Concours de circonstances

*

Modérateurs : Administration, MJ

En ligne

Concours de circonstances

Message par Laquarius Nix » 03 Novembre 2017, 23:40

• Date du RP : 25 avril2192
• Lieu du RP : Oméga
• Type de RP : Fermé
• Personnage(s) participant(s) : Nix Panderson - Laquarius Nix



Pourquoi ce bar ? Bonne question, j’avais besoin de revenir sur les derniers événements qui avaient saupoudrés ma vie.Une tentative d’assassinat, une boucherie et.. ma première vraie blessure. Involontairement, ma main droite vient caresser mon flanc, ou plutôt passer un doigt le long de la fissure dans mon armure. Penser à cette plaie fait naître une légère pointe de douleur instinctivement, pas seulement physique. Le Quarien n’a pas seulement blesser mon corps mais aussi mon égo et, je dois bien le reconnaître, il n’y est pas aller de main morte. Moi qui me croyais intouchable, me voilà à me promener avec, sur le dos, une armure en état de quasi-ruine. Je cesse mes aller-retours le long de la crevasse pour balayer de la main mes pensées parasites et la poser sur la table. Le bar où je me trouve est tout en largeur, si bien que lorsqu’on rentre on est rapidement au comptoir, en à peine quelques pas. Le comptoir, justement, recouvre la quasi totalité du mur du fond, laissant juste assez de place pour une table de chaque côté. C’est d’ailleurs sur celle de droite, en rentrant, que j’ai jeté mon dévolu. Le reste de la surface est occupé par cinq autres tables, plus ou moins occupée, et des tabourets vides pour la plupart. Un regard vague sur la salle m’annonce qu’un Galarien approche, probablement pour prendre ma commande. D’ordinaire, j’aurai détaillé chacun des membres de l’assemblée mais je n’avais pas la tête à ça aujourd’hui, je voulais juste prendre l’air, pas me lancer dans une nouvelle tuerie. Il n’empêche que j’avais tout mon attirail sur moi, mais c’est simplement l’habitude et la station qui veulent ça.

« Ca sera quoi ? »

Au moins le ton étais donné, pas le temps de flâner, je n’étais pas le premier client de la journée et sûrement pas le dernier alors ce type avait autre chose à faire que s’attarder sur la rondeur de ses jambes et puis son attitude s’accordait avec l’ambiance de l’endroit.

« Un Zhuat. »

Autant garder la même ligne d’édition et faire abstraction des politesses. Je remarque le regard teinter de jugement de la part du serveur avant qu’il ne parte. C’est sûr que ça n’est pas le genre d’endroit pour prendre autre chose que de l’alcool mais j’avais besoin de tout sauf de perdre ma sobriété aujourd’hui. Je laisse donc passer sans soulever.

En attendant l’arrivée de ma boisson, je regarde brièvement les nouvelles sur mon OmniTech. Rien d’extraordinaire, je note que l’incident auquel j’ai pris part est vaguement évoqué mais est noyé parmi les dizaines d’autres. Un soupir m’échappe, je déteste vraiment cet endroit et pourrais sincèrement sortir un jour et tirer dans la foule dans le simple but d’espérer purger une partie de cette population, mais avant ça il fallait que je la venge, alors je garde mon dégoût pour ce lieu enfoui en moi.

Entre temps, le serveur revient.

« Voilà. Cinq crédits quarante. »

Mon OmniTech scintille quand je rentre les commandes permettant de regler. Cependant, je me coupe en plein mouvement. A travers la lueur orangée, mes yeux perçoivent clairement un groupe entrer dans le bar. Le fait que des gens entrent ne m’inquiète pas plus que ça. Ce qui me gêne en revanche, c’est le fait qu’ils se séparent instantanément pour partir dans les coins de la salle. J’en compte une demi douzaine, à la louche, répartie un peu partout, dont un, probablement le chef, posté à la porte. Mes mains s’étaient crispées et mes mâchoires serrées en observant la scène. En voyant le gars à l’entrée prendre son inspiration, j’entame mon mouvement pour me lever, ma main droite sur la mitraillette à ma ceinture et ma main agrippée à la table.

« Nix !.. »

Il ne m’en fallait pas plus. Je dégaine et tire dans la même seconde. Le type qui s’était posté derrière moi s’écroule pendant que je renverse la table et m’accroupie derrière pour me couvrir du reste du bar. Mes trois premières balles avaient déclaré l’ouverture de la fusillade et j’allai devoir y participer, bien malgré moi.
Laquarius Nix #FFFFF80
Code couleur PNJ "récurrents"
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 214
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession: Gardien de Razum'Dar
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 138.00 Points

Re: Concours de circonstances

Message par Nix Panderson » 07 Novembre 2017, 00:30

Ce matin je n'étais réellement pas d'humeur a faire quoi que se soit, je voulait juste rester dans ma cabine, dans mon lit, sans rien faire, juste a regarder le toit de mes quartier... Mon équipage s'inquiétait pour mon état et mon proposer d'aller dans un bar du coin... On était partis dans le système terminus pour une mission et vus qu'on restait quelque jours de plus, il m'ont proposer d'aller dans un bar pour me détendre un peu... Histoire de faire passer le temps... Et surtout que je me sente mieux... Je me disait pourquoi pas, peu être que regarder les ivrogne se battre me ferait plaisirs...

Je descendit donc de mon vaisseau et me dirigea vers le bar le plus proche de ma position, c'était un bar publique ou je pense beaucoup de monde venait pour se saouler ou pour oublier leurs problème commun... J'entre alors dans le bar ou tout le monde parlais et s’amusait ensemble... Je chercha une place ou il n'y avait pas trop de monde non plus histoire de rester tranquille quand même, et m'installa a la première place que je trouva... C'était une place écarté dans un coin du bar ou personne ne venait... Un endroit parfait pour voir de loin se qu'il se passe...

Alors que j'étais concentrer a regarder les mec a l'autre bout du bar, un Turiens entra dans le bar... Il était bizarre, son armure semblait avoir vécu des chose, comme lui d'ailleurs... Il alla au comptoir et commanda une boisson qui ne semblait pas être de l'alcool vu la tête du barman... Il attendait son verre tranquillement tandis que moi je continuait a le scruter...

D'un seul coups, un groupe de personne entrèrent dans le bar... j'en comptait une dizaine voir une douzaine d'homme armée... Il se dispersait... Un était a côté de moi et sa ne me plaisait pas particulièrement...

J'entendis alors mon nom sortir de la bouche de se qui semblait être le chef de la bande... Sans hésiter une seconde, je saisit alors celui qui était a coté de moi par le cou avant de lui donner plusieurs coups dans le visage et le jeta au sol... Je reversa ma table et me cacha derrière, sortant mon pistolet... Je ne sort jamais désarmer
~ Je suis venu, j'ai vu, il l'on eu dans le cul ~
~ Les légende ne meurt jamais ~
~ Qui a dit que le crime ne paie pas que je lui foute une balle entre les deux yeux ? ~
~ Je met mon pied où je veux et c'est souvent dans ta gueule ~
Avatar de l’utilisateur
Nix Panderson
The Reaper

The Reaper
 
Message(s) : 47
Inscription : 23 Septembre 2017, 21:30

Âge: 0
Profession: Chasseur de prime-Tueur a gage-Garde du corps privée a courte durée.
Classe: Martiale et Technologique
Points d'Héroïsme: 3

Points MEL: 148.00 Points

En ligne

Re: Concours de circonstances

Message par Laquarius Nix » 19 Novembre 2017, 01:44

Il faut que je mette un terme à ce combat ridicule. Eliminer le leader de ces pathétiques coupe-jarrets est souvent la solution. D’un coup d’oeil je vois le Galarien sauter derrière le comptoir, soit il chercher une arme, soit il est lâche. Bien entendu des tirs font déjà échos aux miens, on est sur Oméga, tout le monde ou presque se promène armé et une fusillade n’est pas chose bénigne. Maintenant il reste aussi que les Serres vont probablement rappliquer et que je n’ai pas envie de les avoir dans les pattes. Eviter une balle perdue et les pseudos gardes de la station, autant de bonnes raisons pour agir vite et bien.

Je range mon M25-Frelon à ma ceinture et allume mon OmniTech. Directement mes doigts glissent sur l’affichage de mon camouflage optique, une fonctionnalité que j’utilise tellement souvent qu’elle est comme une seconde peau pour moi, enfin une troisième si on considère que mon armure est déjà la deuxième, bref je digresse. Une fois le programme actif, je saute par dessus ma couverture et cours sur la porte et le ‘chef’ qui se trouve devant. Je sais que le logiciel encaisse mal la vitesse mais je compte sur le feu de l’action et les tirs pour me garder caché. Sur le chemin je prends appui sur une table à deux mains et me projette, pieds en avant sur un lascar. Il tombe lourdement au sol et moi sur lui, contrairement à ce que voudrait la logique, je ne fais pas de roulade pour absorber l’impact. Je me sers de mon élan pour me propulser en avant et bondis à la gorge de ma cible. Ma vitesse nous emporte et nous traversons le seuil de la porte encore ouverte.

L’atterrissage est rude et mon artifice se désactive. Le type grogne tandis qu’il se redresse péniblement sur ses coudes. Je me relève en crachotant. Les batteries de mon OmniTech sont à plats, je m’y attendais mais ce n’est jamais une bonne nouvelle pour autant. Un regard autour de moi, la porte s’est refermée derrière nous, c’est une bonne chose, pour le reste nous sommes dans la rue un peu crasseuse que j’avais empruntée pour venir. Il n’y avait déjà pas énormément de passage à mon arrivée, elle est complètement déserte désormais. Les braves gens d’Oméga ne se mêlent pas de ce qui ne les touchent pas directement et en ça ils ont bien raison. L’arme du mec a glissé quelques mètres plus loin, un fusil à pompe pour sûr mais il est difficile d’en donner le type à cette distance. Je fais face à un Butarien d’environ ma taille qui ne porte pas d’armure mais une panoplie de couteaux en guise de plastron. Il y en a pour tous les goûts même si, étonnamment, je ne vois pas de couteau à beurre, pourtant c’est toujours pratique d’en avoir un sur sois, ça dépanne, on peut même s’en servir de décapsuleur, si on est lévo et qu’on aime le beurre évidemment.

Pas de petite pique ou autre insultes et provocations, on entre directement dans le vif du sujet. Il tire deux lames de leurs fourreaux, une courte qu’il tient dans sa main gauche et une sorte de gros hachoir à viande dans l’autre main. Vu les quelques dizaines de centimètres qui nous séparent, il est hors de questions que je dégaine mon fusil de précision. Je pourrai néanmoins utiliser ma mitraillette mais je suis trop arrogant. Je préfère lever mes poings, en position de combat. Les Turiens savent manier le combat à mains nues, j’ai ça dans mes gênes en plus d’avoir reçu quelques cours par mon chère père. Je reste méfiant tout de même, téméraire mais pas suicidaire. Le fait que le type ait sorti deux armes ne m’inspire rien qui vaille, si ce con est ambidextre je risque de prendre des coups. Sa petite lame ne m’inquiète pas outre mesure, il n’arrivera pas à entamer mon armure avec ça, mais son hachoir en revanche.. Je balaye l’éventualité de mon esprit, je peux l’abattre à tout moment.

Le Butarien lance le premier assaut. Je reste sur la défensive. Il faut que j’analyse ses mouvements et me contente de reculer, tourbillonner, me pencher pour esquiver les coups. Il est entraîné, c’est clair, je peine à tenir la cadence et commets une erreur. Trop préoccupé par son hachoir, je consacre trop d’effort à éviter cette arme et perds trop facilement la trace du bras gauche de mon assaillant si bien que je fini par me faire entailler le dos de la main gauche. Je me considère quand même chanceux, à quelques millièmes de secondes près, c’était mon œil qui prenait. Sauf que ce petit moment de faiblesse me coûte cher, le Butarien abat son arme droite sur mon plastron, comme je le craignais l’armure accuse le coup : elle se fissure légèrement. Le problème avec cette technique c’est que la lame reste généralement coincée dans le matériau. Mon adversaire le sait, je le lis dans son regard immédiatement. Cependant, je perçois dans l’éclat sanguin au fond de ses yeux qu’il ne compte pas écraser ma cage thoracique. Au lieu de tirer pour dégager l’arme, il la maintient fermement. Il essaye de me tenir en place et projette son bras gauche vers mon crâne. In extremis, j’attrape son poignet à deux mains, ouvrant complètement ma garde. L’autre en profite, il tire son hachoir vers lui, m’emportant avec et m’assène un énorme coup de boule. Je recule sous l’impact, claudiquant. Le choc a délogé le hachoir. Je secoue la tête pour reprendre mes esprits et lèche le sang qui ruisselle du dos de ma main. Le combat va être acharné, ça me plaît.
Dernière édition par Laquarius Nix le 19 Novembre 2017, 22:37, édité 1 fois.
Laquarius Nix #FFFFF80
Code couleur PNJ "récurrents"
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 214
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession: Gardien de Razum'Dar
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 138.00 Points

Re: Concours de circonstances

Message par Nix Panderson » 19 Novembre 2017, 10:08

Je restait cacher derrière ma barricade de fortune, une véritable fusillade avait commencer... Il faut dire que ces type n'avait vraiment pas l'aire d'être intelligent... Sortir une arme dans ce système et même l'utiliser dans un bar ? C'est pire que du suicide a ce niveau la... Mais l'important, c'est qu'il semblait me chercher, ou chercher un autre Nix, dans tout les cas, j'était également concerner dans la fusillade... Et dire qu'a la base je devait simplement me reposer dans un bar et picoler un peu, je me retrouve dans une gigantesque fusillade qui opposait un peu tout le monde... Et en parlant de ça, je ne voyait plus dans mon champs de vision le Turien que j'avais vu entrée auparavant... Il aurait fuis ? C'est fort probable.

J'avais toujours mon arme en main, le cadavre de celui que j'avais assommer au préalable était a côté de moi... Je jetais un petit coups d’œil de temps a autre sur ce cadavre, pour peu qu'il se réveille et qu'il m'attaque par derrière... Je jeta un petit coups d’œil par dessus ma barricade... Il ne semblait pas réellement y avoir un moyen de sortir de ce foutu bar sans passer par la fusillade... Je réfléchissait a un moyen de sortir en même temps de tirer avec mon M-6 Carnifex, touchant au bras gauche celui que j'avais dans mon viseur, un gros gaillard qui semblait "bloquer" la porte d'entrée...

Une fois cela fait, je me remit immédiatement derrière ma barricade... J'entendais des coups de feu se blottir contre ma barricade... Les coups de feu semblait s'être diriger vers moi... C'est pas bon ça...

Je me dégagea de ma barricade et alla derrière le comptoirs du bar, restant derrière pendant un moment, analysant la situation... Les tirs semblait toujours être en direction de ma barricade, il devait sans doute penser que j'étais encore derrière... Cela m'offrait une très bonne opportunité de fuite... Et je n'allais pas gâcher ma seul chance en restant planter la...

Je sauta donc par dessus le comptoir et fonça vers la sortis... A mis-chemin, j'entendis des tirs se diriger vers moi... Il y en avait effectivement un qui m'avait vu... Pendant que je bougeait vers la sortis, je tenta de lui tirer dessus... j'ai toucher sa jambe a ce moment la, ce n'était pas une blessure grave, mais suffisamment douloureuse pour qu'il ne fasse plus attention a moi...

Une fois arriver a portée de la porte de sortis, je la défonça en fonçant dedans... Je me retrouva alors dehors, trébuchant un petit-peu a cause de la porte que je venais de défoncer...

Mon premier réflex fut de m'étirer un bon coups, sa faisait un certains moment que je n'avait pas participer a une bonne fusillade... Je ne dirait pas que cela me faisait plaisirs non plus, mais c'était déjà beaucoup plus divertissent que se saouler dans un vieux bar mal côté.

Mon second réflex fut de regarder autour de moi pour voir ou allez... Mais alors que je m'apprêtait a partir, je vit le Turien que j'avais croiser en mauvaise posture... Je ne sais pas pourquoi, j'avais une soudaine envie de me battre... Et ce foutu Butarien a gâcher ma petite soirée tranquille, il fallait bien que je lui rende la monnaie de sa pièce... Je m'approchait alors de la scène et pointa mon pistolet vers le Butarien... Manque de bol, plus de munition... décidément c'est vraiment pas ma journée aujourd'hui... Je rangea donc mon pistolet dans mon holster et sortis mon bon vieux couteau de combat... Ce Butarien semblait aimer les couteaux... Il va être servis...

Je jeta un coup d’œil au Turien, il semblait être blesser, il avait dut recevoir un violent choque durant le combat...

-Besoin d'un coup de main ?
~ Je suis venu, j'ai vu, il l'on eu dans le cul ~
~ Les légende ne meurt jamais ~
~ Qui a dit que le crime ne paie pas que je lui foute une balle entre les deux yeux ? ~
~ Je met mon pied où je veux et c'est souvent dans ta gueule ~
Avatar de l’utilisateur
Nix Panderson
The Reaper

The Reaper
 
Message(s) : 47
Inscription : 23 Septembre 2017, 21:30

Âge: 0
Profession: Chasseur de prime-Tueur a gage-Garde du corps privée a courte durée.
Classe: Martiale et Technologique
Points d'Héroïsme: 3

Points MEL: 148.00 Points

En ligne

Re: Concours de circonstances

Message par Laquarius Nix » 19 Novembre 2017, 23:24

Mon sang ne fait qu’un tour en entendant une voix derrière moi. Je dégaine ma mitraillette et la pointe sur le nouveau venu. Je ne sais pas à qui il parle alors je ne prends pas de risque. Voyant son casque dirigé vers moi je comprends qu’il s’adressait à moi. Immédiatement je redirige mon attention vers le Butarien sans répondre à la proposition. Se trouvant en infériorité numérique et face à un Turien armé, il court ramasser son fusil à pompe. Je m’élance à sa poursuite. Les lames sur sa poitrine s’entrechoquent en cadence à chacune de ses foulées, mais pour chaque bruit métallique, mes pieds heurtent deux fois le sol. Je le rattrape sans problème grâce aux mods de mon armure et lui passe devant pour envoyer valser son arme encore plus loin. Désespéré, le Butarien lance un nouvel assaut.

C’est là que les coups qu’il a pu porter rentrent en compte. Je fais un premier en arrière. J’ai mémorisé tous les défauts de son style. En particulier, sa fâcheuse manie à mettre son buste trop en avant pour porter de long coups, laissant ainsi ses appuis bancals. Je tiens toujours mon Frelon et je vois qu’il ne fait attention qu’à ça. Ses attaques ne se portent que vers mon bras droit, de sorte à m’empêcher de le lever. Astucieux mais inutile. Il abat son hachoir à la verticale en visant une énième fois mon arme. J’évite d’un mouvement d’épaule, saisi son poignet de ma main gauche, me penche pour esquiver sa deuxième lame qui s’élançait déjà vers mon visage et lui administre un énorme coup de pied dans son genoux droit, son appui. Il perd un instant l’équilibre. J’en profite pour tourbillonner autour de lui, tenant toujours son bras droit, et me retrouve dans son dos. Rageur, il projette sa tête en arrière et percute mon menton. Le coup est puissant, je m’en mords la langue, apportant encore plus de sang dans ma bouche. Le goût du fer est enivrant. Je me laisse tomber à la renverse en posant mes genoux sur le dos de ma cible. D’une vive impulsion, je le fais basculer par dessus moi et poursuis mon mouvement dans une roulade en restant accroché au bras du Butarien. Le but est simple et je l’atteins sans encombre. Je me retrouve à califourchon sur son dos, son poignet remonté jusqu’à ses omoplates, dans un angle impossible. Son hachoir est tombé lors de sa chute et il se retrouve bête, à grogner et à se débattre.

Je range ma mitraillette et attrape son bras gauche qu’il battait, tentant vainement de me frapper avec sa petite lame. Je tire deux trois fois pour lui arracher son arme, lui arrachant un cri de douleur lorsque son épaule se tord atrocement. Maintenant, on allait pouvoir s’amuser. Je commence par insérer doucement la pointe dans la joue de mon adversaire puis m’arrête quand elle rencontre ses dents. Je joue dessus pour trouver une interstice et abandonne en réalisant qu’il serre ses mâchoires de toutes ses forces.

« C’est bien beau de faire l’intéressant à hurler des noms comme ça, mais derrière il faut assumer. »

Je sors la lame de sa joue, déçu qu’il ne me réponde pas. Avec tout ça j’en ai presque oublié le tas en armure là bas. Je fais tournoyer la lame entre mes doigts et l’abats sèchement dans la main droite du Butarien, la clouant à son propre dos. Je me relève, prenant soin d’appuyer avec mon pied sur le manche de l’arme.

« J’ai l’air d’avoir besoin d’un coup de main ? »

Le ton était clair, l’attitude désinvolte. En clair, du grand Laquarius Nix.

« C’est fini à l’intérieur ? »

S’il m’annonçait qu’il y avait encore du combat, je compte prendre ma victime et la balancer là dedans, ça servira d’avertissement. Sinon, comme il vie encore, je vais probablement m’amuser avec lui.
Laquarius Nix #FFFFF80
Code couleur PNJ "récurrents"
Avatar de l’utilisateur
Laquarius Nix
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 214
Inscription : 12 Avril 2017, 23:26

Âge: 30
Profession: Gardien de Razum'Dar
Classe: Technologique et Martiale
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 138.00 Points


Retour vers Nébuleuse d'Oméga



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)