Petit roque sur pièce sacrifiée

*

Modérateurs : Administration, MJ

Petit roque sur pièce sacrifiée

Message par Neil / Liirha » 23 Janvier 2018, 19:07

Off Topic
Date du RP: 28 Novembre 2191
Lieu du RP: Environs de Rome, Italie, Terre, Système Helios, Bulle Locale, Noyau concilien
Type de RP: Privé
Personnage(s) participant(s): Nissara, Liirha, Vidar.


Précédemment...

L'arrivée sur Terre se fit sans encombre.
Depuis maintenant plus d'une centaine d'années, les trajets entre la planète natale des humains et son satellite sont monnaie courante. L'équivalent d'un simple voyage intercontinental pour bon nombre...
C'était d'autant plus vrai à bord de la frégate de la SPECTRE Nissara. Le Duakila n'avait fait qu'une bouchée de ce vol : à peine parti de la Lune qu'il achevait déjà son approche sur l'astroport de Paris-Charles De Gaulle...
Les contrôles furent des plus restreints une fois au sol. La vitesse à laquelle les agents de sécurité s'étaient écartés à l'approche de l'asari en livrée bleutée et de ses compagnons était admirable, vraiment.
Les moyens de la Spectre permirent de rapidement prendre place à bord d'une navette moyen courrier privée à destination de l'antique Rome, véritable témoin de pierre de la grandeur de la civilisation humaine. La ville antique en elle-même avait fort heureusement échappé au passage des Moissonneurs, ce qui n'était pas le cas des quartiers plus modernes, pour la plupart rasés lors de la guerre. Toutefois, ces derniers se remettaient lentement de leur reconstruction, arborant à nouveau façades vitrées et jardins verticaux. Les visiteuses purent ainsi profiter des éclats du soleil de cette fin d'après-midi, reflétés sur les parois de verre tandis que la navette contournait les nouveaux quartiers pour rejoindre l'astroport Leonardo Da Vinci.

L'air méditerranéen les accueillit dès l'ouverture de la porte. Niora avait entendu parler de ce climat si particulier qui pouvait tant rappeler certaines régions de Thessia. L'espace d'un instant, elle se serait cru de retour chez elle...
Liirha ne pu en profiter, du fait de sa combinaison. Mais elle avait déjà fait l'expérience d'un tel climat chaud dans sa chambre climatisée et stérilisée. Neil s'était amusé à programmer ainsi toute une série de climats artificiels proches de ceux qu'il avait connu sur Terre afin de lui faire partager ces sensations...

L'odeur de l'asphalte chaud emplissait un air se rafraîchissant lentement en cette fin de journée...
Un véhicule antigrav attendait en face de la navette sur le tarmac. Le véhicule automatisé s'ouvrit à leur approche. Les quelques derniers mètres furent parcourus d'un pas rapide par les quatre jeunes femmes, qui s'y installèrent confortablement. L'appareil, d'un certain standing, comportait apparemment tous les raffinements de la technologie humaine.
Fauteuils en cuir, air conditionné, affichage réactif tête haute... Mais aussi et surtout, système de positionnement par satellite.
C'est ce dernier système qui intéressait le plus Nissara autant que Liirha ou Niora.
- Di Stevani a sa villa sur les hauteurs de Rome, au nord. La villa Stevani, à proximité de la Riserva Naturale della Marcigliana, sur la rive ouest du Tibre, au nord de la ville.
- ...cette manie que les nouveaux riches ont de tout nommer de leur propre nom...
- D'autres préfèrent mettre en place des groupes paramilitaires...
Liirha soupira, amusée. Sous son masque se dessinait un sourire ironique, invisible mais parfaitement sous-entendu pour quiconque la connaissait depuis assez longtemps.
- Ora di arrivo prevista : 19h32. Répondit l'ordinateur de bord.
- Il dit qu'on arriverait vers 19h32. Il arrive à Neil de parler italien, vous savez... Parfois...
Pianotant sur son omnitech, Noria n'eut qu'un mot :
- Attendez...
Tout le monde se figea un instant. L'avocate lut d'une traite ce que son affichage indiquait avant de se tourner vers ses compagnons :
- Ce soir est donné un gala de charité en faveur des quartiers défavorisés en cours de reconstruction de la Ville de Rome. Oria vient de me fournir la liste des invités et il va y avoir du beau monde ! Plusieurs membres de l'assemblée de l'Alliance, des membres de la haute société européenne, plusieurs capitaines d'industrie, des artistes en vogue...
Ses croisèrent tour à tour ceux de ses camarades avant qu'elle ne reprenne :
- On ne peut pas y aller comme ça, si ?
Codes couleurs :
Neil : #0F9DE8Liirha : #FF80FFDaria "Sparks" Nosverie : #00FF80
Ariane : #FF4901Niora Vonaki : #00CCCBOria T'Nora : mediumslateblue

Disponibilité : [2] - Disponible : Au moins 1 réponse tous les 7 jours

Journal de BordDatapad
Avatar de l’utilisateur
Neil / Liirha
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 133
Inscription : 20 Juillet 2016, 20:32

Âge: 48
Profession: Neil : Avocat/Businessman.
Liirha : Assistante/Garde du corps/Ange gardien.
Points d'Héroïsme: 4

Points MEL: 28.00 Points

Re: Petit roque sur pièce sacrifiée

Message par Nissara T'sironia » 04 Février 2018, 20:17

Nissara se demanda un instant l’avancement des travaux de reconstruction de la terre. Elle avait été présente pendant le déploiement des forces conciliennes et s’était battus en première ligne avec son équipe. Elle avait vue tant de dévastation sur cette planète qu’elle appréhenda un bref instant, d’une façon folle et irréfléchie, de revoir tout détruit. Bien entendus il n’en était rien, mais les dévastations planétaires avaient tellement marqué la Spectre qu’elle ne pouvait résonner certaines pensées ou flash de sa mémoire. Elle du même reprendre « conscience » quand on lui parla d’arriver. La journée était déjà bien avancé quand le quatuor arriva et pendant un instant la spectre découvrit la reconstruction des lieux. L’espoir qu’elle vit dans cet acte lui passa un peu de baume au cœur et la rendit plus motivé quand elle se mit au travail pour localiser le lieux de vie de cette fameuse Stevani. Elle découvrit alors le climat méditerranéen, un climat qu’elle n’avait pas dutout connus dans son opération sur terre et elle fut presque stupéfaite de voir la ressemblance frappante entre certaines zones de Théssia et ce bout de la terre.

Une fois dans le véhicule de transport, et après avoir quand même embrassé du regard cette vue réconfortante, la Spectre se pencha sur les informations que l’on pouvait recueillir sur leur cible. Elle nota, non sans une certaines surprise, les noms qui lui paraissaient bien étrange en comparaison de ce qu’elle avait appris de la langue humaine. Encore plus quand une voix préhenregistré parla.

« Italien ? c’est un patois locale ou quelque chose de ce genre ? »

Dit la spectre qui, bien que cultivée, n’avait pas encore tout à fait saisit le bordel sous le symbole unie de l’alliance. Mais la remarque de l’avocate ne permis pas forcement une explication approfondie. L’asari soupira, pourquoi rien n’est simple ? La spectre réfléchie rapidement en essayant d’imaginer quelle serait la meilleur approche. Opinant une ultime fois elle exposa son idée*

« Pour moi arriver en se faisant invitée à la soirée serait le plus discret, et une fois sur place, prendre à par Di Stevanie et lui expliquer la situation, mon équipe avec le Duakila resterais proche et s’occuperait de renforcer la sécurité quand on pourra et l’extraire si ça tourne mal … reste pour la présentation »

Pour le coup c’est Liirha qui compléta l’idée.

« les hotels de luxe proposent souvent un service de location de tenue pour des soirées »

« Parfait, plus qu’a en trouver une rapide, efficace et qui fait pour les quariennes … la plus cher donc. »

Glissa la Spectre un peu amusée avant de consulter, avec les autres, les hôtels proches. Recoupant les informations c’est finalement Solène qui trouva tout ce qu’il fallait sous l’œil un peu surprit de sa supérieur mais qui opina.

« Trés bien allons-y ! »

Dit-elle en pianotant sur son omnitheque pour changer le cap de la navette et payer les places à l’hôtel. Clairement l’un des plus cher et des plus tranquille du coin, ou le luxe ne faisait aucun doute. Quand la Spectre arriva, ayant stocké les armures à part et du coup étant dans des affaires plus que « classique » pour éviter de débarquer en armure complète ce qui serait tout sauf discret. Évidement elles proposèrent de même pour Niora avant de passer la porte du palace.
Dernière édition par Nissara T'sironia le 08 Mars 2018, 21:29, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Nissara T'sironia
Foudre bleu

Foudre bleu
 
Message(s) : 343
Inscription : 10 Mars 2015, 12:30

Âge: 435
Profession: Spectre
Classe: Biotique et Martiale
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 16.00 Points

Re: Petit roque sur pièce sacrifiée

Message par Neil / Liirha » 05 Février 2018, 19:06

Ayant rapidement opté pour l'hôtel de la Villa Madama, le véhicule noir fila vers le Quartiere XV Della Vittoria, au nord de Rome, intra-muros. Survolant rapidement la ville, il atteignit le Tibre, qu'il suivit vers le nord. Arrivé à hauteur de l'un des "poumons" de la ville, l'appareil ralentit pour finalement s'approcher d'un bâtiment construit à flanc de colline autour d'un parc à l'italienne. Situé sur la Via Madama lui donnant son nom, l'hôtel avait été rénové à l'identique suite à la guerre.
D'apparence modeste en terme de taille, il s'agissait là d'un établissement conçu autour d'une philosophie plus proche de la chambre d'hôte de luxe pour invité de marque que de celle d'un hôtel international à l'impersonnalité crasse. Peu de chambres, mais d'excellente qualité. Des services à la personne personnalisés et surtout, un service de location de smoking et autres tenues de soirée. Un tailleur se trouvait en outre présent au besoin...

Quittant le véhicule d'un geste lent mais fluide, Niora admira le paysage. L'on voyait particulièrement bien les lumières de la ville antique en contre-bas. Le début de soirée voyait la ville éternelle se parer de ses lumières sur fond de ciel aux multiples dégradés de roses, de bleus et de violets.
Un maître d'hôtel de bonne taille aux cheveux bruns arborant un costume noir à la coupe italienne vint à leur rencontre, accompagné de deux grooms.
- Signora T'Sironia ? Benvenuto nella Villa Madama.
C'est Liirha qui répondit avant Nissara :
- Grazie mille, signore. La signora T'Sironia non parla italiano. Forse potremmo parlare di qualcosa che conosce senza usare i suoi programmi di traduzione ?
- Sì, naturalmente. Soyez les bienvenues à la Villa Madama. Si vous avez des affaires à nous confier, nous les ferons monter vers vos chambres. Répondit le maître d'hôtel aux yeux bruns avec un léger accent italien.

Les bagages, peu nombreux, furent acheminés par les deux grooms tandis que Nissara, Solène, et Liirha terminèrent les formalités d'usage. Restée en retrait, Niora avait appelé Oria, la gestionnaire des finances de son mentor. Cette dernière s'était démenée pour obtenir une entrée à la soirée de Di Stefani, faisant passer Nissara et Niora pour des femmes d'affaire asaris. C'était utile d'avoir des contacts comme Oria. Chaque fois qu'elle pensait à la jeune asari, Niora ne pouvait s'empêcher de se demander comment Jors avait fait pour la dénicher...
Liirha, de son côté, s'était arrangée pour que le service de location de tenues de soirée soit des plus diligents et apporte le plus vite possible le nécessaire dans leurs chambres pour les essais. Quant à Nissara, elle se contenta de signer le document d'entrée.

Étonnamment, toutes rapides qu'elles furent, les essayeuses de l'hôtel les attendaient de pieds fermes dans leurs chambres. Ces dernières, agrémentées de toiles de maîtres de la Renaissance et de mobilier semblant d'époque, ressemblaient plus à une très grande suite qu'à des chambres. Une suite particulièrement soignée et propre que certains établissements de la Citadelle pourraient copier un peu plus...
Les essayeuses entrèrent rapidement en action autour d'elles comme autant d'abeilles habillées de tailleurs noirs.
Liirha les regarda s'affairer pour ajuster sur Niora une robe de soirée nacrée convenant particulièrement bien avec son teint bleu clair et ses yeux émeraudes. Ajoutant à l'ensemble un boléro d'un vert correspondant à ses pupilles, elles se démenèrent pour lui trouver une paire de chaussure convenables. En l'occurrence, des escarpins vernis assortis à la robe fourreau.
Lorsqu'enfin les essayeuses relâchèrent l'avocate, elle était plus proche du bal des contes de fée que de la plaidoirie à la cours...
La quarienne n'eut pas à subir ce sort, sa combinaison suffisant parfaitement à son bonheur...

Elles retrouvèrent Nissara et Solène dans le salon de leur suite, toutes les deux affublées de tenues particulièrement raffinées et peu pratiques au combat...
Alors qu'elles semblaient chercher comment porter une arme et se battre en talons hauts, la porte principale résonna de coups discrets mais appuyés.
- Signora Vonan ? Vous avez demandé quelques affaires... particulières. J'ai fait aussi vite que possible, signora. J'espère que ce sera à votre goût...
- Grazie Mille. Nous en ferons bon usage.
- Prego. Le maitre d'hôtel se retira non sans laisser dans les mains de la quarienne un sac noir d'une dimension raisonnable.
Le déposant sur une table basse, la jeune femme l'ouvrit, révélant trois paires de chaussures de course type "Fingers".
- Je me suis dit que vos talons pourraient poser problème en cas de grabuge... Fit la quarienne en regardant les chaussures de ses trois acolytes, un sourire amusé dissimulé par son masque.
Plus intéressant, se trouvaient également dans le sac des holsters de cuisse discrets, à placer sous une robe. Apparemment, cet hôtel avait connu des pratiques pour le moins cavalières par le passé...
Néanmoins, elles pourraient porter sur elles un pistolet de petite dimension sans difficulté. Pour l'occasion, Liirha prêta à Niora son Predator, tandis qu'elle ouvrait une mallette et prenait en main l'un des Phalanx de Neil, en configuration légère. La quarienne n'aurait aucun mal à cacher cette arme dans l'une de ses nombreuses poches...

Il était près de 20h00 lorsque les quatre camarades quittèrent la Villa Madama pour mettre le cap sur la Villa Di Stefani. Elles embarquaient avec elles une arme de poing chacune, ainsi que du matériel complémentaire, protections balistiques et générateurs de boucliers dans un sac qui resterait à bord du véhicule. Nissara avait également fait se rapprocher le Duakila, lequel devait être en train de se poser sur l'astroport Leonardo Da Vinci à l'heure qu'il était. Ses hommes se préparaient sans doute à les rejoindre en cas d'urgence.

L'antigrav noir décolla, s'éleva puis bondit en direction du nord...



----- La Villa Di Stefani -----

VILLA DI STEVANI
PLAN

Plan orienté nord-sud.

Située dans les environs septentrionaux de Rome, la Villa Di Stevani offrait tout le luxe que l'on puisse désirer.
Construite sur le site d'une ancienne carrière de pierres transformée en jardin, a à peine un kilomètre du célèbre Tibre, la Villa Di Stevani profite de la protection de la colline, creusée à angles droits, la surplombant à l'est. Autrefois site d'excavation de pierres connu depuis l'Antiquité, l'ensemble des lieux avaient été reconvertis en terrasses ombragées. Les essences d'arbres diverses se mêlaient ainsi dans ce lieu creusé à même la terre.
Deux énormes bassins réhabilités témoignaient encore de la profondeur des excavations. Leurs eaux turquoises et limpides permettaient d'y voir se prélasser poissons et plantes aquatiques.
Construite au dessus du plus grand des bassins, la Villa réussit à associer avec goût la légèreté des lignes, pourtant angulaires, et la lumière. Alliant des murs gris et d'immenses baies vitrées à des surfaces horizontales blanches, cette habitation d'une taille imposante s'intègre harmonieusement dans son environnement taillé depuis des siècles à coups de pioches. La végétation luxuriante de l'ensemble des jardins ainsi que la large piscine à débordement viennent ajouter une note de fraîcheur à l'ensemble. Un peu plus loin, vers le sud de la propriété, se trouve l'aire d'arrivée ainsi que l'entrée du parking souterrain, lequel est relié aux caves ainsi qu'au corps principal du bâtiment.


(A toi de jouer, Vidar ;) )
Codes couleurs :
Neil : #0F9DE8Liirha : #FF80FFDaria "Sparks" Nosverie : #00FF80
Ariane : #FF4901Niora Vonaki : #00CCCBOria T'Nora : mediumslateblue

Disponibilité : [2] - Disponible : Au moins 1 réponse tous les 7 jours

Journal de BordDatapad
Avatar de l’utilisateur
Neil / Liirha
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 133
Inscription : 20 Juillet 2016, 20:32

Âge: 48
Profession: Neil : Avocat/Businessman.
Liirha : Assistante/Garde du corps/Ange gardien.
Points d'Héroïsme: 4

Points MEL: 28.00 Points

Re: Petit roque sur pièce sacrifiée

Message par Nissara T'sironia » 08 Mars 2018, 22:35

Ce qui était certains c’était que l’endroit avait de quoi faire réver pour des vacances. Pendant un instant, un très bref instant, elle se dit qu’elle devrait faire venir Neil ici, avant de brusquement se reprendre. Enfin, on était pas la pour ça ! Et qu’est-ce qui lui prenait ne serais-ce que d’envisager une chose aussi … saugrenue ? Revenant au présent elle sortie du véhicule en jetant un coup d’oeil alentours d’une façon plus pragmatique. Ce qui était sur c’est que l’organisation de Neil avait ses propres ressources vue que c’est son entreprise, encore active, qui leur dégota une entrée à la soirée de Di Stevani. S’approchant du maître d’hôtel la Spectre cligna des yeux et porta son regard à son Omnitech qui semblait complètement perdus dans la traduction. Appréciant l’aide de Liirha l’asari répondit en anglais avec un accent tout particulier, espérant qu’elle parviendrais au moins à se faire comprendre.

« Je vous remercie grandement pour l’accueil, ne vous en faites pas pour nos affaire il n’y aura pas grand chose »

Déclara la spectre en plaçant sur son épaule le sac contenant sa propre armure. Elle était un brin protectrice sur son matériel, de même que Solène et toute deux arrivèrent dans leurs suites en clignant des paupières devant l’efficacité redoutable des essayeuses. Dans une tornades de vêtements et d’épingles les deux femmes se retrouvèrent apprêtée comme rarement, voir même jamais pour Solène.

Quand Niora et Liirha rejoignirent les deux militaires Nissara faisait quelques va et viens dans une robe rouge élégante, proche du corps avec un coté fendus jusqu’à mi-cuisse, le coté opposé de cette ouverture parsemée d’alvéole dévoilant partiellement son flanc et laissant deviner le tatouage carmin de son corps. Le tout était bien fait, soulignant la silhouette sans trop en montrer. Un challe venait compléter cet étrange combinaison de bleus et de rouge. Les talons qu’elle portait semblait réclamer qu’elle se réhabitue à les porter, mais cela revenait vite, en revanche elle se demandait vraiment comment se battre avec ça.

Solène elle portait une tenue bien plus sobre mais tout à fait raffinée, dans tons sombres faisant ressortir l’éclat de son regard avec sa peau mate. C’était un habile jeux de couleur qui souligner la féminité de la jeune femme qui semblait pourtant bien loin de ce genre de considération et pestait bien plus que Nissara. D’ailleurs, elle même avait sûrement refusé les talons haut en vue de ses chaussures ouvertes bien plus proche du sol.

« Cela faisant longtemps que je ne m’étais pas aussi bien apprêtée … par contre je vais planquer mon arme ou moi j’ai pas mon holster de cuisse la ... »

Comme répondant à l’interrogation de la spectre, la demande de Niora arriva dans le salon sous la forme de divers affaires. Jetant un coup d’oeil curieux la Spectre ourla un large sourire.

« Parfait ! »

Dit elle en sortant son carnifex de son sac. Déséquipant la lunette et la rallonge de canon, cela irais très bien. Ne prenant pas plus de mesure que ça pour sa pudeur elle releva sa robe et mit en place le holster ainsi que son arme avant de rouler un peu des hanches dans sa nouvelle tenue.

« Ha .. je me sens plus habillée ! »

Dit elle avec un petit sourire.

« Vous pouvez me conseiller un bon dictionnaire heu « d’italien ? » Pour mon traducteur ? Je vais paraître cruche de rien comprendre sinon ... »

Quelques temps plus tard l’antigrav déposé ce quatuors de femme fatal non loin de la Villa De Stevani. L’endroit était superbe et donnait des envies de vacances. Malheureusement ces pensées étaient bien loin de l’état d’esprit de la Spectre qui lacha un juron bien sentit à voix basse. »

« Pourquoi ces villas sont toujours aussi exposé à tout les tireur d’élite de la moitié de la planète ? … J’espère que ses vitres sont blindé ou qu’elle à un bouclier sinon ça sera la pire des gageur de la garder en vie. Et ça, c’est si ils préfèrent pas le poison ... »

Oui Nissara ne sentait clairement pas cette affaire, le moment sur la citadelle l’avait alertée du danger de ce qu’elle était en train de remuer. Prenant une grande inspiration, elle se calma et avança avec une certaine négligence vers le personnel accueillant les invités. Sans plus se présenter que ça elle montra son invitation reçut plus tôt et rejoignis le reste de la fête.

« Restez toutes avec vos barrières et bouclier levé, on se méfie et on cherche ou se trouve Di Stevani. Quand vous la trouvez, prévenez les autres qu’on se rassemble pour pouvoir la mettre à l’abri en cas de soucie. On reste deux par deux, Solène, accompagne Niora, Liirha, tu veux bien m’accompagner s’il te plaît ? »
Avatar de l’utilisateur
Nissara T'sironia
Foudre bleu

Foudre bleu
 
Message(s) : 343
Inscription : 10 Mars 2015, 12:30

Âge: 435
Profession: Spectre
Classe: Biotique et Martiale
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 16.00 Points

Re: Petit roque sur pièce sacrifiée

Message par Vidar » 20 Mars 2018, 14:23

Il était parfois intéressant de savoir ce qui pouvait exister dans les bas-fonds de Rome. Même si les rues étaient belles, les magasins brillants et les gens souriants, il y avait toujours des petits commerces qui existaient dans l’ombre, allant de la vente de produit illégal à la fabrication de faux papiers… C’était chez l’un d’eux chez qui je m’était dirigé, un homme du nom de Machiavel, capable de fabriquer des faux mieux que personne… Grace à lui, j’avais pu me fabriquer une fausse identité. Pas comme Vidar. Pas comme moi… …. Daniel Krunzunski, ancien militaire reconvertit dans le civil.

Avec quelques prothèses, des lentilles de contacts colorées, des bombes de teintures et un changement de coupe de cheveux, il était facile de changer de visage, mais il y avait toujours des signes que l’on ne pouvait pas changer. La manière de marcher, les tics de gestuels, les réflexes.

Tout ces symboles qu’il était difficile de changer pour n’importe qui. A moins de se tuer.

Cet exercice est épuisant. Je devais me forcer à me répéter mes mensonges encore et encore, de telle manière qu’ils deviennent crédibles. Qu’ils me paraissent crédibles. La première fois, il m’avait fallut un mois… Un mois à me torturer, à me briser, à prendre cette attitude de tueur, de m’enrubanner de ce masque invisible, immatériel. Mais c’était beaucoup plus simple désormais. La deuxième fois était toujours la bonne…

Ne restait qu’à connaitre les habitudes de sa cible, sa manière de penser, ses habitudes et ses réunions.

Et de coller à ma fonction.

Avec mon rôle de garde du corps, il était facile d’évoluer dans la maison sans problème, repérer l’organisation du système de sécurité, mais aussi accéder à la liste des invitées.
Un sourire m’étais apparut sur mes lèvres alors que l’ajout soudain de nouvelles personnes venait de bipper sur mon omnitech. Elles étaient là…
Je chassai rapidement mon sourire alors que j’indiquait que j’allait faire une patrouille… Je pouvais presque deviner la raison pour laquelle ces personnes apparaissaient brutalement moins de quatre heures avant le début de la soirée organisée à la Villa. Les demoiselles étaient sur leurs gardes… Et j’allait devoir augmenter le niveau de mon jeu…
In darkness we seek the truth....
Avatar de l’utilisateur
Vidar
Rang 3

Rang 3
 
Message(s) : 21
Inscription : 18 Juillet 2016, 20:55

Âge: 0
Profession: Tueur
Classe: Tueur
Points d'Héroïsme: 3

Points MEL: 154.00 Points

Re: Petit roque sur pièce sacrifiée

Message par Neil / Liirha » 25 Mars 2018, 20:40

Sortant de l'antigrav avec souplesse, Liirha découvrit un exemple typique de l'architecture contemporaine post-guerre, utilitaire et sobre, trouvant dans cette même sobriété, style et élégance. Le chemin traversant un jardin à l'italienne impeccablement tenu et bordé d'une rangée de lanterne se trouvait occupé par quelques convives rejoignant la villa. Cette dernière laissait quelques pans de ses murs et de son toit visibles depuis le parking, le reste se fondant dans la végétation luxuriante.
Filtrant l'entrée du chemin, deux vigiles en costume élégamment taillé d'un noir abyssal encadraient un maître d'hôtel non moins élégant contrôlant les invitations. Un rapide coup d’œil alentours permis à la quarienne de repérer rapidement une ronde de deux gardes armés, dans la même livrée que ceux présents à l'entrée, patrouillant autour des véhicules des invités. Nul doute que la sécurité devait être renforcée ce soir...
Aidant Niora à s'extirper du véhicule, elle fit part de ses observations à ses camarades. Toutefois, ce qui l'inquiétait était plus le dispositif de sécurité que l'on ne voyait pas...
Elle entendit Nissara étouffer un juron avant de donner ses instructions. Boucliers et barrières levées ce serait, donc. Deux duo : Solène, Niora et Nissara, Liirha.

La compagnie, menée par Nissara et Liirha, mis le cap vers le maître d'hôtel préposé à la réception. Arrivées à sa hauteur, l'humain leur demanda leurs invitations :
- Bonsoir, mesdames. Vos invitations, s'il vous plait.
Niora lui tendit son bras, transférant lesdits documents. Le maître d'hôtel les consulta rapidement, son omnitech faisant la vérification automatiquement avant de lui renvoyer en un quart de seconde une réponse positive.
- Soyez les bienvenues à la Villa Di Stefani, mesdames. Passez une bonne soirée.
L'homme s'écarta devant les deux asaris, la quarienne et l'humaine, les invitant à emprunter le chemin pavé menant vers la musique et les rumeurs de conversations mondaines. Les deux gardes restèrent stoïques à leur passage, professionnels.

Remontant l'allée dans la fraîcheur délicate de ce début de soirée, la compagnie déboucha sur une réception mondaine des plus réussies.
Les invités, en grande tenue, discutaient par groupes plus ou moins importants tandis qu'un bataillon de serveurs s'affairaient afin que jamais quiconque ne manque de quoi que ce soit. Par endroit, proches des murs ou en binômes, quelques gardes en costumes noirs, toujours armés, assuraient la protection de ce qui semblait être la plus forte concentration de décideurs politiques, hommes et femmes d'affaire et personnalités d'importance de toute l'Italie.
Les alentours de la piscine semblaient particulièrement prisés par les convives les plus jeunes, lesquels allaient certainement s'autoriser une baignade plus tard dans la soirée. Le débordement assurait, par sa cascade d'eau, un rafraîchissement supplémentaire que ne dédaignaient pas le petit nombre des invités ayant choisi le contrefort de la bâtisse -frontière entre le jardin et le reste de la propriété- pour planter leurs mocassins et leurs talons hauts en sirotant une coupe de champagne.
C'est dans ce contexte feutré que les quatre demoiselles se séparèrent comme prévu en quête de la maîtresse des lieux.

Niora et Solène prirent la direction des jardins, se mêlant rapidement aux invités. La jeune quarienne assurait la discussion sous l’œil observateur de l'humaine. Son expérience des contacts sociaux alliés à sa tenue des plus agréables lui permirent de rapidement s'intégrer aux conversations et subtilement poser les bonnes questions...

Nissara et Liirha, elles, prirent la direction des terrasses surplombant la piscine. Le point de vu surélevé permettrait sans aucun doute d'avoir un œil sur l'ensemble des convives.
Toutefois, une fois arrivées, ni l'une ni l'autre ne trouvèrent Alice Di Stevani parmi la foule des invités. Un serveur passa à leur portée, leur tendant un plateau garni de petits fours. Liirha due décliner, sa condition de quarienne ne lui permettant pas d'en profiter. La Spectre en pris un, remerciant le serveur d'un sourire aimable. Ce dernier inclina la tête en signe de salut avant de prendre congès. Il venait à peine de faire deux pas que Liirha le rattrapait, posant sa main gantée sur son bras :
-"Excusez-moi, puis-je vous poser une question ?"
-"Bien sûr, madame." répondit le serveur avec un accent italien léger.
-"Sauriez-vous où se trouve Madame Di Stevani ?"
-"Il me semble l'avoir vue à l'intérieur, madame."
-"Merci infiniment."
Revenue aux côtés de Nissara, la quarienne lui fit part de l'information en ajoutant :
-"On ne pense que trop rarement au petit personnel, dans certaines sphères..."


Note : Alice Di Stevani se trouve actuellement dans le salon, au rez de chaussée. Son bureau se trouve à côté de sa chambre, au dernier étage et possède une terrasse privative. Le dernier étage, qui comporte donc les appartements de la maîtresse des lieux, ainsi que les niveaux -1 et -2 sont fermés au public. Bien évidemment, Vidar, tu y as un accès total.
Se trouvent actuellement dans le salon un certain nombre de convives qui conversent ensemble.
Codes couleurs :
Neil : #0F9DE8Liirha : #FF80FFDaria "Sparks" Nosverie : #00FF80
Ariane : #FF4901Niora Vonaki : #00CCCBOria T'Nora : mediumslateblue

Disponibilité : [2] - Disponible : Au moins 1 réponse tous les 7 jours

Journal de BordDatapad
Avatar de l’utilisateur
Neil / Liirha
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 133
Inscription : 20 Juillet 2016, 20:32

Âge: 48
Profession: Neil : Avocat/Businessman.
Liirha : Assistante/Garde du corps/Ange gardien.
Points d'Héroïsme: 4

Points MEL: 28.00 Points

Re: Petit roque sur pièce sacrifiée

Message par Nissara T'sironia » 29 Mars 2018, 19:45

La spectre soufflait doucement, elle se demandait encore si un tireur d’élite n’allait pas essayer de transformer Di Stevani en nature morte, mais pour le moment le mieux qu’elles puissent faire était de trouver la propriétaire des lieux et de tacher de la mettre à l’abri. Nissara avait abandonné l’idée de demander ou se trouver la maîtresse de maison à l’entrée, c’était peine perdus qu’il ai une réponse valable. Elle se rabattis donc sur les sens plus classique, espérant remarquer une personne qui attirerais plus l’attention que les autres. La terrasse surplombant la piscine lui paraissait un bon point de vue mais rien qui ressembla à ce qu’elle espérait trouver. De dépits, et parce qu’elle n’avait encore rien avalé depuis plusieurs heures, elle prit un petit fours qu’elle goba rapidement aprés avoir adressé un sourire reconnaissant au serveur. Dans d’autres circonstances elle aurait salué le travail du cuisinier, cela semblait simple, mais délicieux au palais. Fronçant des sourcils elle ne percevait plus la proximité de Liirha, et pour cause, cette dernière discutait avec le serveur. Bon sang, mais bien sur ! Si le type à l’entrée n’avait pas la solution quelqu’un à l’intérieur l’aurait sûrement eu !

« Bien vue ! Je m’en veux de ne pas y avoir pensé plus tôt ! »

Répondis l’asari en souriant à la quarienne. D’un rapide échange par Omnitech discret, elle transmit l’information à solène qui pourrait tenir au courant Niora. La Spectre entreprit alors de chercher à l’intérieur pour découvrir ou l’hôtesse pouvait bien briller pour le moment. La trouver, une fois que quelques indications furent donné, était finalement asse facile. Elle portait une robe de soirée tout aussi élégante que les leurs, voir mieux. De style fuseau et de couleur blanche, elle était rehausse d’une rose rouge sur la bretelle droite. Une flûte de champagne à la main droite elle était naturellement élégante, d’allure élancé elle pouvait surprendre par sa taille avoisinant le mètre quatre-vingts avec ses talons. Les cheveux sombres la peau claire, et des formes dans la moyenne elle avait tout pour plaire. La Spectre s’approcha sans que cela ne semble perturber Di Stevani. Elle s’intriguerait sûrement quand une asari, certes très élégamment vêtus, mais marqué de plusieurs cicatrices et avec des bras sculpté par le combat commencerais de lui parler.

« Bonsoir, désolé de vous déranger » déclarât-elle au petit groupe. « Permettriez vous que je vous capture un bref instant à vos invités madame Di Stevani ? »

Le ton était courtois et calme mais avec une certaine assurance.

« Bonsoir, madame... Madame ? »

« Pardons, Nissara T’Sironia »

« Madame T'Sironia. » Se tournant vers ses autres invités : « Si vous voulez bien m'excuser. Profitez de la soirée, surtout... » Dit-elle en souriant, avant de se tourner vers Nissara et Liirha. « Que puis-je pour vous, mesdames ? »

La Spectre fut un brin rassuré qu’elle se montre ouverte au dialogue, si elle avait du débattre cela aurait été problématique.

« Tout d’abord je vous remercie du temps que vous nous accordez, et je crains d’aborder un sujet relativement grave avec vous. Que savez vous de l’affaire prométhéus madame Di Stevani ? »

« Ce qu'en disent les médias, que pourrais-je savoir d'autre ? »

Un invité la salue, elle lui répond d'un signe amical de la main, lui souriant avant de revenir sur Nissara, une expression bien plus sérieuse sur le visage.

« Je pense un peu plus que ce que les journaux ont déclaré. Pour ne rien vous cacher je suis Spectre et travail à mettre sous un jours nouveau cette affaire qui semble avoir plusieurs tiroirs. Je ne vous cache pas que les informations qui m’ont mené à vous ont sûrement mit la … comment vous dites déjà ? La puce à l’oreille ? à d’autres personnes qui ont déjà attenté à au moins une vie et abattus la procureur Valesko. Sachant cela, serait-il possible pour nous de discuter dans un lieux plus à l’abri des oreilles indiscrètes ? »

La Spectre adressa un bref sourire courtois à la jeune femme, son regarde se tournait parfois vers l’assemblé de crainte de repérer un tueur ou quelque chose d’autre.

« Eh bien, mon bureau se trouve au dessus, si vous le voulez... Mais vous me prêtez trop de crédits... »

Elle indique l'escalier montant à l'étage, d'un air à la fois curieux et ennuyé. Nissara lui emboîta le pas en appuyant discrètement sur son omnitech, sa position et tout ce qui se dirait serait transmit directement à Solène sur un canal spécifique. Une fois dans le bureau la spectre entreprit d’en faire le tours, craintive et sur ses gardes.

« Désolé si je me montre méfiante, mais le début de cette affaire m’a prouvé cette nécessité. Vous êtes certaines de n’avoir rien à ajouter en vue de ce que je viens de vous dire ? »

Vitre, dispositif de sécurité, l’asari fit un vrais tout de la pièce éventuellement aidé de Liirha qui devait toucher sa bille dans ce genre de matériel.

Faites, mais faisons vite, s'il vous plaît. Au cas où ça ne vous étiez pas apparu, je donne en ce moment une réception... »

La jeune femme s'assied à son bureau, sortant une cigarette fine d'un coffret avant de l'allumer, d'en tirer une bouffée, puis de se concentrer à nouveau sur l'asari et la quarienne.

« Et non. »

Nissara haussa un sourcil circonspect devant l’attitude plus que particulière de l’humaine. La vitre était blindé et quelques caméra discrètes se laissaient deviner.

« Tachons donc d’être plus concret, Liirha, si tu pouvais nous offrir une certaine intimité je t’en serais grée. »

A ces mots elle se tourna plus directement vers l’humaine après avoir envoyé un rapide message à son équipe pour les tenir au courant, au cas ou la Quarienne fasse carrément sauter son lien avec solène, au moins l’enregistrement devrait continuer.

« La procureur Valesko à été tué car elle en savais trop et une liste de nom avait été sa « sécurité », cette liste est entre mes mains et je compte bien l’utiliser pour réviser ce procès. Votre nom apparaît sur cette liste et j’ai déjà plusieurs personnes qui vont témoigné et ont apporté plusieurs preuves. Alors ? Toujours rien à dire madame Di Stevani ? »

Déclara la spectre qui s’attendait déjà à la réponse.

« J'ai connu des tentatives d'intimidation plus convaincantes... Maintenant, je vais vous demander de partir, tant que vous le pouvez encore. Vous ne savez rien et vous devriez continuer comme ça. »

Elle active un bouton caché sous son bureau avant de se lever et de présenter la porte à ses deux interlocutrices.

« Si je puis me permettre un conseil, quittez Rome. »

Nissara fronça imperceptiblement des sourcils mais s’y attendait. Se redressant elle s’approcha de l’humaine la mine lasse.

« Vous vous trompez … je n’intimidez pas. »

L’empoignant elle lui tordis le bras et la plaqua sur le bureau lui passant le menottes sous ses protestations.

« De part l’autorité du ministère des services spéciaux et tactiques de reconnaissances je vous met aux arrêts. Solène ? Monte à l’étage, la diva semble avoir appelé la sécurité, Duakila ? Débarquez rapidement, ça risque de déraper ici. »

Se tourna vers Di Stevani, qu’elle gardait presque en bouclier humain face à la porte elle déclara avec un calme polaire.

« voulez vous vraiment que je rase la moitié de votre villa et crée le scandale pendant votre soirée ? Ce qui ruinerais votre image alors que nous pouvons partir tranquillement d'ici ? Oui, la je menace au cas ou vous vous posez la question. »

« Faites cela et toute Spectre que vous êtes, vous aurez des comptes à rendre. Mes avocats en premier. Les seconds risquent de vous être fatals. »

« Faites ça et toute lèche cul que vous êtes et JE serais votre pire cauchemar dans cette putain de galaxie. Je vous jetterais dans un trous et jetterais le trous, la seul option qu'il vous restera sera de mourir seul dans un coin oublié de tous. Petrovsky à essayé de m'intimider et il n'est parvenue à rien, vous pensez sincèrement que je vais me gêner pour ce que vous venez de dire ? Réfléchissez vite, quand vos gardes arriverons il sera trop tard pour espérer faire marcher arrière. »

dit elle en s'entourant d'une aura biotique qui pouvait paraitre écrasante soudainement.

« Vous voulez que je vous dise quoi, au juste ? »

Elle calma son aura d’énergie noir, allait-elle enfin parler ?

« Déballez moi tout ce que vous savez, acceptez de témoigner au pire anonymement, et mettez vous sous notre protection, comme je vous l'ai dit valesko est morte et je ne compte pas perdre plus de témoins. »

« Je ne peux pas faire ça... Mais pourquoi est-ce que vous vous intéressez à cette affaire ?! Elle est classée, c'est fini ! »

« Justement, cette affaire n'est pas finis et pourquoi vous ne pouvez faire ça ? »

« Parce que c'est la mort que je risque. Peu importe vos menaces, je ne peux pas parler. Je leur dois tout... »

« Vous croyez sincèrement que votre vie n’est pas déjà sur la scellète ? Je remonte une piste et votre nom va forcement ressortir, si ce n’est pas moi qui vous amène à la barre, vous serez morte avant que le process ne soit révisé et l’enquête sur votre assassinat me servira. Car oui, peu importe ce qu’il se passera je ne lâcherais pas le morceau donc vous avez trois choix. Mourir, vous mettre sous ma protection et avoir une chance de vivre et d’être du bon coté, ou alors je vous arrêtes et vous parlerez mais votre avenir une fois que j’aurais démantelé ce réseau sera sûrement moins rose qu’avec l’option deux. »

« Vous ne les connaissez pas. Moi si. Et je ne parlerais pas... Ils sont déjà au courant de l'avancée de votre enquête. Ils savent tout ce que vous savez et Ils vous abattront lorsqu’ils l'estimeront opportun. »

La voix de Di Stevani est moins sûre d'elle. De la peur peut se lire dans ses yeux.

« Dans ce cas il sera déjà trop tard, si ils savent vraiment tout, ma petite action à l’instant viens de leur confirmer que vous êtes gênante, donc ou vous me suivez, ou je vous emporte et je puis garantir un niveau de sécurité bien au dessus de ce que vous pensez, ça je peux vous le garantir. La seul question qui reste en suspend est avec ou sans menottes ? »

Elle reste un instant interdite avant de te regarder droit dans les yeux, avec détermination :

« Soit. Je vous suis. Mais pas de menottes. »

Défaisant les menottes, la spectre opina en laissant un peu de champ à l’humaine.

« Vous avez fait le bon choix, maintenant il va falloir calmer vos gardes. »

« D'accord... Mais que comptez-vous faire, maintenant ? »

« Simple, je vais vous escorter en lieux sur la ou je pourrais garantir votre sécurité et cela sans vos garde, je préfère éviter tout risque. »

« Très bien... J'imagine que mon intendant gèrera la réception et les affaires courantes d'ici là. »

Les gardent arrivèrent et Di Stevani les congédias rapidement aprés avoir transmit un document virtuel et scellé à l’attention de son intendant. Cela donnait une certaine crédibilité à l’appel. Une fois dans le couloir, et ayant rejoins Solène et Niora, l’équipe se mit en marche.

« Quel est le chemin le plus discret pour quitter cette villa et rejoindre une zone atterrissage possible pour navette ou plus gros ? »

« Le sous-sol. Le niveau -1 communique avec le parking. »

« Parfait. Duakila ? Envoyez la navette en direction du parking de la villa, et restez sur vos gardes. En avant. »

La spectre et Solène se mirent en marche pour escorter l’humaine hors de sa demeure, tachant d’éviter les convives ou quelqu’un pourrait facilement se dissimuler.
Avatar de l’utilisateur
Nissara T'sironia
Foudre bleu

Foudre bleu
 
Message(s) : 343
Inscription : 10 Mars 2015, 12:30

Âge: 435
Profession: Spectre
Classe: Biotique et Martiale
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 16.00 Points

Re: Petit roque sur pièce sacrifiée

Message par Vidar » 22 Mai 2018, 19:22

Le silence se fit dans mon écouteur, alors que le systeme de brouillage s'activa. D'une certaine maniêre, c'était prévisible que des mesures de protections soient mis en place afin de proteger les informations transmises par les micros... Malheuresement, avec le niveau de sécuritée de la maison il m'avais été difficile de pouvoir poser mon propre matériel à l'intérieur du bureau... Sans informations, je ne pouvait vraiment agir avec des bases solides... Pendant un instant, je ferma mes yeux, m'imaginant dans sa propre position. Qu'aurais je fait pour essayer d'obtenir une confession ?
Beaucoup de chose.
Mais qu'auraitje fait en étant Nissara T'sonia ?
Je secoua la tête avant de reprendre mon travail.
Il y avait deux solutions sur la maniêre dont allait se terminer cette soirée. Soit Di Stevani restait dans sa maison, soit elle tenterait de sortir... D'aprés ce qu'il avait pus en voir, l'humaine faisait très attention à la maniêre dont elle gérait sa vision des autres. Sortir par l'avant donnerait l'impression qu'elle abandonnerait sa propre soirée, ce qui serait très mal vue des invités. Il ne restait qu'une seule solution...
D'un geste, je vérifia que tout était en place avant d'attendre, mon casque reposant dans mes mains.
1 minute. Son omnitech signala que Di Stevani avait demandé qu'on envoie quelqu'un dans son bureau mais il ne réagit pas. Il y avait suffisament de garde présent sur les lieux pour s'en occuper.
2 minutes. L'information fut transmise que Mademoiselle Di Stevani n'allait pas être disponible de la soirée et qu'il fallait s'assurer de diriger toute demande particuliêre à son intendant. Mon cœur commenca à battre un peu plus vite alors que l'adrénaline commencait à arriver lentement.

Ils arrivaient, criait mon instinct.
Ils arrivaient, criait mes yeux lorsque leurs silhouette se dessinérent sur les caméras.
Ils arrivent, hurlérent mes oreilles alors que le bruit de l'ascenseur en train de monter se fit entendre.

Sans un mot, j'enfila mon casque, l'air filtré emplissant mes poumons d'oxygene plus pur que la normal.

Un sourire parcourut mes levres alors que je vérifia une derniêre fois que tout était en place, et que la marque de Vidar illumina mon masque pendant quelques instants. Le Show était en place.

Le bruit de l'ascenseur se fit entendtre alors que le groupe de Nissara entra dans le hangar. Il n'y avais aucun bruit, à part ceux de la fête située un étage plus haut. Ils commencérent à avancer en direction de la porte principal, mais quelquechose était bizarre... Pour une personne connaissant les rondes de son personnel, on pouvait remarquer qu'il n'y avait pas de garde en patrouille... Une erreur de la part du personnel ? Ou un garde neutralisé dans un coffre de véhicule ?

Ah.

Ce ne fut que lorsque le groupe arriva au millieux du garage que les lumiêres se coupérent brutalement. Et que la tension augmenta d'un crans. Pendant un moment, il y eu des cris, des ordres donnés, et des grognements.
Mais personne ne savait ce qui se passait. Personne n'entendrais ce qui se passerait.

Car dans cette espace... Personne ne les entendraits crier....

Trois lumiêres rouges s'allumérent à l'entrée du garage. Trois traits d'un rouge sang qui se contentérent de rester là, immobile. Fixant ses proies telle un prédateur observant sa proie se débattre entre ses griffes.

Mon fusil se leva lentement en direction du groupe. Un leurre.
Remarqué beaucoup trop tard.

Le doigt pressa la détente de mon pistolet, et la décharge vibra derriêre le groupe. Un cri résonna et le bruit d'un corps qui chuta se fit entendre. La balle venait de toucher un des mucles de la jambe, et l'une des humaines armées venait de chuter. Une disctraction de quelques secondes...

Un.

En quelques instants, j'avais parcourut les quelques metres qui les séparait, et la grenade flash qui était dans ma main explosa innondant les lieux d'une lumiêre blanche aveuglant toute les personnes ayant l'idée de regarder dans ma direction. Sans protection, il était diffificile de soutenir le choc, mais il était fort probable que ceux ayant eu une responsabilitée militaire aient détournés le regard par réflexe.

Deux.

Mon pistolet percuta un casque dans un bonk sonore alors que l'omnitech sur ma main droite s'activa dans un crissement sombre comme la nuit, enclenchant le programme de leurre de combat.
La confusion était totale, surtout lorsque les yeux donnérent l'impression qu'il y avait trois Vidar attaquant dans trois directions différentes. C'était tous ce que j'avait besoin.

Mon pistolet tira quatres fois, quatres balles percutant le bouclier d'énergie à courte portée qui se brisa d'un seul coup alors que le crépitement d'une matraque effectua une trajectoire elliptique en direction de la malheurese personne.

Blam Blam Blam.

Trois.


Coup de coude en plein visage. Coup de genoux dans le ventre. Et trois décharges de matraque.

Quatres.

Lentement, je balaya les lieux du regard, avant de remettre une cartouche dans l'arme encore fumante. Di Stevani s'était recroquevillée afin d'éviter une balle perdue et son regard observa avec appréhension ce qui se passait. Elle ne savait pas qui j'étais. Le saurait-elle ? Surement en vérifiant les gardes qui étaient encore en faction et qui n'avaient pas disparut.

Sans un mot, je pointa mon arme sur l'un des enquêteurs, avant de presser la détente. Bras. Jambe. Hanche. Ce genre de blessure était soignable, mais pas dans l'immédiat...

Mon regard se tourna ensuite en direction de Stevani. Sans un mot, je m'approcha d'elle, avant de pointer lentement mon arme en direction de son visage. La panique commenca à se lire, mais je ne pressa pas la détente. Sous son regard, les marques de mon casque disparurent, remplacés par quelques mots.

Des mots simple en apparence, mais avec un sens beaucoup plus grave.

Une fois que je fut sur que le message fut suffisament lu, je baissa mon arme avant de me diriger vers la sortie.

Espionner n'étais pas mon truc. Trop de variable, de calcul à faire et de décision pouvant changer une vie en un instant. Que se passerait-il si le commanditaire n'accepterait pas ma décision ?
Que se passerait-il si Di Stevani donnait des informations à la spectre ?

Rien.

Rien à ce que je m'attendais déjà.

Mes deux mains saisirent les grenades fumigênes accrochées à ma hanche avant de les laisser tomber au sol, libérant leurs vapeurs acres et étouffantes.

Quelques secondes plus tards, il n'y avait plus personne dans le garage. Rien que quatres corps au sol, toussant, grognant, jurant parfois.

Mais de l'homme en armure, aux trois marques rouges, ilne restait rien.

Rien d'autre que la fumée et les marques de coups...
In darkness we seek the truth....
Avatar de l’utilisateur
Vidar
Rang 3

Rang 3
 
Message(s) : 21
Inscription : 18 Juillet 2016, 20:55

Âge: 0
Profession: Tueur
Classe: Tueur
Points d'Héroïsme: 3

Points MEL: 154.00 Points

Re: Petit roque sur pièce sacrifiée

Message par Neil / Liirha » 03 Octobre 2018, 21:18

Liirha se redressa, groggy.
Elle grogna de douleur en réveillant ses muscles endoloris tandis que ses yeux s'ouvraient sur l'afficheur des traumatismes de sa combinaison. Une douleur brûlante irradia le long de sa jambe, ce que confirma dans l'instant l'afficheur : sa combinaison avait été percée par une balle, ce qui avait déclenché l'injection d'urgence d'antibiotiques à large spectre et la compartimentation de sa combinaison. La surpression légère avait empêchée une contamination étendue.
Mais le résultat était là : une balle dans le muscle de la jambe. Chaque mouvement la faisait serrer des dents.
Se glissant contre le mur proche, elle appliqua une dose d'omnigel sur la plaie et effectua un rapide scan pour connaitre l'ampleur des dégâts.

Cherchant à reprendre ses esprits après le combat aussi soudain que déroutant qui venait d'avoir lieu, Nissara réussit à se remettre debout en s'appuyant contre le mur. Un acouphène interminable lui vrillait les tympans, son crane lui semblant sur le point d'exploser. A ses pieds, plusieurs grenades incapacitantes encore fumantes. L'assassin semblait s'être acharnée sur elle et Solène. L'humaine peinait également à reprendre ses esprits, un genoux à terre.
Balayant des yeux la pièce, la commando vit Di Stevani recroquevillée dans un coin, les mains sur les oreilles, les yeux fermés, tremblante. Près du tunnel d'accès à l'ascenseur, elle vit Liirha occupée à se soigner. Du sang coulait de sa jambe, maculant sa sur-combinaison blanche de vermillon. Aux côtés de la quarienne, venait de bouger et de gémir l'avocate de Neil. L'asari avait pris plusieurs coups de matraque et les grenades flash du début du combat...

-"... mais qu'est-ce que je fais là..."
Liirha tourna son attention vers son amie asari, laquelle reprenait ses esprits en respirant difficilement.
-"...ça... ça va ?"
Demanda la quarienne en tendant le bras dans sa direction.
-"...non... J'ai mal partout..."
-"Moi aussi... Mais... j'ai connu pire..."
L'ensemble des soins appliqués par la quarienne jugulèrent le saignement et les anti-douleurs commençaient à faire effet. La quarienne put s'approcher de Niora et faire un rapide scan de l'asari. La demoiselle avait un peu de mal à respirer, trahissant un traumatisme interne. Le résultat de l'omnitech confirma : deux côtes fêlées.
-"Ne bouge pas, je vais t'injecter un anti-douleur..."
Lui dit la quarienne d'une voix se voulant rassurante malgré les quelques élancements venant de sa jambe. La demoiselle lui offrit un pale sourire, se laissant faire de bonne grâce.

Nissara s'approcha en titubant encore un peu. La commando s'agenouilla en face de Liirha et lui demanda si elle allait bien en pointant du doigt la blessure à la jambe.
A sa grande surprise, l'asari n'entendit pas la réponse de Liirha, seulement le long sifflement ininterrompu. Elle lui reposa donc la question un peu plus fort, toujours sans réponse...

-"JE VAIS BIEN !!"
Apparemment, la Spectre ne l'entendait toujours pas. Sans doute avait-elle subit -elle aussi- un traumatisme. Sans attendre, la quarienne braqua son scanner vers le visage de Nissara et compris. Son omnitech montrait des signes de traumatismes auditifs. Rien de trop grave, mais suffisants pour qu'elle ne soit pas en mesure de l'entendre pendant un certain temps.
Pianotant sur l'interface, la jeune quarienne activa la transcription vocal/écrit à l'attention de la Spectre :
"J'ai stabilisée la blessure, je vais bien. Niora a deux côtes fêlées mais je lui ai administré un anti-douleur."
Le visage de l'asari s'assombrit, malgré les bonnes nouvelles. Elle se pencha sur Niora et lui glissa quelques paroles d'encouragement. L'avocate lui sourit en respirant un peu plus facilement, les produits de Liirha faisant leur office...


----------

Elles sortirent toutes les trois, Nissara aidant Liirha à marcher tandis que Niora se tenait les côtes. Solène surveillait et poussait Di Stevani devant elle, forçant l'humaine à les suivre. Les gardes de la villa ne semblaient pas avoir été alertés. Du moins pas encore...
En tout cas, ils auraient une certaine surprise lorsqu'ils découvriraient le champ de bataille dans le garage. Pour l'instant, il n'y avait personne pour s'opposer à elles. Et c'était une chance, quelque part. Il était peu probable qu'elles puissent s'opposer longtemps à une patrouille... Les gardes qui jusque là filtraient l'entrée à la soirée ne s'y trouvaient plus, leur laissant le champ libre.
Seul l'éclairage entre les véhicules parqués là semblait vouloir trahir leur présence...

Devant elles, sur ce même parking, une navette fit son approche et se posa. C'était celle du Duakila, qui venait récupérer les enquêteurs et leur cible. La porte latérale s'ouvrit pour leur laisser passage.
Solène y poussa son "paquet", lui faisant comprendre qu'elle monterait à bord de gré ou de force. Ce qu'elle finit par faire, toujours sous le coup de l'émotion suscitée par le déchaînement de violence dont elle avait été la spectatrice.
La quarienne et les deux asaris suivirent, Nissara devant aider ses deux compagnes.
Ce n'est qu'alors que du mouvement se fit entendre derrière elles. Plusieurs gardes en costumes noirs semblaient approcher de leur position. Leurs échanges tendus et sur le qui-vive n'augurait rien de bon. Nissara monta d'un bond à bord et commanda la fermeture de la porte latérale de la navette. Cette dernière s'éleva, pivota et disparut dans la nuit avec sa précieuse cargaison...
Codes couleurs :
Neil : #0F9DE8Liirha : #FF80FFDaria "Sparks" Nosverie : #00FF80
Ariane : #FF4901Niora Vonaki : #00CCCBOria T'Nora : mediumslateblue

Disponibilité : [2] - Disponible : Au moins 1 réponse tous les 7 jours

Journal de BordDatapad
Avatar de l’utilisateur
Neil / Liirha
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 133
Inscription : 20 Juillet 2016, 20:32

Âge: 48
Profession: Neil : Avocat/Businessman.
Liirha : Assistante/Garde du corps/Ange gardien.
Points d'Héroïsme: 4

Points MEL: 28.00 Points


Retour vers Bulle Locale



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Google [Bot] et 0 invité(s)

cron