[phpBB Debug] PHP Notice: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 77: Array to string conversion
[phpBB Debug] PHP Notice: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 77: Undefined variable: Array
[phpBB Debug] PHP Notice: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 77: Array to string conversion
[phpBB Debug] PHP Notice: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 77: Undefined variable: Array
[phpBB Debug] PHP Notice: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 77: Array to string conversion
[phpBB Debug] PHP Notice: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 77: Undefined variable: Array
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 429: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions_content.php on line 684: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions.php on line 4940: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at [ROOT]/includes/functions.php:3989)
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions.php on line 4942: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at [ROOT]/includes/functions.php:3989)
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions.php on line 4943: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at [ROOT]/includes/functions.php:3989)
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions.php on line 4944: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at [ROOT]/includes/functions.php:3989)
Mass Effect Legacy RPG • Consulter le sujet - That time we meet again

That time we meet again

*

Modérateurs : Administration, MJ

Re: That time we met again

Message par Laquarius Nix » 29 Juillet 2018, 22:51

Devant la réaction très mécanique et militaire de Miho à l’annonce de Jaipha, je ne peux que suivre son exemple. Dégainant donc ma mitraillette, je me tourne d’un quart de cercle et pose ma main sur la commande de la porte. M’arrêtant un instant, je jette un regard derrière mon épaule et à Fabius en particulier. Un petit soupir s’échappe de mes narines. Ce n’a rien à voir avec de l’exaspération ou quoi que ce soit dans le genre, je suis juste.. désolé ? Peut être, pas de ce que j’ai fait qui a pu le mettre dans cet état, mais de la suite des événements, prendre le risque de l’exposer ainsi ne m’enchante pas le moins du monde. Malheureusement, il semble que nous sommes arrivés à court d’option.

« Reste derrière moi et bouche toi les oreilles quand je te fais signe. »

Pas besoin de donner la moindre indication à Miho, elle sait quoi faire, peut être même mieux que moi en fait. J’ouvre enfin la porte et me dirige sur la passerelle, remontant nos pas. À intervalle régulier, je me retourne pour vérifier que Fabius suit bien, une manie passablement inutile considérant qu’il est coincé entre la pilote et moi. Mon rythme cardiaque augmente peu à peu, à mesure que je réalise la gravité de la situation. Au final je suis content d’ouvrir, cela m’assure que ceux qui m’accompagnent ne peuvent pas voir mon visage se contracter de nervosité. J’étais confiant tout à l’heure mais en réalité, jouer les gardes du corps était absolument nouveau pour moi. D’ordinaire, je suis celui qui les contourne. Tout en avançant, je poursuis ma réflexion. D’un côté, ici la variable « contournement » n’a pas vraiment sa place, si combat il doit y avoir, il se fera dans un couloir, difficile de me prendre dans un angle mort dans de telles conditions. À moins, évidemment, que la menace n’arrive de mon dos, mais à ce moment là je n’aurai certainement pas l’occasion de contempler mes erreurs.

Notre progression se fait, pour lors, sans encombre. Pas de bruit de pas précipités dans l’escalier, pas de bruit du tout même. Enfin presque. Je me fige un instant et sent l’enfant se cogner dans mon dos en échappant un petit « ouf ». L’oreille tendue, je lève la tête à moitié vers le plafond, mes yeux dessinant de petits cercles. Non, je ne suis pas fou, j’ai bien entendu le bruit de frottement de métaux. Sans perdre un instant, je tire une cartouche thermique que je plaque sur le mur à ma droite. Je relâche ma prise pour laisser l’objet de quoi bouger un peu. Le petit morceau métallique tremble un peu et réalise un tour sur lui même au moment où je sens la paroi vibrer. Expirant un grand coup, j’enfourne la cartouche de retour à sa place et saisi le bras de Fabius. Prestement, je le charge sur mon épaule. On ira plus vite ainsi.

« Désolé mais là on doit bouger et tes petites jambes vont être un poids. »

La seule façon pour qu’un si petit objet puisse faire magiquement des cabrioles s’explique par un changement de champs électromagnétique. Montant les marches désormais trois par trois, je me mords la lèvre en pensant à l’ascenseur qui vient de nous passer à côté, direction le bas et potentiellement le hangar où étions quelques instants auparavant. Plus qu’un étage et nous serons arrivés. En y pensant j’accélère encore la cadence. Un virage à droite, un autre, je bondis lestement d’une marche à l’autre et arrive enfin au palier. Là, je repose doucement Fabius et me redresse. J’ouvre la porte et, après avoir vérifié que la voie était libre, m’avance en faisant signe au deux autres de me suivre.

À pas de loup, nous avançons dans le couloir. De nombreuses portes ornent les murs mais aucune d’elles n’indique la salle de contrôle et il ne faut pas être un fin savant pour se douter que cette entrée sera soulignée d’une quelconque façon. Un coude à gauche et des voix commencent à nous parvenir. Plus loin, le couloir se sépare entre sa continuation tout droit et la droite. Les voix ne provenant pas d’en face, c’est naturellement que je bifurque. Il ne nous faut pas longtemps pour avoir une compréhension claire de ce qu’il se dit et distinguer de la lumière émanant d’une pièce à une dizaine de mètre devant sur la partie droite. Nous nous sommes attardés en bas, pas étonnant que nous soyons en retard. Je pose un genoux à terre et écoute. Je compte au moins trois voix, voire quatre mais je ne suis pas sûr. Mes neurones travaillent à toute vitesse et je me dresse avec détermination.

« Combien de temps pour pirater l’ordinateur central ? »

« Une quinzaine de minutes, ad minima. »

« Faites moi confiance, s’il vous plaît. »

Voyant Miho hocher la tête, je m’avance vers la salle et active mon camouflage au moment de passer de passer devant. L’intérieur est assez semblable à la pièce d’où Miho avait verrouillé le sas, mais en plus grand et avec plus d’écrans. Dedans se tiennent non pas quatre mais cinq personnes. Autant dire que c’est impossible que je gère le coup seul. L’un d’entre eux est penché sur une console. Je me mords la langue en voyant cela. Un type à l’entrée, un autre adossé au mur de droite, un troisième assis sur une chaise et le dernier en face de celui occupé à pirater l’ordinateur. Sans perdre plus de temps je m’élance, encore quasiment invisible, dans la salle. Mon pas est vif, aussi des troubles apparaissent dans le camouflage et je distingue des visages perturbés par mon mouvement. Mais je ne m’arrête pas. Je traverse la pièce en coup de vent et me glisse derrière le garde occupé sur la console. Je le saisi à la gorge, le plaçant comme un bouclier et plaque le canon de ma mitraillette sur sa tempe, le tout en l’entraînant vers le fond de la pièce. N’offrant mon dos qu’au mur, je m’adresse à l’assemblé d’une voix forte, espérant que Miho l’entende :

« Alors c’est vous les racailles qui foutent le bordel dans la station ?! Vous espériez faire quoi là ?! »

Ils ont tous leurs regards et leurs armes pointées sur moi, leurs dos outrageusement offerts à l’entrée de la pièce.
Laquarius Nix #FFFFF80
[link_open=http://www.masseffect-legacy.fr/post6602.html#p6602]Code couleur PNJ "récurrents"[/link_open]
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 254
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession:
Classe:
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 151.00 Points

Re: That time we meet again

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 30 Juillet 2018, 12:11

Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession:
Classe:
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Re: That time we met again

Message par Laquarius Nix » 30 Juillet 2018, 23:16

La réaction de Miho ne se fait pas attendre et m’enlève un large poids des épaules. En voyant le manque de visages impressionnés par mon entrée j’avais vite perdu de ma superbe. Intérieurement surtout, en façade ma prise s’était raffermie et le canon de mon arme enfoncé dans le crâne de mon bouclier.

« Putain il en a des couilles lui. »

« Hé t’es sérieux toi ? »

« Allé, lâche le et on règle ça vite fait. À quatre contre un on craint pas grand-chose. »

« Haha ! Au pire fume le, ça nous fait une plus grosse part. »

Je me tournais brusquement à chaque parole, pour faire face à qui parlait, secouant comme un sac l’humain resté muet. Puis la cavalerie est arrivée. Bon il n’y a pas de cheval, mais je me contente largement de la Quarienne et son drone. Son intervention est fulgurante et en l’espace d’un instant, juste le temps de se remettre à couvert, Miho a déjà balayé la moitié de la pièce. Dès les premiers coups de feu, mon bras s’est tendu pour apporter mon soutien mais mon otage s’en est saisi immédiatement en profitant de l’ouverture. Je bataille encore avec lui un instant. Incapable de viser convenablement, je retiens mes tirs. Malgré la différence de taille, il m’offre un résistance conséquente. Moi qui comptais juste l’ignorer, je réalise qu’il va bel et bien falloir que je m’occupe de lui. Lâchant sa gorge, mon bras gauche passe sous son aisselle gauche et vient s’enrouler derrière sa nuque. Un rictus se grave sur mon visage quand je sens que ma prise est sûre. Se battre au corps-à-corps avec un Turien, quelle idée. D’un coup sec, mon bras se tend. Son épaule, coincée par mon coude, saute brutalement en lui arrachant un cri de douleur et lui faisant lâcher prise. Le bruit fait se retourner le dernier homme debout qui harcèle Miho. Sans réfléchir, je bombarde la détente. La moitié des rafales tombent dans le vide mais quand une première le touche au flanc, la suite ne se fait pas attendre. Six balles dans le torse plus tard, il tombe enfin en arrière dans un râle d’agonie.

Sans perdre de temps, j’annonce à Miho la fin des combats, au cas où le silence après la fusillade ne lui suffise pas. Puis je me penche pour saisir mon précédent otage par le col. Je le traîne à travers la salle quand un grognement attire mon attention. Oh, un autre survivant, celui là est un peu amoché, surtout au niveau de l’épaule mais il n’en aura pas besoin. Je l’attrape aussi et le fais glisser comme l’autre. Un chargement dans chaque main, je rejoins le couloir et ouvre la première porte que je vois. Poussant les deux types à l’intérieur, je jette un regard derrière moi en direction de Miho et Fabius, ce genre de regard disant « je n’en ai pas pour longtemps ». Une fois fait, je rentre et ferme derrière moi. Aussitôt, j’ouvre mon OmniTech :

« Jaipha ! Décolle immédiatement, rejoins nous, on va avoir besoin de renfort. »

« Justement je voulais t’appeler. Les prisonniers, enfin celui qui reste, ont parlé : il y a bien des captifs mais ils ne nous ont pas encore dit combien et où. »

« Merci pour l’info, j’ai moi aussi de quoi passer un interrogatoire. »

« Hmm.. Ta Quarienne va bien ? »

« Oui, l’accrochage s’est bien passé. »

« Ok, on arrivera peut être à en tirer quelque chose alors. »

Je ne rétorque rien à cette remarque quelque peu déplacée et coupe la communication. Devant moi, les deux hommes blessés essayent se relever en s’accrochant à des étagères. La pièce est une sorte de petite remise exiguë où est entreposé toute sorte de matériel d’entretien. À nous trois il reste à peine de place pour se mouvoir. Sans ménagement, je décroche un direct à celui que j’ai blessé moi même pour le remettre au sol et tire l’autre pour l’asseoir, adossé au mur. Sa plaie n’est pas impressionnante mais profonde néanmoins. La balle n’est pas ressortie, donc j’imagine que chaque mouvement doit être douloureux pour lui.

« Je vais commencer par toi, vu que tu es le plus mal en point. »

Ma voix n’est qu’un murmure et pourtant elle provoque une réaction chez son voisin. Percevant son gigotement du coin de l’oeil, je lui assène un nouveau coup de poing, à la tempe cette fois, dans le but de brouiller ses sens momentanément.

« Attends ton tour s’il te plaît, d’abord lui, puis toi, ne sois pas si impatient. »

Me reportant vers mon élu, j’enfonce mon pouce dans sa blessure jusqu’à toucher le petit objet métallique. Le geste lui arrache un cri de douleur.

« Vous avez des prisonniers. Combien sont-ils ? Où sont-ils ? »

Je ne me suis pas sali les mains pour rien. Le tir de Miho, bien que loin d’organes vitaux, a sectionné une artère. Impossible de savoir si c’était volontaire ou pas, mais il n’y avait pas cinquante façons de ralentir une hémorragie pareille. Évidemment ma façon n’est pas la meilleure mais tant pis, elle a le mérite de mettre carte sur table d’entrée de jeu.

Voyant qu’il ne répond pas et se contente de grimacer en haletant, je fouille dans une de mes poche de la main gauche et tire un petit flacon de liquide. L’agitant devant mon captif, je le décapsule et l’approche de sa bouche. Dans un sursaut de survie, l’homme envoie un coup de son bras valide dans ma main et me fait lâcher l’objet qui tombe et rebondi par terre en versant son contenu. Son acte m’extirpe un soupir. Je dégaine mon couteau et trempe la serre dans la minuscule flaque. Retirant mon pouce de la blessure, j’y enfonce immédiatement ma lame.

« Tu aurais pu juste boire, ça aurait été plus simple. Maintenant on attend. »

Je me redresse, fixant les deux humains d’un regard neutre. Au bout de dix seconde, je me penche à nouveau et tire mon couteau de l’épaule de l’homme. Le poison a commencé à faire effet, son sang est plus épais et s’écoule difficilement. Avec un petit sourire je lui pointe son épaule :

« Regarde, je t’ai administré un puissant coagulant, plus de crainte de mourir de ta blessure. Oh mais tu ne vois peut être pas ton épaule. »

Dégainant ma mitraillette, je lui tire dans le genoux.

« Tiens, tu verras mieux là. Pas d’effusions de sang, c’est magnifique. »

Bien entendu la douleur, elle, est toujours présente mais elle n’est plus accompagnée du risque de succomber à l’hémorragie.

« Je vais me répéter : Vous avez des prisonniers. Combien sont-ils ? Où sont-ils ? »

Son collègue a peu à peu repris ses esprits et ouvre la bouche pour parler. Je me penche précipitamment et pose mon doigt pour le faire taire.

« Non, non, non. On ne souffle pas, c’est de la triche. »

« Mais t’es un malade. »

Je me retourne vers celui que j’interroge avec un air désolé.

« Mauvaise réponse. »

D’un arc de mon bras, je lui barre le visage verticalement, crevant son œil gauche au passage. Ignorant les bruits qu’il fait, je regarde l’heure sur mon OmniTech.

« Dépêche toi, tu n’as pas envie que le poison agisse complètement, crois moi. »

Il lui reste une trentaine de seconde avant que son sang soit tellement visqueux que même son coeur n’arrivera plus à le faire circuler et alors c’est un florilège, enfin ça dépend de la personne mais globalement c’est une crise cardiaque assurée, parfois accompagnée d’une sensation d’étouffement et toujours précédée par des maux de tête atroces. L’affaire s’éternise alors je me tourne vers le deuxième esclavagiste.

« Bon vas-y dis ce que t’avais à dire, on va lui accorder un joker. »

« Va te faire foutre. »

Affichant clairement une moue déçue, je me lève et attrape une bouteille d’une des étagères, c’est du décapant. Élisabeth a le même chez elle et je m’en suis servi plusieurs fois pour nettoyer le bar. Je fais sauter le bouchon et la verse sans prévenir sur le visage du prisonnier blessé. Le liquide s’incruste dans sa plaie et son orbite vide. Son corps convulse tandis que ses cris résonnent dans la pièce. Je le réduis au silence en enfonçant la bouteille vide dans sa bouche, étouffant ainsi les bruits, et me tourne vers l’autre pour m’assurer qu’il ne rate rien du spectacle. Pendant que son collègue agonise, je repose ma question :

« Vous avez des prisonniers. Combien sont-ils ? Où sont-ils ? »

Le pirate à l’épaule démise me regarde avec épouvante et bégaye enfin une réponse.

« Une.. une diz.. dizaine.. dans notre.. v-v-v-vaisseau. »

« Merci. »

Je me redresse et l’abats d’une rafale dans la tête. Sans m’attarder, je retourne auprès de Miho au pas de course pour lui raconter ce que je sais.
Laquarius Nix #FFFFF80
[link_open=http://www.masseffect-legacy.fr/post6602.html#p6602]Code couleur PNJ "récurrents"[/link_open]
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 254
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession:
Classe:
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 151.00 Points

Re: That time we meet again

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 31 Juillet 2018, 09:55

Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession:
Classe:
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Re: That time we met again

Message par Laquarius Nix » 01 Août 2018, 22:54

Après avoir exposé mes informations nouvelles, Miho affiche un groupe de garde qu’elle a pu « enfermer ». Je mets ça entre guillemet parce qu’en voyant l’un des membres sortir une grenade, il va sans dire que la porte ne fera pas long feu. Immédiatement, la pilote reprend ses lignes pour verrouiller les accès suivants, ça allait les ralentir au maximum, mais justement ça n’allait que les ralentir. Le regard un peu dans le vide, sans trop savoir comment aider, j’hésite à lui demander si je n’ai pas fait trop de bruit. Je me ravise dans la seconde. La question allait soit mettre de l’huile sur le feu, si j’avais en effet été bruyant, soit amener le sujet épineux que l’on préfère en général éviter. Après tout c’était fait, de là à dire que c’était à faire.. je doute que je puisse défendre ce point avec véhémence. Le petit semble bien occupé, même s’il reste fébrile, je pourrai jurer qu’il prend la tâche à coeur, sûrement pas pour nous impressionner contrairement à ce que n’importe quel gamin aurait fait, mais plutôt parce qu’il devait mesurer la situation.

En y pensant je jette un œil à la salle. Mouais, c’est sûr que vu l’état de la pièce, on peut difficilement ignorer le fait que l’on n’a pas à faire à un exercice. Miho pianote toujours sur la console et Fabius fait défiler les caméras, peut-être que je peux lui apporter mon aide, au cas où il rate un élément. Enfin ça serait aussi prendre le risque de le stresser et plus personne n’aurait un regard sur la porte. Je me tourne plutôt et décide de faire un peu de ménage, ça rendra l’endroit plus.. vivable, surtout pour Fabius. Le cadavre quasiment décapité est ma première priorité, je le balance doucement sur mon épaule pour éviter que la tête ne se détache et tombe au sol dans un bruit peu ragoûtant puis me dirige vers la remise où a eu lieu mon interrogatoire pour l’y déposer à l’abri des regards. Il faudra que je pense à prévenir quelqu’un de vider ce local, ou bien les agents d’entretien vont avoir un mauvais début de journée. Le Butarien pèse sur mon épaule, je me résigne donc à faire trois allers-retours plutôt que me fatiguer à transporter deux cadavres d’un coup. Une fois jeté dans le placard à balai -et que son cou s’est encore un peu plus ouvert, je retourne chercher le second, qui reçoit le même traitement que son collègue.

Une fois la porte de la remise close, je m’arrête pour souffler un coup avant de repartir. Mon oreille est alors attirée par un bruit, léger mais existant j’en suis sûr, provenant de plus loin dans le couloir. Je m’enfonce dans cette partie encore inexplorée jusqu’à arriver à un coude. Là, je fini par en avoir le coeur net, quelqu’un est en train de parler, une voix de femme plus précisément. Je me plaque au mur et m’avance doucement. Elle est avec les esclavagistes, j’écoute un instant et réalise qu’il s’agit d’un rapport :

« .. deux, une Quarienne et un gosse Turien. Y a aussi un Turien adulte qui déambule dans les couloirs, il transporte des cadavres. Oui, j’ai pu reconnaître Dogh, c’était bien son équipe. »

Ce que j’entends me suffit pour que je me décide à réagir. Passant l’angle, je toise la Butarienne de toute ma stature :

« Salut, tu parles de moi ? »

L’effet de surprise n’est que de courte durée, elle esquive sans problème mon crochet gauche et tire un couteau. Son bras s’élance dans le même mouvement vers ma gorge. Par réflexe, je balance ma main droite pour saisir son poignet. Un coup presque réussi si ce n’était pas pour la lueur qui apparaît au niveau de mon flanc. Immédiatement, je recule, éjecté par mes propulseurs torsaux, m’évitant ainsi de me faire empaler par son OmniLame. Si elle le prend comme ça, je comprends bien que je ne pourrai pas juste lui écraser la tête à coup de poing comme un Krogan. Je pose ma main sur mon Frelon pour mettre un terme à ce combat rapidement mais elle est plus rapide et lance son couteau sur mon holster. Mon manque de réactivité se fait punir par une entaille sur le dos de ma main. En face, la Butarienne a tiré un deuxième couteau et me court déjà dessus. À deux mètres de moi, elle se jette au sol et glisse sur ses genouillères. Je comprends qu’elle vise ma mitraillette, c’est bien vu mais je ne la laisserai pas faire. Ma jambe décrit un arc de cercle pour placer ma hanche hors de portée de mon assaillante et sa main se referme dans le vide. Loin de la décontenancer, elle lance sa deuxième lame au passage et frappe mon arme, la faisant tomber du holster magnétique.

L’opportunité qui m’est offert en la voyant désarmée et en mauvaise posture ne peut pas m’échapper. Je plonge en avant, propulsé dans le dos, les bras tendus dans le but de l’attraper aux épaules. L’esclavagiste me surprend une fois encore. Au lieu d’être déséquilibrée par l’impact, elle se laisse basculer en arrière, roulant sur son dos, et pose ses genoux sur mon ventre pour me pousser derrière elle en se servant de mon élan. Je me réceptionne avec une roulade et me relève immédiatement, constatant ainsi que nous en sommes revenu au point de départ, à ceci près que ma mitraillette est dans le dos de mon adversaire tout comme ses deux couteaux, jonchant désormais le sol, et que je perds peu à peu du terrain. Les poings levés devant son visage, la Butarienne est prête pour le deuxième round. L’imitant, je laisse tout de même ma main gauche au niveau de mon bas-ventre, à portée du manche de ma serre. Si l’occasion venait à se présenter, il faut que je sois en mesure de l’égorger dans la seconde et mettre un terme à ce combat.

Nous entamons une danse silencieuse autour d’un cercle imaginaire, nos bras bougeant à peine mais restant toujours en mouvement, une façon de capter l’attention de l’adversaire. Le jeu est très simple, chacun invite l’autre à prendre l’initiative et, comme toujours dans ce genre de situation, nous finissons par la prendre en même temps. L’esclavagiste s’envole dans les airs, éjectée par ses micro-propulseurs dorsaux, tandis que j’ai choisi l’approche plus direct de la modeste course suivie d’un coup d’épaule dans la mâchoire. Pendant un moment hors du temps, nos regards se croisent. Nous observons tous deux les possibilités qui s’offrent à nous afin de retourner la situation à notre avantage. Coincée dans les airs, la Butarienne n’a plus le contrôle de ses mouvements, impossible pour elle de changer sa trajectoire : c’est ma porte. Je me jette au sol dans une véritable glissade, allongé de tout mon long, je m’assure que ses jambes ne peuvent pas m’atteindre. Le métal au sol et le dos de mon armure font le reste pour m’emporter hors du point d’atterrissage de mon adversaire. Je sais à ce moment que j’ai gagné. Ma glissade n’était pas seulement une esquive. Mon poing victorieux se referme sur le manche d’un des couteaux de l’esclavagiste. Immédiatement je me relève et lui cours dessus. J’aurai pu prendre ma mitraillette et lui tirer dessus mais le bruit aurait encore affolé Fabius et probablement déconcentré Miho. Non, il faut que la pilote soit à son maximum pour finir son invasion, alors je vais régler proprement. La Butarienne vient d’atterrir, ses micropropulseurs ne sont certainement pas en état de la faire bouger d’un iota. Profitant de cela, je projette sa lame à son visage. D’un pas agile, elle évite le projectile mais c’est trop tard. Mon karambit épouse la forme de son cou et en dessine le contour pendant que je tourne autour d’elle dans un balai assassin.

Un genoux à terre après ma cabriole, je réceptionne le corps encore chaud sur mon épaule avant qu’il ne touche le sol et me redresse. Je vais ramasser ma mitraillette pour la ranger dans son holster et retourne dans le placard à cadavre pour y déposer la nouvelle victime. Puis je m’attelle à finir ce que j’avais commencé en sortant le dernier morceau de chair froide de la salle de contrôle.
Laquarius Nix #FFFFF80
[link_open=http://www.masseffect-legacy.fr/post6602.html#p6602]Code couleur PNJ "récurrents"[/link_open]
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 254
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession:
Classe:
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 151.00 Points

Re: That time we meet again

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 02 Août 2018, 11:06

Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession:
Classe:
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Re: That time we meet again

Message par Laquarius Nix » 03 Août 2018, 20:55

Devant la ferveur de Miho, je recule d’un pas pour me placer entre la porte et elle. Je n’ai rien contre le fait de vouloir frapper en premier plutôt que d’attendre ici mais nos adversaires, en plus d’être en sur-nombre, ont presque autant d’informations que nous et visiblement plus de matériel aussi. Il me semble donc nécessaire de remettre un peu de contexte sur la chose :

« Hey.. Vous êtes sûre de votre coup ? »

Je désigne du menton le petit qui nous tourne le dos, le regard braqué sur l’écran.

« J’ai trouvé un rat dans les couloirs. Ils savent qu’on est là et lui avec nous. Bien que je sois un fervent partisan des attaques d’opportunités, s’il s’agit juste d’aller déclencher une fusillade, autant juste fuir en direction du vaisseau le temps que Jaipha arrive. »

Miho me pointe l’écran de Fabius. On y voit clairement le groupe d’esclavagiste progresser sous la pluie nourrie du système à incendie.

« L’eau ne sert pas qu’à les ralentir. Trempés comme ils sont, un souffle cryo a un très fort potentiel destructeur pour leur équipement. »

Le temps de la réflexion ne m’est pas permis et vu l’assurance de la pilote, je lui fais pleinement confiance. D’un hochement de tête, j’échafaude tout de même rapidement un ajout à son plan.

« Ok, ça me va, mais Fabius reste ici. Je passe faire quelque chose et je vous rattrape. »

Sans perdre plus de temps, je m’élance dans le couloir et ouvre à la volée la porte de la remise. Si nous entrons dans une guerre d’usure de leur équipement, alors portons cela à l’étape supérieure et entamons aussi leur mental. Je tire mon couteau et le fais tourner autour de mon index puis me penche pour saisir la tête du Butarien presque décapité. D’un coup sec je fini le travail et repars immédiatement avec le crâne au bout de mon bras droit. Après quelques mètres de course, je rattrape Miho et m’annonce de loin :

« Je suis là, ne vous retournez pas s’il vous plaît, je vous couvre pour le coup. »

Nous avançons encore jusqu’à arriver à un virage, c’est la délimitation de l’alarme incendie. Une flaque naissante commence à envahir la partie encore sèche de l’étage. Miho se plaque au mur et sélectionne son programme de souffle cryo. Au loin, des bruits de passe font entendre, enfin nous percevons plus exactement les bruits de l’eau que les pieds du groupe soulèvent. Je reste derrière la Quarienne, ma main gauche sur son épaule. De l’autre côté de mon corps, un léger plic-ploc se fait entendre. Soudain la pilote décide qu’il s’agit du bon moment. Passant l’angle, elle tend son bras et un véritable blizzard s’en échappe. Je perçois clairement un bruit de surprise puis le bruit des balles crachées par le fusil de Miho. Après plusieurs seconde de tir continu, elle cesse et se retourne pour repartir. J’en profite pour passer dans son dos et envoie un coup de pied dans la tête du Butarien pour l’envoyer avec force sur ces collègues. Une fois cela fait, je retourne sur mes pas, à la suite de Miho et m’arrête après cinq ou six enjambées. Après tout, la Quarienne n’est pas la seule a avoir des programmes de combat dans son OmniTech. Je regarde un instant la flaque d’eau et canalise une Surcharge avec un sourire amusé. Si l’idée de Miho n’avait pas suffit à rétamer l’équipement du groupe, ça finira le travail. Je tends mon bras et les serpentins électriques se jettent avec allégresse sur le liquide conducteur puis nagent avec précipitation dedans, se démultipliant au passage. Sans attendre de connaître le résultat, je reprends ma course afin de rattraper de nouveau la pilote.
Laquarius Nix #FFFFF80
[link_open=http://www.masseffect-legacy.fr/post6602.html#p6602]Code couleur PNJ "récurrents"[/link_open]
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 254
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession:
Classe:
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 151.00 Points

Re: That time we meet again

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 03 Août 2018, 21:45

Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession:
Classe:
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Re: That time we met again

Message par Laquarius Nix » 06 Août 2018, 04:38

L’opération a été un petit succès : un tiers du groupe étant désormais hors du combat. Évidemment, cela paraît quand on réalise que nous avons encore sept adversaires à nos trousses, mais c’est une douce victoire bonne à prendre néanmoins. Je reste dans l’embrasure de la porte une fois la salle de contrôle regagnée, jetant par moment un regard par dessus mon épaule. Miho s’est replongée sur la console et, après avoir constaté les pertes ennemis, semble étudier l’étendue des dégâts sur le plan matériel. Soudain ma surveillance se fait déranger par une notification sur mon OmniTech. J’ouvre le canal avec Jaipha dans l’instant :

« Laquarius ? On est arrimés, vous êtes où ? »

Ma réponse se précède d’un énième regard dans la couloir :

« Nous sommes dans la salle de contrôle. L’installation est sous notre coupe mais nous avons un groupe d’hostile d’au moins sept personnes qui se dirige vers nous. »

« Je vois. Vous pouvez nous rejoindre ? Je m’occupe d’exfiltrer les civils vers le vaisseau esclavagiste abandonné, Reno est resté là-bas avec le dernier pirate en notre possession, et Luyon et Gyzarus pourrons t’épauler pour régler le problème de vos poursuivants. »

Je me coupe dans mon élan en voyant le masque de Miho se relever :

« Sans traîner, on y sera dans moins de cinq minutes. Mais on a encore au moins sept personnes sur les talons, en espérant que le vaisseau arrimé n’en envoie pas entre-temps. »

« Tu as entendu ? »

« Parfaitement, on va s’avancer du coup, comme ça on se rencontre dans trois minutes au grand maximum. »

« Non attends, ce n’est pas tout. Ils ont déjà une dizaine de prisonniers, stockés dans le vaisseau actuellement accroché à la station. »

Pendant l’instant de silence qui suit, je recule dans le couloir pendant que Miho va parler à Fabius. Quand la pilote l’envoie vers la porte, je pose une main dans son dos pour le pousser devant moi, m’assurant de laisser mon corps entre lui et les esclavagistes.

« Alors ça c’est une première, toi qui réussi à obtenir des informations alors que tu cherches à protéger quelqu’un. »

« Jaipha, on n’a pas le temps pour tes réflexions. Tu as compris ce que je t’ai dit ? »

La voix de l’Asari retombe pour s’adapter enfin à la situation :

« Bien sûr que j’ai compris. Ça nous fout dans la merde et on n’a pas de solution miracle. Je vais prendre le gosse avec moi et chercher Reno, il sera sur place dans une quinzaine de minutes, en envisageant le pire cas. De là il pourra vous rejoindre. Mais si tu veux mon avis, tu ferais mieux de prendre Luyon, Gyzarus et ton amie et de partir directement pour le vaisseau. Ils ne s’attendront pas à voir débarquer quatre personnes de nulle part. À la suite de ça, Reno arrivera dans le dos de ceux qui vous poursuivent. Vous aurez peut être à vous battre sur deux fronts pendant un instant mais le coco aura vite fait de vous rejoindre. »

« Non, je.. Miho.. »

Jaipha me coupe pendant que je cherche mes mots :

« Laquarius Nix ! Nous sommes en manque de force de frappe. Tu vas cesser de cracher dans la soupe et reconnaître que c’est la meilleure option. »

Miho sort enfin après avoir criblé de balles les consoles du centre. Je la regarde de bas en haut comme si je ne connaissais pas la carrure de la Quarienne et dois bien me rendre à l’évidence : je connais son efficacité, une personne comme elle ne peut pas décemment être laissée sur la touche dans cette situation. Un juron s’échappe de mes lèvres et je m’élance avec un petit coup d’oeil pour m’assurer qua Fabius suit la marche sans trop de peine. Après avoir transporté les cadavres et l’aller-retour en direction des esclavagistes, je préfère économiser un peu mes forces, mais si je vois que le petit peine trop, j’agirai en conséquence.

« On arrive. »

Je clos ensuite la communication. Débattre sur la participation ou non de Miho à l’opération de sauvetage est inutile, je ne peux que me rendre à l’évidence et réaliser que de toute façon il faudrait probablement assommer la pilote pour la tenir écartée de la suite des événements. D’autant que Jaipha a raison quand elle dit que nous avons besoin des compétences de la Quarienne en matière de combat. Je bouillonne intérieurement du fait d’avoir besoin de demander à Miho de se mettre en danger, bien que je sois sûr qu’il ne s’agisse que d’une évidence pour elle.

Suivant ses instructions, je progresse dans les couloirs et escaliers jusqu’à rejoindre l’endroit où le Gaodiaz est stationné. Devant le sas, un Drell, une Asari et un Turien avec un cigare au bec. La première chose que je fais en arrivant est d’enlever ce dernier détail de la bouche de Gyzarus.

« Pas quand il y a un enfant. »

J’écrase l’objet par terre pour l’éteindre et me tourne vers Miho. Elle connaît déjà le chef de la sécurité de Razum’Dar, mais pour faire bonne mesure, je procède aux présentations.

« Miho, voici Gyzarus, Jaipha et Luyon. »

La pilote s’avance vers sa consœur et s’arrête au niveau de Fabius. Elle tend un main par dessus la tête du petit pour serrer celle de Miho avec un sourire, en ajoutant une petite salutation, et se penche ensuite vers le Turien :

« Alors c’est toi qui n’a pas pu être évacué ? Ne t’en fais pas, je vais te sortir de là. D’ailleurs tu vas devoir mettre la main à la pâte, sans les adultes je n’ai pas de copilote. Tu penses que tu peux m’aider ? »

Une bonne entrée en matière qui arrache un timide hochement de tête à Fabius.

« Super ! Moi c’est Jaipha et toi ? »

« .. Fabius. »

L’Asari se relève avec un grand sourire et je l’attrape par le bras pour la ramener vers. Approchant mon visage de sa joue, je lui souffle :

« Pourquoi tu as repris le Gaodiaz ? »

« La poubelle des esclavagiste n’est en aucun cas maniable. Je n’ai pas l’habitude de manœuvrer des trucs de cette taille. Donc c’était plus rapide d’aller chercher mon patrouilleur. D’autant que si nos ennemis réalisent quoi que ce soit, je peux assurer m’en sortir avec mon bébé. »

Sa réponse est sans appel et relève d’une certaine logique que je ne saurai contredire, n’ayant moi-même jamais piloté de vaisseau. Sur ces mots, je lâche Jaipha qui se retourne et prend la main de Fabius, avant de se diriger vers le sas :

« Allez, on y va. Tu vas voir, les sièges sont super confortables, surtout dans le cockpit. Oh et ne fais pas attention aux gourmandises qui traînent. »

La pilote continue ainsi son monologue sans s’occuper de nous. Luyon, quant à lui, m’envoie un regard un tantinet moqueur.

« Enfin s’il reste encore des gourmandises, c’est moins sûr. »

Il s’avance ensuite vers Miho et lui saisi la main chaleureusement.

« Enchanté de faire votre connaissance, Madame. »

Quand il passe à côté de moi, mon regard est attiré par une petite trace sur son armure. Je tourne mon attention vers Gyzarus et constate des tâches similaires. Elles sont discrètes mais présentes. Ces deux-là ont dû passer en vitesse un coup d’eau sur leurs protection pour enlever les résidus de leur interrogatoire. Sans appuyer dessus, je me reporte mes yeux dans la visière de Miho.

« Désolé de devoir vous demander cela mais nous allons avoir besoin de vous. Le plan est de partir directement au vaisseau. Le deuxième Drell nous rejoindra, nous prendrons à l’occasion nos poursuivants en tenaille, mais le plus important pour l’instant est de monter à bord au cas où ils décolleraient. »

Bien entendu si la pilote a un meilleur plan, je suis preneur, mais pour le moment, l’option de Jaipha me paraît être la plus judicieuse.
Laquarius Nix #FFFFF80
[link_open=http://www.masseffect-legacy.fr/post6602.html#p6602]Code couleur PNJ "récurrents"[/link_open]
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 254
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession:
Classe:
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 151.00 Points

Re: That time we meet again

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 06 Août 2018, 18:51

Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession:
Classe:
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Re: That time we meet again

Message par Laquarius Nix » 07 Août 2018, 23:46

En voyant la relative résistance en présence, le plan d’attaque tombe comme une évidence dans mon esprit et, à en juger par les regards des mâles à mes côtés, nous partageons la même idée. Luyon pose doucement sa main sur le canon de Miho et applique une légère pression dessus en accordant un sourire barré d’un doigt à la pilote. Avec toujours autant de précaution, le Drell souffle en articulant profondément :

« Couvrez-nous, mieux vaut que vous ayez une vue d’ensemble au cas où il en sortirait d’autres. »

Le hochement de la tête de l’unique femme est répondu en écho par Gyzarus qui reporte immédiatement son regard sur son avant-bras. Il nous faut attendre un peu avant de pouvoir nous dérober à leurs yeux. Une fois nos programmes refroidis, Luyon, Gyzarus et moi disparaissons. Chacun sait ce qu’il a à faire, en avançant, je tire mon karambit. Les ennemis discutent en cercle, une formation qui paraît infaillible puisqu’ils ont des yeux partout, sauf là où ils ne peuvent pas voir. Surgissant de nulle part, ma griffe lacère la gorge du garde à gauche pendant que mon bras libre s’enfile sous son aisselle pour retenir le corps. Devant moi, un couteau de combat s’élance, porté par la main ferme du Drell, et s’enfonce dans le crâne du garde regardant dans la direction de notre arrivée. La lame frappe sous le menton et se plante dans le palais, vu la force il est probable qu’elle ait même percuté le cerveau. Les deux survivants n’assistent que très partiellement à la scène, les poignes fermes de Gyzarus s’étant refermées sur leurs visages, maintenant tout son dans leurs gorges. Luyon retire son arme du garde mort, que je réceptionne avant qu’il ne tombe, et sectionne les deux gosiers ouverts d’un large arc du bras. M’imitant, le Turien maintient les corps et les accompagne au sol où ils se videront de leurs sangs pendant encore quelques temps.

Une fois relevé, je fais signe à Miho de s’approcher, l’espace permettant d’accéder au sas de l’appareil étant dégagé. Nous n’avons pas le temps de pousser les cadavres pour rendre la scène moins évidente, aussi, mes collègues et moi même nous contentons d’enjamber les corps pour nous avancer vers l’ouverture. À l’intérieur, pas de bruit suspicieux. Gyzarus prend les devant, Avenger en mains. Plus la peine de faire dans la dentelle, il fallait être incisif. Les esclavagistes sont en général relativement désordonnés du fait de leur manque de cohésion de groupe, ils ne sont au final qu’un amas d’individus cherchant à faire son petit profit dans son coin. Néanmoins, s’il y a bien une chose que toutes ces raclures ont en commun c’est ce goût pour la « cachette derrière otage ». Cela nous laisse donc avec deux priorités : prendre le contrôle du vaisseau et sécuriser les soutes où sont retenus les prisonniers. Je m’arrête dès que nous avons les pieds dans le vaisseau. Pointant d’abord Gyzarus et Luyon, puis Miho et moi, j’annonce la suite du plan :

« Vous deux, aux captifs. Nous, au cockpit. »

Les deux autres avaient déjà visité un cargo de ce type il y a peu. C’est donc tout naturellement qu’ils tournent les talons et s’engouffrent avec assurance dans les couloirs. Reportant mon attention sur la Quarienne, je compte un peu sur son expérience pour nous guider vers le poste de pilotage et pars à côté d’elle dans la direction opposée à celle de l’autre duo. Il semble assez logique de chercher à rejoindre l’extrémité du bâtiment, endroit conventionnel où est placé la cabine. Nous progressons à petits pas, écoutant avec attention à chaque virage, c’est évident que notre entrée ne restera pas inaperçue indéfiniment. Nous finissons par arriver devant un plan incliné, il est possible de le contourner pour continuer derrière, mais Miho entame la monté avec une certitude toute mesurée. Je me fie à son instinct ou son pouvoir de déduction, peu importe, et lui emboîte le pas.

La montée donne sur un palier. En face, une double porte avec deux petites vitres et à droite un battant unique. À pas de loup, je m’approche et jette un rapide coup d’oeil. Il s’agit d’une sorte d’atrium. À l’intérieur, cinq esclavagistes discutent, visiblement agités. Même en collant mon oreille à la porte il m’est impossible de saisir ce qu’il se dit. Soudain, ils se mettent en mouvement. Sans réfléchir, j’ouvre la porte à droite et pousse Miho à l’intérieur, m’enfilant à sa suite et refermant derrière nous. Se lancer à l’aveugle là dedans était certes risqué mais foutu pour foutu. Il se trouve que la pièce ne relève d’aucun danger apparent, il s’agit simplement d’une cabine de toilettes. L’étroitesse de la pièce me fait malencontreusement marcher sur le pied de la pilote.

« Désolé. »

Ma voix se fond dans un souffle pendant que du bruit se fait entendre derrière. On a vu plus glamour comme cachette mais ce n’est pas le moment de faire la fine bouche. Coincés l’un contre l’autre, nous attendons que le calme revienne pour de bon derrière nous avant que je ne passe une main dans mon dos pour ouvrir la porte. Immédiatement, je m’extirpe de là et m’écarte de Miho, récupérant un espace vital bien nécessaire. D’un coup d’oeil, je constate que la pièce est de nouveau vide, pour mon plus grand plaisir. Un appui sur un tableau à gauche de l’entrée et nous voilà dans l’atrium. Il est alimenté par un total de quatre portes semblables à celle derrière nous. Mon sens de l’orientation m’intime de prendre la deuxième en partant de la droite. Aussi, je me dirige dans cette direction en jetant des regards un peu partout.
Laquarius Nix #FFFFF80
[link_open=http://www.masseffect-legacy.fr/post6602.html#p6602]Code couleur PNJ "récurrents"[/link_open]
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 254
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession:
Classe:
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 151.00 Points

Re: That time we meet again

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 08 Août 2018, 11:00

Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession:
Classe:
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Re: That time we met again

Message par Laquarius Nix » 08 Août 2018, 23:35

Je recule docilement quand Miho attrape mon épaule, après tout c’est elle l’expert. La pilote a d’ailleurs vu juste. Je la laisse s’approcher du hublot et reste un peu en retrait, gardant mon attention portée sur notre dos mais mes yeux sur la combattante rouge et or. Je l’imite quand elle se penche et vient me coller à la porte prestement. La Quarienne me pointe l’atrium et dégaine un attirail digne d’une voleuse. Sans rechigner, je sors ma mitraillette et tourne mon visage vers le couloir, guettant le moindre mouvement en approche. À intervalle régulier, je jette un coup d’oeil à l’avancée de Miho. Enfin, le voyant vire du rouge au vert. La pilote matérialise alors un drone et nous échangeons un bref hochement de tête.

La main de mon équipière enfonce le bouton d’ouverture et je me lève d’un bond. Le Butarien à l’entrée n’a pas le temps de réagir, un éclair orangé foudroie son thorax laissant une ligne sanglante sur son torse. Immédiatement, je saisi mon karambit alors que le corps s’affale sur moi, accroche la gorge du garde pour le maintenir debout devant moi et nous dégage de la ligne de mire de la Quarienne. Pendant ce temps, le drone de Miho a foncé vers le plafond et crible de balles l’Humaine affalée dans son siège. Des morceaux de chairs s’envolent, mêlés à de la mousse. L’histoire ne dira pas si elle avait effectivement une arme ou pas, mais ce qui est sûre c’est que cet assaut sur la station était son dernier. À peine ai-je fait un pas de côté que le fusil de Miho résonne dans mon dos. La Butarienne à la radio est celle qui a eu le plus de temps pour réagir puisque je bloquais la vision de la tireuse mais le fait de se retourner avec un air surpris ne lui apporte pas grand-chose. Touchée plusieurs fois au bassin, elle s’écroule en se prenant deux balles de plus dans le visage.

L’attaque est un franc succès. Jusqu’au moment où un beuglement suivi d’un éclair pointé dans ma direction se fait entendre. Un Krogan sort du renfoncement droit, là où les yeux de Miho n’ont pu le voir. Sa Surcharge frappe mon bouclier butarien, se propageant irrémédiablement à moi, et est assez puissante pour monter toucher le drone. Le choc me fait lâcher mon couteau, origine de la conduction, et me sonne sur le coup, me faisant me mordre la langue. Le drone, quant à lui, se fait tirer dessus à la chevrotine. Le programme ne peut pas répondre de lui même, mais ce n’est pas le cas de son propriétaire. Une main ferme attrape saisi mon bras et me tire en arrière alors que le système d’auto-destruction de l’appareil est enclenché. L’explosion n’est pas exceptionnel mais exempt tout de même mon précédent bouclier de sa tête.

Au sol et en retrait du combat, je secoue la tête pour essayer de reprendre mes esprits. Les muscles de mes jambes sont encore tétanisés mais je récupère peu à peu la sensation dans mes doigts. Je pousse sur mes coudes pour redresser mon buste et voir comment la situation évolue. J’ai comme une très forte impression de déjà vu en voyant Miho balancer un souffle cryo au visage de l’esclavagiste. D’abord déstabilisé par la fin du drone, le Krogan mugit de plus belle, tirant au hasard d’une main pendant que l’autre essaye de protéger ses yeux. Luttant avec mes nerfs engourdis, je passe une main dans mon dos pour dégainer ma Veuve Noire et bataille à nouveau pour me tourner sur le ventre. Un peu moins péniblement, je sors le bipied de l’arme et arrive enfin à me mettre en joue. Pendant ce temps, Miho décoche un salve à l’intention du dernier survivant, réduisant ses boucliers à néant et le touchant même à l’épaule. Le salop n’en démord pas et fait sauter la cartouche vide de son fusil à pompe pour en enclencher une nouvelle.

Le coup autoritaire de mon fusil résonne dans tout le couloir. Mon projectile fauche le genoux du Krogan avant de finir sa course dans la radio derrière. L’impact le fait basculer, sa cartouche neuve lui échappant des mains. Miho ne perd pas une seconde sur l’occasion et saute par dessus le Butarien à l’entrée pour achever l’esclavagiste au sol d’une rafale dans la tête. Un soupir de soulagement m’échappe et je laisse mes muscles se relâcher un instant. Encore incertain de la réponse que mes jambes me fourniront, je pousse sur mes bras pour me faire basculer à genoux face à Miho avec un sourire.

« Juste un instant, je vous prie. »

Je profite de mon temps de récupération pour ranger mon fusil dans mon dos et tente enfin de me lever. D’abord titubant, je me stabilise petit à petit en me dirigeant vers le poste de pilotage. Mon regard balaye la salle à la recherche de mon couteau. Il s’agit de ne pas trop traîner, tout le vaisseau va nous débouler dessus à coup sûr, mais bon son effectif doit être bien réduit depuis le temps. Au minimum il reste les cinq de tout à l’heure et les sept poursuivants d’avant, mais j’imagine sans peine que Luyon et Gyzarus ont aussi eu à faire à de la résistance.
Laquarius Nix #FFFFF80
[link_open=http://www.masseffect-legacy.fr/post6602.html#p6602]Code couleur PNJ "récurrents"[/link_open]
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 254
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession:
Classe:
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 151.00 Points

Re: That time we meet again

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 11 Août 2018, 20:37

Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession:
Classe:
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Re: That time we met again

Message par Laquarius Nix » 14 Août 2018, 12:40

De nouveau dans le cockpit, je m’appuie au mur en observant l’étendu des dégâts. Finalement, je retrouve mon couteau planté dans un fauteuil défoncé. Le fait de le voir en un seul morceau m’enchante, pour ce qui est de l’état actuel de l’arme, c’est autre chose. Machinalement, je passe la lame sur mon bras pour en enlever le sang mais je ne fais que le mélanger avec celui qui me recouvre, qui au passage vient aussi du Butarien. Au fond, je suis content que Fabius n’ait pas eu à assister à cela. Pour le coup ce n’est pas juste un cadavre à la tête bancale, là on en est au corps éventré et décapité avec une plaie béante à la base de ce qu’il reste de son cou, sans parler des traces de brûlures dues à la surcharge. À la réflexion, je ne sais pas ce qui est pire, dans ce cas on a à faire à quelque chose de tellement mutilé qu’on pourrait remettre en doute le fait que ça ait jamais été vivant, pour le corps qui tient encore de peu à sa tête, le doute n’y est pas. Miho me sort de mes considérations en me demandant si j’ai des nouvelles de mes collègues. La question me laisse d’abord d’abord sans réponse puis je hausse simplement les épaules :

« Non, je doute que Jaipha ait eu le temps de faire l’aller-retour, au mieux elle a récupéré Reno, mais c’est tout. Pour ce qui de Gyzarus et Luyon, ils sont soit en train de se la jouer discret, soit en pleine fusillade, dans tous les cas, pas en mesure de me tenir au courant. Je peux tenter de les appeler si vous y tenez mais je doute qu’ils me répondent. »

La pilote me fait comprendre que ce n’est pas la peine et reprend son enfonçage de commandes. Il n’empêche que sa question me taraude sur l’instant, c’est vrai que j’aimerai bien avoir un point sur la situation. Par hasard, mon regard tombe sur la radio, après tout.. Je pousse le cadavre de la Butarienne et me penche sur le panneau. Rien de bien sorcier, de quoi changer la fréquence, de quoi prendre la parole, de quoi écouter et de quoi changer le volume sortant. Pour l’heure, il ne s’échappe qu’un bruit blanc de l’appareil, j’augmente le son et joue doucement sur les canaux. Rien. Je me décide à y aller plus brutalement et réalise un balayage en fréquence. Toujours rien, si ce n’et ce bruit blanc. Pas l’ombre d’une voix déformée. Je me recule et constate le trou laissé par ma balle. Un soupir m’échappe et j’envoie mon pied frappé dedans doucement. Pas étonnant que je ne puisse rien en tirer.

« Je propose de saboter les commandes, de manière à empêcher le vaisseau de décoller. Par contre on sera obligé de faire face à tous nos adversaires en simultané, ceux à bord et ceux qui doivent arriver au sas. »

En gardant le regard sur la radio hors service et mes mains sur mes hanches, je balance de la tête en écoutant la pilote. J’approuve le fait de nous couper de nos poursuivants, mais je crains qu’ils ne tentent le tout pour le tout et se mettent à forcer le sas.

« Tant qu’à faire, autant carrément décoller. On sera sûrs de s’être débarrassé du clan des sept. D’autant que si jamais on doit foutre le camp en vitesse, je pense à si jamais le dernier vaisseau revient un jour, ça sera plus simple si on est déjà en l’air. »

Après une petite réflexion, Miho hoche la tête et se décide à faire bouger ce prétendu vaisseau, bien que loin d’être un expert ou même un habitué des cabines de pilotage j’arrive à me rendre compte que l’on a pas là du grand art -ajoutez à ça les murmures réprobateurs de la pilote quand elle se penche sur le panneau pour aller chercher une commande et vous comprenez que vous n’avez pas entièrement tord. La suite de la manœuvre me désintéresse un peu, je sais que si Miho a besoin d’aide elle m’en fera part, normalement, donc je bouge de devant la radio cassée et entreprends de libérer l’espace du couloir en poussant les cadavres le long des murs. Celui du Krogan, plus imposant, me donne du fil à retordre, je prends donc le parti de le remettre dans son renfoncement, jetant par la même occasion un coup d’oeil à ce qu’il pouvait bien faire là. Un petit écran avec une carte scintillante où sont affichés les différents arrêts prévus du convoi. Comme on s’en doutait, la station laborantine n’est pas la première cible, ni la deuxième d’ailleurs, c’est la deuxième, ce qui explique le petit nombre de prisonnier. Cette simple carte me sort de mes gonds un instant et je fracasse le cadre d’affichage d’un coup de poing en soufflant un juron. Comment n’ai-je pu savoir que pour Sarait ? Un itinéraire aussi long, je compte pas moins de dix arrêts dont un chez un revendeur à mi-parcours, avec trois vaisseaux ne peut pas passer inaperçu. Il y a forcément un problème, soit mes informateurs m’ont lâché, soit ils ont fermé les yeux sur ce raid pour une quelconque raison.

Je respire un grand coup pour me calmer pendant que je sens le sol bouger sous mes pieds. Ce n’est pas le moment de me prendre faire des nœuds au cerveau avec ça. Dans mon dos, je perçois Miho retenir sa respiration, mon regard se porte donc sur la pilote pour la voir serrer un poing presque victorieusement alors qu’elle fixe le néant au travers de la verrière. Histoire de comprendre ce qui la fait réagir ainsi, je m’approche d’elle avec un air intrigué. Au fond de moi j’espère qu’elle n’est pas simplement heureuse parce qu’elle a réussi à décoller.
Laquarius Nix #FFFFF80
[link_open=http://www.masseffect-legacy.fr/post6602.html#p6602]Code couleur PNJ "récurrents"[/link_open]
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 254
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession:
Classe:
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 151.00 Points

PrécédentSuivant

Retour vers Abysses Gritchtèques



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron