Une soirée au Daoine Beag

*

Modérateurs : Administration, MJ

Re: Une soirée au Daoine Beag

Message par Laquarius Nix » 23 Avril 2017, 00:41

La jeune femme semble emballée à l'idée de jouer à un jeu. Cela me suffit pour lancer deux cartes de part et d'autre de la table, si le Quarien décide de casser l'ambiance c'est son problème. Tout de suite Gwenn pose une de ses question à Laan. La carte du Trolley Problem, pas mal. J'aurai été embêté qu'on me la pose, j'ai pour principe de ne mêler d'aucune affaire extérieure, mais la nuance avec l'adolescent m'aurait fait hésiter. Au final, le fait que le train fonce sur le groupe d'adultes m'arrange. Je hoche donc la tête quand j'entends mes partenaires aller dans le même sens que moi. J'aime qu'on fasse prévaloir les enfants.

C'est au tour de Laan. Il se tourne vers moi et m'interroge. Je tique, cette question est étrange.

"Tu es sûr que tu sais lire ?"

Le tutoiement n'était pas voulu, le sarcasme si. Il m'avoue avoir voulu l'adapter pour que je m'y identifie plus. J'avais compris que mon histoire n'était pas passée, pas la peine d'institer.

"Eh bien, j'ai pour coutume de me détacher de mes clients. Je vais donc au plus offrant, si quelqu'un est prêt à payer autant pour que je l'épargne, il aura cette somme pour me faire tuer en réponse à un refus. De plus, au delà des représailles, je n'ai pas intérêt à montrer de signes de loyauté envers un émetteur de contrat, c'est mauvais pour les affaires."

Le Quarien remue et m'annonce avoir répondu autrement. Pour un pilote privé c'est étonnant, lui non plus n'aurait pas intérêt à le faire et son discours sur la loyauté me dérange. Je vais tirer ça au clair tout de suite. Je regarde mes deux cartes et souris en cachant ma bouche derrière elles, je sais exactement comment m'en sortir.

Je pose la première question à Gwenn.

"Gwenn, voici un choix pour vous. Que préférez-vous entre.. Vivre une vie de mille ans ou vivre dix vies de cent ans."

Je pose un coin de la carte sur la table et la fait tourner autour de sa diagonale. La réponse me parait évidente : prendre les courtes vies. Vivre aussi longtemps n'a rien d'un cadeau, en ça je respecte les Asaris, on ne peut pas se séparer de ses démons et je ne pourrai marcher avec certains fantômes pendant toute cette période. Honnêtement, une vie de cent ans me suffit amplement. J'écoute attentivement sa réponse et pose tout de suite l'autre question à Laan. Je saute les tours mais ce n'est pas grave, je suis impatient d'en savoir plus sur lui. Au pire j'inventerai une règle bidon pour me justifier.

Cette fois je ne suis pas la carte, elle est insignifiante : une histoire de voleur qui vous vole, alors que vous êtes sans le sou, et se fait à son tour voler son repas, vous attrapez le deuxième gredin, rendez-vous le repas ou non ? Bref, totalement dénudé d'intérêt.

"Laan, vous êtes médecin et donc tenu par le secret professionnel. Un jour un de vos patient vous avoue avoir assassiner quelqu'un, il se trouve que vous connaissez un membre de la famille de la victime. Allez-vous.. Avouer le crime à votre connaissance ou garder le silence sous couvert de votre fonction ?"

Je le regarde attentivement et pose la carte, retournée, sur la table. Je veux qu'il réponde tout de suite. Pour moi c'est très simple, j'avoue le crime, mais seulement après avoir égorgé mon patient. Heureusement je ne suis pas médecin et j'ai très peu de personne que je peux appeler connaissance. Mais lui.. Donne moi ce que je veux, Quarien. Dis moi si je vais devoir faire usage de violence à ton égard.
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 153
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 29
Profession: Contrebandier / Mercenaire
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 54.00 Points

Re: Une soirée au Daoine Beag

Message par Gwennaggan Gwionvarc'h » 25 Avril 2017, 12:42

Image

S'il y avait bien une chose que Gwenn aimait, c'était jouer. La vie est trop courte pour la passer à ruminer, il fallait savoir s'amuser. Mais, quitte à jouer, autant gagner. Alors lorsque le quarien répondit comme elle l'attendait, la rouquine sourit et avoua avoir sélectionner la même réponse. C'était un peu étrange comme jeu. Il était basé sur la bonne foi des joueurs. Après tout, rien ne l'aurait empêcher de dire qu'elle pensait aurait donné l'autre réponse si Laan n'avait pas eu le même raisonnement qu'elle. Trop facile de tricher mais elle n'allait pas le faire remarquer. Tant que les deux mâles face à elle ne s'entretuaient pas, ça lui allait bien.

Au tour de Laan de poser sa question. Il choisit Laquarius et Gwenn ravie. Elle aurait été bien en peine de répondre. D'un côté, la loyauté est une qualité essentielle et elle avait tendance à privilégier cette voie. D'un autre côté, elle s'était déjà retrouvé dans la situation où chaque crédit compte. Si cette seconde somme avait permis de préserver son frère un peu plus, aurait-elle accepté ? Peut-être, … C'était une question qu'elle n'avait jamais eu à se poser et elle espérait bien que cela continue. Finalement, ce jeu était peut-être bien plus dangereux qu'il n'en avait l'air.

L'irlandaise tourna un regard perplexe sur le turien. Il a tiqué à la question. Il sait que ce n'est pas exactement celle qui est noté, donc c'est qu'il les connaît toute. Un peu de la triche, non ? La jeune femme fronce légèrement les sourcils en grimaçant. Il a un avantage et ce n'est pas juste. Gwenn se compose rapidement un visage serein. Ce n'est pas le moment de chipoter, surtout que les avis divergent.

Laquarius affirme n'avoir que faire de la loyauté. Il va au plus offrant, peut importe de qui il s'agit. C'est bon à savoir. Je grimace légèrement en entendant cela. Voilà un homme à qui l'on ne peut pas faire confiance. Mais, déjà, il pose sa première question à Gwenn. Une question facile.

« Mille ans, c'est bien trop long. Voir mourir tous les gens que j'aime, encore et encore, ça ressemble bien trop à une punition. Je préfère des vies courtes. Cent ans, ça me va très bien. Et puis, je pourrais redécouvrir tant de merveilles ! »

Leurs avis convergent, ce qui veut dire que Gwenn et Laquarius se retrouvent à égalité. Alors que la rouquine s'apprêtait à poser sa deuxième question, le turien la devance.

« Hey ! C'est mon tour ! »

C'était sorti tout seul. Un tantinet puéril mais la jeune femme détestait l'injustice et voilà qu'il se mettait à aménager les règles à sa façon. La rouquine soupira et rangea sa carte. Elle n'allait tout de même pas faire un scandale pour un jeu. Elle reporta son attention sur Laan pour masquer son exaspération.

La seconde question du turien est bien plus compliquée. Un dilemme entre les obligations professionnelles et les obligations morales. L'insistance visible dans le regard de Laquarius ne m'inspirait rien de bon. Il cherchait les ennuis, c'était évident. Il allait falloir redoubler d'efforts. Est-ce que Laan s'en était aperçu aussi ? Est-ce qu'il allait entrer dans son jeu ?
Avatar de l’utilisateur
Gwennaggan Gwionvarc'h
Appelle-moi Gwenn, …

Appelle-moi Gwenn, …
 
Message(s) : 126
Inscription : 25 Septembre 2016, 20:45

Âge: 25
Profession: Serveuse
Classe: Humaine
Points d'Héroïsme: 2

Points MEL: 497.00 Points

Re: Une soirée au Daoine Beag

Message par Laan'Garna Nar Tesleya » 25 Avril 2017, 15:46

Légende :
Laan'Garna Nar Tesleya : #40BF40
-------


Bien, plusieurs choses à tirer de la réponse de Nix. Déjà, le fait qu’il ai su que ma question n’était pas la bonne laisse supposer deux choses : soit il connait toutes les cartes, soit il a déjà un peu joué et se rend compte que ce n’est pas le style de question. Je pencherai plutôt pour la première solution…

Ensuite, il a fini par laisser tomber le masque de metteur en scène. Aussi stupide qu’ai été sa mise en scène, il n’a pas été suffisamment borné pour se limiter à persister dans une couverture cramée depuis longtemps. Néanmoins, cela montre qu’il n’est pas habitué à se créer à l’improviste des masques. Je suppose qu’il ne fait que dans l’action. Pas d’approche subtile. Il arrive, se poste, attends sa cible et tire. Probablement sans pitié et sans hésitation. Alors… je me suis peut-être trompé sur son compte. Il n’est peut-être pas là pour me tuer. Quoiqu’il en soit, je reste sur mes gardes… pas question de se faire avoir par manque de vigilance.

Enfin, la tournure de son intervention m’a appris beaucoup sur son caractère… Son ton sarcastique ne trompe pas, il voit les choses de cet œil. Cet esprit de sarcasme est assez commun chez les mercenaires… du moins c’est ce qu’on m’a appris durant ma formation. Il permet de se détacher du monde sentimental, des regrets… Et surtout, il m’a tutoyé. Par accident, mais il l’a fait. Je me doutais bien qu’il aurait ce trait de tempérament qu’est l’impatience, et en voilà une preuve de plus. J’esquisse un sourire. Ce jeu est décidément très intéressant…

« Eh bien, Laquarius, nos avis divergent. Je suis plutôt de ceux qui resteraient fidèle au premier employeur. Dommage pour moi, il semble que je ne sois pas aussi bon à ce jeu que je ne l’espérais ! »


Je pose la carte face cachée sous le tas que le turien a mis au centre de la pièce. C’est à son tour de poser une question. Il interroge Gwenn sur le paradoxe des vies. Elle répond qu’elle préfèrerait les dix vies de cent ans. Sa justification me surprend cependant. Au-delà de la redécouverte de merveilleuses choses, l’évocation des personnes qu’elle aime m’intrigue. A creuser… Pour ma part je ne sais absolument pas quoi choisir. Si les dix vies de cent ans présente l’avantage du renouveau à chaque fois, d’un corps et d’un esprit neuf, la vie de mille an m’attire par les possibilités de connaissance qui en ressortent. Toute la capacité de réflexion accumulée, l’accumulation de moyens technologiques… Passionnant ! Il faudra qu’un jour je me penche sur cette question, mais je suis bien incapable de répondre pour le moment.

Le turien affirme être d’accord. C’est compréhensible, au vu des risques liés à son métier… il y a tant d’ennemis à se faire, de blessures possible… des choses qu’on ne supporte pas mille ans. Au final, cette question ne m’apprend rien sur lui. Tant pis ! La suite du jeu révèlera bien des choses intéressantes… Le turien remporte la carte. Me voilà le dernier à ne pas en avoir ! Je suis décidément un bien mauvais compagnon de jeu. Il faut que je remporte la prochaine carte pour essayer de faire durer le jeu et en apprendre plus sur mes deux compagnons.

Alors que Gwenn s’apprête à poser une question, comme le tour du jeu le voudrait, le turien se tourne vers moi et m’interroge. Ben tiens. Dans ce cas, écrit le en grand sur ton front, que tu es impatient, on n’aura pas besoin de s’embêter à chercher ce qui te caractérise. Une question qui porte, une fois de plus, sur la loyauté, qui n’est qu’un autre nom du secret professionnel sur lequel porte la question. Je suis persuadé qu’il à modifier la question, mais je n’ai aucun moyen d’en être sûr. Tant pis, c’est trop gros et je vais lui faire comprendre.

« Mon cher Laquarius, il semblerait que je ne sois pas le seul à ne pas savoir lire… les règles du jeu suppose sans doute que c’est à Gwenn de jouer. Mais vous m’avez l’air pressé de me voir répondre, alors je vais vous donner ce que vous voulez. La loyauté est une qualité très importante chez nous les quariens. Et comme mon entourage apprécie autant cette vertu que moi, je garderai le secret. Dénoncer le criminel ne pourrait qu’apporter plus de haine et de douleur, à cela s’ajoutant la déception quant à ma…trahison. »

Ce dernier mot a du mal à sortir. J’essaie de rester neutre. Le souvenir de Foom hante mon esprit. Ce n’est pas le moment, je dois rester concentrer. Des années d’entrainement n’ont pas su me rendre suffisamment distant. Je peste contre moi-même. Crétin ! Mon hésitation n’est sans doute pas passée inaperçue, mais si j’ai de la chance elle passera pour une hésitation sur un choix de mot un peu fort.
Mais hors de question de se laisser faire. Je lui rétorque, l’air inquisiteur :

« Mais je suis curieux de savoir comment un mercenaire tel que vous – inutile de se leurrer plus que cela sur votre profession, bien que j’ai apprécié votre talent de conteur – comment un mercenaire tel que vous, donc, ferait dans une telle situation. Et je suis sûr qu’ensuite vous aurez la galanterie de laisser la jeune femme parler… »
Avatar de l’utilisateur
Laan'Garna Nar Tesleya
Personnage inactif
 
Message(s) : 68
Inscription : 14 Avril 2017, 08:33
Localisation : Redon

Âge: 26
Profession: Pilote / Agent du DCU Quarien
Classe: Quarien - Technologie
Points d'Héroïsme: 0

Points MEL: 240.00 Points

Re: Une soirée au Daoine Beag

Message par Laquarius Nix » 26 Avril 2017, 20:04

Je jette la carte sous la pioche. Dans le même temps, je pose mon regard sur mes voisins de table. D'un côté un Quarien qui se dit pilote avec autant de crédibilité qu'un enfant qui dit ne pas avoir touché le gâteau alors qu'il a des miettes aux commissures des lèvres. De l'autre, une Humaine qui a probablement vu beaucoup de choses mais qui a gardé une facette étonnamment enfantine.

Je laisse un silence s'installer, ou plutôt je le force. Ces deux-là me sous-estiment, alors je vais leurs donner plus qu'un simple discours, je vais leurs donner des sentiments, des émotions qui naîtront à la fleur de leur peaux et qui parcourront leur échine. Je dois avoir environ le même âge qu'eux, mais nous n'avons pas vécu les mêmes expériences. Elisabeth a su me montrer une route à emprunter, une route que ceux-ci n'oseraient probablement pas imaginer. Alors maintenant, que le rideau se lève.

"Je vous l'ai dit, ce jeu sert à découvrir les autres joueurs. La famille est le cercle le plus sacré de la vie; si quelqu'un y touche, il n'est plus question de serment, d'honneur ou même de loyauté. Deux cas se présentent. La victime est adulte, je vais l'annoncer à mon ami en apportant avec moi la tête de mon patient. La victime est un enfant, je m'arrange pour couper toute possibilité de mouvement à mon patient, soit en lui brisant les membres soit en l'attacher -mais l'un n'empêche pas l'autre-, puis j'appelle mon ami, le fait venir, lui explique et le laisse seul avec mon patient pendant que j'attends dehors. Voilà pour ce qui est de la carte.

Autre point que je voudrais aborder, vous me prenez pour un vulgaire mercenaire et cela me chagrine. Voici maintenant quelques années déjà que je m'efforce de transcender ce misérable statut. Je ne suis peut-être pas un metteur en scène reconnu, mais ce que vous appelez sans délicatesse une "scène de crimes", est pour moi un lieu d'expression. Je peux y graver ce qui me chante, y imprimer ma marque, y faire entendre ma voix, c'est ma façon d'être vivant. Certains respirent la joie de vivre qui émane de leur propre établissement, moi, je respire les méandres de la mort que je distribue à longueur de journée. On ne choisit pas forcément sa vie, vous devriez savoir ça, Gwenn ? Parfois on est sauvé par une riche exploratrice qui vous débarrasse des enfoirés qui ont volé votre vie. Parfois c'est à vous de leur courir après, d'assouvir toute forme de vengeance.

Je vais me répéter mais ce jeu est parfait pour voir au travers des gens. A ma droite, un larbin endoctriné par une loyauté aveugle. A ma gauche, une jeune fleur à moitié cachée dans son bourgeon qui se donne le sentiment d'avoir grandi et de pouvoir tenir son monde sur ses épaules.

Pour revenir sur la carte des vies, dix vies.. C'est trop pour moi. Une vie c'est bien assez, ça me suffira."


Je fixe Laan, enfin.. Je fixe sa visière. Mon reflet est là, il me nargue, me montre ce que j'ai fait, jusqu'où je suis allé. Je n'ai pas de limite, je ne renoncerait pas, j'irai jusqu'au bout, je suis prêt à mourir du moment que j'embarque avec moi ce maudit Turien. Mon double sourit, il veut que je parte, cet endroit ne lui plaît pas, le bruit, les couleurs, la musique, les rires.. Où est le drame là dedans ? Je le regarde un moment, il recommence ses mimiques, mime d'étrangler Laan et d'éventrer Gwenn. Je prends un profonde inspiration, ferme les yeux, tourne la tête et ouvre à nouveau mes paupières. Cette chose est bien mieux là où elle est maintenant, je ne la laisserai pas agir ici. C'est toujours étrange de parler de soi-même de la sorte, Elisabeth dit que je fais ça pour accepter ce que je suis en remettant la faute sur un individu fictif.

J'ai eu un moment d'absence. Je me tourne vers Gwenn.

"Vous continuez ?"
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 153
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 29
Profession: Contrebandier / Mercenaire
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 54.00 Points

Re: Une soirée au Daoine Beag

Message par Gwennaggan Gwionvarc'h » 29 Avril 2017, 14:12

Image

Paroles de Gwenn : #0080BF
Paroles de Nuyxe : #40BFFF

Image


Le turien changea les règle et tout le monde s'en aperçu. Ce jeu ne semblait être pour lui qu'un prétexte et il n'a que faire d'en suivre le cours. Comme le prouve une fois de plus la réponse à sa propre question, pour lui, les lois et les règles ne sont là que pour les autres. Si Gwenn s'interdit de juger les autres individus sur leur seule fonction, elle ne peut s'empêcher de déprécier les façons de Laquarius. Certes, c'étaient des mercenaires comme lui qui l'avait libérés de sa prison écossaise mais cela ne voulait pas dire qu'elle devait tous les apprécier. Et une chose était sûre, elle n'appréciait pas ce Nix. Ni ses paroles, ni ses manières. Cet air arrogant qu'il prenait pour leur faire une leçon macabre ne lui plaisait pas du tout alors, lorsqu'il se mit à l'insulter et la prendre de haut, elle vrilla son regard dans le sien, plus du tout amusée.

« Je ne sais pas pour qui vous vous prenez mais vous êtes ici dans MON pub et il est hors de question que je vous laisse me parler de la sorte. Vous ne savez rien de moi et sachez que vous ne faites absolument pas peur. De toute évidence, vous êtes ici pour chercher les ennuis mais, comme je vous l'ai dit, je ne vous laisserez pas faire ici. Alors, soit vous décider de vous conduire en gentleman et demander pardon pour vos insinuations douteuses envers notre ami et moi-même, soit vous quittez mon établissement sur le champ. Je suis patiente, monsieur Nix, mais ne confondez pas indulgence et bêtise.»

Sa voix était ferme mais suffisamment basse pour ne pas attirer l'attention sur leur table. Elle n'avait pas lâcher le regard de Laquarius une seule fois durant son petit monologue et attendait, avec le même aplomb, la décision du turien. Il ne pouvait, de toute façon, rien lui faire ici et s'il comptait s'en prendre à elle en dehors de l'établissement et bien, tant pis. Malgré sa petite taille et sa corpulence légère, l'irlandaise n'avait jamais été d'un tempérament à laisser marcher dessus, peut importait la brute épaisse qui lui faisait face. Son père parlait d'impertinence, sa mère, de caractère. Elle même préférait penser qu'elle était courageuse. Mais le courage ne menait-il pas souvent à de mauvaises surprises ?

Un peu plus loin, dans la salle, Laem donnait un coup de coude à Nuyxe qui venait de passer derrière le comptoir. D'un geste du menton, il désigna la partie de la pièce où se trouvait Gwenn. L'asari fronça légèrement les sourcils.

« Reste près du téléphone, au cas où, … »

Le drell acquiesça alors que la serveuse se remit à sourire en allant porter leur consommations et un plateau d'échecs à un nouveau groupe d'humains.
Avatar de l’utilisateur
Gwennaggan Gwionvarc'h
Appelle-moi Gwenn, …

Appelle-moi Gwenn, …
 
Message(s) : 126
Inscription : 25 Septembre 2016, 20:45

Âge: 25
Profession: Serveuse
Classe: Humaine
Points d'Héroïsme: 2

Points MEL: 497.00 Points

Re: Une soirée au Daoine Beag

Message par Laan'Garna Nar Tesleya » 29 Avril 2017, 19:41

Légende :
Laan'Garna Nar Tesleya : #40BF40
-------



Le turien répond comme une brute. Il essaie de se faire poète, une fois de plus… en fait, il essaie juste de tricher autant que faire se peut pour tourner le jeu à son avantage. On ne me la fait pas, et s’il continue de débiter ses conneries, ça va vite m’ennuyer. Il arrive, il s’incruste, il est agressif, et en plus il faudrait lui révéler gentiment nos personnalités ? Ben voyons. On ne me la fait pas, et toi mon pote, si je découvre t’as comploté pour ôter un seul cheveu au dernier crétin de chez les quariens, c’est un aller simple pour le vide sidéral. Personne ne s’étonnera de la disparition d’un vulgaire mercenaire qui n’a ni règles, ni honneur ni loyauté. Et sa prétendue compassion pour les enfants n’est qu’un masque pour s’auto persuader de n’être pas un monstre. Ses réponses ne m’intéressent plus. Vu comment il contourne les règles, il ne révèlera rien sur lui. Et le voilà qui refait le poète en prenant Gwenn à parti. Et qui m’insulte ! Ben tiens ! Le larbin endoctriné va te faire péter ta cervelle de turien attardé, tu vas voir si ma loyauté m’aveugle. Et si c’est moi qui meurs, je serais mort en défendant mon peuple. Ça m’ira pour l’instant.

Le voilà qui me fixe, le regard un peu dans le vague. Ce type est dérangé. Il n’en est que plus dangereux. Il finit par donner la parole à Gwenn. Je suis curieux de voir sa réaction.

Et je ne suis pas déçu… Moi qui pensait que Gwenn voulait détendre l’atmosphère préserver son pub… c’est raté, apparemment. Je suis surpris de son ton. Il révèle un caractère bien trempé, et peut-être un soupçon d’impatience. Enfin, le seul risque c’est que la tension monte. Et je compte bien y participer, parce que j’ai là une magnifique occasion de faire comprendre au turien qu’il me les brise menue, et de savoir ce qu’il fait là.

Aller. J’aime déclencher des guerres.

« Ecoute-moi bien, Nix. C’est bien mignon de venir ici, de dégager mon client, de prendre place à la table et d’être menaçant. Mais là, je pense que Gwenn à raison. Tu y va trop fort. En insultant notre hôte tu manques à toutes les règles de vie, que tu ne connais manifestement pas, comme les règles de l’honneur ou de la loyauté. Quant à vouloir préserver les enfants, je n’y crois pas une seconde. Se faire des illusions pour refuser sa propre personnalité, quelle bassesse ! Ensuite, en m’insultant de larbin endoctriné par une loyauté aveugle, tu insulte tout le peuple quarien. Je l’ai dit, la loyauté est la valeur la plus importante chez nous. Et il est hors de question que je laisse un vulgaire mercenaire qui se prend pour un poète, en justifiant ses crimes par l’art, insulter ainsi les fondements de toute une civilisation. Monsieur Nix fait de longs monologues poétiques pour expliquer qu’il nous est supérieur ? Et bien on va lui montrer qu’on peut faire la même chose. Laquarius Nix… oui, je connais ton nom, tu commences à être connu il paraît, un de mes clients t’as évoqué il y a peu. Et bien Laquarius, tu n’es qu’un homme sans foi ni loi, et quelle que soit ta vision des choses, elle n’est aucunement juste. Se cacher derrière des discours, des contrats, des jeux dont on ne respecte pas les règles… tu pourrais au moins essayer d’être honnête, avec toi-même sinon avec nous. Mais bon, trêve de bavardage. J’aimerais bien savoir pourquoi tu es venu me voir, Nix. Les mercenaires ont besoin de pilotes privés ? »

Whoops. J’ai un peu trop parlé. Et je me suis un peu emporté. Pas bon pour un espion. Mais bon pour un pilote, ça ira, j’espère. Et merde, le voilà qui va répondre. Je suis prêt à me battre
Avatar de l’utilisateur
Laan'Garna Nar Tesleya
Personnage inactif
 
Message(s) : 68
Inscription : 14 Avril 2017, 08:33
Localisation : Redon

Âge: 26
Profession: Pilote / Agent du DCU Quarien
Classe: Quarien - Technologie
Points d'Héroïsme: 0

Points MEL: 240.00 Points

Re: Une soirée au Daoine Beag

Message par Laquarius Nix » 29 Avril 2017, 20:59

Et dire que j'étais juste venu chercher du calme.. Je me moque pas mal de la réaction du Quarien, j'ai bien l'intention de régler mes comptes avec lui, mais plus tard, pas ici. Ce qui m'embête c'est Gwenn. Elle a mal pris ce que j'ai dit, je peux la comprendre mais là elle a carrément sur-analysé. J'écarquille un peu les yeux quand elle prétend que je ne sais rien d'elle : ma vie m'a été retirée par des malfrats aussi, je sais ce que c'est, pas besoin d'être aussi condescendante. D'autre part, je doute qu'elle garde son petit courage insensé si je me mettais réellement en colère. Avoir l'audace de me demander des excuses.. Haha. Ma fierté mal placée me l'interdit. Je dois gagner du temps et rétablir la situation. Je panique un peu, c'est vrai que j'y suis allé un peu fort, mais ils l'avaient cherché. Si seulement Elisabeth était là, elle aurait su me dire quoi faire. Mieux, elle aurait parlé à ma place. Vu ma condition, c'est encore et toujours quitte ou double.

J'écoute vaguement le Quarien alors que je passe en revu les réponses possibles. J'entends qu'il me provoque, il remet en doute l'importance que j'accorde aux enfants. Je serre les dents et les poings. Je connais pas la résistance de sa visière mais je suis persuadé qu'elle se brise, elle et tous ses petits programmes chéris. Si mes mains ne suffisent pas, une balle fera l'affaire, même s'il ne meurt pas sur le coup je suis sûr que l'électronique va en prendre un coup. Je suis pas un expert mais un memristor contre un tir à bout portant, je donne pas cher du premier. J'enrage. Il a de la chance que je sois pris au piège, sinon il se prenait la même que l'autre. En y pensant je jette un œil au comptoir, le nigaud a disparu, tant mieux pour lui. Je vois bien les employés s'agiter, la situation l'exige je ne peux pas les blâmer pour ça, mais il serait ridicule qu'ils s'en mêlent, ça serait dommage pour eux. Je me sens un peu partir, un frisson parcoure mon échine, je n'aime pas avoir ce genre de pensées normalement réservées à Oméga. Inspire, expire. Inspire, expire.. Voilà, ça va le faire, tu peux t'en tirer sans ameuter la Citadelle entière, Laquarius. Il suffit que je me calme et que je ramène la rouquine à une note moins agressive, elle est bien aimable mais si la situation dégénère elle est juste à côté de moi et sa manie de se pencher pour parler à voix basse ne l'avantage pas. Elle a voulu soutenir mon regard, comme un signe de provocation. C'était insolent de sa part mais à ce petit jeu je ne suis pas le dernier arrivé. C'est décidé, je vais ignorer Laan, il ne m'intéresse plus, en plus ses nerfs lâchent un peu aussi. Je le retravaillerai une fois Gwenn calmée. Je plonge donc mes yeux dans les siens, c'est parti pour le prochain round.

"Je crois que nous nous sommes mal compris, Gwenn. Je ne voulais pas vous blesser, j'apportai juste à votre connaissance l'analyse que j'ai pu tirer du jeu. Votre réaction me conforte d'ailleurs dans cette idée. Au lieu de lancer de telles menaces, je vous suggère plutôt de livrer la votre, cela sera plus constructif et nous sera profitable à tous les trois. En effet, voir ce que les autres pensent de vous fait aussi parti du jeu."

J'attrape les cartes et commence à jouer avec en les faisant passer d'une main à l'autre puis en les battant de différentes façon.

"Voyez-vous, ces questions ont l'air bien innocent, il en reste qu'elles peuvent apprendre des choses. Alors détrompez-vous, je suis loin de vous connaitre mais ce n'est pour autant que je ne sais rien de vous. Maintenant, j'ajouterai juste que je suis moi même patient et que j'étais venu chercher un peu de calme initialement. Néanmoins, comme vous avez pu le constater, j'ai des limites, je vous suggère donc de faire également attention à ce que vous confondez en moi. Ne croyez pas que je vous menace, ça n'est pas dans mes habitudes -à moins d'être payé pour-, une seule petite action vaut bien les torrents de salives que l'on dépense à brasser de l'air. Vous dites que je ne fais pas peur, ça n'est pas mon intention de toute manière, encore une fois il existe des moyens plus efficace pour faire peur que déblatérer des inepties. J'apprécie votre caractère, ne vous méprenez pas, mais vous allez un peu vite en besogne."

Je soutiens son regard en silence. Puis je lui fais un signe de tête, comme pour indiquer que j'avais fini, et me tourne vers Laan. Finalement il va y avoir droit.

"Pour ce qui est de toi. Je ne vais pas prendre de pincettes. Ne me provoque pas. Tu te caches derrière ta nation comme un lâche alors ne me reproche pas de me cacher derrière des contrats. Ne t'en fais pas, j'aurai l'occasion de t'expliquer pourquoi je me suis assis ici. Maintenant, si un de tes clients m'a évoqué c'est qu'il a probablement des choses à se reprocher et je doute qu'un pilote aussi loyal à sa cause embarque n'importe qui, donc je ne suis pas le seul à avoir des affaires à cette table. Tu te permets de critiquer ma vision des choses, ma foi, mes lois. Tu devrais comprendre que nous sommes différents. Vous faire dérouiller par des conserves que vous pensiez contrôler ne vous a pas suffit ? J'ai foi en peu de chose et réponds à mes propres lois. Si cette vision te paraît injuste, c'est parce que tu es resté lié à d'anciens dictâtes insensés. Le monde se doit d'évoluer, je ne dis pas qu'il doit me suivre, loin de là. Mais ce que vous appelez si fièrement crime n'est qu'une généralisation elliptique qui ne fait que montrer une feignantise intellectuelle majeure. Voici une question tirée de ce jeu : 'Un riche marchand transportant des minerais fait tomber une partie de sa cargaison, une pierre brute à peine plus grosse qu'un poing mais qui coûte horriblement cher, un gamin habillé en lambeaux s'approche et la ramasse.' Que fais-tu, toi avec ta grandeur morale ? Il s'agit d'un vol, donc un crime, donc il enfreint la loi. Alors ?"

Je sens mon regard se durcir. Ce type ne vaut rien à mes yeux, c'est un moralisateur incapable. Il ne peut pas me comprendre, nos univers sont à des années lumières l'un de l'autre.
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 153
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 29
Profession: Contrebandier / Mercenaire
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 54.00 Points

Re: Une soirée au Daoine Beag

Message par Gwennaggan Gwionvarc'h » 30 Avril 2017, 14:34

Image

Paroles de Gwenn : #0080BF
Paroles de Stan : #4040BF

Image


Gwenn venait de passer la dernière demie heure à tenter de calmer la tension grandissante entre Lann et Laquarius mais il semblerait que, d'une part, son intervention ait été vaine et que, d'autre part, elle se soit faite insulter par la même occasion. Il y avait des limites à sa patiente.

Après son petit monologue et son ultimatum, le quarien croit bon d'en rajouter une couche et d'asticoter un peu plus Nix. Gwenn tourne vers lui un regard noir sensé lui intimer de se taire. Encore une fois, cela ne servit à rien. Est-ce que tous les hommes étaient aussi bornés et susceptibles ? Pas étonnant que l'irlandaise préfère les femmes, …

Alors que la rouquine se tourne de nouveau vers Laquarius en soupirant, celui-ci plonge son regard dans le sien et affirme ne pas avoir voulu la blesser.

« Bah c'est raté. Vous en connaissez beaucoup, des femmes qui aiment être traitées comme des gamines idiotes et insignifiantes, vous ? »

Voilà qu'il continue en proposant de se comporter de façon plus mature et constructive. Cette fois-ci, Gwenn laisse échapper un léger ricanement.

« Constructif, hein ? Qui essaye de faire retomber le niveau de testostérone depuis tout à l'heure ? Quand je suis arrivée, vous étiez sur le point d'en coller une à un homme et, depuis, vous ne cherchez qu'à en pousser un autre autre de ses gonds. Je ne sais pas quelle est votre définition de ce qui est constructif mais on ne doit pas avoir la même. »

La jeune femme s'évertuait à maintenir un niveau sonore acceptable et à ne pas faire d'esclandre. D'un coup d'oeil, elle s'assura que personne d'autre que ses collègues n'avait remarqué le manège qui se déroulait à leur table.

« Et sachez, monsieur Nix, que je ne fais pas de menace. Je vous ai simplement donné un choix et j'attends toujours votre décision. »

Le turien sembla continuer à la prendre à la légère, ce qui eut le mérite d'irriter un peu plus la jeune femme qui inspira profondément pour ne rien faire de regrettable. Puis se fut autour de Laan d'en avoir pour son argent. La tension entre les deux individus est palpable et elle devient hors de contrôle. Avant que le quarien n'ait eu l'occasion de répondre à une énième question de morale sous le regard meurtrier du mercenaire, je fais un signe à un homme brun assis au comptoir et interrompt Laan d'un ton bas mais sans équivoque.

« Ca suffit ! »

Mon regard de nouveau planté dans celui du turien, je continue sur ma lancé.

« De toute évidence, vous n'avez nullement l'intention de vous excusez et continuez à chercher les ennuis. Je vais donc devoir vous demander de partir. »

Quelques secondes plus tard, une voix masculine se fit entendre à quelques pas de moi.

« Salut Gwenn ! J'ai vu ce regard depuis le comptoir. Celui qui dit « Si tu touches à ma part de tarte, ton fils t'appèlera « maman » pour le restant de tes jours ! » alors je me suis dit qu'il fallait absolument que vienne en aide à ce pauvre bougre. Un problème ? »

L'homme se tourna vers Laquarius. Sur son bras gauche, le signe du SSC était clairement visible.

« Vous n'avez pas mangé sa tarte, pas vrai ? »

Gwenn sourit à Stan, le remerciant ainsi de son intervention.

« Salut Stan. T'en fais pas, ma tarte est sauve. Monsieur Nix allait justement partir, … »

Le capitaine Stan Frost était un habitué du Pub. La quarantaine, il venait souvent à la fin de son service pour décompresser un peu. Au fil de ses visites, lui et Gwenn avait fini par discuter de plus en plus et la jeune femme s'amusait à tester sa perspicacité en lui racontant, parmi les informations réelles qu'elle glanait au pub, de fausses rumeurs. Jusqu'à présent, et malgré les trésors d'imagination de la jeune femme, le capitaine avait toujours su démêler le faux du vrai. C'était devenu une sorte de rituel entre eux. Une façon de décompresser un peu après une dur journée au services de sécurité de la Citadelle. En contrepartie, il arrivait que Stan serve de dissuasion à certains troubles fête, sur demande de la gérante.
Avatar de l’utilisateur
Gwennaggan Gwionvarc'h
Appelle-moi Gwenn, …

Appelle-moi Gwenn, …
 
Message(s) : 126
Inscription : 25 Septembre 2016, 20:45

Âge: 25
Profession: Serveuse
Classe: Humaine
Points d'Héroïsme: 2

Points MEL: 497.00 Points

Re: Une soirée au Daoine Beag

Message par Laan'Garna Nar Tesleya » 30 Avril 2017, 16:03

Légende :
Laan'Garna Nar Tesleya : #40BF40
-------


Il m’ignore. Salaud ! Tu as insulté mon peuple et mes convictions. La rage enfouie au plus profond de moi refait surface. Je repense à Foom. Ma colère en est décuplée. La tension monte entre le mercenaire et la fille. Elle a du cran, mais elle n’est pas armée, et elle prend des risques insensés en faisant face au turien. Il peut la déchirer en deux en… disons 0.8 secondes parce qu’il y a la table entre eux. Je me prépare mentalement au combat. Difficile avec autant de tension. Je revois ce que je dois faire. L’espion refait surface. En un éclair, mon OmniTech doit être ouvert, la Surcharge prête, mon Pistolet à Arc dans ma main. Ça ne doit pas me prendre moins de 0.7s. Déjà parce que ça serait une mauvaise performance de ma part. Ensuite, parce que si je fais plus je suis un quarien mort. J’ai analysé tout ce qui est autour. La table, les verres, les chaises, les personnes. Le turien ne touchera pas à sa Veuve Noire, trop long et parfaitement inutile en combat rapproché. Je dois neutraliser en priorité son M25-Frelon avec ma Surcharge. Ensuite, je me focalise sur son OmniTech. Une fois que ça c’est fait, je le tue. Et je ne pose pas de question. D’une part je n’aurais pas le temps de le faire, la moitié du pub va me tomber dessus. Ensuite, on ne prend aucun risque avec ce genre de types. Je l’abat, et je me tire. Camouflage Tactique si j’ai le temps de le faire.

Tss, quelle idée stupide de tout préparer comme ça. Vieux réflexe de l’école. Mais je commence à avoir un peu d’expérience, et au-delà de la première seconde où on prépare ses armes, rien ne se passe jamais comme on le prévoit. Surtout avec les mercenaires. Alors que je vais répondre à Laquarius pour engager le combat, Gwenn m’interrompt. Je me tourne alors vers elle et plonge en elle un regard de tueur.

« Si ça m’amuse de faire péter le peu de cervelle de ce turien irrespectueux, je le fais »

Un sourire étire mes lèvres alors que je sens la rage prendre possession de moi.

Elle m’ignore et s’adresse au turien en lui demandant de partir. Je m’apprête à me lever quand une voix résonne derrière Gwenn. Tant pis, je le tuerais aussi si ça deviens vraiment nécessaire. En principe je ne prends pas de vies inutiles, mais ma survie passe avant tout. Je me tourne alors vers l’homme. Ah. Merde. Le SSC. Ça, ça pue. Pour le turien surtout, mais je ne DOIS PAS me faire arrêter. Le DCU nous a suffisamment mis en garde là-dessus. On doit se démerder, il est hors de question de révéler à qui que ça soit l’identité et la position des agents de terrain. Je retrouve doucement mon calme. Une respiration, une autre, c’est parti pour négocier.

L’homme fait de l’humour. C’est pas drôle, mais tant pis, on va faire comme si il avait fait l’école du rire. Le turien n’a pas l’air d’aimer la présence des forces de l’ordre dans les parages. Il ne va sans doute pas rester, et dès qu’il sera sorti, il aura droit à une petite mise au point. C’est inutile de le suivre, il n’est pas mauvais à ce point. Par contre, il aura droit à sa petite enquête et je vais trouver toutes les infos possibles sur lui.

Je jette un œil à l’uniforme de l’homme. Il est capitaine. Très bien. Je vais essayer de l’éloigner, tout en me mettant en retrait de la dispute pour faire porter le chapeau au turien.

« Oh, bonjour Capitaine. Ne vous en faites pas, le ton est un petit peu monté mais rien de grave. Nous jouions à un jeu de carte, mais notre ami turien à un peu trop bu, je le crains, et il a cru que nous trichions. Il a le sang un peu chaud, mais il ne fera pas de grabuge. N’est-ce pas Laquarius ? »

Héhé. Je donne son nom au flic, c’est toujours ça de pris. Il y a peu de chance qu’il soit connu des unités de la Citadelle. S’il le connait, il l’arrêtera, je suis gagnant. Sinon, avec un peu de chance il créera un dossier et le gardera à l’œil, je suis encore gagnant. Ah, j’aime ces petits réflexes qu’on acquiert en formation et qui peuvent vous donner un avantage considérable d’un simple mot…
Avatar de l’utilisateur
Laan'Garna Nar Tesleya
Personnage inactif
 
Message(s) : 68
Inscription : 14 Avril 2017, 08:33
Localisation : Redon

Âge: 26
Profession: Pilote / Agent du DCU Quarien
Classe: Quarien - Technologie
Points d'Héroïsme: 0

Points MEL: 240.00 Points

Re: Une soirée au Daoine Beag

Message par Laquarius Nix » 30 Avril 2017, 17:02

Sur une échelle de un à dix, je dirai que je suis dans la merde. Cela m'ennui de voir que la femme n'est aucunement réceptive, elle a décidé de me congédier. Ainsi soit-il. Elle a même fait appel à un balourd du SSC, encore un tocard qui a perdu les sensations du terrain et qui se complaît en faisant "régner" la "loi" dans La Citadelle, pathétique. Je le jauge rapidement, il est gradé, donc c'est un peigne-cul, visiblement habitué à parler à Gwenn et je le soupçonne d'avoir entamé la soirée depuis quelques verres déjà. Cerise sur le gâteau, son humour est malaisant au possible. Je soupire, pose les cartes au centre de la table et me lève. Le Quarien en profite pour balancer mon nom et enfoncer le clou.

"Je regrette la tournure prise par cette conversation et je déplore votre manque d'empathie, Gwenn. Nous aurons peut être l'occasion de nous recroiser, dans de meilleures circonstances je l'espère."

J'espère surtout qu'elle saura tenir sa langue, ou que nous nous verrons dans La Citadelle, ou qu'Elisabeth sera là avec moi. En fait, les trois en même temps serait le mieux. Le 'Stan' fait un pas en avant, il se montre pressant. Je l'arrête d'un regard.

"C'est une bien jolie insigne que vous avez là. Vous passez autant de temps à l'astiquer qu'à boire ? Je vous invite vivement à ne pas essayer de goûter à ma 'tarte', vous risqueriez de vous salir."

Je m'avance vers la porte et me retourne. Le flic ne connaîtra pas que mon nom. Je hausse le ton depuis l'entrée et toise Laan :

"On se reverra Laan, tu as la langue bien pendue pour un pilote privé qui lance des menaces à tord et à travers."

Je pars en laissant un silence dans le Daoine Beag. Si le pingouin me suit.. J'espère qu'il a dit au revoir à sa femme en partant ce matin. Je marche droit vers la zone d'embarquement. Après avoir passé quelques virages, je m'arrête et m'installe sur un banc. J'ouvre mon Omnitech et prépare un message pour mon indic le plus fiable. Je lui donne la description du Quarien ainsi que son nom et j'attends. Il va passer par ici et gentillement me montrer son vaisseau, même si j'ai déjà une petite idée. J'en ai repéré un qui correspond au style de son peuple et dont la taille me semble raisonnable pour un transporteur. Je le précise dans mon message, au cas où.

Je regarde les gens passer, à l’affût d'un quelconque marchand ou transporteur. Je pourrai proposer une escorte au premier ou embaucher le deuxième. C'est loin d'être un plan très élaboré mais en général il marche et je dois retourner sur Oméga, je crains que le militaire ne soit assez demeuré pour se lancer à ma recherche, peut-être même avec renfort. D'un côté ça me ferait de la pub, d'un autre j'ai pas que ça à faire. Taper dans l'officiel c'est jamais marrant et rarement bénéfique, il faut passer par des fonctionnaires corrompus pour faire disparaître le dossier, trouver la famille si elle existe, s'interdire la zone où à eu lieu le crime le temps que les mémoires s'estompent, etc. Bref, c'est long, coûteux et ça demande de mettre les mains dans le cambouis à outrance, mais ça file un coup de pouce à la notoriété. Je souris, j'aurai dû faire coach en mercenariat avec tout ça. Maintenant il ne me reste qu'à attendre, je bouge jusqu'à trouver une position confortable et reste là. Le Quarien se montrera, s'il me reconnait ça n'est pas grave, je veux juste voir son vaisseau et au milieu de la foule il ne tentera rien.
Dernière édition par Laquarius Nix le 03 Mai 2017, 21:09, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 153
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 29
Profession: Contrebandier / Mercenaire
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 54.00 Points

Re: Une soirée au Daoine Beag

Message par Gwennaggan Gwionvarc'h » 03 Mai 2017, 17:09

Image

Voilà que le quarien se met à jouer l'intimidation lui aussi. Non mais pour qui ils se prennaient ces deux Rambos ? Gwenn soutient son regard et se contente de soupirer en levant les yeux au ciel. D'accord, si l'un des deux décidait de la tuer, là, tout de suite, elle ne pourrait rien y faire. L'irlandaise n'avait peut-etre pas froid aux yeux mais elle n'était pas une as de sports de combat. Non, elle se ferait rétamer en moins de temps qu'il ne fallait pour le dire mais voilà bien longtemps qu'elle avait décidé de ne pas s'arrêter à cela. La vie est dure et cruelle. Pour survivre au milieu de criminels, il était impératif de se montrer tout aussi hargneux qu'eux. En tout cas, c'était comme ça que Gwenn avait choisi de survivre à McCahill.

C'est à ce moment que Stan fit son apparition, sur l'appel silencieux de Gwenn. Elle ne cherchait là que l'effet dissuasif et l'officier du SSC le savait parfaitement. Ainsi, elle rappelait aux deux mâles qu'ils se trouvaient dans un lieu public et non loin de représentant des forces de l'ordre. S'ils connaissaient le sens de civilité et courtoisie, ils allaient devoir faire bonne figure. Le pire étant que, l'un comme l'autre, avait su démontrer qu'ils étaient tout à fait aptes à se montrer charmants lorsqu'ils le voulaient. Mais la jeune femme retrouvait en eux un air de famille avec les gorilles de son bourreau. A l'exception de leurs origines peut-être. Et ils semblaient un peu plus évolués aussi.

La jeune femme ferma les yeux lorsque Nix déplora son manque d'empathie. Voilà que c'était de sa faute maintenant. Elle, qui n'était ni tueuse à gage, ni mercenaire et qui gérait un établissement basé sur la communication et l'amusement, elle n'avait pas d'empathie. N'était-ce pas ironique ?

Une fois tout le monde debout, Gwenn suivit le mouvement et posa sa main sur le bras de Stan lorsque Laquarius se mit à l'insulter et le menacer en filigrane. Une dernière tentative d'intimidation à ne pas relever. L'officier le comprend et laisse partir le turien, non sans retenir son nom d'abord, sans doute.

Laan ne tarde pas à suivre le même chemin et, bientôt, le Daoine Beag re trouve sa quiétude habituelle. Gwenn se tourne alors vers Stan en souriant.

« Merci de coup de main, officier Frost. J'ai bien cru que ces deux-là allaient s'étriper sur place, … ou se violer l'un l'autre peut-être, … La prochaine tournée est pour moi ! Pour service rendue à la patrie ! Et à la décence ! »

La jeune femme accompagna l'humain jusqu'au comptoir en souriant et interpella Laem de la même façon.

« Tu peux arrêter de titiller le bouton rouge, la situation est sous contrôle. »

Un clin d'oeil ponctua sa phrase qui ne fut pas comprise par le barman mais ce n'était pas bien grave, il en avait l'habitude, … 
Avatar de l’utilisateur
Gwennaggan Gwionvarc'h
Appelle-moi Gwenn, …

Appelle-moi Gwenn, …
 
Message(s) : 126
Inscription : 25 Septembre 2016, 20:45

Âge: 25
Profession: Serveuse
Classe: Humaine
Points d'Héroïsme: 2

Points MEL: 497.00 Points

Re: Une soirée au Daoine Beag

Message par Laan'Garna Nar Tesleya » 03 Mai 2017, 21:01

Légende :
Laan'Garna Nar Tesleya : #40BF40
-------


Recroiser Gwenn… pour sa sécurité, je souhaite à Gwenn de ne pas recroiser ce type en dehors de son bar. La probabilité pour que ça finisse mal est supérieure à 1. Le turien est debout, face à l’officier. Il manque décidément de bonnes manière, mais uniquement quand il faudrait qu’il en ai. A la rigueur, ça ne me dérange pas. Je ne me formalise pas sur ça en dehors des camps militaires, et un pilote n’en aurait que faire. Il s’en va en laissant son jeu de cartes sur la table. Je ne le quitte pas des yeux jusqu’à ce qu’il ait passé la porte. Moment auquel il juge bon de laisser mon nom à toute l’assemblée. Bah ! Si j’utilise mon vrai nom dans ma couverture de pilote, c’est que ça ne me dérange pas. Si j’ai de la chance, ça m’attirera des clients.

Bon il est sorti. Maintenant je dois me débarrasser du colleur de prunes et retourner au vaisseau en urgence. Il faut que je contact le DCU et que je bosse avec Jaraan sur le dossier de ce turien. Je salue le Capitaine :

« Merci pour votre intervention, il devenait ennuyant. »

Je fini ma dernière gorgée de bière, avant de me tourner vers Gwenn :

« Eh bien, Gwenn, je suis ravi de vous avoir rencontré. J’espère vous revoir dans des circonstances moins… désagréables. »

Je me dirige vers la porte, et sors du pub en jetant un dernier coup d’œil derrière moi. Le paquet de cartes traine sur la table. Pff, dans le meilleur des cas il est inutile et dans le pire il contient un traceur. Je referme la porte derrière moi. Je jette un coup d’œil autour, il est peut-être assez grossier pour me prendre ouvertement en filature. Quoiqu’il en soit, peu m’importe qu’il voie mon vaisseau. C’est un cargo quarien tout ce qu’il y a de plus classique, il ne pourra pas distinguer les améliorations militaires sans en faire un examen rapproché. Et ça, Jaraan se charge de ne pas le laisser faire. Je porte la main à mon casque.

« Jaraan, j’arrive au vaisseau. Il est possible que Laquarius Nix rode autour, ne le laisse pas s’approcher. N’utilise pas d’armes contre lui, on doit garder la couverture. Il faut que tu me prépare une liaison urgente avec le QG pour discuter de son cas. On va sans doute avoir droit à des petites vacances sur Oméga… »

J’entends le déclic qui m’indique qu’il a reçu les consignes. Je me dirige d’un pas calme vers l’aire d’embarquement. Pas question de paraître suspect, je suis un pilote qui flâne. Je jette de temps en temps un œil autour de moi, mais pas de traces du turien.
J’arrive sur l’aire d’embarquement. Un rapide coup d’œil, je le repère sur un banc. Il fait exprès de faire en sorte d’être visible, j’en suis sûr. Peu importe. Il veut savoir quel est mon vaisseau ? Bien, donnons-lui ce qu’il veut. Je me dirige vers le vaisseau, la rampe d’embarquement s’abaisse. Je monte tranquillement, je m’assure qu’il me voit bien en jetant un regard autour de moi avant de rentrer. Je referme la rampe derrière moi, et me dirige vers le cockpit. Je m’installe dans mon fauteuil. J’attends la communication du DCU. On se reverra, Nix…
Avatar de l’utilisateur
Laan'Garna Nar Tesleya
Personnage inactif
 
Message(s) : 68
Inscription : 14 Avril 2017, 08:33
Localisation : Redon

Âge: 26
Profession: Pilote / Agent du DCU Quarien
Classe: Quarien - Technologie
Points d'Héroïsme: 0

Points MEL: 240.00 Points

Précédent

Retour vers Nébuleuse du Serpent



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron