Un dîner presque parfait.

*

Modérateurs : Administration, MJ

Re: Un dîner presque parfait.

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 17 Juin 2018, 21:53

Le revirement d'Eyma laissa la quarienne perplexe. Elle était certainement très bien éduquée pour accepter aussi facilement un refus dès l'instant où son père montrait un peu de fermeté. A son adolescence, Miho aurait royalement ignoré le sien. Mais quelque chose lui disait que même si elle comprenait facilement le fait que jouer du canon n'était pas un divertissement, elle ne renoncerait pas à une opportunité d'en voir un en action. Et puis ce n'était pas comme si le reste des explications sur la manière dont elle abordait son éducation n'allait pas la détourner à grand coup de flatterie justifiée. Il y avait largement de quoi être impressionné. Si lacunes il y avait, celles-ci n'étaient, du moins du point de vu de la pilote, pas particulièrement problématiques. Ce n'était pas comme si elle avait des difficultés à s'exprimer ou était incapable de faire fonctionner un Omnitech. Certes, elle ne rentrait pas dans les standards asari, mais est-ce que ça comptait tant que ça? Si elle était heureuse et ne perdait pas son esprit affuté et curieux, l'essentiel était largement atteint.

La suite des plats arrivait tout naturellement de la même manière que l'entrée, avec le drone amélioré d'Eyma. Le plat, bien plus conséquent, n'en était pas moins alléchant, et Miho était plus qu'heureuse que la combinaison ne soit plus une obligation vitale. Elle huma le parfum qui s'échappait avec un plaisir plus qu'évident. Tous ces petits détails sensoriels maintenant accessibles lui faisait régulièrement regretter le fait de devoir se recoltiner la combinaison dans le cadre de son travail. Ce qui avait pourtant toujours fait partie de sa vie était parfois considéré comme un fardeau à présent. Raison de plus pour passer sur Rannoch autant de fois qu'il lui était possible.
Elle écouta le descriptif de la cuisinière en herbe avec un air légèrement interrogateur. Le moins qu'elle pouvait dire était qu'Eyma ne manquait pas d'imagination gustative, soulevant en elle une envie croissante de passer à l'attaque pour se faire une idée plus précise de ce qu'elle ne pouvait que voir et sentir pour le moment.

Tandis que le service se faisait tout naturellement, Sati prit la peine de répondre aux interrogations de Miho. Ainsi donc la jeune quarienne avait une activité plus conventionnelle pour une représentante de son espèce. Apparemment flexible dans ses compétences technique, le milieu dans lequel elle évoluait professionnellement se trouvait être assez peu associé à la mode ou juste l'art. C'était fou comme un petit quelque chose pouvait parfois faire radicalement basculer une existence. Elle s'interrompit plus par la surprise du contenu de son verre que par la nécessité de faire une pause. Miho jeta presqu'immédiatement un regard à Tila en constatant que celle-ci avait servi du vin à la pauvre Sati déjà bien émue par l'apéritif. Pauvre enfant... Imperceptiblement, Miho tendit la main et décala légèrement la bouteille de vin pour que celle d'eau soit la première accessible pour la suite. Non pas qu'elle voulait bannir l'alcool des consommations de Sati, mais elle se dit que compte tenu de la sensibilité de la jeune femme, mieux valait ne pas l'inciter à commettre ce qui pourrait être sa première beuverie en compagnie de son patron. Question d'éthique.

En tous les cas, elle détailla son cheminement jusqu'à Avenir. Un parcours de fan, en effet. Il n'y avait rien de mal là-dedans, au contraire. Sati avait suivit son coeur en quelque sorte. Elle avait quitté sa zone de confort pour se lancer dans un univers radicalement différent du sien, et à en croire sa manière de le dire, c'était toute une passion qui s'était révélée à elle. Miho sourit, en constatant aussi bien les joues assombries que le regard brillant. Il ne s'agissait pas que d'alcool et elle ne pu s'empêcher de poser sur Tila un regard admiratif. Elle avait pris sous son aile la personne qui non seulement pourrait apporter beaucoup, mais aussi et surtout probablement celle qui avait le plus besoin d'un nouveau départ dans sa vie. Un choix à la fois judicieux et bienveillant. Elle se tourna à nouveau vers Sati.

"C'est une merveilleuse aspiration."

Même Seides devait être touché par les propos tenu, et rendait la pareille à une Sati visiblement ravie de trinquer. Au moins, elle n'avait plus le nez plongé dans son assiette, ce qui fit plaisir à Miho. Elle allait d'ailleurs poursuivre, histoire d'inciter un peu plus la timide jeune fille à sortir un peu plus de sa coquille (il fallait en profiter, les inhibitions la quittaient temporairement) quand Seides lui-même revint plutôt au sujet de la Coopérative.

"Et bien... Oui et non. Bien entendu la bonne foi prime, puisque le but premier de la coopérative est l'entre-aide."

Elle leva un instant les yeux vers le plafond, cherchant comment expliquer la chose sans trop s'égarer. Oui, il était facile pour n'importe qui de profiter des avantages de la SCTI et de retourner sa veste le moment venu. Mais ce genre de chose pouvait se retrouver dans tous les domaines. Mais rien n'était totalement perdu. Les membres reversaient une part de leurs bénéfices, permettant à ceux plus actifs d'améliorer leurs moyens. Mais il ne s'agissait à la base pas de créer une flotte de combat. Juste des vaisseaux avec suffisamment de technologie et de membres pour faire basculer la tendance en cas d'attaques criminelles. Celles-ci n'étaient que très rarement constitué d'une flotte gigantesque, et si tel devait être le cas, alors ils évitaient simplement d'avoir à se frotter à eux. Et si dans le pire des cas un affrontement de grande envergure était inévitable...

"La SCTI n'a pas vocation à former une armée, même si dans les faits la quasi-totalité des vaisseaux membres sont armés et que les équipages initialement issues de la flotte lourde, ou d'anciens combattants de diverses nations prennent la peine de former les néophytes aux batailles spatiales. Nous n'exigeons pas que tous les membres soient en mesure de risquer leur vie, mais qu'ils soient tous en mesure d'intervenir pour aider leur prochain. Il peut s'agir de ravitaillement, d'évacuation... Mais ce n'est pas pour autant qu'aucun système de contrôle n'existe. Il peut y avoir des vérifications effectuées de manière aléatoire ou systématique en fonction des cas."

D'anciens pirates reconvertis devaient montrer patte blanche et étaient pour ainsi dire fliqués pendant quelques années par la Coopérative. Si des équipages s'égaraient et tiraient parti de la SCTI pour dissimuler des actions douteuses pour leur propre compte, ils pouvaient le payer au prix fort. Renvoi de la société, confiscation du vaisseau, financement du parti adverse dans le cadre d'un procès... Ils n'étaient pas tendres avec ceux qui ne respectaient pas les bases essentielles de leur carnet des charges.

"Et parallèlement nous veillons à établir certains protocoles d'entraide d'urgence avec les gouvernements et leur armée. C'est le cas de la Fédération de Rannoch, qui nous a prêté les services d'un porte-chasseur dans le cadre d'une intervention. J'ai bon espoir d'obtenir les mêmes accords avec d'autres gouvernements. Nous avons déjà signés quelques contrats à ce sujet avec l'Alliance, comme une sorte de phase test avant l'élaborations d'accords à durée non déterminée. Le gouvernement volus est entré récemment dans la bataille pour ainsi dire. Et nous avons déjà une première approche avec Eraven, mais sur un tout autre plan pour l'instant."

Tout n'était que business en un sens, mais rien n'empêchait d'assurer un minimum ses arrières. Miho songea à la fois la plus marquante où la flotte avait été mobilisée. Ils étaient à ce moment-là bien moins nombreux et certains ne possédaient même pas d'armement propre à une bataille. Il n'avait pas s'agit d'appeler la cavalerie à l'arrache, tout avait été soigneusement planifier. Les membres du conseil d'administration se muaient alors en stratèges de guerre. Oui, le rôle des membres étaient de répondre présent, mais dans la limite de leurs moyens, le degré de prise de risque, les personnes aux commandes, le type d'adversaire...

"La seule fois où la flotte a été mobilisée, c'était pour attaquer une station spatiale, QG d'un réseau de piraterie, protégée par sa propre flotte également. Tous ont répondu présents sans exceptions. Mais l'attaque était coordonnée, et gérée. Un système de hiérarchie d'urgence a été conçu, de manière à ordonner l'ensemble. Sous une bonne organisation, et un bon système de défense, à plus forte raison avec un financement commun pour équiper convenablement les vaisseaux en blindage, bouclier et armement, les membres faisant défection sont pour l'heure inexistants. Nous verrons bien quand une crise inattendue se présentera."

Miho marqua un temps d'arrêt profitant d'une bouchée délicieusement équilibrée en terme d'arômes avant de conclure.

"J'ai foi en ceux qui se sont investis dans ce concept. Tous veulent bénéficier d'une certaine sécurité, et tous comprennent que pour l'obtenir, il faut un minimum d'implication et de sacrifices. On a rien sans rien, en somme. Mais seul, un indépendant peut facilement devenir une proie qui disparait sans laisser de traces. Nous veillons à ce que chaque membre puisse compter sur les autres. Si l'un d'entre eux s'avère incapable de le faire, son cas tout comme sa légitimité à se prétendre membre seront réexaminé, et éventuellement les avantages jusque-là accordés seront retirés. J'espère ne jamais voir cette situation se produire. Mais vu le développement de la réputation de la SCTI, je doute qu'un de ses membres actuels souhaite être le premier officiellement rejeté. Ce ne serait pas bon pour les affaires."

Ou peut-être s'avançait-elle un peu trop pour le moment. Mais une chose était sûre, l'évocation de la Coopérative ouvrait des portes aux indépendants. Si l'un d'entre eux devait perdre son statut, pas sûr qu'il soit toujours bien traité par ses clients potentiels. En tous les cas, les équipages pouvaient obtenir sans mal une formation de la part des groupes plus expérimentés dans un domaine, afin d'acquérir des connaissances mais aussi et surtout de l'assurance.

"Et pour une note plus légère, Seides, as-tu des projets pour Avenir? Ou d'autres objectifs personnels peut-être?"

Déjà qu'il proposait des tenues de folie, des combinaisons magnifiques, un environnement sensoriel pour aider les quarien à passer l'étape des tenues plus légères, et maintenant des styles sexués pour les geths, jusqu'où pourrait-il aller? Tout bien réfléchit, la question pouvait tout aussi bien s'accorder à Tila, compte tenu de son statut dans l'entreprise.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 344
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,409.00 Points

Re: Un dîner presque parfait.

Message par Seides » 18 Juin 2018, 21:32

La conversation autour de la table s'orienta vers la SCTI, entre deux bouchées du plat de sa fille.

La geth écouta attentivement l'explication, ainsi que les moyens de cet organisation. Et le moins que l'on puisse dire été qu'elle en avait sous la pédale.

Déjà cette histoire avec le porte-chasseur de la Fédération. Détaché des soucis militaires il n'avait pas prêté attention à ça. Mais obtenir la confiance d'un gouvernement pour se faire prêter un porte-chasseur, rien de moins, n'était pas une mince affaire. Il se demandait qu'elle genre de ficelle la quarienne pouvait tirer pour obtenir cela, car même avec de la confiance, quelqu'un quelque part avait dit oui. Mais en y réfléchissant bien, cette organisation été un regroupement de tous bords. Ce qui signifiait aussi beaucoup de connections. Après tout, il n'était pas entre marchands, ou entre militaires ou entre politiciens.
Elle avait un peu de tout ça, dont des vétérans. Ses connections venaient peut-être de là.

Le fait qu'ils aient attaqué une base pirate lourdement défendue signifiait beaucoup de chose. Oui les stratèges devaient être brillants, mais il fallait surtout des moyens. Une supériorité qui permettait de faire une attaque de ce genre sans perte significative. Sans les données de l'attaque ou même de la base prise d'assaut, il ne pouvait que spéculer, mais la flotte de la SCTI était au minimum constituée de deux douzaines de vaisseau. Grand minimum. Avec un bon quart d'un fort tonnage.
La Fédération aurait une bonne idée de les garder à l’œil.

Finalement Miho conclut sur une note positive, voir optimiste sur les membres composants l'actuelle SCTI.
Seides ne pouvait que souhaiter que cela dur, tout comme il ne souhaitait pas que cette entreprise tourne mal. Une flotte de cette taille tournant côté obscur serait une épine dans le pied de beaucoup de monde. Une grosse épine.

Après quelques bouchées de plus ou chacun été perdu dans ses pensées ou simplement profitait du repas, Miho posa une question toute simple mais oh combien essentiel sur son futur.
Pour le coup Tila et Sati furent extrêmement intéressées et ne lâchèrent le geth des yeux que pour piquer leur prochaine bouchée avec leur fourchette.

En voilà une question intéressante. Mais au final Seides y pourvoyait déjà.
"Je m’apprête à vous poser la même question Créatrice. A vrai dire j'ai des projets en permanence. J'ai toujours besoin de quelque chose d'exotique pour renouveler mes collections, et faire tourner la boutique si je puis dire.
Mais en ce qui concerne Avenir, je n'ai pas de projets neufs. La création d'armure féminine prend déjà pas mal de temps en réalité. C'est véritablement du sur-mesure systématique.

Mais je pense que votre question sera un peu plus satisfaite par Evolution."


Tila se racla la gorge. Visiblement elle signifiait à son patron qu'il devrait peut-être évité le sujet.
Le geth s’apprêta à objecter sur la confiance que l'on pouvait porter à Miho quant il songea qu'elle n'était pas le problème que sa gérante soulevait.

"Mesdemoiselles, c'est un secret d'entreprise. Donc ce dont je vais parler doit rester autour de cette table jusqu'à ce qu'il en soit fait mention officiellement."

Eyma fit oui de la tête et Sati répondit : "Je suis trop heureuse de travailler avec vous. Je ne risquerai jamais mon poste pour rien au monde !"

Il regarda Tila pour avoir son avis, mais elle se contenta de hausser les épaules. Ce n'était pas son travail de prendre certaines décisions. Quant à Miho, sa parole n'était même pas à mettre en doute.
"Evolution est une succursale que nous allons ouvrir sous peu sur la Citadelle.
Ce n'est pas un secret que j'agrandis ma boutique qui y est déjà, mais personne ne sait la vraie raison.

Evolution fera dans la réalité virtuelle. Là où nous allons nous démarquer des concurrents c'est sur le principe du Full Dive.
En effet grâce au casque et à la capsule dans laquelle vous rentrez vous allez être plongé entièrement dans le monde virtuelle que nous aurons créé. Et quand je dis entièrement je parle de tout vos sens.

Sans trop rentrer dans les détails, lea technologie va vous faire entrer dans un état semi-éveillé, ou une transe légère, et la casque va envoyer des signaux à votre cerveau directement via les nerfs du corps.
La difficulté a été que nous ne pouvons pas offrir cette expérience à tout le monde à l'heure actuelle. Les Créateurs et les humains seront les premiers à en profité car la morphologie de leur crâne est assez similaire. Suivront ensuite les asaris et vu la forme du casque que nous prévoyons les Turiens, bien que pour ces derniers l'exosquelette nous pose soucis. Il faudra peut-être un module supplémentaire ou un petit boost de puissance.
Et le reste de la galaxie suivra après ça.

Mais le mapping du cerveau de chaque race est un défi. Tout comme programmer le tout pour prendre en compte chaque variations de chaque personnes."


"Attends ! Tu dis qu'en gros, au lieu d'avoir juste un masque et des contrôleurs dans les mains, je vais... être dedans ?"

"Pour faire une analogie tout à fait exact, nous allons vous faire entrer dans un genre de consensus ludique."
Sa fille en resta bouche bai. Un consensus accessible aux organique. Bien sûr, ça n'avait rien de nouveau. Les Créateurs le faisaient à leurs débuts, pour le Commandant Shepard pour ceux qui avaient le détail de cette mission particulière et enfin tout récemment Layla Archer.
Mais Seides se garda de divulguer ces informations.

"Nan, mais papa faut que tu me le fasses essayer. Franchement je veux bien garder un truc pareil pour moi, mais tu me le fais essayer avant !" négocia l'asari. Mais Seides resta très ferme et c'est avec ce ton qu'il répliqua : "Non Eyma. Ce n'est pas un sujet de discussion. Si tu révèles trop tôt cette information tu feras beaucoup de tort à l'entreprise.
Je te fais confiance pour garder un secret. La confiance ne se négocie pas !"


Eyma déglutie devant le ton de son père. Il était rare qu'il ne fasse autre chose qu'utiliser un ton assez neutre ou bienveillant. Encore moins qu'il est des attitudes ou paroles dures avec elle, pas aussi directement. Mais c'est ce qu'il venait de faire.

"Je... Je suis désolé. Je voulais pas te fâcher non plus.
Mais c'est juste... Ton truc, si ça marche comme tu dis, c'est simplement monstrueux. C'est génial. Et je voudrais juste l'essayer. Je veux dire si y'a moyen, j'aimerai bien."
Elle n'avait pas abandonnée, mais révisait juste sa tournure de phrase, histoire d'être moins impérative... Et faire oublier la presque menace qu'elle avait sans le vouloir proférée.
Mais le regard qui ne lâchait pas sa fille était aussi implacable qu'un geth en était capable. Et il était capable de beaucoup.
"Et oui, bien sûr que je ne dirais rien. C'est promis." Elle pinçait les lèvres de gène devant la remontrance. Malgré toute la maturité dont elle était capable, avec ses années passées en esclave, de temps à autre elle redevenait une simple adolescente égoïste.

Seides hocha la tête devant la promesse : "Oui cela marche comme je l'ai dit. Du moins selon l'avis de ceux qui ont tester. Avec ce programme nous pouvons créer des mondes virtuelles à loisir. Avec des règles qui ne sont pas celle de la physique connue. Et des possibilités infinies. Avoir des ailes, la magie, un concept des plus incompréhensible pour moi, des créatures et des mondes fantastiques ou au contraire parfaitement futuristes. Des mondes complets avec des fleurs, des arbres, des sensations, des odeurs... Bref, tout ce que l'on voudra créer.
Ou recréer. Des batailles anciennes ou plus récentes. Ou faire des regroupements de faction.
L'un de nos mode de jeu est la guerre des mondes. Nous faisons s'affronter les joueurs par race. L'équipement est celui de leurs mondes respectifs. Beaucoup voudrait se mesurer à nous. Je leur souhaite par avance du courage."


Seides conclut : "Si j'ai toujours un plaisir créatif dans la mode, cette idée là pourrait nous aidé à nous rapprocher. J'ai fini par une idée de conflit, mais toutes les autres sont coopérative. Et il est possible que d'autres applications puissent être développées. Si tout marche comme il faut naturellement."

Tila souleva un sourcil, se demandant ce que Seides pouvait bien vouloir dire par là. Il avait parfois des idées folles, qui se révélaient géniales. Mais elle se demandait à quoi il allait adapter cette technologie.

Seides ne répondit pas à sa question, ayant lui aussi ses secrets.

Il laissa les gens digérer cette information, ainsi que leur repas, répondant aux questions avant de se tourner à nouveau vers Miho.

"Et vous Créatrice. Que préparez vous pour l'avenir, vu que rien ne se profile du côté sentimental ?"
Avatar de l’utilisateur
Seides
Papa Geth

Papa Geth
 
Message(s) : 231
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Créateur d'Avenir et d'Evolution
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 832.00 Points

Re: Un dîner presque parfait.

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 19 Juin 2018, 23:03

Les relations pouvaient faire beaucoup. C'était triste de ne pouvoir compter sur des compétences seules, mais c'était aussi comme ça que l'univers tournait. Pour avoir l'appui de la Fédération, ça n'avait pas été trop compliqué. Il fallait dire qu'à ce moment-là, elle faisait encore partie du Maefis, tous des anciens de la flotte lourde, et que parmi les ex du Maefis comptait un pilote dont Miho avait scandaleusement piqué la place. Un pilote qui avait pu ainsi faire ses preuves dans d'autres domaines, et qui maintenant était commodore de l'armée quarienne, à la tête d'un porte-chasseur. Sans compter les nombreux amis de Fyn qui eux exerçaient toujours et avaient pu monter les échelons.
Ça allait être plus compliqué avec d'autres nations, mais heureusement, ils étaient nombreux et de tous les milieux. Trouver une personne qui en connait une autre qui en connait encore une autre, et ainsi de suite, ça ne devrait pas être trop compliqué en effet. Mine de rien, la variété de se membres leur conférait un sacré avantage. Elle se demanda au fond si sur du long terme, ça ne risquait pas d'en inquiéter certains, comme à cette époque pas si lointaine où l'arrivée de la Flotte Nomade suscitait bien des angoisses. Peut-être que ce sera le cas, aussi Miho espérait-elle que dans ce cas, les différents gouvernements invités à s'impliquer comprendront que ce choix serait mieux pour eux que de refuser et ignorer ce qui se passait ensuite. Mais ils n'en étaient pas encore là. La SCTI avait beau continuer de s'étendre, beaucoup n'y voyait qu'une petite communauté d'indépendant sans percevoir tout le potentiel de la chose. Dommage pour eux.

Le repas se poursuivait bien. Il fallait dire que le menu, plus que bon, faisait sensation auprès de tous les organiques, Miho la première. Elle prit une nouvelle bouchée, ajoutant un peu de cette sauce sucrée-salée qui s'accordait merveilleusement bien avec la volaille, en observant l'effet de sa question autour de la table. Sati comme Tila paraissaient très intéressées par la réponse à venir. Normal, il s'agissait de leur future à elles aussi après tout. En revanche, la note de méfiance de Seides stimula tout particulièrement la curiosité de la quarienne. Miho hocha naturellement la tête quand il parla de confiance et de secret d'entreprise. Bien qu'elle ne doute pas de l'intégrité de Tila un seul instant, il n'en était pas de même pour Sati et Eyma. La première avait peu de chance de trahir le patron, surtout après la déclaration qu'elle lui avait fait sur l'affection qu'elle portait à l'entreprise, quant à Eyma... Si elle devait lâcher le morceau, ce ne serait certainement pas par malveillance. Mais il était clair que, compte tenu de l'importance que ça avait pour Seides, il valait mieux que ce dernier précise d'avantage la prudence dont elle allait devoir faire preuve.

Évolution, donc. On ne s'éloignait pas trop du champ lexical que sa principale oeuvre. A peine avait-il évoqué le concept de plonger tous les sens dans un autre univers que Miho se figea quelques secondes. Lentement, elle reposa sa fourchette. C'était juste.. Énorme. Surtout parce que la première pensée qui l'avait traversé n'était pas l'aspect ludique de la chose, mais plutôt toutes les avancées technologique qu'un tel système pourrait permettre. Créer virtuellement un vaisseau et tester sa résistance en pleine bataille, expérimenter peut-être des vaccins ou des médicaments, si la puissance de calcul le permettait, cela irait bien plus loin qu'un simple ordinateur.

L'évocation des soucis techniques rencontrés quant à la morphologie de la clientèle ne fut écoutée que d'une oreille. La quarienne fixait Seides d'un air à la fois fascinée, mais aussi inquiète. Il créait un Consensus à l'usage des organiques. Mais était-il possible que par la suite, des organiques se servent de ce système pour trouver un moyen d'infiltrer et corrompre celui à l'usage des geths? C'était une prise de risque, mais aussi tellement excitant! Son simulateur holographique lui parut méchamment désuet en comparaison. Avec ça, il serait possible d'enseigner, de transmettre, d'apprendre, le tout avec une telle facilité! La pratique serait certes virtuelle, mais pour le cerveau, c'était une autre histoire. Et surtout la recherche! Miho frémit en imaginant tout ce que sa belle-soeur pourrait envisager avec un tel programme. En tout cas elle, elle voyait déjà des options exploitables, et rien qu'avec le mode ludique. Son équipage s'entraînait, pour que les nouveau, on-formés, puissent un jour être en mesure d'agir sur le terrain dans le feu de l'action. Mais s'ils pouvaient se plonger dans une situation sur le terrain, avec le stress, les explosions, les sensations, et le tout sans risquer leur vie, alors ils seraient vraiment et définitivement bien mieux formés qu'en ne basant leur apprentissage que sur des exercices physiques et des leçons théoriques.

Humains et quariens d'abord, ok... Son groupe était trop hétéroclite pour faire partie de la première clientèle. Dommage. Puis une pensée lui vint. Le matériel employé pour ça allait nécessiter une sacrée puissance. S'ils avaient la technologie pour, combien de temps avant que des hackers ne se mettent à la page et s'en serve pour d'autres choses? Elle ne doutait pas un seul instant que Seides avait pris ses précautions à ce sujet. Et une précaution geth, c'était sacrément badass. Mais sur les années à venir cela serait-il suffisant? Et s'il était possible de créer par la suite un système équivalent ne nécessitant ni capsule ni casque? Comme par exemple un système de sécurité piégeant des cambrioleurs dans un monde virtuel. Ou par des forces armées peu scrupuleuses piégeant un criminel dans un monde virtuel où la torture pourrait devenir un art de vivre. Non, elle allait trop loin, très certainement. Même si Miho partait du principe que si elle pouvait l'imaginer, n'importe qui pourrait le faire, elle se dit qu'il y avait encore du temps et bien assez de protocole de sécurité et de brevets pour que quelqu'un comme Seides puisse empêcher d'autres de souiller son oeuvre.

L'engouement d'Eyma à ce sujet fut rapidement douché. La quarienne lui jeta un coup d'oeil. Un tel produit avait de quoi exciter l'imagination d'une jeune fille. Elle pourrait y faire tant de choses! Et as uniquement de la bataille ou autre. Elle pourrait y trifouiller tous les réacteurs à coeur d'ézo sans protection et sans craindre quoi que ce soit, par exemple. Ou alors s'amuser à se battre avec ses amis, développer des idées à l'utilisation de ses pouvoirs biotiques. Un simple regard la rappela à sa promesse. Aussi intéressant que soit le projet de Seides, et aussi sûr que l'était Miho qu'Eyma compterai parmi les premières asari à s'y amuser, la jeune fille ne devait pas oublié le concept de secret et de confiance. A cet échange, elle jeta un coup d'oeil à Tila, qui elle-même observait Sati. Celle-ci hocha la tête, comprenant la confirmation que sa patronne directe attendait. Pensive, elle prit son verre de vint et dégusta ne gorgée. Elle chassa les mauvaises pensées quant à l'usage douteux que d'autres pourraient faire d'une telle invention. Elle était à un dîner, pas dans une discussion en conseil d'administration. Néanmoins, elle ne pu s'empêcher de trouver un petit côté malsain à la précipitation que certains en avait de vouloir se servir de ça pour se mesurer aux geths. Pourvu que cela reste bon enfant et ne serve pas d'excuses à certains petits malins pour renforcer leurs armées et créer des armes bien plus destructrices que celles déjà d'usage.

La dernière note plus positive de Seides poussa Miho à se raccrocher aux perspectives qu'une telle réalité virtuelle pourrait apporter à la recherche. Il y avait tant d'applications... Et même dans la mode! Seides pourrait tester le tomber des matières, la résistance des tissus, le mélange des teintes, en ayant le toucher, et des lumières différentes. Des choses difficiles à obtenir avec un simple hologramme. Sans compter la clientèle qui pourrait essayer les modèles d'un simple claquement de doigts. A ces propos, elle sourit à l'attention du geth, reprenant une expression plus légère en terminant son assiette. Tila avait l'air plus sceptique, ou du moins interrogative. Sans doute redoutait-elle les idées que son patron pourrait encore vouloir développer par la suite. La question de l'Avenir se posa pour elle aussi, non sans qu'elle n'ait de projets aussi ambitieux que ceux de son ami.

"Et bien... Facilité l'intégration et l'ouverture des Lanoziens... Améliorer un système d'intégration et de formations des jeunes en difficultés, que ce soit à bord d'un vaisseau, ou en entreprises chez nos partenaires... Mais nous n'en sommes qu'à la phase test avec celui-là. Et pourquoi pas... Tâcher de compter parmi les premiers à s'étendre jusqu'à Andromeda."

La Seconde Initiative Andromède était assez médiatisée dans l'heure. Miho, elle, rêvait de celui-ci depuis qu'une certaine Layla Archer lui en avait parlé sur une terrasse de café. Mais c'était bien avant la SCTI. A présent la Coopérative apportait de temps à autre leurs moyens à Olympus, afin d'aider comme ils le pouvaient ce grand projet. Cependant le degré d'implication ou la quantité d'objectifs de la SCTI à ce propos était inconnu. En même temps, tout le monde s'en fichait, c'était Olympus qui était l'instigateur de tout ça. Eux n'étaient que des employés occasionnels dans la chaîne de transport des matières premières.

"Mais on y est pas encore, et la conception d'un siège administratif hypermobile à y emmener n'est pour l'heure limité qu'à quelques plans sans cesse modifiés. Difficile de coordonner les idéaux d'autant de personnes, d'espèces et de profession différentes!"

Cependant une toute autre question lui traversa l'esprit.

"Dis-moi, TIla, du coup... Tu as prévu de passer quelques temps sur la Citadelle pour ce futur projet? Ou tu vas rester gérer les affaires sur Ranoch?"

Indirectement, elle se posa la même question pour Sati. Modèle avec des compétences bien plus poussées que simplement défiler avec de jolies robes... Peut-être Tila comptait-elle la former pour qu'elle gère l'entreprise sur Rannoch afin qu'elle puisse découvrir d'autres lieux.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 344
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,409.00 Points

Re: Un dîner presque parfait.

Message par Seides » 20 Juin 2018, 20:09

La question du Consensus organique sembla donner matière à réflexions à Miho, bien qu'elle ne les partagea pas avec la tables. Certains concepts avaient besoin de mûrir chez les organiques. Leur cerveau avait besoin de retourner une idée. Le processus n'était pas toujours conscient et on ne pouvait pas parler de réflexions à proprement parlé. Mais parfois, avec un peu de temps, des idées venaient d'elles même. C'était encore la grande différences avec les geths. Eux auraient dit qu'ils prennent le temps de calculer tout les paramètres. Ce qui été nettement plus rapide, mais manquait d'inspiration, d'idée originale.

Il se demandait si elle ne pourrait pas, un jour à l'improviste, lui soumettre une idée géniale à intégrer à son concept.

Elle répondit à sa question en annonçant les projets de son entreprise : "Les Lanoziens ? Ces nouveaux venu qui nous assimilent aux Anciennes Machines, si j'ai bien saisi les rapports du Consensus de ceux qui ont fait le voyage là-bas."
"Ils prennent les geths pour des Moissonneurs ?" fit Eyma effarée.
"C'est plus compliqué que cela, mais en gros si une machine à la moindre capacité d'initiative, c'est... Mal ? Interdit chez eux. Mais interdit taboo. Même les IV sont assimilées aux Anciennes Machines dans leur culture."
"Je ne vais pas beaucoup les aimer." fit l'Asari, les sourcils froncés.

Seides resta pensif un instant face à la réaction de sa fille. Elle défendait son père et à travers lui les geth en s'exprimant de cette manière. Mais contrairement à lui elle n'avait pas toutes les cartes en mains. Ni un centenaire et une image d'épouvantail à éliminer. Ah, aussi une dose de patience et d'esprit calculateur geth.

"Comme je l'ai dit, ce n'est pas aussi simple. Ce que je vais dire est de seconde main, donc sujet à caution. En gros et contrairement au reste de la galaxie des restes des Prothéens ont très bien survécus sur leur planète. Du coup ils étaient au courant pour les Moisonneurs et ont appris à le craindre. Culturellement. Résultat, tout ce qui est IA ou en ayant l'air, comme les IV sont abhorrés.
J'ai lu autre chose sur le fait qu'ils n'aimaient aucune augmentation non-naturelle, qu'elle soit synthétique ou bilogique. Les implants c'est non. Mais surtout les omnitech."


Eyma ouvrit à nouveau des yeux ronds : "C'est décidé, je ne les aime pas !" Visiblement elle n'envisageait pas sa vie sans omnitech, qui était un outil bien pratique, il été vrai.

"Je peux comprendre cela. Mais... Si on prend en compte leurs origines culturelles, on peut comprendre une bonne partie de leurs aversions pour certaines choses.

Malgré tout ça risque de ne pas plaire et j'ai peur qu'on en fasse rapidement les nouveaux geths de la galaxie. Ceux qu'on ne veut pas voir.
Il n'y a aucun débat sur le Consensus à ce sujet, malgré qu'elle a l'air d'une race qui pourrait bien tentée de nous détruire à vue. Je suppose même que nos représentants attendent de voir comme le Conseil va gérer cela, en accord avec notre nouvelle place dans l'espace Concillien.
Néanmoins il serait bon que quelqu'un décide de confronter les Lanoziens avec notre la réalité de notre existence.

Dans une note personnelle, je préfère ne pas les juger et j'engagerai les miens à s'informer des réactions probables qu'un Lanzonien pourrait avoir en notre présence et à la prudence, ainsi que de la patience."


Malgré les risques, Seides aurait bien voulu rencontrer un ou deux représentants de cette nouvelle race. S'ils ne lui sautaient pas dessus directement ou s'ils ne faisaient pas une syncope, il serait intéressant de s'éduquer les uns les autres.

Miho poursuivie sur les plans de la SCTI. Devenir la première entreprise inter-galactique, rien que ça. Évidement cette expansion n'allait pas se faire de manière d’intéressée. Il ne comprenait toujours pas cette engouement pour le bien matériel chez les organiques, mais comprenait les rouages de l'économie de marché et savait qu'il fallait s'étendre pour survivre. Et Andromède ressemblait à un terrain vierge de ce point de vue.

"Une base mobile de grande importance ? Voila qui serait intéressant.
Peut-être que ce que vous cherchez existe déjà. Une Arche ?"
Les plans n'étaient pas publiques, mais en demandant peut-être ?

Il voulait soulevé un autre point de la réponse de Miho, mais cette dernière se tourna vers Tila, qui prit un petit instant de réflexion avant de répondre : "Je préférerai rester Vas Rannoch encore un petit moment à vraie dire." Elle regarda Seides en disant cela. Le message était plutôt clair, mais le synthétique n'avait jamais eu l'intention de muter sa première employée de force.

"De plus ça suppose que la personne qui gère Avenir sur la Citadelle est incompétente. Ce qui n'est pas le cas vu c'est cette boutique qui génère le plus de revenue actuellement.

Pour finir j'ai bien assez de travail ici. Après tout être co-gérante d'Avenir sur Rannoch signifie également gérer la partie plage de loisir souterraine, les usines de productions, uniques dans la galaxie et la R&D. Au détail d'Evolution qui a été une partie exclusive de Seides."

Ce dernier avait gardé cette partie secrète. Il ne travaillait même pas dans les locaux de sa société. Et pour cause : la technologie employée été celle du Consensus. Même les capsules. On l'avait juste modifiée pour accueillir plus facilement des organiques et pouvoir développer des interfaces de créations. Plus pleins d'autres détails pour le rendu des sensations.
Bref, Tila n'était pas au courant.

"Donc voilà, je n'ai pas besoin de travail supplémentaire. Et puis..." elle passa sa main dans le dos de Miho en la regardant dans les yeux : "Tu me manquerais beaucoup ma chérie."
Sa comparse faisait maintenant partie des quelques personnes qui avait un domicile fixe dans un coin de son cœur. Il aurait été pénible de se priver de sa présence et quoi qu'en dise Miho sur son travail qui l'emmenait loin dans la galaxie, elle avait de la famille ici, ce qui en faisait un point d'arrêt privilégié.
Sati et Eyma poussèrent un petit : "Awww !" attendrit devant cette belle démonstration d'amitié. Leur synchronisation les firent rire toutes les deux.

Seides n'était pas insensible non plus, même si pas aussi démonstratif. Il était content pour les deux Créatrice.
Néanmoins il revint à sa question précédente : "J'aimerai revenir à ma question précédente Créatrice Shakti.
Votre réponse n'a couvert que la partie professionnelle de votre vie. Et votre vie personnelle ne se résume pas qu'à votre vie intime. Peut-être avez vous des projets ?
Vous installer sur Rannoch ou rester dans l'espace ? Peut-être vous tourner définitivement vers Andromède ? Vous poser un moment pour fonder une famille ou vous consacrer totalement à votre travail ?"

Il désigna Tila : "Comme je le découvre ici, vous avez fait bien plus que cela depuis votre venue à Avenir."

Seides n'imaginait pas Miho devenir plus geth que geth à travailler uniquement. La jeune femme était intelligente et pleine de vie. N'avait elle pas rencontrer la bonne personne ou n'avait elle pas eu le temps de trouver le bon partenaire ? N'avait elle pas de projet (non-intime) autre que développer une entreprise ? S'installer quelque part, développer son propre cadre de vie, avec une maison à son goût par exemple ?

Ou ce qu'elle faisait été ce dont elle avait besoin peut-être ? Peut-être n'y avait il pas besoin d'autre chose. Seides été curieux.
Avatar de l’utilisateur
Seides
Papa Geth

Papa Geth
 
Message(s) : 231
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Créateur d'Avenir et d'Evolution
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 832.00 Points

Re: Un dîner presque parfait.

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 21 Juin 2018, 00:18

Il semblait que les lanoziens avaient déjà une solide réputation à l'égard des geths. Quoi de plus logique quand tout dans leur culture rejetait jusqu'à l'existence même d'une créature synthétique? Quand les quariens avaient eu un peu moins de trois siècles à payer les conséquences de leur attitude et développer une culture de méfiance vis-à-vis des geths, les lanoziens avaient eu bien plus de siècles encore, basés sur les avertissement de toute une galaxie qui avait subit une pure et simple extinction. Elle trouvait l'attitude de ces gens tout à fait logique et la comprenait parfaitement, même si elle se refusait à envisager cette pensée comme une seule et unique facette de cette espèce. Après tout, une culture n'était pas une généralité, elle en avait la preuve vivante à bord même de l'Erakis. Elle nota cependant avec un sourire amusé que la propension d'Eyma à défendre son papa possédait la même vigueur que certains lanoziens à défendre leurs points de vue. Un point de vue que la SCTI respectait, comme en avait attesté l'adaptation de pas mal de vaisseaux et d'équipages se spécialisant dans le transport de représentants de cette race. Il fallait procéder par étape. Il y aurait toujours des extrémistes, mais il ne fallait pas, au nom de ceux-ci, empêcher les plus aventureux de s'offrir de nouvelles perspectives. Seides était nettement plus nuancé en la matière, ce qui était logique. Ce rôle d'IA dont tout le monde se méfiait, il y avait fait face depuis la création du Consensus, même en tant qu'entité unique.

"L'un des membres de mon équipage est un lanozien. Il est parfois encore stressé à l'idée de passer un relais, mais il a choisi d'affronter ses craintes ancestrales. Et maintenant il aime bien traîner avec Mun, et surtout taquiner Iaso, notre médecin de bord geth."

Si Iaso était un expert en anatomie et biologie en tout genre, il ne savait pas grand chose sur les lanoziens. Aussi, Leslav aimait bien s'amuser à lui raconter des choses, pour voir le geth démêler le vrai du faux, et surtout parce que ce dernier était capable de réactions très organiques, comme de l'énervement, ce qui rendait leur lanozien hilare. Et dire que quand il s'était présenté, Leslav avait refusé de travailler avec des geth et exigé leur renvoi... Hélas pour lui, Miho n'était pas du genre à virer du personnel présent bien avant juste parce qu'un individu voulait à tout prix ce job sans les contraintes qui allaient avec. Leslav avait fait son choix, et les débuts ont été chaotiques, mais finalement, chacun avait revu sa position.

"Tu feras sa connaissance Eyma. Et quelque chose me dit que tu pourrais bien l'apprécier. Leslav est quelqu'un dont la curiosité a tendance à primer sur la peur."

Sans compter qu'il s'intéressait à la technologie des OmniTech, l'air de rien. Il aimait bien observer les mécanos travailler, et posait beaucoup de question à Ecs sur les intelligences artificielles, cherchant dans les réponses des détails le confortant dans son désir de surpasser son éducation en la matière. Seides aura tout autant l'occasion d'en faire sa connaissance le temps du voyage pour Thessia.
L'idée du geth qui revenait sur la conception de la future base de la Coopérative fit sourire Miho.

"L'idée a déjà été évoquée. Mais les Arches telles qu'elles étaient peuvent être considérablement améliorée grâce à la technologie moissonneur. Il y aura une base d'inspiration, assurément. Olympus a accepté de nous donner un coup de main de ce côté."

Mais ils n'en étaient qu'à leur débuts. Miho était soucieuse d'offrir un point de chute aux membres qui passeraient le cap en direction d'Andromède. Étendre la sphère d'influence, être parmi les premiers à découvrir de nouveaux lieux, connaître de nouvelles races et cultures, grandir tous ensemble, c'était ça avant tout la SCTI. Il ne s'agissait pas d'une entreprise avec pour vocation de remplir le compte en banque de ses associés. Tout fond gagné était réinjecté dans la machine pour permettre à ceux avec moins de moyens de s'améliorer, le surplus étant par la suite soumis à discussion. Projets de réinsertion, objectifs humanitaires... Si le but était de faire de l'argent Miho aurait déjà de quoi s'offrir un palace quelque part sur Rannoch ou ailleurs. Mais sa cabine à bord de l'Erakis lui paraissait déjà tellement grande...

Pour en revenir à Tila, cette dernière ne semblait pas prête de quitter Rannoch. Du point de vue de Miho, cela changeait peu de chose. Ici ou à la Citadelle, elle trouverait bien le moyen de rendre visite à son amie. Mais il était vrai que Rannoch restait la destination phare de la quarienne, en raison effectivement de sa famille. et aussi d'une partie de son équipage. Sans la compter, deux quariens, quatre geths (en comptant Pet, mais elle ne saurait dire si ce dernier préférait cette planète à d'autres)... Et jamais Miho ne remettrait en cause les compétences du personnel affilié à la Citadelle. En revanche, elle aurait trouvé stratégiquement intéressant d'y placer l'une des personnes en lesquelles Seides avait le plus confiance en raison de ce qui se préparait. Mais Miho était loin de connaître tout le personnel d'Avenir. En tous les cas, la démonstration d'affection de Tila lui fit chaud au coeur, et lui arracha un sourire conquis. Presqu'autant que les "awww" qui vinrent l'agrémenter.

Seides lui, n'en démordait pas, et sur un point plus privé surtout. En fait, la quarienne n'avait pas délibérément cherché à éluder la question. En fait, pour elle, le privé et le professionnel était aussi lié. Son départ forcé du Maefis lui avait brisé le coeur, mais la naissance d'un nouvel équipage tendait à réparer ça. Mun, Pet et Mitrha l'avaient suivit, elle avait renoué avec Vaalo, qu'elle avait vu grandir sur l'Akeron. Et se retrouver responsable d'une tête brûlée comme Sogan lui donnait l'impression d'avoir déjà un gamin.

"Développer de nouvelles relations n'est pas vraiment quelque chose qui se planifie. Cela se fait naturellement, quand les gens s'entendent entre eux. Je n'ai pas de projets de ce côté-là, je prends ce qui vient. Et je compte bien veiller à entretenir ce que j'ai déjà la chance d'avoir."

Elle jeta un petit regard entendu à Tila avant d'en revenir à Seides. Peut-être qu'un jour quelqu'un lui donnera l'envie de se poser et fonder une famille. Miho n'était pas étrangère à ce concept, elle et Naen avaient prévus tant de choses pour l'après-guerre. Une maison qui donnait sur une plage, trois enfants, poursuivre leur carrière militaire... Lui avait même voulu mettre le premier en route mais Miho s'y était opposée. En première ligne avec son chasseur, elle ne voulait pas infliger à Naen la douleur de perdre sa compagne et leur enfant dans la foulée. L'ironie avait voulu que l'inverse se produise et quelque part aujourd'hui, elle regrettait ce choix qui l'avait empêchée de conserver un petit peu de son compagnon avec elle. Tous leurs rêves communs avaient été détruits avec l'Akeron.

"Mon vaisseau, c'est ma maison. Mon équipage est aussi ma famille. Si un départ définitif devait se faire, ce ne serait pas sans l'approbation de chacun d'entre eux. Pour le moment le sujet n'est pas abordé, il manque encore trop d'informations, on ignore concrètement ce qui nous attend là-bas. Pour l'heure, si projets il faut vraiment trouver..."

Miho réfléchit un instant. En fait oui, il y en avait, même si elle ne considérait pas tout cela comme des projets, mais juste comme une suite logique des événements.

"Mon frère et Weli veulent avoir un deuxième enfant, je compte bien être là pour la naissance de celui-ci. Ça me semble être un bon début. Pour le reste, je n'ai pas de projets purement personnel. Le travail me prend beaucoup de temps, et quand je suis libre, je préfère être avec mes proches. Par contre, je veille à ce que chacun des membres de mon équipage ait des projets, quitte à les pousser un peu. Par exemple, notre mécanicienne, Eheti, est brillante, mais son manque de confiance l'empêche de partager toutes ses idées. Vaalo, qui s'occupe de l'entretien et réparation des navettes, pourrait aussi les piloter, il a du potentiel, mais ne l'avait pas envisagé avant que je lui en parle. Et Sogan... Je doute qu'il aurait un seul instant envisagé de piloter une frégate si je ne l'avais jamais poussé à s'asseoir dans le cockpit de l'Erakis."

Ce n'était pas visible pour qui ne vivait pas à bord, et peut-être même que ça ne comptait pas vraiment comme projet personnel. Mais permettre à son entourage de se développer était aussi un objectif important, et pas uniquement professionnel pour Miho. Un peu comme Seides mettait toutes les chances de son côté pour permettre à Eyma la meilleure éducation possible. Elle n'avait peut-être pas d'enfant, mais ça ne l'empêchait pas de se sentir maternellement responsable de certains membres de son équipage.

"Je pense que j'agis un peu avec eux comme tu agis avec Eyma. Quand on est responsable de quelqu'un, on voudrait l'aider à atteindre son plein potentiel et son épanouissement. Quelque part, c'est le projet d'une vie. Enfin... Surtout pour un organique."

Viendra un jour où Eyma serait adulte et indépendante, et où Seides n'aurait plus trop son mot à dire dans son développement. Mais lui avait le temps de voir venir, et pourquoi pas de recommencer. En ça l'immortalité avait un petit côté bien sympathique.

"Quelqu'un d'autre ici a un projet personnel à partager? Peut-être l'envie d'apprendre ou de concevoir quelque chose?"

Qu'il s'agisse d'apprendre un instrument de musique ou de faire des bougies à base de gel colorés pour inspirer de belles ambiances... Tout pouvait être possible!
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 344
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,409.00 Points

Re: Un dîner presque parfait.

Message par Seides » 24 Juin 2018, 15:39

Miho parla à son tour des Lanoziens. Et avec des infos de première main car elle en avait un à bord. Ce qui été une sacré nouvelle. Il se demandait comment cela se passait, mais il en eut la réponse. Globalement pas si mal, même s'il y avait eu un période de transition semblait il.

Eyma semblait pensive, son menton dans sa main, le coude sur la table et le regard dans le vague.
"Le premier enfant Lanzo-asari. Ça pourrait être pas mal." Le geth se demanda si c'est tout ce qu'elle avait retenue du discours de Miho ou si elle se jouait de lui.
"Tu n'as pas encore les moyens, j'en ai peur."
"Même pas drôle." fit la jeune femme en tirant la langue. Son père tenta de l'attraper mais sa fille se recula en interceptant sa main en riant aux éclats.

Après l'interlude père-fille Miho poursuivit au sujet de l'Arche, mais le sujet n'était pas neuf apparemment. Ce n'était pas une mauvaise chose, car ces vaisseaux été des merveilles de technologies et d'ingénierie. Il aurait été dommage de ne pas s'en servir.

Les amies discutèrent alors avenir, ce qui intéressa également Seides. Tila n'était jamais venue le voir pour négocier son poste. Elle semblait pourtant prête à plus de responsabilité, mais visiblement elle était attachée à celui-ci, ainsi qu'à Rannoch... Et Miho. A qui la démonstration d'affection fit beaucoup d'effet. Elle ne fut d'ailleurs pas la seule à réagir.
Le geth de son côté se contenta d'enregistrer l'information, car il avait désormais une idée du parcours professionnelle que souhaitait sa gérante sur Rannoch. Il été aussi vrai que le post avait ses avantages : du temps libre quand il n'y avait pas un événement particulier, la plage synthétique, la paie.
Tila avait fait son choix. Miho un autre.

Elle répondit d'ailleurs à la question du Seides sur sa vie privée. Et son choix été son vaisseau. Visiblement elle y été attachée et sa vie professionnelle semblait être sa vie tout court. S'il ne la jugeait pas, il trouvait dommage qu'elle n'est trouvée personne pour la satisfaire de ce côté. Eyma n'était pas sa compagne, mais quelle que soit la relation, avoir quelqu'un à ses côtés été enrichissant.
En regardant Tila, il songea également qu'il été dommage que les Créateurs ne soit pas doté du mode de reproduction Asari. Peut-être que ces deux là serait ensembles à l'heure qu'il est.

Bref, l'explication se poursuivie rentrant dans les détails de sa famille ainsi que le pourquoi de son engagement dans ses projets. Peut-être n'était elle pas seule après tout. Son équipage lui tenait peut-être lieu de famille de substitution. En tout cas elle ferait une bonne mère comme sa dernière remarque le laissait entendre.

Le repas se finissait tranquillement quand elle posa une question plus générale... Bien qu'elle s'adressa principalement à Eyma et Sati.
"Vous savez déjà tout des mes futurs projets Créatrice." Et de fait il avait déjà abordé les deux points. Combler les attentes de sa fille et ouvrir sa succursale.
Sa voisine haussa les épaules : "La même chose je pense. On vient d'aborder ma vie professionnelle et quant à ma vie personnelle c'est indécis comme nous en avons parler tout à l'heure."
Seides se demanda ce dont elle parlait, mais vu qu'elle se voyait souvent, ce n'était pas la premier conversation dont il ne savait rien.

Restait donc Sati et une Eyma qui avait les sourcil légèrement froncé, se demandant certainement ce que Tila avait bien pût vouloir dire.
Moi aussi en vie professionnelle on sait tout. J'ai pas de métier et j'étudie le côté plasmatique de l'énergie. Quant à ma vie privée... L'asari se rencogna dans son siège, les mains croisées sur le ventre : "Je n'ai rien trouvé de définitif. Trop tôt. J'ai encore pleins de trucs à expérimenter."
Son sourire oscillait entre la satisfaction et le taquin. Bien qu'on ne pouvait pas trop dire à qui été destiné l'un ou l'autre. Visiblement elle n'en été pas à son coup d'essai et semblait ne pas en avoir fini. Autrement dit : elle rentrait dans la période "jeune fille" asari et allait certainement "démasquer" un paquet de monde (le nouveau terme à la mode pour les coucheries quariennes, si Seides avait bien saisi le nouvel argot local),

Quand tout le monde se tourna vers Sati, cette dernière rougie. Elle avait été un peu effarée par la sincérité de l'asari. Annoncer presque directement qu'elle couchait et surtout n'était pas dans l'optique de se limiter à du classique l'avait laissée assez pantoise pour ne pas sentir que son tour aller venir.

"Euh, moi je n'ai personne à vraie dire." commença t'elle un peu gênée. Tila souleva un sourcil interrogateur : "Pas même un compagnon ?" demanda t'elle Ne serait-ce qu'un compagnon, simplement quelqu'un avec qui passer du temps.
"Non.
Quant à mes projets professionnels... J'aimerai bien continué à apprendre auprès de vous.
Et puis... J'aimerai bien lancer ma propre ligne peut-être ?"


Tila sourit poliement à sa petite protégée. Elle ne se rendait pas compte de son charme. Elle même se savait une belle femme et c'était un des critères de Seides. Mais Sati avait plus que de la beauté, elle avait du charme. Ce petit quelque chose qui attirait le regard es hommes (et des femmes) malgré eux. Si elle passait moins de temps à mémoriser chaque modèle de son patron entre deux clients elle verrait qu'elle est très regardée par la gente masculine. Elle était pour le développement naturel, mais peut-être faudrait il lui donner un petit coup de pouce à l'occasion.

Seides se montra intéressé par l'autre aspect de la déclaration de son deuxième modèle : "Des idées ?"
Nouvelle réponse négative de la tête : "J'aimerai bien faire des robes biotiques. Ou reproduire l'effet via la technologie."

Le geth regarda Tila, qui haussa les épaules. Elle était gérante, pas créatrice (de mode) ou technicienne holo.
"Vous devriez vous en sortir. Trouvez des idées pou réaliser cela et soumettez les moi. Peut-être arriverons nous à l'appliquer."
Sati sourie de toutes ses dents devant la proposition de Seides.

Elle fini par se tourner vers la pilote : "Miho. Vous avez dit vouloir faire du transport de Lanozien ? Comment allez-vous vous y prendre ? Je veux dire, vous avez un accès à leur planète ? Un contact via votre membre d'équipage ?

Et Andromède ? Ça sera pour du transport ou allez-vous vous diversifier comme Seides ?"
Avatar de l’utilisateur
Seides
Papa Geth

Papa Geth
 
Message(s) : 231
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Créateur d'Avenir et d'Evolution
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 832.00 Points

Re: Un dîner presque parfait.

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 24 Juin 2018, 23:36

Le tour de la question était faite en tout cas pour Miho. Mais elle réalisa que sur le plan purement privé, elle manquait d'ambition. Ou tout du moins elle n'arrivait pas à se projeter sur son avenir purement personnel. Si elle se voyait dans le future, c'était au travers de son travail, de son équipage, des membres de sa famille. Mais jamais en ayant constitué la sienne. Les années passaient et bien que la perspective de rendre réel ce dont elle rêvait autrefois était séduisante, elle n'arrivait plus à considérer tout cela comme faisable. Un peu comme si elle avait loupé le coche quand l'occasion s'était présentée. Il y avait de ça sans doute. Au fond d'elle, l'idée même d'avoir l'opportunité de rencontrer quelqu'un qui la complétait aussi bien que le faisait Naen lui paraissait surnaturelle. Elle n'était pas fermée, bien entendu. Mais les probabilités étant ce qu'elles étaient, quelque part, peut-être y avait-elle renoncé, en se disant que si vraiment ça devait se faire, l'évidence la frapperait alors de plein fouet quand ces sentiments qu'elle croyait enfouis sous la poussières renaîtront à nouveau. Ou alors peut-être simplement que ça ne se fera pas. Tous les enfants n'étaient pas issus du ventre d'une femme, certains n'étaient même pas constitués de chaire et de sang. Son bébé, c'était la Coopérative dont elle avait initié le mouvement. En soi, c'était une belle chose, qu'elle verrait sans doute en partie grandir et se développer.

Son regard dériva un instant sur Tila. Elle l'avait dit avec Sati, elle était en train d'explorer les possibilités. C'était une quête comme une autre. Peut-être rêvait-elle d'une belle vie de couple sur Rannoch, peu importe avec qui tant qu'il y avait l'entente et l'amour. C'était du moins ainsi qu'elle définissait son amie. Peut-être un jour lui présentera-t-elle un quarien, ou une quarienne, ou une asari, ou un humain, ou une humaine, ou peu importait au final, tant qu'elle était heureuse. Souhaitait-elle des enfants? En fait, jamais le sujet n'avait été évoqué entre elles. Sans doute était-ce quelque part la faute de Miho. Elle avait encore bien le temps de toute manière. Et Miho trouvait bien de faire ses expériences. Ce n'était pas parce qu'on n'avait pas trouvé le bon ou la bonne qu'il fallait se priver des bonnes choses de la vie. Même si Miho n'exposait pas ses penchants butariens en la matière, elle verrait mal se priver de tout plaisir.

Elle eut un bref sourire pour Tila avant de se reporter sur Eyma. Bon, elle était encore jeune pour avoir des projets privés dans ce goût-là. Mais ça ne l'empêchait pas de se lancer dans d'autres choses! Peut-être un stage en ingénierie dans une grosse boîte? Ou des voyages? Thessia l'intéressait de base, mais peut-être n'était-ce pas la seule chose qu'elle voudrait voir de ses propres yeux. Pourvu qu'elle prenne vraiment son temps. Ce n'était pas pare que subitement elle passait la puberté qu'elle devait se précipiter dans les affres de la reproduction. Elle avait des siècles entiers pour ça, et donc toutes les raisons de l'univers de le faire avec sagesse et réflexion. Même si ça devait se faire avec un ou une lanozien(ne).

Sati, elle, était plutôt réservée sur la question. Ou peut-être ne s'était-elle tout simplement pas posée la question sur l'aspect privé. Après tout, elle aussi était jeune et avait du temps. Se poser bien dans sa carrière professionnelle lui offrirait peut-être l'assurance et le courage nécessaire pour aborder d'autres aspects de sa vie. En tous les cas, elle avait de la suite dans les idées concernant son avenir professionnel. Intéressée, Miho se redressa légèrement quand elle parla de lancer sa propre ligne de vêtements. Seides, lui, était déjà au taquet. Forcément, de nouvelles idées nées au sein même d'Avenir était bonnes à prendre, surtout si dans la foulée il permettait à la jeune femme de s'affirmer sur le plan artistique. En tous les cas il la poussait déjà sur cette voix, confortant Sati dans ses idées. Quelque chose disait à Miho que bientôt, une nouvelle collection allait émerger qui apporterait probablement plus de clientèle encore.

La quarienne relança sur l'aspect professionnel. Et surtout sur un aspect du développement de la coopérative qui nécessitait beaucoup, mais alors vraiment beaucoup d'adaptation. Miho acheva sa dernière bouchée et reposa ses services pour ne plus prendre que son verre, encore à moitié plein. Il y avait tellement de détails à régler sur la question!

"Et bien... Pour mettre en place un tel projet, j'ai eu l'occasion de rencontrer l'ambassadrice lanozienne à la Citadelle. Je ne voulais rien tenter sans avoir l'accord des hautes sphères d'Eraven. Le dossier est étoffé, mais cela va demander du temps et pas mal de moyens. Il faut adapter les vaisseaux en conséquence, sélectionner un certain type d'équipage, et surtout leur permettre d'avoir une formation poussée en culture lanozienne."

Tant de détails à peaufiner... Le projet tel qu'il devait se présenter dans sa phase finale avait été transmis. Il ne manquait plus qu'à voir quelles seront les choix finaux en la matière, ou si certaines choses devraient être remaniées.

"Les équipages remplissant les critères ont déjà bénéficié d'une formation préalable. De plus, leurs vaisseaux ont déjà subit des modifications pour offrir aux futures passagers un environnement le plus rassurant possible. Mais il reste certains détails qui seront sans doute modifiés. En tous les cas, je n'hésite pas à soumettre toutes les idées du conseil d'administration à Leslav, histoire qu'il nous prévienne si on fait fausse route. Après pour l'accès à la planète, c'est une autre histoire. Nous envisageons de rester en orbite et de faire transiter les voyageur par navette, histoire d'éviter tout incident diplomatique."

Ce serait bête de provoquer involontairement les lanozien sur leur propre territoire. En respectant ce dernier, la SCTI limitait les risques. Pour l'instant tout du moins. Eraven possédait une sécurité frisant la paranoïa, et la dernière chose que les indépendants voulaient, c'était bien leur donner une raison d'être paranoïaques.

"Quant à Andromède, il s'agira bien de transport, principalement. Déjà avoir des échanges fournis par des indépendants pourraient limiter la création de noyaux de tensions inter-espèces. Ensuite, nous verrons... Peut-être offrir un terrain neutre à travers nos vaisseaux pour des discussions diplomatiques. Et aussi pourrons-nous faire un peu de protection. Des endroits sans contrôle conciliens, ce sont tout autant de lieux où pourraient naître différents trafiques dangereux. Cependant tout ça, nous le fournissons déjà ici, alors ce ne serait pas nouveau. Peut-être pourrions-nous nous essayer à l'exploration! Mais il ne s'agit là que de supposition. Comme je l'ai dit, fondamentalement on ignore ce qu'on va trouver de l'autre côté. Il va falloir nous adapter, et peut-être que des choses que nous n'envisagions même pas ici pourrons naître là-bas."

Depuis que la Coopérative était reconnue en tant que telle, les contrats à leur égards concernant des déplacements dans, ou à proximité des systèmes terminus avaient simplement explosé. Avec toute une nouvelle galaxie à découvrir, ceux qui allaient chercher à tirer leur épingle du jour étaient loin de tous être des personnes possédant de nobles intentions. Elle prit une longue gorgée de vin bienvenue. En vérité, elle ne savait pas du tout dans quel sens la Coopérative pourrait se développer là-bas. Beaucoup de projets en attente traitaient d'Andromède. Le seul qui tenait à coeur de tout le conseil ne pouvait malheureusement pas se partager autour d'un bon repas. Déjà ici, la SCTI développait son propre système de renseignement et de traitement d'information. Pour la sécurité de ses membres tout d'abord, puis pour agir à plus grande échelle en coupant l'herbe sous le pieds des plus malveillants. Mais tout était très subjectifs, puisqu'ils ne répondaient qu'à leur propre code de l'honneur, avec un respect des lois concilienne soumis à quelques contournements quand cela s'avérait préférable. La perspective de pouvoir établir ça sur Andromède, et être les premiers, développant le groupe tel un Courtier de l'Ombre sur un nouveau territoire, mais sans laisser un tel empire aux mains d'une seule personne, et au contraire laisser des gens de toutes origines, réunies par un même idéal, traiter de tout ça, c'était en quelque sorte un objectif discret de la Coopérative.
Mais ils en étaient encore loin.

"D'ailleurs, Andromède, ça vous inspire quoi à vous? Des envies de découvertes? Un nouveau lieu de vacances? Ou juste rien du tout?"

Après tout peut-être n'était-elle pas la seule à vouloir s'essayer à découvrir de nouveaux horizons totalement inconnus, et surtout vraiment très lointains.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 344
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,409.00 Points

Re: Un dîner presque parfait.

Message par Seides » 27 Juin 2018, 21:40

L'explication était fort intéressante. Miho avait donc eu une entrevue avec l'ambassadrisse Lanozienne, rien de moins. Au moins avait elle eu accès à la meilleure source possible pour son entreprise.
Néanmoins elle ne semblait pas dénuée de difficultés : exigences sécuritaires, risques culturels, révision de la sécurité, adaptation de l'environnement des vaisseaux et formation des équipages.
Les volontaires étaient pour le moins courageux. Néanmoins, rien qu'avec les quelques taboo dont il avait entendu parler, c'était un minimum pour les nouveaux venus de la galaxie. Il espèrait qu'il n'y aurait pas de problèmes car on pouvait s'attendre à pas mal de choc de culture qui risquaient de dégénérer si jamais les Lanoziens avaient un tempérament à l'action.

De son côté il aimerait dire qu'il était impatient de pouvoir voir de ses optiques cette nouvelle planète, ainsi que les ruines protéennes associées, mais il y avait fort à parier qu'il faudrait attendre dans les 150-200 ans pour que cela arrive. Il comptait l'intégration progressive des Lanoziens dans l'espace Concilien, la lutte contre les taboo, l'intégration jusqu'à la prochaine génération... Et c'était en comptant une longévité pour cette race équivalente aux Créateurs. S'ils vivaient plus longtemps ça serait plus long. Peut-être jamais.

"Peut-être pourriez vous leur proposer certaines de mes créations Créatrice. S'ils en montre de l'intérêt qui sait ? Je doute néanmoins que leur créateur original leur plaise..."
Mais qui sait ? Peut-être que cela servira de porte d'entrée vers l'esprit Lanozien ?

Le sujet d'Andromède vit quelques révélations supplémentaires sur les activités que la SCTI prévoyait. Certe, on y était pas, mais visiblement le groupe avait des projets. Et pas des moindres. S'il n'y avait pas de gouvernement unifié local, cela voulait dire énormément de territoires vierges à conquérir. Donc beaucoup d'opportunités pour eux. Cela allait être intéressant. Ou extrêmement dangereux si on laissait les choses faire. Les pirates de tout poils et les mégalomanes en tout genres n'hésiteront pas à planter leur drapeaux et réclamer une planète ou deux pour eux.
Il espérait que le gouvernement de la Citadelle allait surveiller cela de prêt.


Le sujet passa à Andromède. Mais Eyma avait d'autres plans. Elle frappa à nouveau des mains pour ramener le drone : "Et si on passait au dessert ? "
Le plat principal était sympa, mais y'avait besoin de sucré comme toujours.
"Sur la terrasse, c'est plus sympa. On a une vue imprenable sur la mer."

Alors que chacun se levait et se dirigea vers l'escalier, Eyma enlaça Sati par le ventre, posant sa joue contre la sienne : "Dis, ça serait bien qu'on traîne ensemble aussi. Tu pourrais me donner des conseils en mode et je pourrais t'aider pour ton projet si tu veux."

Un peu surprise, Sati répondit avec un rien de retard : "Ah, euh oui, bien sûr."
Eyma avait posé son menton contre sur l'épaule de la quarienne en regardant le duo de femme papoter pendant que Seides ouvrait la marche. L'air songeuse elle reprit : "En tout cas si elles t'invitent , j'aimerai bien savoir dans quoi elle t'emmèneront."
Sati prit un air légèrement dubitatif : "A vraie dire, je sais pas trop si j'accepterai la proposition."
Les deux observèrent un instant le "couple" avant de se regarder dans les yeux... Puis éclater de rire. Visiblement elles entretenaient le même genre de doutes quant à la relation des deux femmes.
"Oui, c'est sûr, si c'est pas ton délire, mieux vaut pas prendre de risque."
Prenant Sati par la taille elle l’entraîna vers l'escalier. La quarienne posa sa main sur celle de l'asari, un peu surprise par le contact, mais fini par sourire en la suivant.

Pour sa tranquillité, Seides s'était exporté dans une villa dos à la côte. Il avait installé quelques systèmes supplémentaire au cas ou l'Administrateur s'approchait trop du bord, mais la terrasse du premier étage donnait sur la mer au delà du rebord de la falaise. Bien sûr à cette heure à part le reflet de la voûte céleste nocturne sur l'eau il n'y avait pas grand chose à voir, mais Eyma trouvait la vue magnifique, ce qui faisait qu'ils dînaient régulièrement à cette endroit.

Une table en style fer forgé avec chaise associés trônait sur la terrasse n'attendant que les maîtres de maison et leurs invités. L'Administrateur n'avait pas daignait suivre la petite troupe à l'étage, préférant lézarder dans un de ses paniers ou manger un peu de nourriture dans sa propre gamelle.

La table pouvait accueillir jusqu'à 8 personnes aisément ce qui faisait que tout le monde pouvait se mettre face ou légèrement de côté par rapport à la vue.
Seides avait allumé des lanternes aux quartes coin de la terrasse qui diffusaient pour l'heure actuelle une lumière très tamisée, permettant aux invités d'y voir mais ne gâchait pas leur vision nocturne pour qu'elles profitent un maximum du paysage.

Quelques minutes plus tard, le drone arriva déposant une vasque à deux étages contenant des salades de fruits. Celle du haut sur un pied était nettement plus petite, contenant des fruits levo.
Sur le pourtour de la grande vasque du bas il y avait des coupelles et des cuillères.
Des dizaines de points lumineux étaient apparu sur la table, reproduisant les principales étoiles du ciel au dessus d'eux. Les leds étaient extrêmement discrètes ce qui ne cassait pas l'ambiance tamisée., mais permettait d'y voir un minimum.

"Chacun se sert ! Bonne fin d'appétit !" La jeune femme ne se fit pas prier pour se servir elle même, son moment préféré du repas arrivé.

Après avoir avalé quelques bouchées, le sujet d'andromède revint sur la table, via une question de Miho.

Seides haussa les épaules : "C'est une opportunité. Qui sait ce qui nous attend là-bas. Pourtant il y a tellement à faire dans cette galaxie que je me demande ce qu'on pourrait bien faire avant de la quitter. Mais c'est attirant cette nouveauté."

Tila fit une moue qui se fit à peine : "J'ai bien assez à faire ici comme je l'ai dit. Donc pour l'instant, sans moi, mais plus tard peut-être." Elle était clairement la moins aventureuse du groupe probablement.

Eyma était un peu plus rêveuse, les yeux dans le vague, sa coupe à la main. Elle prit le temps de finir lentement sa bouchée avant de parler l'air abscent : J'avoue... Que j'aimerai y aller. J'ai pleins d'endroits à visiter dans la galaxie, mais... Découvrir des nouvelles formes de vies, de nouveaux paysages... Ca serait sympa.

Et puis, il y aura peut-être des races intelligentes, avec des applications technologiques encore inconnues. Je pourrai peut-être me faire connaître en développant un truc nouveau et être autre chose qu'une énième asari ayant effectué un miracle biotique quelconque.

Elle eut un petit gloussement, avant de reprendre son dessert.

Sati était un peu plus mitigée : "Un peu comme Tila... Mais j'aimerai bien y faire un tour. Juste pour voir. Passer un moment sympa si c'est possible. Mais je crois pas que je voudrais rester là-bas."
Elle était attachée à sa vie ici et ne semblait pas encore prête à la lâcher.

Chacun avait des motivations différentes et des envies qui entravaient un départ immédiat. Mais pour la famille de Seides, rien d'insurmontable. Peut-être une visite ensemble ?

"Je n'ai pas l'impression que cela vous aidera à vous trouver une situation familiale... classique ?" fit Seides à Miho : "Mais pensez vous que ce soit le bon moment pour tenter l'aventure ? Comme je l'ai dit, il y a tellement à faire ici. La galaxie n'est pas encore pacifique. Et encore moins unifiée. Devons nous chercher d'autres ennuis ailleurs ? Ou devons nous céder au rêves d'être les premiers à contempler d'autres étoiles ? Je me pose la question. Et vous ?"

Il n'avait pas clairement parler de néo-Cerberus, histoire de ne pas inquiéter outre-mesure sa fille, mais se passer de force militaire doué n'était pas nécessairement une bonne idée.
Néanmoins les organiques avaient pour beaucoup le regard tourné vers le futur. L'aventure et le rêve leur tendait les bras pour beaucoup. Miho était elle de celle là ? Il le pensait vu qu'elle avait une nette propension à l'action. Réfléchie, mais l'action tout de même.
Avatar de l’utilisateur
Seides
Papa Geth

Papa Geth
 
Message(s) : 231
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Créateur d'Avenir et d'Evolution
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 832.00 Points

Re: Un dîner presque parfait.

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 03 Juillet 2018, 20:53

Un hochement de tête accompagna la proposition de Seides de faire connaître ses talents aux futures lanoziens quittant leur zone de confort. Pourquoi pas après tout. Peut-être qu'ils n'y toucheraient pour rien au monde, mais pour d'autre, peut-être que les compétences artistiques du geth leur feraient reconsidérer leur vision des intelligences artificielles. Miho était bien volontaire pour se lancer plus loin sur le sujet, mais Eyma en décida autrement pour le moment, offrant un temporaire renouveau à la conversation. L'invitation à terminer à l'extérieur était tout simplement bienvenue. Et pas uniquement pour la vue. Observant le drone travaillé par l'asari en train de récupérer le plat principale, la quarienne se releva à son tour.

"... Des lieux où pourraient naître différents trafiques dangereux?"

Miho se reporta sur Tila, l'air interrogateur face à sa remarque. Son amie avait un air un peu amusé, mais quelque chose dans son regard était différent. Une sorte d'inquiétude latente alors qu'elle lui attrapait le bras pour se diriger vers la terrasse.

"Rien qui ne soit insurmontable, je suppose. Tu n'as pas de raison de t'inquiéter."

Du coin de l'oeil, Miho repéra Eyma en train d'enlacer Sati sans gène aucune. La quarienne semblait plus à l'aise avec le contact. Mais ce devait être surtout parce que l'asari n'était pas dotée d'une épaisse fourrure potentiellement allergène. Ensembles, elle émergèrent à l'extérieur où un courant frais et agréable apportait son lot de parfums marins.

"Hm..."
"Par contre, de ce côté..."

Penchée vers Tila, Miho avait à peine murmuré ces dernières paroles à son oreille, faisant ensuite un signe discret en direction de Sati et Eyma qui arrivaient, main dans la main. Sous le regard étonné de son amie, Miho eut un large sourire avant de se rapporter sur le panorama nocturne. De nuit aussi la vue était splendide. Le ciel se reflétait sur une mer à peine troublée par son ballet d'allées et venues incessants. La quarienne ferma les yeux un instant, appréciant aussi bien l'air que les parfums. Elle aimait vraiment Rannoch, et pas parce qu'il s'agissait du monde d'origine de ses ancêtres. Ici, il y avait aussi un peu de tout ce qu'elle aimait. Amis, famille, liberté de profiter un peu de la vie sans combinaison... Elle rouvrit les yeux quand Tila relâcha son bras pour aller prendre place à la table. A lieu de la suivre sur l'instant, Miho releva les yeux vers le ciel. Son instinct restait encore trop nomade pour vivre une vie bien rangée par ici. Même si elle comprenait facilement que cette perspective soit si séduisante pour beaucoup, elle était inenvisageable pour elle encore aujourd'hui.

Alors qu'Eyma et Sati avaient pris leurs places, elle s'avança à son tour, observant la luminosité ambiante agréable et discrète, sans perdre son aspect pratique. Le lieu était bien pensé, idéal pour offrir une ambiance de bien-être et d'apaisement. Était-ce le fruit du travail de Seides ou un concept d'Eyma? En observant le père et la fille, Miho se dit que ces deux-là s'étaient bien trouvés. Elle s'installa tranquillement, appréciant le côté intimiste du décor. Si le retour du drone apportant le dessert était une attraction amusante, les points lumineux attirèrent immédiatement le regard de la quarienne qui ne pu s'empêcher de relever les yeux une fois encore vers la voûte céleste pour comparer leurs positions. Décidément, le souci du détail était poussé. Elle eut une petite pensée pour son frère, se disant qu'un tel meuble pourrait certainement plaire à Los, lui qui malgré son choix de sédentarité n'avait en rien perdu son amour pour le ciel et l'espace. Certaines avaient déjà commencé à se servir, suivant l'invitation de la jeune fille, et ce fut avec un léger décalage que Miho suivit le mouvement à son tour, non sans avoir remercié Eyma pour toute la peine qu'elle s'était donnée.

Andromède revint sur la table, et chacun y allait de sa réponse à la question qu'elle avait posée un peu plus tôt à l'intérieur. Seides était attiré par la nouveauté, du moins un peu. Tila n'était pas prête de quitter Rannoch, et sur ce point, Miho la comprenait. Elle avait ses projets et ses objectifs ici. Tout plaquer pour de l'inconnu, ce n'était pas raisonnable. Eyma, elle, voyait déjà de nouvelles perspectives de découvertes sociales et technologiques. Enfin Sati restait plus sur la réserve, envisageant le voyage plus comme du tourisme. Mais une fois encore, ils étaient encore loin de tout ça. Elle haussa légèrement un sourcil quand Seides relança brièvement le thème de la famille dit classique. Là encore, pour Miho, il n'existait pas de famille classique. Elle, ce qu'elle avait connu, c'était l'obligation de quitter son peuple, puis celle de vivre sur un vaisseau autre que celui de ses parents, pour espérer avoir un seul enfant, dans le cadre de déplacement constants, avec la peur des intelligence artificielles et l'angoisse d'appartenir à une espèce en voie de disparition. C'était ça, le classique, pour une quarienne qui avait passé la grande majorité de sa vie au sein de la Flotte Nomade. Se fixer pour avoir des enfants, ce n'était pas sa norme. Ça ne l'avait jamais été. Il n'avait s'agit que d'un rêve, très vaguement effleuré autrefois.

Pour le reste en revanche, c'était une autre histoire. Elle ne manqua pas l'allusion à Cerberus. Les problèmes de cette galaxie étaient encore nombreux et le groupe extrémiste n'était de loin pas le seul. Les lanoziens étaient encore peu impliqués, des colonies étaient toujours sous tensions, le chaos le plus barbare régnait encore en seul et unique maître dans quelques systèmes menés par des tyrans sans âme... Mais tout ça n'était pas prêt de se résoudre. Mais pour elle, aller voir plus loin ne signifiait pas qu'on oubliait ce qu'il y avait plus près. Et pour cause, on ne pouvait jamais fuir les événements sous peine de les voir vous revenir en pleine figure au moment le plus importun.

"S'il y a une chose dont je suis sûre, c'est que même en partant dans une autre galaxie, nous emporterons aussi nos ennuis avec nous. J'espère juste que ceux-ci pourront être limités, et que ce que l'on découvrira de l'autre côté nous rendra plus fort pour affronter ce qu'il y a ici."

Elle ne voulait pas prendre le risque de se montrer pessimiste en signalant que, quelle que soit l'espèce, l'époque ou le lieu, les problèmes sous-jacents étaient souvent les mêmes. Recherche de profits, de puissance et de gloire au détriment des autres... Tout ça n'était pas prêt de disparaître, et tant que cela existerait, une galaxie réellement pacifiée n'existerait pas. Miho était prête à parier que cela n'arriverait jamais. Même au sein du Conseil où pourtant toutes les espèces étaient représentées dans le but d'unir cette galaxie, il devait immanquablement y avoir un nombre incalculable de coups de pute politiques, soit pour tirer des avantages à un peuple, un groupuscule commercial qui en tirerait profit, ou juste un conseiller qui s'assurerait un avenir long et prospère avec un regard moins soucieux pour ceux de son espèce torturé dans quelques systèmes terminus bien paumés.
Quelque chose lui disait que des groupes bien dangereux à la Cerberus devaient se trouver dans les starting blocks, prêts à fondre sur Andromède avec tout ce qu'ils pourraient y gagner. Zone insoumise où se développer, nouvelles populations à exploiter et martyriser, ressources à s'approprier... Si eux comptaient parmi les premiers, alors ceux qui pouvaient les arrêter devaient aussi se tenir prêts au départ.

"J'ai un peu l'impression que les premiers à s'y développer bénéficieront de merveilleux avantages. Découvertes scientifiques, technique ou sociales. Autant que ces possibilités soient entre les mains de ceux qui comptent s'en servir pour améliorer la condition de tous, au lieu d'y laisser simplement naître de nouveaux tyrans. Une fois que ce relai existera, n'importe qui sera susceptible de s'y rendre, comme d'en venir. Et tous ne seront peut-être pas animés que de bonnes volontés."

En évoquant cet état de fait, un autre problème pouvait aussi se poser. S'ils commettaient des erreurs avec des populations développées d'Andromède, ces dernières pourraient bien se révolter et profiter du passage pour ensuite venir se venger ici. Les premières impressions seront décisives, Il existait des protocoles d'approche, mais rien ne leur garantissait d'avoir un accueil bienveillant et ouvert. Finalement, aller là-bas c'était aussi protéger leur monde d'ici. Et puis ce n'était pas parce qu'elle voulait y aller que toute la Coopérative quitterait le système. De plus, ce n'était pas comme si la Coopérative était la seule force de frappe pouvant
pacifier cette galaxie. Ils n'étaient qu'un groupe d'indépendants, après tout. Si leurs actions étaient utiles, elles ne faisaient pas basculer les choses de manière radicales où que ce soit. Ce n'était qu'une force d'intervention de plus. Leur seule avantage était leurs prises de libertés, due à l'absence d'une quelconque exclusivité gouvernementale.

"Et ce n'est pas parce que j'ai envie de m'y rendre que je compte oublier de résoudre certaines choses ici. Et j'imagine que toi non plus, tu ne compte pas laisser des problèmes sans solutions, je me trompe?"

Mason était et sera toujours dans le collimateur de Miho. Si d'aventure une opportunité de l'attraper se présentait, elle n'hésitera pas un seul instant à différer un départ pour tenter de régler le cas. Ou à revenir au moindre signalement. Et bizarrement, elle ne doutait pas un seul instant du fait que Seides ne manquerait pas non plus une occasion de démanteler Cerberus pour de bons si elle devait se présenter.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 344
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,409.00 Points

Re: Un dîner presque parfait.

Message par Seides » 10 Juillet 2018, 12:16

Tila était inquiète surtout au sujet de ce que son amie ne lui disait pas.
Elle aussi minimiserait les problèmes pour ne pas inquiéter son monde, d'où un petit "hm" un rien dubitatif. Mais là encore, elle laissa filer car elle savait que Miho ne lui devait rien en un sens. Du moins pas autant qu'il faille arrêter ses activités, quelle qu'elle soit.

Et aussi parce que sa compatriote lui détourna l'attention sur les deux jeunes filles qui arrivaient main de la main. Visiblement Sati se débridaient rapidement. Très rapidement ?
Voyant le regard de sa patronne et son sourire, la jeune employée y répondit plus par réflexe, avant de voir son regard sur la main partagée.
Un peu gênée elle la retira se qui causa un petit rire chez Eyma qui se contenta de lui poser une main dans le dos avant de rejoindre sa place.

Tila ne commenta pas outre mesure et se dirigea vers sa propre place, laissant Miho perdue dans ses pensées. Vu son regard au ciel, elle devait peut-être songer à sa vie, plutôt dans l'espace, que les deux pieds collées sur terre. La dirigeante d'Avenir comprit qu'elle n'était pas prête de voir sa amie sur une base journalière avant longtemps... Voir avant jamais.
Elle trouvait cela dommage, mais n'en ferait jamais le reproche à Miho. Comme elle, elle était accaparée par un travail prenant et qui lui plaisait. Et elle même ne quitterait pas son port d'attache pour reprendre une vie d’errance à travers l'espace. Finalement elle se ressemblait dans un style différent. Néanmoins il allait vraiment falloir faire rentrer dans la tête de la pilote des notions d'habillage plus... Féminin ?
Elle se débrouillait bien avec ses hauts et ses bas, mais elle était assez bien foutue pour faire mieux que ça. Elle en savait quelque chose de première main. De premières mains d'ailleurs.
Un autre jour pensât elle pour elle même.

Après que chacun eut admirer le paysage devant le dessert rafraîchissant de la fille de Seides, la conversation revint sur Andromède. Chacun avait ses raisons d'aller ou pas dans l'autre galaxie.
Miho et Eyma étaient clairement pour aller là bas. Sati en passage éclaire, même si elle ne semblait pas décider à quitter Rannoch ou du moins la Voie Lactée non plus.
Seides ne semblait pas avoir de problème pour aller là bas, même si il y songerait à deux fois à laisser Eyma et son chat seule. En réalité le "problème" semblait plus à quitter une galaxie pas encore sûre pour chercher des ennuis ailleurs.
Miho elle semblait penser que les ennuis les suivraient : "Tu parles d'ennuis déjà existant ou veux tu dire que c'est notre culture et notre façon de penser qui amèneront le même genre de problèmes que l'on peut créer ici?"
Tila était curieuse de savoir ce que Miho avait bien voulu dire par là. Dans le premier cas elle espérait qu'on contrôlerait l'accès à la nouvelle galaxie et qu'on éviterait de laissé passer les fauteurs de troubles. Dans le deuxième cas... Il était difficile de lutter contre sa nature. Y arriveraient ils ? Ou était-ce impossible.
Elle espérait que cela n'amènerait pas à des rencontres de cultures bellicistes, voir à une deuxième race de type moissonneur. Tila se frotta les bras, ayant la chair de poule à cette idée.
Miho écho à une partie des pensées de son amie ainsi qu'aux paroles d'Eyma, en supposant qu'on ferait des découvertes plus qu’intéressantes dans beaucoup de domaines.
Seides approuva en opinant de l'optique plusieurs fois : "C'est probable. J'aimerai plutôt croire qu'on ouvrira pas une porte pour que tout à chacun et surtout ceux dont les intentions ne seraient pas... corrects, puisse y faire ce qu'ils veulent.
Personnellement, je serai pour un contrôle strict de ceux qui passeront le relais.

Malheureusement, j'ai aussi conscience que le canon est construit par une entité non-gouvernementale et malgré le bien que je peux penser de Layla Archer et de son projet, j'ignore les intérêt de sa société et leurs dirigeants."

Les paroles de Seides firent sourire Tila. C'était bien geth de vouloir tout contrôler. Ou de croire qu'on le pouvait. Mais on trouvera toujours une entourloupe pour se soustraire aux contrôles ou dissimuler quelque chose aux autorités compétentes. Si on construisait un relais vers Andromèdes, ça sera la ruée vers l'or.

Miho ne semblait pas néanmoins prête à partir en laissant des choses en suspend, interrogeant indirectement Seides sur le sujet. Ce dernier prit son temps pour répondre, ce qui fit tiquer Tila.
"Assurément. J'ai encore un chat à nourrir et une jeune asari à éduquer."
Eyma se contenta de glousser à ces paroles. Elle se débrouillait pas mal toute seule dernièrement. Mais elle ne pouvait pas non-plus prétendre être indépendante de son père. Ni d'avoir envie de le quitter par ailleurs.

"Il y aurait également la direction de ma société, les idées que je compte y développer, la gestion de la nouvelle succursale, le suivit du projet, la réhabilitation des partie de détente que vous avez visiter une fois les Créateurs majoritairement libres de ne plus porter de combinaison... Et tout les imprévus qui peuvent survenir.
Il reste en effet fort à faire."
Et encore une ou deux choses qu'il ne voulait pas évoquer librement devant sa fille ou ses employées. D'ailleurs Miho avait bien fait de parler à mots couverts.

Tournant ses optiques vers la mer, il songea que s'il ne pouvait pas comprendre la beauté qu'on pouvait y trouver, il comprenait que cela pouvait être apaisant. Moins de bruit, moins de mouvement, juste les mouvements de l'eau et quelques créatures nocturnes et marines pour prouver qu'il y avait de la vie en plus de l'eau.

"Et toi, que vas tu chercher là bas ?" demanda Tila à Miho à côté d'elle.
"Je veux dire... Tu nous a parlé de la SCTI, mais qu'est-ce qui te pousse à te rendre personnellement sur Andromèdes, plutôt que de déléguer quelqu'un, ce qui serait plus simple pour gérer ta coopérative. A moins que tu ne penses plus être dirigeante d'ici là ?"
Sans parler de sa famille.

Seides se tourna vers Tila dont il trouva la question pertinente. Miho avait elle des raisons personnelles de quitter cette galaxie pour une autre ?
Avatar de l’utilisateur
Seides
Papa Geth

Papa Geth
 
Message(s) : 231
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Créateur d'Avenir et d'Evolution
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 832.00 Points

Re: Un dîner presque parfait.

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 12 Juillet 2018, 22:42

Tila n'avait pas l'air convaincue par se propos, mais ça ne gêna pas particulièrement Miho. Elle savait que la jeune femme n'était pas du genre à se laisser embobiner, mais aussi qu'elle avait conscience que, amie ou non, cela ne l'empêcherait pas de faire ce qu'elle voulait sur le plan professionnel. Lâcher tout ce qu'elle avait construit juste pour rentrer dans une norme - aberrant après trois siècle d'exil quand même - était un concept irrationnel pour la pilote. C'eut été renier ce qu'elle était, oublié ce à quoi elle aspirait, tout ça pour un environnement dans lequel elle n'était au final même pas certaine de trouver son bonheur. Tila aussi aimait son métier. C'était pour ce côté passionné aussi que Miho appréciait tellement la codirigeante d'Avenir. Grignotant avec plaisir quelques morceaux de fruits, elle laissa son regard s'égarer un peu sur elle avant d'en revenir à la conversation. Son amie n'était pas certaine de ce qu'elle avait entendu par ennuis, pourtant, elle misait juste.

"Un peu des deux. Dans un endroit libéré de toute loi concilienne et pas encore sujet à des organismes marginaux, il y a des chances pour que de vieilles querelles reprennent le dessus. On a beau travailler à la paix ici, le profits et les anciennes rivalités pourraient bien s'exprimer avec moins de retenue au sein d'Andromède. Par définitions, nous autres organiques sommes des êtres faillibles. que nous devenions ne source d'ennuis, même juste entre nous, me paraît plus que probables."

La guerre avait beau être terminée, certains conflits perduraient. Il y avait autant de façon de penser et d'agir qu'il y avait d'individus. Autant de manière de foutre le dawa dans une autre galaxie. Même si le relais était contrôlé, Miho ne partirait pas du principe que le système resterait infaillible. Par définition, dès qu'il existait un sécurité quelconque, il existait des gens qui chercherait un moyen de la contourner. D'ailleurs dans la première initiative Andromède, qu'est-ce qui leur garantissait que toutes les personnes en cryostase étaient des gens pourvus uniquement de nobles objectifs? La seule chose réellement inconnue, c'était ce qu'ils allaient trouver là-bas. Y avait-il d'autres espèces pourvues de technologies similaires? et si oui seraient-ils ouverts à la discussion? Ou serait-ce des gens agressifs? Ils allaient devoir agir en conséquence, et surtout ne jamais ramener une nouvelle guerre dans la voie lactée.

Seides était pour un contrôle complet, ce que Miho approuvait plus que volontiers. Mais dans quelle mesure cela pourrait être assuré? Même le geth ne se berçait pas d'illusion à ce sujet. D'autant plus qu'il restait des choses à accomplir ici avant d'aller plus loin. Même si les objectifs professionnels de Seides étaient un bon moyen de tenter de détourner l'air dubitatif de Tila, Miho savait très bien quel genre d'inquiétude pouvait pousser son ami synthétique à hésiter. Elle partageait les mêmes, et préférait, tout comme lui, que cet aspect de leurs activités annexes restent hors des sujets de conversations de leurs famille et amis.

Pour le reste, c'était une autre histoire. Qu'allait-elle bien pouvoir chercher dans une autre galaxie? A vrai dire la même chose qu'ici. Du mouvement, de nouvelles rencontres, des horizons différents... Pour elle ce n'était qu'une extension de la voie lactée, pour ce qui était de sa vision de l'expérience. Mais ce qui lui arracha un sourire, c'était surtout la pensée étrange de Tila qui laissait sous-entendre un rôle de dirigeante au sein de la Coopérative. Miho ne s'était jamais vue ainsi.

"Je ne suis que présidente. Ma voix n'est là que pour trancher dans le cadre d'indécisions. Mais la Coopérative est gérée par tout le monde, le conseil d'administration en tête. Ma place n'est pas vouée à durer, les postes au comité de gestion, d'administration, et même la présidence doivent bouger, c'est le but même d'une telle société. Changer pour mieux évoluer."

Mais ce n'était que des considérations professionnelles.

"Lors de sa construction, l'Erakis avait aussi pour but de fournir un lieu de partage et d'ouverture d'esprit. Des discussions s'y produisent, en cas de conflits au sein du groupe, ou dans le cadre de négociations contractuelles. Je voudrais que cet objectif initial se poursuive, surtout s'il y a d'autres espèces à rencontrer. Mon équipage et moi apportons une certaine neutralité qui, je pense, sera bienvenue pour le développement de nouvelles relations. J'ai très envie de prendre part à ça! A titre personnel, mais aussi parce que ça me parait important d'envisager d'abord de bons échanges là-bas pour ne pas rapporter de nouveaux ennuis ici. "

Pour tout le monde, et sa famille en premier. Si ils n'apportaient rien d'utile, ou s'il n'y avait rien qu'ils ne puissent faire, sans doute reviendrait-elle à ses affaires premières et se contenterait-elle de contrats de courte durée d'escorte ou de transport comme elle le faisait majoritairement maintenant. Mais participer à quelque chose de plus grand lui paraissait tellement séduisant! Sa place parmi les comités de la Coopérative n'avait jamais été une fin en soi pour elle. Ce qu'elle avait toujours voulu, c'était aider à la protection du plus grand nombre. Un gouvernement ne pouvait seul y suffire, la Coopérative permettait de contourner le système. Avec Andromède, leur champ d'application allait immanquablement s'étendre, surtout dès l'instant où des indépendants membres allaient franchir le relais. Elle voulait en faire parti.

"Après tout, présidente ou pas, je ne suis qu'un membre de coopérative. Je suis libre de mes contrats et de mes objectifs, tant qu'ils n'entrent pas en contradiction avec les valeurs de la société. Ce n'est qu'un voyage de plus, avec la possibilité de faire de nouvelles expériences aussi bien professionnelles que privées. Pour quelqu'un comme moi qui n'arrive pas à tenir en place, j'y vois presque plus de raison d'y aller que de rester. Je le fais aussi pour ma famille, parce que je veux voir ce qu'il pourrait y avoir comme dangers pour veiller à ce qu'ils ne viennent pas jusqu'ici. "

Elle n'avait aucun devoir envers qui que ce soit après tout. L'avantage de l'indépendance. Sans compter qu'elle avait de tout temps veiller à ce qu'avec ou sans elle, rien de particulier ne change. Miho n'était pas indispensable, pour qui que ce soit. Elle pouvait être appréciée ou aimée, certainement regrettée, mais pas indispensable. La Coopérative avait été faite pour tourner, même si ses comités devaient disparaître du jour au lendemain. Il y avait toujours des protocoles de secours pour les pires options. Son frère avait sa vie, sa femme et son fils, il n'avait pas besoin d'elle pour continuer sur cette voie. Elle-même n'avait pas d'enfant ni qui que ce soit dépendant d'elle, et même à bord de l'Erakis elle avait veillé à ce que l'équipage puisse parfaitement s'adapter en cas de perte de leur capitaine, et même de leur second. Les choses avaient été faites ainsi, parce qu'avec ou sans elle, la vie continuait, et qu'il était aussi idiot que contre-productif de s'octroyer un rôle irremplaçable, que ce soit privé ou professionnel, qui nuirait immanquablement au groupe ou à des individus en cas de disparition, ou qui l'enchaînerait à un rôle qu'elle pourrait regretter par la suite.

"Les échelons hiérarchiques ne sont là pour être utiles qu'en temps de crises ou d'interventions majeures, et ils sont soumis à adaptations selon différents cas de figure. Au niveau individuel, personne n'est indispensable, donc tout le monde est libre. Et je compte bien profiter de cette liberté pour faire de nouvelles rencontres, participer à de nouveaux projets, apprendre encore beaucoup de la vie!"

Dit comme ça, il y avait une certaine naïveté ou idéalisme. Mais Miho n'était pas du tout insouciante. Si elle comprenait les réserves des personnes présentes, elle n'était pas prête à oublier pour autant son goût pour l'aventure et la nouveauté, qui s'avérait parfaitement compatible avec ses aspirations premières de protection. Les choses avaient évolué, elle n'était plus juste la pilote d'un vaisseau seul. Elle faisait parti d'un groupe d'équipages s'étant réunis sous des principes communs de solidarité et de désir de ne pas simplement être spectateur des événements.

"Je sais que beaucoup de nouvelles expériences pourraient êtres faites ici, mais le faire dans un endroit où il y a tout à découvrir, pour moi, c'est une merveilleuse opportunité."

Au fond, ça lui faisait un peu le même effet que quand on lui demandait pour la énième fois si elle comptait trouver un compagnon et fonder une famille. Elle avait déjà une famille. Plusieurs même. Elle avait engendré un merveilleux bébé qui faisait ses pas tout seuls à présent, et elle était entourée de gens qu'elle aimait et qui, pour la plupart, partageait son goût de l'aventure. Il y avait des gens à l'existence dictée par la soi-disante norme qui n'effleurerait jamais son degré d'accomplissement. Et encore, elle n'en avait pas terminé. Elle se tourna d'ailleurs vers Seides.

"Un peu plus tôt, tu m'avais dit que cela ne m'aiderait pas à avoir une situation familiale classique. Mais... Qui a décrété ce que devait être une situation classique? Des organiques? Je suis née et j'ai grandi dans un environnement où la situation classique, c'était de ne pouvoir aimer quelqu'un sans risquer l'infection. C'était d'avoir un seul et unique enfant, qu'on ne pouvait jamais serrer dans ses bras, qui grandissait en zone stérile avec les enfants d'autres quariens, puis qu'on avait pour soi à l'adolescence quand enfin il avait sa combinaison, et seulement pour quelques courtes années, avant qu'un pèlerinage ne l'emporte loin, et qu'à son retour il ne poursuive sa vie sur un autre vaisseau. C'était ça, la norme quarienne. Le concept organique classique, du moins celui d'avoir maison sédentarisée et famille en joli pack, nous le redécouvrons à peine. Toi-même, tu l'as découvert grâce à Eyma et un chat. Pourtant, tu cherches aussi à développer tes idées, varier tes champs d'action, élargir tes connaissances, participer à des choses qui dépasse la simple échelle de l'individu. Ici ou ailleurs, quelle différence? Nous aspirons tous à une certaine forme d'évolution, et pour moi, c'est ça, la seule norme qui importe réellement."

Beaucoup de blabla en somme, mais qui, pour Miho tout du moins, justifiait ses objectifs quels qu'ils soient. Parce qu'ils finiraient par changer avec le temps. Un jour elle voudra autre chose, immanquablement, peut-être l'expérience de fonder sa propre famille biologique, ou peut-être que ce serait tout autre chose. Il ne s'agira alors que d'une autre forme d'évolution. Devrait-elle alors aussi se justifier? Très certainement. Les gens changeaient, et ceux qui les entouraient avaient parfois besoin d'explications pour comprendre ce changement. Mais Miho ne pu s'empêcher de sourire, amusée, en se disant qu'elle n'avait demandé à Los et Weli d'explications et de justification sur le fait de vouloir avoir un second enfant. Par contre, ici, on demandait à un capitaine de vaisseau indépendant de justifier le fait de voyager. Un peu comme si les vaisseaux n'étaient pas faits pour quitter le sol d'une planète.

"Ta question me fait sourire, Tila. Si j'avais dit vouloir rester ici, et m'installer sur Rannoch, m'aurais-tu aussi demandé pourquoi? Ou te serais-tu dit que ce serait simplement "normal" de vouloir rester auprès de sa famille ou de ses amis? Moi, c'est ce que je me serais dite. Seulement, j'ai aussi une famille et des amis à bord de l'Erakis qui rêvent aussi de découvertes sur bien des plans. Et leurs objectifs, comme les miens, commencent tous avec un voyage vers l'inconnu. Autant y aller à fond!"

Leslav avait voul découvrir autre chose qu'Eraven. Eheti avait voulu découvrir autre chose que la vie bien rangée et protégée sur Ilium. Ven voulait découvrir un équipage avec des gens de différents horizons. Sylla ne voulait pas faire une nouvelle expérience de vie à la base, mais on l'y avait poussé, et elle ne paraissait plus regretté d'avoir suivit ce conseil. Mun avait besoin de suivre quelqu'un de plus imaginatif et retors que Fyn tout en s'affranchissant de la sécurité psychologique que lui conférait Off. Mithra voulait élargir sa connaissance des organiques en se mêlant à d'autres espèces, Iaso voulait devenir médecin, Kelp voulait s'épanouir en cuisine. Ecs voulait développer son sens du relationnel organique, chose impossible en travaillant sur un chantier majoritairement geth. Sogan était venu à bord parce qu'il avait besoin d'avoir un objectif de vie tout court. Et Pet... Les voies de Pet restaient impénétrables pour tout le monde. Tous étaient venus car ils recherchaient quelque chose de différent de ce qu'ils avaient connu jusqu'alors, et en ça, ils formaient plus qu'un équipage. Ils étaient une famille.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 344
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,409.00 Points

Re: Un dîner presque parfait.

Message par Seides » 13 Juillet 2018, 22:09

Pendant que le repas se terminait (avec rab pour les plus gourmandes), les langues continuaient à s'agiter (en tout bien, tout honneur!)

Miho répondit à la question de Tila, argumentant qu'il y aurait des problèmes à soit et des problèmes sur place. Seides ne trouvait pas cela très encourageant. Pourtant, on ne pouvait pas non-plus s'arrêter pour autant. Le mieux était donc de limiter le premier et gérer le second. Ah, les variables inconnues... Finalement pas une spécialité organique. Les geths devaient faire avec. Comme pour les émotions désormais.

Le thème changeât pour parler de Seides. Lui qui avait une société et une famille avait aussi des choses à perdre et à quitter. Ce qui n'était pas pour lui plaire nécessairement (surtout pour la deuxième.
Sans parler des projets en cour pour la première. Que de choses à faire ici avant de se balader pour Andromèdes...

Tila posa alors une question sur la motivation personnelle de Miho pour Andromèdes, ainsi que les risques pour sa coopérative.
Miho expliqua plus en détail le fonctionnement interne, d'un point de vu administratif. Finalement il n'y avait pas de commandement unique. C'était une rassemblement avec voix égale, ce qui donnait une bonne souplesse à la structure. Comme le disait la Créatrice Shakti, si elle disparaissait, le fonctionnement de n'était pas gravement affecté. Du moins en théorie.
Seides se demanda tout de même à quelle point, en tant qu'initiatrice de cette structure, elle était vue comme la chef de file. En cas de très grave problème qu'en serait il ?

Elle continua, parlant de l'Erakis comme lieu de rencontre avec une idée plus ou moins similaire à sa coopérative, en vint à ce qui l'a poussait vers Andromèdes (la soif de découverte, être un pionnier ou quelque chose comme ça. Il n'adhérait pas à cette philosophie, mais la comprenait) et en vint finalement à sa famille, répondant à son affirmation par la même occasion.

Seides écouta patiemment pendant que Miho parlait. A la fin, il ne pût s'empêcher d'intervenir : "Je pense, avec tout mon respect Créatrice, que vous vous trompez.
Se fixer et faire des enfants est votre vision de la famille ? Pourquoi voudriez vous quitter votre vaisseau ou l'espace pour cela ? Les Créateurs ont eu un exile forcé, mais il existe bien des exemples dans la galaxie de familles spatiales dont la maison est leur vaisseau de leur naissance à leur mort.

Ma remarque ne portait pas sur le fait que vous ne soyez pas dans une maison à attendre votre compagnon pour faire un enfant ou à y rentrer tout les soirs, mais à votre activité. Votre dynamisme.
D'où ma remarque : votre soif de découverte, votre envie de continuer à bouger ne va pas vous aider à avoir une situation familiale classique. Et par classique je pense à de la stabilité pour prendre le temps de rencontrer qui que ce soit, stabiliser cette relation et éventullement faire des petits Créateurs.

Mais peut-être que vous n'avez pas besoin d'une situation familiale classique. Peut-être qu'être entouré de gens fidèle vous donne la famille dont vous avez besoin et rien d'autre."

A ce stade c'était se lancer dans les particularisme propres à chaque individu. Il n'était pas assez fin psychologue pour deviner s'il avait raison ou pas. Il ferait le bilan de Miho quant il la verrait s'établir, continuer dans l'espace avec quelqu'un ou simplement voyager avec la "famille" de son vaisseau jusqu'à la fin de sa vie.

Il regarda avant de poursuivre : "Quant à votre exemple il est biaisé par votre époque... Et votre affectif.

L'histoire de ces 300 dernières années ne sont qu'un détail dans l'histoire."
Tila laissa retomber sa petite fourchette bruyamment dans sa coupe et regarda Seides avec des yeux ronds, comme si elle avait reçue un électrochoc. Sati elle avait les sourcils froncé et un air un rien déçue.
Sa fille avait un sourcil relevé et l'autre froncé d'un air de dire : "Mais que racontes tu là, doudou dit donc ?!"

Seides leva les mains : "Laissez moi développer.
Qu'est-ce que 300 ans face à la totalité de votre histoire ? Et quelle importance auront-il dans 1000 ans ?
Les Créateurs, vous oublierez ce "détail" une fois que vous aurez à nouveau un système immunitaire vigoureux, que vous vous élancerez sans vos combinaisons dans les étoiles et vous promènerez à visage découvert dans tous les lieux des deux galaxies.
Cela sera car toutes les races organiques le font. Elles oublies les mauvais côtés de leur vécue pour ne garder que les meilleurs. Et vos souffrances actuelles seront une part des livres d'histoire que votre déscendance lira sans pouvoir s'imaginer vivre si différement du reste de la galaxie, sinon un système immunitaire légèrement en dessous de la moyenne. Si nous n'y faisons rien bien sûr.

Oh, bien sûr vous honorerez cette période je pense, car elle a façonner notre futur commun. Mais les générations futures passeront à autre chose. A ce moment là, et nous le voyons un peu déjà avec les conséquences natales qui suivent votre "nuit des masques", la norme sera celle de la galaxie : la plupart avec un compagnon ou une compagne dans une maison fixe et quelques "spatiens" comme vous qui ne quitteront jamais vraiment leur vaisseau. Mais ça ne sera pas à cause d'un exil forcé. Et tout comme aujourd'hui, ça n'a rien de bien spécial ou rare. "


Le geth croisa les doigts sur la table devant lui et les regarda avec une optique qui se faisait de plus en plus tamisée, comme s'il fermait doucement les yeux pour mieux réfléchir : "Au final, les seuls qui se souviendront seront les geths. Car pour nous ce n'est pas un détail que la naissance de notre race. Notre isolement plutôt que de faire face à l'incertitude du choix de votre extermination.

Ce détail dans le grand tout de votre histoire, cette genèse n'a rien d'anodine pour nous et elle n'a pas commencé par le départ précipité de nos Créateurs nous fuyant, mais par cette question qui est encore en suspend de nos jours."

La voix de Seides se fit différente. Toujours synthétique, mais on pouvait savoir que ce n'était pas lui qui parlait : "Créateur. Cette unité a t'elle une âme ?"

Le silence se fit un moment autour de la table, tout juste cassé par le bruit des animaux nocturnes, ainsi que par le ressac plus bas.
L'instant passa lorsque l'optique de Seides revint à la vie et qu'il s'adressa à nouveau à Miho : "Vous pouvez donc vivre de manière classique ou non-classique comme vous l'entendez. Ne vous laissez pas emporté par votre histoire récente, à vous tous les Créateurs. Sachez que je compatis aux difficultés que vous avez rencontré, mais tentez de voir plus grand que ce que le terme "classique" a à vous proposer et n'hésitez pas à m'appeler pour me dire qu'elle forme prendra votre famille définitive. Ou vos familles."

Tila posa une main sur le bras de Miho : "Et je suis désolé pour ma question. Je ne voulais pas réduire tes choix à une famille à terre ou pas du tout.
Et pour répondre à la tienne, oui je t'aurai demandé pourquoi tu déciderais de t'installer sur Rannoch. Nous avons eu assez de conversation sur ta vie pour que je comprenne que ce n'est pas une décision anodine."


Elle retira sa main en se rencognant dans son siège : "Pense juste à venir t'amuser avec moi entre deux saut de canon cosmodésique." Elle lui fit un clin d’œil, sachant qu'elle serait certainement toujours dans la liste des personnes à voir sur Rannoch. Peut-être pas en tête, elle avait une famille qu'elle aimait, mais au moins en bonne place juste après.

Chacun reprit le fil de ses pensées en finissant son dessert.
Eyma proposa du thé et des infusions à ceux qui en voulait avant d'engager une conversation avec Sati sur le sujet de la mode, des dernières tendances et des divers potins de l'extranet. A un moment elle se levèrent, Eyma montrant quelques points de vue à Sati aux extrémités de la longue terrasse, donnant à Miho, Seides et Tila l'occasion d'une discussion privée.

"De ce que j'en déduis Créatrice, vous êtes autant en mesure que moi de vous reproduire dans une futur proche.

Du coup j'aimerai revenir au Lanozien. Vous avez rencontrée leur ambassadrice. J'ai conscience qu'elle n'est peut-être pas représentative de son peuple vu qu'elle a la maitrise nécessaire à cotoyer les interdits son monde au quotidien, vous vous êtes peut-être faite une idée de comment ils sont. Dans les grandes lignes.

Pensez-vous qu'il vont s'y faire ?"
La question était importante. Oui un Lanozien dans son équipage avait mit de l'eau dans son vin, mais seulement après un temps.

Quand des groupes complets débarqueront, qu'allait il se passer ? Individuellement, on pouvait calmer une personne, l'éduquer et la raisonner.
Mais en groupe, les organiques étaient... N'étaient pas toujours eux même. Particulièrement lors de fortes émotions. Des phénomènes de groupes apparaissaient et on pouvait craindre le pire.
Si une forte tête d'un groupe lançait le taïaut sur une IA, que faudrait il pour les arrêter ? D'autant que la Lanozien moyen était plutôt de belle carrure...
Avatar de l’utilisateur
Seides
Papa Geth

Papa Geth
 
Message(s) : 231
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Créateur d'Avenir et d'Evolution
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 832.00 Points

Re: Un dîner presque parfait.

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 28 Juillet 2018, 04:49

Achevant une dernière bouchée de fruits bienvenue, Miho était redevenue silencieuse. Elle avait eu la langue bien pendue, c'était assez peu fréquent en vérité. Elle n'exprimait le fond de sa pensée qu'avec de rares personnes, se contentant souvent de réserver certains débats pour elle-même. Elle surit en voyant certaines se resservir, profitant de ce qui restait encore. Elle-même avait mangé bien au-delà du bon sens, même si elle n'en regrettait rien. Tout avait été délicieux! Elle se reporta sur Seides, quand il précisa sa pensée, annonçant que Miho se trompait sur le sens des propos qu'il avait avancé. Intriguée, elle écouta avec une attention qui paraissait redoublée, cernant rapidement où elle s'était ramassée. Il fallait dire que pour elle, les remarques sur la vie de famille, elle en bouffait à toutes les sauces. Majoritairement par des créatures organiques d'ailleurs, pour qui cela rimait immanquablement avec une certaine sédentarité. Même son frère lui rabâchait régulièrement les oreilles avec ça, alors que la Flotte Nomade constituait pourtant jusqu'ici la majorité de son existence.

"Pardonne-moi Seides. Chaque fois que j'entend ce type de remarque, il va immanquablement de paire avec la sédentarité. J'avais oublié que tu avais un regard beaucoup plus étendu sur la question."

Forcément, il n'était pas limité par les connaissances de sa propre existence en tant qu'individu, et l'émotionnel influençait bien moins son cheminement de pensée qu'un organique lambda. Elle afficha une expression désolée, consciente qu'elle avait oublié, l'espace d'une conversation, la nature pourtant synthétique de son ami. Nature qui le poussa plus loin dans sa réflexion, malgré les réactions scandalisées des quariennes autour de la table. Miho regarda alternativement Sati et Tila, alors qu'elle posait les coudes sur la table pour dissimuler ses lèvres avec ses mains croisées, tâchant de contenir un début d'hilarité. Ce genre de commentaire, elle l'avait déjà entendu. Tout simplement parce qu'il était vrai. 300 ans, ce n'était rien. Il n'y avait qu'à regarder l'espérance de vie d'une asari ou d'un krogan. Mais émotionnellement, se faire dire que le temps de l'exil n'était pas si long revenait à mettre un coup de boule magistral à la sensibilité quarienne qui voyait encore pour l'instant la majorité de sa population issue de cette période pourtant passée.

Seides avait raison sur un point, d'ici un millier d'années, quant tout aura bien changé et évolué, qu'il ne restera plus rien de ces générations nées en exil, qu'elle sera elle-même retournée à la poussière depuis bien longtemps, il ne restera que les geth pour réellement saisir l'ampleur de ce qui s'était passé sur trois misérables petits siècles. Et quand il en arriva à cette simple question qui avait déclenché le pire et montré l'immaturité de toute une espèce, malgré le silence qui s'était installé, elle ne pu s'empêcher de murmurer, peut-être un peu trop discrètement.

"Pour moi, cette question n'est plus en suspend depuis longtemps."

C'était fou comme de vieux souvenirs pouvaient subitement remonter à la surface. Dans la semi-obscurité ambiante, Miho se revoyait assise dans le cockpit du Maefis, premier du nom. Elle ressentait même, en mémoire physique, le léger mouvement derrière son épaule de la main de Fyn qui se crispait sur son siège, lui ordonnant de faire feu. Elle se rappelait même de la rage de Los, qui lui reprochait d'avoir raté un tir facile. Et surtout, elle se rappelait ses propres doigts tétanisés sur les commandes de l'armement, alors que cette évidence, même si elle n'avait jamais été portée par les mots à ce moment-là, l'avait frappée. Malgré les ordres scandés par Han'Gerrel, contrés par ceux de Tali'Zorah et du commandant Shepard, elle s'était sentie comme isolée de toute la galaxie pendant un court instant, puisque quelque chose d'élémentaire venait pour elle de rendre l'intégralité du conflit complètement aberrant. Elle releva les yeux sur Seides quand il en arriva à sa conclusion, avant que la main de Tila ne la tire de tout ça.

"Désolée aussi... Aucun choix de vie n'est anodin, en fait. Et je compte bien profiter de ta présence à chacun de mes passages!"

En tout cas pour cette dernière affirmation, c'était une certitude pour Miho. Des amis en-dehors de son équipage, elle en avait peu et comptait bien en prendre soin tant qu'elle le pouvait. Suite aux proposition d'Eyma, la pilote demanda une infusion, regardant ensuite la jeun asari s'éloigner en compagnie de Sati, déjà bien emballée par cette relation naissante. Peu importait la forme que cela prendrait au final, Miho trouvait agréable de voir la quarienne moins figée qu'à son arrivée. Eyma arrivait à la faire sortir un peu de sa coquille. La remarque finale de Seides sur la famille lui provoqua un sourire amusé quand il se compara à elle sur le fait d'avoir une descendance. Quoique... Seides avait une bonne longueur d'avance: il avait Eyma. Certes pas son enfant au sens biologique de la chose, mais pour Miho, la nuance n'avait pas lieu d'être. Il était papa, lui, aucun doute là-dessus. Il suffisait de voir le regard que portait la jeune Eyma sur lui pour le savoir. La conversation reparti sur les lanoziens. Et ce n'était peut-être pas plus mal que la fille de Seides se soit un peu éloignée. Malgré ses années de vie, elle était encore jeune, et aimait tellement son père que la culture d'Eraven devait être limite insultante à ses yeux.

"A dire vrai, je ne connais qu'un lanozien. Pour l'ambassadrice, il s'agissait surtout d'un échange courtois et commercial, même si j'ai pu en apprendre beaucoup grâce à elle. Je suppose que la vie à la Citadelle doit être régulièrement compliquée pour elle, même si elle semble s'y être totalement intégrée."

Elle eu une petite pensée pour cette serveuse turienne qui avait eu l'aide d'Ayna pour tenter une approche avec l'élu lanozien de son coeur. Les échanges sociaux n'étaient pas un problème pour l'ambassadrice. Mais le choc des cultures devait régulièrement se faire ressentir, d'autant plus que ceux de son espèces n'étaient pas encore répandus à travers la galaxie, comme le faisait remarquer indirectement Seides.

"Paradoyalement, de ce que j'en ai compris, sous d'autres aspect, les lanoziens sont bien plus ouverts que les autres espèces. Mais cette barrière technologique est à mon sens le plus gros obstacle. Je doute qu'il y ait de problèmes majeurs, du moins dans les débuts de leurs voyages. L'Ambassadrice m'a dit que tout une série d'examens psychologiques seront indispensable à tout lanozien souhaitant quitter son système. Des garde-fous sont déjà mis en place pour éviter des dérives, mais..."

Non, elle ne remettait pas en question la volonté de bien faire de la majorité des personnes concernées, ni même l'efficacité des protocoles qu'avaient évoqué Ayna. Miho jeta un coup d'oeil plus loin, comme pour s'assurer que Sati et surtout Eyma restaient hors de portée de voix. Quant à Tila, elle n'était pas née de la dernière pluie et se doutait bien que toute chose pouvait avoir ses mauvais côtés.

"Tout système de sécurité, ou protocole bienveillant, peut être contourné. La perfection ne peut rimer avec la notion de créatures organiques. J'ai la certitude qu'à moyen terme, la grande majorité des lanoziens voyageant hors de leur système seront très bien intégrés aux autres espèces. Tout comme j'ai la certitude aussi que quelques autres ne le seront pas et vivront leurs expériences comme autant de raison de s'en prendre à ce qui est culturellement une menace pour eux. Une poignée passera peut-être du ressentiments aux actes malveillants."

Testes psychologique ou non, formation sur le monde qu'ils allaient affronter ou non, il allait inévitablement y avoir des cas qui n'auront pas été anticipés. Fallait-il pour autant mettre en place d'autres systèmes bien plus sélectifs? Miho n'en voyait pas l'utilité. Encore aujourd'hui, dans pas mal de coins, un quarien était vu comme le clodo venu faire les poches des passants. Encore aujourd'hui, un krogan pouvait être perçu comme une menace imprévisible. Dans la majorité des cas c'était faux, dans d'autres c'était vrai. Les lanoziens ne feront pas exception.

"Comme pour toute avancée culturelle et sociale, il y a des inconvénients. Je pense juste que ceux-ci seront minimes comparés aux bénéfices gagnés pour tout le monde. Et je pense qu'il faut leur laisser la possibilité de faire leurs propres découvertes. De ce que j'en ai vu et entendu, ils sont prêts à avoir cette option à leur portée."

Elle espérait juste qu'elle serait saisie à bon escient. Mais s'il lui fallait redouter des problèmes, elle pencherait plus pour un représentant d'une autre race s'amusant du choc culturel au mépris des émotions des lanoziens. Elle voyait plus ces dernier comme réagissant pour se protéger que comme attaquant délibérément, même par prophylaxie.

"Tu pourras toi aussi te faire une idée à bord de l'Erakis, en rencontrant Leslav. Même si c''est un échantillon restreint de la société d'Eraven, il pourra répondre bien mieux que moi à ce genre d'interrogation. Lui aussi, est soucieux à ce propos. Il voudrait voir plus de lanoziens faire comme lui, mais n'hésite pas à reconnaitre que ça risque d'être passablement compliqué pour beaucoup de ses congénères."
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 344
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,409.00 Points

Re: Un dîner presque parfait.

Message par Seides » 30 Juillet 2018, 18:10

Miho sembla approuver la remarque de Seides quant aux formes de famille. Il balaya d'un léger revers de main les excuses de la quarienne : "Aucun problème Créatrice. A vraie dire je me suis simplement pencher sur la question lorsque j'ai officiellement adopté Eyma. Savoir s'il existait beaucoup de famille inter-espèces et la forme que prend ces familles." Il y en avait beaucoup en chiffre pur. Mais au regard de la totalité des populations concernées, c'était plutôt rare. Si l'on ne comptait pas les Asari pour qui c'était presque une norme, c'était largement moins de 1% du total de la population. 0,1% était peut-être même un chiffre réaliste.

A la fin de sa tirade il avait bien vu les lèvres de Miho bouger, mais ça avait été tellement faible qu'il n'avait pas entendu. En général ce genre de façon de parler n'était pas faite pour être entendu. Les organiques parlaient pour eux même et il ne prit pas la peine de repasser les dernières secondes et pousser l'audio pour savoir.

Il laissa Tila et Miho à leur discussion se demandant comment sa propre famille allait tourner. Allait on se souvenir de lui dans 1000 ans ? Il été curieux de voir ça, si sa famille ferait état d'un geth dans les ancêtres. Après réflexion, il se dit d'ailleurs qu'il aurait l'occasion de voir ça, à moins d'une fin prématurée et violente. Ou qu'Eyma décide de vivre une vie sans enfant.
En ce qui le concernait il trouverait dommage que ça soit le cas, mais il savait également qu'il vallait mieux que ça soit un choix parfaitement réfléchi et consentant. Sa fille été l'exemple même d'un maternité non-assumée. Il espérait que sa paternité laisserait une impression positive à la jeune femme.
Se rencognant dans son siège, il se dit qu'il été bien tôt pour songer à être grand-père et que sa curiosité ne devait pas être le moteur d'une décision quelconque pour Eyma. Jusqu'à ce qu'elle se décide, il garderait tout ça pour lui.

Pendant qu'elle développait sa nouvelle amitié, Miho répondit à sa question sur les nouveaux venus du conseil.
La réponse se voulait optimiste, mais sonnait mitigé pour Seides. Oui ils s'y feront mais pas sans quelques heurt. Hors ces gens là n'étaient pas des Volus. S'il prenait l'envie à un Lanozien de chercher noises au geth moyen, il y avait à parier qu'il ferait jeu égal. Pire, ça pourrait être dangereux.
Quant à rencontrer son membre d'équipage : "Si j'ai l'occasion de passer par votre vaisseau pourquoi pas. Mais je voulais surtout savoir à quel point nous devons être prudent. Vu les retours qu'il y a eu sur leurs taboos, le Consensus fait de son mieux pour éviter les Lanoziens. Mais ça va s'avérer de moins en moins facile. Il faut donc s'assurer que tout se passera bien... Ou savoir à quel point nous devrons être méfiant si nous en croisant un."
Ce n'était pas très charitable pour les Lanoziens, mais mieux valait prévenir que guérir.

*
**
***


Le reste de la soirée passa tranquillement à parler de sujets plus légers. La pluie et le beau temps en quelques sorte, entre les détails des projets de Seides, ceux qu'il voulait bien lâcher et les photos du neveu de Miho.

A l'heure du départ Sati fit un au-revoir ensommeillé à face à l'enthousiasme d'Eyma et les autres échangèrent des saluts moins affectés mais tout autant chaleureux.

Dans le taxi, alors que Sati s'était assoupis Tila proposa à Miho : Tu fais le chemin jusqu'à chez ton frère ou tu veux profiter de mon lit ? C'est sur la route et on pourra se faire un bon petit déjeuner demain. Tu te laisses tenter ?
Si l'on devait juger la taille du lit de Tila par rapport au nombre de personne qui y sommeillaient, on pourrait croire qu'une famille entière pouvait s'y allonger. Ou deux personnes pouvaient faire plusieurs tours sur eux même dans la nuit sans se toucher. Ou, comme le voulait Tila sans l'avouer à pratiquement quiconque : pouvoir se sauter dessus armée de coussins.
Avatar de l’utilisateur
Seides
Papa Geth

Papa Geth
 
Message(s) : 231
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Créateur d'Avenir et d'Evolution
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 832.00 Points

Re: Un dîner presque parfait.

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 30 Juillet 2018, 19:53

Jamais Miho n'aurait pensé que Seides ait pu se pencher autant sur le concept de famille, même pour Eyma. Il avait à coeur de faire bien les choses concernant sa fille, au-delà même de ce que faisaient la plupart des parents. La quarienne trouva son degré d'implication pour le bien-être de sa fille plutôt extraordinaire. Son regard s'égara un instant sur Eyma, en pleine conversation avec Sati de l'autre côté de la terrasse. Si cette petite n'avait peut-être pas vraiment eu le meilleurs des départs, son avenir n'en demeurait pas moins assuré avec un père pareil. En repensant à sa propre enfance, Miho se dit qu'elle avait vraiment été une sale gosse ingrate. Quand son père voulait passer du temps avec elle, lui enseigner ce qu'il savait, elle s'en était détournée à la moindre occasion, préférant les activités maternelles. Même Los lui avait fait le coup. Monsieur Shakti n'avait clairement pas eu la plus belle des paternités avec eux deux. Même si l'amour avait toujours été très présent. La vie avait été trop courte pour leur permettre de renverser la vapeur.

Seides n'allait pas avoir ce problème. Du moins Miho l'espérait. En tant que geth, il aurait tout le temps de voir sa flle grandir, faire ses expériences et s'épanouir. Même vieillir, qui pouvait le savoir? Quelque part, elle se demanda s'il était très judicieux que le geth continue d'intervenir parfois sur le terrain. Le souvenir d'Oméga restait tenace, et Eyma aurait pu tout perdre ce jour-là. Être parent, ce ne devait pas être simple, surtout avec ce genre d'activité. Même si elle devait avoir une armée de geths prêts à veiller sur elle en cas de nécessité.

L'évocation des soucis liés à l'expansion des lanoziens était clairement un sujet de discussion inquiétant pour les synthétiques. Si Miho trouvait déjà que les échanges entre les membres de cette espèce et les quariens risquaient périodiquement de tourner au vinaigre, avec des geths, ça risquait d'être plus compliqué. En un certain sens. La quarienne se dit que si provocation il devait y avoir, le plus gros de la mauvaise volonté viendrait probablement des lanoziens, organiques et soumis à toues les émotions soudaines et abruptes qui pouvaient faire commettre des erreurs. Ce n'était pas le cas d'un geth par exemple, qui ne s formaliserait pas d'un regard de travers. Mais il n'empêchait que ça pourrait en tous les cas être fatal à des représentants de l'un ou l'autre des partis. Sur ce point, il allait falloir se montrer vigilant sur qui passerait ou non par un transport de la SCTI pour quitter Eraven. Face à l'attitude de Seides, Miho se dit qu'il serait peut-être judicieux de créer quelques garde-fous supplémentaires de leur côté, et de ne pas céder toute la surveillance et le tri psychologique à des lanoziens. Veiller à ce que les équipages en charge des déplacement comportent quelques personnes plus perspicaces et analytiques serait certainement une bonne option, avec pourquoi pas la prise de liberté de - sans l'accord d'Eraven - établir une liste de personnes susceptibles de poser problèmes à classer dans la base de donnée de la Coopérative, afin qu'un regard passe régulièrement sur ces gens-là. Ce serait arbitraire, irrespectueux et certainement pas légal, mais si ça pouvait permettre d'anticiper un dérapage, pourquoi pas. Il lui faudrait mettre ça sur le tapis à la prochaine réunion du conseil d'administration.

En attendant, la soirée se poursuivit sur des sujets moins polémique, avec une touche de naïveté. Outre les partage de chacun, Miho agit en parfaite tata gaga de son neveu quand elle montra les photo de ce dernier. Qu'il s'agisse de ses premiers pas, ou d'autres choses bien plus inintéressantes et pourtant tellement merveilleuses pour des proches. Même si elle était très loin de se désintéresser du projet de Seides. Une fois que le système serait adaptable pour toutes les espèces, il serait bien temps de demander à s'inscrire sur un planning de réservation pour mettre à l'épreuve son équipage dans des situations extrêmes en toute sécurité. Mais pour le moment, mieux valait laisser Seides exprimer sa pleine créativité, d'autant plus qu'il devait certainement avoir déjà une longue liste de clients à satisfaire en priorité.

Après des au revoirs chaleureux, les quariennes laissèrent la famille au repos nocturne bien mérité. Miho remercia tout particulièrement Eyma pour son service à drone, et Seides pour lui avoir ainsi permis d'en découvrir plus sur sa vie. Sati avait l'air passablement épuisée, mais elle avait visiblement passé une bien meilleure soirée que ce qu'elle avait dû envisager de prime abord. Sans compter que maintenant, elle et Eyma était devenue déjà bonnes amies. S'installant à côté de Tila dans le taxi, Miho poussa un soupire de satisfaction. Elle avait passé une très bonne soirée, et se dit qu'il lui faudrait peut-être faire pareil à bord de l'Erakis. Et ainsi permettre à tout un chacun de présenter leurs amis et famille au reste de l'équipage de manière plus informelle. La voix de son amie la tira de ce projet.

"Ah... Ça aurait été avec joie, mais j'ai promis à Yunn d'être là à son réveil pour l'amener à l'école."

Passer le reste de la nuit avec Tila était pourtant une perspective séduisante. Et puis ce ne serait pas la première fois que Miho ferait une nuit avec elle, même si la dernière fois elles avaient surtout bu et parlé jusqu'à l'aube au lieu de songer à dormir.

"Mais l'Erakis ne décollera pas avant après-demain en après-midi, alors si tu es libre demain, on pourrait peut-être passer la soirée ensemble! Et je resterai la nuit. Mais c'est moi qui m'occuperais du petit déjeuner."

Si déjà elle profitait du domicile de son amie, ce ne serait pas sans se donner un minimum de mal pour l'en remercier. Mais en attendant, et malgré le bon temps qu'elle avait pris aujourd'hui, elle avait tout de même hâte de prendre quelques bonnes heures de sommeil, même si c'était hors d'un vaisseau.





[FIN]
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 344
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,409.00 Points

Précédent

Retour vers Voile de Persée



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)