Élément zéro et science spatiale

*

Élément zéro et science spatiale

Message par Shepard » 13 Septembre 2016, 12:53

« Élément zéro et science spatiale »

Ezo


L'Élément zéro
Lorsqu’il est soumis à un courant électrique, le matériau rare appelé élément zéro, ou ézo, émet un champ d’énergie noire qui augmente ou diminue la masse d’un volume espace-temps donné. Un courant positif augmente la masse tandis qu’un courant négatif la diminue (« champ de contre-gravité »). Plus le courant est fort, plus ce champ est puissant.

Cette propriété de « modification de masse » trouve une application dans de nombreux domaines, allant de l’élaboration de générateurs de gravité artificielle au développement de matériaux de constructions ultrarésistants. Dans l’espace, les champs de contre-gravité permettent d’effectuer des voyages SLM et des transports surface-orbite à moindre coût.

L’ézo est généré lorsque de la matière solide est directement exposée à l’énergie brut d’une étoile qui se transforme en supernova. La découverte de l'ézo varia beaucoup en fonction des espèces. Si par exemple les Asari naquirent dans un monde possédant naturellement cette ressource, bien d'autres la trouvèrent en explorant l'espace. L’humanité par exemple a découvert de l’ézo raffiné sur la station prothéenne de Mars. C’est cette découverte qui lui a permis de créer des champs gravitationnels et de développer les propulseurs SLM.


Relais cosmodésique
Les relais cosmodésiques sont des exploits technologiques crées par les Moissonneurs qu’aucune espèce vivante ne saurait égaler ou reproduire. De même qu’à l’échelle planétaire, la géodésique désigne le chemin le plus court entre deux points géographiques, ces gigantesques structures disséminées à travers la galaxie peuvent créer des couloir d’espace sans gravité permettant un déplacement instantané entre deux points que des vaisseaux en SLM conventionnels mettraient des années, voire de siècles à parcourir. Les relais dits principaux peuvent envoyer les vaisseaux à des milliers d’années-lumière, bien souvent d’un bras spiral de la galaxie à l’autre. Ils sont reliés deux par deux et leur destination est invariable. Les relais secondaires, quant à eux, n’ont qu’une portée de quelques centaines d’années lumières, mais sont omnidirectionnels : un relais secondaire peut envoyer un appareil à n’importe quel autres relais situé à sa portée. Il existe de nombreux relais principaux en sommeil dont le « jumeau » n’a pas encore été découvert. Suite à la bataille finale sur Terre contre les Moissonneurs, tout le réseau de relais cosmodésiques fut endommagé par le tir du Creuset. Il fallut de nombreux mois avant que les Moissonneurs ne réparent l'intégralité du réseau.
relais


Étoiles de type Dholen
Il s'avéra que ce n'était pas l'énergie noire, comme le suggérait plusieurs théories, qui étaient responsable du vieillissement de l'étoile Dholen, le soleil d'Haestrom, mais bel et bien un phénomène naturel. La réponse fut apportée par la découverte d'autres cas similaires avec l'exploration des secteurs des Plaines du Justes et de la Nébuleuse d'Inanna. Dholen, l'étoile d'Haestrom, appartient en réalité à un type d'étoile totalement nouveau pour la communauté scientifique. Ces étoiles ont la particularité de consommer leur carburant beaucoup plus rapidement que les autres. Ces étoiles furent baptisées « étoiles de type Dholen » et la théorie généralement admise est que ces étoiles sont extrêmement pauvre en hydrogène. Assez pour engendrer une réaction de fusion nucléaire naturelle comme chez toutes les autres étoiles, mais pas suffisamment pour l’entretenir plus de 2 milliards d'années. En comparaison, une étoile « classique » comme Hélios, le soleil de la Terre, à une durée de vie d'environ 10 milliards d'années.
dohlen


Balise de routage spatiale *
Dans l’optique de suivre une activité en dehors des routes commerciales fut inventé les balises de routage spatiale. En principe, en arrivant dans un système inconnu, un vaisseau d'exploration largue une balise de routage spatial pour signaler son passage. Cette solution a néanmoins une rapide limite : tous les vaisseaux d'exploration ne s'en équipent pas et il arrive souvent que des pirates ou des fuyards les détruisent pour effacer leur passage ou falsifie ses données En effet, cette balise, de la taille d'une petite sonde, émet les informations enregistrés dans sa base de donnée dès qu'un vaisseau entre dans un système et note dans ses barrettes de mémoire l'immatriculation des vaisseaux étant passés par là.
balise
Avatar de l’utilisateur
Shepard
 
Message(s) : 1252
Inscription : 09 Mars 2015, 17:18


Points MEL: Fermé

Retour vers Équipement



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron