Trinquons mes jolis, yo ho!

*

Modérateurs : Administration, MJ

Trinquons mes jolis, yo ho!

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 02 Janvier 2019, 18:50

• Date du RP : 01 mars 2195
• Lieu du RP : Au départ de l’orbite de Rannoch / Voile de Persée / Oasis Stellaire
• Type de RP : Solo
• Personnage(s) participant(s) : Miho'Shakti vas Erakis


-------------------------------------------------------------------


Finalement elle l’avait eu, cette occasion d’endosser à nouveau cette tenue de soirée. Depuis les enchères sur la Citadelle, Miho n’avait pas jugé utile de remettre cette tenue pourtant si élégante, pour des raisons évidente d’usage quotidien. Elle croisa les doigts, posément, se délectant discrètement du ressenti proche de la réalité qu’elle éprouvait. La partie combinaison à proprement parlé lui collait au plus près du corps, et la finesse de la matière ne laissait que bien peu de place à l’imagination. Pour palier à ce détail, le textile d’ornement reprenait le rôle de la robe de soirée. Mais contrairement au style qu’elle portait à cette vente aux enchères sur la Citadelle, le style avait été remanié. Après tout, « une lady ne porte pas deux fois la même tenue pour des évènements d’envergure ». Merci Tila de veiller à ce que Miho ne fasse pas de fashion faux pas. Les teintes étaient les mêmes, mais les motifs dorés sur les bordures avaient été légèrement modifiée pour refléter une fleur peu courante que l’on ne retrouvait qu’à l’état sauvage, dans quelques rares oasis de Rannoch. La forme de base, dos nu, était respecté comme il se devait, les câblages toujours dissimulé dans son capuchon. A la différence de la version précédente, le décolleté était plus sage, et se muait en longue jupe drapé par un ingénieux pliage, s’ouvrant très légèrement sur le côté pour laisser deviner ne jambe, et surtout faciliter la marche.

Le regard baissé sur ses doigts, elle s’étonna de ne ressentir un stress que modéré. Elle n’avait pas l’habitude de parler en publique, c’était un fait. Du moins pas devant autant de monde. Les Assemblées Générales qui avaient eu lieu sur Daghemïr l’avaient toujours impressionnée de part le nombre de participants physiques, mais il n’y avait aucune commune mesure avec ce qu’elle voyait devant elle. Dans une pénombre presque insondable, les silhouettes se dessinaient, jusqu’aux derniers sièges de la salle de conférence comble. La plupart des gens n’avaient qu’une idée très modérée de l’endroit où ils se trouvaient, et pour cause, le lieu de rendez-vous premier avait été Daghemïr, depuis laquelle ils avaient pris des navettes sans visuel extérieur. Les personnes avaient ensuite été débarquées dans un hangar, ou des guides les avaient conduits via ascenseurs et transporteurs jusqu’à l’imposante salle de conférence. La grande majorité devait certainement avoir la certitude de se trouver sur Rannoch à l’heure actuelle. Les autres devaient avoir une vague idée de ce qui les entouraient. Seuls les membres de la Coopérative, qui avaient eu accès au développement du projet, devaient certainement trépigner en sachant très bien en quoi consistait la structure qui les accueillaient.

Un petit bruit de frottement détourna son attention de la salle. A côté d’elle, et la dominant de deux bonnes tête, Urs Schmid, ex-gradé de l’Alliance, et accessoirement actuel vice-président de la SCTI, tapotait nerveusement du pied.

 « Ça va aller… »
 « Je ne m’inquiète pas. »

En retrait sur la scène, et l’acoustique de la salle étant travaillée pour, même les personnes au premier rang ne pouvaient entendre les échanges qui se faisaient entre les membres du conseil d’administration de la SCTI. D’autant plus qu’actuellement, un brouhaha discret prouvait que tout le monde discutait pour passer le temps. Bien loin de croire une seule seconde l’imposant humain, la volus à la gauche de Miho lâcha un « pfeuh » presque méprisant, ce qui fit pouffer de rire Fynn qui se trouvait à sa suite. Il fut ramené à une meilleure tenue par un léger coup de coude de Suadela, qui avait elle-même bien du mal à se contenir.

 « Cette unité sent ta peur jusqu’ici. »
 « Tu… Quoi ?»
 « Hu hu. »

Vegtam, tout geth qu’il était, faisait de plus en plus preuve d’une autodérision. Son optique scintilla légèrement, illustrant son hilarité. Les épaules de la turienne se mirent à tressauter frénétiquement, trahissant son propre rire pourtant silencieux. Fyn du se faire violence pour ne pas totalement cédé en admirant le silence dont Suadela était capable dans une telle situation. Il fallait dire que tout le monde était un peu nerveux, et apporter une touche d’humour n’allait certainement pas être de trop. Deux seules personnes parmi eux restaient de marbre. Dahiké, qui avait passé le stade de l’angoisse et était maintenant figé dans sa terreur, restait droit comme un piquet, aussi rigide qu’une barre à mine, le regard obstinément fixé au-dessus de la foule. Dans un autre style, Khapris Cran, la butarienne du lot, paraissait tout simplement imperméable tant à l’humour qu’à l’angoisse. Pour tout dire, elle affichait une vague expression blasée. L’asari Eliade N’Sari et la krogane Tex Qronda se risquaient à sourire, mais leur âge avancé et leur expérience plus poussée leur accordait une maîtrise d’elle-même à faire pâlir d’envie Miho.

De l’autre côté du publique, au fond à gauche, une dernière lueur disparut quand la dernière porte de la salle de conférence se referma, signe que tous les invités avaient pris place. La quarienne donna un léger coup de coude à l’humain qui hocha la tête, avant de se tourner vers la volus qui en fit de même. Il était temps de passer aux choses sérieuses.

 « Bien… Il est temps de commencer. Kanva, c’est quand tu veux. »
 « Très volontiers, présidente. »

Le peu de luminosité présente encore dans la pièce s’effaça totalement, faisant rapidement taire les multiples discussions qui se déroulaient dans la salle. Tous les regards se tournèrent vers la scène. Encore actuellement dans la pénombre, les membres du conseil d’administration restèrent invisibles. Mais ils n’étaient pas encore temps pour eux de prendre la parole.

Une petite forme d’une dizaine de centimètres apparut dans une petite explosion pailletée. A l’avant de la scène, bien au centre, seules les personnes les plus proches purent voir concrètement l’IA. Pour les autres, des écrans de part et d’autres de l’estrade retransmirent l’image de ce petit neurone blanc dont le cœur doré scintillait légèrement. En perpétuel mouvement, tels de petits tentacules, ses connexions qui ne se rattachaient à rien dansaient dans le vide. Une voix androgyne fut audible pour tous, dans cette salle comme ailleurs.


 « Mesdames et Messieurs, permettez-moi de vous souhaiter la bienvenue. Mon nom est Kanva, et je vais vous présenter ce nouveau siège principal de la Société Coopérative de Transport et Intervention.»
Dernière édition par Miho'Shakti Vas Erakis le 03 Janvier 2019, 19:20, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Re: Trinquons mes jolis, yo ho!

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 03 Janvier 2019, 19:19

Weli’Shakti vas Rannoch
Yunn’Shakti vas Rannoch
Los’Shakti vas Rannoch
Kanva


Le pas calme et régulier de Weli tranchait avec les allées et retour des personnes autour d’elle. Dans cet immense salon où de confortables fauteuils entouraient des tables basses, peu de monde était assis. Il fallait dire qu’il y avait des choses à voir. A peu de chose près, la quarienne se serait crue dans un quartier bien fréquenté de Nady’Zah, où des styles très différents se côtoyaient. Elle avait longtemps déambulé dans la galerie principale, bordée de bars, restaurants et quelques boutiques, observant avec curiosité ce nouveau lieu qu’elle découvrait peu à peu. Mais malgré toute sa motivation, elle sentait qu’il était temps pour elle de s’asseoir.

Les jambes lourdes, et un début de mal de dos venant la saisir, Weli’Shakti croisa ses mains sous son ventre conséquent de future (encore) maman. Elle lorgna sur un siège vide de ce salon avant de s’y diriger, pour se baisser prudemment avec un long soupire de bien-être. C’était fou comme un simple changement de position pouvait la détendre ! A peine installée, quelqu’un vint lui proposer de quoi boire, ce qu’elle accepta bien volontiers. Sa combinaison adaptée à sa situation, elle bénissait Avenir de faire également du sur mesure. Difficile pour une quarienne de trouver une tenue de sortie quand elle se trouvait à quelques semaines seulement de l’accouchement.

 « Maman ! »

Fendant la foule avec toute l’énergie du gosse de neuf ans qu’il était, Yunn se faufila jusqu’au fauteuil de sa mère.

 « Vous avez déjà fini ? »

Sa visière passablement transparente permit à Weli de ne rien manquer de la moue boudeuse de son fils.

 « Ça nous a pris plus d’une heure ! Et Akasha nous a aussi montré un bout du jardin. Mais il n’avait pas le temps de tout nous faire voir, alors…»
 « On en a probablement vu plus que tout le monde ici. »

Arrivant à son tour, à un rythme bien moins énergique que son fils, Los’Shakti tira un fauteuil pour se rapprocher de sa compagne.

 « Tu es fatiguée ? »
 « Non non, je voulais juste m’asseoir un peu. Je crois que j’ai fait le tour de la galerie marchande. »
 « Tu veux dire, la galerie de cet étage ? »
 « Il y en a d’autres ? »
 « Il y en a trois en tout ! »

Fier d’avoir bien mémorisé les informations qu’Akasha lui avait donné pendant sa petite visite improvisée, Yun tendit sa main devant lui, illustrant le chiffre de ses trois doigts.

 « Cette station est bien plus grande que Daghemïr, alors ! »
 « Ne m’en parle pas, on a dû prendre un petit transporter jusqu’à l’appartement que Miho nous a réservé. Et il est énorme lui aussi. »

Entre les deux sièges de ses parents, Yunn se souleva sur les accoudoirs, bras tendus, pour balancer ses jambes au-dessus du sol.

 « Papa m’a laissé prendre les commandes du transporter ! »
 « Yunn !! »

De l’expression faussement désolé de son fils, Los passa à celle, clairement courroucée de sa compagne.

 « On avait dit pas de conduite avant l’âge légal.»
 « C’était pas un véhicule à proprement parlé. Et ces machins circulent de façon autonome. Yunn n’avait qu’un contrôle très modéré, sous ma surveillance. Et puis pourquoi tu laisse Miho le mettre aux commandes de son kodiak alors que moi je ne peux même pas le laisser manipuler la clim ? »
 « Parce que c’est sa tante ! C’est son rôle de le laisser faire des choses qu’on lui interdit. Toi tu ne peux pas, tu es son père.»
 « Je peux faire toutes les bêtises que je veux avec tata alors ? »
 « Non ! ! ! »

C’était pas drôle. Quand ses parents étaient en contradiction sur quelque chose, dès qu’il essayait d’en profiter, papa et maman se mettaient subitement d’accord pour le remettre à l’ordre avec une complicité qui ne laissait à son esprit retord qu’une marge de manœuvre bien trop limitée. Il se laissa retomber au sol, l’air dépité.
Détournant toute la petite famille de sa discussion, la lumière baissa légèrement, et des écrans qui jusqu’ici ne faisaient qu’afficher le logo de la SCTI tournant sur lui-même laissa apparaître une sorte de petite créature blanche. Une voix androgyne raisonna, achevant de faire taire toutes les personnes présentes.

 « Mesdames et Messieurs, permettez-moi de vous souhaiter la bienvenue. Mon nom est Kanva, et je vais vous présenter ce nouveau siège principal de la Société Coopérative de Transport et Intervention.»
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Re: Trinquons mes jolis, yo ho!

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 06 Janvier 2019, 17:14

Kanva
Weli’Shakti vas Rannoch
Yunn’Shakti vas Rannoch



Quelques murmures s’élevèrent et moururent rapidement. Pour le moment, tout le monde semblait attentif à cette petite IA qui s’exprimait si posément. Miho observa les quelques personnes visibles pour elle au premier rang. Journalistes, ministres divers, personnalités reconnues dans les milieux politiques, des transports ou scientifique… Elle regretta de savoir ses proches ailleurs que dans cette salle. Il n’y avait malheureusement pas vraiment de place pour la famille, les amis, les voisins, les cousins au trente-sixième degré par alliance, ou toute autre personne dont les motivations à venir seraient trop éloignées de la raison réelle de cette assemblée. Ici, il ne s’agissait principalement que de boulot, mais ça n’avait pas empêcher beaucoup de ses collègues, dont elle-même, d’inviter des proches à bord, même s’ils n’avaient pas de siège réservé à la conférence. Miho se demanda d’ailleurs si son frère avait été voir l’appartement qu’elle avait pris pour lui et sa famille, ou si Tila et Sati avaient trouvé de quoi tuer le temps avant que le keynote soit retransmis en direct un peu partout au sein du nouveau siège de la Coopérative.
Ayant le plein contrôle des projecteurs holographiques, une version clairement diminuée de la galaxie colorée apparut au-dessus des spectateurs, recouvrant l’entièreté de la salle.

 « Dans toute galaxie qui se respecte, et au sein de laquelle différents mondes se côtoient, le transport est une activité indispensable au partage, au progrès et à la survie. Plus qu’une activité commerciale, il s’agit de permettre à tout un chacun d’accéder à des biens ou des cultures sans filtre ni faux-semblants. Tout le monde l’a bien compris, et des organisations diverses et variés s’y imposent une concurrence rude pour en tirer un bénéfice maximum. Hélas, cela a tendance à se faire un peu trop souvent au dépend de ceux qui ont réellement besoin de ce service. Vous, nous, du voyageur au capitaine, de l’agent d’entretien à l’actionnaire, il est rare que tous soient gagnants au même niveau. »

Dans les galeries, la même projection avait pris place, au-dessus de la tête des visiteurs. Qu’ils se promènent dans les couloirs, ou soient assis à un bar ou dans un salon, des étoiles scintillantes se mêlaient à de somptueuses nébuleuses. Au sein de ce décor, un vaisseau se profila. Son style un peu désuet témoignait de son origine quarienne. Quelque très rares invités purent y reconnaître le Maefis, errant seul dans cet univers miniaturisé.

 « Seuls à s’opposer à un certains système, certains équipages refusèrent de se lier à des organisations, afin de conserver la libre utilisation de leurs gains. Mais cette liberté d’action a toujours eu un prix coûteux : la solitude. Un prix qui en engendre d’autres à sa suite. Dangers, incompréhension, difficultés malgré un parcours exemplaire de se forger une liste de clients réguliers… Un désir d’action et de principes souvent ignorés, ou considérés comme insignifiant de par leur isolement. Il était temps que cela change. »

D’autres vaisseaux se profilèrent, venant encadrer le Maefis. Le design très structuré d’une frégate turienne, l’imposante masse d’un vaisseau civil lourd humain puis volus, la finesse et l’élégance d’un yacht asari, le look épuré d’un vaisseau geth d’avant la fédération, les formes alambiquées d’un transporteur galarien puis celui, un peu plus agressif d’origine butarienne… Au final ce ne fut pas moins de neuf vaisseau qui survolaient la tête de tous les individus présents, peu importe où. Dans le salon, Yunn sourit en tendant la main, observant ses doigts traverser le dessous d’un imposant navire turien désuet.

 « Maman, regarde ! C’est le Kignar ! »
 « Oui, je vois ça. »

Murmurant à peine, Weli posa un doigt devant ses filtres, demandant à son fils de ne pas distraire tout le monde avec ses commentaires.

 « Neuf équipages indépendants firent abstraction de leurs différences, pour se réunir sur la base de leurs points communs. Soutenue d’abord par la Fédération de Rannoch, puis par de nombreux groupes aussi bien industriels de gouvernementaux, la Société Coopérative de Transports et Interventions a pu voir le jour, et compte à présent plus de huit cents vaisseaux membres et un nombre plus élevé encore de sociétaires privés à travers toute la galaxie. »

Une série de nouveaux vaisseaux apparut, finissant par éclipser totalement le décor étoilé, jusqu’à faire disparaître le décor réel, noyant les plafonds sous un capharnaüm de cultures, styles, tailles et designs différents.

 « Plus que du transport, la Coopérative, forte de son succès, à choisi d’investir à long terme son temps et ses finances non seulement pour se développer, mais pour faire naître et prospérer des projets qui lui tenaient à cœur. Soutenir de nouveaux équipages en leur apportant les fonds pour se lancer, créer une association d’aide à la jeunesse en collaboration avec des entreprises, assurer une mise à niveau perpétuelle de leurs équipages afin qu’ils puissent faire face à diverses situations, faire naître une cellule d’innovations où tous les membres peuvent faire part de leurs idées, les plus pertinentes bénéficiant d’une bourse pour concrétiser leurs projets… Et il ne s’agit là que d’un échantillon de ce que la SCTI a mis en place, non pas pour leur profit personnel, mais pour celui de leurs membres, et au-delà, celui de toutes les populations.»

Le décor commença à pâlir jusqu’à disparaître, ne laissant plus place qu’à Kanva elle-même, comme au tout début de son discours. Le petit neurone accentua sa luminosité, tout en baissant un peu plus l’éclairage général.

 « Dans un idéal d’union et d’entre-aide, la SCTI se doit de rester mobile et dynamique, permettant d’agir là où elle le peut et le doit, avec un nombre de contraintes minimum. C’est pourquoi elle ne peut se contenter d’un siège aux déplacements réduits, et encore moins d’un centre névralgique rattaché à une planète. Son indépendance se doit de perdurer, car c’est ce qui fait sa force. Une neutralité qui permet de réunir toutes les espèces, de toutes cultures et de toute classe, sans influence ou contrôle de la part d’une organisation à but lucratif ou d’un gouvernement. »

Pendant un instant, Kanva parut se dédoubler. Mais ce ne fut qu’une illusion. De ses connexions naquirent de nouveau neurones, qui étendirent à leur tour leur connexion jusqu’à en faire apparaître de nouvelles. Peu à peu, ce fut tout un réseau neuronal, coloré et immense qui s’étendit à travers la pièce, plongeant parmi les spectateurs, et même les visiteurs où qu’ils se trouvent, enveloppant tout le monde dans une gigantesque toile parcourue par des petites lueurs, rendant le visuel d’autant plus vivant qu’il pulsait en rythme avec la voix de Kanva. Certaines personnes se retournèrent, pour constater l'étendue de la projection tandis que d'autres, surpris par une telle prise en charge du visuel, firent jouer leurs mains devant eux, à travers les neurones et leurs liaisons

 « Dans ce qui paraît souvent un objectif idéaliste, et qui pourtant, pas à pas, s’étend envers et contre tout, la Coopérative poursuit ses engagements, et surpasse les attentes, sans négliger les souhaits individuels. L’aide sans contrainte, la collaboration sans perte de liberté, l’implication dans un avenir amélioré en veillant à maintenir une neutralité. Réussir ensemble, et pas au dépend des autres. Des valeurs qui ont vu naître cette société, et qui aujourd’hui plus encore qu’autrefois ont leur importance. Dans ce but, la SCTi se dote maintenant d’un siège à la hauteur de ces valeurs, et confirme définitivement son envol. Mesdames et Messieurs, nous vous souhaitons donc la bienvenue à bord du Savikar Draanid. »

Disparaissant dans un flash lumineux modéré pour ne pas heurter la vue des personnes présentes, le réseau neuronal céda la place à une imposante structure tournoyant lentement sur elle-même. Une série de murmures commencèrent à envahir la salle. Du coin de l’œil, Miho vit Khapris Cran, son homologue butarienne, rompre avec son stoïcisme habituel pour afficher un sourire satisfait face aux réactions de la foule qui se mit à applaudir.


Savikar Draanid
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Re: Trinquons mes jolis, yo ho!

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 06 Janvier 2019, 17:17

Kanva
Weli’Shakti vas Rannoch
Yunn’Shakti vas Rannoch
Los’Shakti vas Rannoch


Le design un tantinet agressif du Savikar Draanid n’était pas ce qui surprit le plus certains invités. Ceux qui avaient accès à l’intranet de la Coopérative, soit les membres, savaient qu’il s’agissait d’un supercargo. Mais malgré le fait que l’information soit libre en interne, elle n’avait quasiment pas fuité en externe. Dans le salon, au milieu des applaudissements, un galarien et un krogan heurtèrent leurs poings dans un check de satisfaction. Bien que leur petite société ait participé à la création des capsules de survie, ils n’avaient pas eu jusque-là le visuel final du Savikar Draanid. Fier de leur participation, ils finirent par faire tinter leurs verres et descendirent d’une traite leur boisson dans l’indifférence générale.
A quelques pas d’eux, Weli se tourna vers son compagnon, l’air légèrement surpris.

 « Mais… ça ressemble plus à un cargo qu’à un station. »
 « Ce n’est pas une station, mais un supercargo. »

Los afficha un petit sourire amusé, fier de ne pas avoir vendu la mèche juste pour le plaisir de voir sa compagne afficher cette tête d’incompréhension, avant qu’elle ne passe à un air de faux reproches.

 « Tu es déjà venu à bord, c’est ça ? »

Los ne pu s’empêcher de rire en hochant la tête. Bon, il n’avait pas dépassé le stade du hangar lors de ses visites, et le Savikar Draanid était encore en construction à ce moment-là. Weli fit rapidement le lien en se rappelant que, lors d’une discussion autour d’un bon repas chez eux, Miho avait demandé à son frère de rejoindre une équipe de testeur pour ces nouveaux chasseurs qu’ils avaient autrefois imaginés. Elle pensait que les tests avaient été fait depuis un quelconque chantier, sans penser que le dit chantier pourrait être en lien avec la construction du siège de la coopérative.

 « Toi et ta sœur, vous faîtes la paire… »
 « Tu as déjà tout vu ? »

Le quarien glissa un bras autour de la taille de son fils pour le tirer vers lui et l’asseoir sur ses genoux.

 « Oh non. Je n’avais visité que le hangar. Mais j’ai pu le voir de l’extérieur, en testant leur nouveau chasseur. »
 « C’est le FL – Instinct ? Tata m’a dit qu’elle m’apprendrait à le piloter, quand je serai assez grand. »
 « Elle est pleine de bon sens, tata. »
 « Hm… Si je me base sur le plan qu’elle a montré, il lui manque moins d’une dizaine de centimètres avant de pouvoir le piloter… »
 « Ok. Il va falloir que j’aie une petite discussion avec ma sœur. »

Ce fut à Weli de lâcher un petit rire moqueur à l’attention de son compagnon. Leur conversation fut cependant arrêtée, de même que tous les autres murmures, quand la voix de Kanva reprit.

 « D’un d’un peu plus d’un kilomètre, le Savikar Draanid possède tous les avantages d’une station et d’un petit chantier, le tout dans un supercargo parfaitement mobile. Nous ne pourrons ici pas décrire le Savikar Draanid par ses ponts. Il faut dire qu’avec sa dimension titanesque, la répartition des espaces a été reconsidérée sous un angle plus pratique. Aussi, il comporte pas moins de douze ponts, tous permettant des accès rapides à des capsules de survie, et séparés sur quatre secteurs regroupant ainsi dans une zone plus maitrisée certaines spécificités. Les déplacements internes sont facilités par de multiples ascenseurs de différentes tailles et de petits transports de personnes autonomes.

Les ponts neuf à douze ont vu leurs séparations restructurée pour créer une sorte de fusion entre les secteurs trois à quatre, ainsi que les ponts dix à douze du secteur deux, s’ouvrant sur de gigantesques espaces où entre et sortent les navettes via d’imposants sas régulés avec précision, dont l’extérieur bénéficie d’un blindage renforcé pour palier à l’apparente fragilité d’un tel dispositif. Bien qu'il existe de nombreux points d'amarrage à l'extérieur du vaisseau, à l’intérieur jusqu’à six frégates - ou quatre vaisseaux civils moyens ou deux vaisseaux lourds - peuvent se poser sans que personne ne se marche dessus, le tout en laissant suffisamment de place pour l’escadron de chasseurs complet du Savikar Draanid, ainsi qu’une trentaine de navettes supplémentaires. Ce lieu est dédié non seulement à la réception d’invités, mais aussi à traiter, entretenir ou effectuer des réparations d’urgence. En l’absence de vaisseaux autre que des navettes de transport, l’intégralité de ce gargantuesque hangar peut être reconverti en zones d’accueil, de traitements et de soins en cas de récupération de civils ou la prise en charge massive d'une colonie.

Les ponts onze et douze du secteur un, étroitement liés au hangar, fournissent des ateliers ainsi qu’une gestion complète de pièces détachées diverses prêts à l’emploi pour les réparations des vaisseaux de la Coopérative, ou en vente libre pour les visiteurs. Mais bien loin de se contenter de stocker et entretenir le matériel, le personnel qui y travaille est également habilité à faire de la recherche et développement en la matière. L’esprit d’innovation, plus que jamais encouragé dans la SCTI, a trouvé en son QG un pôle où les esprits les plus imaginatifs et ingénieux aiment à travailler, que ce soit de manière fixe, ou sur une période de leur choix.

Les ponts cinq à huit du secteur quatre, additionné aux ponts sept et huit du secteur trois sont consacrés à la gestion et l’entretien des moteurs. C’est à partir de là que des contrôles de sécurité généraux et techniques sont régulièrement faits afin de veiller au bon déroulement des déplacements standards.

Les ponts neuf et dix du secteur un ainsi que le le pont sept, huit et neuf du deuxième secteur sont dédiés à l’usage et l’entretien de l’armement du supercargo.

Les secteurs deux et trois, aux niveau des ponts 5 et 6, sont dédiés aux espaces de repos, tant du personnel fixe que des invités. On y trouve des cabines individuelles, d’autres groupées pour ceux qui viennent travailler en famille, ainsi qu’une trentaine d'appartements, allant du petit studio avec salle de bain individuelle, au loft d’accueil. Si pas mal de standings semblent être représentés, tous ne négligent en aucun cas le confort de leurs utilisateurs. »
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Re: Trinquons mes jolis, yo ho!

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 06 Janvier 2019, 17:19

Kanva
Miho’Shakti vas Erakis


Au fur et à mesure de ses explications, la projection du supercargo affichait en surbrillance les zones définies, afin d’illustrer les propos de manière à les rendre plus compréhensibles.

 « Les ponts trois et quatre des secteurs trois et quatre, ainsi que le pont quatre du secteur deux offrent un dépaysement complet. En effet, c’est là que son cultivées diverses plantes. Rien n’est laissé au hasard. Les déchets organiques sont réutilisés en fertilisants, l’eau est recyclée, l’air déjà filtré et nettoyé bénéficie d’un nouveau souffle grâce à la nature qui se développe sur place. Le Savikar Draanid a fait en sorte de cultiver et développer une sorte d’écosystème afin de rendre son équipage totalement indépendant au besoin. En situation difficile, le siège serait indépendant sur le plan alimentaire, et peut même ravitailler sa flotte d’escorte, sans imposer de privation à son équipage. Dans cette zone, un jardin botanique de taille conséquente expose ce qui est déjà fonctionnel dans un cadre idyllique et reposant. Il est possible pour qui le souhaite de partager idées et suggestions en vue d’une amélioration tout en goûtant à quelques produits fraichement récoltés.

Légèrement imbriqué, mais parfaitement isolé et surtout très bien surveillé, se trouve le cœur du Savikar Draanid. C’est là que se trouve le traitement de données administratives diverses.

Revenons au secteur un. Les ponts quatre à six sont constitués pour la plupart de lieux de vie. Restaurants et cantines côtoient quelques bars ainsi que des boutiques éphémères. Juste en dessous, les ponts sept et huit sont entièrement dédiés au stockage du ravitaillement de ce qui ne peut être créé sur le Savikar Draanid. Des ascenseurs font la liaison entre les cuisines des différents types d’établissements afin de faciliter le travail des employés. Certains restaurateurs ne sont pas nécessairement des membres de la Coopérative, mais peuvent simplement être des indépendants, ou des représentants de chaînes ayant signé un contrat avec la SCTI. En tous les cas, il y en a pour presque tous les gouts, avec bien assez de place pour tout le monde, l’équipage y passant par roulement d’horaires.

Les ponts un à trois du premier secteur, ainsi que le premier pont du deuxième secteur sont consacrés au pilotage et au poste de commandements. Les communications officielles transitent également par là. Les personnes les plus haut placées dans la hiérarchie du Savikar Draanid sont constamment sur place, assurant un service perpétuel suivant un tournus défini.

Toujours dans le deuxième secteur, le pont deux est quant à lui un espace mobile. Des parois modulables permettent de diviser l’espace en plusieurs petites salles de briefing, ou en une gigantesque salle de conférence, comme nous en profitons à l’heure où je vous parle. C’est ici que se déroulent les assemblées générales de la Coopérative. Et si par malheur, victime de son succès, l’espace ne pouvait accueillir tout le monde, l’assemblée est rediffusée en directe sur tous les ponts du vaisseau, permettant à qui le souhaite d’intervenir par OmniTech.

Dans le secteur trois, les ponts un et deux sont dévoués aux soins. Si chaque membre du corps médical a la possibilité de se déplacer, les traitements les plus importants sont prodigués ici. Du matériel médical à la pointe de la technologie y a été installé, transformant l’endroit en un petit hôpital, respectant les besoins et coutumes de toutes les espèces connues jusqu’alors.

Enfin, les deux premiers ponts du secteur quatre permettent à qui le souhaite de pratiquer sport et détente, dans un environnement apaisant. Des cours divers et variés, allant de la relaxation au stage avancé de combat au corps à corps y sont dispensé, et libre d’accès tant pour l’équipage que pour les visiteurs. 

En tant qu’IA, j’ai eu l’opportunité d’intégrer le Savikar Draanid afin d’en réguler les systèmes, d’assurer la protection interne du vaisseau, et seconder son équipage au mieux de mes capacités. C’est avec un grand plaisir que je vous accueille ici et répondrais à vos questions en temps voulu. Une visite plus détaillée a été organisée pour que vous ayez un aperçu plus concret du Savikar Draanid. Je cède maintenant la parole à la présidente de la SCTI, qui va vous exposer le déroulement des événements à suivre.»


La lumière se ralluma progressivement, au niveau de la scène seule, où tout le monde pouvait maintenant constater la présence du groupe dirigeant de la Coopérative. Sans hésitation, Miho s’avança jusqu’au centre. Comme ses collègues, elle portait un petit micro, dissimulé dans son casque. Elle attendit que Kanva confirme qu’ils aient tous été activés pour prendre la parole à son tour.

 « Mesdames et Messieurs, avant tout je souhaite vous remercier, au nom de tout le conseil d’administration de la Coopérative, d’avoir répondu positivement à notre invitation. »

Depuis sa position, la quarienne remarqua que beaucoup d’OmniTech avaient été allumés au cours de la présentation de Kanva. Certains enregistraient, d’autres ajoutaient des notes personnelles. Il s’agissait pour la plupart de journalistes faisant leur travail.

 « En ce moment-même, les moteurs du Savikar Draanid sont en train de chauffer en vue de son petit parcours inaugural. Nous nous rendons plus précisément à la Citadelle, où nous resterons une demi-journée avant de revenir ici, sur l’orbite de Rannoch. »

Derrière elle, l’écran principal redifusa une vue en temps réel des restaurants et salons se trouvant à l’extrême pointe du vaisseau. Les imposants panneaux blindés jusque-là fermés, s’ouvrirent lentement. Aux premières loges, Los, Weli et leur fils virent l’espace se révéler, avec en partie inférieure tribord la courbe élégante de Rannoch et, très loin et à peine visible, le premier siège de la Coopérative : Daghemïr.

 « Pour ceux qui ne peuvent s’attarder plus que nécessaire, des navettes vous permettront de rejoindre vos transports avant le départ. Pour d’autres, des vaisseaux de la Coopératives se tiennent d’ors et déjà à votre disposition dans la Nébuleuse du Serpent afin de vous conduire où vous le jugerez nécessaire suite au voyage. En tous les cas, des terminaux publics vous sont accessibles pour l’usage de votre choix. »
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Re: Trinquons mes jolis, yo ho!

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 06 Janvier 2019, 17:22

Miho’Shakti vas Erakis


Elle se doutait bien que certains journalistes pourraient vouloir transmettre des fichiers plus costauds que de simples messages, avec une stabilité qu’un OmniTech ne pouvait garantir en plein déplacement supraluminique. Ainsi, ils pourraient continuer à faire leur travail sans avoir à choisir entre retarder leur article, ou partir assez tôt et manquer de détails.

 « Nous serons escortés pendant le déplacement par des appareils de la SCTI. Ces derniers ne sont pas définitivement attribués à la protection du Savikar Draanid. A tour de rôle, tous les vaisseaux-membres tiendront cette position, afin non seulement d’assurer une défense flexible, mais aussi de perfectionner les talents des équipages en matière de protocoles de défense. »

Il était temps d’ajouter quelques détails techniques, de ceux qui allaient immanquablement soulever des questions chez les détracteurs de la Coopérative. Même si globalement la SCTI assurait une image plus que bonne, il y aurait toujours des personnes pour écorner leur travail. Ce n’était pas un mal en soi, ce genre de personne, Miho les appréciait. C’était grâce à elle que certaines lacunes de la SCTI en terme de communication pouvaient rapidement être comblées, ou qu’il était possible de cibler certaines actions en priorité pour améliorer l’impact positive de la Coopérative.

 « En plus de sa flotte de défense modulable, le Savikar Draanid est doté de son propre escadron de chasseurs, que Kanva a déjà évoqué dans sa présentation. Il s’agit d’une vingtaine d’appareil, à la structure renforcée et bien entendu armés. »

Alors qu’elle évoquait l’escadron, Kanva repris le contrôle des projecteurs holographique et fit apparaître, en taille réelle, un chasseur aux ailes barrés du logo de la Coopérative. Une série d’exclamation retentirent, et l’appareil se mit à tournoyer lentement, afin d’être observable sous tous les angles.

FL - Instinct


 « Je vous présente en exclusivité le FL – Instinct, créé et développé par la SCTI, en collaboration étroite avec des pilotes de chasses issus de différentes flottes. Ce chasseur nouvelle génération est un petit bijou de technologie. A l’inverse des modèles courants, le pilote n’est pas assis, mais chevauche un bloc ergonomique, modulable en fonction de sa stature, sur lequel il s’allonge partiellement et se stabilise à l’aide de fixations magnétiques. »

Kanva accentua la transparence de l’appareil, laissant apparaître le poste de pilotage dans son ensemble. La position du pilote s’illustra d’abord avec une silhouette chevauchant l’appareil, d’abord humaine, puis turienne, quarienne, volus, galarienne, et ainsi de suite, jusqu’au hanari, et même au lanozienne. De nouveaux murmures se firent entendre dans l’assistance, que Miho fit cesser en poursuivant.

 « Les commandes ne réagissent plus uniquement aux gestes des mains de son propriétaire, mais répond à l’entièreté des mouvements de son corps. Son pilotage s’avère en très instinctif. Des écrans offrent une vue à 360°, créant l'illusion de voler dans l'espace. Ce détail est un atout non négligeable en situation de combat, mais aussi pour le simple plaisir de pilotes émérites, ou d’amateurs de sensations nouvelles. Conçu pour un pilote, il est possible à une seconde personne de s’installer à l’intérieur. Celle-ci n’aura cependant pas accès aux commandes. Pouvant voler aussi bien dans l’espace que dans diverses atmosphères, le FL – Instinct est l’une de nos petites fiertés. C’est pourquoi nous sommes partis du principe qu’un tel moyen de transport ne devait en aucun cas être réservé à notre seul usage. C’est pourquoi une version non armée sera commercialisée dans le courant du mois, à un prix accessible. »

Une nouvelle série d’applaudissement obligèrent Miho à se taire quelques instants. Si en tant qu’ex-pilote de chasse, elle était totalement convaincue par leur nouveau modèle et atteignait un cap d’excitation rare au moment d’en piloter un, elle ne s’attendait pas à ce que son engouement soit aussi bien partagé par des invités. Elle leva les mains, diminuant ainsi le bruit.

 « Je ne pensais pas qu’il y aurait autant d’amateurs de sensations fortes dans cette assistance. »

De légers rires se firent entendre, tandis que l’image du chasseur s’estompait. Miho poursuivit.

 « Pour ce qui est des systèmes de défense propre au vaisseau, je cède la parole à celui qui en prendra soin, le capitaine Urs Schmid. »

Derrière elle, le molosse humain se crispa légèrement. Il s’avança à son tour, ses premiers pas se faisant quelque peu saccadés tant il était nerveux. Pour lui, gérer un commando au beau milieu d’une fusillade avait toujours été une partie de plaisir face à la perspective d’un discours en publique.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Re: Trinquons mes jolis, yo ho!

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 06 Janvier 2019, 17:24

Urs Schmid


Miho se recula, reprenant place au milieu des autres membres du conseil d’administration, laissant Urs plonger sans filet dans l’une des activités qu’il détestait le plus.

 « Merci, présidente. Pour en revenir à la défense du Savikar Draanid, il dispose bien évidemment d’un système GARDIA, assorti du système FLAK, donc les explosions dispersent des ondes éléctro-magnétiques. Le but n’étant pas de détruire un agresseur, mais principalement d’assurer une protection avec le minimum de dommages collatéraux. Pour maintenir une image dissuasive, les plus attentifs d’entre vous auront remarqués sous les reliefs bâbord et tribord du vaisseau la présence de canons. Il s’agit de deux Zatek, dont la taille n’a pas été conçue pour exploiter leur plein potentiel. Pour des raisons pratique et éthique, les dimensions de ces derniers ont été revus à la baisse, de sorte qu’ils possèdent une puissance équivalente à ceux posés sur un cargo lourd standard. »

Miho avait conscience que ça n’amoindrissait en aucun cas leur présence. Ils pourraient certes être plus puissants compte tenu de la taille du Savikar Draanid, mais au lieu de ça, ils étaient juste… Monstrueusement destructeurs. Mouais. La quarienne sentait déjà venir les questions lourdes de sous-entendu. En tous les cas, elle nota tout comme ses collègues, que plus journalistes prenaient des notes suite à cette révélation. Malgré tout, Urs ne parut pas se laisser désarçonner par ces réactions et poursuivit.

 « La présence d’un tel dispositif, comme vous l’aurez remarqué, n’est pas en totale adéquation avec l’esprit même de la SCTI. Dans l’idéal, nous aurions voulu, à l’instar de Daghemïr, nous concentrer sur une défense de réaction, sans armement lourdement offensif. Mais contrairement au Savikar Draanid, Daghemïr n’a jamais eu pour vocation de circuler librement dans toute la Voie Lactée. Et quand je dis toute, je n’occulte pas les Systèmes Terminus, dans lesquels les supercargos déjà existants ne s’aventurent jamais. Nos principes de liberté de mouvement et d’actions ne se limitent pas à l’espace concilien. C’est la raison pour laquelle nous avons dû reconsidérer l’image de notre Coopérative, au profit de son efficacité et de sa préservation. La protection des populations civiles, ainsi que celle de nos membres, qui relève de l’essence même de la SCTI, est et restera notre priorité.»

Quelques murmures s’élevèrent dans la salle, mais pas uniquement. Dans les galeries où se trouvaient la famille de Miho, bon nombre de discussions à voix basse avaient débuté dès l’évocation de la nature des canons du supercargo. Weli et Los échangèrent un regard inquiet en voyant les réactions que le discours suscitait, et ils n’étaient pas les seuls. Dans une autre partie des galeries, et en bonne compagnie, Tila tendait l’oreille et n’aimait pas vraiment ce qu’elle entendait, pas plus qu’elle ne trouvait la présence d’un tel armement de bon augure pour l’image de la Coopérative, et par extension celle de Miho. Elle releva les yeux sur l’écran, mais ce qu’elle détailla le plus, ce ne fut pas l’humain au premier plan, mais la quarienne en retrait qui, malgré la situation, maintenait une stature calme et détendue. Elle savait parfaitement que cela ne reflétait en rien ce que son amie ressentait vraiment. Cette conversation sur le Savikar Draanid, elles l’avaient eu. Et si Tila avait fait part de sa réserve, elle avait pu constater que Miho était du même avis qu’elle. Mais l’une comme l’autre comprenaient que, passé un certain stade d’applications, ce genre de matériel devenait indispensable sous peine de devenir une cible ambulante pour tout pirates et psychopathe de tout poil, et ce même sans être forcément dans les Systèmes Terminus.

 « Afin d’assurer un usage juste de son armement, la SCTI bénéficie d’une dérogation sous condition avec les gouvernement concilien. Chaque tir devra être légitime, et un rapport sera établi à chaque fois que le Savikar Draanid sera mêlé de près ou de loin à un combat et ce, même si ce dernier n’a pas fait feu. Il ne s’agit pas uniquement de légitimer notre accès à l’armement lourd, mais surtout d’assurer la transparence de nos actes, et la bonne foi de la Coopérative.»

De nouveaux murmures s’élevèrent, plus mesurés cette fois. Miho croisa le regard de Fyn, lourd de sous-entendus. Cette volonté de transparence avait été négocié par la quarienne, consciente qu’il faudrait limiter la casse pour la réputation de la SCTI. Mais ce principe n’avait pas vraiment plu au sein du conseil d’administration. Même si le résultat des votes avait été un « oui » à l’unanimité, il l’avait surtout été par dépit. Cette dérogation était nécessaire pour eux, sans quoi la société aurait été hors la loi, ou alors désarmée et sans siège suffisamment mobile, ce qui leur aurait fait perdre en crédibilité. En tous les cas, ils auraient eu à payer un prix. De tous les maux, ils avaient choisi le moindre. Urs prit une inspiration profonde mais discrète.

 « Nos valeurs, aujourd’hui plus que jamais, forment l’essentiel de ce qui motive nos actes. Jusqu’ici, nous n’avons jamais agit à l’encontre de la sécurité publique, et ce n’est pas prêt de changer. Je vous invite donc à suivre avec attention les prochaines implications de la SCTI pour vous assurer de cet état de fait. Ceci étant clarifié, avez-vous des questions ? »

L’ensemble des membres du conseil d’administration s’avancèrent, formant une seule ligne à l’avant de la scène. Devant eux, dans les rangées des journalistes, plusieurs s’étaient déjà levés, OmniTech prêt à enregistrer la question comme la réponse.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Re: Trinquons mes jolis, yo ho!

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 06 Janvier 2019, 19:20

Journalistes divers
Kanva
Urs Schmid
Miho’Shakti vas Erakis
 Etos Karh
Astoreth Suadela
Tex Qronda
Vegtam
Khapris Cran
Dahiké Bagis
Fyn’Garul vas Maefis
Eliade N’Sari


Kanva, en bonne régulatrice des événements à bord du Savikar Draanid, sélectionna qui poserait sa question en premier. Il ne s’agissait pas d’un choix subjectif, elle se basait simplement sur l’ordre des réactions. Le plus rapide en premier, venait ensuite le deuxième, et ainsi de suite.

 « Capitaine Schmid, sur quelles bases avez-vous été désigné capitaine du siège de la Coopérative ? »

Urs tourna légèrement la tête vers Miho. Le binôme échangea un sourire de soulagement en constatant que la première question ne concernait pas l’image de la société, ou pire, une menace voilée sur des théories du complot.

 « Sur la base de dossiers tout d’abord. Tous les capitaines intéressés pouvaient postuler. Seuls ceux avec les compétences nécessaires furent gardés. Ensuite, la décision finale a été prise sur un vote des membres de la Coopérative. »

L’éclairage changea, passant à un antre journaliste.

 « Qu’avidendra-t-il de Daghemïr ? Avez-vous prévu une revente, ou un démantèlement de la station ? »

D’un léger signe, Etos Karh signala qu’elle allait s’occuper de répondre.

 « Absolument pas… Daghemïr reste la propriété… De la Coopérative… La station servira de lieu de formation… Et de perfectionnement… A l’usage de la société et de… Ses membres… En restant disponible à la location… En accord avec… La Fédération de Rannoch… Elle demeurera en orbite de… Cette dernière pour le moment. »

 « Qui reprendra le commandement du Little Cloud, puisque son capitaine est muté sur le Savikar Draanid ? »

Urs ouvrit la bouche, prêt à répondre, mais il se fit couper l’herbe sous le pied par Suadela Astoreth.

 « L’intégralité de l’équipage du capitaine Schmid vient renforcer celui du Savikar Draanid. Ainsi, le Little Cloud servira lui aussi de lieu de formation à l’usage de jeunes apprentis. Il sera intégralement dirigé par des adolescents et de jeunes adultes en formations, sous la supervision d’une poignée d’experts des transports triés sur le volet. Il s’agit d’un projet pilote qui, je l’espère, verra naître une nouvelle génération d’équipages excellemment qualifiés. »

 « Est-il vrai que, dans son programme de formation, la SCTI favorise la prise en charge de jeunes à l’historique difficile ?  Et si oui, quel genre d’encadrement leur assurez-vous ?»

La krogane hocha légèrement la tête, choisissant de s’occuper de cette question-ci, et pour cause, un bon tiers de son équipage actuel était constitué de jeunes en difficultés et d’adultes en réhabilitation après être sorti de détention. Elle avait fait se choix après avoir constaté que les animaux, dont elle avait fait sa spécialisation de transport, avait un effet apaisant et responsabilisant sur la plupart des personnes en situation compliquée.

 « C’est vrai. Beaucoup de personnes au passé difficile voient des portes se fermer devant eux, ce qui a tendance à aggraver la situation. Ils sont suivis par un formateur, et à leur convenance, par un psychologue. Cependant, ce programme n’est pas limité aux jeunes. Des adultes en bénéficient également en ce moment même. »

 « Avez-vous d’ors et déjà prévu un itinéraire au sein des Systèmes Terminus pour le Savikar Draanid ? Et si oui, avec quels objectifs ? »

 « Oui, un itinéraire est prévu, mais ne sera pas rendu publique. En tous les cas, le Savikar Draanid a prévu de fournir un service de contrôle médical dans des zones où les trafics en place ne permettent pas à tous les civils de bénéficier d’une prise en charge valable.»

Quelques murmures s’élevèrent, plutôt positifs à en croire le ton. Mais ça n’allait pas nécessairement durer.

 « L’armement de votre siège a l’air un peu excessif pour de la simple dissuasion. Comptez-vous faire dans le rapport de force plus que dans l’humanitaire ? »

Certains regards se croisèrent. Ils y étaient. La politesse de départ avait finalement bien peu duré. La butarienne grinça des dents.

 « Dans un monde parfait, un service humanitaire pourrait intervenir là où on a besoin de lui sans avoir à craindre pour la sécurité de ses effectifs. Malheureusement ce n’est pas le cas, comme les circonstances nous l’ont prouvé à maintes reprises. Alors oui, nous devons entrer dans un rapport de force avec nos opposants. Car le fait est que nous avons bel et bien des opposants. »

Le galarien Dahiké Bagis, capitaine du Foremp, s’empressa de préciser à la suite de sa collègue.

 « Ce que nous essayons de dire est que, dans le cadre de l’aide aux populations, comme à la sécurité de ses membres, la SCTI a affronté, jusqu’ici avec succès, des groupes de pirates, d’esclavagistes et autres trafiquants. Bien entendu, de part nos actions, nous compromettons le développement de groupes criminels, ce qui fait de la Coopérative une cible pour ces mêmes groupes. Si nous voulons poursuivre notre action en faveur de civils, alors oui, nous devons être capables de nous défendre nous et ceux que nous aidons. Hélas, cela signifie passer par l’armement.»

Un léger calme s’en suivit, avant que d’autres mains ne se lèvent à nouveau frénétiquement.

 « Une rumeur au sein du Présidium de la Citadelle dit que vous êtes en train de créer en douce la plus grande flotte armée de la galaxie et que si personne ne s’oppose à votre expansion, vous pourriez bien un jour vous retourner contre le pouvoir en place et créer une guerre intergalactique. Qu’en pensez-vous ?»

L’intégralité des membres du conseil d’administration fixèrent le journaliste d’un air désagréablement neutre. Celui-ci rentra la tête dans les épaules, réalisant qu’il faisait plus dans le scandaleux à sensation que dans l’information réelle. Fyn se mit à sourire en prenant la parole.

 « J’en dirais que l’espace concilien n’a qu’à bien se tenir. »

Quelques rires fusèrent dans la salle.

 « Blague mise à part, beaucoup de théories naissent au même rythme que la SCTI se développe. Ce n’est pas surprenant. Ce qu’il l’est plus, c’est que des personnes éduquées et influentes se mettent à croire en ce genre de chose. C’est dans la nature organique de se méfier de tout ce qui ne rentre pas dans les normes, et il est vrai qu’en ça, la Coopérative fait un peu office de spécialité. Des gens qui choisissent de tous se tirer vers le haut, au lieu d’écraser la concurrence, c’est tellement… Menaçant comme concept. »

Quelques autres rires se firent entendre. La voix mélodique de l’asari se fit entendre. Sa gestuelle élégante et enjôleuse avait de quoi apaiser quelques méfiances.

 « Douze attaques pirates, trois esclavagistes, six sabotages en station, quatre meurtres de politiciens et entrepreneurs… Ce sont des actes criminels et terroristes qui ont été évités grâce aux implications de la SCTI. Ce qui nous fait, d’après nos estimations, pas moins de 1800 personnes plus leurs proches qui n’ont pas eu à craindre pour leur intégrité physique et morale et ce, uniquement sur l’année en cours. Cela peut n’avoir aucune valeur aux yeux de nos détracteurs, mais pour nous, cela prouve que nous avons plus que jamais notre raison d’être. Nous ne sommes pas les premiers, ni les derniers à être la cible d’une décrédibilisation. L’histoire nous a déjà prouvé que ce genre de phénomène est inévitable, quelqu’en soit le niveau.»

Le sous-entendu à peine voilé de ce que le commandant Shepard avait vécu d’abord face au spectre Saren, puis avec Cerberus, restait dans les mémoires. Mais peut-être était-il un peu présomptueux de se comparer à un tel modèle. Un étrange silence s’installa, offrant une occasion inespérée d’en finir avec ce débat.

 « Je propose de passer à la suite. Vous êtes invités, pour ceux qui le souhaitent, à observer le départ depuis le poste de commandement, ou depuis les galeries aux étages inférieurs où boissons et collations vous seront servis. Bien entendu, nos membres restent à votre disposition pour toutes questions supplémentaires. Ceux qui ne peuvent restés sont invités à vous diriger vers les portes du fond, où vous serez guidés jusqu’à vos navettes. »

Différentes portes s’ouvrirent, au fond, mais aussi sur la gauche et la droite, invitant les spectateurs à s’y diriger. Des membres de l’équipage du Savikar Draanid, reconnaissable par leur tunique bardée du logo de la Coopérative, attendaient pour guider les invités par groupe.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Re: Trinquons mes jolis, yo ho!

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 07 Janvier 2019, 21:13

Miho’Shakti vas Erakis
 Astoreth Suadela
Dahiké Bagis
Fyn’Garul vas Maefis
Daro’Xen vas Rannoch
Bishan Patil


Un bon moment plus tard, invités de marque ou d’usage s’étaient répartis dans les différents lieux à disposition. La passerelle était pour ainsi dire envahie, du moins jusqu’à la rambarde bordant les consoles et le personnel navigant, pour des raisons évidentes de sécurité. D’ailleurs, en parlant de sécurité, les accès constitués de quelques marches étaient également gardés, par mesure de précaution. Ceci dit, cela paraissait inutile. Alors que le capitaine attitré du Savikar Draanid passait en revue chacun des membres d’équipage en place, les autres membres du conseil d’administration étaient occupés avec les invités qui avaient eu accès à la zone, sous le regard scrutateur d’une Kanva purement et simplement invisible pour les convives, à l’exception de l’une d’entre eux, visiblement très intéressée par un discret reflet dans un angle du poste de pilotage. La quarienne concernée esquissa un sourire, puis un petit geste de la main à l’attention de l’IA avant de se retourner pour faire face à Miho.

« Ce que j’aime le plus chez Kanva, c’est sa personnalité illusoirement discrète. J’aurais été très peinée qu’elle se détourne elle aussi du Savikar Draanid. »

Le regard de Miho s’éclipsa un court instant dans la direction où Daro’Xen avait effectué son signe, repérant l’un des yeux visibles de Kanva.

« Je sens dans votre ton comme un petit reproche à l’égard de Sayil. »
« Ce petit a fait son choix. Mais j’avoue avoir supposé qu’une première création aurait suffit. J’avais oublié votre propension à privilégier le libre arbitre. C’est sans doute pour ça qu’il a préféré l’Erakis… Ça et le fait qu’une grande variété de personnes se soient penchés sur leur conception.»

L’éminente scientifique quarienne glissa un regard en coin en direction d’un petit groupe d’invités en discussion, parmi lesquels se trouvaient des gens bien placés d’Olympus.

« Je me doute que cela a dû être très contraignant, et je m’excuse que la Coopérative ait eu des conditions si peu flexibles. Cela dit, je suis ravie que vous ayez tout de même participé à l’aventure. »

Daro’Xen revint à sa discussion, un air perplexe discernable derrière sa visière.

« Ne vous méprenez pas, ce fut une expérience très enrichissante et je ne regrette en rien d’y avoir participé, globalement. »

Le « globalement » fit sourire Miho. Même si Daro’Xen se montrait particulièrement diplomate dans le cadre de sa vocation, sa propension à considérer régulièrement les synthétiques comme des outils avait tendance à transparaître dans son manque d’intérêt à œuvrer en collaboration avec trop de scientifiques éthiquement différents. Mais paradoxalement, c’était aussi pour ça que Kanva comme Sayil étaient des êtres fascinants.

« J’ai demandé à Sayil de m’envoyer des données régulières sur son évolution au contact de votre équipage, mais depuis quelques temps, il se montre quelque peu… Avare en information. »
« La mauvaise influence de mon équipage et moi-même, sans doute. »

La scientifique se hasarda à sourire, sobrement, même si sur le fond, elle approuvait cette judicieuse remarque.

« Je suppose qu’il va me falloir renoncer à lui. A présent, il fait parti de votre… Famille. »

Cette remarque parut presque écorcher les lèvres de Daro’Xen. Miho préféra ne pas relever, d’autant plus qu’un humain s’approchait d’elles. Reconnaissant l’un des ministres des transports invités, Daro’Xen s’en détourna et s’éloigna avant même qu’il n’ait pu les saluer, faisant mine de ne pas l’avoir vu s’approcher. Perplexe, l’humain se pinça les lèvres avant de choisir d’ignorer le vent qu’il venait de se prendre, se concentrant plutôt sur la quarienne restante.

« Capitaine Shakti, merci pour cette invitation. La présentation de ce vaisseau a été des plus captivante. Je déplore juste son manque de précision.»
« Ah bon ? Qu’auriez-vous souhaité comme détails ?»
« Et bien… Le centre névralgique, votre système de recyclage de l’eau et de l’air, et je ne doute pas que vous avez dû pousser l’autonomie de ce supercargo jusque dans un moyen de récupérer de l’énergie sous d’autres formes, pour ne citer que quelques exemples. »

Miho afficha un sourire poli. Bien entendu, la présentation de Kanva avait été pensée pour être incomplète, pour des raisons évidentes de sécurité, et aussi pour ne pas nuire à certains brevets appréciablement partagés.

« Soyez certains que tout ce qui peut être partagé pour le bien commun le sera. Votre ministère devrait recevoir de plus amples informations, à l’usage de vos services publics. »
« Comme les ministères des transports des autres nations ? »
« Cela va de soi. La Coopérative n’est pas particulièrement connue pour son sens de l’exclusivité commerciale.»

Probablement un peu déçu, l’humain ne pu s’empêcher de rire. Le choix de la SCTI était de bonne guerre. Il serait dommage de réserver certains progrès à l’usage de quelques privilégiés. Même si sur le fond, certains constructeurs allaient immanquablement tirer leur épingle du jeu de part leur participation à la construction du Savikar Draanid.

« Ce n’est pas plus mal. Même si en vérité… »

Une alarme sonore mais modérée retentit, coupant court à toutes les conversations en cours de route. Une annonce signala le départ imminent du supercargo, et le ministre, comme beaucoup d’autres personnes, se rapprochèrent de la rambarde alors qu’Urs Schmid débutait ses dernières explications avant le grand départ. Un peu en retrait, la plupart des membres du conseil d’administration de la SCTI observaient plus les invités que le départ en court. Dahiké se pencha légèrement vers Astoreth, lui faisant part de ses préoccupations.

« Je suis surpris de ne pas avoir été harcelé sur un possible déplacement du vaisseau vers la galaxie d’Andromède. »
« Les journalistes ont finit par comprendre qu’on avait réellement toujours pas d’informations à ce sujet. Au fait, quelqu’un a vu Miho ? »
« Elle vient de s’éclipser. »
« A un moment pareil ??»
« Je pense qu’on peut la laisser un peu respirer. Et puis on a pas besoin d’elle dans l’immédiat. »
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Re: Trinquons mes jolis, yo ho!

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 07 Janvier 2019, 22:13

Miho’Shakti vas Erakis
 Yunn’Shakti vas Rannoch
Los’Shakti vas Rannoch
Weli’Shakti vas Rannoch



L’un des ascenseurs s’ouvrit sur le niveau le plus haut de la galerie. Miho en sorti, son pas rapide redevenant vite mesuré en raison de la présence massive de monde. Elle slaloma entre les personnes, sachant pourtant très bien où elle se dirigeait. Lors de la descente, Kanva lui avait indiqué la position de sa famille. Cependant, elle marqua un temps d’arrêt en apercevant du coin de l’œil une silhouette familière. En pleine conversation avec ce qui devait certainement être un potentiel nouveau gros client, Tila parlait avec sa gestuelle aussi élégante que professionnelle, le tout dans une tenue qui affichait ses atouts avec une mesure toute calculée. Sentant certainement le regard de son amie sur elle, la quarienne tourna un instant la tête et croisa le regard de Miho qui lui lança un sourire ravi, avant de lui faire un petit signe de la main. Elle ne s’approcha pas, simplement parce que déjà, elle se voyait mal s’immiscer dans ce qui paraissait être une très bonne opportunité pour son amie, mais aussi parce qu’elle-même avait quelque chose à faire. Elle poursuivit donc sa route, laissant Tila qui avait fait le même cheminement de pensée, se reporter sur sa conversation.

Arrivant dans l’imposant salon où presque tous les fauteuils étaient occupés à présent, elle se dirigea directement vers les sièges où un trio de quariens discutait posément, tournés vers l’imposante baie vitrée. Ce fut le plus jeune des trois, dont l’attention était bien peu accaparée par la conversation de ses parents, remarqua son approche en premier.

 « Tata ! »

L’exclamation du petit garçon attira quelques regards curieux, dont certains s’attardèrent un court instant sur la tata en question avant d’en revenir à leurs conversations. Miho se baissa, prenant quelques secondes son neveu dans les bras.

 « Bonjour mon trésor ! Tu ne t’ennuie pas trop ? »
 « Ça va. J’ai hâte de voir ce gros vaisseau partir ! »
 « Ça ne devrait plus tarder. »

Prenant la main de Yunn, elle fit les derniers mètres pour rejoindre son frère et sa belle-sœur. Elle serra le premier dans ses bras également, mais tendit vite une main vers la seconde pour l’empêcher de bouger.

 « Non, ne bouge pas ! »
 « Keelah ! Je suis enceinte, pas impotente ! Quand est-ce que tu vas enfin le comprendre ?»

Malgré son ventre imposant – Miho parierait sans hésiter qu’en éternuant trop fort, Weli allait perdre les eaux – la quarienne se releva sans trop de mal, pour venir prendre sa belle-sœur dans les bras.

 « Ahah ! Je le sens bouger ! »

Weli se recula, croisant ses mains sous son ventre comme pour alléger un peu le poids subit par ses lombaires. Yunn quant à lui, s’éclipsa entre ses parents pour se rapprocher de la verrière, voyant que d’autres personnes faisaient pareil. Il ne voudrait pas se faire piquer sa place en première loge !

 « Il n’arrête pas depuis l’annonce du départ. C’est bien un Shakti. »
 « On est pas tous des excités dans la famille. »
 « Mhm… »

L’air sceptique de Weli en disait long sur sa manière de penser.

 « Est-ce que je peux t’emprunter Los un petit moment ? »

Les deux femmes se regardèrent dans les yeux quelques secondes, et Weli hocha la tête d’un air entendu. Une petite exclamation discrète retenti autour d’eux, sans qu’ils n’y prêtent attentions.

 « On pourrait attendre le départ ? Je voudrais bien voir ce monstre passer en vitesse supraluminique. »
 « Mais papa, ça y est ! »

La voix lointaine de Yunn obligea son père à se retourner. Devant lui, l’imposante fenêtre était parcourue de multiples arcs colorés, signe que le vaisseau prenait le large.

 « Ça alors… Je ne l’ai même pas senti accélérer. »
 « Tu auras d’autres occasions. Allez, viens ! »
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points

Re: Trinquons mes jolis, yo ho!

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 07 Janvier 2019, 22:49

Miho’Shakti vas Erakis
Los’Shakti vas Rannoch



Enroulant son bras autour de celui de son frère, Miho éloigna ce dernier de sa compagne et son fils pour l’entraîner dans les galeries, jusqu’à rejoindre l’ascenseur par lequel elle était arrivée, et qui d’ailleurs n’avait pas bougé.

« Bon, c’est quoi le but ? »
« Je voulais te faire voir quelque chose. Mais ça m’embête de faire marcher Weli dans son état… »
« Ah, oui… Vu la taille de son ventre, je suis surpris qu’elle n’ait pas déjà accouché. »
« J’avais pas le souvenir que c’était aussi imposant pour Yunn. »
« Non, mais Yunn était prématuré. Ce petit bonhomme-là, il a le temps de grandir dans un environnement moins stressant qu’un conflit armé. »

Les portes de l’ascenseur s’ouvrirent sur un imposant couloir qui s’éclaira à leur avancée.

« C’est vrai… Qui aurait cru à l’époque que Yunn allait avoir un petit frère ! Vous vous êtes décidé pour le nom ? »
« Oui. »

Miho s’arrêta devant une porte qu’elle ouvrit à l’air d’un code. Un imposant atelier, parfaitement ordré, s’ouvrit en open space sur plusieurs dizaines de mètres devant eux.

« Alors ?»
« Alors quoi ? Tu attendras la naissance comme tout le monde. Ouailleuh !»

Un coup de poings, sans grande violence, vint s’abattre sur l’épaule de Los alors qu’ils reprenaient leur marche.

« Ça va, ça va ! Je plaisantais ! »
« Et donc»
« On a choisi Vaar. »

Miho s’arrêta, à quelques mètres d’une nouvelle porte. Une de celle donnant sur le hangar, selon les souvenirs de Los de ses très rares passages dans la zone.

« Vaar… Comme… »
« Comme papa, oui. »
« C’est un joli prénom. »
« Je trouves aussi. »

Devant la porte, Miho marqua un temps d’arrêt avant de se retourner vers son frère, qui commençait à s’impatienter.

« Bon, tu l’ouvres cette porte ? »
« Pas tout de suite. »

Se hissant sur la pointe des pieds, elle attrappa le capuchon de son frère pour la tirer sur sa visière. Surprit, Los eut un mouvement de recul.

« Mais qu’est-ce que tu fabriques ?!? »
« C’est une surprise, alors joue le jeu et laisse-toi faire. Tu pourras voir tes pieds de toute façon. »
« Miho… On est plus des gosses. »

A travers la visière de sa sœur, Los réalisa son air boudeur, mais clairement déterminé aussi, exactement comme autrefois.

« Redevenons des gamins, juste pour quelques minutes. Je te promets que tu ne le regretteras pas. »

Face à l’air devenu presque suppliant de sa sœur, Los roula des yeux, et tira un peu plus son capuchon en avant, jusqu’à ne plus pouvoir rien distinguer d’autres que ses pieds. Il tendit les mains en avant, paume vers le haut.

« Evites de me prendre un coup, s’il te plait. »

Il entendit distinctement la porte s’ouvrir, et les mains de Miho attraper les siennes. Sans se presser, elle le guida hors de l’atelier.

« Physiquement, c’est promis. Pour le reste, ça dépendra de toi. »

Sous son capuchon, Los fronça les sourcils. Sans voir où il allait, le chemin lui paraissait particulièrement long, et les propos de sa sœur n’étaient pas pour le rassurer. Elle l’entraîna sur la gauche, puis sur la droite… Lui fit faire ce qu’il lui parut être une laaaarge courbe…

« C’est encore loin ? »
« On y est. »

Miho lâcha les mains de son frère, pour se glisser derrière lui. De nouveau sur la pointe des pieds, elle releva le capuchon pour lui dégager la vue. Los cligna des yeux quelques instants. La lumière face à lui était particulièrement forte. Une colonne de navette s’étendait devant lui, la première proche, éclipsant les autres.

« Bah… Ce sont les FL-Instinct, non ?  Je suis censé remarquer quoi ? »
« Regarde mieux. »

Los se reporta sur le premier vaisseau. S’étant habitué à la luminosité, il repéra tout de suite ce qu’il prit pour une anomalie.

« Heu… Pourquoi ce chasseur n’est pas armé ? »
« Pas « ce » chasseur. « Ton » chasseur. »

Los fixa la navette, comme s’il n’avait même pas entendu la rectification de sa sœur. Il fallait dire qu’ils avaient déjà échangés pas mal de cadeaux, mais aucun d’entre eux n’était apte à décoller.

« Tu te fous de moi ? »

Il se reporta sur Miho, dont il devina le large sourire.

« Nooooon… »

Son regard alla du vaisseau à sa sœur, à plusieurs reprises, marquant son incrédulité. Puis sans crier gare, il attrapa Miho pour la soulever, et manqua de tomber en essayant de la faire tournoyer. Il la reposa prestement, avant de les envoyer tous les deux au sol, sous le rire satisfait de la quarienne.

« Mais c’est de la folie ! »

Il se prit la tête, avançant vers le FL. Il se baissa, passant sous l’aile, contournant le train d’atterrissage, posant ses mains sur la carlingue.

« J’ai suivi les enregistrements de tes essais. Tu avais l’air tellement heureux aux commandes ! Je n’avais pas réalisé à quel point le pilotage te manquait. »
« C’est pas que ça me manque, c’est… J’ai juste d’autres responsabilités, et puis Weli… Oh la la… Weli n’en voudra jamais… »

Réalisant subitement ce qu’une telle acquisition allait impliquer, Los se prit comme une douche froide.

« Tu crois que j’aurais risqué de provoquer une dispute? Weli est tout à fait au courant. Elle a même pris les devants en rachetant un petit hangar, au bout de votre rue. »
« Comment tu as fais ça ? »
« Je n’ai rien fait. Elle sait que les gens comme nous ont besoin de voler. Et elle t’aime beaucoup trop pour te couper les ailes. »

Los fixait à nouveau ce qui allait être son chasseur personnel, l’armement en moins bien entendu. Tout ce qu’il avait toujours aimé depuis petit, toute sa passion première, lui redevenait accessible, sans les inconvénients de l’époque. Le tout, avec le plein soutient de sa compagne. Il aurait été difficile d’imaginer mieux dans l’immédiat. Il sentit ses yeux s’embuer légèrement. Le bras de sa sœur revint entourer le sien.

« Je crois qu’il est temps que tu ailles rejoindre ta femme, non ? »
« Oui… Et j’imagine que tu dois avoir encore pas mal de choses à faire. »
« Oui, aussi… »

Los libéra son bras en se retournant, pour le passer autour des épaules de Miho. Il se pencha, heurtant avec douceur le casque de celle-ci.

« Merci, petite sœur. »
« De rien, grand frère. »

Alors qu’ils s’éloignaient, accrochés l’un à l’autre, les lumières s’éteignirent progressivement sur les chasseurs présents, sous l’invective de Kanva qui n’avait pas perdu une miette de l’échange.




[FIN]
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 6

Rang 6
 
Message(s) : 454
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 549.00 Points


Retour vers Voile de Persée



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron