Renegade

*

Modérateurs : Administration, MJ

Renegade

Message par Laan'Garna Nar Tesleya » 17 Juin 2018, 13:12

• Date du RP : 17 juin 2194 EC
• Lieu du RP : Talis Fia - Système Urla
• Type de RP : Fermé
• Personnage(s) participant(s) : Laan'Garna Nar Tesleya - Laquarius Nix
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Légende :
Laan'Garna Nar Tesleya : #40BF40
Jaraan : #BF0000
Infirmière : #40BFFF
-------


Rannoch, deux mois plus tôt

*bip*
*bip*
*bip*

*Bang*

*bip*
*bip*
*bip*

*Flash*

*bip*
*bip*
*bip*

Sensation de chute sans fin. Puis plus rien.

HHHHhhhhhhhhhhhhhuuu

J’ouvre les yeux. La lumière m’agresse brutalement, je les referme. Mes oreilles captent un bruit étouffé, un bourdonnement.

*bip*
*bip*
*bip*

Je connais ce bip. Je l’ai déjà entendu, mais je ne sais plus où. Je refais une tentative pour ouvrir mes paupières. Progressivement, je laisse mes pupilles s’habituer à la lumière. Ce que je vois est un plafond. Blanc. Une lampe y est suspendue. J’essaie de bouger un bras. Je me sens terriblement lourd. Et faible. Je resombre dans ce qui me semble être un long sommeil.

Je perçois une voix. Je la distingue très mal. Je me force à rouvrir les paupières. L’intensité lumineuse est plus faible, j’arrive à les maintenir entr’ouvertes. Je perçois des formes qui bougent. Quelqu’un peut-être.

« Laan ? »

On appelle mon nom. Je veux répondre, mais seul un souffle sort de mes lèvres. Peu importe. Je suis réveillé.

Rannoch, Présent

Ma rééducation avance lentement. Je suis bloqué dans un fauteuil pour l’instant, tant que mes jambes ne seront pas assez fortes pour me porter. Les médecins disent que je retrouverai l’ensemble de mes fonctions vitales, mais qu’il me faudra du temps avant d’être de nouveau opérationnel. Ils m’ont annoncé 5 ans d’arrêt de service pour manque de conditions opérationnelles. Le temps, disent-ils, que je retrouve ma forme physique, mes reflexes, que j’intègre ce qui s’est passé pendant mon coma. Que je retrouve mes facultés psychologiques, aussi. Ils disent que le coma peut provoquer des troubles. Et quand ils me disent ça, ils regardent les résultats de leur test en murmurant. Mon quotidien est fait de tests et de rééducation.

J’ai aperçu, par une fenêtre, la Nayna. Mon vaisseau, comme moi, est une épave. Une carcasse vide. C’est comme ça que je me ressens. Ils m’ont annoncé le décès de Waifu. Ils l’avaient renvoyée en mission, elle a chopé une saloperie, en ingurgitant un produit illicite. Des contrebandiers qui l’auraient capturés et forcés à boire un prétendu sérum de vérité. Plus le temps passe, plus la racaille me dégoute. Je me sens inutile, ici, au DCU. Je travaille pour une puissance qui ne s’intéresse qu’aux autres puissances. Je me rends compte que ce n’est pas ce à quoi j’aspire. Depuis le début, c’est des petits hors la loi dont je veux me venger. C’est eux qui ont perverti mon frère, tué ma famille, et maintenant, Waifu. Savoir que je resterai sur la touche pendant 5 ans n’arrange pas les choses.

Je sais quoi faire à présent. Je dois partir. Je n’ai plus rien à faire ici. La DCU me pourchassera peut être. Ou alors ils considèreront que je ne suis pas assez fort pour tenir longtemps sans soin. Je sais où aller. Ou plutôt, vers qui aller. Nix. Ce nom résonne comme un lointain souvenir. Nous somme différents, nous n’avons pas les mêmes principes. Mais peu importe. Son boulot est ce qu’il me faut. Peut-être se souviendra-t-il de moi. Peut-être pourra-t-il m’aider. Ou peut-être pas. Dans ce cas, je mourrais probablement, incapable de survivre seul dans mon état, loin de tout et de tous. Peu m’importe. Ici ma vie n’a pas de sens. Même Oracle, mon geth référent, a été affecté à un autre agent. Plus rien ne me retient ici.

La seule chose dont j’ai besoin pour partir, c’est Jaraan. Sans lui je ne peux rien faire, je ne suis pas en état de piloter la Nayna, ni de chercher la localisation de Nix. Je dirige mon fauteuil vers la table de ma chambre. Ma combinaison est posée dessus. Et mon masque avec. C’est tout ce qu’il me reste. Mes armes ont été réquisitionnées, bien sûr. Difficilement, j’attrape mon masque. Je l’enfile. Je tente, d’une voix encore faible, d’établir le contact avec Jaraan. De longue secondes passent. Aucune réponse. Je réessaie. L’attente se fait interminable. Je commence à perdre espoir, quand un son caractéristique m’indique le démarrage de Jaraan.

« Booting. Bienvenue, Laan.
- Jaraan, réveille la Nayna, transfert mes données médicales dans ta mémoire et prépare toi à décoller. Discrètement.
- Entendu. »

C’est décidé. Avec difficulté, j’enfile ma combinaison. J’ai l’impression d’être un gamin de deux ans incapable de s’habiller seul. Au bout de longues minutes de combat, je peux enfin remettre mon masque. Je suis prêt.

Je dirige mon fauteuil vers la porte. A ma demande, Jaraan m’affiche un plan d’accès à la Nayna. Le parc à vaisseau est assez proche de l’unité de soins longue durée. Il me faut 5 minutes pour rejoindre mon vaisseau, ensuite je serai libre. J’arrive dans le hall. Le comptoir d’accueil semble inoccupé, ce qui n’est pas surprenant vu l’heure. Je passe les portes du bâtiment quand un voyant rouge s’allume sur l’accoudoir gauche. Merde. Le signal qui indique aux infirmières de garde que je sors du bâtiment. Tant pis, je tente le tout pour le tout et je coupe par les jardins. J’entends la porte s’ouvrir derrière moi. Ils ne vont pas tarder à me trouver.

« Jaraan, démarre les moteurs »

J’aperçois la Nayna s’éclairer d’un coup. Le vaisseau n’attend que moi pour décoller. Au moment où j’entre dans le parc, une infirmière me repère et commence à courir dans ma direction. J’ai le temps d’atteindre le vaisseau. Je me rapproche alors que je suis à une vingtaine de mètres, Jaraan ouvre la passerelle d’accès. A dix mètre du vaisseau, mon fauteuil s’arrête net. L’infirmière a compris que je voulais embarquer, et a fait désactiver l’engin. Tant pis, je n’ai pas le choix. Alors que je marche difficilement, deux projecteurs se braquent sur mon vaisseau et moi. Je distingue, masqué par le bruit du moteur, des cris. Je tombe. Je ne peux plus marcher. Je rampe. La passerelle est là, juste devant moi. Je me hisse dessus. D’une voix faible, je demande à Jaraan de décoller. La passerelle se referme, je roule dans la pièce principale du vaisseau. J’entends des balles résonner sur la carlingue. Je me sens partir.

« Nix…trouve…Nix… »

Je sombre.
Dernière édition par Laan'Garna Nar Tesleya le 21 Juin 2018, 08:14, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Laan'Garna Nar Tesleya
Rang 3

Rang 3
 
Message(s) : 72
Inscription : 14 Avril 2017, 08:33
Localisation : Redon

Âge: 26
Profession: Pilote / Agent du DCU Quarien
Classe: Quarien - Technologie
Points d'Héroïsme: 0

Points MEL: 294.00 Points

Re: Renegade

Message par Laquarius Nix » 19 Juin 2018, 16:12

La veille, Razum’Dar.
« Les informations sont sûres ? »

« Oui, M. Nix. Elles ont pu être vérifiées auprès de multiples informateurs. »

« Il n’empêche que ça serait se mêler de ce qui ne nous regarde pas. »
« C’est pas ce qu’on fait déjà ? »
« Oh ça va, tu m’as bien compris ! »
« Moi non, on intervient toujours là où nous n’avons pas notre place, c’est le but.. »
« Mais pas quand il s’agit d’enjeu économique. »
« Ah parce que l’économie n’est pas dans notre domaine ? »
« Tu dis ça parce que ça implique d’agir en faveur des Hanaris et ça te fout la haine. »
« Et alors ? »
« Pour le coup, c’est à débattre, selon moi. »
« Luyon.. »
« De toute façon il s’agit de faire face à un assassin c’est ça ? »
« Ne commence pas Reno, on n’est pas d’accord sur ce point, c’est tout. »
« Ta rancoeur n’apporte rien. »
« Oui, pour l’empêcher d’attiser un nouveau conflit. »
« Ta vision est biaisée par ton entraînement. »
« On n’est pas censés empêcher les conflits justement ? »
« Si mais pas en se jetant à l’aveugle sur une planète impraticable. »
« Mais on doit agir ! »
« Toi peut-être, rien ne m’y oblige pour ma part. »
« C’est qu’il est chiant à force ! »
« Ton langage, Alice. »
« Ouais, surveille ton langage gamine. »
« Luyon ! »
« C’est à moi que tu parles ? »
« Où sont les Park ? C’est de leur ressort là, non ? »
« À qui d’autre ? »
« Tu es désagréable, Luyon. »
« Baisse d’un ton quand tu t’adresses à moi. »
« En mission, on fera sans. »
« Je vais certainement pas faire preuve de respect devant une petite imbécile de ton genre. »
« Oh putain ! »

« Assez ! »

Le temps sembla s’arrêter quand la voix de Julia Gabiniani résonna dans la pièce. Les occupants de la salle de réunion se figèrent d’un bloc dès l’instant où la jeune femme haussa le ton. Alice enleva son pied de la table sur laquelle elle s’apprêtait à sauter et Luyon se dégagea de la main que Reno avait posé sur son épaule. Dans un coin de la pièce, Gyzarus lâcha le bras de Laquarius, lequel s’était crispé à la remarque du Drell. Au milieu du capharnaüm, sans vraiment avoir pu saisir les tenants et les aboutissants, Jaipha, Kin, Lyn et Jesper s’échangeaient des regards appelant à des réponses.
La raison de cette réunion : un dossier avertissant d’une présumée tentative d’assassinat. Jusque là rien de très anormal pour Le Comité, encore que d’habitude ils traquaient les assassins avérés et ne se lançaient pas dans le démantèlement à la façon des services secrets. Là où les avis divergeaient vraiment c’était sur la raison d’intervenir. La colonie de Talis Fia, dans le système Urla Rast, devait permettre à la société Hanari d’exploiter les ruines prothéennes en échanges d’avantages conséquents. En somme de la paperasse politico-économique bien loin des centres d’intérêts Du Comité, mais là où tout ce beau monde devenait un peu épineux c’était le moment où des personnes, elles aussi intéressées par les ruines, envisageaient des moyens de rivaliser avec les offres de Hanaris. La méthode la moins contraignante et la plus efficace était bien entendu de se débarrasser des émissaires, d’une part on gagnait du temps pour poser sa propre offre et d’autre part on éloignait les Hanaris qui ne voudraient venir en terrain hostile.


« J’aimerai que chacun puisse parler en étant écouté. Luyon, nous avons compris ton avis tranché quand au fait d’aider indirectement les Hanaris. Maintenant continuons dans le calme, je vous prie. »

Au delà de ce problème racial, l’opinion se partageait sur la légitimité de l’organisation à intervenir dans un conflit qui, dans le fond, était purement économique. Bien que certaines de leurs actions avaient eu des répercussions, positives ou négatives, sur des entreprises, le but n’avait jamais été directement lié à ça. Ici, au contraire, il s’agissait d’assurer l’accord entre les Volus et les Hanaris, ou du moins d’empêcher son échec.

« J’irai. »

Toute l’audience se retourna sur le Quarien qui venait de s’avancer vers la table postée au centre de la pièce.

« Je suis équipé pour évoluer dans un environnement comme celui de Talis Fia et je suis le plus à même de m’en prendre à un assassin. »

« Nous ne savons pas s’il est seul. »

Un petit silence s’installa après la remarque Lyn. Elle avait raison, envoyer Kin en solitaire était risqué. Sauf que ceux qui servaient normalement de soutien dans ce genre de situation étaient les Drells et Luyon ne risquait pas de participer à la mission. Soupirant, Laquarius s’avança en levant la main.

« Je l’accompagnerai, c’est bon. »

« Alors je viens aussi ! »

« Tu.. »

Devant l’imperceptible hochement de tête de Julia, provenant du dos d’Alice, le Turien laissa sa phrase en suspend et se tue.

« Alors on en a fini. »

Sans attendre de confirmation, Luyon quitta la salle, suivi par un Reno gêné. Ils entraînèrent avec eux le départ de Gyzarus, Jesper et Lyn. Julia salua de la tête chacun d’entre aux et parti à son tour.

« Vous aurez besoin d’un véhicule ? »

« Ça ira, Jaipha, nous resterons plus que quelques heures, autant que tu restes disponible. »

« Comme tu veux. »

L’Asari prit à son tour la porte, laissant le groupe de trois seul à discuter de leur plan d’action. Les informations qu’ils avaient obtenues, en dehors de l’avertissement de tentative d’assassinat, étaient assez minces, il leur faudrait donc se renseigner une fois sur place.

Présent.
Le trio à peine arrivé dans la colonie mesurait enfin pleinement l’ampleur de la situation : partout on ne parlait que de l’arrivée des émissaires Hanaris, la rencontre avec les autorités sur place et la visite des ruines qui allait scellé l’accord. Restant imperméable à la joie ambiante, le détachement Du Comité prit le parti de se séparer. Laquarius alla mener des interrogatoires "musclés" dans les ruelles sombres et mal famées en bordures de ville. Alice se concentra sur les endroit bien animés au contraire, jouant de son aisance naturelle et son éloquence pour soutirer des informations de manière plus subtile. Kin, quant à lui, s’en alla fureter dans les locaux administratifs à la recherche d’une quelconque irrégularité -dans ce genre de cas on ne sait jamais d’où viens la menace.

Après avoir passé toute la matinée et une bonne partie de l’après-midi à soulever des Volus par le col, je ne pouvais que constater le fait que je n’ai pas vraiment avancé. Certes, j’ai pu apprendre que les ruines sont en réalité déjà exploitée dans l’ombre, mais impossible de savoir quoi que se soit à propos des actuels occupants. Je rentre donc à l’hôtel où nous avons réservé des chambres pour la nuit afin de faire une rapide mise au point avec les autres. À mon arrivée, je trouve tout de suite Alice qui patiente, assise dans le hall, en train de parler avec un Volus. Je suis soulagé qu’il ne lui ai rien arrivé et qu’elle a écouté la consigne. Imitant la jeune femme, j’ôte mon casque et inspire une petite quantité de l’’air artificiel diffusé dans l’hôtel. D’un signe de la main, j’invite Alice à me rejoindre. Poliment, elle se lève et prend congé de son interlocuteur avec un sourire. Elle me rejoint prestement et nous montons en direction de nos chambres.

« Pervers. »

Le murmure de la rouquine me fait me retourner pour fixer le Volus, celui-ci détourne immédiatement les yeux du dos de ma protégée. Le sac d’Alice cache les deux pistolets dont elle se sert en combat. Ce n’est pas mon cas, le regard toujours braqué dans la même direction, je pose une main sur le holster de mon pistolet silencieux et me tourne, montrant ouvertement la Veuve Noire attachée à mon dos. Une petite démonstration inutile mais au moins celui-là ne s’y perdra plus à regarder la jeune femme ailleurs que dans le blanc des yeux. Une fois dans nos chambres, nous découvrons Kin qui nous attend. Le Quarien a déjà piraté l’hologramme qui affiche les tarifs des extras de l’hôtel pour diffuser les informations qu’il a à partager avec nous. Histoire d’officialiser un peu la chose, je glisse tout de même un petit :

« Hé bien ? Qu’avons nous là ? »
Laquarius Nix #FFFFF80
Code couleur PNJ "récurrents"
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 191
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession: Contrebandier / Mercenaire
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 211.00 Points

Re: Renegade

Message par Laan'Garna Nar Tesleya » 21 Juin 2018, 20:50

Légende :
Jaraan : #BF0000
-------



A bord de la Nayna, quelque part entre Rannoch et Oméga

Le vaisseau fonce vers Oméga, piloté par Jaraan. Laan git, toujours au même endroit, inconscient. L’IV cherche activement des traces Nix sur son réseau. La dernière fois qu’il s’étaient vu, c’était sur Oméga, où le mercenaire résidait plus ou moins. Mais depuis tout ce temps, bien des choses ont pu arriver. Le nom de Nix apparait enfin dans les recherches de la copilote du cargo. La référence est ancienne, mais mentionne une station, Razum’Dar. Sans doute un endroit où il est passé lors de l’exécution d’un contrat. Jaraan poursuit ses recherches, mais rien d’intéressant n’apparait. Un orphelinat, une organisation obscure… Rien qui ne permette de trouver sa localisation actuelle. Et vu l’état de Laan, hors de question d’aller attendre le mercenaire dans une quelconque base.

L’IV active son algorithme d’analyse des réseaux de surveillance, et y consacre toute sa puissance, laissant le vaisseau en pilotage automatique auxiliaire. Après de longues recherches, une zone en particulier sort du lot. Talis Fia, une petite planète du système Urla. Le nom de Nix y est apparu plusieurs fois sur les dernières vingt-quatre heures. Il est associé à un vocabulaire mentionnant une certaine violence, ainsi que des questions. L’algorithme continue à affiner sa recherche. L’IV ne parvient pas à identifier de vaisseau lié à Nix. Elle commence à scanner les bars, toujours sans succès. Ce n’est pas surprenant, on donne rarement son nom dans les bars, et le mercenaire, s’il est passé par là, aura pris soin de ne pas pouvoir être identifié en cryptant son moyen de paiement.

L’IV se focalise à présent sur les hôtels. Si Nix n’a pas de vaisseau, comme le laisse croire son analyse, il dormira en ville. L’algorithme finit par trouver une concordance : Un hôtel normal, confortable mais sans plus. Rien de surprenant pour un mercenaire qui commence à avoir un peu de notoriété. La réservation est faite pour cette nuit seulement. Avec un peu de chance, la Nayna peut arriver avant que le pilote ne reparte le lendemain. Jaraan modifie l’itinéraire du vaisseau, puis concentre une partie de sa puissance sur l’analyse des données médicales de Laan.

L’état de faiblesse de l’agent déserteur parait anormal à l’IV. Après deux mois de réveil, il devrait déjà être remis. En fouillant les résultats d’une analyse sanguine, la copilote de la Nayna y trouve une quantité anormale d’un dérivé de la dosulépine, un antidépresseur puissant pouvant affaiblir certaines capacités mentales et physiques. La quantité ingérée par Laan suffit à le maintenir dans cet état de faiblesse, au sortir d’un coma. Mais pourquoi faire ça ? Jaraan accède rapidement au dossier contenant les analyses psychologiques de Laan. Il n’y a aucune trace de dépression. En remontant, en revanche, au tout début de son réveil, une ligne se démarque.

« Accès de rage. Comportement dangereux, analyses à poursuivre »

Un peu plus loin dans la chronologie :

« Maintien sous conditions d’affaiblissement pour étude et traitement des accès de rage observés plus tôt. Durée de l’arrêt : indéfinie »

La suite indique des observations, le traitement, l’injection quotidienne de dosulépine… Rien de très bon pour la santé. Au moins Laan devrait se remettre plus vite à présent.

Le temps de l’analyse a permis au vaisseau d’approcher de Talis Fia. L’air y est irrespirable, heureusement que le pilote a choisi d’enfiler masque et combinaison avant son départ. Planète exploitée pour son minerai, habitée en majorité par des Volus… Jaraan gère l’approche du vaisseau dans le port de la ville où elle a repérée l’hôtel de Laquarius Nix. La nuit est passée, il ne reste qu’à espérer que le mercenaire ne soit pas reparti. Une fois le vaisseau posé et en règle, l’IV se charge d’envoyer un message au turien sur son OmniTech.

"Bonjour Laquarius,

Laan’Garna Nar Tesleya se trouve actuellement sur Talis Fia à bord de son cargo léger, la Nayna. Il a un besoin urgent de soins et est actuellement inconscient et démuni. Il m’a dit de vous contacter avant de perdre conscience. Nous sommes dans le port de la ville ou vous vous trouviez hier soir. J’espère que vous accepterez d’aider mon créateur.

Jaraan, IV de Laan et copilote de la Nayna.

PS : pour mémoire, ci-joint une image du vaisseau pour le retrouver plus facilement.


Spoiler : :
Image
"
Avatar de l’utilisateur
Laan'Garna Nar Tesleya
Rang 3

Rang 3
 
Message(s) : 72
Inscription : 14 Avril 2017, 08:33
Localisation : Redon

Âge: 26
Profession: Pilote / Agent du DCU Quarien
Classe: Quarien - Technologie
Points d'Héroïsme: 0

Points MEL: 294.00 Points

Re: Renegade

Message par Laquarius Nix » 27 Juin 2018, 19:50

Chacun regagna sa chambre après avoir discuté pendant un peu plus d’une demi heure. Alice n’avait rien remarqué d’anormal dans le discours des riverains, tout le monde semblait heureux et parfois impatient même, de l’arrivée des Hanaris. Les avantages économiques de l’offre allait vraisemblablement faire l’effet un énorme dopant pour la colonie. Aussi personne n’avait de mot dur à l’encontre de la rencontre à venir, bien au contraire. Laquarius aborda rapidement l’histoire vague qu’il avait pu entendre concernant un groupe occupant actuellement les ruines pour les exploiter dans l’illégalité. Un discours qui captiva toute l’attention de Kin. À peine le Turien eut-il fini sa phrase que le Quarien en capuchon rouge l’interrompait.

« Justement, j’ai trouvé des relevés bizarres dans les registres qui traitent de la mine. Contrairement à tous les autres lieux "stratégiques" de la colonie, les agents de sécurité ne sont pas relevés là-bas, c’est toujours les deux mêmes noms. Pire encore, en cherchant un peu plus, j’ai pu souligner certaines dates où ils étaient non seulement de corvée de ruine mais ils étaient aussi assignés à d’autres postes dans le même temps. Un nom qui se dédouble une fois peut très bien être une erreur, je veux bien le reconnaître, mais là c’est un peu gros. »

L’orateur laissa un instant aux deux autres pour analyser l’information puis enchaîna :

« Ce n’est pas tout. J’ai aussi vu que la sécurité des ruines lors de la visite du cortège Hanari sera assurée par un entreprise tiers. Vous voulez la raison ? Les deux gardes dont je vous ai parlés sont en arrêt depuis deux jours et ce pendant encore cinq jours. »

En somme juste le temps "d’accueillir" les bienfaiteurs en devenir, même si le terme est relatif vu la part de gâteau que les tentaculeux se gardent.

« Ok, on se prend trois heures de repos et on va faire un tour aux ruines. »

« Tu ne veux pas y aller maintenant ? Comme ça c’est réglé. »

Les deux adultes, plus expérimentés, se tournèrent vers la jeune femme. Laquarius arbora un air étonné à la limite de la déception et Kin s’empressa d’expliquer le pourquoi du comment à Alice pour ne pas entrer dans un nouveau conflit humano-turien.

« Nous sommes nouveaux en ville et toi et Laquarius avez posé des questions gênantes. Il est très probable que notre présence soit remontée aux oreilles de ceux que nous cherchons. En conséquence, ils vont s’attendre à nous voir débarquer d’un instant à l’autre et si nous ne venons pas ils se diront que nous avons juste décidé de passer la nuit pour nous en prendre à eux aux premières heures. Tu remarques donc que ça nous laisse un temps de battement où nous sommes plus susceptible de rencontrer moins de résistance. Ce n’est pas une assurance, bien entendu, mais on évite les heures de pointe si tu veux. »

L’explication sembla suffire à la rouquine qui se contenta d’acquiescer sans rien ajouter. Le débat étant clos, ils se levèrent et se séparèrent.

Le repos fut de courte durée pour Laquarius, il n’avait pas quitté son armure et s’était contenté de s’asseoir sur son lit, adossé au mur, en attendant que le temps passe. Mais malgré cette posture paut confortable, il parvint à être dérangé par des bruits venant de l’extérieur. Plus précisément, venant de la chambre qui se trouvait juste derrière lui, celle d’Alice. D’un bond, le Turien était déjà dans le couloir, son pistolet silencieux dans la main droite, son karambit dans la gauche.


Sans précaution aucune, j’ouvre la porte de la chambre d’Alice. Sous mes yeux, la rouquine, encore en combinaison de survis, est enroulée telle une vipère autour du bras d’un Volus gémissant au sol. Le prise est douloureuse et j’en sais quelque chose puisque c’est moi qui l’ai enseigné à la jeune femme. Une des nombreuses techniques tirées du répertoire du Pugitan, reliquat d’un vieil entraînement. Je me demande tout de même si Alice a la force nécessaire pour aller jusqu’à briser l’épaule de sa proie, ce qui est normalement la finalité de cette prise. Je ne lui laisse cependant pas le temps de me faire démonstration et m’avance pour attraper l’intrus par le col. D’une roulade agile, la jeune femme se dégage, se remet sur pied et secoue la tête pour remettre de l’ordre dans ses cheveux. En soulevant le Volus, je remarque que son coude gauche est cassé. Mon regard se porte alors sur Alice qui se penche de l’autre côté de son lit pour ramasser un injecteur et le brandir devant moi.

« Il tenait ça, je n’ai pas pris de risque. »

Un choix judicieux, la petite fiole noire à l’arrière de l’objet n’est aucunement de bon augure.

« Tu devrais te mêler de ce qui te regarde, Turien. »

Je hausse une arcade en reportant mon attention sur le petit être.

« Donne moi ça Alice, s’il te plaît. »

La petite boule s’agite dans ma main, il doit comprendre ce que je vais faire. Qu’il ait peur, qu’il sache ce qui l’attend, on ne l’y reprendra plus dans tous les cas.

« Il y a dix minutes, je t’aurai répondu que tu avais raison, mais maintenant tu as tord : ça me regarde. »

Sur ces mots, je plante l’aiguille dans le tube qui dépasse au dessus de son épaule et actionne la gâchette. Je lâche l’injecteur qui reste à sa place, colmatant ainsi le trou.

« Si tu survis, change de job. »

Laissant le Volus en plan, je repars avec Alice pour aller chercher Kin. Le Quarien sort de sa chambre, son sabre attaché dans le dos, la poignée dépassant de son épaule gauche.

« Il faudrait peut être appelé les nettoyeurs, mieux vaut éviter de tout laisser en plan pour le coup. »

« C’est déjà fait. »

Inutile de préciser que si Alice avait pris cette initiative c’était parce qu’elle avait eu une mauvaise visite.

La route jusqu’aux ruines est calme, vu l’heure avancée de la nuit c’est compréhensible, néanmoins nous prenons nos précautions, faisant quelques détours pour brouiller les pistes. Une fois en vue du site, Alice et moi nous cachons à un point stratégique et laissons Kin faire son boulot. Il est équipé d’une balise de détresse qui peut s’activer malgré des communications interrompues, autant dire que je suis assez confiant sur le coup. À juste titre d’ailleurs, puisque le Quarien réapparaît une vingtaine de minutes plus tard, de petites tâches sombres sur son capuchon. Il dépose un datapad devant nous avant de prendre la parole :

« Des Vortchas, dirigé par un cadre de l’administration, ils extrayaient des trucs pour les revendre au marché noir. On a tout ce qu’il faut pour le faire tomber là dedans. »

Alice secoue la tête au moment où je reçois un message, fronçant les arcades, j’ouvre mon OmniTech.

« Mieux vaut garder tout ça sous silence le temps que l’accord soit signé, ensuite il faudra qu’ils règlent ça en interne, ça entacherait trop la colonie. »

Le message vient d’une vieille connaissance, enfin pas vraiment, de son IV plus exactement.

« Tu pourras t’en charger ? »

Je ne suis pas sûr de tout comprendre et me redresse en regardant bêtement autour de moi.

« Évidemment. Un problème ? »

« Je ne sais pas, il faut que j’aille vérifier quelque chose. »

« Je viens, c’est pas comme si je pouvais retourner de toute façon. »

Kin hausse les épaules, l’air de dire qu’il n’avait rien de mieux à faire que nous suivre. Je pars donc en direction du spatioport le plus proche, à la recherche de la Nayna.
Laquarius Nix #FFFFF80
Code couleur PNJ "récurrents"
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 191
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession: Contrebandier / Mercenaire
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 211.00 Points

Re: Renegade

Message par Laan'Garna Nar Tesleya » 30 Juin 2018, 23:26

Légende :
Jaraan : #BF0000
-------


Tidum

Jaraan reçoit une notification. Le message envoyé à Nix a été lu, mais pas de réponse. Il ne reste qu’à attendre. L’IV prépare un rapport succint sur l’état de santé du quarien, ainsi qu’un rapport détaillé. Si Nix refuse d’aider le jeune déserteur, il faudra trouver une autre solution en urgence. L’ex-agent aura peu de chances de s’en sortir. L’IV projette au sol le rapport court, puis se concentre sur la détection de formes de vie en approche, que ça soit Nix ou une quelconque menace.

Quelques temps plus tard

Les capteurs de Jaraan détectent une personne approchant du vaisseau. La caméra indique qu’il s’agit seulement d’un gardien qui vient relever l’immatriculation du vaisseau. Si le DCU n’a pas eu le temps de réagir, le cargo léger sera toujours référencé comme un simple vaisseau de transport appartenant à un particulier. La logique informatique de l’IV lui indique même que le DCU ne modifiera pas le statut du vaisseau, pour ne pas griller le style de couvertures qu’ils peuvent mettre en place ; du moins, il ne sera pas répertorié comme déserteur. Le gardien s’éloigne. Dans la foulée, trois personnes s’approchent. La caméra reconnait les traits de Laquarius Nix, accompagné de deux inconnus que Jaraan ne trouve pas dans sa base de données. Une analyse graphique révèle la présence d’une humaine et d’un quarien, mais difficile d’en voir plus dans la nuit. Les caméras infrarouges révèlent la présence d’armes sur chaque individu, dont une épée sur le quarien. A l’arrivée du trio devant la rampe d’accès, Jaraan laisse entrer le petit groupe et les accueille très simplement :

« Bienvenue à bord de la Nayna »

Le trio se trouve d’entrée de jeu face à un Laan inconscient et en piteux état. Laquarius, arme en en main, s’assure de l’absence de piège ou de danger, et s’empresse de refermer l’accès au vaisseau. Pendant ce temps, le quarien, possesseur du sabre que les caméras détectent bien à présent, jette un rapide coup d’œil aux équipements technologique du vaisseau. La jeune humaine, sur la défensive, s’approche du corps gisant du pilote, et survole la fiche projeté par Jaraan :

«Etat : Inconscience
Cause : Traumatisme post-coma, Dosulépine
Besoins primaire : Eau, Nutriments, Repos, purge de la dosulépine (repos)
»

La jeune humaine fouille les placards pour trouver le minimum vital nécessaire au quarien, puis, cherchant à lui administrer sans trouver comment faire au travers du masque et de la combinaison, demande au quarien de la remplacer. Pendant ce temps, Laquarius prend connaissance de la situation via Jaraan, qui le renseigne sur les actes du DCU vis-à-vis de l’état médical de l’ex-agent.
Avatar de l’utilisateur
Laan'Garna Nar Tesleya
Rang 3

Rang 3
 
Message(s) : 72
Inscription : 14 Avril 2017, 08:33
Localisation : Redon

Âge: 26
Profession: Pilote / Agent du DCU Quarien
Classe: Quarien - Technologie
Points d'Héroïsme: 0

Points MEL: 294.00 Points

Re: Renegade

Message par Laquarius Nix » 03 Juillet 2018, 13:47

Le trajet jusqu’à la Nayna se fit en silence. Laquarius marchait en tête d’un pas presque pressé et les deux autres n’osaient pas l’interrompre, plus précisément Kin avait fait comprendre à Alice, sans utiliser de mots, qu’il valait mieux suivre et ne pas chercher à questionner pour l’instant. À leur arrivée, le vaisseau s’ouvrit de lui même pour les laisser entrer et ils furent accueillis par la voix synthétique de Jaraan, l’IV de bord. Instinctivement, le Turien dégaina son pistolet silencieux, provoquant la réaction de la rouquine qui fit prestement passer son sac de son dos à ses mains et en tira ses deux propres armes de poings qu’elle attacha à leurs holsters respectifs avant de remettre son sac en place. Impassible, Kin resta stoïque devant leurs manèges et emboîta le pas quand ils posèrent enfin un pied à l’intérieur du vaisseau.

« Alice, cherche un Quarien, tenu noire, possiblement mal en point, en tout cas dans le coma à l’heure qu’il est. Kin, avec elle, vérifie l’état de l’engin, tu seras le mieux à même de le faire. »

Laquarius pointait la direction du cockpit, vers la droite, et partit vers la gauche pour s’assurer de n’avoir aucune mauvaise surprise en provenance autres pièces du vaisseau. Un excès de prudence ? Peut être, mais considérant qu’il se jetait, en entraînant ses partenaires, dans le flou le plus complet, il ne pouvait absolument pas se permettre le moindre risque. De son côté, Alice ne tarda pas à trouver Laan. D’abord dubitative, elle s’approcha, une main sur sa hanche, i.e. la crosse d’un de ses pistolets, tous ses sens aux aguets. Alors qu’elle était à hauteur du corps inanimé, elle remarqua l’affichage projeté au sol. La jeune femme ne s’attarda pas sur les détails et entreprit de retourner le Quarien sur le dos puis de le tirer afin de l’adosser à la paroi la plus proche. Se relevant immédiatement après s’être assurée qu’il ne glisserait pas sur le côté, elle retourna dans le couloir où le groupe s’était séparé pour annoncer à haute voix :

« Laquarius, j’ai besoin d’eau par ici, si tu en trouves, ramène la. »

Elle tourna ensuite les talons pour inspecter le cockpit. La rouquine avait du mal à imaginer qu’un pilote puisse passer des heures dans cette pièce sans avoir de la réserve. Dérangeant Kin qui parcourait les commandes, elle ouvrit tout se qui lui passait la main jusqu’à trouver ce qu’elle cherchait : de petites rations accompagnées de briques d’eau. Sans prendre la peine d’aller faire part de sa trouvaille à Laquarius, après tout s’il ramenait de l’eau supplémentaire ça ne serait pas trop, Alice se pencha sur le pilote cherchant désespéramment à faire entrer le liquide dans sa bouche. Finalement, elle se tourna vers son collègue Quarien en admettant sa défaite.

« Je ne comprends pas. »

Elle montra la brique d’eau et l’espèce de paille qui était liée avec.

« Je veux bien planter la paille dans la brique, mais après ? »

Un instant surpris, Kin s’approcha pour lui prêter main forte, réalisant que cette adolescente n’avait jamais dû voir un Quarien manger.

« Donne moi ça, je m’en charge. Va prévenir Laquarius que je n’ai relevé aucune anomalie. »

D’un hochement de tête, Alice approuva l’idée de ne pas avoir à gérer cette partie hors de ses connaissances et parti en quête du Turien. Ils se croisèrent dans le couloir, répondant à sa demande, il avait avec lui deux bouteilles d’eau qu’il alla reposer quand Alice lui annonça avoir trouvé des rations.

Une fois le trio enfin réuni dans le cockpit, Kin céda sa place à la rouquine. Il avait enlevé la sécurité du filtre et enfoncé la paille jusque dans la gorge du pilote en forçant un peu, si bien que la brique était collée au masque et qu’il fallait la maintenir pour ne pas avoir à refaire la manipulation désagréable pour les deux parties. Alice veillait donc à ce que le Quarien ne s’étouffe pas, elle tâtait son pouls par moment et pressait la brique pour s’assurer du flux de l’eau. Debout à peine à l’écart, les deux adultes parlaient à voix basses.

« .. des explications.. j’en connais.. pas un pilote ordinaire.. »

« .. DCU.. chez Élisabeth.. mal-entendu..grenade.. évacué par le Maefis.. défense d’Oméga.. »

Il était assez facile de mettre tout bout à bout et Alice fronçait de plus en plus les sourcils à mesure qu’elle écoutait en fixant la visière opaque devant elle.
Laquarius Nix #FFFFF80
Code couleur PNJ "récurrents"
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 191
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession: Contrebandier / Mercenaire
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 211.00 Points

Re: Renegade

Message par Laan'Garna Nar Tesleya » 04 Juillet 2018, 16:04

Légende :
Laan'Garna Nar Tesleya : #40BF40
-------



Je commence à reprendre conscience. Je perçois du bruit, des chuchotements. Je suis faible, mais je parviens à bouger les bras. Je sens quelque chose de désagréable dans ma gorge. Une paille, qui provient probablement d’une de mes rations. De l’eau coule dans mon œsophage. Je porte le bras à la brique et je l’arrache. La sensation désagréable de la paille qui ressort me fait tousser, ce qui ne manque pas de faire réagir les gens qui m’entourent. Je remets difficilement la sécurité de mon filtre, puis, essoufflé, j’attends quelques instants avant de passer à l’étape suivante.

J’ouvre doucement les yeux. Juste devant moi se trouve une inconnue. Une humaine, très jeune – A peine adulte. Une chevelure flamboyante masque la moitié de mon champ de vision, mais pas assez pour m’empêcher de comprendre, malgré ma vue trouble, qu’elle est armée. A l’arrière-plan, je distingue deux personnes debout. Voyant que je sors de mon inconscience, elles se rapprochent, ce qui me permet de reconnaitre Laquarius Nix. A côté du turien se trouvait un quarien, dont le masque est camouflé. Un quarien armé d’un sabre. Voilà qui n’est pas commun. Toujours affaibli, je désigne du bout du doigt la ration de nourriture, indiquant à la jeune femme que j’ai besoin de manger. Elle me tend résolument la briquette, que je prépare avant d’insérer dans mon casque. J’aspire de longues gorgées de ces nutriments liquides à la texture épaisse. Ils ont mauvais goût, mais je n’ai pas le choix. Je grimace en finissant la brique, que je retire avec autant de délicatesse que la première. Je prends quelques instants pour me remettre les idées en place. Je tourne mon visage vers le turien, puis je lance, d’une fois faible :

« Salut, Nix. »

Je me rends compte qu’il sera difficile de parler plus, tant que je n’aurais pas repris de forces. J’espère que les rations sont toujours aussi efficaces qu’il y a un an, auquel cas je serais capable de reprendre la parole rapidement.

« Donne-moi…le temps… de récupérer un peu… Je te dirai… tout ce que tu veux savoir… »

Je pointe du doigt la banquette située entre la paroi et la table. Le turien comprend et m’aide à me lever pour y aller. Au premier pas, mes jambes se dérobent sous moi. Le turien fini par me porter à la banquette, où je peux m’adosser à la paroi. Je sens peu à peu mes forces revenir. Au bout de quelques minutes de silence, Nix craque et me harcèle de questions. Je lève la main pour lui faire signe de stopper.

« J’ai déserté…Après un an de coma… et deux mois de réflexion… »

La nouvelle laisse le turien sans voix. Les deux autres, qui se tiennent un peu en retrait, échange un regard. Moi-même, avant mon accident, je n’aurai jamais imaginé prononcer cette phrase un jour. Il faut à présent que je jette un œil rapide sur mon dossier médical pour savoir s’il y a des choses importantes à faire. Je demande à Jaraan de m’afficher les points importants de mon dossier. Un mot en particulier retient mon attention : Dosulépine.

Je parcours rapidement les quelques lignes concernées, puis je demande plus d’informations à Jaraan sur cette substance. En découvrant ce que mon IV affiche, je réalise que je dois me faire transfuser le plus vite pour évacuer ce produit de mon corps. ce bref repos m'a donnée suffisamment de force pour parler, et j’indique à Laquarius l’emplacement des poches de sang et du matériel. Une fois le matériel dans la pièce, je lui explique rapidement :

« Cette aiguille dans la valve de mon bras droit. L’autre extrémité dans la poche de sang. Celle-ci à gauche et dans la poche vide. Tu pique et tu appui sur le bouton vert de ce boitier. Quand la poche est vide à 95% ça s’arrête, tu peux débrancher. Environ deux heures.»

Cette tirade m’a épuisé. Je m’allonge sur la banquette, et présente mes bras au mercenaire. Je ferme les yeux. Quand la transfusion sera finie, je serai en bien meilleure forme.
Avatar de l’utilisateur
Laan'Garna Nar Tesleya
Rang 3

Rang 3
 
Message(s) : 72
Inscription : 14 Avril 2017, 08:33
Localisation : Redon

Âge: 26
Profession: Pilote / Agent du DCU Quarien
Classe: Quarien - Technologie
Points d'Héroïsme: 0

Points MEL: 294.00 Points

Re: Renegade

Message par Laquarius Nix » 12 Juillet 2018, 23:25

La conversation entre Kin et moi a fini par dériver du sujet et nous discutons toujours sur le même ton de la marche à suivre vis-à-vis du rat de l’administration « talis fiaise ». Nous réalisons parfaitement le visage légèrement tourné d’Alice qui nous écoute sans vergogne mais aucun de nous ne la reprend, après tout elle est tout à fait concernée par ces propos. Kin émet l’idée de faire de la branche pourrie un exemple, c’est séduisant bien sûr, mais Alice fait claquer sa langue d’un air réprobateur. Un poil insolent mais on ne peut plus clair. Elle a raison, simplement faire disparaître ce type et s’assurer que toute personne tentée de reprendre le flambeau sache pourquoi il a disparu brutalement est en soit relativement efficace sur la courte durée mais l’effet s’estompe vite. L’idéal serait de faire s’effondrer toute sa carrière en gardant secret la tentative d’attentat. Un petit casse tête qui devrait pouvoir se résoudre avec le temps. Après tout, le fonctionnaire n’en est probablement pas à son coup d’essai, il suffira de fouiner un peu, ou bien de rajouter de la souillure là où il n’y en avait pas.

« Les gars.. »

Alice s’est reconcentrée sur Laan. De l’autre bout de la pièce, je distingue le pilote bouger subtilement. Farfouillant sur son masque, il finit par pointer la partie nourriture de sa ration. La jeune femme accède à sa requête et se lève pour venir se placer à côté de moi. Laissant les salutations pour un autre jour, je garde un regard fermé à l’égard du Quarien. Néanmoins, quand il indique la banquette derrière moi, je m’avance pour le soutenir sous l’épaule et l’y amener. Une fois assuré qu’il ne peut pas glisser sur le côté, je m’écarte et fixe Laan un moment. Voyant les secondes défiler et le stoïcisme dont il fait preuve, je lève deux doigts.

« Deux choses. Pourquoi es-tu dans cet état et pourquoi as-tu envoyé ton IV après moi ? Ne crois pas t’en tirer ainsi. »

« J’ai déserté…Après un an de coma… et deux mois de réflexion… »

Voilà une nouvelle intrigante mais qui ne répond pas à ma question. J’attends une possible suite, mais rien ne vient. Je capte juste, du coin de l’oeil, Alice interroger Kin du regard sur la signification de ce charabia. Laan, pour sa part, est déjà occupé à papoter avec sa Jaraan.

Il finit par lire son dossier médical devant mon visage impassible, après quoi il m’indique des poches de transfusion. D’un signe de tête j’envoie Alice les chercher.

« Ah non ça je peux pas. »

La pauvre a une peur bleue des aiguilles, c’est un peu paradoxal vu ce qu’elle est capable de faire en mission, mais bon.

« Je sais, je sais. Passe moi juste le truc, je m’en charge. »

Elle me lance presque le dispositif. Le tournant une fois sur lui-même, je repère le haut du bas et cherche à comprendre le reste.

« Cette aiguille dans la valve de mon bras droit. L’autre extrémité dans la poche de sang. Celle-ci à gauche et dans la poche vide. Tu pique et tu appui sur le bouton vert de ce boîtier. Quand la poche est vide à 95% ça s’arrête, tu peux débrancher. Environ deux heures.» 

Il termine sa phrase en s’affalant un peu plus sur la banquette. Tss, j’imagine que je n’aurai pas ma réponse tant qu’il sera dans cet état. Je me lève et enfonce sans ménagement les aiguilles dans les valves qu’il m’a montré. Le petit grognement de dégoût d’Alice dans mon dos me fait sourire. Je me redresse et presse le bouton vert. Maintenant il n’y a plus qu’à attendre. Avec un soupire, je me retourne et m’approche de ma protégée, je vais lui expliquer ce que j’ai raconté à Kin tout à l’heure.
Laquarius Nix #FFFFF80
Code couleur PNJ "récurrents"
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 191
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession: Contrebandier / Mercenaire
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 211.00 Points


Retour vers Abysses Gritchtèques



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)