Des problèmes à l'horizon

*

Modérateurs : Administration, MJ

Des problèmes à l'horizon

Message par Alexeï Kernov » 04 Juillet 2015, 15:52

• Date du RP : 26 Janvier ARW / 2189
• Lieu du RP : Horizon, Système Iéra, Mer des Ombres
• Type de RP : RP solo
• Nombre de personnes requises : 0


--

Couleurs :
Alexeï Kernov : #993300


Alexeï était à couvert derrière un petit muret qui, bien qu'il n'était pas spécialement haut, restait assez épais et empêchait les balles qui fusaient de toutes parts de le toucher lui et sa protégée. Il jura entre ses dents. Il n'avait pas la moindre idée de qui était ses attaquants et cela l'horripilait. Le mercenaire détestait ne pas savoir à qui il avait à faire. D'autant plus quand ces personnes le noyaient sous une pluie de balles qui l'empêchait ne serait-ce que de bouger d'un centimètre. Il jeta une œil vers la femme qu'il devait protéger pour savoir comment elle se portait et le fait est qu'elle semblait aller plutôt bien au vu des circonstances actuelles. Elle était elle aussi cachée derrière un muret à quelques mètres de lui et n'avait manifestement l'intention de bouger hors de sa couverture. Ce qui restait plutôt logique, puisque la pluie de balles n'avait toujours pas cessé.

Néanmoins, si le Russe avait bien calculé son coup, elle s'achèverait bientôt et la vie de leurs attaquants avec. Alexeï ne savait pas qui ils étaient ni pour qui ils travaillaient. Ce qu'il savait, en revanche, c'était qu'il voulait s'en prendre à celle qu'il devait protéger et il n'était pas question que cela arrive. De plus, ces hommes, trois s'il savait encore compter, étaient des amateurs. En effet, ils tiraient tous en même temps, croyant peut-être que vider leurs chargeurs sur un muret affecterait la santé de leur cible alors qu'il aurait été bien plus intelligent de tirer de manière consécutive, chacun son tour, pour que les ennemis soient toujours sous le feu. Peut-être pensaient-ils que ce déluge ferait peur à leurs adversaires ?

Le mercenaire ne réussit pas à trancher entre ces deux idées et continua d'attendre patiemment que ses ennemis terminent de s'amuser. Il dégaina ses deux pistolets M-11 Silencieux, il était assez rare qu'il se serve des deux en même temps, mais en cet instant, il n'avait pas le choix, et se prépara calmement à un moment qui arriverait bientôt. Et, lorsqu'il entendit trois claquements consécutifs, signe que les armes requéraient une nouvelle cartouche thermique, il se leva, agrippant avec force ses deux armes et tira plusieurs fois sur le premier homme qu'il vit et qui cherchait encore une cartouche. Les balles silencieuses de ses pistolets transpercèrent son torse de part et en part, creusant des trous un peu partout sur son thorax et perçant au passage plusieurs organes. Il ne comprit même pas d'où vint le tir et s'effondra alors qu'une mare de sang commençait à se répandre autour de son corps encore chaud.

Le second, plus organisé que son camarade, avait presque réarmé son arme et se préparait à la pointer vers Alexeï. Le mercenaire anticipa et tira une nouvelle fois plusieurs balles, tentant comme il pouvait de viser la tête avec deux armes. Miraculeusement, il toucha au but et l'un de ses projectiles passa à travers le crâne du soldat de fortune dans un horrible bruit de craquement et giclement avant qu'il ne tombe à son tour, l'arme lui échappant des mains et s'écrasant au pied du troisième homme. Le troisième, justement, avait abandonné son arme et se dirigeait en courant vers le Russe, tentant de l'attaquer au corps à corps, sans aucune arme blanche. Le Russe lâcha ses pistolets et se mit en position de combat. A son air pataud, le dernier homme ne savait pas plus se battre au corps à corps qu'avec une arme. Sa garde était basse et molle, ses coups dénués de force et de conviction et les quelques feintes qu'il tentait d'accomplir étaient toute aussi ratées les unes que les autres. S'il avait peut-être reçu un entraînement au maniement des armes, ce qui n'était déjà pas assuré, il ne s'était clairement jamais battu au corps à corps. Feignant un coup de poing dans le ventre, Alexeï envoya sa tête cogner de plein fouet la sienne, l'étourdissant. Puis il envoya son poing valser vers la tempe de son adversaire, le mettant à terre instantanément. Assommé, il était désormais hors d'état de nuire mais pas mort.

Passant par dessus son corps inanimé, le mercenaire partit inspecter les cadavres de ses deux collègues, voyant s'il pouvait apprendre quoi que ce soit. Les deux hommes, morts, ne portaient aucun papier sur eux, aucune carte d'identité, rien qui permettait de dire qui ils étaient ou pour qui ils travaillaient. Il jura une nouvelle fois dans sa langue natale. Il récupéra malgré tout l'arme d'un des deux hommes. Il s'agissait d'un simple M-8 Avenger, rien de bien folichon, mais suffisant pour faire mal. Des armes basiques, des soldats peu entraînés... Celui qui avait ordonné cette attaque ne pensait sûrement pas que sa cible serait accompagnée. En parlant de cible... Il fit volte-face et retourna auprès de sa protégée. Il l'aida à se relever après avoir vérifier qu'elle n'était pas blessée et qu'elle allait bien. Puis, ils repartirent sans bruit dans la nuit, se mouvant en silence dans les différentes ruelles jusqu'à leur destination...

Comment s'était-il retrouvé à défendre cette femme ? C'était sa mission, son contrat, sa responsabilité. Sa jeune protégée était la fille d'un puissant indépendantiste d'Horizon et il était de notoriété publique qu'en plus de détester l'Alliance, il menait une croisade contre le crime. C'était quelque peu paradoxal pour un homme voulant voir la criminalité disparaître d'engager un mercenaire comme Alexeï mais le Russe s'était habitué à ne poser de questions indiscrètes. Il ferait ce pourquoi il avait été payé, ni plus, ni moins. Enfin, cet homme, de par ses différentes convictions, s'était fait nombre d'ennemis allant du criminel lambda au vétéran pro-Alliance. Néanmoins, il existait une différence fondamentale entre ceux qui ne l'aimaient pas et ceux qui osaient directement s'en prendre à lui ou à sa fille. Les premiers étaient inoffensifs et les seconds particulièrement dangereux. Et la mission d'Alexeï était de défendre la fille suite à une série de lettres de menaces que le grand homme avait reçues. Il était son garde du corps, le temps que les choses se tassent. Il avait donc accompagné la jeune femme dans un club où elle avait rendez-vous avec ses amis mais bien évidemment, tout ne s'était pas passé comme prévu. Les trois hommes avaient débarqué et c'était ainsi qu'ils s'étaient retrouvés à fuir par la porte de derrière avant de de se défendre dans la petite ruelle.

Le Russe poussa un long soupire et se mit en route. Il allait falloir qu'il contacte son employeur, pour savoir ce qu'il avait à faire. Mais sa priorité à ce moment était de mettre sa protégée à l'abri...
Avatar de l’utilisateur
Alexeï Kernov
Personnage inactif
 
Message(s) : 124
Inscription : 10 Mars 2015, 12:31

Âge: 34
Profession: Détective privé
Classe: Martiale et Technologique
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 696.00 Points

Re: Des problèmes à l'horizon

Message par Alexeï Kernov » 19 Août 2015, 13:15

Couleurs :
Jane Davidsen : FF80FF
Hugh Davidsen : 808080


Alexeï aurait aimé faire preuve de discrétion, mais il était difficile de ne pas se faire remarquer quand un couple comprenant une femme apeurée en tenue de soirée et un homme en armure courait dans la rue en écartant ou en bousculant chaque personne se mettant sur leur chemin. Surtout quand l'homme en question portait deux pistolets, un fusil de précision ainsi qu'un fusil d'assaut. Ainsi, ils étaient à peu près aussi visibles qu'un troupeau d'éléphants au beau milieu d'un couloir de la Citadelle. Courir dans une rue, sans prendre le temps de se cacher, en espérant échapper à ses hypothétiques poursuivants, c'était de l'amateurisme et le Russe le savait parfaitement. C'était justement le meilleur moyen que ceux-ci les repèrent. D'un autre côté, il ne voulait pas tourner dans la première ruelle venue au risque de se retrouver dans un cul de sac.

Jane Davidsen, sa protégée, lui demanda finalement de faire une pause. Essoufflée, son maquillage coulant sous la transpiration et ses talons dans les mains, elle n'en pouvait plus. Acceptant à contrecœur, il fit un tour sur lui-même pour vérifier que personne ne les avait suivi. Il regarda devant, derrière, sur l'autre trottoir mais n'observa aucun comportement suspect. Soulagé mais toujours sur ses gardes, il rejoignit la jeune femme qui s'était assise par terre, contre un mur. Son regard se perdait dans le vide alors que ses dents claquaient sans même qu'elle s'en rende compte. En état de choc, elle lança un regard apeuré à Alexeï lorsque celui-ci se baissait pour se retrouver à sa hauteur. Finalement, il s'assit à ses côtés et Jane, tremblotante, s'effondra sur lui. Elle laissa libre cours à ses larmes et pleura sur l'épaule du mercenaire qui, compatissant, ne la brusqua pas. Ils restèrent plusieurs minutes ainsi puis la jeune femme se redressa et regarda de nouveau le Russe, l'air plus lucide et balbutia :


- M... Merci monsieur...
- Monsieur ? répéta Alexeï en souriant à la jeune femme qui devait avoir à peine 18 ans , appelez moi Alexeï, j'vous en prie.
- D'accord mons... Alexeï. On fait quoi maintenant ? demanda t-elle.
- Il faut que je contacte votre père, savoir ce que je... Ce qu'on doit faire, se corrigea t-il.
- Ok... Ok... Ça va aller... Ça va aller, continua t-elle de répéter en se retournant.
- Hey, regardez moi, tout va bien se passer ok ? Je ne sais pas qui vous veut du mal, mais je sais une chose : peu importe qui ils sont, ils n'arriveront pas à vous en faire. On va se sortir de ce merdier sans problème, et la seule chose que vous aurez perdu sera une paire de talons.
- Je... Ok... J'aimais beaucoup ces chaussures...

Le mercenaire sourit et se releva et activa son Omnitech avant de pianoter dessus. Il ouvrit un canal de communication sécurisé avec son employeur et attendit une réponse. Après plusieurs secondes d'attente, une réponse arriva et la voix rocailleuse de Hugh Davidsen se fit finalement entendre :

- Monsieur Kernov. Un problème ? demanda l'homme âgé d'au moins cinquante cinq ans.
- On peut appeler ça comme ça. Trois hommes armés nous ont attaqués mais votre fille va bien. Les trois autres par contre... On ne peut pas en dire autant. Vous pouvez envoyer un véhicule nous récupérer ?

Il y eut un moment de flottement avant que Davidsen ne réponde.

- Attaqué... Envoyez moi vos coordonnées, je vous envoie ma voiture et mes gardes immédiatement et vous rentrerez au manoir. Ensuite, il faudra que nous discutions Monsieur Kernov. Et... Merci d'avoir sauvé ma fille.
- Un plaisir, Monsieur Davidsen, un plaisir.
- Ils seront là dans cinq minutes.

La transmission se coupa net et Alexeï retourna auprès de Jane. Celle-ci s'était relevée et l'état de choc dans lequel elle s'était trouvée il y avait à peine quelques minutes semblait déjà oublié et loin derrière elle. Le Russe hocha la tête et dit :

- Les gardes de votre père vont venir nous chercher, ils seront là dans peu de t...

Une balle percutant ses barrières cinétiques au niveau du ventre le coupa au beau milieu de sa phrase. Réagissant au quart de tour il hurla à Jane de baisser la tête et de le suivre. Les gens autour d'eux commençaient à crier de terreur en entendant les balles fuser. Ci et là, des cadavres jonchaient déjà la rue. Le Russe sentit deux autres projectiles le toucher au niveau de la jambe et du dos. Il tourna la tête pour vérifier que sa protégée le suivait et put alors la voir s'effondrer alors qu'une balle perforait son mollet droit. Il jura entre ses dents et s'arrêta avant de faire demi-tour. Il sentait et voyait les balles voler autour de lui. Il entendait les gens hurler. Il écoutait ses ennemis qui disaient « J'ai eu la fille ». Mais il n'y faisait pas attention. Une seule chose l'intéressait : Jane. Alexeï refusait de laisser mourir une jeune femme sous prétexte que son père s'était fait des ennemis puissants. Non, une fille n'avait pas à payer pour les erreurs, quelles qu'elles soient, qu'avaient fait son père. Il courut puis se laissa glisser dans la rue désormais déserte jusqu'au corps inanimé de la jeune femme. Relevant la tête, il remarqua de nouveau trois hommes, équipés eux aussi de M-8 Avenger. Ils faisaient partis de la même bande que ceux qui les avait attaqués plus tôt, c'était certain. La différence principale se trouvait dans le fait que ces trois hommes avançaient selon des tactiques bien précises et semblaient avoir reçu un entraînement plus poussé que les autres abrutis auxquels il avait fait face au début de la soirée.

Alexeï attrapa Jane et la tira à couvert dans une petite ruelle. Il vérifia rapidement sa jambe et appliqua une dose de médi-gel pour éviter que la blessure, certes superficielle, ne s'infecte et n'empire. Puis, le mercenaire se releva et attrapa le Avenger qu'il avait jusque là accroché dans son dos et se déplaça lentement le long de la ruelle perpendiculaire à la grande rue où se trouvait les trois hommes. Il appela rapidement la police qui lui indiqua qu'ils étaient déjà en route et qu'ils arrivaient aussi vite que possible. Le Russe jura une nouvelle fois et pencha sa tête pour voir où en était ses ennemis. Bien qu'il reçut une rafale de balles en échange de ce geste audacieux, il eut le temps d'observer ce que les hommes faisaient. Ils avançaient, cachés par les voitures garées le long de la rue. L'un était seul, d'un côté de la rue et les deux autres étaient ensemble de l'autre côté. Ils se couvraient mutuellement, de ce fait, chaque fois que l'un d'entre eux se retrouvait à découvert, les autres étaient là pour faire feu sur l'ennemi si celui-ci osait se montrer. Une tactique efficace mais Alexeï y voyait un point faible. Il attrapa une grenade flash et regarda de nouveau. Voyant l'un des hommes à découvert, il envoya sa grenade sur les deux autres qui crièrent de surprise et élimina l'ennemi à découvert d'une rafale qui l'envoya se coucher. Il s'apprêta à se remettre à couvert mais senti une balle lui percer l'épaule. Il lâcha un souffle surpris et s'effondra sur le mur aux côtés de Jane. Il serra la dent sous la douleur et compressa avec son bras valide, ayant déjà utilisé son médi-gel sur Jane. Son fusil était trop loin pour qu'il espère le récupérer, il décida donc de dégainer son M-11 Silencieux et d'attendre. Son attente fut plutôt courte, puisque les hommes n'eurent même pas le temps d'arriver jusque dans la ruelle. En effet, un fourgon de police débarqua et les agents les éliminèrent alors qu'ils entraient dans la petite rue. Alexeï, fatigué mais heureux d'être en vie, se laissa tomber et s'écroula sur le côté. Les dernières choses qu'il entendit furent la voix d'un policier demandant une ambulance et celle d'un autre homme qu'il ne reconnut pas qui disait qu'il aurait mérité sa paie...
Avatar de l’utilisateur
Alexeï Kernov
Personnage inactif
 
Message(s) : 124
Inscription : 10 Mars 2015, 12:31

Âge: 34
Profession: Détective privé
Classe: Martiale et Technologique
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 696.00 Points

Re: Des problèmes à l'horizon

Message par Alexeï Kernov » 13 Septembre 2015, 17:48

Émergeant doucement de sa malvenue torpeur, Alexeï ouvrit lentement les yeux. Il regarda autour de lui alors que les souvenirs de ce qui était arrivé lui revenaient en tête, dissipant avec difficulté les brumes de l'inconscience. Il se souvint de la balle qui avait pénétré son épaule alors qu'il protégeait Jane et fut étonné de ne sentir aucune douleur provenant de celle-ci mais ne tenta cependant aucun mouvement. Il entendit un homme, qu'il n'avait jusque là pas remarqué, dire quelque chose semblable à « Il est réveillé ». Reportant son attention sur la pièce dans laquelle il se trouvait, il comprit qu'il était à l'hôpital. Il tourna doucement la tête vers l'homme qui venait de parler et remarqua qu'il était habillé avec classe. En effet, il portait un costume complet comprenant une chemise, une veste, une cravate et un pantalon, le tout noir. Cela prouvait qu'il n'était pas un infirmier. Continuant de sortir de l'inconscience, et alors que son cerveau se remettait petit à petit en marche, il comprit qu'il devait s'agir de l'un des hommes de Davidsen. Le Russe tenta de parler, mais sa gorge s'étant retrouvé totalement sèche, seul un bruit inintelligible en sortie. L'homme en costume se retourna et attrapa un verre d'eau qu'il fit boire au mercenaire. Arrivant enfin à articuler, il le remercia et, retrouvant finalement sa voix, demanda :

- Vous êtes un garde du corps de Davidsen, je me trompe ?
- Exact, répondit-il simplement, peu loquace.

N'ayant pas envie de discuter, le garde se tourna de nouveau et s'assit sur l'unique chaise de la chambre tout en sortant un datapad sur lequel il se mit à lire les informations, plongeant la pièce dans un silence de mort. Sentant ses forces revenir peu à peu, Alexeï se releva avec difficulté en grimaçant, son épaule le lançant tout de même un minimum, de manière à ce que son oreiller s'appuie sur le mur. Dans un coin de la pièce, il remarqua son équipement entassé sur une table puis, tournant la tête vers son membre blessé, il vit un bandage blanc comme neige enroulé tout autour de son épaule. Il tenta de bouger son bras et fut étonné de voir qu'il arrivait à le mouvoir sans trop de difficulté ou de douleur. Cela n'était tout de même pas indolore, mais après s'être pris une balle, il s'attendait à quelque chose de beaucoup moins supportable. Relevant la tête, il lança un regard interrogatif au garde qui s'était mis à le regarder faire ces différents gestes. Celui-ci haussa les épaules et lâcha :

- Me demander pas pourquoi vous arrivez à bouger le bras, j'en sais rien du tout.

Il avait beau ne pas être bavard ou très aimable à l'égard du Russe, il n'en demeurait pas moins clair et concis. Après tout, Davidsen ne le payait probablement pas pour faire la conversation. Reportant son attention sur son épaule, il continua ses mouvements et tenta avec témérité de la faire rouler. Il serra les dents de nouveau face à la douleur mais, répétant ce même geste pendant plusieurs minutes, il arriva finalement à en faire abstraction. Et, alors qu'il s'apprêtait à se faire souffrir encore une fois, la porte de sa chambre s'ouvrit et le garde se leva, délaissant son datapad qui prit place sur la chaise sur laquelle il s'était trouvé une seconde plus tôt. En face de lui se tenait Hugh Davidsen, l'homme qui avait engagé Alexeï. Il hocha la tête en direction de l'homme en costume et d'un signe, le congédia. Le garde ne se fit pas prier plus longtemps et sortit par la même porte après avoir récupéré son datapad. Davidsen était un homme à la peau claire d'une taille et d'une corpulence tout à fait moyenne, quoique particulièrement mince. Ses cheveux mi-longs, tirés avec imprécision vers l'arrière était d'une couleur poivre et sel et sa barbe fraîchement rasée laissait apercevoir ci et là quelques poils solitaires noir ou blanc. Son petit nez paraissait ridicule au milieu de ce long visage anguleux ayant déjà vu passé plusieurs décennies. Ses yeux noisettes avaient une profondeur abyssale et quiconque croisait son regard ne pouvait s'empêcher de remarquer ces deux globes atypiques qui trônaient sur son visage. Sa voix, rocailleuse mais rassurante, semblait venir d'un autre homme. Et enfin, s'il y avait une chose qu'on ne pouvait enlever à cet individu, c'était bien son charisme. Fort de ses valeurs et trouvant toujours le mot juste, il savait comment parler à ceux qui en avaient besoin.

Le quinquagénaire s'avança vers le lit d'Alexeï, son air sérieux et décidé ne le quittant jamais et le contourna pour se retrouver aux côtés du mercenaire qu'il avait engagé pour protéger sa fille. En le voyant approcher, le Russe cru déceler une pointe de bonheur et de sourire dans son visage, mais il n'était vraiment pas certain de sa courte observation. Davidsen attrapa la chaise et s'assit sur le côté gauche du Russe. Il regarda un instant l'épaule du mercenaire et leva ses yeux vers son visage. Il dit :


- Monsieur Kernov. Je... Je ne saurais jamais assez vous remercier pour avoir sauvé Jane. Je...
- J'ai juste fait mon boulot monsieur Davidsen, rien de plus rien de moins, le coupa Alexeï avec un regard entendu.
- Bien sûr, bien sûr mais je connais peu de mercenaires qui risqueraient à ce point leur vie pour sauver celle d'une autre. La plupart fuit, répondit Hugh en hochant la tête.
- C'est parce que vous ne connaissez pas les bons mercenaires, monsieur, lâcha le Russe d'un air sarcastique.
- Peut-être... Toujours est-il que votre paie a été transférée sur votre compte. La police a retrouvé les coupables, votre contrat s'arrête donc ici. Ce fut un plaisir monsieur Kernov, dit-il en tendant sa main vers le Russe.
- Partagé monsieur Davidsen, répondit le mercenaire en serrant la main de son nouvel ancien employeur.

Davidsen se leva et se dirigea vers la porte avant de lever la main comme s'il venait de se rappeler quelque chose d'important et se retourna vers Alexeï :

- J'allais oublier. Jane souhaiterait que vous passiez la voir avant de partir. Elle aimerait vous remercier personnellement. Et encore une fois, merci.

Le mercenaire hocha la tête avec un sourire..

Il fut remis sur pied dans la journée. On lui expliqua rapidement que son armure avait limité les dégâts que la balle aurait pu causer. En effet, le projectile qui s'était écrasé contre son armure s'était fragmenté et seul un bout avait réussi à percer jusqu'à sa peau. Il pouvait s'estimer heureux car si la balle entière avait réussi à transpercer son épaule, il ne serait probablement dans le même état. Quelque fois, comme cette fois-ci, Alexeï se demandait s'il n'y avait pas un esprit, ou quelque chose du genre qui veillait sur lui. Il n'était pas religieux, mais commençait à se demander s'il un être supérieur l'aidait quelque part. Chaque fois qu'il frôlait la mort, il s'en sortait sans trop de blessures et de problèmes. Cette fois-ci ne faisait certainement pas exception.

Il passa rapidement dire au revoir à Jane, qui, comme son père, le remercia mille fois. Elle insista pour qu'il vienne prendre un verre chez elle mais Alexeï refusa. Il avait passé assez de temps ici. Assez de temps à risque sa vie. Assez de temps loin de chez lui. Assez de temps loin de celle qu'il aimait...
Avatar de l’utilisateur
Alexeï Kernov
Personnage inactif
 
Message(s) : 124
Inscription : 10 Mars 2015, 12:31

Âge: 34
Profession: Détective privé
Classe: Martiale et Technologique
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 696.00 Points


Retour vers Mer des Ombres



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron