A la recherche de mécènes

*

Modérateurs : Administration, MJ

A la recherche de mécènes

Message par Seides » 30 Janvier 2018, 09:30

« Formulaire du RP »


• Date du RP: 28 Juillet 2 192 EC
• Lieu du RP: Oasis Stellaire, Voile de Persé, Rannoch
• Type de RP: fermé
• Nombres de personnes requises: 2 : Layla Archer, Seides

Légende des Couleurs :
Séides
Layla Archer



Suite à son annonce de changement de « métier », Séides avait mit les bouchés doubles.
Déjà pour le nombre de requêtes qu’il refusait. Celles des geths curieux via le Consensus aussi bien que celles des organiques, que ça soit via mail demandant des précisions, d’officiels tentants de faire jouer leur rang pour satisfaire leur curiosité, les invitations d’inconnues à des soirée ou de simples entrevues.
A tous il avait la même réponse : pas d’informations avant qu’il est mit en place son projet de manière concrète. Déjà, rien que pour les idées qu’il risquait de se faire piquer et pour lesquels le geth avait déposé des brevets en toute discrétion. La seule qui savait et avait juré motus et bouche cousue était Eyma.

Et il se dirigeait vers la prochaine étape justement. Une étape qui s’appelait Layla Archer. Il avait besoin de mécènes, de contacts et elle était en tête de liste.
Déjà, c’était un nom connu sur Rannoch. Ensuite, c’était un nom connu dans la galaxie. Ces deux particularités pouvaient lui assurer une certaine curiosité qui serait une pub gratuite pour la boutique qu’il comptait ouvrir, les idées qu’il comptait mettre en avant.
Ensuite elle était connue comme étant une bienfaitrice pour Rannoch et des quariens en général. Ce qui en plus de la pub, l’invitait lui à allez là voir elle plus qu’une autre.
En effet, elle n’était pas la plus connu (il aurait frappé à la porte de Tali’Zorah en ce cas), ni la plus riche (prendre n’importe quelle banque interstellaire), mais elle avait assez de l’un au niveau quarien et de l’autre avec sa société pour qu’elle donne envie à Séides de la voir. Et surtout pour que son projet puisse assez l’intéresser ou la toucher pour qu’elle accepte.

Bref, il avait lancé l’invitation, avec ses objectifs. Ce n’était pas bien écrit, pas spécialement aguicheur. Il comptait plus sur le peu qu’il en avait dit et le fait qu’il était geth. Un geth qui veut se lancer dans la mode, avec de grands objectifs. Bref, il comptait sur la curiosité de l’humaine qu’il démarchait.

Il avait pris quelques renseignements sur elle et avait découvert qu’elle était plus qu’une bienfaitrice avec un équipage et une maitresse quarienne. Elle avait également pas mal baroudé.
En faite elle était même extrêmement active et s’était fait remarquée dans tous les grands évènements qui avaient secoués la galaxie depuis la fin de la guerre contre les moissonneurs.

Il était loin de l’image de femme d’affaire riche et célèbre, avec un intérêt prononcé pour les quarienne, qu’il s’était faite.

Enfin, il arrivait à destination : un terrain d’essai privé appartenant à la dame. Pour le coup, c’était terra incognita.

Déposé par la navette de la FRG, attachée à son service personnel pour ses actions récentes, il se trouvait désormais en dehors de la capitale, en milieu de nulle part en faite, où une installation récente, délimitait une zone. Un grillage, des préfabriqués… Soit ça allait s’agrandir, soit ça allait disparaitre. Peu importait pour lui.
Se dirigeant vers le portail, il se présenta au garde, armé mais plutôt détendu et s’annonça.

Pendant que le garde parlait dans son micro pour prévenir de son arrivé, Seides observa le désert au-delà des préfabriqué. On pouvait entendre des sons provenir de par là et il surpris plusieurs fois le passage d’un véhicule au caractéristiques inconnues qui se baladait. Plusieurs en faite.
Clairement un tout-terrain, mais c’est tout ce qu’il pouvait tirer de ses observations. Layla Archer allait elle se mettre à la course tout terrain ? La construction de véhicules en terrain difficile semblait plus probable. D’autant que ça ressemblait fortement à une véhicule fermé et pressurisé.

En tout cas, ils étaient plutôt agiles, avec semblait il des fusées de stabilisation. Un véhicule à largage aérien à l'image des Makos ? Le geth était plutôt curieux de savoir à quoi se référait ce tout-terrain. En tout cas, la Consensus n'avait rien dans ses bases de données.
Avatar de l’utilisateur
Seides
Rang 4

Rang 4
 
Message(s) : 137
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Militaire
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 4

Points MEL: 623.00 Points

En ligne

Re: A la recherche de mécènes

Message par Layla Archer » 01 Février 2018, 13:56

« Formulaire du RP »


Légende des Couleurs :
Lucius Skobra
Layla Archer


Rannoch. Ses étendues sauvages, ses paysages à couper le souffles avec ses formations rocheuses, ses canyons et ses fronts de mer... un peu comme si le Grand Canyon et et Monument Valley avaient leur propre planètes. Pour ceux que la chaleur ne dérangeraient pas trop, ça reste une planète saisissante pour s'initier à l'exploration sans risques... ou pour les amateurs de sports extrêmes entre les marches dans le désert, l'escalade, le base jump, les rallyes et le reste ... il n'y avait que l'embarras du choix.

Mais ce n'était pas pour ça que la société Olympus avait acheté un terrain à l'écart de la ville. Un grand terrain très accidenté, parfait pour le genre d'activité qu'elle avait en tête. Une clôture sommaire avait été érigée avec un poste de garde à l'entrée. La sécurité était à son minimum. En même temps, il n'y avait pas grand chose si ce n'est des cailloux ici. Pas plus que dans les préfabriqués non loin de l'entrée. On voyait bien que tout ceci n'était que temporaire.

Un Geth se présenta à l'entrée. Il avait rendez-vous avec Layla. Il n'avait pas dit grand chose, mais c'était apparemment pour une demande d'aide financière pour un projet. Une sorte d'entreprise travaillant dans la ... mode. Un Geth entrepreneur. Il faut avouer que ça ne courait pas les rues. Les Geth n'ont pas le même concept d'économie que les Quariens ou les autres espèces de la Voie Lactée. En fait, ils en avaient même pas. Du temps du Consensus où les Geth n'agissait que comme une seule et même entité, ils n'avait pas besoin de mettre en place un système économique dans leur société. Quand un Geth avait besoin d'une machine particulière et qu'il n'y en avait aucune disponible, il "s'incarnait" dans une machine minière pour extraire les ressources nécessaires, puis prenait le contrôle d'une unité de production pour construire la machine désirée et enfin il l'utilisait avant de la laisser à d'autres Geth. Pas d'argent, pas de troc, pas de commerce ou de sous-traitant.. les seuls limites étaient la pertinence de fabrication d'un nouvel appareil et les quotas de production pour optimiser au mieux les ressources et machines disponibles.

Bref, le garde, un Quarien équipé d'armes légères et ou incapacitante reçut l'autorisation de le laisser passer et lui indiqua où aller. Le chemin jusqu'aux préfabriqués n'étaient pas long et en chemin, le Geth aperçut une trentaine de personnes, majoritairement des Quariens et d'autres Geth, mais aussi d'autres espèces et plusieurs véhicules tout-terrain. Tous du même modèle. Six roues, une forme aérodynamique, des puissants phares montés à l'avant. Certains à l'arrêt avec des ingénieurs autour, OmniTech au poignée et vérifiant divers paramètres sur tel ou tel systèmes, d'autres avaient des mécaniciens plus conventionnels la tête plongée dans les parties mécaniques des machines. D'autres enfin, étaient sur le terrain en train de rouler. Il était évident que les lieux étaient un terrain d'essai.

Un ingénieur. Drell. Manifestement le responsable, accueillit poliment le Geth et l'informa que Layla allait le recevoir une fois qu'elle serait revenue. Il désigna d'un geste l'un des véhicules sur le terrain franchissant les différents obstacles naturels à toutes vitesses de la pente escarpée à l'aide de propulseurs ou franchissant des distances effectuant des sauts contrôlés avant de traverser le relief accidenté. Si Layla était aux commandes de cet engins couleur aluminium, elle ne manégeait, mais alors pas du tout sa monture. En même temps c'était un peu le but des test : amener l'objet testé jusqu'à ses moindres retranchements pour connaître ses limites et l'améliorer en conséquence. Si elle était passagère, elle était ballotée dans tous les sens. Dans les deux cas, ça montrait qu'elle n'avait rien contre un peu de sensations fortes.

Le véhicule fit une violente embardée pour prendre la direction d'une formation rocheuse pouvant faire office de tremplin naturel, il activa ses propulseurs pour atteindre sa vitesse maximal et s'envola dans les airs. Il parcourut une cinquantaine de mètres sans toucher le sol à une hauteur à peu près équivalente avant d’atterrir, la chute atténué par l'utilisation des propulseurs de saut pour contrôler la réception. Le véhicule rebondit au sol avant d'y rester fermement accroché et de reprendre sa route comme si de rien n'était, ce qui avait eut l'air d'impressionner les témoins de la scène. néanmoins le véhicule se dirigea vers les préfabriqués, s'arrêtant dans un dérapage soulevant un léger nuage de poussières que le vent allait disperser avant qu'il ne devienne une gêne pour le personnel. Apparemment, la machine avait soif, ses cellules de carburants étaient épuisées. Depuis combien de temps cet engin en particulier était testé sans relâche ? Impossible à dire pour Séides si ce n'est au moins plusieurs vue l'état de la carrosserie et de la peinture écaillée, rayée et éraflée un peu partout. Le pare-brise avait également un impact assez important. Étrangement, il semblait avoir été créer par une arme, d'ailleurs le reste du véhicule présenté aussi des impacts de tirs à des endroits précis. Sans doute un autre test pour s'assurer de la résistance du véhicule.

Les portes papillons du véhicule s'ouvrirent. Le passager sortit en premier, un Humain à la peau sombre et à la barbe grisâtre. Il avait un âge plutôt avancé. Le pilote sortit à son tour. Ou plutôt la pilote. En effet c'était bien Layla qui s'était offerte une petite séance de tout terrain :


"Lucius... j'adore cet engin !
-Le contraire m'aurait étonné !
-L'Alliance a vraiment refusé de les prendre dans son armée pour le Mako ?
-Le Nomade ND-1 est certes plus agiles et rapide, mais il n'est pas très blindé... et il ne peut pas emporter d'escouade armée entière.
-Et il n'a pas de gros canon
-En effet. C'était une bonne idée de racheter la licence. Il a faillit disparaître dans les limbes de l'histoire.
-Jamais conduit l'original
-Le ND-1a que nous testons est plus performant dans tous les domaines. Plus rapide, plus agile, plus résistant, changement automatique des fonctions 4 et 6 roues motrices en fonctions du terrain, propulseurs d'accélération et de saut améliorés, système de survie interne digne de ce nom et oui... il sera disponible en noir !
-Hum.. Je pensais plutôt à une autre couleur pour une fois. Tu te rappelles cette exposition d'Elkoss Combine avec sa collection de véhicules inspirés des grands groupes criminels et mercenaire ?
-Laquelle ?
-Celle inspirée des Berzerkers...
-Rouge sang métallisé ?
-Ouep
-Hum... je pense que ça devrait être possible... Et je crois que tu as de la visite..."


Il désigna le Geth d'un signe de la tête avant d'en faire un autre en signe de salut à l'encontre des deux individus et de s'éloigner vers l'un des préfabriqués. L'Humaine, toujours vêtue de sa combinaison de pilote d'essai noire s'approcha du Geth et tendit la main, s'adressant à lui comme si ça faisait longtemps qu'elle avait apprise à ne plus faire la différence entre un organique et un synthétique... ce qui était le cas :

"Vous devez être Séides ? Enchantée ! Si vous voulez bien me suivre "

L'Humaine conduisit le Geth vers l'un des préfabriqués et l'invita à entrer. C'était celui qui faisait office de salle de repos. Il y avait une table avec plusieurs chaises, des canapés, un distributeur d'en-cas, une machine à café et un écran dans l'angle qui diffusait pour l'instant un écran de veille à base de vague abstraite :

"Désolé de ne pas vous accueillir dans de meilleures conditions. Ils n'ont pas trop pensés aux entrevues professionnels quand ils ont installés les locaux."

Un bruit se fit entendre, le moteur d'un des Nomades étaient allumés... sans la moindre forme de protection sonore autour et l'un des mécanos jouait un peu trop de l'accélérateur, se traduisant par une succession de vrombissements dantesque entrecoupé d'un ronronnement tout sauf discret. Layla s'avança à la fenêtre, faisant un signe de baisser le volume. Quelques seconde plus tard, les dispositifs de protection étaient de retour et le bruit devint nettement plus... civilisé. Une fois la crise passée, elle invita le Geth à s'assoir sur l'un des canapés, plutôt une banquette, de couleur rouge, avant de s'asseoir sur celui d'en face, séparé par une table basse :

"Désolé pour ça. Au moins on est sûr qu'ils en ont dans le ventre. Alors... D'après ce que vous m'aviez dit, vous recherchez des partenaires pour financer la création d'une entreprise... de mode, c'est bien cela ?
Avatar de l’utilisateur
Layla Archer
Grande Prêtresse du Divin Cookie

Grande Prêtresse du Divin Cookie
 
Message(s) : 545
Inscription : 05 Mars 2015, 14:09

Âge: 35
Profession: Exploratrice, Propriétaire de Olympus, Investisseur
Classe: Martiale et Technologique
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 133.00 Points

Re: A la recherche de mécènes

Message par Seides » 01 Février 2018, 16:49

Séides regarda la démonstration, fort intéressé. Ces engins étaient clairement une amélioration par rapport aux véhicules tout terrains, même militaire.
Propulseurs, fusées de stabilisation, résistance (environnemental ou aux armes visiblement), c'était du bel engin.

Admira la fluidité du contrôle de la pilote alors qu'elle manœuvrait, avant de venir finir sa course en dérapage, juste en face de l'auditoire technique. Au moins, elle maîtrisait son sujet!
Regardant les deux humains sortir, il pût voir enfin à l'optique à quoi ressemblait son éventuelle futurs partenaire humaine. Elle semblait bien jeune en tout cas. C'était surprenant de la voir diriger, ou du moins être une actionnaire principale d'une boite comme Olympus. Mais on pouvait lui reconnaître son succès à ses actions.

Alors qu'elle approchait en discutant, il pût voir en partie, pourquoi l'engin n'avait pas prit chez les militaires: espace restreint. Et pas d'armement visible. Dommage, avec un petit canon léger et un projecteur de bouclier, ça ferait un bon véhicule de reconnaissance.
Il fit une note au Consensus, pour que les militaires puissent jeter un oeil là dessus et faire un véhicule geth à partir des spéc de l'enfin. Avec une IA intégré, ça pouvait laissé la place pour une canon. Pas besoin de siège, de système de survies. Ca pouvait le faire...

Sa réflexion fût interrompu par Layla qui le salua en lui tendant la main: "Madame Archer. Enchanté de même." fit il en serrant à son tour la main tendue.
Sans plus de cérémonie, il suivit l'humaine à l'interieur de l'un des préfabriqué. Bien qu'il avait développé un certain sens du gout, il ne s’offusqua pas du manque de décorum. Oui, les geths se fichaient toujours comme d'une guigne du clinquant.

Il était nettement plus intéressé par les bruits du moteur, vite coupé par des atténuateurs de son. Dommage, il aurait peut-être réussi à juger d'une partie de la mécanique du moteur au son. Mais ce n'était pas le but aujourd'hui.

Répondant à l'humaine: "Oui. Je cherche des partenaires pour ma future entreprise. J'ai accumulé de l'argent durant mes voyages, mais pas assez pour ce que je veux faire. Et j'ai besoin de publicité. Vous êtes une personnalité, en particulier sur Rannoch, c'est en partie pourquoi vous faites partie des gens que j'ai sélectionné comme personnes pouvant êtres intéressées par ce que je compte faire."

Il tendit une tablette de donnée, laissant le loisir à Layla d'apprécier sa vision. Le pourquoi de sa boutique, pourquoi il pensait qu'il pourrait avoir du succès, l'emplacement dans la capitale, quelques modèles auxquels il avait réfléchit: "En terme de qualité ou de fonction, elle n'ont rien de spéciale. C'est principalement sur l'esthétisme que je compte vendre mes combinaisons. J'ai remarqué que les modèles que l'ont peut observer sont assez... Uniformisés. Maintenant que la lutte pour les ressources ne sont plus une priorité et qu'il ne va plus y avoir besoin de faire du strictement fonctionnel, des combinaisons personnalisables me sembles réalistes. Jusqu'à ce que les créateurs décident de s'en débarrasser pour de bon."

Il laissa Layla regarder les modèles et leurs caractéristiques avant de poursuivre lorsqu'elle arriva aux vidéos: La première montrait ce qu’il estimait être la création qui aurait le plus de succès. C’était l’entre deux entre la combinaison actuelle et ce que pouvait être les quariens sans.

Image


"Je pense que nous aurons du succès avec ce modèle. Il est aussi résistant que n’importe quelle combinaison, mais avec ce côté transparent. Il est possible de mettre un ajout qui couvre cette partie. Néanmoins j’ai bon espoir que les quariens qui feront cela s’assumeront." En faite c’était le but.
"La totalité de la combinaison peut devenir transparente, au choix de l’utilisateur. Bien que je pense que la bienséance empêchera cela." Et puis… Il avait d’autres idées à ce sujet.
"J’ai également d’autres modèles plus classiques. Avec des couleurs personnalisables. Après tout, la couleur ne sera plus fonction d’une famille ou d’un vaisseau. Pourquoi ne pas en changer.
L’idée de combinaison transparente peut déplaire. Celle d’une combinaison qui peut varier de couleur à loisir, peut certainement faire son chemin parmi nos créateurs les plus orthodoxes."


L’image suivante montrait deux combinaisons. Les deux étaient parfaitement blanches.
Puis l’image montrât un changement : une petite fenêtre montrant une tablette affichant une combinaison et des doigts geths (Séides en l’occurrence) qui pianotait sur un nuancier de couleur à côté.
A chaque fois que les doigts pianotaient sur le nuancier, et validaient, la combinaison de gauche changeait de couleur. L’effet n’était pas instantané, il fallait environ cinq minutes pour stabiliser la couleur, le tout en accéléré.

Puis la vue changeât en passant sur la combinaison de droite et les doigts sur la tablette changèrent de fenêtre. Cette dernière affichait des petites cases avec des affichages dynamiques.
Lorsque Séides appuya sur l’une d’elle et valida, la combinaison de droite vit sa couleur changer pour une image rouge vif tournicotant. Comme si la combinaison était faite de lave qui tournoyait, si ce n’était les renforts et bordures qui étaient une couleur métal cuivré qui eux ne changeait pas. L’effet était saisissant. Nouveau pianotage, et on avait l’impression d’observer l’espace avec des nébuleuses et des novas en expansions, des étoiles et des systèmes solaires, le tout faisant le tour de la combinaison.

Image


Séides eut une petite pensée pour la Miho qui avait inspiré le côté lave, ainsi que les renforts métalliques : "La première combinaison contient une couche externe d’un polymère chromatique. Il faut 5minutes 11 secondes pour obtenir un changement de couleur et la stabiliser. Il faut une source d’énergie externe et le logiciel qui va avec. Mais une fois stabilisée, c’est une combinaison normale.

L’autre, qui est dynamique consomme en revanche pas mal d’énergie et est également un peu plus lourde à portée. Les renforts métalliques en sont la cause principale car ils supportent une feuille de rendu holographique qui entoure la combinaison L’autre source de poids, c’est la source d’énergie. Il en faut bien plus que ce qu’une combinaison peut générer. Elle est ajoutée dans le dos de la combinaison et nous avons augmenté la taille de la capuche pour le cacher. "

En effet on pouvait voir que la capuche était plus grande qu’à l’accoutumé et pendait le long de la colonne vertébrale jusqu’au milieu des reins. Esthétiquement cela donnait très bien et camouflait le petit paquetage.
"Cette source peut tenir 24H en continue. Après quoi on doit la recharger ou la changer. Ou tout simplement arrêter l’affichage dynamique de la combinaison. "

Séides laissa Layla observer encore quelques instant la démonstration avant de reprendre la parole : "Ce que je vais vous montrer ensuite et la vraie raison de ma levée de fond. Je veux dire en plus du besoin initial pour la boutique et le matériel. C’est ce qui suit qui fait augmenter la facture. "

La suite était les plans de fabrication de son magasin. C’était loin d’être petit, car c’était également le lieu de fabrication dans l’arrière-boutique, mais c’était surtout l’installation souterraine qui allait avec, ainsi qu’un projet très ambitieux qui justifiait cette idée et les annotations avec.
Séides resta silencieux en laissant l’humaine parcourir le tout. Et espérait que ça passerait. C’était son plus grand espoir pour le futur. Sa pierre à l’évolution des quariens dans l’émancipation de leur combinaison.
Avatar de l’utilisateur
Seides
Rang 4

Rang 4
 
Message(s) : 137
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Militaire
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 4

Points MEL: 623.00 Points

En ligne

Re: A la recherche de mécènes

Message par Layla Archer » 03 Février 2018, 00:34

Le Geth alla droit au but. Après avoir annoncé qu'il voulait créer une entreprise et qu'il avait donc besoin de financement et de publicité, le tout venant d'une personne suffisamment connue pour rendre la chose significative, pour s'intégrer dans le marché. Il tendit par la suite une tablette affichant des modèles de combinaisons quariennes qui, bien que conventionnelles dans leurs fonctions et équipements, se distinguée sur le plan esthétique. Il trouvait les combinaisons trop standardisé et souhaitait lancer sur le marché des combinaisons plus personnalisables qu'un simple voilage de couleur différent.

Des vidéos s'en suivaient, dévoilant une combinaison avec des parties transparentes au niveau du ventre ou du torse. Une illusion rendant l'ensemble assez similaire à certaines tenues que l'on pourrait voir dans la garde robe d'une Humaine, d'une Butarienne ou d'une Asari. Il annonça qu'il était possible de rendre toute la combinaison transparente, même s'il doutait de la réussite de ce modèle face à la bienséance. Il parla ensuite qu'il était possible de simplement changer la couleur de la combinaison pour autre chose que du noire. D'autres photos et vidéos interactives montraient une combinaison pouvant changer de couleur à loisir en glissant simplement son doigt sur un nuancier affiché sur un OmniTech.

Pour l'instant, Layla ne dit rien, mais elle connaissait des Quariens qui avaient déjà sautés le pas et proposant des combinaisons personnalisées. Mais c'était de la production artisanale, bien loin de couvrir la demande potentielle comme le Geth avait l'intention de faire. Mais à sa défense, aucun ne proposait une combinaison changeant de couleur à volonté. Pour les autres, c'était plus classique : vous pouvez avoir une combinaison de la couleur de votre choix, mais si vous voulez changer de couleur, il faut changer de tenue. C'était une idée très intéressante. Et pas seulement pour les Quariens. Des vêtements changeant de couleurs à l'infini pourrait faire fureur dans toute la galaxie.

Et Layla n'était pas au bout de ses surprises : en plus des couleurs, la combinaison pouvait également faire apparaître des motifs à volonté, certains mêmes animés, reproduisant un paysage spatial scintillant tel que l'on pouvait en voir depuis un vaisseau. Il fallait l'avouer, si c'était bien lui qui avait créé ces tenues, il avait un don certain pour le stylisme. Est ce que la curiosité de Lala avait été piquée au vif ? La réponse était oui et ça se voyait.

Séides expliqua davantage le fonctionnement de ses tenues. La première tenue était recouverte d'un polymère chromatique intégrer dans le tissus qui opérait le changement de couleur en un peu plus de cinq minutes. En dehors de ça, c'était une combinaison tout ce qu'il y avait de plus classique. La seconde, avec l'affichage dynamique, était plus complexe. Elle fonctionnait via un affichage holographique sur un tissu dédié et disposait d'une source d'énergie assez conséquente, astucieusement cachée sous une capuche élargie.

Une fois la présentation des produits faites, le reste des documents indiquaient les plans des infrastructures pour produire et vendre ces combinaisons. En bon Synthétique, il n'avait oublié aucun détail :


"C'est très intéressant comme concept, même si ce n'est plus qu'une question de mois ou légèrement davantage avant que les premiers Quariens puissent vivre sans combinaisons sur Rannoch, ils en ont auront toujours besoin ailleurs comme du temps avant votre Éveil. De plus, je vois déjà une piste probable dans la diversité de votre entreprise. Je pense que les Quariens ne seraient pas les seuls à s'intéresser à vos tenues chromatiques et dynamiques à volonté. Gardez cette idée à l'esprit si vous avez des envies d'augmenter votre clientèle."

L'Humaine ne l'avait pas dit clairement, mais elle venait d'approuver les concepts du Synthétique. Honnêtement, la mode ce n'était pas vraiment son truc. Sa garde robe était du genre passe partout même s'il y avait quelques tenues, parfois uniques, signées par quelques uns des plus grands couturiers contemporains. Elle avait même dans sa collection d'objet historique quelques tenues historiques comme par exemple sa dernière acquisition dans le domaine : une robe appartenant à Marilyn Monroe, connue pour être celle que portait l'actrice alors qu'elle chantait "Happy Birthday" à la soirée d'anniversaire, retranscrit en direct, du président Kennedy. Mais sinon, elle suivait plutôt l'univers de la mode d'assez loin.

Les plans défilèrent jusqu'au sous-sol. Et là, ça n'avait plus rien à voir avec une maison de haute couture. Des générateurs holographiques de haute qualité. Un système astucieux à base de miroirs pour éclairer la salle avec la lumière du soleil. Un système de ventilation capable de simuler du vent... Le reste des composants apparut peut après. De la végétation, des rochers, du sable et de l'eau. Beaucoup de sable et d'eau. Il ne fallait pas vraiment être un génie pour deviner à quoi l'ensemble aller ressembler... après tout, certains des vaisseaux construit par son entreprise, comme celui d'Isiäna, avaient ce genre d'installation :


"Une plage artificielle ? Pardonnez mon ignorance, mais je ne vois pas vraiment le rapport entre une maison de haute couture et un environnement reconstitué. Vous pouvez m'expliquer ?"

Non, aucun sarcasme ou autres tons désagréables dans sa voix. Juste de l'étonnement. Elle se doutait bien que le Geth avait une explication et sans doute très bonne. Il disait après tout que c'était là le véritable but de son entreprise. Mais bon, vous connaissez les artistes ? Leur génie créatif se mêlent parfois un peu trop avec certaines formes d'excentricité et du célèbre "caprice de star". Peut être que cette particularité comportementale s'appliquait aussi chez les Synthétiques...
Avatar de l’utilisateur
Layla Archer
Grande Prêtresse du Divin Cookie

Grande Prêtresse du Divin Cookie
 
Message(s) : 545
Inscription : 05 Mars 2015, 14:09

Âge: 35
Profession: Exploratrice, Propriétaire de Olympus, Investisseur
Classe: Martiale et Technologique
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 133.00 Points

Re: A la recherche de mécènes

Message par Seides » 03 Février 2018, 18:32

Inutile d'y aller par quatre chemins pas vrai? Il pouvait bien utiliser le pronom personnel, il n'était pas tout à fait débarrassé de sa "getherie".

Au début Layla se contenta de regarder avec un air polie, mais neutre les créations de Seides. En effet, des combinaisons un poil personnalisées, ça n'était pas spécialement rare. En faite, vu la propension au bidouillage des quariens, on pouvait dire que chaque combinaison été unique.

Il vit une lueur d'intérêt s'allumer dans les yeux de l'humaine quant elle arriva aux fonctionnalités Particulières du changement de couleur programmable ou l'affichage dynamique. Ca ne voulait pas nécessairement dire qu'il avait déjà gagné ses fonds. Mais c'était une bonne nouvelle.
Finalement les explications techniques étaient plutôt accessoires vu qu'elle semblait déjà accrochée par les concepts. Mais il fallait bien jouer son rôle de créateur en mal de fond, non?

Layla lui parla de la possibilité que ses créations et idées soient rapidement obsolètes, vu que les quariens étaient susceptibles de se débarasser de leur combinaison à court terme. Le geth médita quelques instant ces paroles avant de répondre.

"Je pense que vous surestimez la capacité d'adaptation psychologique organique sur ce point. Je parle de la force de l'habitude.
Par exemple, beaucoup de soldats lorsqu'ils ont passé du temps au front, je parle d'un temps assez important, disent se sentir nues une fois qu'ils se retrouve sans une armure et une arme à portée de main. Tout comme ils reproduisent parfois des schémas nés d'habitudes prisent de manière réflexe. Vérifier un véhicule qu'on aurait garé un moment en milieu hostile, pour vérifier qu'on a pas déposé un colis piéger sous la carlingue. De retour dans un environnement pacifique, les premiers temps, certains vont faire cette vérification.

Dans le cas des quariens, nous parlons d'une race ayant vécue confinée la très grande majorité de sa vie, soit dans un vaisseau, soit dans sa combinaison. Les vaisseaux ayant des chambres privées ne sont pas si communes sur les vaisseaux de la flotte nomade. Ceux doté d'une système pouvant assurer une décontamination et d'une atmosphère adaptée à une seule personne encore plus. Les ressources nécessaires à de telles choses, de manière permanente je veux dire, auraient été un gâchis."


Le geth fit une pause pour laissé à Layla le temps de poursuivre le défilement de la tablette, tout en digérant les paroles de son interlocuteur.

"Donc, des chambres blanches, des zones de décontaminations pour prendre une douche, par exemple, la reproduction et quelques cas particulier, ont permis aux créateurs de profiter d'un moment hors combinaison... Mais toujours avec l'idée qu'ils n'avaient rien à craindre.

Tombé les masques sur Rannoch sera une réalité dans peu de temps. Les études faites à ce niveau, et le suivi des progrès des geth intégrés aux combinaisons des créateurs, permettent de l'affirmer. En revanche se débarrasser de la combinaison, du jour au lendemain... Est une étape psychologique autre.

Beaucoup de créateur auront encore besoin, je le pense, d'avoir une petite sécurité juste au cas où. La prochaine génération, en revanche nettement moins. Mais je verrais à ce moment ce que je pourrais faire pour eux.

Ce qui m'intéresse est cette génération. Les aider dans l'acceptation de soit est un moyen d'arriver à se débarrasser de leur combinaison. D'où les modèles avec transparence. Mes créations s'adressent à ceux qui veulent personnaliser, mais également à ceux qui auront besoin soit d'un coup de pouce pour se débarrasser de la combinaison, soit de pouvoir la porter tout en se montrant au monde en toute sécurité. Du moins pour la paix de leur esprit.

Oh, bien sûr, il y a le risque par rapport aux autres races. Le système immunitaire quarien, même avant la Chute a toujours été plus faible que la moyenne. Rien que sur Rannoch, dans la capitale, vu le nombre d’espèces aliens se baladant librement, le risque sanitaire est élevé. M'est avis que l'on est pas tout à fait prêt à se débarrasser de la combinaison à Nady'Zah"


Jolie timing, car l'humaine arrivait à la partie intéressante. Ce qui la fie d'ailleurs réagir. Une plage en sous-sol? La bonne question!

"Je vous parlais d'environnement sain et de barrière psychologique. Nous y sommes. La barrière psychologique au retrait complet de la combinaison, c'est le risque médical. Même si nous assurons que le corps ne risque rien de plus que n'importe quel autre espèce, il reste la force de l'habitude. Une vie complète à craindre une égratignure sur sa combinaison. Et la volonté de s'en débarrasser va passer par là. Même chez ceux qui se disent prêt, mais n'ont jamais tenté le coup.

Cette plage, et d'autres lieux que j'aimerai éventuellement créer, va les y aider. Mais poursuivez je vous pris."


Il laissa l'humaine regarder la suite. On pouvait voir un schéma technique d'un cyclindre, avec divers spécifications, donc des bras robotisés et une système circulaire à la base. Le tout était peu familier dans sa fonction, surtout qu'il y avait des précisions au sujet d'un polymère, mais sans sa composition exacte (secret industriel !).
En poursuivant, on pouvait voir une quarienne dans des robes de soirée, tout ce qu'il y avait de plus classique. Et sans combinaison semblait il...

Spoiler : :
Image

Image


"Ce que vous voyez là n'est pas une combinaison version transparente. Ce type de combinaison n'est pas invisible en soit. Juste transparent. Toujours les contours, toujours épais.

Ce que vous avez sous les yeux est en rapport avec la machine au-dessus. J'ai créé un polymère spécial qui s'applique directement sur la peau. C'est assez fin et parfaitement transparent pour être pratiquement invisible, si ce n'est une très légère réflexion de la lumière.
Ajouté à ça un système qui vient se mettre à l'arrière du crâne pour remplacer une partie des fonctions de la combinaison, ainsi qu'une réserve d'air sur-comprimé et les créateurs qui ne désirent pas encore se passer d'une certaine protection ou qui ne le peuvent pas encore, ont le loisir de goûter au plaisir de se passer de leur combinaison.

En effet ce polymère est assez résistant pour supporter les abrasions de la vie courante. Se frotter, se cogner et dans une certaine mesure le contact avec un objet tranchant, tout cela ne passera pas. Avec la réserve vous êtes autonome et libre de vos mouvements pendant environs 4 heures. Un peu plus, mais nous gardons une marge de sécurité. Mais surtout, la qualité des sensations est intact à 95%.

Toucher, sentir une texture, les liquides, un souffle de vent, se parer d'un vêtement cosmétique.... Toutes ces choses impossibles à un créateur en combinaison, je leur offre à volonté ou presque. La plage est une zone d'essaie. Elle permettra la découverte des sensations pour les créateurs qui souhaites s'offrir cette création, tout en étant en zone sécurisée s'ils ne se sentent pas de se lancer directement dehors.

Une fois habitués, ils pourront toujours se promener dehors. Plage, ville, campagne... Tout ce qui leur passera par la tête et qui se trouve à environ 4H de ma boutique.
La limite de 4H a aussi une autre raison. Les... rejets corporels s'accumulent entre la peau et le polymère. Passé ce délais, cela devient désagréable. C'est pourquoi simplement remplacer la cartouche d'air est insuffisant.
Nous réfléchissons toujours à des solutions, mais aucune n'est sûre à 100% ou n'est satisfaisante en terme de conservation de sensations."


A ce point, le geth avait pratiquement joué toutes ses cartes. Encore qu'il lui en restait une ou deux dans la manche: "Et puis... En terme commercial, c'est une bonne chose je pense. D'autant que c'est relativement peu onéreux."
Et pour cause. Si les choses marchaient comme il l'entendait, il aurait une clientèle demandeuse, que le prix n'arrêterait pas. Il estimait gagner petit... Mais avec toute la planète!

Bon, ça c'était l'idée. Les négociations n'étaient pas terminées. Elles n'avaient pas vraiment commencées d'ailleurs.
Avatar de l’utilisateur
Seides
Rang 4

Rang 4
 
Message(s) : 137
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Militaire
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 4

Points MEL: 623.00 Points

En ligne

Re: A la recherche de mécènes

Message par Layla Archer » 06 Février 2018, 18:42

Ce que le Geth expliqua sur les salles blanches et sur le fait que les Quariens n'allaient pas abandonnés leurs combinaisons du jour au lendemain pour des raisons plus psychologique que physionomique, Layla le savait déjà. Elle le laissa poursuivre poliment, perdue dans ses pensées. Elle se rappeler les débuts de sa relations avec Izira. Pour une Humaine, le fait d'imaginer une relation de couple sans se toucher, s'embrasser ou même se regarder dans les yeux sans un obstacle entre eux, c'était presque de la science-fiction. Le genre trop bizarre et éloignée des conventions.

Elle se rappela les efforts de la Quarienne pour instaurer la normalité dans leur couple comme chez tout les autres et après après plusieurs mois et une dose de médicament qui aurait pu assommer un Krogan, elle récompensa la patience, la compréhension et le soutien de Layla en se découvrant, laissant l'Humaine voir son visage pour la première fois, planter son regard dans le sien et laisser leur bouche se rencontrées. Dans l'ivresse du moment, ce qui devait être qu'un simple baiser se changea en une nuit passionnée... qui valut une bronchite carabinée la semaine suivante pour la Quarienne, mais qui disait déjà qu'elle avait hâte de recommencer.

Depuis de l'eau à couler sur les ponts. Le système immunitaire de la Quarienne s'était adaptée, le vaisseau de Layla avait été équipé de dispositif de décontamination avancée digne d'un bloc opératoire et Izira ne ressortait la combinaison que pour s'aventurer hors du vaisseau. Les autres Quariennes intégrant l'équipage par la suite avaient été plus prompte à passer le cap, sans doute parce qu'Izira était un exemple concret que c'était possible et surtout sans risque. Maintenant, les systèmes de décontamination avaient été revues à la baisse, à un niveau pathogène similaire à celui de Rannoch et même légèrement au dessus et la combinaison était désormais presque tout le temps au placard sauf quand il fallait sortir ou si un invité quelconque se présenter.

Rappelons que pour un Quarien, montrer son visage ou son corps était le geste de confiance absolu et que même si chez Layla, les membres quarienne avaient revue drastiquement cette exigence à la baisse, ce n'était pas une raison de s'exhiber face à des inconnus. Non c'était un privilège de l'équipage de les voir sans combinaisons... et parfois sans rien du tout. Peut-être que ces rapprochements et ces relations avaient boostés leur système immunitaire plus rapidement qu'à l'accoutumé, mais ce genre d'idée, elle le gardait pour elle. C'était sans doute plus une bêtise qu'autre chose... Et puis vous vous imaginez dire à toute la population quarienne qu'en plus de l'aide des Geth et des dernières pratiques médicales, adoptés le mode de vie hédoniste et les mœurs légères des Asari pouvaient aussi les aider à renforcer leurs défenses immunitaires ? Étrangement, il y avait très très peu de chance pour que ça passe...

Bref, Layla savait on ne peut trop bien que les Quariens n'allaient pas jeter leur combinaison au placard du jour au lendemain et d'avoir l'idée de parcourir les plages de Rannoch avec pour tout vêtement un bikini des plus minimalistes. Non en fait, elle pensaient même que si au moins 50 000 Quariens sur les 15 millions commençaient à se promener dans la rue en tenues plus conventionnelle une fois leur système immunitaire fin prêt, c'était déjà un exploit. Il était évident que la majorité d'entre eux auraient besoin d'un temps d'adaptation avant de tenter l'expérience... quand ça ne serait pas directement un blocage psychologique chez certains qui seront intimement persuadés que sortir un orteil de leur combinaison allait les tuer sur le champ avec 58 maladies parmi les plus atroces qui soient...

Mais ce projet de réacclimatation aussi intéressant soit-il, ne risque pas d'aller bien loin avec seulement une installation de ce genre. C'était sans doute un projet pilote pour voir si c'était réalisable à plus grande échelle. Il y avait aussi la question de la future diversification à aborder. D'accord les combinaisons quariennes existeront toujours, ne serait-ce que pour permettre aux Quariens de pouvoir voyager ailleurs dans la galaxie à l'image des Volus. Mais d'ici quelques générations, voir moins, une telle installation sera désuète. Autant en avoir le cœur net :


"C'est un projet très intéressant. En résumé : il faudrait un investissement initial important. Il faut en effet créer tout un marché et s'assurer pour qu'il soit connu. Je pense aussi qu'il faudra plusieurs installations pour couvrir la demande potentielle de manière efficace, peut-être même quelques une hors de la planète comme la station Haratar ou pourquoi pas la Citadelle, pour les Quariens nomades qui pourraient aussi en profiter.

Il faut aussi partir du principe que ce genre d'installation n'aura qu'une utilité à moyen terme. Vous l'avez dit vous même, la prochaine génération aura beaucoup moins de difficulté à se débarrasser de sa combinaison sur Rannoch. Si cette lancée est maintenue, celle d'après n'aura plus de souci à ce niveau. Même si le marché des combinaison sera toujours présent, il sera bien moins important que maintenant et les salles de réacclimatation deviendront de moins en moins utiles... mais j'imagine que vous avez déjà une idée à ce niveau pour contrebalancer ça...

Bref. Parlons nombres maintenant. À combien estimeriez vous le budget nécessaire afin de fonder et lancer votre entreprise sur le marché en comptant la construction du bâtiment et des machines, les premiers stocks, le personnel, la publicité, les frais d'entretiens et les frais annexes ? Et quelles bénéfices nous pourrions en tirer ?"


C'était un coup de poker. Créer un marché de toute pièce en s'assurant de sa réussite. Ce genre d'initiative, ça passe ou ça casse. Même si Layla approuvait cette idée et que si elle le pouvait, elle l'appuierait avec tout le poids de son compte en banque et, plus important pour une entreprise qui se lance, de ses relations, elle n'allait pas non plus s'y jeter sans prendre un minimum de précaution...
Avatar de l’utilisateur
Layla Archer
Grande Prêtresse du Divin Cookie

Grande Prêtresse du Divin Cookie
 
Message(s) : 545
Inscription : 05 Mars 2015, 14:09

Âge: 35
Profession: Exploratrice, Propriétaire de Olympus, Investisseur
Classe: Martiale et Technologique
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 133.00 Points

Re: A la recherche de mécènes

Message par Seides » 07 Février 2018, 18:19

Le geth parla plutôt longuement à l'humaine qui semblait presque... Absente.
Avait il eut tord de croire qu'elle était finalement intéressée? Après quelques instant il fini par se rendre compte que c'était peut-être le cas, mais qu'elle connaissait déjà les arguments avancés. Peut-être son équipage de créateurs, ou plutôt de créatrices y été pour quelque chose? Peut-être cette discussion été un écho d'une de celles qu'elle avait eu à un autre moment.

Ne se laissant pas démonter pour autant, il continua jusqu'à la fin. L'humaine quand à elle pensa sa réponse, ou l'avait elle préparée pendant qu'il parlait et elle faisait durer le suspense, avant de reprendre la parole.
Et elle parla investissement. Enfin, on y arrivait! Pour le geth, c'était un petit triomphe. Modeste, mais un triomphe tout de même. Si le projet n'avait aucun intérêt, si ce n'était pas intéressant, pour un investisseur comme pour une connaisseuse des créateurs, cette partie de la conversation n'aurait pas lieux.

Il arrêta juste un instant l'humaine sur sa lancée: "Vous allez beaucoup plus loin que je ne le fait. La présence des Créateurs à travers la galaxie est... Marginale au mieux. Et le restera pour encore plus de temps qu'il ne leur en faudra pour se débarrasser de leur combinaison à mon avis.
Reprendre le concept pour créer des pièces de ce genre... Pourquoi pas, si quelqu'un a les fonds pour le faire. Si il se révèle que des colonies s'implantent, ça peut s'envisager. Mais ce projet s'adresse exclusivement aux créateurs, qui se trouve presque que sur cette planète."


Mais elle soulevait un point pertinent en même temps. Son projet ne s'exportera pas. Les concepts éventuellement pour reproduire des environnements à but de divertissement ou culturel. Mais pour s'assurer du divertissement unique des Quariens...
D'ailleurs, Layla le reconnaissait elle même dans ses propos sur l'utilité finale de son futur "produit". Ainsi que sa transformation.

"Je suis étonné de voir que vos buts couvriront des détails allants au-delà de votre espérance de vie. C'est un trait inhabituel chez les races vivant moins longtemps que la notre ou celle des Asaris par exemple. Néanmoins, vous n'avez pas la vue d'ensemble."
Il fit apparaître sur la tablette une autre donnée. La vue d'ensemble de ce qu'il possédait en réalité. Le "terrain" à proprement parlé était beaucoup plus grand que ce que le projet actuel laissé voir. Dans les possibilités, il pouvait étendre la construction vers le haut, ou comme le projet souterrain, vers le bas:

"Il me reste beaucoup de places pour construire ou étendre. Quand à transformer... Oui, en effet, il faudra peut-être transformer. Pour les parties divertissante, j'ai vu que certaines races ont des complexes d'attractions aquatiques. Quelques toboggans, un peu plus de services, une fois que la totalité des Créateurs pourront se débarrasser de leurs combinaisons sans que ça soit un problème, et les gens ayant peu de volonté ou de temps pour aller jusqu'à une plage, pourront toujours aller chez nous.

Et puis, vous avez parler de transférer mes idées de combinaisons à affichage dynamique vers des vêtements à destinations des autres races. J'y réfléchis déjà alors que nous parlons. C'est... Quelques chose sur lequel je devrais travailler. Mais je ne suis pas expert en technologie de miniaturisation et de projection holographique. J'en discuterai avec les autres geths qui travaillent sur ce projet et nous trouverons probablement une solution. Si ça peut répondre à votre demande d'exporter un produit hors de Rannoch... Ce sera celui-là.

Quand au reste de l'espace... Ce projet est là pour en alimenter un autre. Nous verrons si celui-ci marche, alors je pourrais investir ailleurs et autrement."



Finalement on en arriva à LA question. Celle qu'il attendait au final. Layla l'avait agréablement surpris en s'intéressant au futur de son idée et à la transformation de son produit dans les générations avenir. Problème qui, techniquement, n'aurait d'importance que pour Seides au moment où il se posera. A moins que l'humaine est une surprise à révéler à la galaxie? La fin du vieillissement? Qui pouvait savoir avec cette race...

Bref, le coût. Combien? La question des organiques. Celle pour laquelle il était un peu ici. Un peu seulement en réalité. Nouvel affichage sur la tablette:"Le détail est ici. Voyez vous même."
Les données s'affichèrent d'elle même. L'investissement initial en lui même devait tourner dans les 700 000 crédit. L'immeuble tout équipé, les machines, la création de l'environnement (étonnement pas le plus cher. Les matériaux n'était pas loin et les projecteurs holo n'étaient pas vraiment une technologie rare désormais). A cela s'ajoutait le coût initial des matériaux de construction de ses combinaisons et un stock minimum, soit 150 000 crédit.
Et finalement le coût de fonctionnement pour un an, soit 15 000 crédits par mois, hors renouvellement des matières premières qui ne se quantifierait qu'au fûr et à mesure des commandes.

Soit environs 1 million de crédit pour arrondir le tout. Retrancher 300 000 crédit des propres deniers de Seides. Ce qui faisait une somme rondelette.

"C'est une estimation. Le prix du m² varie tellement vite dans la capitale..." Fit le geth d'un ton désolé.
Aaaah, si seulement les Créateurs avaient pût voir le bien-fondé du "système économique" Geth. Mais voila, ils avaient besoin de crédit et il fallait tout monétiser maintenant. Heureusement que le Consensus était là pour veiller aux besoins courants ou pas de ses ouailles.
D'ailleurs, Seides commençait presque déjà à regretter de pas avoir fait comme ça. Enfin, il voulait "jouer le jeu"...

"Je ne suis pas exactement ce qu'on appel un entrepreneur. J'ai probablement négliger des choses." Oui, il avait aussi besoin d'une expertise sur la question. Et c'était peu dire.

L'idée à la base était bonne. Enfin... Il le croyait. Jusqu'à ce qu'il se heurte l'optique à la bureaucratie. Créer son entreprise, pour qui, pourquoi, qui était il. Ah, oui, ce dernier point... Comment faire rentrer dans une base de donnée une personne non-organique. Aucun passif à rentrer. Il avait mit une éternité à tout remplir, parce que la personne en face devait tout faire à la main.
Si seulement elle s'était contenté de lui envoyé un formulaire, elle aurait tout reçu à peine envoyé...

Heureusement qu'il avait du soutien de la part de sa fille et de son chat... Un bon soutien... Moral.
Tout n'était pas noir heureusement: il avait peut-être trouvé une Créatrice capable de pouvoir changer de tenue régulièrement. Elle faisait partie des quelques une qui déclarait pouvoir changer de combinaison sans trop de soucis. Si l'on en croyait ses résultats médicaux. Et surtout la volonté. De plus elle avait quelques atouts qu'il recherchait, en particulier dans la gestion de personnel. Il allait avoir besoin de cours là dessus aussi.

"Quand à ce que vous pouvait y gagner...
Nous pouvons parler d'un pourcentage sur les bénéfices dégagés par l'entreprise. Je parle bien des bénéfices, naturellement. Une fois les charge retirée. A moins que vous ne souhaitiez être qu'un simple prêteur, dans ce cas nous parlerons de remboursement et pas d’intérêts sur les gains de l'entreprise.
Naturellement, nous feront une bonne publicité de votre nom et de votre entreprise, ce qui va à double sens.

Mais je pense que ce qui va le plus vous intéresser, c'est l'ouverture sur le marché Quarien, à moins que je ne me trompe. Vous êtes connues en temps que bienfaitrice. Mais commercialement, Olympus a t'elle le moindre pied à terre ici. La moindre entreprise en a t'elle d'ailleurs? Nous - les geths - construisons ce dont nous avons besoin. Et ce que les créateurs réclament. Et nous exportons le reste.
Il existe très peu de besoins qui ne soient comblés ainsi.
En vous associant à moi, je vous ouvre, en un sens, les portes de Rannoch.

J'ai conscience que vu l'envergure de votre nom ici, ça pourrait ne pas être un problème. Mais c'est aussi, pour autant que je sache, votre ouverture vers le Consensus. Et je peux affirmer de première main, qu'il n'existe personne en tant qu'entreprise, qui détient ce privilège."
Avatar de l’utilisateur
Seides
Rang 4

Rang 4
 
Message(s) : 137
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Militaire
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 4

Points MEL: 623.00 Points

En ligne

Re: A la recherche de mécènes

Message par Layla Archer » 12 Février 2018, 14:12

Sur ce point là, le Geth se trompait : Les Quariens n'étaient pas "marginaux" dans la galaxie. Ce n'était plus les parias du temps de la Flotte Nomade quand tout le monde les regardaient de travers en les traitant de voleurs et de mendiants. Ils avaient retrouvés leur monde et leur place dans la société galactique. La présidente actuelle du Conseil était quarienne et avec les Geth, on trouvait sur Rannoch l'armée la plus grande et la plus puissante de la galaxie. Après certes ils n'étaient pas très nombreux face aux Asari, Galariens, Turiens et Humains et ils avaient tout à construire. Des entreprises à créer, de l'influence politique et économique à gagner, une culture et une histoire à redécouvrir... Mais ils n'étaient pas mis au ban de la société. Si c'était le cas, ils ne seraient pas au Conseil et les lois anti-IA seraient toujours en vigueur. C'était sans doute un mauvais choix de mots vu le reste de l'explication de Séides. Le terme "minoritaire" aurait été plus approprié, mais pas "marginaux"

Mais elle n'en tint pas rigueur et était d'accord avec ce point, les Quariens n'étaient pas très nombreux et donc une implantation hors de Rannoch semblait inutile, mais les quelques milliers de Quariens encore nomades, n'arrivant pas à se sédentariser ou ne le voulant pas ou encore vivant hors de Rannoch risquaient eux, d'être encore plus marginalisés par rapport au reste de leur société renaissante. C'était comme dire "Vous vouliez ce genre de choses ? Bah c'est de votre faute, vous n'aviez qu'à pas partir et rester comme tout le monde !" :


"Si ce projet s'adresse uniquement aux Créateurs. Il faut qu'il le soit pour tous les Créateurs... ça comprend ceux qui ne vivent pas sur la planète. Ça serait dommage de les exclure du groupe parce qu'ils ont décidés de ne pas faire comme tout le monde."

Peut-être que Séides ne parvenait pas à comprendre ce fait. Après tout les Geth ont toujours étaient un peuple uni et la seule fois de leur histoire ou des leurs ont décidés de quitter le groupe, c'était les Hérétiques suivant Sovereign et Saren. Pas vraiment un bon exemple en effet. Bref, le Synthétique annonça dans la foulée qu'il était en train d'envisager en ce moment-même le fait de diversifier ses activités plus tard comme convertir le complexe en un parc aquatique ou agrandir sa clientèle avec d'autres espèces. Il semblait intrigué sur la pensée à long-terme de l'Humaine, pensant aux devenirs des choses bien longtemps après sa mort :

"Quand on a une espérance de vie limitée, la plupart des gens font tout pour faire en sorte qu'on ne ne les"oublient pas". On n'a pas de concept similaire au Consensus. Pas de base de données où nous pouvons nous échanger nos expériences ou les conserver à la disposition de tous même des millénaires après notre mort. Je pense que c'est en partie pour ça qu'on aime tant les œuvres d'art par exemple, que ce soit les créer ou les admirer. Ils sont les témoins d'une époque révolue pour laquelle nous n'avons personnellement aucun souvenir. Et des siècles plus tard, on se souvient encore de noms comme Léonard de Vinci, Johann Sebastian Bach, James Cameron ou Hideo Kojima. On cherche à laisser notre empreinte sur l'existence à plus ou moins long terme que ce soit via une œuvre d'art qui peut traverser les siècles, l'organisation d'un projet qui peut changer la vie de beaucoup d'autres ou simplement s'assurer que nos enfants aient une vie sans difficulté. Au fond, c'est ce qui nous fait avancer, même si on sait que la fin est inéluctable..."

Elle avait aussi notée que tout ce projet était pour permettre l’avènement d'un autre plus important, mais elle n'en demanda pas davantage de détails. Chaque chose en son temps comme on dit... Vint ensuite la question des chiffres. Honnêtement, Layla n'aimait pas cette partie des négociations, mais elle était obligatoire. Pour elle, tout projet intéressant méritait d'avoir un coup de pouce pour se concrétiser. La recherche du profit tout ça, c'était très secondaire. Le souci c'est qu'en agissant de la sorte et bien on se retrouve rapidement à sec... il fallait donc trouver un juste milieu. Le Geth planait sur une estimation d'un million de crédit pour l'ensemble. Pour construire l'installation et la faire tourner ça serait suffisant, mais pour ce qui était de la faire connaître, c'était peut-être pas assez. Le budget marketing était l'un des plus important, il n'y a qu'à voir les sommes dépensés dans les opérations publicitaires pour s'en convaincre, souvent bien au-delà des coûts de l'élaboration du produit mit en avant.

La contrepartie était le classique pourcentage sur les revenus et avantage publicitaire. Mais rapidement, le Geth parla de quelque de bien plus intéressant : l'ouverture du marché quarien. Il est vrai que si Olympus était sur Rannoch, sa présence était presque anecdotique en comparaison à d'autres mondes. À part ce terrain d'essai et un petit chantier spatial en orbite autour d'Adas qui produisait des vaisseaux de petit gabarit en quantité limité, c'est vrai qu'elle n'était pas très implantée chez les Quariens. En même temps, comme le disait Séides, avec la formidable puissance industrielle qu'était les Geth, les Quariens n'avaient techniquement besoin de rien venant d'ailleurs dans la galaxie. En parlant de ça, c'était quand même surprenant que les Quariens n'en profitent pas pour s'implanter massivement dans le commerce. Avec des usines fonctionnant en permanence et le savoir faire technique et qualitatif des Quariens et des Geth, ils pourraient rapidement jouer à match égal avec les Volus et les Hanari. Certes on pouvait acheter des créations quariennes et geth ailleurs dans la galaxie, et les Quariens et les Geth pouvaient également en faire de même avec des biens venant d'ailleurs, mais ça ne semblait pas les intéresser plus que ça et l'industrie quarienne, tout comme les Quariens et les Geth étaient donc plutôt "isolationniste" sur le point de vue commercial.

Du coup, être l'exception à la règle et s'ouvrir un marché sans concurrence autres que les entreprises locales, c'était plus qu'intéressant. Certes ce n'était pas avec 15 millions de Quariens qu'Olympus allait massivement s'enrichir, mais ce n'était pas à ça à quoi Layla pensait. En revanche, profiter de l'expertise technique quarienne et geth d'une façon comme aucune entreprise étrangère n'a pu le faire jusque là. Ça c'était intéressant. En plus ça marcherait dans les deux sens. Olympus profitait du savoir faire des natifs de Rannoch, organique comme synthétique et ces dernier pourraient profiter de la présence d'Olympus pour prospérer d'avantage que ce soit commercialement avec l'accès à des marchés hors ou difficile d'atteinte ou économiquement avec l'ouverture de sites de productions, laboratoires et autres qui amèneront une somme non négligeable de crédit dans l'économie locale.

Olympus était d'ailleurs connue pour "jouer dans les règles" : Pas d'optimisation fiscale, pas "d'économie" sur les dispositifs de sécurité ou sur le bien être des employés, respect à la lettre des différents codes de travail de la galaxie... La politique de l'entreprise jouait la carte de l'honnêteté et de la transparence et était même avant-gardiste en appliquant par exemples des normes de sécurité des années avant qu'elles n'entrent officiellement en vigueur. Elle misait sur le bien-être de ses employés avec des avantages sociaux et des salaires plus élevés que chez la concurrence et des conditions de travail souvent bien plus facile et ça s'améliorait de jour en jour. En même temps, quand on se lance dans une division verticale du travail intégrale en allant jusqu'à assurer la prise en charge intégrale de ses employés, mieux valait à ce qu'ils soient le plus satisfait possible de leurs conditions pour rester. Cette réputation était l'un des facteurs de sa réussite aussi fulgurante qui lui avait par exemple offert presque à bras ouvert les marchés turiens. Maintenant, avec son chiffre d'affaire, elle encaissait sans sourciller les dépenses des nouvelles normes galactiques et locales à appliquer qu'elles soient économique, environnementale ou autres, sachant que les coûts seraient largement couvert par le maintien de sa réputation, ce qui lui amènerait davantage de clients et fidéliserait les anciens.

Un coup de poker là aussi, comme sa prise de contrôle de l'entreprise par l'achat de toute les actions à peine l'entrée en bourse effective, mais qui fonctionna, jetant un coup de pied bien placé au cliché de la "méga-corporation maléfique" qui n'existerait que pour gagner encore plus de pouvoir et/ou s'enrichir toujours plus. Le tout sans se préoccuper des conséquences sur ses employés, ses clients et tout le reste... Non Layla n'aimait pas les clichés :


"Ça c'est une proposition bien plus qu'intéressante. C'est même exceptionnelle. Ça montre la confiance que vous pouvez placer en moi et j'en suis honorée."

Oui elle était honnête. Une telle proposition était une occasion à ne pas manquer et vu le point de vue quarien et geth sur la question, ce n'était ni des paroles en l'air, ni une décision prise sans réfléchir pour convaincre d'aider. Layla commença à cogiter quelques instants avant de parler :

"J'ai une proposition à vous faire : Si vous pouvez me garantir l'aboutissement de votre proposition, aussi bien auprès des vôtres que des Quariens, non seulement je ne demanderai pas de pourcentage sur les bénéfices de votre entreprises, mais en plus je pourrais vous accordez bien plus de financement pour vous lancer pleinement avec accès aux meilleurs équipements et une campagne de pub digne de ce nom et il en va de même pour ce mystérieux projet futur. Qu'est-ce que vous en dites ?"
Avatar de l’utilisateur
Layla Archer
Grande Prêtresse du Divin Cookie

Grande Prêtresse du Divin Cookie
 
Message(s) : 545
Inscription : 05 Mars 2015, 14:09

Âge: 35
Profession: Exploratrice, Propriétaire de Olympus, Investisseur
Classe: Martiale et Technologique
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 133.00 Points

Re: A la recherche de mécènes

Message par Seides » 13 Février 2018, 16:54

Seides réagis à la remarque de Layla en levant les mains devant lui en un geste d'apaisement: "Je suis le premier concerné par le bien que cette idée peut avoir sur les créateurs. De même que celle que votre idée de vouloir largement le dispersée cette création à la totalité des Créateurs.
Mais en me renseignant sur l'économie Concilienne, je sais que ce n'est pas possible. Cette idée doit être rentable, avant d'envisager de le faire gracieusement. Hors, c'est impossible à l'heure actuelle. Votre entreprise peut peut-être se le permettre, mais je n'ai simplement pas les moyens.

De plus je pense avoir était mal compris quand j'ai parlé de présence marginale. Je pense aussi à une présence dispersée. Offrir cette possibilité à chaque créateur, quelle que soit la planète est un gâchis de ressource qui est inacceptable pour nous."

Il voudrait sincèrement que chaque Créateur goûte aux joies qu'il imaginait. Mais ce n'était simplement pas possible. Mais les geths étaient connus pour leur sens du compromis... Ce qui n'était qu'en faite une liste de propositions dont il retirait les lignes les plus improbables jusqu'à avoir une très courte liste qui pouvait être valable pour la personne en face.
Méthode du Consensus (avec une majuscule optionnelle pour le coup).

"Néanmoins il est possible de reproduire ce projet ailleurs que sur Rannoch. Les points de rassemblements des Créateurs peut s'imaginer. La Citadelle naturellement. Si temps est qu'il y est un espace de disponible pour cela"
Il n'osait pas suggérer de faire appel à la présidente Zorah. C'était trop... personnel.

"Illium me vient également à l'esprit. Et... C'est à peu prêt les seuls planètes que je peux citer, ayant une présence assurée et minimale pour rentabiliser non-seulement la création sur place, mais surtout l'autonomie financière vis à vis des taxes qui ne manqueront pas de tomber."
Oui, il avait aussi étudier cette partie là. Même si ce n'était pas un problème pour Rannoch.

"Quant aux Créateurs de la flotte qui ne voudraient ou ne pourraient pas descendre sur leur planète... faire des micro-projet est impossible. Les vaisseaux sont vieux, les créateurs disponibles pour leur maintenance encore moins nombreux qu'avant. Même si nous participons plus qu'activement à ce que tout reste en de bonne conditions. Et encore... Pour les capitaines qui tolèrent notre présence.
Donc installer ce genre d'activité ludique..."


Séides secoua tristement la tête : "Même en imaginant installer ça sur un seul vaisseau, il faudrait quelque chose d'assez important. Et convaincre l'équipage de bien vouloir s'occuper de tout ça.
Ca veut aussi dire accepter les allées et venues permanents d'étrangers au vaisseau. Les risques de contaminations extra-vaisseau pour des gens qui ne peuvent ou ne veulent pas descendre sur Rannoch et donc le renforcement du système immunitaire qui va avec.
Rien est impossible, mais... là encore, c'est difficile.
Et nous n'avons pas encore parler de l'aspect financier"

Car plus que sur une planète, les coût d'isolation, d'installation et de maintenance d'un tel système... Le tout isolé de la partie du vaisseau de l'équipage. Bonne chance !

"A moins que..." Seides eut une idée. Pourquoi convaincre un équipage?
"A moins d'un vaisseau spécialement créé ou réaménagé pour cela.
Il existe quelques vaisseaux fantôme dans la flotte. Trop de l'équipage descendu sur la planète, trop peu restant et transférés sur d'autres vaisseaux, gérés en automatique ou presque. Je les ai omis car pas d'équipage, pas de maintenance.
En revanche, si la totalité du vaisseau devient le centre de loisir, c'est une autre histoire. Une simple isolation de sécurité pour les parties non-publiques, un équipage minimal recruté pour l'occasion, juste là pour la maintenance et quelques manœuvres simples non-automatisables et... C'est faisable.
La flotte aurait son vaisseau de détente, avec aucun soucis de négociation avec un capitaine et à proximité de navette."


Cette fois Seides hocha la tête à l'attention de l'humaine. Son idée pouvait marcher : "Néanmoins, c'est du second temps. J'aimerai ne pas dépendre uniquement de votre entreprise pour ces... Dépenses supplémentaires. Sinon autant que je sois simplement un fournisseur d'idée, ce que je ne veux pas être.
De plus, j'ai mes propres objectifs et j'aimerai être celui qui les réalise."


A ce stade, la conversation dévia sur le sujet de la longévité dans le temps à travers un héritage. La réponse était intéressante. Ainsi les organiques faisaient certaines choses pour laisser une trace?
N'était-ce pas par plaisir? Ou parce qu'on en avait les capacités? Ou la réponse était plus nuancée, avec certaines personnes qui voulaient laisser un peu d'eux dans le temps, d'autres qui faisaient les choses par plaisir et d'autres qui faisaient un peu dans les deux?

La question suivante du geth était une évidence: "Et vous, pourquoi faites vous tout cela mademoiselle Archer?"
Seides était venu la voir parce qu'il la voyait comme une bienfaitrice, autant que comme une entrepreneuse. A la lumière des révélations sur la psyché organique, Layla avait elle des motivations supplémentaires?
Il avait beau se sentir bien en tant qu'individu, il avait l'impression d'en découvrir chaque jours qui passaient. Et il y a pleins de jours!

Le geth écouta patiemment la réponse de l'humaine avant qu'ils ne reviennent au sujet principal. Seides fit sa proposition qui ne tomba pas dans l'oreille d'une sourde. Ouvrir le marché Quarien évidemment. Mais donner une oreille du Consensus. Également.
Il se contenta d'un signe de tête aux remerciement de l'humaine, avant qu'elle ne fasse sa propre proposition, que Seides médita un instant.

"C'est très généreux de votre part. Mais j'aimerai refuser deux points. Et nous devrions discuter d'un troisième.
Le premier est que vous toucherez les bénéfices. J'ai dis que je jouais le jeu et un bien doit être suivi d'une contrepartie.
Vous semblez tenir à ce que mon idée soit aussi largement répandue que possible, je pense qu'être présente lorsque … Pardon, si tout cela marche et que nous pouvons nous exporter ailleurs que sur Rannoch, alors ça sera déjà très bien.
Le deuxième point concerne la publicité. Je ne crois pas que nous aurons besoin de publicité via les média classique. Nous sommes sur Rannoch et je peux affirmer que le Consensus saura trouver chaque Créateur où qu'il soit pour lui annoncer la nouvelle. Même ceux qui se méfient encore de nous.
En revanche je veux bien de cette aide publicitaire pour me conseiller sur la meilleur façon de créer un spot publicitaire qui mettra en valeur mon idée.
Je pense que je serai totalement dépendant du marketing si, comme vous l'avez si bien suggéré, j'exporte des vêtements holographiques à destination des autres races de la galaxie."


Sur ce point, la publicité allait être bienvenue. Il n'avait aucune idée de comment faire, ni n'avait prit en compte ce point. Après tout, à la base, il venait simplement pour une création qui ne devait pas dépasser le cadre de la planète où les geths avaient largement les moyens de toucher tout le monde avec un message.
Pour le reste de la galaxie, c'était une autre affaire et l'expertise de Layla sur la question serait la bienvenue.

"Le dernier point dont je voudrais vous parler, c'est le Consensus."
A ce point il hésita un peu. Comment pourrait il aborder la question en des termes que l'humaine comprendrait. Après tout, le Consensus en tant que réalité geth est extrêmement abstraite pour les autres races. Il n'en restait pas moins qu'une personne avait au moins visiter cette entité en personne. Était elle vraiment la seule?

"Avez vous déjà visiter le Consensus?" Peut-être était-ce le meilleur moyen d'aborder la question...
Avatar de l’utilisateur
Seides
Rang 4

Rang 4
 
Message(s) : 137
Inscription : 20 Décembre 2015, 20:20

Âge: 241
Profession: Militaire
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 4

Points MEL: 623.00 Points


Retour vers Voile de Persée



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)