Toute une histoire

*

Modérateurs : Administration, MJ

Toute une histoire

Message par Gwennaggan Gwionvarc'h » 09 Juillet 2018, 07:44

• Date du RP : 30 mai 2192
• Lieu du RP : Citadelle ~ Nébuleuse du Serpent
• Type de RP : Fermé
• Nombres de personnes requises : 0 - RP solo
Image

9 juillet 2192

Gwenn fixait le plafond depuis une bonne vingtaine de minutes déjà, tâchant de trouver le courage de se lever pour affronter cette journée. Ce soir, elle ne serait peut-être plus ici, dans cet appartement. Elle ne s’occuperait peut-être plus de gérer le pub du rez-de-chaussée. Elle devrait peut-être expliquer à Arithon pourquoi ils étaient contraints de déménager. Mais surtout, elle savait que ce trou grandissant dans sa poitrine serait plus imposant que jamais. Pourtant, elle savait que c’était la meilleure chose à faire. Pour tout le monde.

Cela faisait plusieurs semaines qu’elle était rentrée de vacances. Des vacances magiques et inoubliables. Les premières depuis bien longtemps. Les premières sur une autre planète que la Terre. Les premières avec Archer. L’exploratrice lui avait plu, instantanément, lorsqu’elle l’avait vu à Inverness. Mais, à ce moment-là, Gwenn était loin de s’imaginer que leur relation prendrait autant d’importance à ses yeux. L’irlandaise était plutôt du genre à enchaîner les aventures sans lendemain mais cela avait été différent avec la brune. Pourquoi ? Honnêtement, la jeune femme n’en savait rien. Quelque chose l’avait poussé à lui faire confiance, à lui raconter son histoire. Et Archer l’avait cru et, plus important encore, l’avait aidé à se sortir du désastre sans espoir qu’était devenu sa vie.

Depuis, Gwenn avait retrouvé son frère, à peu près. Leur relation, bien que toujours tendue, était aujourd’hui beaucoup moins tumultueuse qu’il y avait quelques mois. La jeune femme avait maintenant un travail, un lieu où vivre dans lequel elle ne se sentait pas menacée, et des collègues qui, petit à petit, devenaient des amis. Et puis, il y avait Archer. Penser à son nom suffisait à faire sourire l’irlandaise mais, il n’y avait que dans les contes que tout finissaient toujours pour le mieux.

La vérité, c’était que l’exploratrice avait déjà une vie bien remplie. Et pas seulement par ses voyages. Bien que l’absence de la jeune femme ne réjouissait pas Gwenn, ce n’était pas non plus ce qu’elle redouter le plus. Bien souvent, les deux amantes communiquaient via leur omnitech et elles se voyaient dès que la brune revenait s’amarrer à la Citadelle. Non, ce qui creusait, doucement, ce fameux trou dans la poitrine de l’irlandaise, c’était la façon dont la capitaine de vaisseau occupait son temps durant ses absences.

Tout avait pourtant été clairement établi au départ. Gwenn avait toujours su pour les liens aussi étranges que puissants qui unissaient l’équipage du Discovery et, au départ, elle s’en fichait. Mais plus le temps passait et plus cela lui devenait difficile, jusqu’à lui être totalement insupportable. Après ces deux semaines de vacances sur la planète Asari, l’irlandaise n’avait plus eu d’autre choix que d’admettre la vérité. Elle était stupidement tombée amoureuse d’Archer. Et l’exploratrice ne l’aimerait jamais en retour. Pas de la façon qu’elle attendait.

Ce constat avait été accablant pour la jeune femme rousse qui fixait toujours le plafond de sa chambre. Aujourd’hui, le Discovery accosterait à l’astroport de la Citadelle. Aujourd’hui, Archer et Gwenn avaient prévue de se retrouver dans le coin de verdure du Présidium qu’elles avaient fait leur coin à elles. Aujourd’hui, Gwenn mettrait un terme à leur histoire. Avant que cela ne prenne des proportions ingérables. Avant qu’elle ne fasse et dise des choses qu’elle regretterait aussitôt. Avant qu’elle ne soit complètement perdue et irrécupérable.

C’était la bonne chose à faire. Gwenn le savait.

Mais c’était si difficile, … 

En prenant une grande inspiration, l’irlandaise se redressa sur son lit, essuya ses joues devenues humides sans qu’elle s’en aperçoive et alla se préparer dans un silence effrayant.
Dernière édition par Gwennaggan Gwionvarc'h le 09 Juillet 2018, 17:37, édité 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
Gwennaggan Gwionvarc'h
Appelle-moi Gwenn, …

Appelle-moi Gwenn, …
 
Message(s) : 142
Inscription : 25 Septembre 2016, 20:45

Âge: 25
Profession: Serveuse
Classe: Humaine
Points d'Héroïsme: 2

Points MEL: 59.00 Points

Toute une histoire

Message par Gwennaggan Gwionvarc'h » 09 Juillet 2018, 08:22

Image

9-10 juillet 2192

Elle ne l’avait pas renvoyée. Ni même mise à la porte de l’appartement. Gwenn pouvait rester aussi longtemps qu’elle ne voulait et Archer ne voulait personne d’autre pour gérer le Daoine Beag. L’irlandaise aurait été bien en peine de dire combien cela l’avait soulagée. Ainsi, elle pourrait continuer à rembourser sa dette envers l’exploratrice tout en assurant un minimum de confort de vie à Arithon et continuerait de s’occuper du pub dans lequel elle avait vie toute son âme. Mais, lorsqu’elle était rentrée, la jeune femme s’était rendu compte qu’aussi pratique que cela puisse être, ce serait également une difficulté supplémentaire pour elle. Elle avait vécu tellement de moments inoubliables avec la brune dans ce pub et cet appartement que passer à autre chose s’avèrerait oh combien difficile. Mais avait-elle le choix ?

Ce soir là, alors qu’Archer devait être de retour sur son vaisseau, probablement déjà repartie, assurément dans les bras d’une autre, Gwenn ne se sentit pas la force d’affronter son frère ni même l’esprit suffisamment clair pour assurer un service au pub. Alors, sans réfléchir, elle se mit à marcher dans les rues de la Citadelle, sans but, tentant de fixer son regard sur le paysage, les gens, les couleurs, … Rien ne parvint à suffisamment fixer son attention et l’image d’Archer se superposait en permanence à son champ de vision.

Ce ne fut que lorsque la musique assourdie lui parvint qu’elle décida de pousser les portes du Purgatory et la rouquine se fraya un passage jusqu’au comptoir. Elle commanda quelque chose de fort. Il lui fallait se vider la tête et la remplir de broutilles sans intérêt. Aussi, avala-t-elle son verre rapidement avant d’en commander un autre. La jeune femme resta accoudée au comptoir, à observer le monde, le temps de vider de moitié son deuxième verre. Là, elle croisa le regard d’une blonde qui la fixait en souriant. Après un moment à la fixer en retour, hésitant sur la route à suivre, Gwenn finit par vider les dernières gorgées d’alcool d’une traite et s’avança vers la blonde avant de se mettre à danser.

Lorsqu’elle se réveilla, tout était très flou dans l’esprit de la rouquine et sa tête lui faisait un mal de chien. Il lui fallut quelques minutes de tâtonnement douloureux pour retrouver l’intégralité de ses vêtements et les enfiler dans un ordre à peu près cohérent. Elle ne savait pas vraiment où elle se trouvait mais un taxi automatisé la ramena bien vite devant le pub. Elle occupa le trajet à se donner bonne figure. Arithon ne devait pas la voir comme ça. Mais le véhicule s’immobilisa alors que le jeune homme était déjà sorti. Gwenn bénit son cours de physique qui avait fait partir son frère tôt ce matin-là. Il ne restait que quelques jours de classe avant les vacances, ce qui rappela à l’irlandaise qu’elle devrait faire plus attention. Elle ne pouvait pas se permettre ce genre d’écart. Pas maintenant qu’elle devait s’occuper d’Arithon.
Dernière édition par Gwennaggan Gwionvarc'h le 09 Juillet 2018, 17:37, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Gwennaggan Gwionvarc'h
Appelle-moi Gwenn, …

Appelle-moi Gwenn, …
 
Message(s) : 142
Inscription : 25 Septembre 2016, 20:45

Âge: 25
Profession: Serveuse
Classe: Humaine
Points d'Héroïsme: 2

Points MEL: 59.00 Points

Re: Toute une histoire

Message par Gwennaggan Gwionvarc'h » 09 Juillet 2018, 12:49

Par contre, je me suis rendue comte en entrant le RP dans ma liste de sujets que j'en avais déjà un à cette date. Est-ce qu'on peut la modifier stp ?



Image

Paroles de Gwenn : #0080BF
Paroles d'Archer : #FF40FF
Paroles d'Arithon : #8080FF
Image


2 août 2192


Gwenn cligna des yeux une nouvelle fois. Cela lui arrivait bien trop souvent ces derniers temps mais il fallait au moins ça pour assurer la réussite du pub. Si l’établissement ne manquait jamais de client et avait fait forte impression dès son ouverture, la gérante ne voulait pas que le soufflé retombe. La clé de la longévité résidait dans l’innovation. Aussi, s’évertuait-elle, depuis plusieurs semaines, à démarcher et auditionner les groupes venant jouer au Daoine Beag, assurer la livraison de marchandises importante, vérifier le bien être et le bon roulement de son personnel et terminer les dessins et gravures du mobilier. Elle avait découvert que les clients appréciaient de la voir faire dans le pub et avait donc cessé de vouloir remplacer les meubles au fur et à mesure qu’elle les sortait du bar pour les décorer. Dorénavant, elle opérer directement en salle et ne se préoccupait que d’un panneau demandant aux clients de ne pas s’y installer le temps qu’elle termine. Bien souvent, elle en profitait pour discuter avec la clientèle mais le rythme devenait difficile à soutenir. Pourtant, elle se serait arrêté pour rien au monde.

Lorsqu’elle se retrouvait seule, sans occupation, la jeune femme ne pouvait s’empêcher de penser à Archer et finissait bien souvent au Purgatory ou dans un autre club du même genre pour noyer son esprit dans d’autres genre de préoccupations. Elle voyait peu Arithon et faisait toujours bonne figure. Le jeune homme avait fini son année et profitait de l’été pour sortir avec ses amis et profiter des loisirs de la Citadelle. Gwenn lui demandait souvent où il se rendait mais l’adolescent ne lui répondait qu’à contre coeur. Cependant, elle avait pu rencontrer certains de ses copains qui semblaient être suffisamment responsables. Elle pouvait être raisonnablement sereine de ce côté-là, d’autant plus que les jeunes passaient le plus clair de leur temps chez les uns ou chez les autres à jouer à des jeux vidéo en se gavant de sucreries.

Constatant qu’elle n’arrivait même plus à suivre une ligne, Gwenn décida de mettre son chantier en pause pour le moment et remballa son nécessaire de gravure avant de se relever et remettre la table à disposition des clients. Il en fallut pas bien longtemps avant qu’elle ne soit occuper et Nuyxe lui glissa rapidement à l’oreille qu’elle devrait se reposer un peu en passant prendre une commande. L’irlandaise lui sourit légèrement avant d’aller déposer la boîte contenant son matériel dans son bureau. Lorsque des coups se firent entendre contre la porte, pourtant ouverte, Gwenn ne prit pas la peine de se retourner.

« J’ai compris, je vais faire une pause, pas la peine de me harceler ! »

Son ton était plus lassé qu’agressif mais, lorsqu’elle se retourna pour congédier sa collègue, une tute autre silhouette se découpait dans l’encadrement de la porte.

« Archer ? »

« Salut. »

La brune lui fit un sourire qui lui sembla bien fade. Sûrement qu’elle ne savait pas quelle attitude adopter. Gwenn aurait été bien mal avisée de lui en vouloir. Après un moment de latence, elle se secoua intérieurement et se dirigea vers son bureau dont elle ouvrit un tiroir pour en sortir un cahier.

« Tout est à jour. Le pub tourne bien. Plus que bien même. Y a pas de quoi s’en faire pour l’instant. »

Elle tendit le cahier à celle qui était sa patronne et attendit d’éventuels commentaires.

« Je ne m’inquiète pas pour le pub, Gwenn. »

L’irlandaise soupira. Elle n’avait pas la moindre envie d’avoir une conversation privée avec la brune mais fit bonne figure, encore une fois et tâcha d’échanger quelques minutes les banalités d’usages avant qu’Archer ne finisse par repartir, appelée pour l’une ou l’autre de ses compagnes de voyage. Gwenn lui sourit lorsqu’elle repartit mais son sourire se fana aussi la brune trop loin pour la voir. Elle savait bien qu’Archer voulait rester son amie et l’irlandaise était bien trop reconnaissante et, il fallait le reconnaître, conditionnée, pour lui avouer à quel point s’était difficile pour elle de la revoir.

Ce jour-là, Gwenn quitta le pub rapidement et regagna son appartement. Arithon était chez un ami et ne devait rentrer que le lendemain. La jeune femme s’effondra lamentablement sur le canapé, s’autorisant enfin un moment de vulnérabilité. Elle était tellement fatiguée qu’elle n’aurait pas pu s’en empêcher de toute façon. Mais elle ne s’attendait pas à ce que son frère fasse irruption dans l’appartement et la trouve endormie sur le sofa, les yeux rougis et entouré de paquets de mouchoirs vides.

Alors que, d’un geste prévenant, il la recouvrait d’un plaid, Gwenn, sentant du mouvement, se réveilla et resta interdite devant l’adolescent. Son regard parcouru la pièce et elle se sermonna intérieurement. Il n’aurait jamais dû la voir comme ça.

« Est-ce que tu vas te décider à me dire ce qu’il se passe ? »

L’irlandaise soupira et se redressa sur le canapé afin de s’y assoir. Comment parler de ça à son frère? Celui-ci vint s’assoir à côté d’elle et, alors qu’elle allait se lancer, un élément vint la perturber.

« Tu ne devais pas rester chez Mickey jusqu’à demain ? »

« On s’est disputé alors je suis parti. »

Gwenn fronça les sourcils.

« Disputés ? Je pensais pourtant que vous entendiez bien, … »

« Je suis pas copain avec un type qui raconte n’importe quoi sur ma soeur. »

« Sur moi ? Comment ça sur moi ? »

Arithon était visiblement énervé à propos de cette dispute et la jeune femme avait du mal à croire qu’elle en était la cause. D’un autre côté, savoir que son frère prenait sa défense était salvateur.

« Il dit que son frère t’as vu l’autre soir, dans un club, avec une fille. »

Le teint de la rouquine blêmit d’un coup.

*Oh merde !*

« Je lui ai dit qu’il se trompait mais il a continué à dire que t’étais gouine. J’ai préféré partir avant de lui mettre mon poing sur la gueule. Je sais que tu veux pas que je sois violent. »

Gwenn ne savait plus quoi faire. Son frère avait pris sa défense et s’étais brouillé avec son meilleur ami pour, croyait-il, la protéger. Il avait aussi visiblement fait des efforts pour se conformer à ce qu’elle lui demander et ne pas être violent. Chose qui était compliqué après l’endoctrinement du « Père » qu’il avait subi. Mais comment lui dire que Mickey avait raison et qu’il avait agi pour rien ? Etait-il seulement capable d’accepter la situation ? Une question qui la taraudait depuis plus de six mois et la réponse à laquelle elle s’attendait était loin de la satisfaire.

« Ecoute, Ari, … »

« Non laisse tomber. Dis-moi plutôt ce qui te mets dans cet état ? Je vois bien que c’est pas la forme depuis un moment. »

Gwenn inspira profondément.

« Depuis quelque temps, j’étais avec quelqu’un. Quelqu’un que j’aime beaucoup. Mais, … ça n’a pas marché. »

Arithon fronça les sourcils.

« Est-ce qu’il t’a fait du mal ? »

« Non. C’est la faute de personne. Tout a toujours été très clair c’est juste que,  …je ne m’attendais pas à m’attacher autant. C’est moi qui ai rompu. C’était le mieux, … mais, … c’est difficile et, … je l’ai revue aujourd’hui, … »

Contre toute attente, Arithon s’approcha davantage et la prit dans ses bras. Une marque d’affection et de soutien à laquelle la jeune femme ne s’attendait pas et qui brisa le peu de barrière qu’elle avait encore. Elle se serra contre son frère durant quelques minutes avant qu’il ne brise le silence.

« Est-ce que je le connais ? »

Devait-elle lui mentir et risquer de briser ce lien qui commençait à s’établir entre eux ou lui dire la vérité au risque de le voir s’éloigner de nouveau ?

« Il s’agit d’Archer, … »

La jeune femme serra les dents en attendant le verdict. Elle sentit son frère se raidir instantanément et regretta presque sa décision. Mais elle savait qu’il lui fallait être parfaitement honnête avec lui maintenant. Après un court moment d’hésitation, Arithon la lâcha et se recula.

« C’est une fille ! »

Gwenn déglutit difficilement.

« Je sais, … »

Le jeune homme se leva pour mettre un peu plus d’écart encore entre eux.

« Mickey a raison ?! T’es gouine ?! Tu me dégoûtes ! »

Sur ce, sans même lui laisser le temps de s’expliquer, l’adolescent claqua la porte de sa chambre et la verrouilla derrière lui.

« Ari ! »

La rouquine alla frapper contre le battant de bois en appelant son frère et ne reçu, pour toute réponse, que des cris et des insultes. Le jeune homme ne voulait ni la voir ni lui parler. Il ne voulait rien entendre et avait allumer, à fond, la musique de sa chaîne hifi pour ne plus l’entendre. Gwenn, vaincue, glissa contre la porte et finit adossée à la porte, à même le sol, en se demandant ce qu’elle devait faire.
Avatar de l’utilisateur
Gwennaggan Gwionvarc'h
Appelle-moi Gwenn, …

Appelle-moi Gwenn, …
 
Message(s) : 142
Inscription : 25 Septembre 2016, 20:45

Âge: 25
Profession: Serveuse
Classe: Humaine
Points d'Héroïsme: 2

Points MEL: 59.00 Points

Re: Toute une histoire

Message par Gwennaggan Gwionvarc'h » 09 Juillet 2018, 14:34

Par contre, je me suis rendue comte en entrant le RP dans ma liste de sujets que j'en avais déjà un à cette date. Est-ce qu'on peut la modifier stp ?



Image

Paroles de Gwenn : #0080BF
Paroles d'Alitia : #4080FF
Image



23 octobre 2192


Gwenn ferma les yeux et imagina la sensation que procurerait du vent sur son visage s’il y en avait eu ne serait-ce qu’un souffle. C’était sans doute l’une des choses qui lui manquaient le plus sur la Citadelle. L’absence de vent ou même de nature sauvage. Elle qui avait grandi entourée de verdure avait du mal à s’habituer à l’aspect constamment artificielle de la station spatiale. Mais elle n’allait pas s’en plaindre. Ici, elle avait le mérite d’être libre. Et puis, cela lui avait donné une idée. Un nouvel axe à donner à ses dessins.

La jeune femme ouvrit les yeux et les reporta sur son carnet à croquis. On pouvait facilement reconnaître le marché, non loin en bas de la rue, et pourtant, il y avait des éléments qui dénotaient drastiquement avec l’habitude des lieux. Sur le dessin que la jeune femme retoucha du haut du toit de son immeuble, elle avait ajouté un trio de moineaux observant les étalages de fruits secs et l’un des passant tenait un magnifique border collie au bout d’une laisse. Les ajouts étaient discrets et pourtant inratables. Cela rendait, au lieu, une atmosphère un peu plus chaleureuse. Peut-être était-ce cela qui plaisait tant dans l’ambiance du pub. Les dessins et gravures qui ajoutaient un côté nature sauvage à l’établissement.

Gwenn n’entendit pas la porte du toit coulisser sur ses gonds et ne sentit pas le regard sur elle avant que l’intrus ne prenne la parole.

« Salut ! »

L’irlandaise sursauta en se retournant et soupira en croisant le regard amusé d’une asari qu’elle avait déjà croisée. Elle finit par lui sourire.

« Salut ! »

« On arrête pas de se croiser dans les couloirs mais on ne s’est jamais présentées, … je suis Alitia. J’habite au quatrième étage et je bosse au Purgatory. Je t’y ai déjà vu plusieurs fois. T’as un sacré déhanché ! »

L’irlandaise se retourna complètement et serra la main de l’asari en souriant.

« Je suis Gwenn, je bosse au pub juste en bas. Et, … je sais pas trop ce que je dois dire au sujet du déhanché pour tout t’avouer. »

Elle rit légèrement et désigna l’horizon.

« Tu viens souvent sur le toit ou c’est moi que tu suis comme ça ? »

Elle plaisantait à moitié mais n’aurait pas été réellement dérangée par la seconde option. L’asari se mit à rire.

« Peut-être un peu des deux en fait, … Mais j’aime bien venir ici. Changer de point de vue, profiter de la vue, … enfin, tu vois. Tu dessines ? »

La jeune femme tourna le regard vers son carnet et le tendit à sa voisine.

« Oui. Ca me détend. »

Et elle en avait bien besoin en ce moment. Arithon refusait de lui adresser la parole depuis plus de deux mois et fuyait la pièce à chaque fois qu’elle entrait. La jeune femme, après avoir essuyer de multiple refus de discuter avait fini par déserter l’appartement. Elle n’y allait que pour prendre une douche, déposer des courses et faire une lessive de temps en temps. Même ses nuits, elle les passait de plus en plus dehors. Au pub, le plus souvent, sur le canapé de son bureau, lorsqu’elle réussissait à fermer l’oeil, ou alors dans les bras d’inconnues qu’elle ne revoyaient plus. Le toit lui donnait à la fois de la tranquillité et de l’inspiration pour ses dessins. C’était encore la seule chose qui la détendait réellement. Parfois, elle se surprenait à dessiner son frère et soupirait bien souvent en regardant le dessin. Elle s’interdisait encore de tracer les contours, pourtant bien connu, d’une certaine brune à la mèche violette singulière.

« T’as aussi un joli coup de crayon ! Est-ce que je suis quelque part là-dedans ? »

Gwenn sortit de ses sombres pensées et sourit à l’asari.

« Pas encore, mais ça pourrait changer, … »

Sans un mot de plus, la jeune femme, souriante, rendit son carnet à la rouquine et prit une pause exagérée qui fit rire Gwenn.

« Okay. »

Elle se mit alors à dessiner rapidement en ajoutant sa touche personnelle au dessin.

« Tu es DJ n’est-ce pas ? Au Purgatory ? Je crois bien t’y avoir reconnu, … »

« C’est ça ! Je savais bien que je t’avais tapé dans l’oeil ! »

« Et humble avec ça ! »

« Que veux-tu, personne n’est parfait ! »

Gwenn sourit en se concentrant sur son dessin.

« Tu es déjà allé sur Terre ? »

« Jamais, pourquoi ? »

Un sourire énigmatique étira les lèvres de la rouquine.

« Oh, pour rien, … tu verras, … »

Elle poursuivit son dessin. Cette discussion légère lui fit un bien fou et elle comptait bien profiter du moment. Gwenn dessina une Alitia souriante, un énorme casque audio autour du cou et un animal à fourrure, plutôt allongé, lui chatouillant la joue de ses moustache. Elle finalisa rapidement son croquis et le tendit à son modèle en attendant sa réaction.

« Ce n’est qu’un croquis rapide. Et ça, c’est un furet. Un mammifère terrien plutôt futé. »

Le sourire de l’Asari grandit alors qu’elle admirait son portrait adapté.

« J’adore ! »

« Alors garde-le. »

Gwenn récupéra son carnet, appliqua sa signature et arracha la feuille qu’elle tendit à l’asari. Celle-ci s’en saisit avec une joie non dissimulée.

« Merci beaucoup ! Mais j’ai rien pour toi en échange… »

Gwenn haussa les épaules.

« Bah, t’en fais pas pour ça. Ca me fait plaisir. »

« T’auras qu’à passer à la maison un de ces jours, je t’offrirais un verre et on sera quitte ! »

« Okay ! »

Les deux jeunes femmes se sourirent et Alitia commença à la questionner sur son frère qu’elle voyait de temps en temps aussi. Sans trop savoir pourquoi, Gwenn lui raconta la situation actuelle, sans parler de sa vie sur Terre cela dit, et l’après midi s’écoula entre discussions sérieuse et franche rigolade. Un moment de répit dans le quotidien bien trop terne de l’irlandaise en ce moment.

Avatar de l’utilisateur
Gwennaggan Gwionvarc'h
Appelle-moi Gwenn, …

Appelle-moi Gwenn, …
 
Message(s) : 142
Inscription : 25 Septembre 2016, 20:45

Âge: 25
Profession: Serveuse
Classe: Humaine
Points d'Héroïsme: 2

Points MEL: 59.00 Points

Re: Toute une histoire

Message par Gwennaggan Gwionvarc'h » 09 Juillet 2018, 18:08

Par contre, je me suis rendue comte en entrant le RP dans ma liste de sujets que j'en avais déjà un à cette date. Est-ce qu'on peut la modifier stp ?



Image

Paroles de Gwenn : #0080BF
Paroles d'Alitia : #4080FF
Image



17 décembre 2192


Gwenn partit se réfugier dans son bureau un moment. Loin des regard compatissant de ses collègues et des remarque déplacée des clients. Bien que, au fond, elle ne pouvait que leur donner raison. Il était vrai que la jeune femme qui était filmée en plein écran n’était pas déplaisante à regarder, bien au contraire. Mais, alors qu’elle s’évertuait encore à ne pas penser à elle en permanence, voir Archer sur tous les écrans et l’entendre dans toutes les conversations n’était pas ce qu’il lui fallait. Voilà plusieurs jours qu’elle fuyait toute sorte de média aussi scrupuleusement que son frère l’évitait, elle.

Arithon avait finit par se réconcilier avec Mickey et Gwenn n’osait même pas imaginer les horreurs qu’ils devaient dire sur elle. Expirant un grand coup, la rouquine sortit de son bureau et traversa le pub d’un pas rapide.

« Je fais une pause ! »

Aucun de ses collègues ne répondit. Ils devaient s’y attendre et puis, c’était le privilège d’être la gérante. C’était elle qui faisait les horaires et elle n’avait aucune obligation de servir en salle. Sa première impulsion fut de rejoindre le toit. Arithon était dans l’appartement et elle n’avait pas besoin d’une autre dispute aujourd’hui. Mais, en chemin, elle hésita et s’arrêta finalement au quatrième étage.

Lorsque la porte s’ouvrit, Alitia lui sourit.

« Salut ! »

En fond sonore, la télévision tournait sur l’interview d’Archer parlant de son projet Initiative. Gwenn grimaça brièvement avant de fixer son regard dans celui de l’asari.

« Ta proposition tient toujours ? Parce que j’aurais bien besoin d’un verre, là, tout de suite, … »

« Bien sûr ! Entre ! »

Ce n’était pas la première fois que les deux femmes se revoyaient. Il leur était souvent arrivé de se retrouver, par hasard, sur le toit et de discuter en contemplant la Citadelle depuis leur perchoir. Ainsi, Alitia savait qu’Arithon, malgré les multiples tentatives de la rouquine, n’avait toujours pas adresser le moindre mot à sa sœur et qu’il la fuyait toujours comme la peste. Tout comme savait que l’asari n’avait plus aucune famille depuis la guerre et profitait de son emploi au Purgatory pour accumuler les conquêtes. Souvent, les deux jeunes femmes s’étaient amuser à comparer leurs expériences et s’étaient rendues compte qu’elles en avaient certaines en commun.

Aussitôt entrée, Gwenn alla éteindre la télévision en grommelant.

« C’est elle n’est-ce pas ? La Archer qui t’as brisé le coeur ? Je dois dire qu’elle est drôlement canon ! »

L’irlandaise grimaça et soupira.

« Tu vas pas t’y mettre toi aussi ! Et elle ne m’a pas brisé le coeur. C’est moi qui suis partie, … »

L’asari haussa les épaules.

« Quand même, … Et puis, elle a dit qu’elle avait monté se projet pour oublier une rupture difficile. Je me demande bien de quoi elle parlait, …»

« Est-ce qu’on peut parler d’autre chose ? »

Dire que la jeune femme était sur les nerfs été un euphémisme. Alitia n’avait aucun mal à le voir et s’en amusait. Elle servit deux verres d’un alcool que Gwenn n’identifia pas et lui en tendit un.

« Pourquoi c’est si difficile de la sortir de ma tête ?! »

Le plus calmement du monde, la femme bleue avala une gorgée de son verre.

« C’est parce que tu ne t’y prends pas comme il faut, … »

« Ah oui ? Je t’écoute, miss-je-sais-tout ! »

« Te souler ne changera rien. Et puis, c’est pas avec un verre que t’y arrivera. Tu ne feras que te rendre malade et la réalité te sautera à la figure en un rien de temps, … Tes petits coups d’un soir, ça va pour s’amuser mais pas pour oublier non plus. Quelques minutes à penser à autre chose, … prend un bouquin, t’arrivera à la même chose, … »

« J’attends toujours la solution. »

« Non, ce qu’il te faut, … c’est quelqu’un qui puisse soutenir la comparaison. Qui ne te fasse pas juste oublier ta brune un instant mais qui la remplace dans ton esprit torturé. »

« Remplacer une addiction par une autre ? C’est ça ton idée de génie ? »

Gwenn était plus que dubitative.

« Et puis, je veux pas d’une relation sérieuse. Je suis pas prête pour ça. En plus, Arithon me prend déjà pour un monstre, … »

« Qui t’as parlé de relation sérieuse ? Tout est une question de dosage, ma chère, … »

« Et où je vais trouver quelqu’un qui soit prêt à faire un truc du genre ? Suffisamment présente pour supprimer Archer de ma tête tout en évitant toute attache ? Y a pas d’annuaire pour ça, que je sache, … »

L’asair la fixa d’un air amusée.

« Je ne sais pas si je dois rire ou me sentir vexée, … »

Gwenn la regarda sans comprendre un moment puis, tout devint clair.

« Tu veux dire, … Non, tu plaisantes ! On est voisines ! On se voit tout le temps ! »

« Justement. C’est plus pratique comme ça, … »

En parlant, Alitia avait posé son verre et prit doucement celui de la rouquine.

« Pas d’attache mais de la présence, … Parfait ! Et puis, … c’est pas comme si c’était une corvée, … »

Elle laissa son regard courir sur le corps de l’irlandaise en s’approchant toujours plus. Celle-ci était complètement perdue et ne savait pas comment réagir. Elle qui était pourtant loin d’être prude se sentait paralysée par cette proposition qui lui semblait incongrue. Non pas qu’elle n’ait jamais imaginé une telle situation, bien au contraire, l’asari était loin d’être repoussante, mais le risque de tension entre les deux voisines était bien trop grand. A moins que, … 

« Pas d’attache, … »

« Pas d’attente, … »

« Pas de tension, … »

« Juste deux adultes consentants, … »

Leurs lèvres finirent pas se rejoindre et, bientôt, Gwenn oublia totalement les interview et les mèches violettes. Du moins, pour un moment. Un moment qui lui laissa des souvenirs de remplacement.
Avatar de l’utilisateur
Gwennaggan Gwionvarc'h
Appelle-moi Gwenn, …

Appelle-moi Gwenn, …
 
Message(s) : 142
Inscription : 25 Septembre 2016, 20:45

Âge: 25
Profession: Serveuse
Classe: Humaine
Points d'Héroïsme: 2

Points MEL: 59.00 Points

Re: Toute une histoire

Message par Gwennaggan Gwionvarc'h » 10 Juillet 2018, 09:52

Par contre, je me suis rendue comte en entrant le RP dans ma liste de sujets que j'en avais déjà un à cette date. Est-ce qu'on peut la modifier stp ?



Image

Paroles de Gwenn : #0080BF
Paroles de Lufe : #00BFBF
Paroles de Shay : #BFBFFF
Paroles d'Arithon : #8080FF
Paroles de Garn : #BFFFFF
Image



30 janvier 2193


« Un problème Lufe ? »

Gwenn venait de passer la porte de la cuisine en se passant une main lasse sur la nuque. Elle avait passé la nuit sur le canapé de son bureau et les douleurs du réveil n’étaient pas encore dissipées.

« Plutôt oui. Jette un œil à ces fruits ! C’est la livraison de ce matin ! »

L’irlandaise s’approcha et fronça les sourcils.

« Ils sont gâtés ! »

En effet, la plupart des végétaux étaient pourris ou bien trop mûrs pour en faire autre chose que de la confiture ou de la purée.

« C’est la troisième fois cette semaine. Les clients veulent des tartes et ils en ont mare de mes compotes et smoothies ! J’essaie d’être inventif mais je commence à être à court, … »

L’irlandaise jura dans sa langue maternelle. Si la qualité de la nourriture déclinait, la clientèle irait voir ailleurs. Elle ne pouvait pas se permettre de laisser cette situation se reproduire.

« Et je suppose que c’est le même fournisseur à chaque livraison, … »

« Eh bien non, figure toi. Aujourd’hui c’était Garn & Cie, en début de semaine c’est Mord Inc’. Deux livraisons pourries. »

« Va faire un tour au marché voir ce que tu peux trouver pour aujourd’hui. Moi je m’occupe des fournisseurs. Fais au mieux avec ce que t’as. »

Sur ce, la jeune femme sortit des cuisines passablement énervée et se dirigea directement vers Shay.

« J’ai besoin de toi. Tu veux bien m’accompagner rendre une petite visite ou deux dans la matinée ? Le temps de prendre une douche et on est partis. »

L’écossais fronça les sourcils.

« Qui t’as énervé aujourd’hui ? »

Gwenn lui sourit faiblement avant de soupirer.

« Je crois que quelqu’un cherche à nous faire couler. Je te raconterai tout en route. T’es partant ? »

« Bien sûr ! Je ne peux pas te laisser aller toute seule au devant des ennuis. Faut bien que quelqu’un protège le pauvre imprudent sur qui tu vas tomber. Le pauvre, … »

La voix grave et l’attitude sérieuse du comptable bâti comme une armoire à glace faisait un contraste détonnant avec la plaisanterie cachée dans ses propos. Mais l’effet fonctionna à merveille car il réussit à soutirer un sourire à l’irlandaise.

« On se rejoint dans un quart d’heure ? Ici ? »

« Je ne bouge pas ! »

« Merci Shay ! t’es un ange ! »

« Ne le répète à personne surtout. Ca casserait mon image de gros dur ! »

« Oh mais t’es aussi un gros dur ! Pourquoi crois-tu que je t’amène ? »

La rouquine lui tira innocemment la langue avant de disparaître à l’étage pour prendre une douche et se changer.

Dans le couloir, elle croisa Arithon qui partait en cours, son sac sur l’épaule.

« Ari ! Est-ce qu’on va enfin pouvoir se parler ? Je t’en prie ! »

L’adolescent ne lui accorda pas même un regard et traversa le couloir comme si elle n’y était pas. N’y tenant plus, elle s’interposa et lui saisit le bras pour le forcer à la regarder mais il se dégagea violemment.

« Lâche-moi sale monstre ! »

« Okay ! Ca suffit maintenant ! Tu vas arrêter de me parler comme ça ! Je suis toujours ta sœur ! »

« Non ! T’es qu’une menteuse ! Et une perverse ! Laisse-moi tranquille ! »

Le jeune homme disparu dans l’escalier alors que l’irlandaise tâchait de gardait son sang froid. Elle rentra rapidement dans la maison et ne put s’empêcher d’envoyer violemment un verre vide contre le mur.

« Et merde ! »

Sans plus se préoccuper des débris de verre, la jeune femme fila sous la douche, autant pour détendre ses muscles endoloris que pour se donner le temps de se vider la tête. L’eau chaude fit son office et ce fut une Gwenn maîtresse d’elle-même qui émergea de la cabine et s’habilla à la hâte. Avant de quitter l’appartement, elle s’occupa de ramasser les bouts de verre et, comme le ton de la journée était définitivement donné, se coupa la paume de la main au passage. Rien de bien méchant mais ce n’était jamais très agréable.

Lorsque Shay vit son bandage de fortune, il haussa un sourcil.

« Pas de question. »

L’écossais leva les mains en signe d’innocence et lui tint la porte ouverte.


~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~

« Ecoutez Garn, la journée a plutôt mal commencé alors vous allez me dire qu vous paye pour nous refiler des fruits pourris ! »

« Je ne vois pas de quoi vous parlez, tous mes fruits sont frais et, … »

Le galarien n’eut pas l’occasion de terminer sa phrase. Lorsqu’il croisa le regard peu aimable de Shay, il déglutit bruyamment. De son côté, Gwenn prit une profonde inspiration pour éviter de trop s’emporter.

« Eh, bien, il se pourrait que, pendant le transport, … »

« Arrête ton baratin l’ami. La petite dame t’as posé une question simple. »

Le regard du commerçant alla de l’un à l’autre durant de longues secondes qui vinrent à bout de la patience, déjà amoindrie depuis plusieurs mois d’usure, de Gwenn.

« Je n’ai pas de nom. Il n’est venu qu’une seule fois. Tout ce qu’il voulait c’était une livraison râtée de temps en temps. Il paye plutôt bien, … J’ai une famille à nourrir, vous comprenez, … je pouvais pas refuser une telle offre ! »

« Ca s’arrête tout de suite, sinon je vous assure que, bientôt, les clients se feront rares. Personne n’aime faire affaire avec des criminels. »

La menace sous jacente était claire. S’il recommençait à leur livrer de la marchandise inutilisable, Gwenn rendrait l’affaire publique et le galarien se retrouverait au mieux au chômage, au pire en prison.

« Je veux une description. Je suis sûre que vous avez des caméras. »

« Et des coordonnées bancaires. S’il n’est venu qu’une seule fois, c’est qu’il ne vous paye pas en liquide. »

A contre coeur, le galarien acquiesça et leur transmis les informations et vidéos qu’ils avaient. Cela se recoupait avec les données du premier entretient de la journée, avec l’autre fournisseur. La situation était globalement identique. Pas de nom mais une somme grassouillette pour que le Daoine Beag ne reçoivent que de la marchandise avariée. Les images des vidéos faisait apparaître un turien mais, pour l’instant, Shay et Gwenn ne disposaient d’aucun nom exploitable.

« Et si on faisait le tour des bar de la Citadelle ? C’est sûrement un concurrent mécontent qui cherche à nous faire couler, … »

« Ca ne coûte rien d’essayer. Mais notre turien est peut-être juste un intermédiaire, … »

« Il faut bien commencer quelque part. Si ça donne rien, on verra ce qu’on peut faire des données bancaires. »

Gwenn pouvait toujours demander à Archer de vérifier de ce côté-là. La brune aurait sûrement les moyens de remonter à la source mais l’irlandaise préférait ne faire appel à elle qu’en ultime recours. Elle n’arrivait toujours pas à bien gérer ses rencontres avec l’exploratrice. Après plus de six mois, ça en devenait pathétique. Mais, au moins, arrivait-elle à ne pas penser à elle à chaque instant. Alitia en était d’ailleurs probablement pour quelque chose, même si la rouquine ne le lui avouerait jamais. L’asari était déjà bien assez orgueilleuse sans rajouter la satisfaction de lui donner raison.
Avatar de l’utilisateur
Gwennaggan Gwionvarc'h
Appelle-moi Gwenn, …

Appelle-moi Gwenn, …
 
Message(s) : 142
Inscription : 25 Septembre 2016, 20:45

Âge: 25
Profession: Serveuse
Classe: Humaine
Points d'Héroïsme: 2

Points MEL: 59.00 Points

Re: Toute une histoire

Message par Gwennaggan Gwionvarc'h » 10 Juillet 2018, 15:00

Par contre, je me suis rendue comte en entrant le RP dans ma liste de sujets que j'en avais déjà un à cette date. Est-ce qu'on peut la modifier stp ?



Image

Paroles de Gwenn : #0080BF
Paroles de Shay : #BFBFFF
Paroles du serveur humain : #8080FF
Paroles de Larkan : #BFFFFF
Image



10 février 2193


« Bien sûr ! C’est le boss. Vous voulez le voir ? »

Gwenn tourna son regard vers Shay qui arborait un léger sourire.

« Bien sûr ! On en meurt d’envie ! Et, comment vous avez dit qu’il s’appelait ?

« Larkan Veris. Il a racheté le bar il y a deux ans à un terrien qui a quitté la Citadelle. On dit qu’il avait des problème d’argent et des gens à fuir. ‘fin, Larkan a redressé l’établissement et il tourne bien maintenant ! »

L’irlandaise jeta un coup d’oeil à la clientèle. Cela n’avait rien à voir avec le Daoine Beag. Ici, les clients accoudés au bar jetaient des coup regards agressifs et menaçants à quiconque s’approchait d’un peu trop près. La jeune femme ne s’y sentait pas à son aise et remerciait intérieurement Shay de l’avoir accompagnée. Gwenn n’était, d’ordinaire, pas farouche, mais, la raison de sa venue pouvait être sujet à tension et, avec ce genre de clientèle, elle préférait assurer ses arrières.

Le serveur, humain comme elle, les guida à travers la grande salle pour rejoindre une porte signalée pour l’usage du personnel uniquement.

« Pour quoi vous voulez le voir, au juste ? »

« Pour discuter business. »

« Ah okay ! Il est dans son bureau. »

L’homme toqua à la porte et une vois distraite lui dit d’entrer.

« Patron ? Y a deux personnes qui veulent vous voir pour parler business. »

L’attention du turien sembla piqué au vif car il releva la tête vers eux. Il ressemblait trait pour trait à la photo issue des caméras. Après plus d’une semaine de recherches, ils avaient fini par le trouver.

« Monsieur Veris ? Je suis Gwennaggan Gwionvar’ch et voici mon ami Shay Kenway. Je pense que vous savez d’où on vient… »

Le turien se mit alors à sourire et congédia son serveur d’un geste du bras.

« Tiens donc ! Je dois dire que je suis impressionné. Je pensais pas que vous auriez le cran de venir jusqu’ici. Ni même que vous prendriez la peine de me chercher. »

« Je prends très au sérieux les menaces qui pèsent sur mon établissement et j’apprécierai que vous cessiez les vôtres. Nous n’avons clairement pas la même clientèle alors pourquoi vous en prendre au Daoine Beag ? »

Larkan se leva doucement et contourna le bureau pour s’appuyer directement sur le meuble.

« Je n’aime pas qu’on me fasse de l’ombre, voilà tout. »

Il jaugea rapidement la carrure de Shay. Un œil avertit pouvait aisément remarquer à la posture de l’écossais qu’il savait parfaitement utiliser les muscles présents sous son t-shirt.

« Et qu’est-ce qu’il faut faire pour que vous nous laissiez tranquilles ? »

Gwenn ne voulait pas faire intervenir les forces de l’ordre si elle pouvait l’éviter. Un vieux réflexe qui avait du mal à la quitter. Qu’avait fait la police lorsqu’elle et son frère avaient été enlevés et leur parents tués ? Il suffisait de se rappeler qu’elle n’avait même pas eu besoin de changer de nom pour que la police laisse le « Père » tranquille. Non, ils savaient. Tout le monde savait. Mais personne n’avait rien fait.

L’irlandaise connaissait ce genre d’individu. Il y avait toujours un moyen de s’en tirer sans trop de perte. Alors avant de faire quoi que ce soit, elle voulait savoir quel était son prix à lui.

« Tu pourrais faire sortir ton varen de garde et je suis sûre qu’on trouvera un moyen de s’arranger. »

Gwenn n’aimait ni son ton, ni son regard. Humains, turiens. Au fond, ils étaient tous les mêmes. Le sous-entendu n’échappa pas à Shay non plus car celui-ci fit un pas en avant, se plaçant de facto devant la jeune femme. Il n’eut pas besoin de parole pour se faire comprendre et le turien leva alors les mains.

« Du calme, l’ami ! Je plaisantais ! »

Nul n’était dupe mais la question n’était toujours pas réglée.

« Disons qu’on est quitte. Pour l’instant. Je sais reconnaître la persévérance. Et je respecte ça. Tant que je garde mes clients, je te laisse tranquille dans ton petit pub touristique. »

« Trop aimable ! »

L’altercation se termina là, sous le regard désagréable de Larkan et la protection rapprochée de Shay qui la pressa à quitter l’établissement.

« Eh bien, … ça ne s’est pas trop mal passé en fin de compte, … »

« Mouais, … Dès demain, tu me réserve deux heures par jour. Tu dois savoir te défendre. Ce type, et ses acolytes n’en resteront pas là. Et je ne serais pas toujours avec toi. »

Gwenn fronça les sourcils.

« Tu crois vraiment que c’est nécessaire ? »

« On n’est jamais trop prudent. »

L’irlandaise argumenta sur tout le chemin du retour mais l’écossais n’en démordit pas. Aussi finit-elle par accepter. Et puis, cela ne pourrait pas lui faire de mal. Cela lui permettrait peut-être de ne pas penser à sa vie privée totalement chaotique.
Avatar de l’utilisateur
Gwennaggan Gwionvarc'h
Appelle-moi Gwenn, …

Appelle-moi Gwenn, …
 
Message(s) : 142
Inscription : 25 Septembre 2016, 20:45

Âge: 25
Profession: Serveuse
Classe: Humaine
Points d'Héroïsme: 2

Points MEL: 59.00 Points

Re: Toute une histoire

Message par Gwennaggan Gwionvarc'h » 11 Juillet 2018, 17:53

Par contre, je me suis rendue comte en entrant le RP dans ma liste de sujets que j'en avais déjà un à cette date. Est-ce qu'on peut la modifier stp ?



Image

Paroles de Gwenn : #0080BF
Paroles d'Alitia : #4080FF
Image



28 février 2193


Gwenn fronça les sourcils, concentrée sur son dessin. Elle retoucha les oreilles d’un renard qu’elle avait dessiné dans un parc du Présidium, non loin de la statue du Commandant Shepard, observant d’un œil intrigué un groupe d’enfants jouer dans l’herbe. Ainsi à l’air libre, sur le toit de son immeuble, loin de l’agitation ambiante et des tensions perpétuelles, elle se sentait relativement apaisée.

Lorsque la jeune femme tendit la main pour attraper un crayon de couleur qui avait roulé un peu plus loin, elle grimaça et laissa échapper un gémissement de douleur. Shay ne lui faisait pas de cadeau lors de leur sessions d’entraînement et, si elle se sentait plus forte de jour en jour, elle n’en était pas encore à dépasser le stade des courbatures perpétuelles.

« Alors Princesse ? On fait sa chochotte ? »

Le rire léger d’Alitia lui parvint quelques mètres derrière elle et la rouquine ne prit pas la peine de tourner la tête, ajoutant une touche d’orangé à son renard.

« C’est ça ! Fais la maligne ! J’ai dû chuter une bonne cinquantaine de fois ce matin ! »

L’asari avait connaissance de ses sessions d’entraînements et ne se priver pas de la taquiner à ce sujet à chaque occasion. Elle prit d’ailleurs une moue faussement attristée.

« Oh ! Ma pauvre petite, … faudrait pas que l’écossais abîme un tel postérieur tout de même ! Ce serait une perte énorme pour la galaxie ! »

Gwenn se mit alors à sourire, amusée par l’énergie que mettait son amie à lui changer les idées.

« Pour la galaxie ou juste pour toi ? »

« Hum, … maintenant que tu le dis, … au diable la galaxie ! »

Une main bleue vint se perdre négligemment sur le-dit postérieur alors que Gwenn reposait son crayon.

« C’est encore une fois superbe. Et je ne parle pas de ton derrière ! Tu devrais vraiment les montrer. Je ne vois pas pourquoi tu ne veux pas le faire au pub. »

« Il me faudrait l’autorisation d’Archer. »

« Je suis sûre qu’elle te la donnera et puis, si elle veut pas, … au diable Archer aussi ! »

Gwenn voulut lui dire que ce n’était pas la réponse qui l’angoisser mais simplement de lui poser la question, c’était ridicule et stupide mais c’était comme ça, mais elle n’en eut pas l’occasion. Conforme à sa résolution première, Alitia était bien décidée à lui changer les idées. Et le fait qu’elles soient toutes les deux en plein air ne semblait pas la rebuter. Mais, à dire vrai, l’irlandaise n’y voyait pas non plus de raison de se priver d’un tel moment. Aussi posa-t-elle son carnet à côté d’elle pour avoir les mains libres dans sa nouvelle activité.

~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~

Un peu plus tard, l’irlandaise fixait le ciel, allongée à même le sol sur le toit de l’immeuble, la tête reposant sur le ventre de l’asari allongée perpendiculairement à elle.

« Je vais le faire. »

Alitia sourit.

« Encore ? On a à peine terminé ! Mais, si tu y tiens, … »

Cette réponse, à laquelle elle ne s’attendait pas, la fit rire.

« Non, je veux dire,… je vais lui demander. Pour exposer mes dessins au pub. »

« Oh ! C’est super ! Mais je dois dire que je suis un peu vexée quand même, … »

Gwenn se retourna et plaça son visage au dessus du sien en souriant.

« C’est pourtant toi qui m’a poussée à accepter je te signale, … »

« C’est vrai. Mais maintenant que tu as suggéré autre chose, je suis déçue, … »

Gwenn se baissa pour l’embrasser longuement.

« Mais je peux faire les deux ! »

Elle ne lui laissa pas le temps de répondre avant de capturer de nouveau ses lèvres dans un baiser fougueux.
Avatar de l’utilisateur
Gwennaggan Gwionvarc'h
Appelle-moi Gwenn, …

Appelle-moi Gwenn, …
 
Message(s) : 142
Inscription : 25 Septembre 2016, 20:45

Âge: 25
Profession: Serveuse
Classe: Humaine
Points d'Héroïsme: 2

Points MEL: 59.00 Points

Re: Toute une histoire

Message par Gwennaggan Gwionvarc'h » 12 Juillet 2018, 15:37

Par contre, je me suis rendue comte en entrant le RP dans ma liste de sujets que j'en avais déjà un à cette date. Est-ce qu'on peut la modifier stp ?



Image

Paroles de Gwenn : #0080BF
Paroles d'Arithon : #8080FF
Paroles de Tyler : #BFFFFF
Image



24 mars 2193


Aujourd’hui, Gwenn avait prévu de parler avec Arithon. Elle ne le lâcherait pas tant qu’il n’aurait pas accepté de discuter. Cela faisait plus de neuf mois qu’il l’évitait et elle n’arrivait plus à le supporter. L’irlandaise était à bout de ressources. Elle s’était promis de veiller sur son petit frère et de prendre soin de lui mais comment le pouvait-elle dans ces conditions, alors qu’il refusait de lui adresser la parole ?

Alitia avait eut raison et Layla l’avait autorisée à exposer ses dessins dans le pub. Elle en avait choisi quelques uns et les changeaient régulièrement. Les clients semblaient enthousiastes à ce sujet. Shay, lui aussi, était content de ses progrès durant leurs entraînements. La présence d’Archer sur les écrans se faisait un peu moins forte et il était plus facile de l’éviter. La seule grosse ombre au tableau était l’adolescent borné et à l’esprit étroit.

Lorsqu’il sortit de sa chambre, ce matin-là, Gwenn l’attendait dans la cuisine. Elle avait fait des gaufres et le fixait d’un regard incertain.

« Salut. Tu veux des gaufres ? »

Si la discussion pouvait se faire sans heurt, c’était aussi bien. Mais Arithon n’était visiblement dans le même état d’esprit. Il traversa la pièce, se dirigeant directement vers la porte d’entrée. L’irlandaise ne perdit pas de temps et s’interposa.

« Il faut qu’on discute, Ari ! Je n’en peux plus ! »

« Ah oui ? Bah t’as qu’à arrêter tes conneries et on se reparlera peut-être ! »

« Mes conneries ? »

La jeune femme resta interdite un moment, ne sachant pas quoi penser.

« Est-ce que t’es sérieux ?! Tu te rends compte de ce que tu me demandes ?! »

« Je te demande rien. De toute façon, Mickey m’a proposé de vivre chez lui. Ses parents sont d’accord. J’emménage demain ! »

« Quoi ?! Non ! C’est hors de question ! »

L’adolescent força le passage en la poussant sans ménagement.

« J’habite pas chez une gouine ! »

Il franchit le seuil de la porte et la claqua derrière lui, laissant une Gwenn hébétée, fixant le battant fermé sans bouger. Bon sang qu’elle pouvait détester le mafieux qui lui avait mis ces idées dans la tête ! Jamais leurs parents n’auraient tolérés ce genre de discours.

Vingt quatre heures. C’est tout ce qu’elle avait pour le faire changer d’avis, pour lui faire entendre raison et qu’il accepte de rester. C’était court. Comment parviendrait-elle en vingt quatre heures à réaliser un exploit dans lequel elle échouait depuis presque dix mois ? C’était sans espoir, …



~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞

Gwenn avait les bras croisés sur une table du Daoine Beag. Voilà des heures qu’elle réfléchissait à une façon d’arranger les choses. Des heures vaines. L’équipe du Doine Beag était venu, à plusieurs reprises, pour tâcher d elui remonter le moral mais sans solution, c’était peine perdue.

« Je vais le perdre, … »

Ce n’était qu’un murmure mais, visiblement bien assez fort pour être entendu par son voisin de table.

« Je ne sais pas de quoi vous parlez mais s’il vous rend à ce point triste, il n’en vaut certainement pas la peine, … »

Gwenn tourna son regard vers la gauche pour fixer l’inconnu. Il lui disait vaguement quelque chose.

« C’est mon petit frère. Il m’en veut à mort, … »

L’homme prit un air contrit.

« Ah, … la famille. La seule chose qu’on ne puisse pas choisir, … »

Il tendit la main vers l’irlandaise.

« Je suis Tyler. Je joue ici ce soir, … »

Un musicien. Voilà pourquoi Gwenn avait une impression de déjà vu. Ils avaient dû se rencontrer lorsqu’elle avait embaucher le groupe.

« Et vous, vous êtes mademoiselle Gwionvarch, n’est-ce pas ? »

« Gwionvar’ch. Mais vous pouvez m’appelez Gwenn. »

Elle lui serra la main en souriant. Ce n’était pas seulement un musicien, c’était aussi un client et elle devait arrêter de se morfondre ainsi en salle. Ce n’était pas bon pour le commerce.

« Je peux vous offrir un verre, Gwenn ? J’ai encore quelques heures avant de monter sur scène avec les autres, … »

La jeune femme le dévisagea longuement. D’ordinaire, elle n’aurait pas réfléchit et aurait directement annoncé qu’elle était lesbienne mais quelque chose la fit hésiter. Arithon déménagerait dans quelques heures. A moins que, …

« Pourquoi pas ? »

Elle tâcha d’y mettre plus d’entrain que ce qu’elle ressentait réellement. Après tout, le plus important, c’était Arithon.


~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~∞~


« Tu n’as pas besoin de partir ! »

Arithon soupira, visiblement exaspérer de répéter la même conversation.

« Je t’ai déjà dit que, … »

« J’ai un rendez-vous. Avec un homme. C’est ce que tu voulais, non ? »

L’adolescent la regarda, surpris, quelques secondes.

« C’est des cracks ! »

« Il s’appelle Tyler, il est musicien et il joue en ce moment en bas. On a passé l’après midi à discuter. S’il te plaît, ne pars pas. Je ferais ce que t’as dit. Je ne verrais plus de fille, je te le promets. »

« Et ce rendez-vous, il est quand ? »

« La semaine prochaine. Il part sur Oméga ce soir pour un concert et ne revient que la semaine prochaine. Je ne te mens pas Ari. Je veux que tu restes ici. Avec moi. J’ai promis de prendre soin de toi. »

Le jeune homme parut réfléchir un instant. Un instant qui sembla s’étirer en plusieurs heures pour l’irlandaise mais il finit par accepter.

« Qu’est-ce qu’il y a pour le dîner ? »

Gwenn soupira et ne put cacher un sourire. Elle osa même s’approcher de son frère pour le prendre dans ses bras. Lorsqu’il lui rendit son étreinte, elle le serra davantage. Il restait.
Avatar de l’utilisateur
Gwennaggan Gwionvarc'h
Appelle-moi Gwenn, …

Appelle-moi Gwenn, …
 
Message(s) : 142
Inscription : 25 Septembre 2016, 20:45

Âge: 25
Profession: Serveuse
Classe: Humaine
Points d'Héroïsme: 2

Points MEL: 59.00 Points

Re: Toute une histoire

Message par Gwennaggan Gwionvarc'h » 27 Juillet 2018, 11:53

Image

Paroles de Gwenn : #0080BF
Paroles d'Alitia : #4080FF
Image



19 avril 2193


« Je me disais bien que je te trouverai là ! »

Gwenn tourna la tête et sourit à son amie. L’asari avait l’air particulièrement contente, aujourd’hui. Elle s’assit sur le rebord du toit, à côté de l’irlandaise.

« Devine qui a eu une promotion ! »

Le sourire de la rouquine s’agrandit alors qu’elle se penchait pour prendre l’asari dans les bras.

« Félicitations ! C’est super ! T’as eu les jours que tu voulais ? »

« Je suis la DJ attitrée du club. Tous les soirs de la semaine ! Et le droit de choisir mes soirs de repos. »

« Super ! »

« Sans parler de l’augmentation qui va avec ! »

La joie d’Alitia était clairement visible. Cela faisait des années qu’elle attendait cette promotion.

« Je suis contente pour toi ! Et j’ai une bonne nouvelle aussi ! »

« T’as lâché le musicien et foutu ton frère à la porte ?! »

Gwenn soupira en grimaçant.

« Je pourrais jamais faire ça à Ari, tu le sais bien, … »

Son sourire avait complètement disparu et son regard s’était reporté sur le vide devant elle.

« J’ai pris une décision et je m’y tiendrai. »

« Ta décision porte un nom, ma belle. De la prostitution ! »

« Arrête ! »

« Je comprends pas qu’il puisse être aussi con ! »

« C’est de mon frère dont tu parles ! »

Gwenn s’était vivement relevée et regardait l’asari d’un air mauvais. Celle-ci leva les bras en l’air en signe de rédition.

« Okay. Désolée. Mais votre vie est tellement courte, … ça me fait mal de voir que tu gâches la tienne. »

L’irlandaise tourna le dos à la femme bleue et garda le silence un moment avant de reprendre la parole.

« Je vais être exposée. Dans une galerie du Présidium. C’est une petite galerie mais c’est déjà ça, pas vrai ? Le conservateur m’a contacté au Daoine Beag mardi soir. »

« Mais c’est carrément super, oui ! Et puis, on s’en fout de la taille de la galerie. C’est la première étape ça ! »

L’asari avait fini par se lever aussi et avait obligée Gwenn à se retourner pour lui faire face. A son tour, elle la prit dans ses bras pour la féliciter.

« Je t’avais bien dit que tu devais le faire ! Attends ! Mardi, c’était pas le soir de ton rendez-vous ? »

« Si, … »

Alitia ouvrit des yeux rond.

« Et vous êtes restés au pub ? »

Gwenn grimaça.

« C’est lui qui a choisi, … »

« Bonjour l’originalité, … »

« Mais c’était pas plus mal à vrai dire, … »

L’asari sourit.

« Le galeriste a dû faire un bon prétexte pour écourter, pas vrai ? »

Gwenn ne put s’empêcher de sourire à son tour.

« On fait pas mieux ! »

Les deux amis se mirent à rire, contrairement à Tyler, ce soir-là, qui n’en avait pas la moindre raison.
Avatar de l’utilisateur
Gwennaggan Gwionvarc'h
Appelle-moi Gwenn, …

Appelle-moi Gwenn, …
 
Message(s) : 142
Inscription : 25 Septembre 2016, 20:45

Âge: 25
Profession: Serveuse
Classe: Humaine
Points d'Héroïsme: 2

Points MEL: 59.00 Points

Re: Toute une histoire

Message par Gwennaggan Gwionvarc'h » 22 Août 2018, 21:40

Image

Paroles de Gwenn : #0080BF
Paroles d'Arithon : #8080FF
Image



3 mai 2193


Gwenn sourit lorsqu’elle se réveilla. Un sourire tendre et inattendu. Les bras masculins qui l’entouraient étaient chauds et réconfortant. La jeune femme fixa le jeune homme sans bouger un long moment. Elle s’était attendu à tout, sauf à ça.

La veille au soir, des coups légers avaient résonné contre sa porte. La tête rousse d’Arithon s’étaient découpée dans l’encadrement et la jeune femme, sourcils légèrement froncés, lui avait fait signe de la rejoindre sur le lit dans lequel elle s’apprêtait à se coucher.

« Parle-moi de papa et maman, … s’il te plaît. »

L’irlandaise avait fini par sourire et avait commencé à parler. D’abord de sa mère, puis, de son père, de tout l’amour qu’ils leur prodiguaient à tous les deux. Gwenn avait raconté des anecdotes qui avaient fait sourire son frère et ne s’était arrêté que bien plus tard, lorsqu’elle avait remarqué qu’Arithon s’était assoupi sur son oreiller. Longtemps, elle l’avait regardé dormir et s’était même risqué à lui caresser les cheveux. Finalement, elle s’était allongée à son tour et avait fermé les yeux. Dans la nuit, l’adolescent avait dû remuer car il avait maintenant un bras passé autour d’elle mais la jeune femme était loin de s’en plaindre. Voilà bien longtemps qu’elle n’avait été aussi proche de lui.

Lorsque le garçon se mit à geindre et à remuer, Gwenn ne tenta même pas de masquer son sourire et elle le regarda se retourner pour replonger aussi sec dans un semblant de sommeil. Elle quitta la chambre sans faire de bruit et se mit à préparer le petit déjeuner.

Une douzaine de minutes plus tard, une masse désarticulée fit irruption dans la cuisine et s’installa à la table en baillant. Gwenn ne résista pas à l’envie de passer une main dans la masse hirsute de ses cheveux emmêlée alors que l’adolescent grommelait pour la forme.

« Bien dormi ? »

Un simple grognement affirmatif lui répondit.

« Merci pour m’avoir raconté tout ça hier soir, … Mais j’aurais une autre question, … »

L’irlandaise déposa devant son frère une assiette de gaufres.

« Je t’écoute. »

« C’était comment, … après ? »

Le sourire de Gwenn s’évapora comme neige au soleil alors qu’elle regardait son frère en silence.

« Tu es sûr ? »

Arithon lui renvoya un regard des plus sérieux.

« Je veux savoir. »

Alors Gwenn lui raconta cette partie aussi. Le chantage que McCahill exerçait sur elle en menaçant Arithon, les quotas, l’isolement du garçon, ce qu’elle avait dû faire pour tenter de conserver son innocence à lui. Il était assez grand maintenant pour l’entendre et elle avait décidé de ne plus lui mentir. Si elle voulait rester dans sa vie, elle devrait être honnête.

Ce ne fut pas une matinée réjouissante mais le jeune homme écouta attentivement ce qu’elle avait à lui dire. Une fois qu’elle se fut tu, il se leva et la prit longuement dans ses bras. Gwenn eut beaucoup de mal à contenir les larmes qui menaçaient de couler pour tout ce qu’elle avait dit et pour ce que ce geste signifiait. Elle avait l’impression que la page était enfin tournée, qu’elle retrouvait son frère. Il avait fallu du temps mais il avait fini par ouvrir les yeux et regarder la vérité en face.

« Je ferai n’importe quoi pour toi. Je suis désolée que t’aies eu à vivre ça, … Si je pouvais revenir en arrière, … »

« Je sais. T’en fais pas, va. Je suis grand maintenant ! »

Arithon lui sourit et, pour la première fois depuis très longtemps, elle vit dans son regard qu’elle comptait aussi pour lui.

Dernière édition par Gwennaggan Gwionvarc'h le 22 Août 2018, 21:55, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Gwennaggan Gwionvarc'h
Appelle-moi Gwenn, …

Appelle-moi Gwenn, …
 
Message(s) : 142
Inscription : 25 Septembre 2016, 20:45

Âge: 25
Profession: Serveuse
Classe: Humaine
Points d'Héroïsme: 2

Points MEL: 59.00 Points

Re: Toute une histoire

Message par Gwennaggan Gwionvarc'h » 22 Août 2018, 21:53

Image

Paroles de Gwenn : #0080BF
Paroles d'Arithon : #8080FF
Paroles de Shay : #BFBFFF
Paroles de Tyler : #BFFFFF
Paroles de Zarart : #BF80BF


Image



27 mai 2193


« Et merde ! »

C’était le troisième verre que Gwenn cassait depuis le début de l’après midi. Elle se baissa rapidement pour ramasser les morceaux mais une main puissante saisit son poignet avant qu’elle ne touche le verre.

« On va arrêter les frais avant que tu te coupes. Pose ce plateau et va t’assoir. »

Gwenn ne protesta pas à s’assit sur un tabouret près du bar en regardant Shay ramasser ses bêtises. Elle soupira à de nombreuses reprises, tapotant nerveusement des doigts sur le bar.

« S’il te plaît, tu l’emmène ailleurs, elle me rend nerveux et va faire fuir les clients. »

Gwenn lança un regard noir à son barman mais suivit l’écossais jusqu’à son bureau.

« Tu vas me dire ce qu’il se passe maintenant ? »

« Rien. »

Le regard fixe que lui renvoya son comptable parla pour lui.

« Je t’assure, y a rien, … je suis juste un peu nerveuse, … Je dois voir Tyler ce soir, … »

La grimace qui suivit son annonce fit froncer les sourcils de l’homme.

« Je croyais que c’était terminé. Ca fait un moment qu’il est pas venu ici et ton frère a fini par ouvrir les yeux, non ? »

L’irlandaise grimaça de nouveau.

« Non, il était juste en voyage avec son groupe. Il revient ce soir et, … enfin, … ça fait plus de deux mois maintenant, il s’attend à, … tu vois, … »

« Alors n’y va pas. »

La jeune femme soupira et se mit à faire les cent pas.

« Tu vas pas t’y mettre aussi ! Ca va mieux avec Ari je veux pas tout gâcher ! Lui aussi me demande régulièrement comment ça se passe avec Tyler. J’ai pas, … j’ai pris une décision. Je m’y tiendrais. »

L’écossais cessa d’argumenter. Ce n’était pas la première fois qu’ils avaient ce genre de conversation. Il se montrait bien souvent très protecteur envers elle. D’ailleurs, lors de son dernier rendez-vous avec le musicien, c’était lui qui lui avait servi de prétexte pour écourter la soirée. Mais cela ne pouvait plus durer. Jusque là, Tyler s’était contenter de baisers et de légères caresses mais il allait bien falloir se résigner avant qu’il ne se pose trop de questions.

« Comme tu voudras, … »

Le comptable la laissa seule avec elle même et la jeune femme se laissa tomber sur le canapé de son bureau en soupirant.



∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

Quelques heures plus tard, Shay et Arithon disputaient une partie de jeu vidéo pendant que Gwenn se préparer pour son rendez-vous dans la salle de bain. Les fréquents coups d’oeil de l’écossais vers l’adolescent incitèrent le rouquin à mettre le jeu sur pause.

« Est-ce que tu vas me dire ce qu’il y a ? »

Shay jeta un regard nonchalant sur l’adolescent.

« Je me demandais juste, … vous êtes plus proches, Gwenn et toi, maintenant, pas vrai ? »

Arithon sourit légèrement.

« Ouais. C’est quand même ma sœur. C’est normal. »

« Hum, … »

L’écossais reporta son attention sur l’écran figé.

« Quoi ?! »

« Oh rien, … je me demandais juste quel genre de frère il fallait être pour vouloir le malheur de sa sœur, … »

Arithon fronça les sourcils.

« Qu’est-ce que tu veux dire ? »

« Je crois que tu le sais très bien, … »

Sur ce, il relança la partie mais l’adolescent était bien trop perdu dans ses pensées pour pouvoir contrer ses attaques. Quelques minutes plus tard, Gwenn sortit de la salle de bain.

« Je suis pas trop maquillée ? »

La rouquine détestait mettre du maquillage. C’était une perte de temps et d’énergie et, de toute façon, il ne tenait jamais longtemps, il fallait sans arrêt y retoucher. Mais, cela lui donnait aussi des prétextes pour s’éclipser lors de ses rendez-vous. Tyler était très gentil et franchement intéressant mais, il restait un homme.

« Tu es superbe ! »

Le sourire d’Arithon était légèrement plus fade que d’habitude mais l’irlandaise n’y prêta pas attention. Toute son énergie était concentrée sur le fait d’avoir l’air heureuse et impatiente.

C’est ce moment que choisi le fameux musicien pour sonner à la porte. Ce fut Shay qui alla lui ouvrir avant de s’éclipser non sans jeter un dernier regard vers Arithon. Après quelques minutes à discuter, Tyler annonça le nom du restaurant qu’il avait réservé et le couple finit par quitter l’appartement également. Ne resta qu’un adolescent aux cheveux roux, étrangement pensif.



∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

« Gwenn ! Gwenn ouvre cette porte ! »

Les coups anarchiques frappés contre la porte et le cris les accompagnants firent sortir les voisins de leur chambres.

« C’est pas bientôt fini ?! »

Arithon ne leur adressa même pas un regard avant de recommencer à frapper.

« Gwenn ! »

La porte s’ouvrit à la volée et l’adolescent s’engouffra dans l’ouverture sans se préoccuper du Tyler surprit qui lui faisait face.

« Qu’est-ce qui te prend ?! »

« Où elle est ?! » 

« Je suis là. Quelque chose ne va pas ?! Y a un problème à la maison ? »

Gwenn, inquiète, apparut dans la pièce, sortant de ce qui devait être la salle de bain de la chambre d’hôtel.

« Comment t’as su où on était ? »

Tyler, visiblement agacé, parlait d’un ton un peu trop sec. Arithon se figea un moment et soupira légèrement.

« Euh, oui ! Il faut que tu rentres ! J’ai besoin de toi ! »

« Maintenant ? Ca peut pas attendre demain ? J’allais ouvrir une bouteille, … »

« Non, ça peut pas ! C’est urgent ! Viens, on rentre ! »

Gwenn, de plus en plus perplexe, fixait son frère mais finit par prendre son sac.

« Désolée, Tyler. Je t’appelle demain. »

« Quoi ? Non mais, … Okay, … »

Le musicien soupira longuement et laissa la jeune femme partir avec Arithon qui ne décrocha pas un mot de tout le trajet. Une fois la porte de leur appartement refermé, Gwenn jeta un œil à l’intérieur et ne vit rien sortant de l’ordinaire.

« Est-ce que tu va me dire ce qu’il se passe maintenant ? »

« Est-ce que tu l’aimes ? »

Cette question finit de désarçonner l’irlandaise.

« Pardon ? »

« Est-ce que tu l’aimes ? »

« Ari, … qu’est-ce que tu me fais, là ? »

« Arrête. »

« Que j’arrête quoi ?! »

La jeune femme commençais à perdre patience. Elle avait fini par se résigner et voilà qu’il faudrait bientôt tout reprendre à zéro. Est-ce qu’il se rendait compte à quel point s’était difficile pour elle ?

« C’est Shay qui a raison ! »

Gwenn soupira et posa son sac.

« Raison à propos de quoi ? »

« De moi ! Je suis égoïste ! Quel genre de frère souhaite le malheur de sa sœur ? »

L’irlandaise fronça les sourcils mais garda le silence. Elle n’était pas sûre de comprendre. Arithon, lui, n’avait jamais paru aussi sérieux.

« Je veux pas que tu sois malheureuse. Pardon ! Je suis trop con ! »

Il n’en fallut pas plus pour que Gwenn fasse un pas en avant et le prenne dans ses bras.

« T’es pas con. T’es jeune. Ca va avec, t’y peux rien, … et je ne suis pas malheureuse puisque je t’ai toi. C’est le plus important. J’ai longtemps cru que je t’avais perdu pour de bon, … Je ne veux pas que ça se produise. »

« Et moi je m’en fous que tu sois gouine, … »

Gwenn se recula légèrement pour le fixer.

« Est-ce qu t’as couché avec lui parce que je t’y ai forcé ? »

L’appréhension dans la voix du jeune homme était clairement audible.

« Non, … Non j’ai pas couché avec lui. »

« Est-ce que tu l’aurais fait ? »

L’irlandaise hésita un moment. Devait-elle lui dire la vérité ? Elle avait décidé d’être honnête avec lui le jour où elle lui avait parlé d’Archer.

« Oui. »

« Le fait pas ! »

Gwenn ne put retenir un soupir de soulagement.

« Laisse-le tomber. T’as qu’à être avec qui tu veux, je m’en moque, … »

« Tu es sûr ? »

Le rouquin prit un air des plus sérieux qui faisait trop décalé pour son âge.

« Je suis grand maintenant. J’ai plus besoin que tu me protèges. Tu peux vivre un peu pour toi. »

Gwenn ne sut pas si c’était le soulagement, l’assurance émouvante de son frère ou son air si sûr de lui qui ouvrirent les vannes à ce moment-là mais des sillons humides se mirent à dévaler ses joues alors que son frère refermait des bras protecteurs autour d’elle.

Oui, le jeune garçon hargneux avait bien grandit.
Avatar de l’utilisateur
Gwennaggan Gwionvarc'h
Appelle-moi Gwenn, …

Appelle-moi Gwenn, …
 
Message(s) : 142
Inscription : 25 Septembre 2016, 20:45

Âge: 25
Profession: Serveuse
Classe: Humaine
Points d'Héroïsme: 2

Points MEL: 59.00 Points


Retour vers Nébuleuse du Serpent



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)