That time we meet again

*

Modérateurs : Administration, MJ

Re: That time we meet again

Message par Laquarius Nix » 05 Novembre 2018, 18:47

Avec l’arrivée de l’équipage, allié de Miho, Luyon et moi nous écartons du cadre de la porte, reculant petit à petit pour laisser tous les yeux se braquer sur celle qui se présente comme étant la capitaine de l’issue de secours généralisée. Pendant le discours informatif de l’Asari, et relativement rassurant à en juger par le calme de la pièce, je garde mon regard braqué devant moi, autant éviter de donner un quelconque exemple de dissipation. Soudain, je suis frappé d’un éclat de clairvoyance. Le choc me fait me frapper le visage du plat de la main alors que je souffle :

« Jaipha ! »

Je sens un pincement sur ma joue quand les morceaux d’adhésifs posés par mon collègue se détache, non sans être allés au bout de leur capacité adhérente. Le Drell se tourne vers moi, les traits légèrement agacés. D’un geste sec, il plaque les deux bandes blanches à leur position originelle.

« J’ai déjà envoyé un message à Jaipha, elle n’a pas encore répondue, sûrement occupée avec la SCTI. Maintenant tu la tiens bouclée ou je te fais taire. »

Son ton est sans appel, je me contente d’apprécier sa prise d’initiative et la mets en veilleuse. La collègue de Miho se tourne alors vers nous, cela me fait immédiatement froncer les arcades mais sa proposition me fait me détendre. Luyon prend les devants en s’avançant d’un pas :

« Gardez donc vos remerciements, c’est à nous de vous acclamer pour ce magnifique sauvetage. La SCTI a décidément de beaux jours devant elle. Quant à votre structure, comment pourrions-nous en profiter alors que nous n’avons mis les pieds sur cette station. Pour ce qui est de nos équipiers, il me semble qu’ils sont avec les vôtres et ne vous inquiétez pas pour la liaison, nous avons cela en main. »

Certes, Gyzarus n’a pas entendu parler de l’offre de Mme. T’Suya, mais il ne fait aucun doute qu’il aurait également refusé, avec peut-être moins de politesse. Bien sûr, le concept de politesse est difficilement appréciable quand la parole ne rentre pas en compte. Il y a évidemment l’attitude à prendre en compte et sur ce point le chef de la sécurité est difficilement défendable. Déformation professionnelle ou simplement désagréable par essence, je serais bien en peine d’en juger, d’autant que je n’ai jamais été en conflit avec lui. Que ce soit ses mesures de sécurité parfois un peu exagérées ou bien sa cadence martiale avec son équipe, rien de tout cela ne me dérange, au contraire, si je reçois par moment des plaintes et dois donner de ma personne pour calmer le jeu de temps à autre, je suis le premier soutien de l’ex soldat quand il s’agit de faire de la station Razum’Dar un endroit un minimum sûr.

D’un distrait, je regarde la deuxième équipe de la SCTI entrer en piste tandis que la première fini d’évacuer les premiers pris en charge. Ça commence à en faire du monde, ce n’est pas étonnant plus que ça en soit, mais je regrette qu’ils aient mis autant de temps à arriver, ils nous auraient un avantage considérable. Maintenant ils ne nous restent plus qu’à nous faire oublier. Je garde en tête l’itinéraire que j’ai vu plus tôt dans le cockpit, il faudra que j’en parle à Jaipha, qu’elle parte dès que possible avec quelqu’un là-bas du côté du revendeur. Couper les vannes d’argent a toujours été la meilleure solution.
Laquarius Nix #FFFFF80
Code couleur PNJ "récurrents"
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 254
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession: Gardien de Razum'Dar
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 151.00 Points

Re: That time we meet again

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 18 Novembre 2018, 19:52

Devant la politesse sans doute un chouia excessive mais fort agréable à entendre, la capitaine asari avait répondu par un sourire relativement neutre et un hochement gracieux de la tête avant qu'elle ne s'en aille échanger quelques mots avec Miho. Après tout, si son vaisseau restait à la disposition du drell et ses coéquipiers, le choix d'en faire usage ou pas restait à leur seule volonté. Après avoir terminé avec la quarienne et pris en charge le turien blessé, la seconde équipe vint apporter son aide pour évacuer le groupe suivant choisi par le médecin de bord. Ils prirent leur temps, et quand enfin le second groupe d'otage fut escorté jusqu'à bord du Daniema, la toute première équipe revint pour prendre le groupe suivant d'otage, et ainsi de suite. Le système n'était pas particulièrement rapide, mais il avait le mérite d'assurer une bonne prise en charge des personnes déjà pas mal éprouvées par leurs mésaventures.

Miho, de son côté, semblait peiner à tenir en place. Même si sa gestuelle semblait lasse et presque pesante, elle ne restait rarement immobile plus de quelques secondes. Son attention n'arrêtait pas de s'échapper en tout sens, aussi bien des otages au couloir sécurisé par le personnel de bord du Daniema. Apparemment, elle n'arrivait pas à considérer la situation plus calme comme acquise. Parfois elle faisait quelques pas, contournant l'équipage autant que les otages restants pour passer devant le sas menant au second vaisseau, avant de s'éloigner de quelques mètres dans le couloir pour jeter un oeil, la main jamais très loin de son fusil, avant de revenir en arrière se poster près du sas, puis de revenir à nouveau dans la pièce. Malgré sa bougeotte, elle n'était bizarrement jamais dans les pattes de qui que ce soit, veillant à ne pas être une gêne. Finalement revenue, elle tapota du bout du doigt son OmniTech hors service et poussa un soupire. L'Erakis étant loin, et chacun étant pris en charge d'une manière ou d'une autre, elle en venait à se sentir paradoxalement seule et isolée. Son regard passa un instant sur Luyon, qui jusqu'ici se montrait aux petits soins avec tout le monde, pour en revenir à Laquarius, qui aurait bien besoin de prendre un peu de temps dans une infirmerie, et enfin Gyzarus qu'elle avait aperçu, mais dont elle se souciait à vrai dire peu par le simple fait qu'en plus d'être apparemment en bonne santé, il avait l'air de très bien savoir ce qu'il faisait.

Enfin le dernier groupe d'otages quitta la place. A force de passer d'une équipe à l'autre, celle de base s'éloignait finalement, avec le médecin de bord. Ne restait que le capitaine, et quelques personnes armées, bientôt suivies par d'autres quand les dernières victimes furent placées à bord du Daniema. Le capitaine revint vers eux.

"Bien. Toutes les personnes que vous avez récupérées sont prises en charge. Par précaution, mon équipe et moi-même allons faire un dernier tour de ce vaisseau, histoire de s'assurer qu'il est bien vide. Si vous le souhaiter, une navette pourra vous raccompagner où vous le voulez. En attendant, mon vaisseau est à votre disposition."

Apparemment, savoir qui étaient exactement Laquarius et ses compagnons étaient bien égal à l'asari. Sans doute s'intéressait-elle d'avantage à ce qu'ils avaient accompli, et faisait-elle un minimum confiance en Miho qui se ne témoignait aucune méfiance envers eux, du moins en apparence. Pour le reste, qui pouvait savoir. Après avoir jeter un regard interrogateur à Laquarius, Miho finit par se remettre en mouvement pour se diriger vers le sas du Daniema, s'écartant un instant quand trois personnes armées supplémentaires en sortirent pour rejoindre la première équipe. Prenant la tête de ses hommes, la capitaine asari parti s'enfoncer dans les couloirs de la poubelle flottante.

En pénétrant sur le vaisseau asari, deux membres d'équipages se tenaient prêts à porter assistance. L'un humain, l'autre bleue, elles accueillirent presque chaleureusement la quarienne qui, rapidement, se défit de son OmniTech que l'une des deux récupéra pour s'éloigner avec. Le seconde, l'humain, prit la liberté de donner quelques informations.

"Nous avons prévenu l'Erakis que vous alliez bien. Ils ont l'air coincés sur Altakiril pour le moment. Mais vu que nous allons nous y rendre d'ici quelques heures... Feriez-vous le voyage avec nous?"
"C'est gentil, merci. Désolée de m'ajouter au nombre déjà conséquent de passagers supplémentaires."
"Vous êtes toujours bienvenu. Au fait, pour vos amis, que devons-nous faire? Souhaitent-il rejoindre la station ou leur pilote compte se lier à nous avec son patrouilleur pour les récupérer?"
"J'ignore ce qui les arrange. Ils ont dit qu'ils avaient la situation en mains, mais je n'en sais pas plus. Mieux vaut rester à leur disposition en attendant."
"D'accord. Vous avez besoin de quelque chose? Nourriture, soins..."
"Je vais juste attendre que mon OmniTech soit opérationnel. Et que les vérifications soient terminés à bord de ce... Tas de ferraille."
"Un peu plus loin dans ce couloir, il y a un petit espace de détente. N'hésitez pas à l'utiliser."
"Merci."

Sans trop savoir s'il lui serait vraiment possible de se détendre, Miho suivit les indication de l'humain en longeant le couloir. A peine quelques mètres plus loin, il s'ouvrait sur un espace pas particulièrement grand, mais fournissant des banquettes le long de la paroi, et une série de trois petites tables basses. Sur la première, elle posa son fusil d'assaut, et se laissa tomber sur le siège. Elle aurait bien voulu demander des nouvelles de ce qui se passait sur la station, mais quelque chose lui disait qu'il serait plus sage de simplement attendre que Suadela vienne d'elle-même fournir les informations une fois qu'elle aurait terminé. Inutile de ralentir qui que ce soit dans sa tâche.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 453
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 545.00 Points

Re: That time we meet again

Message par Laquarius Nix » 16 Décembre 2018, 01:41

Luyon remet son morceau de chocolat dans sa bouche quand l’Asari tourne les talons. Un regard en coin dans ma direction et il esquisse un sourire en haussant doucement les épaules. Oui, son air candide en dit long et est plutôt justifié. Tout bien considéré, on s’en est pas mal sortis. Certes, tout aurait pu être plus simple sans l’intervention du gosse de tout à l’heure, mais vu la force de frappe trois fois plus importante que prévu des esclavagistes, s’en tirer avec une perte de civil nulle, ça tient du miracle. En l’occurrence le miracle était en fait un gros vaisseau avec plein de place au bon endroit au bon moment, mais le résultat est ce qui importe pas la manière.

Le temps que l’évacuation se fasse, nous reculons au fond de la pièce pour ne pas gêner le passage. Gyzarus revient dans la pièce en même temps que la dernière navette, son arme toujours en main, le doigt au repos. Il se dirige vers nous en embrassant l’espace du regard. Derrière lui, la capitaine de tout à l’heure s’approche pour nous annoncer que maintenant que les civils sont en sécurité, elle et son équipe allait passer le vaisseau au crible. Mon regard croise celui de Miho. Je la détaille de la tête aux pieds, au jeu de « qui a le plus subit » j’ai du mal à déterminer un gagnant, la Quarienne a visiblement besoin de remettre sa tenue en état, voire se soucier de l’intégrité de sa cage thoracique, même si ça elle l’aurait peut être senti depuis. Finalement, elle part, probablement pour rejoindre le vaisseau allié. Luyon se tourne alors vers moi :

« On devrait peut être aider ? »

Je le regarde en fronçant les arcades :

« Non. »

À ma gauche, Gyzarus émet un sifflement entre ses dents. Il me paraît évident que sa réaction se dirige vers le Drell. Il sort ensuite son paquet de cigarette de l’une de ses poches et en porte une à ses lèvres. Vu l’état de l’engin, il y a peu de chance pour qu’un système de détection de fumée soit installé, aussi je ne fais aucune remarque, il l’a bien méritée.

« On a fait notre part. Tu l’as dit toi même, le mérite de ce sauvetage doit revenir à la SCTI. Ce n’est plus de notre ressort maintenant qu’ils sont là. D’autant que regarde nous, ceux-là sont habitués à bosser entre eux, on a toutes les chances de passer pour des esclavagistes et se faire tirer dessus. »

Luyon soupire un peu, ses épaules retombant devant la flagrante logique à laquelle il fait face :

« Ouais.. Tu as raison.. »

Nous n’avons plus rien à faire ici. Je prends donc le chemin du sas pour rejoindre le vaisseau de la SCTI en attendant que Jaipha ravive le contact.

« Tu sais.. Parfois je trouve qu’on a un boulot ingrat. »

Une forte odeur de fumé envahit la pièce quand mon collègue reprend la parole. Je fais confiance à Gyzarus pour en avoir fini avec sa cigarette avant que nous n’arrivions de l’autre côté. Luyon a en quelque sorte raison, mais c’est mieux ainsi. Nous n’avons pas besoin de fan ou de gens qui se disent qu’ils peuvent faire comme nous, on a déjà assez de travail comme ça. Alors, certes, aujourd’hui les gens qui se souviendront de nous nous assimilerons à des employés de la SCTI, j’en suis désolé pour Miho. Peut être qu’une prochaine fois personne ne se souviendra de notre action. Il est préférable que nous passions aux oubliettes et laissons les gros écrans accaparer tous les projecteurs. Je fais donc mine de ne pas avoir entendu Luyon et avance sans me retourner.

Arrivés devant le sas, Gyzarus tire une dernière fois sur sa cigarette avant d’en jeter le reste par terre. Nous sommes accueillis par deux.. hôtesses. Je prends les devants en me détachant des deux autres d’un pas :

« Nous ne restons pas longtemps, juste le temps que nos collègues nous recontactent pour que l’on s’arrange. »

« On a besoin de rien, gardez vos efforts pour les civils. »

« Vous trouverez un espace de détente si vous empruntez ce couloir. »

« Va pour l’espace détente alors. »

En suivant la direction qui nous est indiquée, nous déboulons effectivement dans un espace muni de banquette où plusieurs personnes sont déjà réunis, sûrement les personnes qui avaient été prises en charge lors du premier passage et qui ne nécessitaient aucun soin. Je repère également Miho. Faisant signe à mes comparses que je vais les laisser, je m’approche d’elle quand son attention est libre et me penche vers elle :

« Vous avez un instant ? »

Après tout, il fallait que je m’excuse. C’était de ma faute si un gosse lui a braqué une arme dessus il y a quoi ? Une heure de cela, tout au plus.
Laquarius Nix #FFFFF80
Code couleur PNJ "récurrents"
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 254
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession: Gardien de Razum'Dar
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 151.00 Points

Re: That time we meet again

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 17 Décembre 2018, 20:26

Dans son coin, Miho paraissait ignorer délibérément les personnes déjà présentes. Elle ne cherchait pas à être méprisante, mais se dit que, après avoir enduré l'enlèvement, et certainement pas mal de souffrances physiques en plus de psychologiques, ces gens n'avaient pas besoin en prime d'être regardé ou surveillé par une personne qui n'avait pas vécu la même chose qu'eux. Silencieuse, elle se concentra plutôt sur ses affaires. La quarienne se serait bien défaite de son armure, mais elle n'était pas sur son vaisseau et ne tenait pas à s'éparpiller plus que de raison.

En revanche, elle pouvait bien au moins s'occuper de son OmniTech qu'elle retira sans se presser pour vérifier son état. Quelques rayures, mais rien qui ne nécessite de réparation. Elle réalisa dans la foulée qu'elle s'en tirait vraiment très bien. Le gros des dégâts avaient été encaissés par son armure. Pour le reste, tout n'était que superficiel. Du moins selon sa propre échelle de douleur. La seule chose un peu pénible était que, l'action retombée, son corps la rappelait un peu agressivement à l'ordre. Elle inclina la tête sur le côté, étirant un peu sa nuque sans trop de succès, avant de s'armer d'un des cables mis à disposition pour brancher son OmniTech en vie de son rechargement.

Puis elle se concentra sur son fusil d'assaut. Elle veilla à ce qu'il soit dénué de toute cartouche, et ajouta la sécurité pourtant devenue inutile. L'arme avait aussi pas mal souffert et allait mériter une bonne révision, tout comme l'armure. Cela restait bien peu cher payé pour tout ce qui s'était passé. Elle ferma les yeux quelques instants, penchée en avant, les avants-bras sur les genoux, fusil sur la table et OnmiTech à côté d'elle. Malgré son apparent détachement de ce qui se passait dans l'espace, elle écoutait, sans vraiment entendre, les conversations feutrées non loin d'elle.

Ce bruit de fond avait un petit quelque chose d'agréable, il empêchait les derniers propos d'un elcor de sonner un peu trop net dans ses pensées, ou même les suppliques affolées d'un esclavagistes qui savait pourtant sa dernière heure arrivée, ou encore les menaces d'un gosse plus terrifié qu'en colère. Tout ça avait eu lieu en très peu de temps et pourtant, elle se sentait lourde comme si le combat s'était éternisé des jours entiers. Peut-être se faisait-elle trop vieille pour ces conneries. Elle appuya son casque dans ses mains, poussant un soupir qu'elle ne lâcha pas jusqu'au bout, quand la douleur de son souffle lui rappela qu'elle n'était quand même pas si indemne que ça, même si ça restait très superficiel.

Quand elle rouvre les yeux, ce fut pour distinguer une ombre au sol qui se rapprochait. Miho releva naturellement la tête et afficha une légère surprise en voyant Laquarius. Tournant légèrement le visage, elle remarqua plus loin la présence de ses collègues. Jaipha ne devait probablement pas être disponible tout de suite. Après tout, elle ignorait où ils en étaient concrètement sur la station, et l'asari avait aux dernières nouvelles un gamin sur lequel veiller. Pour autant qu'elle ne l'ait pas tué à coup de sucreries.

"Oui, bien sûr."

Le temps, elle n'allait pas en manquer pendant encore un petit moment. Il fallait encore que tout le monde se coordonne, que des indications soient données pour la station, et que tout ce beau monde reparte vers Altakiril. Bref, elle était coincée, sans avoir nulle part ou aller de toute manière. Il lui restait encore la possibilité de voler une navette pour mettre les voiles, mais bon... Les circonstances ne s'y prêtaient pas. Elle se pencha légèrement sur le côté, pour jeter un nouveau regard au drell et au turien qui l'accompagnaient et étaient restés en retraits.

"Vos autres collègues sont en sécurité?"

Il y avait Jaipha bien sûr, mais aussi une personne supplémentaire qu'elle n'avait pas vu, si sa mémoire ne s'était pas faite la malle avec son sens de l'éthique aujourd'hui.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 453
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 545.00 Points

Re: That time we meet again

Message par Laquarius Nix » 26 Janvier 2019, 22:20

Je pointe la porte comme une invitation :

« Pouvons-nous en parler dehors ? »

La pilote acquiesce et se lève. Ce n’est pas que la conversation me gêne.. Enfin si, que ce soit mes collègues, qui sont mieux s’ils ne savent pas tout, ou les civils, probablement lessivés et peu désireux d’en entendre plus, cela fait autant d’oreilles indiscrètes que je souhaite éviter. En me tournant, je vois que Luyon est déjà affrété à des personnes qui semblent encore sous le choc, du moins celles qui le montrent le plus. Gyzarus, quant à lui, est déjà ressorti, il est adossé à côté de l’entrée, ses habitudes sont difficiles à outre-passer.

« Ne vous inquiétez pas pour les autres. Jaipha a récupéré Reno et ils sont partis mettre le gosse en lieu sûr, chez un de vos collègues d’après ce que j’ai compris. Jaipha est civilisée et Reno est très discret, il ne devrait pas y avoir de problème donc. »

Je m’enfonce dans le couloir, jetant un œil derrière moi et croisant le regard de Gyzarus, toujours aussi inexpressif, le turien détourne les yeux. Un peu plus loin, je m’arrête et appui mon épaule sur le mur en me tournant vers Miho. Les mots ne me viennent pas tout de suite et j’hésite, mon regard fouillant la visière de la pilote à la recherche d’un quelconque signe. Finalement, je me lance, incertain :

« Je suis.. désolé. »

Les mots me sont comme arrachés. Je fini à peine ma phrase que j’ouvre à nouveau la bouche, cherchant comment poursuivre.

« C’est de ma faute si ce gosse s’en est pris à vous. »

D’une part cela et d’autre part si l’enfant a pu échapper à la surveillance de sa mère au cours de la panique, j’aurai dû le remarquer, le fait qu’il ait pu échapper à ma vigilance alors que j’étais dans ce bâtiment est inacceptable.
Laquarius Nix #FFFFF80
Code couleur PNJ "récurrents"
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 254
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession: Gardien de Razum'Dar
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 151.00 Points

Re: That time we meet again

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 22 Mars 2019, 22:11

Sans particulièrement chercher à dire un mot, la quarienne suivit Laquarius, le pas bien plus lourd qu'à l'accoutumée. Elle se retourna un instant pour jeter un coup d'oeil au matériel laissé là. Son OmniTech avait peu de chance de disparaître, quant à son arme, sans munition elle était inexploitable. Les mains libres donc, elle s'enfonça dans un couloir, à l'abri des oreilles indiscrètes, et ne s'arrêta que lorsque le turien en fit lui-même le choix. Elle eut une pensée pour Jaïpha, qui pouvait enfin se décharger de son colis enfantin involontaire. Le fait de savoir tout le monde vivant étant en soi une petite réussite alors mieux valait qu'elle se raccroche à ça, même si ça restait difficile.

Elle ne rompit pas le silence. Après tout, c'était Laquarius qui voulait discuter, autant lui laisser la priorité. En fait, Miho n'aurait pas vraiment su quoi dire de toute manière. Le taff était fait, le gamin à l'abri, les scientifiques de la station loin d'ici, et même des otages préalables libérés. Difficile de faire beaucoup mieux étant donné les circonstances. Cependant elle ne s'attendait pas vraiment à ce qu'elle entendit. Surprise, elle vint planter son regard dans celui du turien. Dire ces mots devaient lui coûter plus qu'elle ne pourrait l'imaginer. En fait, peut-être même que ça lui écorchait la bouche. Au sens propre. Ses prunelles dévièrent un instant vers le rafistolage au scotch médical effectué par leur samaritain de terrain.

Miho finit par baisser les yeux, et croisa prudemment les bras sur son ventre. Elle n'arrivait pus vraiment à réfléchir, mais une partie d'elle-même ne pouvait s'empêcher de remettre en doute ces malheureux petits mots. Non pas dans leur sens profond, mais plus dans la raison qui poussait Le turien à être désolé. L'était-il parce qu'un gosse l'avait braquée? Parce qu'il aurait dû éviter que cette rencontre se fasse? Ou parce que le père du gamin s'était retrouvé sur sa route et qu'il ne s'était pas posé la question du droit à la vie à ce moment-là? Sur ce dernier point, il aurait été très déplacé de sa part de faire le moindre commentaire.

"Oui, au moins partiellement."

Pour sûr, elle ne se serait jamais trouvée face à une arme pointée par ce gosse en particulier si son géniteur n'avait pas été abattu. Mais d'autres facteurs rentraient aussi en ligne de compte. Le désespoir du gosse jamais pris en charge, ou pire, peut-être même carrément exploitée. Probablement que d'autres choses lui échappaient encore et qu'elle n'en saurait jamais rien. Est-ce que ça comptait vraiment? En fait, elle était même incapable de dire si le fait que Laquarius soit désolé comptait. Elle ne valait pas la peine qu'on soit désolé. Surtout pas elle. Fabius, par contre... Mais il n'était pas là et c'était mieux ainsi.

"Vous savez, j'ai conscience que les gens comme vous ou moi ne sont pas faits pour connaître une mort paisible à un âge très avancé. Nous avons fait le choix de miser nos vies, même si ce sont pour des raisons différentes. Les chances que je meure en mission sont quasiment assurées, mais jamais je n'avais envisagé que la personne qui pourrait m'abattre puisse être un gosse plus terrorisé qu'autre chose."

Elle ferma les yeux, et se passa une main sur la visière. Le regard déchirant de Fabius ne sera qu'une chose de plus venant s'ajouter aux visions d'horreurs, aux cris et aux gémissements de souffrance qui hantait ses nuits. Exactement comme l'Elcor dans ce couloir, ou les cadavres massacrés des hommes qu'elle avait torturé en soute. Aucune vie sauvée ne pourrait changer ça.

"Avec le recul, je me dis que vous pourriez tout aussi bien un jour braquer le canon de votre arme sur mon crâne et qu'au final, ce serait peut-être même mérité, qui sait?"

Quelque part, c'était en un sens ce qui s'était produit avec Fabius. Elle n'aurait été qu'un dommage collatéral de plus. Sauf que bizarrement, pour le coup, cette perspective semblait être moins plaisante pour le turien. A moins qu'elle se fasse des idées. Après tout, le gosse l'avait évoqué et Luyon n'avait pas nié.

"Pourquoi faîtes-vous suivre mon vaisseau? Vous croyez à ce point que je cherche à vous nuire? Ou vous pensez peut-être que la frêle quarienne que je suis a besoin d'être tenue à l'oeil, des fois que je tomberais sur des esclavagistes un peu plus organisés que la moyenne?"

Pour la dernière option, elle en doutait méchamment. Surtout que Laquarius était venu avec personnel et matériel fait pour encaisser une bataille. Elle ne doutait pas un seul instant que la chasse aux criminels était devenu en tout cas ce jour-là son hobby.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 453
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 545.00 Points

Re: That time we meet again

Message par Laquarius Nix » 24 Mars 2019, 12:44

D’abord incrédule, je garde une expression neutre face à la question de la pilote. Tout de même sur la défensive, je scrute sa visière et son expression corporelle pour essayer de savoir à quel point elle possède des informations sur le sujet. Fronçant les arcades, je prends finalement la parole après une seconde de réflexion :

« Je ne fais pas suivre votre vaisseau, vos déplacements dans la zone Terminus sont répertoriés et je me rends sur place, seul en temps normal. »

J’insiste sur ce point. Si mes collègues étaient là aujourd’hui, c’était pour régler le soucis des esclavagistes. Pour ma part, je me déplace toujours équipé de la même façon. Les autres en revanche étaient venus en gardant en tête l’option du combat donc évidemment l’allure avait suivi.

« C’était pour la précision. Maintenant concernant votre questionnement.. »

Un sourire se glisse brièvement sur mon visage. Si Miho pense que je m’occupe des gens qui veulent me nuire de cette façon, elle est bien loin du compte mais qu’elle garde cette idée n’est pas une mauvaise chose. Pour l’autre solution, ma foi il serait désormais facilement de démontrer empiriquement que j’ai raison de le faire.

« Probablement un peu des deux. Si vous pensez que vous pourrez toujours vous en sortir en embarquant tout le monde et fuyant, vous vous mettez le doigt dans l’oeil. Luyon, Reno, Jaïpha et Gyzarus étaient là pour faire face aux esclavagistes, je ne suis ici que parce que vous l’êtes aussi. »

Mes bras se croisent sur mon torse et mon ton s’endurcit inconsciemment.

« Ne vous méprenez pas, je ne dis pas que c’est la meilleure solution, si vous n’aviez pas été là, il y aurait certainement eu des pertes civiles. Pour autant c’est la seule que nous avons disposition pour le moment : affronter. Avec le temps, les souillures craindront d’avoir à faire à nous, mais ça aussi ce n’est que temporaire. Le réseau d’esclavagisme d’aujourd’hui sera démantelé par nos soins dans la semaine. Si cela venait à s’ébruiter, tout pointerait vers l’événement d’aujourd’hui et la SCTI aura toutes les retombées médiatiques à son compte. »

Quand il s’agit de la résonance de nos actions, le mot d’ordre est clair : rien ne doit transparaître. Jamais nous n’officialiserons notre existence, jamais nous ne nous revendiquerons quoi que ce soit et jamais nous ne démentirons quoi qui puisse nous être attribué. Ainsi, nous laissons la rumeur faire notre réputation pour nous, les affabulations auront tôt fait de nous faire paraître pour bien plus actif que nous le sommes et pour ceux qui crieront au bluff, ils se feront imprudents et pourront goûter à notre efficacité d’eux même. J’acquiesce finalement à mes propres pensées avant de pointer une main vers Miho.

« De toute manière vous n’avez pas envie de vous associer ouvertement à des criminels, n’est-ce pas ? »

Au regard de l’espace concillien c’est évidemment ce que nous sommes et j’aurai bien du mal à me considérer autrement vu mon bagage. Enfin ça ne reste qu’une appellation, rien qui ne puisse m’inquiéter. Je ne suis pas leurs règles, tant pis j’ai les miennes, même si ça ne veut pas dire que je me considère comme quelqu’un de bien ou méritant. Je repense à ce que Miho a dit sur le fait d’anticiper de pas connaître une mort paisible, elle a poursuivi sur l’âge mais cela ne m’importe guère. Comment ne pourrais-je pas considérer une délivrance comme paisible ? Je garde cette réflexion pour moi, peut-être la pilote est-elle anxieuse à l’idée de voir sa fin arriver, nous ne sommes pas égaux devant ce fait et lui rétorquer que c’est quelque chose que je prévois pour moi depuis maintenant quelques temps ne serait d’aucune utilité.
Laquarius Nix #FFFFF80
Code couleur PNJ "récurrents"
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 254
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession: Gardien de Razum'Dar
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 151.00 Points

Re: That time we meet again

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 24 Mars 2019, 20:58

Laqua avait ses méthodes, Miho s'en doutait bien. Elle l'avait vu à l'oeuvre plus d'une fois de toute manière. Seulement elle se doutait bien qu'avant d'en venir à la tuer elle, il lui aurait fallu quand même deux ou trois trucs de plus. Même si foncer dans le tas et abattre ce qu'il jugeait, à tort ou à raison, comme une menace était dans ses habitudes, tuer une quarienne à la tête d'un groupe de bisounours allait nécessité un minimum de justifications, même à ses yeux. D'où l'utilité de surveiller ses déplacements. Soit dit en passant, s'il était resté en soute précédemment, il aurait eu son excuse. Du moins Miho en avait la certitude. Après tout, le turien avait la gâchette facile avec les monstres, et la quarienne était loin, très loin d'être une sainte, malgré sa réussite pour le faire paraître.

Elle l'écouta simplement apporter ses éclaircissements, et n'y vit pas grand chose de différent. La seule note personnelle qu'elle en fera était de dorénavant faire un minimum d'effort sur le flux d'informations concernant les itinéraires de l'Erakis au sein des systèmes terminus. Pour le reste, chacun son style. La Coopérative évitait de se cacher, et les membres les plus connus ou médiatisés affichaient ouvertement leur appartenance à la SCTI, comme autant de cibles détournant les regards de ceux plus discrets qui commençaient à s'étendre dans et hors espace conciliens. Leur groupe était énorme, mais l'indépendance de chaque membre nécessitait un traitement plus pousser de l'information. Traitement encore en développement à l'heure actuelle. Le groupe de Laquarius misait sur la rumeur, c'était un moyen comme un autre. Elle n'allait certainement pas dénigrer cette méthode, elle restait radicalement efficace, surtout en milieu criminel. Pour Miho, les retombées médiatiques n'étaient qu'un petit plus favorisant la visibilité des membres cibles et la méconnaissance totale des membres en infiltration.

"Croyez bien que si l'information avait été complète et fournie suffisamment tôt de notre côté, et j'ai parfaitement conscience que la SCTI a encore de gros progrès à faire de ce côté-là, le personnel de la station aurait été évacué la veille et remplacé par des forces d'Altakiril, quelques éléments entraînés de la Coopérative, et tout ajouts concilien armé jugé nécessaire."

Cela dit, s'ils avaient été informés plus tôt des poubelles flottantes dans lesquelles ces esclavagistes se déplaçaient, l'Erakis aurait probablement suffit à lui seul à tenir en respect leur flotte en attendant les renforts. En un sens, heureusement qu'ils n'avaient pas eu cette information, sinon les otages à bord ne s'en seraient probablement pas sortis en si bon état.

"Effectivement, nous préférons éviter de collaborer ouvertement avec des criminels, pour des raisons évidentes de sécurité et d'efficacité pour les deux partis."

Officieusement c'était une autre histoires. Les contrebandiers restaient leurs interlocuteurs privilégiés, même si des membres de gangs, pirates ou autres assassins pouvaient parfois apporter de menus détails exploitables par la Coopérative. Apparemment, on pouvait être une ordure et avoir parfois des pensées éthiques valables. Et puis il ne fallait pas trop cracher dans la soupe quand on voulait en faire un met gastronomique.

"Un deuxième raid était prévu dans le système Aroania dans les heures qui suivent. Des membres de la SCTI sont déjà sur les point de les interrompre à leur ravitaillement dans le système Odah. Laissez vivre un peu plus longtemps les types en soute m'aura au moins servi."

Auraient-ils besoin des informations récupérées en ce moment sur les terminaux des vaisseaux esclavagistes? Probablement pas. Laquarius et ses collègues en savaient bien assez. Assez pour anticiper l'attaque et vouloir tellement assurer la discrétion de leur groupe que des victimes imprévues sur leur route n'auraient été que des dommages collatéraux de plus. Exactement de ceux qui finissent par voir naître des Fabius.

"Personnellement je ne pourrais que très difficilement m'abstenir de juger vos méthodes, à vous ou vos collègues. Peu importe qui était là pour quoi, tout ce que je vois, c'est que personne de votre côté n'a jugé utile, malgré votre bon niveau d'informations, d'exploiter ses connaissances pour sauver des vies. J'imagine que tuer une poignée d'esclavagistes et permettre à la rumeur s'étendre pour votre groupe vaut bien quelques cadavres supplémentaires."

Si l'amertume transparaissait facilement dans le ton de la quarienne, quelque chose d'autre, de plus profondément triste, s'en dégageait également. Peut-être de la culpabilité.

"Nos façons de faire divergent tellement que je suis étonnée que l'un d'entre nous n'ait pas déjà essayé d'abattre l'autre. Alors je vais mettre mes ressentiments personnels de côté et vous proposer un deal."

Elle prit une longue inspiration, qui s'étouffa dans une petite toux qu'elle calma rapidement. Fichue douleur.

"La prochaine fois que vous aurez l'opportunité de traquer une cible criminelle, quelle qu'elle soit, pourriez-vous envisager, à un moment où à un autre, d'en informer la Coopérative, histoire qu'on dégage la voie au préalable?"

Sa voix vacilla légèrement. Elle releva la tête pour fixer Laquarius droit dans les yeux. Son ton s'apparenta plus à une supplique qu'à un banal échange de bons procédés.

"Si vous et vos collègues êtes suffisamment bien informés pour avoir le temps de vous préparer, et si la vie a encore une once d'importance à vos yeux ou aux leurs, par pitié, donnez-nous le temps d'épargner ceux qui n'ont rien à voir dans votre vendetta."

Et peut-être certains criminels sans grandes implications stratégiques pourront être abattus froidement au lieu de se faire torturer par ses soins pour des infos qu'elle aurait pu avoir d'une autre manière.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 453
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 545.00 Points

Re: That time we met again

Message par Laquarius Nix » 28 Mars 2019, 15:35

À mesure que la pilote parle, la moutarde me monte au nez. Je sens mes traits se durcir au fil de ses paroles mais ne fais pas un seul effort pour m’en cacher. Pour être honnête, je prends quand même sur moi pour ne pas éclater ouvertement. Ses derniers mots sont les gouttes de trop dans un vase déjà bien rempli. D’instinct, je me redresse de toute ma stature pour toiser Miho, un agacement mêlé à du dégoût dans le regard. Mes mâchoires se resserrent et je retiens mes bras de bouger.

« Vous pensez vraiment que je fais ça par amusement, hein ? Sacré passe temps , pas vrai ? Vos phrases assassines.. foutez vous les au cul. »

Mes nerfs l’emportent et je la saisi par les épaules. D’abord tenté de la secouer, je me freine et colle presque mon front contre sa visière.

« Regardez moi, putain ! J’ai l’air d’aimer ça ?! Vous croyez que je m’épanouis ?! D’après vous je rentre le soir en comptant le nombre de personne que j’ai tué chaque jour, c’est ça ? Et j’ai un super tableau de chasse que j’alimente goulûment aussi ? »

Je la relâche, dégoûté, et recule d’un pas.

« Bordel.. ma vendetta est finie depuis longtemps et vous devriez le savoir, surtout vu la conversation houleuse que ça a engendré. Tout ça n’a aucun rapport. Évidemment que si nous avions les moyens nous sauverions tout le monde, mais bienvenue dans la vraie vie où on se contente du moindre mal, parce qu’on ne pourra pas faire mieux. Sérieusement, soyez logique deux secondes, si on veut juste tirer sur d’autres criminels il y a largement de quoi faire sur Oméga, pas la peine de se faire chier à venir ici. »

Ma voix retombe un instant, le temps de cesser le tremblement de mes mains et reprendre le fil de mes pensées sur un ton plus neutre.

« Concernant votre accord : d’une part la décision ne me revient et d’autre part il ne sera pas accepté en l’état. Réfléchissez un moment, vous me demandez de vous fournir tous les déplacements du Comité. Qui me dit que le jour où vous nous jugerez trop dangereux et nous attendrons bien sagement lors d’un de ces-dits déplacements pour nous baiser n’arrivera jamais ? Vous m’avez connu imprudent et téméraire, mais c’est seulement quand ça ne me concerne que moi. Enfin je peux quand même faire la proposition si vous y tenez tant, voir vous laisser venir la défendre, que ce soit en visioconférence ou physiquement. »

C’est la promesse la plus honnête que je puisse faire, mais il ne fallait pas avoir fait trois ans ou plus de psychologie pour savoir que la bonne majorité de, si ce n’est tout, mes collègues allaient soulever le même point que moi, possiblement de manière plus virulente. Maintenant il fallait aborder le sujet récurrent aux lèvres de la pilote. Une obsession intrigante portant sur la possibilité que l’un d’entre nous en vienne à abattre l’autre, même si à l’écouter ça tient plus du fait qu’aucun d’entre nous ne pourra vivre tant que l’autre survivra. Un point que j’ai laissé passer avant mais qu’il va falloir éclaircir pour de bon.

« Pour ce qui est de savoir qui de nous deux tuera l’autre.. »

Je dégaine mon couteau et le tends à Miho, lentement, en le tenant par la lame.

« Allez-y, vous avez laissé votre arme là-bas et celle-là est silencieuse, aucun risque d’affoler les civils. La courbure épouse parfaitement la forme du cou, impossible de vous rater. »

Le bras tendu, je reste là à fixer la pilote, sans afficher aucune émotion.
Laquarius Nix #FFFFF80
Code couleur PNJ "récurrents"
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 254
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession: Gardien de Razum'Dar
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 151.00 Points

Re: That time we meet again

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 31 Mars 2019, 14:28

Chaque phrase, chaque mot, avait l'effet d'une masse krogan s'abattant sur un crâne quarien dénué de casque. Y avait-elle été fort? Elle ne pouvait même plus se le demander à ce stade. Elle restait statique, immobile, presque morte, voyant le peu d'espoir qu'il lui restait encore lui filer entre les doigts sans qu'elle ne puisse rien y faire. Vraiment rien. Pendant encore une fraction de seconde, elle essayait pourtant de réfléchir, de se demander où elle avait bien pu merder à ce point. Elle trouva plusieurs points, sans pour autant comprendre ce qu'il aurait fallu faire ou dire à tel ou tel moment. Elle n'a pas eu de mouvement de recul, mais sa tête s'est inclinée, et elle a fermé les yeux, le plus fort possible, pour chasser l'expression qu'il voulait lui imposer. Après tout, c'était peut-être ça, les émotions principales et réelles de Laquarius. Ça et rien d'autre. Cela expliquait beaucoup de choses, et elle n'en tirait qu'une seule et importante leçon. Elle avait merdé. Dès le début. Dès ce parc sur Sur'Kesh. Elle s'était rétamée en beauté. Ce genre d'erreur, elle ne la faisait pas souvent. Seulement cette fois-ci, elle allait le payer pendant très longtemps.

Quand elle rouvrit les yeux, ce fut pour les baisser, comme au ralenti, sur la garde tendue du genre d'arme dont elle était relativement bien habituée au maniement. Une expression désemparée, brisée, lui passa sur les traits. Un vide infini s'empara d'elle, mais à son grand regret, ce désespoir fut bien trop vite remplacé. Quelque chose d'autre, qui ne lui appartenait pas, vint s'emparer de son sentiment d'impuissance pour le muer en colère froide et malsaine. Une sensation pas si étrangère que ça, puisqu'elle savait s'en servir quand c'était nécessaire. Sauf que là, rien n'était nécessaire. Elle cessa quasiment de respirer, son regard fixé sur le manche. Il avait raison, ce serait rapide, silencieux. Pas de quoi attiser la panique. Un cadavre de plus noyé dans la masse de ceux du jour. Et puis bon, si ses "collègues" étaient si indépendants que ça, le temps qu'ils mettraient pour comprendre, elle serait probablement hors d'atteinte. Et s'ils étaient particulièrement brillants, ça ne ferait que quelques cadavres de plus le sien compris. Fallait-il considérer sérieusement cette option? Non...

Ou peut-être que si. Laquarius risquait de trouver le temps long, avant qu'elle ne se décide à y répondre. Cette sensation lui donna le sursaut d'adrénaline nécessaire. Il ne lui fallu guère plus d'une seconde pour s'avancer, attraper le couteau, presque l'arracher de la main du turien en se foutant pas mal de le blesser au passage, et lui plaquer la partie tranchante contre le cou. Une gestuelle fluide, instinctive et sans même une once de tremblement. Sans doute esquinta-t-elle légèrement la chaire au passage, mais le mouvement restait maîtrisé. Froidement et inhumainement maîtrisé.

L'occasion était décidément trop tentante.

Sa poigne se raffermit sur le manche, pressant d'autant plus, faisant couler une fine goutte de sang cette fois-ci. Le pire, c'était que même là, elle ne paraissait pas vraiment hésitante ni même fébrile. Son ton semblait comme vide, égal à n'importe quel stéréotype banalisé d'assassin. Elle n'était plus vraiment elle-même. Du moins pas la version d'elle-même que le turien avait eu l'opportunité de voir jusqu'à présent. Il ne chercha même pas à se défendre. Pire, il lui attrapa le bras, comme pour l'inciter à poursuivre. Miho planta son regard dans le sien, et ce qu'elle y vit ne laissa sur ses traits qu'une indifférence atrocement contraire à tout ce qu'elle affichait d'habitude. Cependant, elle retint son geste.

"Je vous ai connu avec le goût du sang, Laquarius. Et ça, c'est le genre de chose dont on se débarrasse difficilement. Aimez-vous tuer? Oh, je ne le pense pas vraiment. Peut-être que parfois ça vous hante, mais la plupart du temps, ça vous indiffère. Vous devez vous être convaincu du contraire, mais pour moi une chose est certaine, vous n'avez pas la plus petite once de respect pour la vie."

Elle y croyait pleinement à ce moment précis, et cela se voyait. Elle se permis même de cesser de contrer la pression du turien, laissant la lame traverser sa peau, avant de la retenir à nouveau, avec une précision semblable à un synthétique.

"Aujourd'hui un groupe est venu pour des esclavagistes. Une fine équipe ma foi bien informée, présente depuis quoi... Quelques heures? Des jours? Depuis combien de temps savaient-ils qu'ils viendraient ici? Pas assez de temps pour envisager un appui? Non, ce serait une prise de risque. Ces gens, sur cette station, ils n'en valent pas la peine et la grande majorité s'en sortirait. Ce n'est pas si cher payé pour abattre des monstres après tout. Manque de moyens... Mon cul."

La lame se fit même plus pressante encore, et elle la laissa sans hésiter pénétrer la chair, mais ce n'était pas suffisant pour atteindre quoi que ce soit de vital. Sauf si l'un ou l'autre venait à avoir un mouvement brusque. Miho savait exactement ce qu'elle faisait, et c'est bien là tout le problème. Elle paraissait imperméable.

"Jamais je n'ai parlé de nous fournir tous les déplacements de votre Comité. J'ai parlé de nous donner les moyens d'épargner des vies. Je vous offre la Coopérative, de la manière qu'il vous conviendra. Mais malgré votre grandeur d'âme en me donnant la possibilité d'en parler, vous vous braquez. L'expérience sans doute. Il est vrai que toute personne que l'on croise vous plantera une lame dans le dos, ou dans la gorge en l'occurence. Je pense qu'il est depuis longtemps trop tard pour y changer quoi que ce soit."

Elle contrait à présent la pression du turien, limitant cette fois-ci la progression de la lame, mais sans pour autant la retirer. Elle détailla son visage quelques secondes, mais rien sur ses traits ne pouvait trahir ce qu'elle pensait, ce qui la rendait d'autant plus déplaisante, elle qui pourtant était toujours si expressive.

"Imprudent et téméraire... Non. Mon pilote est imprudent et téméraire. Vous, vous êtes arrogant, provocateur, extrême... J'ignore à quoi vous jouez, mais je pense surtout que je ne veux pas savoir. Je ne veux plus. Je suis fatiguée. Laquarius. Fatiguée de chercher à croire que vous en avez quelque chose à foutre des gens, alors que ce n'est pas le cas. Je n'ai plus la force d'y croire et de me reprendre ma naïveté en pleine gueule comme la dernière des imbéciles. Alors arrêtez cette attitude protectrice avec moi. J'ai bien vu dans cette soute, que c'est un véritable supplice pour vous de m'avoir laissé ces types, alors que ça pouvait sauver d'autres vies. Penser aux otages... Quel bel hypocrite vous faîtes!"

Elle ne marqua quasiment pas de temps d'arrêt, si ce n'est pour laisser à nouveau la lame gagner quelques millimètres dans la gorge du turien.

"Vous décidez qui doit vivre ou mourir, avec toute la certitude que ce sera assurément pour le plus grand bien, sans vraiment chercher à voir au-delà de l'opportunité de l'instant. Vous êtes quelqu'un de dangereux qu'il serait préférable d'abattre selon vos propres critères."

Jusqu'ici, elle n'avait même pas sourcillé, indifférente et glaciale. Elle se contentait de retenir la lame, sans vouloir pour autant l'écarter.

"Hélas j'ai un petit problème. Vous êtes un criminel d'envergure Laquarius. Le genre à avoir ses fidèles. Mais faire de vous un martyr serait une grossière erreur et nuirait sur le long terme à tout ce pour quoi je me bats. J'en viens à vous comparer à Mason. Lamentable, non?"

Mais finalement, elle lâcha le manche, et la lame retomba, emportant certainement un ou deux petits morceaux au passage. D'un geste un peu brusque, elle se dégagea et recula de deux pas.

"Je vous interdis dorénavant de suivre les mouvements de l'Erakis dans les Systèmes Terminus. Vous rendez notre travail visible aux yeux de vos collègues du Comité, ce qui met mon équipage en danger. Je ne peux décemment pas vous accorder la moindre confiance sans accord préalable. L'offre de vous fournir les moyens de la Coopérative restera ouverte vingt-quatre heures. Je n'y crois plus, mais je le dois au moins aux quelques civils qui risquent de croiser votre route et de finir inutilement à la morgue."

Elle l'attendait déjà, le retour de manivelle, habituée qu'elle l'était au conflit avec lui. Un conflit qu'elle n'essayait même plus d'endiguer, quand elle ne l'alimentait pas carrément comme maintenant.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 453
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 545.00 Points

Re: That time we meet again

Message par Laquarius Nix » 01 Avril 2019, 15:22

Je rattrape mon couteau dans sa chute et, d’un geste sec et maîtrisé, j’envoie les gouttes bleues souillant la lame valser sur le mur et le sol. Une fois cela fait, je range l’arme dans son étui et porte ma main gauche à mon cou pour ralentir l’hémorragie, calmement. Avec le même calme, je saisi le col de Miho par ma main libre et la soulève du sol assez haut pour que son visage soit à hauteur du mien. Je la plaque ensuite contre le mur, en douceur, pour alléger l’effort, pas des plus importants cela dit.

« C’est ça que vous cherchez ? Que je sorte de mes gonds ? Vous serez satisfaite si je vous passe à tabac, ça justifiera votre acte après tout. Maintenant écoutez moi bien, vu qu’apparemment vous n’avez pas le courage de me regarder en face à part quand il s’agit de me servir votre bouillie chauffée et réchauffée d’arguments plus banals les uns que les autres ; vous avez envie de vous convaincre que la vie n’a pas d’importance à mes yeux ? Très bien, admettons le. En effet, ça fait bien longtemps que je n’ai pas été ému par un de mes meurtres, à croire que j’ai fait ça tout au long de mon existence, pas vrai ? »

Rarement m’a-t-on avancé une stupidité aussi grande. Évidemment que tuer m’indiffère, c’était mon métier officiel jusqu’à quelques temps, j’ai vécu sur Oméga et j’ai été confronté à la mort dès mon plus jeune âge. C’est comme dire à un programmeur qu’il ne se réjouie pas quand il finit son centième logiciel. Nécessairement, une carapace d’habitude se forme autour de vous, que ce soit une protection ou simplement de la lassitude.

« Pourtant ça ne prouve pas que je suis un monstre motivé par le goût du sang. »

Je marque une pause avec un ricanement amer, réfrénant le désir de m’esclaffer sourdement. Mon sérieux revient aussitôt et je raffermis ma prise.

« Vous n’avez aucune foutue idée de ce dont vous parlez, le goût du sang ça n’existe pas, c’est une excuse, ni plus, ni moins, pour se dédouaner d’avoir péter les plombs. Ça en revanche, oui, ça m’est arrivé plusieurs fois. Oh oui.. Ce besoin d’expier ma haine par les armes, la violence, je ne m’en cache pas, je l’ai ressenti, à multiples reprises même, et je rien fais pour le contrôler. Néanmoins cela fait bien longtemps que je ne l’ai pas eu, ce qui ne veut absolument pas dire que ça n’arrivera plus. Je sais très bien que je replongerai tête la première si.. certains événements.. venaient à se produire. »

Il ne sert à rien de me voiler la face, si quelque chose arrivait à l’orphelinat ou Alice, les responsables seraient traqués comme des bêtes, par une bête. La seule différence qu’il pourrait y avoir avec ma précédente vendetta serait l’expérience que j’ai engendrée depuis, en d’autre terme aucun responsable ne s’en échapperait avec une mort rapide, je m’assurerai même qu’ils ne suicident pas avant que j’en ai fini et s’ils le font, je les traquerai plus tard.

« Donc non, je n’ai pas le goût du sang. Ce que j’ai en revanche c’est de la pitié. C’est même le sentiment principal que je ressens en vous voyant répéter votre disque en boucle en espérant que ça le rende plus véridique à chaque tour. Vous m’attristez, coincée que vous êtes dans votre étroite combinaison, votre étroite cabine et votre étroite mentalité. J’en viens presque à me demander si vous ne cherchez pas à vous convaincre que nous sommes différents, comme vous le dîtes. Après tout, on fait tous les deux tout ce que l’on peut pour arriver à nos fins, on s’est tous deux entouré d’un groupe solide, on a tous deux une personne qui nous fait passer pour des vieux gâteux, vous êtes une peste provocatrice, je suis un vantard mal-aimable. La seule chose qui diffère se sont nos méthodes. »

Je relâche le col de la pilote mais ne recule pas pour autant. Avec nonchalance, je regarde la paume de ma main gauche pour voir si le sang commence à coaguler : visiblement il est encore trop tôt.

« Dernière chose, je ne reçois d’ordres de personne et certainement pas vous. Si votre vaisseau devait être inquiété par mes collègues, votre équipage sera le cadet de vos soucis car je vous tiendrai pour responsable. De toute manière, vos déplacements ne sont visibles que pour mes yeux et non pas le Comité tout entier. »
Laquarius Nix #FFFFF80
Code couleur PNJ "récurrents"
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 254
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession: Gardien de Razum'Dar
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 151.00 Points

Re: That time we meet again

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 01 Avril 2019, 16:47

Alors là, le foutage de gueule venait de gagner quelques crans de plus. Une situation assez abracadabrante qui pourtant ne changea rien sur les traits de la quarienne. Elle avait passé ce stade depuis longtemps à présent et tout l'emportement dont Laquarius pouvait faire preuve, air menaçant et vaines explications n'avaient que le sens qu'elle voudrait bien leur donner quand ça l'arrangerait elle. Elle ne broncha pas plus que ça quand elle se retrouva soulevée du sol avec le divin appui d'une paroi sur laquelle elle replia les jambes, prête au moindre caprice de ses envies à mettre un coup de genoux dans le menton du turien, espérant sans doute qu'il se morde la langue et ferme enfin sa gueule.

Mais non. Comme dit, elle avait dépassé ce stade, et fixait avec un calme décalé et limite malsain son vis-à-vis, avec un détachement qui laissa même plané le doute sur le fait qu'elle écoutait vraiment. Des discours, elle en avait entendu de sa part une bonne série, autant qu'elle en avait donné d'ailleurs. Mais ils en restaient tout deux inlassablement au même point. Elle aurait bien voulu comprendre, mais sans doute que la personnalité du turien était trop complexe pour elle. Ou trop simpliste, dépendant du point de vue. Elle avait été prête à faire des concessions pourtant. Proposer ses services, proposer une alternative, lui demander d'envisager d'autres options que l'abattage pur et simple... Mais non. Etait-elle tellement étroite d'esprit que ça? Vraiment? Non mais sérieusement, vraiment? Il avait l'air d'y croire. En même temps, cela le définissait un peu.

Quand ses pieds retrouvèrent le sol, elle n'eut pas plus de réaction que ça non plus. Le dos toujours au mur, au sens propre comme au figuré, elle n'avait maintenant plus qu'une voie à suivre, puisqu'il lui refermait obstinément toutes les portes, les unes après les autres.

"Menteur..."

Un seul mot, un seul. Pas besoin de plus. L'échange court qu'elle avait eu dans le cockpit avec Luyon valait pour elle bien plus que tout ce qu'elle pourrait maintenant entendre de la bouche du turien. Il avait déjà anéanti tout espoir et toute conscience.

"Oui, moi, l'étroite d'esprit, qui demande au sage turien de s'ouvrir à d'autres perspectives que tuer sans chercher à voir ne serait-ce qu'un peu plus loin. Je suis tellement bornée... Vous avez raison, cela fait très longtemps que j'aurais dû passer à votre point de vue."

Pouvait-il éprouver de la pitié? Bien sûr que non. Il ne voulait que frapper, avec les mots à défaut de ses poings. Ces propos-là n'avaient guère plus d'importance que tous les autres réunis.

"Je vais donc me placer sur votre terrain, celui de la menace, de l'agressivité, de "l'ouverture d'esprit". Offrons-nous une toute nouvelle perspective. Si nos groupes respectifs se croisent à nouveau, à partir de maintenant, vos potes sont nos cibles. Armés au milieu des civils dont ils ne se sont pas inquiétés de la sécurité, la possibilité de les voir comme nos dommages collatéraux sera suffisamment acceptable."

Elle s'avança d'un pas, venant presque se coller au turien.

"La chasse est ouverte, Laquarius."

Puis elle se détourna et s'éloigna. Le dialogue était brisé depuis un bon moment. Deux fois elle lui proposait de l'aide pour sauver des vies, sans réelle conditions que celles que le Comité pourrait donner. Mais non. Trop compliqué pour quelqu'un avec l'esprit aussi ouvert du turien d'envisager une alternative autre que celle de "nos méthodes diffèrent". Si Fabius, l'elcor et les cadavres en soute allaient immanquablement la hanter, au moins à présent, elle savait qu'elle n'avait plus à se soucier du visage de Laquarius.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 453
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 545.00 Points

Re: That time we met again

Message par Laquarius Nix » 05 Avril 2019, 16:10

Les bras de Laquarius lui tombèrent quand il fut traité de menteur. Un mélange de déception et découragement lui monta dans la poitrine. Les menaces futiles de la pilote ne lui extirpèrent rien d’autre que de la lassitude. D’une part si elle pouvait lancer son groupe dans une telle croisade, alors qu’elle ne pouvait apporter aucune preuve tangible contre le turien et ses collègues -l’existence même du Comité n’étant pas avéré à part dans la voix de Miho, des doutes quant à la gérance hiérarchique de sa coopérative pouvait être émis. D’autre part, la quarienne ne connaissait pas le dixième de ceux qu’elle désignait comme cible et avec l’investissement que représente le fait d’établir la liste complète, la SCTI n’était pas prête de pouvoir repérer qui que ce soit, sans compter tous les membres qui n’avaient rien à voir avec le terrain.

Ce qui fit réagir Laquarius, en revanche, fut la dernière phrase de la pilote. Son sang ne fit qu’un tour, un goût de fer lui remonta au fond de la bouche, l’instinct lui fit passer un doigt dans le cercle de son couteau. Après tout, elle lui tournait le dos et puis même si ce n’était pas le cas, ce n’était pas comme si elle avait la moindre chance face à lui. Elle l’avait dit, non ? La chasse était lancée, alors ça n’était pas injustifié. Il ferait ça bien, pas de douleur inutile, pas de bruit, malgré tout Miho ne méritait pas qu’il fasse plus que le nécessaire. Il pourrait tuer cette stupidité dans l’oeuf, ça leurs éviteraient bien du soucis à tous les deux et puis la SCTI était assez grosse, un opportuniste aurait tôt fait de remplacer la pilote. Son esprit s’embruma, à quoi il jouait ? Bien sûr que non il n’allait pas faire ça. Pourtant elle le réclamait presque, à partir avec cette arrogance, ça n’avait rien de l’attitude d’un « chasseur », au mieux un maître chien qui laissait ses animaux faire le sale boulot, mais sûrement pas ce que lui, Laquarius, du temps de sa propre chasse, avait pu connaître. C’était ça, Miho balançait ses mots mais n’avait aucune idée de ce qu’ils signifiaient. Chose qui la rendait encore plus dangereuse. Il se mordit la langue. Bien sûr que non, il la comparait inconsciemment à une sorte de matriarche mafieuse qui envoyait ses hommes dans un combat impossible, mais elle n’avait rien de tout ça. Ce qui lui resta ne fut que « rattraper Miho ».

D’un coup de micropropulseurs, il combla l’écart et saisi le bras de la pilote, fermement, il ne réfléchissait pas, tout partait de l’instinct, à ceci près qu’il avait lâché son couteau. Une violente vague de peur l’avait envahi. Il l’avait senti, cet ancien sentiment d’amertume, son geste vers son couteau avait été personnel, rien de ce qu’il avait connu depuis un moment. Il ne cachait pas ses émotions, c’était trop compliqué pour lui à l’heure actuelle, et ce qu’il ressentait n’était qu’une peur glaciale. Pas à l’égard de la menace de Miho, pas directement en tout cas, il ne faisait aucun soucis pour ses collègues, trop anonymes, trop entraînés, les deux, déjà habitué à passer inaperçus, ils ne craignaient rien ou presque. Non, ce dont il avait peur c’était de jusqu’où la quarienne pourrait aller et ce que cela pourrait impliquer pour lui.

« Votre chasse vous la ferez seule, à courir après des fantômes. Mais une chose : ne me faites pas redevenir comme avant.. Je vous en prie. »

Il relâcha le bras de Miho. Si les limites étaient dépassées, connaissance ou pas, il retomberait inexorablement dans ses anciens travers et malgré l’amitié qu’il avait pu ressentir à l’égard de la quarienne, il lui ferait du mal. Comme il avait pu le faire par le passé, pire que ce qu’il avait pu faire par le passé.
Laquarius Nix #FFFFF80
Code couleur PNJ "récurrents"
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 254
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession: Gardien de Razum'Dar
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 151.00 Points

Re: That time we meet again

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 07 Avril 2019, 18:57

Pour Miho, il n'était pas question de croisade. Sa croisade à elle n'incluait pas des spécimens aussi altruistes que le Comité. Il était plutôt question de ce fait, de mettre de l'eau dans son vin, de cesser de se battre contre du vide, d'arrêter de se pourrir la vie à chercher de nouvelles options pour contenter le maximum de personnes, d'éviter de tuer quand ce n'était pas nécessaire et de satisfaire aux exigences de leur tâche sans avoir é cracher à la figure de ceux qui croisaient leur route. Un défi qu'elle ne voulait plus avoir à relever avec Laquarius, le Comité, ou peu importe comment ils s'appelleraient ou revendiqueraient le bien fondé de leurs actes. Et encore... Elle ne voulait même plus penser à Razum'Dar, et son potentiel service de recrutement d'assassins en herbe, ou pire, l'usage d'enfants sans attaches pour planquer des planifications de meurtres. Niveau éthique, ils étaient à des milliards d'années-lumières l'un de l'autre. Jusqu'ici, elle avait délibérément voulu ne pas voir ça, parce que bon, il devait avoir un bon fond, hein? Il avait l'air de se soucier de la vie de ces gosses.

Ou pas. A présent, les raisons des implications de Laquarius ne regardaient que lui. A quoi bon donner des consignes alambiquées aux membres de la Coopératives, telles que de faire attention, car tout groupe armé au milieu de civils qui faisaient feu n'étaient pas nécessairement des criminels en puissance? Autant se simplifier la vie. Ils sont au milieux des civils et tirent? Ils sont des menaces pour ces civils, neutralisez-les. Point. Ce sera plus facile pour tout le monde. Et si certains s'amusent à se faire un nom dans leur connerie, leur nom, pseudo ou autre s’ajoutera simplement à ceux déjà référencés dans la base de données de la SCTI. Chaque occasion sera saisie. Le ton était donné. Maintenant s'ils étaient aussi invisibles, bienveillants et redoutables, ils n'avaient qu'é faire le nécessaire pour ne jamais croiser les membres de la Coopérative, ou simplement éviter de flinguer de la victime innocente au nom d'une quelconque purge de criminels aussi altruistes et bienveillants qu'eux-mêmes.

Et dire qu'à peu de chose près, elle aurait pu penser que Luyon ou Jaïpha étaient des personnes adorables... Décidément, Miho était vraiment trop conne. Devrait-elle craindre pour sa vie? Laquarius et ses collègues ne seraient que des personnes en plus à vouloir la dégommer. Elle faisait déjà parti du cibles de Cerberus, en quoi un ennemi de plus devrait la faire changer d'avis? Elle l'avait dit, elle savait pertinemment qu'elle ne mourrait pas vieille et paisible. C'était l'un des rares choix qu'elle avait fait et qu'elle ne regrettait pas. Freinée dans son élan, elle ne se retourna qu'avec cette même attitude distante et froide. Elle fixa longuement le turien, et si dans son esprit certaines choses se bousculèrent, aucune ne se rapprochait de prêt ou de loin à un revirement de situation.

"Pourquoi?"

Oui, pourquoi? Pourquoi devrait-elle maintenant se soucier de ses sentiments quand elle avait toujours été incapable de lui faire seulement envisager de tenir compte de ceux des autres? Pourquoi ce serait à elle de continuer à se bercer d'illusions quand en face il n'était même pas question de remettre en cause les méthodes de fonctionnement ? Son ton restait aussi calme que mécanique. Elle avait beau chercher dans le regard de Laquarius, elle n'arrivait plus à éprouver autre chose qu'une vague indifférence. La colère, la désillusion, la rage, la tristesse, le désespoir... Elle n'en voulait plus.

"De ce que j'en ai vu, vos actes font de vous le même turien que celui que j'ai rencontré sur Sur'Kesh."

Elle recula progressivement. Cette conversation était déjà terminée pour elle depuis quelques minutes. Ils ne partageaient qu'un dialogue de sourds sans issue possible.

"Vous m'avez suffisamment fait comprendre que vous étiez seul apte à décider du bien fondé de vos actes avec tout le dégoût et le mépris que cela impliquait envers les gens comme moi. N'allez pas me faire croire que mes actes ont la moindre influence sur vous, ça n'a jamais été le cas. Vous êtes seul maître de votre existence, Laquarius. Je n'ai plus à me sentir responsable d'une chose sur laquelle je n'ai absolument aucun pouvoir."

Elle leva les mains, et continua à reculer. Jamais ses paroles ou ses actes n'ont apporté le moindre changement dans la vision des choses de Laquarius. Elle avait essayé de se mettre à sa place, elle avait compris son besoin de tuer quand ça avait été le cas. Elle ne lui avait même pas reproché d'avoir tuer l'assassin de sa mère, et avait même remis en cause son jugement sur le meurtre de son propre père. Mais comprendre l'élimination de tout ce qui se trouvait sur son chemin, sans considération pour ce que cela impliquait, elle avait beau cherché, elle ne trouvait toujours pas en elle la capacité nécessaire à trouver cela normal. Et il lui avait bien fait comprendre que c'était parce qu'elle était trop limitée. Après tout, il avait même laissé entendre que les conséquences sur Oméga étaient de sa faute, parce qu'elle n'avait pas trouvé judicieux de tuer la tête des Serres, seul groupe qui pourtant tempérait les actes criminels pour limiter la casse sur les habitants de la station. Le débat était interminable de toute manière. Cela dit, Miho avouait sans mal qu'elle s'était plantée dans toutes ses tentatives. Laquarius restera l'un de ses plus gros échecs.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 453
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 545.00 Points

Précédent

Retour vers Abysses Gritchtèques



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron