'y prendre, et comment permettre à deux personnes radicalement opposées de finir par s'entendre comme des amis de longue date. Puis sur l'Akeron, son escadron comptait parmi les plus soudés. Puis quand elle avait débarqué sur le Maefis, en provoquant le départ du précédent pilote, en pleine situation de crise et malgré des deuils en série, la magie avait aussi opéré. Même quand après la guerre, une partie des quariens étaient restés sur Rannoch, remplacés à bord par des geths. Seulement, dans chacun de ces cas, elle n'était pas le boss. Sur le SS Margery, elle n'était que pilote de navette, mécano à ses heures, pilote en formation. Dans l'escadron, elle était numéro deux, statut rapidement acquis à l'identique sur le Maefis. C'était plus simple de créer une cohésion au sein d'un groupe dont on avait pas la pleine responsabilité. A présent, beaucoup de choses avaient changés, et être son propre patron avait été une étape qu'elle n'aurait jamais franchit si elle n'y avait pas été brutalement poussée. A son poste, elle avançait à l'aveugle, et essayait de faire un bon capitaine, en oubliant trop souvent d'être surtout une bonne collègue. Elle misait sur Mun, et surtout Vaalo pour prendre ce genre de relai et faire ce qu'elle faisait autrefois, et ils y arrivaient bien! Sylla devenait moins protocolaire sous l'influence de Mun qui veillait aussi à ce que Leslav puisse obtenir tout le soutient qu'il estimait nécessaire pour passer certains ramparts culturels. Vaalo avait très rapidement permis à Sogan, Kelp, Eheti et Mithra de développer une excellente complicité. Ces deux groupes s'étaient naturellement unis au cours des différentes sorties, sous le regard curieux d'Ecs, et celui un brin trop paternel de Iaso. Seule elle manquait encore vraiment à l'appel. Laquarius disait vrai, le groupe se créait sans elle.

"Vous avez raison. Je vais tâcher de rectifier le tir, mais... L'exemple aura ses limites."

Elle eut un léger rire en s'imaginant descendre une bouteille d'alcool pour lancer une soirée. Cette image n'existera jamais! Pour le reste... Elle s'entendait bien avec tout le monde, mais la complicité restait encore limitée. Peut-être devrait-elle commencer à faire ça ici, à l'Oasis. Son équipage et elle y restait encore demain, ça lui laisserait de la marge. D'ailleurs en y pensant, son regard fut légèrement attiré par une silhouette sortant du bâtiment et arrivant sur la terrasse, derrière Laquarius. Elle tendit la tête, puis se tassa légèrement pour ne pas être immédiatement repérée et pouvoir observer un peu. Un quarien avançait de quelques pas. Passé le mètre quatre-vingt, taillé comme une armoire à glace selon les critères de l'espèce, il aurait certainement été très impressionnant s'il ne se tenait pas de manière voûtée, dans une attitude au bord de l'effondrement par épuisement. La peau tirant sur un violacé léger, il se frotta le crâne, agitant ses cheveux bruns qui lui retombèrent sur le front, leur pointe effleurant le haut d'une paire de lunettes de soleil grande taille qui pourtant n'arrivaient pas à dissimuler entièrement ses cernes. La pilote garda le silence, quand il traversa la terrasse, passant à côté du binôme sans même le calculer tellement il n'avait pas les yeux en face des trous, pour aller rejoindre plus bas vers la plage les différents transats. Il passa à côté de l'un deux, occupé par un quariens aux cheveu bleus et, sans même retirer son t-shirt ni ses tongs, il se laissa tomber plus qu'il ne se coucha sur une chaise longue à l'ombre, paraissant sombrer presqu'instantanément dans un sommeil plus proche d'un coma que d'un réel repos. Après l'avoir suivit des yeux un moment, Miho eut un petit gloussement en se reportant sur Laquarius.

"Et il serait aussi mieux d'attendre que Mun ait repris des forces."

Son second avait clairement abusé de la soirée, et probablement plus que Jaipha. A moins que Mun ne tienne simplement très mal l'alcool, ce qui était aussi une possibilité.

"Comment ça se passe avec vos collègues? Vous avez l'air de bien travailler ensemble, mais... Vous vous êtes connus dans le cadre de contrats commun? Ou vous leur avez proposé de travailler avec vous? Comment tout le monde en est venu là?"

Bon, c'était une question pro, mais elle ne voulait pas poser de question sur leurs jobs exact, surtout pas avec les gamins à proximité. En revanche, elle se demandait comment des gens plus aptes à bosser en solo pouvaient se retrouver à faire parti d'un groupe et oeuvrer en équipe avec autant de facilité.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 391
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,873.00 Points

En ligne

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Laquarius Nix » 20 Août 2018, 14:12

En entendant Miho abonder dans son sens, Laquarius la rejoint dans son amusement. Il essaya de s’imaginer la pilote en train de s’enfiler une bouteille d’alcool, histoire d’annoncer les hostilités dans une soirée avec l’équipage de l’Erakis. Bizarrement, il ne voyait pas cela arriver, dans aucune réalité parallèle que ce soit. Quand il vit sa compagne de table se tortiller et suivre du regard quelque chose derrière lui, Laquarius eut un réflexe quasi-professionnel et attrapa son verre pour dissimuler son visage. Il observa à travers la glace et put voir passer un Quarien visiblement touché par la soirée. Quand l’individu fut de dos, l’ex-mercenaire reposa sa boisson et le détailla un peu plus. La dégaine du bonhomme lui rappelait un vague souvenir et, quand il se jeta sur son transat, Laquarius percuta enfin. Il pointa le nouvel arrivant du doigt avec un sourire pour rebondir sur ce que Miho venait de dire :

« Mun ? »

C’était une question relativement rhétorique et le Turien eut juste le temps de se camoufler en train de pouffer dans une toux imaginaire. Il se souvenait bien d’où il avait vu ce personnage. Hier soir, Jaipha et lui s’étaient lancés dans un concours d’alcool. Postés à une table, les deux joueurs avaient enchaîné un, deux, trois, jusqu’à six shooters avant de se désintéresser de l’enjeu, trop entamés par la boisson qu’ils étaient. Pour cause, Jaipha, en reposant son sixième verre, avait mal jaugé sa force et l’avait éclaté sur la table. Constatant la léger halo bleuté qui apparaissait autour du poing de la pilote, Laquarius avait décidé d’intervenir, redirigeant l’attention de l’Asari vers la table qu’il occupait avec Nancy à ce moment. En y repensant, c’était probablement vers ces environs que les enfants avaient dû entendre leur slogan. Malgré l’espace réservé aux personnes en bas âge, ils n’avaient pas pu rater les cris de guerre scandés un peu fort par les personnes éméchées.

Du côté des enfants, justement, les hostilités avaient repris mais les deux adolescents faisaient un peu la tête après la secoué qu’ils s’étaient pris. Tant pis, Alice savait pertinemment que ça leur passerait. Ils étaient vexés pour le moment mais bon au fond elle s’en foutait pas mal, la prochaine fois ils réfléchiront avant. La balle était à Nancy, puisqu’elle était en sa possession à la pause. La serveuse tenta bien de feinter la rouquine en tirant sur elle malgré son regard braqué sur Lens, mais il en fallait plus pour tromper ses réflexes. Un clin d’oeil provocateur plus tard, c’était Lens qui avait la balle en mains. La stratégie restait la même : utiliser un lobe pour libérer Traz. Le petit Galarien arma son bras, mais l’issu semblait inévitable, Nancy, du haut de son mètre quatre-vingt-dix, paraissait être un mur infranchissable. Seulement, quand Alice attrapa l’enfant sous les aisselles pour le lancer au dessus de sa tête, la donne avait nettement changé. Le gosse exécuta son lancé et retomba en riant dans les bras de son encadrante qui affichait un grand sourire. La balle s’éleva en hauteur, c’était même trop haut pour Nancy. Traz ne put d’ailleurs pas la réceptionner convenablement à cause de la lumière du ciel qui l’aveuglait, elle plongea plutôt au sol pour recouvrir l’objet tant convoité de son corps.

Sur la terrasse pendant ce temps, Laquarius affichait un air dubitatif. Il ne s’attendait pas à ce genre de question, d’autant qu’il se doutait que la réponse ne serait pas nécessairement la bienvenue. Une arcade haussée, le Turien leva les épaules :

« L’ambiance est.. professionnelle. Nous ne sommes pas là pour être amis au fond, mais comme tout le monde a un droit de regard sur tout ce qui est entreprit nous sommes nécessairement fréquemment amené à nous réunir. Bien sûr, des affinités se tissent mais ils y en avaient aussi en amont. »

Il pensait notamment à Luyon et Reno ou le couple Park, au sein de ces duos, il y avait plusieurs années que les partenaires se côtoyaient. Le problème quand autant de personnes sont inclues dans les prises de décisions ce sont les possibles tensions amenées par des différences culturelles. Heureusement, il pouvait compter sur Julia, tout le monde la respectait et elle seule servait souvent de garde-fou à tout conflit. Jaipha était appréciée de tous, elle qui servait parfois de dernier recours dans les situations dangereuses pouvait difficilement être mal vue.

« Vous n’avez vu qu’une fraction de l’ensemble. En l’occurrence, les personnes habituées au travail de groupe et aux conflits type guérilla. Gyzarus et Reno sont grosso modo d’anciens militaires et Luyon a passé déjà beaucoup de temps avec son ami, il est donc naturel pour eux de faire équipe. Pour le reste, c’est souvent des missions en solitaire avec les deux Drells en soutien. »

C’était toujours ça d’ailleurs, sauf dans le cas des Park qui bossaient ensemble exclusivement.

« Pour ce qui est de la façon dont ils ont été recruté, je ne sais pas si cela va vous faire plaisir compte tenu de notre précédent sujet de conversation mais je suppose qu’il s’agit là de la.. transparence, n’est-ce pas ? J’ai d’abord été mis en contact avec Julia Gabiniani, l’actuelle gouvernante de l’orphelinat, cette femme a un don quand il s’agit de repérer des talents ou des potentiels. C’est donc elle qui s’occupe de recruter nos nouveaux membres, elle ne participe pas aux missions. Parfois nous allons chercher des gens, parfois ils viennent plus ou moins à nous. Dans tous les cas, Julia a toujours le dernier mot, même si chacun peut apporter son opinion. »

Il eu une pensée pour Lyn. La voleuse les avait rejoints après s’être faite prendre à fouiner dans les bureaux de Razum’Dar. Gyzarus avait d’abord voulu lui couper les index pour qu’elle ne s’y reprenne plus, mais Julia lui avait finalement fait changer d’avis et il l’avait plutôt engagée pour palier aux failles de sécurité de la station, la britannique avait dans le même temps intégré Le Comité.

« Au final, je suis entouré d’un collectif qui tourne bien et qui rempli mes attentes. Nous avons chacun nos vies à côté et nous veillons à ce que cela n’interfère pas avec nos actions et vice-versa. C’est certainement moins contraignant que de gérer une société soumise à des règles gouvernementales, en ça je vous plains. »

Laquarius ponctua sa phrase en vidant le dernier trait de son verre. Les lois et les normes, lui il s’en carrait pas mal, les limites d’heures, les impôts, les demandes administratives, une belle brochette d’embarras qui passait bien loin au dessus de la tête du Turien.

Plus loin sur la plage, une silhouette claire se mouvait avec une élégance à peine cachée. Un long cardigan de plage en dentelle blanche laissait deviner un maillot de bain une pièce blanc également ouvert sur les flancs dont le haut et le bas était relier par une boucle juste au dessus du nombril. Le visage de l’humaine était caché par des grosses lunettes de soleil et un grand chapeau, il y avait un peu d’Alice en elle, ou plutôt, il y a beaucoup d’elle en Alice. Elle s’avança, pieds nus, jusqu’à un couple lesbien humano-quarien. Se postant à côté de la femme, elle pointa le sable près d’elle et demanda d’une voix de cristal :

« La place est libre ? »

Sans même avoir reçu de réponse, elle avait tiré un paréo clair de son sac et l’avait étendu à l’endroit qu’elle avait indiqué. S’asseyant d’abord, elle laissa son corps s’étendre en s’appuyant sur ses coudes. Ses longues jambes, trop pâles pour supporter un telle météo luisaient de ce qu’on pouvait deviner comme étant de la crème solaire, se séparèrent : la droite s’allongeant tandis que la gauche restait dressée, pliée au niveau du genoux. La jeune femme tourna enfin son visage vers sa nouvelle voisine avec un petit sourire dévoilant une fossette sur sa joue gauche.

« Vous devez être Mme. Archer et vous Mme. Sherza. Enchantée de faire votre connaissance, je suis Élisabeth. »

Une léger accent français accompagnait la plupart des mots prononcés par l’humaine, trahissant ses origines. Un détail qui passait inaperçu auprès des extra-terrestres, mais elle ne doutait pas que sa voisine s’en rendrait compte, enfin ça ne restait qu’un détail insignifiant néanmoins. Une fois les présentation échangée, elle tourna son visage de nouveau en direction de l’étendue maritime.
Laquarius Nix #FFFFF80
Code couleur PNJ "récurrents"
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 236
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession: Gardien de Razum'Dar
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 418.00 Points

Re: Event Spécial Vacances - Bas Les Masques! Haut Le Doliprane!

Message par Nissara T'sironia » 20 Août 2018, 18:43

Tout avait été minutieusement calculé, la spectre s’était autorisé un soupire de soulagement en faisant craquer sa nuque dans le fauteuil de sa prison. Prenant une gorgée de café, Neil avait eu cette mauvaise influence sur elle, elle jeta un coup d’œil lointain au planning sous ses yeux. Cela n’avait pas était sans mal, mais elle avait réussis à placer tout les Quariens de son équipage en vacances pour profiter de la nuit des masques. Elle ne se voyait pas priver un membre de cette espèce d’un tel évènement et avait du se casser la tête pour ajuster le planning du vaisseau pour que tout tombe bien, même si cela impliquait pour elle des heures supplémentaires et, sûrement, de ne pas voir le bout de cette fête. C’était cependant sans compter les manigances de sa propre petite équipe qui s’était arrangé pour contacter un allier mystère pendant ce temps …

Sortant en trombe de la navette Nissara inspira largement en voyant le ciel de rannoch, entouré de sa petite équipe. Elle n’avait pas put profiter de la nuit des masque, mais venir pile le lendemain serait sûrement tout à fait profitable et l’asari savourait ce moment qu’on lui avait aménagé. Elle avait cependant profiter de quelques astuces pour obtenir une information capital à ses yeux et espérait bien en profiter en allant taper à la porte d’une chambre ce soir. Pour le moment les asari venaient prendre place dans leur chambre au petit matin et la fine équipe se préparait pour une journée plage à l’Oasis ! Le centre balnéaire n’était pas sans rappeler quelques idées, et elle se demandé si Layla archer n’était pas responsable du lieux. Elle y pensa maintenant mais n’avait pas vérifié la société propriétaire de l’hôtel mais ne s’en étonnerais pas. La petite équipe se changea rapidement et toutes se retrouvèrent en maillot et paré-haut avec serviette sur le coté pour profiter de cette journée.

Traversant le hall une large porte à double batant laissait entrevoir la salle de restaurant ou se déroulait les petits déjeuné de chacun. Jetant un coup d’oeil Nissara de figeant si brusquement que kalita lui rentra dedans.

« Héla … t’a vue quoi ? »

« Heuu .. rien ! Allez y je prend un truc à grignoter je me rend compte que j’ai les crocs ! »

« Mais on à mangé .. »

« Je reviens ! »

Coupa l’asari en se dirigeant vers les buffet avant de jeter un coup d’œil ou deux pour voir son équipe partir. Une fois cela fait, la spectre se dirige avec un sourire malveillant sur le visage vers le dos d’une personnes. Souple tel une panthère elle posa une main sur l’épaule du dit personnage pour qu’il se retourne et l’embrassa avec tendresse.

« Coucou toi ... »

Roucoula Nissara en fixant d’un regard un brin demoiselle Neil qui ne devait surement pas s’attendre à la trouver la. Pour une fois, elle avait mit complètement de coté le reste de la tablé, c’est tout juste si elle avait évité la projection holographique sur l'épaule de l'avocat.
Avatar de l’utilisateur
Nissara T'sironia
Foudre bleu

Foudre bleu
 
Message(s) : 335
Inscription : 10 Mars 2015, 12:30

Âge: 435
Profession: Spectre
Classe: Biotique et Martiale
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 325.00 Points

Suivant

Retour vers Voile de Persée



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)