Un craquage inopportun [PV Nissiiii]

*

Modérateurs : Administration, MJ

Un craquage inopportun [PV Nissiiii]

Message par Isïana N'iim » 09 Août 2015, 14:38

« Formulaire du RP »


• Date du RP: 29 Juin 2 189
• Lieu du RP: Sanctum, Systèmes Terminus
• Type de RP: Fermé
• Nombres de personnes requises: 1 (Nissara T'sironia)
« Légende des couleurs »


• #00FF66 : Isïana N’iimCapitaine Tala Nalzasis : #99CC00 •
• dodgerblue : Spectre Nissara T'sironiaJesarala : #00BFFF •
• white : IV de l'Azaliis "Aza"Nevi'Nalra : #BF458C •


... Précédemment ...
(« Escorte de luxe pour une soirée chez l'ambassadrice » )




Le trajet jusqu'à Sanctum avait duré plusieurs jours. En effet, avant de se rendre sur la colonie des Systèmes Terminus, on avait déposé nos diplomates à bord de l'Azaliis sur différentes colonies de la Zone Neutre ou des Oasis Stellaires qui étaient sur le chemin. Visiblement, un détail qu'on avait oublié de préciser à Nissara mais cela avait au moins eu l'opportunité à la Spectre de voir tout le potentiel du vaisseau et découvrir un peu son équipage.

J'avais d'ailleurs eu des retours selon laquelle Kalita, la seconde de Nissara, n'avait pas sa langue dans sa poche et lâchait quelques commentaires à sa manière sur l'équipage exclusivement féminin de l'Azaliis et son attrait pour certaines d'entre elles. De mon côté, j'avais glissé discrètement à quelques unes de mes plus « fidèles » d'espionner un peu Nostia pour voir ses habitudes, n'ayant moi-même guère eut l'occasion de la croiser.

Mais dans l'ensemble, le voyage s'était déroulé d'une humeur bonne enfant, jusqu'à ce que la dernière diplomate à bord est quittée le vaisseau. La prochaine à descendre serait donc moi-même. La grande ambassadrice asari ! On avait largement eut le temps de peaufiner les détails avec Nissara sur la manière de se comporter une fois arrivée et se préparer à tout ce qui pouvait arriver d'envisageable. La Spectre m'avait glissé quelques conseils en passant.

Et en passant, si elle ne l'avait pas remarquée à son arrivée puisque j'avais porté une robe très large et lâche ce jour-là, le fait que je sois enceinte de désormais plus de cinq mois n'était plus passée inaperçue dès lors que j'avais enfilé une tenue que je portais habituellement, bien plus encore. Naturellement – qui n'aurait pas réagi ainsi – Nissara s'était inquiétée de voir ainsi me rendre à une réunion diplomatique dans ses conditions. Je lui avais assuré que tout irait bien. De toute façon, Spectre ou pas, elle ne m'aurait pas empêché de m'y rendre. Jusqu'ici, je supportai assez bien. J'étais plus fatiguée qu'à l'accoutumée et avait tendance à être bien plus distraite qu'en temps normal, mais rien de bien handicapant pour la mission qui s'annonçait. Néanmoins, cela risquait d'être la seule avant plusieurs mois. J'en étais à ma quatrième fille, je savais à force où était mes limites dans le domaine …

 « Arrivée dans le Berceau de Siegfried. Système Decoris verrouillé. Saut en SLM »  avait annoncé Aza, l'IV du vaisseau.

Je me levai de mon siège, située à côté de Tala, la Capitaine de l'Azaliis. Ce n'était qu'une question de temps avant qu'on arrive sur Sanctum. Et il fallait que je me prépare. D'autant plus que je n'allais pas enfiler une de mes traditionnelles robes. Et non ! En apprenant que l'on allait arriver, le gouverneur de Sanctum m'avait offert une splendide robe locale, d'un mélange de blanc et de rose pâle finement brodée mais chaudement rembourré et disposant apparemment d'un système chauffant intégré. Dans un geste diplomatique et commercial qu'il avait précisé dans le message extranet que j'avais reçu avant la robe, me conseillant fortement de la porter. J'avais beaucoup apprécié le geste, rares étaient les personnes à me « convier » ainsi.

Le seul soucis, c'est qu'elle n'était pas spécialement à ma taille. C'était la raison pour laquelle Nevi'Nalra, la couturière du vaisseau – et accessoirement mon amante principale sur l'Azaliis, avec Tala, mais ceci était une autre histoire ... - et son assistante Peli'Koraz s'efforçaient comme elles pouvaient de l'arranger sans trop changer la forme de la robe.

Arpentant les couloirs du vaisseau, saluant les filles que je croisais d'un sourire, je finis par arriver dans le petit atelier de couture des deux Quariennes. Nevi se retourna, se grattant la tête, visiblement embarrassée, ses yeux blancs fixés sur moi.

Car oui, toutes les Quariennes pouvaient se déplacer sans leur combinaison. Pour cela, elles pouvaient remercier Lala qui m'avait fourni une société quarienne qui avait pu installer des dispositifs de décontamination intégral quarien partout à l'intérieur du vaisseau. Et visiblement l'équipe de Nissara avait été pour le moins surprise de voir les Quariennes vêtues « normalement », même si certaines préféraient garder leur combinaison ou par pudeur ou par habitude, quand ce n'était pas les deux.

 « Désolée ma belle, on a fait ce qu'on a pu, mais je pense qu'il va y avoir un soucis à un endroit, m'indiqua-t-elle toujours autant gênée, ce qui valut un petit gloussement amusé de sa collègue.
- Voyons cela... tu m'aides à l'enfiler Nevi?
- Je vous laisse Taga m'a demandé de faire une petite tenue pour sa fille.
- A tout à l'heure Peli. »

Sur ces mots, la concernée s'éclipsa. Cela me surprit un peu. Il ne me semblait pas que la toute petite fille de Taga, ma nounou qui s'occupait autant de ma fille que de la sienne, avait besoin de cela. Normalement, l'Asari aurait du me servir de garde du corps, sa principale utilité depuis que Nevi avait rejoint l'Azaliis et s'occupait d'Aerti. Mais avec la venue de Nissara et son équipe, on avait préféré simplifier. Tega l'avait bien pris, elle comprenait qu'à côté d'une Spectre et de commandos asari, même si elle avait une excellente expérience, pourrait gêner la bonne mise en place de l'équipe.

 « Elle pense que l'on va faire … enfin tu m'as comprise, lâcha Nevi en roulant des yeux.
- L'idée est attrayante, dis-je avec un petit sourire malicieux.
- Oui, mais pas quand je bosse, Madame l'Ambassadrice, rétorqua-t-elle en plaçant un de ses trois doigts sur mon buste, comme pour m'arrêter.
- Que tu es protocolaire ma chérie...
- Et avoue que tu aimes ça, pouffa la Quarienne tandis qu'elle prenait la robe blanche et rosée, soigneusement entreposée dans une penderie, parmi pleins d'autres tenues colorées et de différentes morphologie.
- Peut-être, éludai-je tandis que je me déshabillai tranquillement, finissant en petite tenue.
- Par contre, il faudra enlever le haut, indiqua Nevi en regardant ma poitrine en partie dissimulée par un sous-vêtement rosé.
- Pour ton plaisir des yeux?
- Déjà ça, pouffa la Quarienne. Mais surtout parce que la robe n'a pas été pensée pour et … enfin tu vas comprendre » ajouta-t-elle en se mordant légèrement les lèvres, ce qui valut un froncement de sourcils intrigués de ma part.

Mais je suivis docilement les ordres de Nevi, n'étant de ce fait plus qu'en culotte légère. La Quarienne me tendit la robe que j'enfilai facilement au début, puis eut quelques difficultés par la suite. Heureusement, la couturière put m'aider prestement à m'habiller. Et je compris rapidement le problème du soutien-gorge, déjà sans, je sentis ma poitrine assez compressée par le tissu assez épais à ce niveau là. Simplement, elle ressortait également beaucoup. Plantant ses doigts sous le tissu, Nevi fit comme elle put pour remonter au maximum le tissu.

 « Avoue, tu as fait exprès de faire en sorte que mes seins soient aussi visibles pour faire ça.
- Même pas! s'offusqua la Quarienne. Quelle que soit la personne qui est cousue cette robe, elle n'était clairement pas au courant de ton tour de poitrine. Et à part redessiner toute la tenue, je ne pouvais pas t'élargir ça sans que ça rende moche le résultat. Bon, je peux pas faire mieux ... » conclut-elle en ressortant ses mains du haut de la robe après avoir plus malaxée qu'autre chose ma poitrine.

S'éloignant de deux pas pour regarder le rendu, je m'avançais en suivant pour m'approcher du miroir de la pièce. Hm, oui effectivement, c'était plutôt court. Niveau décolleté plongeant, on pouvait difficilement faire mieux. On aurait presque pris ça pour une nuisette légèrement osée si le reste de la tenue m'aurait donné l'impression que j'allais me marier dans quelques instants …

 « Et ça va tenir au moins? demandai-je en soupesant le haut, me sentant vraiment à l'étroit.
- Euh … en théorie non, hésita un instant la Quarienne.
- En théorie? répétai-je, guère rassurée par le ton employé par Nevi.
- Bah si tu fais pas trop de gestes brusques le temps que tu la portes, je pense que ça devrait aller ... 
- Mouais ... »

Sur ces mots, je finis par sortir de la pièce, échangeant un court baiser coquin avec Nevi, prise de court, ne s'y étant pas attendue. Je la laissai ensuite là, lui précisant de ne pas oublier de rapporter ma tenue dans ma cabine. Hochant simplement la tête, elle se mit à chantonner un air quarien à la mode tandis qu'elle ramassait mes affaires.

Ma tenue ne laissa clairement pas indifférent. Les filles d'équipage que je croisai n'arrêtant pas de me complimenter, dans des manières tantôt élégantes et discrètes, tantôt un peu moins … protocolaire dirons-nous. C'était l'avantage – mais également la complexité – de cet équipage aux multiples personnalités qui s'était bâti depuis plus de deux mois. Chacune apprenait petit à petit à connaître l'autre. On était encore loin d'une symbiose comme chez Lala, ou même sur la Neliane. Cela étant, le fait qu'il y avait un noyau dur de l'ancienne frégate asari détruite durant la Bataille de Tiamat contre Molovsky et quelques personnes qui se connaissaient déjà entres elles avaient aidé à former des petits groupes ou les nouvelles se greffaient au fur et à mesure. D'ici quelques mois, peut-être que l'équipage serait en symbiose totale comme celui du Discovery's Lust … sans forcément que ça finisse dans le même lit. Même si l'idée en soit était des plus séduisantes … et aurait intéressé Lala.

Le reste du trajet, je le passai dans ma cabine, au calme. Aerti n'était pas là, sans doute avec Taga. Je profitai de cet instant de repos avant le début des hostilités diplomatiques. Je me mis à penser à Ishra. Ma fidèle amie et secrétaire multifonction jusqu'à très récemment. Elle avait fini par rejoindre la demeure de Lala pour passer son temps avec la Vortchanne de la bande dont elle était tombée éperdument amoureuse et dont elle attendait un enfant, comme moi avec Lala. Je me mis à passer ma main sur mon ventre. La robe ample et large cachait sa courbure quand j'étais debout, mais allongée sur mon lit, on le voyait pleinement. Encore quelques mois …

 « Arrivée imminente dans le Système Decoris. L'Ambassadrice N'iim et la Spectre T'sironia sont conviées sur la passerelle de pilotage. » 

Je me levai en soupirant. Allez les affaires reprennent! Me trainant doucement vers l'endroit voulu, je finis par croiser Nissara. C'est la raison pour laquelle on entra toutes les deux en même temps à l'avant du vaisseau. Il y régnait une activité calme. Mais dans quelques minutes, quand le vaisseau quitterait le SLM, cela allait être une autre paire de manche.

La première chose qui me frappa, c'était la proportion de vaisseaux armés qui se trouvaient dans le secteur. Je n'avais pas remis les pieds dans les Systèmes Terminus depuis la fin de la Guerre contre les Moissonneurs. Les traces de leur passage étaient visibles sur la planète. La reconstruction était toujours en cours à travers la galaxie mais je constatai que celle-ci était bien plus lente dans cette région de l'espace.

La force de frappe, par contre, était surprenante. Je me mis un instant à penser qu'il s'agissait en réalité d'un piège et qu'on allait tout simplement ouvrir le feu surtout. Mais une petite anecdote que j'avais lu dans le rapport des services d'espionnages asari me revint à l'esprit. Apparemment, des tensions étaient apparues entre Sanctum et la « planète-esclave » de Joab, dans le secteur voisin, pour des ressources stratégiques. Certains spécialistes géopoliticiens avançaient même que dans les mois avenirs, on pourrait assister à une guerre ouverte entre les deux. Si ça pouvait ne pas tomber quand j'y étais, ça m'arrangerait …

D'un commun accord, Nissara et moi nous dirigeâmes vers le sas extérieur tandis que l'Azaliis descendaient s'amarrer dans un spatioport situé dans un quartier riche de la planète. Je ne vis pas le vaisseau de la Spectre cependant. Soit elle avait donné l'ordre de rester en orbite, soit il n'était pas encore arrivé. Je ne m'y inquiétai pas plus que cela, visiblement Nissara n'avait pas l'air contrariée ou inquiète.

 « L'Azaliis est à quai. L'Ambassadrice N'iim et la Spectre T'sironia sont autorisées à quitter le vaisseau, » 

Sur ces mots de l'IV, la porte pressurisée se déplaça pour nous laisser sortir. On fut accueilli par une bouffé d'air frais, il devait faire à peine au-dessus de zéro degré. Je compris soudainement l'utilité de cette robe. Elle portait une option chauffante qui me permit d'éviter de trembler de froid, libérant de douces ondes de chaleur. Par contre, les parties de mon corps à l'air libre appréciaient moyennement, me faisant adopter un petit rictus de gêne.

 « Bonjour et bienvenue sur Sanctum, grande Ambassadrice N'iim. Allons, allons, ne restez pas là, vous allez geler sur place. »

C'était un humain imposant à la peau sombre qui avait lancé cette phrase. Il était chaudement vêtu. A ses côtés, deux hommes biens plus maigres et pâles habillés de la même façon. L'un d'eux regarda le vaisseau d'un œil appréciateur. L'autre faisait de même, dans ma direction. La fin du cortège d'arrivée était composé par deux femmes, l'une très jeune et mignonne, l'autre âgée et au regard aussi froid que le paysage alentour. Les deux portaient des tenues semblables à celle que je portai, d'un coloris et d'une forme un peut différent. Le plus amusant, c'était que c'était les plus frêles qui étaient armés. Seul l'homme qui avait prit la parole n'était pas armé.

 « Avec plaisir » répondis-je avec un franc sourire.

Faisant signe à Nissara d'avancer, on emboîta le pas sous une coupole de verre qui cassait simplement la force du vent glacial. Le paysage me rappelait un peu le décor de mon chalet de Lessus. Au détail près qu'ici, il y avait tout une ville. Cela donnait un aspect presque fantastique à la chose, comme dans ces jeux vidéos humains dont certains raffolaient où il était question de dragons et de races inventées.

En moins d'une minute de marche, on put arriver dans une salle chauffée. La robe arrêta immédiatement de chauffer, m'évitant ainsi de mourir de chaud. Rien de pire pour être malade de passer d'une trop faible chaleur à une trop forte chaleur ! J'en profitai pour demander où on était à notre guide improvisée, précisant que c'était la première fois que je venais ici.

 « Si vous étiez venue avant les Moissonneurs, vous n'auriez sans doute pas reconnue grand chose. Leur passage et Cerberus … vous connaissez Cerberus?
- Oui, et bien avant leur attaque de la Citadelle, confirmai-je en hochant sombrement la tête.
- Ah oui, on a tendance à oublier ce détail ici, s'excusa l'humain, visiblement gêné par la bourde. Ils avaient installé une base ici. Tout a été détruit. On a reconstruit d'une manière plus originale sur leur ancienne installation, pour créer une architecture propre à notre colonie. Ici, vous êtes dans le cœur du gouvernement, au sommet de la montagne. Plus on descend en hauteur, plus on descend dans la hiérarchie. Très féodal comme principe, mais cela convient à la plupart ici.
- Je vois, hochai-je la tête. Vue de haut, cela me semblait joliment agencé, mais je dois dire que ça rend bien mieux vu d'ici, ajoutai-je en regardant par une fenêtre qui donnait en contrebas. Et que la reconstruction n'est pas totalement finie j'imagine ?
- Hélas non, comme un peu partout ailleurs. Mais le plus important a été fait. Ah, nous y voilà... Veuillez m'excuser quelques instants, je vais chercher le gouverneur. »

Sur ces mots, il s'éclipsa après nous avoir laissé moi et Nissara nous asseoir dans une salle richement décorée et chaude. Deux des quatre gardes l'accompagnèrent, les deux autres s'installèrent dans des coins de la pièce, nous surveillant simplement. Je restai silencieuse, me contentant de regarder le paysage lointain et enneigée. Moi qui avait songé à d'éventuels fauteurs de troubles, la météo du jour avait du sans doute en calmer plus d'un qui aurait été tentée.

Par contre j'étais très surprise par l'accueil. Cela me rappelait une des fois où je m'étais rendue sur Novéria par le passé. Très protocolaire, très … froid comme ambiance. Et cette satanée robe qui me compressait toujours autant la poitrine ...
Avatar de l’utilisateur
Isïana N'iim
Fan N°1 de Blasto

Fan N°1 de Blasto
 
Message(s) : 1119
Inscription : 05 Mars 2015, 13:56

Âge: 447
Profession: Diplomate
Classe: Biotique et Technologique
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 55.00 Points

Re: Un craquage inopportun [PV Nissiiii]

Message par Nissara T'sironia » 12 Août 2015, 22:06

Après le petit accrochage entre the cavalery et Kalita, ou plutôt le bon serrage de vis que leur avait infligé Nissara après l’écart de sa second et la remarque un peu trop familière de l’humaine envers sa supérieur l’ex commando leur avait simplement ordonné de bosser ensemble et de faire quelques entrainements en commun. C’était rude pour les rapprocher, mais en général ça marchait bien, surtout quand la spectre sortait ses bon vieux programmes de cohésion d’équipe. Cela porta ses fruits, et si the Cavalery garda une forme très professionnel, Kalita elle ne se gênait pas pour souligner que les entrainements au corps à corps en commun lui plaisait beaucoup.. un instant la chasseresse se demanda si elle n’en avait pas trop fait, mais l’essentiel était la, l’équipe était soudé.

Le voyage en lui-même se passa très bien, mais avait pris bien plus de temps que ce que la spectre avait prévus. En effet, on avait « oublié » de lui dire que le vaisseau déposerait plusieurs diplomates de planète en planète afin de ratisser large. Si le fait d’être dans l’ignorance lui déplus, elle fut cependant impressionné de constater l’efficacité du dispositif. Il était ainsi possible de déposer des représentants du conseil presque n’importe ou dans la galaxie en un temps record, de quoi calmer des conflits avant qu’ils ne dégénèrent, ou nouer des contacts en masses et rapidement. L’idée était vraiment brillante du point de vue de Nissara, même si elle aurait aimé déployer plus de force pour la protection de ces autres diplomates … bons elle admit elle-même que ce serait un peu trop à force …

Nostia fit part avec gêne du fait d’être devenus une genre de coqueluche de certaines de l’équipage, en effet elle avait remarqué certaines qui la suivaient l’aire de rien ou alors lui posait filoutement des questions plus personnel. L’ex agent du SSC avait donc finis par divulguer ses couleurs et plats favoris, et même sa position préféré lors d’un moment de repos accordé par Nissara. L’adorable petite asari avait alors fait craquer toutes ses interlocutrices de l’Aziliis en plus d’avoir dévoilé ses talents de cuisinière. La pauvre était devenus la commando chouchoute de l’équipage de la diplomate et essayait d’être le plus serviable possible ce qui ne fit que renforcer son aura de « kawaiiiiiii ».

Le reste du voyage avait vue finalement les deux équipes discuter, se connaitre et Nissara du saluer les qualité de recruteuse d’Isiana, elle avait choisis à la perfection son équipage des plus … hétéroclite, et la spectre s’entendit bien avec plusieurs d’entre elles. Elle put également avoir un échange avec l’ambassadrice sur comment réagir en cas de pépin ou comment elle-même devait se tenir pendant les négociations. Elle s’était d’ailleurs inquiétée en découvrant que la jolie mauve était enceinte et elle se demanda même, en vue de son stade avancé, si elle ne l’était pas déjà quand elles s’étaient rencontrées. Ce que Nissara désapprouva fortement, mais garda pour elle, après tout elle avait mis en danger la vie de sa fille ce jours-là. La spectre se demanda aussi si elle ne pourrait pas demander quelques conseils à la diplomate … après tout elle-même était en age de Matrice et n’avait jamais enfanté il faudrait qu’elle se penche sérieusement sur la question un jour, mais encore fallait-il trouver un partenaire … Elle repoussa ses réflexions pour plus tard et se concentra sur sa mission préparant pas mal de chose en amont avec le reste de son équipe qui était mis à l’épreuve rien que par ce voyage. Elle devait les voir s’entraider, et ce, même si elle n’était pas à bord. Cette opération était donc parfaite pour ça, et si elle faisait un saut à chaque escale sur le Duakila ce ne fut jamais pour des choses graves et pour constater le professionnalisme, ou au moins l’adaptabilité, de sa propre équipe.

Le jour J arriva enfin et la spectre découvrit avec stupeur la robe de la diplomate. Elle eu du mal à ne pas jeter un regard bien trop voyant au décolleté vertigineux de la diplomate avant de se reprendre rapidement. La spectre ne dit rien de plus se contentant de suivre Isiana jusqu’au poste de commandement ou elle se mit un pas derrière elle sur la droite. C’est à ce moment-là que Nissara découvrit une force militaire importante qui la firent se crisper un instant, d’une commande elle ordonna au Duakila de rester prêt à tout mais de ne pas intervenir, étaient-ils tombé dans un piège ? Visiblement non, toute cette force déployait n’était pas destiné pour eux, ou du moins pas pour les arrêter. Etait-ce une manœuvre d’intimidation ou d’étalage de force ? Elle laissa cette question à la diplomate et donna ses ordres pour la mise en place de la sécurité.

Le vaisseau diplomatique se posa finalement, laissant descendre les deux asari. Il n’y avait aucun doute à se faire quand à qui était qui. Entre Isiana, sublimement aguichante dans sa tenue toute voile dehors, et elle qui était en armure complète et surarmé avec un dispositif de RA déployé sur l’œil droit on savais immédiatement qui devait parler. La spectre put alors recevoir sur son œil les informations des personnes présentes. Jezarella et The cavalery étaient en poste dans le Duakila pour brasser et lui transmettre en directe le plus d’information et de conseil possible. Ce confort était non négligeable pour la commando qui avait laissé son vaisseau en orbite basse prêt à intervenir à tout moment et ce presque n’importe où. Avec un calme et une assurance tout professionnel Nissara étudia chaque personne présente et leur armement, elle scruta également les lieux, son dispositif offrant une vue de ce qu’elle repérait directement à son équipe. Elle bénie son armure qui la protégea du froid qui semblait tout de même incommoder Isiana.

La spectre resta silencieuse mais préta une oreille attentive quand il fut mention de cerbérus, n’ajoutant rien à ce qui fut échangé elle nota cependant cette information dans son esprit alors qu’elle se mit à patienter avec l’ambassadrice. Toujours debout, n’ayant pas à désire de s’assoir, elle se pencha pour glisser quelques mots à la mauve.

« Déesse, ils sont plus coincé que la hiérarchie turienne ici »

Dit simplement Nissara avec un petit sourire invisible pour les deux gardes.

« Tout vas bien Isi ? »

Si la première remarque était plus pour détendre de l’accueil asse froid de la délégation, cette dernière était sincèrement intéressé, et surtout empreinte d’une certaine complicité. Après tout elles avaient passé pas mal de temps ensemble, et la spectre avait finis par appeler l’ambassadrice par son surnom sur son vaisseau.
Avatar de l’utilisateur
Nissara T'sironia
Foudre bleu

Foudre bleu
 
Message(s) : 335
Inscription : 10 Mars 2015, 12:30

Âge: 435
Profession: Spectre
Classe: Biotique et Martiale
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 325.00 Points

Re: Un craquage inopportun [PV Nissiiii]

Message par Isïana N'iim » 22 Août 2015, 15:50

« Légende des couleurs »


• #00FF66 : Isïana N’iimCapitaine Tala Nalzasis : #99CC00 •
• dodgerblue : Spectre Nissara T'sironiaJesarala : #00BFFF •
• white : IV de l'Azaliis "Aza"Nevi'Nalra : #BF458C •


« Déesse, ils sont plus coincé que la hiérarchie turienne ici, me murmura Nissara, ce qui me fit sourire.
- On peut dire ça, le climat sans doute. Il faudra penser à les réchauffer, répondis-je sur le même ton que la Spectre, valant un bref regard d'un des gardes dans notre direction, qui ne réagit pas plus que cela puisqu'ignorant ce dont on pouvait bien parler toutes les deux.
Tout vas bien Isi ? me demanda-t-elle plus sérieusement après m'avoir vu avoir un léger rictus de douleur sur le visage
- Simplement mon corps qui me rappelle que je vais être une nouvelle fois maman et … la désagréable sensation d'être passée aussi soudainement du chaud au froid, et vice versa. Mais ça passera, rassurai-je en souriant avant de reprendre tandis que je regardai la salle. En tout cas, la décoration est vraiment agréable à voir. En tout cas, ça change de ce que j'ai l'habitude de voir depuis plusieurs décennies... »

Je me tus en suivant, respirant lentement. Je devais me ménager pour la suite. Mine de rien, je commençai à fatiguer facilement à cause de la petite. Les deux infirmières de l'Azaliis m'avaient d'ailleurs indiqué que ce serait ma dernière grande sortie jusqu'à l'accouchement. Je pourrai encore rester quelques jours supplémentaires à l'ambassade sur Astéria mais elle m'avait forcé à tout arrêter à partir du 12 juillet. En attendant, j'allai en profiter pour terminer tout ce qui était urgent. Au pire, je pourrai répondre aux questions urgentes depuis l'Azaliis, ou chez Lala si je décidai d'y rester durant mes derniers mois de grossesse.

Finalement, l'homme revient, attirant notre regard à Nissi et moi. Il était accompagné d'un homme richement vêtu d'un large manteau de fourrure qu'on put deviner sans mal comme étant bien le gouverneur. Il me donnait l'impression de ressembler à ses anciens rois humains dont m'avait parlé mon ancienne compagne humaine.

Les deux gardes du corps avaient disparu, à la place, deux sublimes humaines aux cheveux longs en tenue de secrétaire et tenant des datapads l'accompagnaient. Il se dirigea immédiatement dans notre direction, levant un simple sourcil curieux à l'attention de la Spectre avant de me proposer un large sourire. Il attrapa ma main qu'il baisa simplement avant d'ajouter un ton charmeur une fois que je m'étais levée.

 « Sanctum est honorée d'accueillir une telle beauté, Madame l'Ambassadrice.
- Oh. Merci beaucoup, Gouverneur, répondis-je après avoir lâché un bref regard surpris à l'adresse de Nissi qui devait sans doute se retenir de rire.
- Et je constate avec plaisir mon cadeau, elle vous met très … en valeur, finit-il par dire après avoir reluqué mon décolleté un peu trop longtemps à mon goût.
- Allons Gouverneur, vous allez me faire rougir, répondis-je d'un ton délibérément cruche, guettant sa réaction avec intérêt. Je ne pouvais refuser de porter un si généreux cadeau » ajoutai-je.

Ce qui me valut un nouveau compliment. Il était toujours comme ça ou il voulait vraiment me sauter dessus? Si c'était le second cas, il risquait d'être déçu. D'une part parce qu'avec un état aussi avancé de grossesse, je m'interdisais ce genre de chose – Lala et les filles étant l'exception qui confirmait la règle, mais c'était une autre histoire – d'autre part j'avais toujours en tête la « punition » de l'humaine. Bien que j'avais cru comprendre que suite à ces révélations, Lala s'était également un peu lâchée aussi de son côté …

Non mais tout simplement il était bien trop mielleux pour être honnête. Ce qui m'intriguait d'avantage que m'effrayait. De toute manière, s'il se montrait un peu trop « intime », une bonne projection biotique dans l'entrejambe et je serai tranquille. Bon, ça serait une faute diplomatique grave … mais tellement divertissante!

Après un nouveau commentaire sur mon physique, qui commençait tout doucement à me fatiguer bien que je ne le montrai pas, au contraire, et ignorant toujours autant Nissi au point où j'en venais à me demander s'il ne le faisait pas délibérément, il me fit diriger vers un long couloir. Me retournant brièvement, je fis signe du regard à ma garde du corps de suivre le pas simplement. De son côté, le Gouverneur fut suivi machinalement par ses deux gardes et ses deux secrétaires. Je surpris un regard étrange de l'une d'elle. De la jalousie? De la colère? De l'envie? Peu importe, je n'étais pas là pour me soucier du petit personnel de mon hôte diplomatique. Oh, et notre guide baraqué avait disparu?

Passé ce couloir qui s'avéra en fait être un pont donnant sur une autre salle, bardée de vitres montrant le paysage enneigé, on débarqua sur une large salle arrondie tout aussi richement décoré que ce qu'on avait pu voir jusqu'ici. Quatre sièges étaient présents. Un d'un côté du cercle, trois de l'autre. Une femme assez jeune et un homme à l'inverse plutôt âgé étaient déjà assis, me regardant arrivée autant que Nissara.

D'une nouvelle tirade enjolivée, le Gouverneur me désigna le siège seul. Hochant la tête en souriant, je remarquai furtivement le soupir de la jeune femme et le sourire amusé de l'homme âgé. Mon brave chevalier les rejoignit, s'installant au centre.

 « Mets-toi juste un mètre derrière mon siège » indiquai-je doucement à l'attention de Nissi, voyant les deux gardes du gouverneur de Sanctum faire de même face à nous.

Me présentant les deux nouvelles personnes comme étant ses deux principaux conseillers, qu'il nomma par le titre de ministres, je le saluai poliment d'un hochement de tête et d'un petit sourire bienveillant. La ministre me l'échangea, l'autre ne réagit pas plus que ça. Ce dernier semblait bien plus intéressé par l'armure de Nissara que moi, bien que je le voyais loucher plusieurs fois sur le décolleté de ma robe blanche.

Celui-ci me gênait de plus en plus, me contractant la poitrine. Je n'avais pas arrêté de le relever avant d'arriver sur Sanctum, mais là, je ne pouvais pas vraiment me le permettre. Bah, je finirai par ne plus y faire attention une fois concentrée par la discussion diplomatique ...

Je restai silencieuse, attendant la suite des évènements. Ceux-ci arrivèrent sous la forme de deux jeunes femmes en jupe courte et débardeur plutôt léger pour un climat pareil, ce qui me fit lever un sourcil curieux tandis que je remarquai qu'elle portait chacune un plateau rempli de bouteilles et de verres, le poids les forçant à les porter à deux mains.

 « Des petits rafraîchissements Ambassadrice, n'hésitez surtout pas à vous servir. »

Hésitant une seconde, regardant tour à tour le Gouverneur, qui venait de parler en prenant un verre au contenu rouge que je reconnus comme du vin humain, et la serveuse qui tendait le plateau devant moi, je finis par prendre un verre de couleur bleue, la remerciant d'un sourire. J'espérai que ce n'était pas trop alcoolisé...

 « Ah, excellent choix, Ambassadrice, un cocktail local à base de raisins blancs et de baies qui poussent dans la montagne. Je vois que j'ai affaire à une professionnelle ! s'enthousiasma l'humain, manquant de me faire sursauter par cette réaction que je n'avais pas le moins du tout prévue.
- Oh, n'exagérons rien Gouverneur, répondis-je en souriant avant de porter la boisson à mes lèvres. Hm, excellent. »

Un commentaire qui visiblement ravi l'assistance. Il fallait avouer que ça avait un bon goût et bien sucré, ce que j'adorai. Et pas très alcoolisé. Du moins, il n'en donnait pas trop l'impression. De toute façon, ce n'était pas comme si j'allai me resservir …

 « Donc, Ambassadrice, je laisse mes ministres vous expliquez la raison de votre heureuse venue, finit par dire le Gouverneur.
- Avant toute chose, c'est un honneur de vous avoir ici, Ambassadrice, commença la jeune femme qui alluma le dapatad tendu par l'une des secrétaires qui s'étaient entretemps installées de part et d'autre des conseillers.
- Et je suis honorée d'y avoir été invitée, répondis-je simplement, une réponse qui arracha un sourire amusé de la ministre.
- Vous m'en voyez ravie. Comme on vous l'a sans doute indiqué, nous aimerons envisager une affiliation au Conseil, ou à défaut des relations commerciales, diplomatiques et militaires privilégiées.
- Privilégiées par rapport à qui? demandai-je rapidement tandis que je m'installai confortablement sur mon siège, trouvant enfin une position où mon ventre arrondi me permettais d'être à l'aise ; mais à l'inverse ma poitrine retombait un peu plus et me gênait encore plus, il fallait choisir dans la vie …
- Vous n'êtes pas savoir comment fonctionne les Systèmes Terminus, j'imagine, Ambassadrice, répondit l'homme âgé à la place de la jeune femme, visiblement hésitante à répondre.
- J'y ai passé une partie de mon existence, Ministre. D'où ma question, répliquai-je d'un large sourire avec un poil de moquerie dans le regard qu'il ne sembla pas percevoir.
- Nous avons de plus en plus de problème avec le monde de Joab, dans la Nébuleuse de la Rosette, finit par répondre le Gouverneur d'un ton mêlant colère et ennui.
- Vous avez du sans doute remarquer l'import dispositif de notre flotte en orbite, ajouta le Ministre.
- C'est exact, je dois avouer être impressionnée. On ne risque pas de venir vous importuner. Cela étant, de peur d'avoir droit à une méprise, je préfère préciser avant que la discussion n'aille plus loin que je ne suis pas une représente directe du Conseil, bien que j'ai évidemment son appui. Je suis avant tout ambassadrice pour les Républiques Asari Unifiées.
- Bien entendu, Ambassadrice, répondit le Gouverneur en hochant la tête, alors que pourtant je remarquai un regard surpris de la jeune ministre. Mais vous êtes la personne la plus apte à réellement comprendre les intérêts de nos deux nations ... et l'introduire de la plus belle des manières au Conseil
- Vous m'en voyez rassurée, Gouverneur. »

Par contre, pourquoi avais-je l'impression que la fin de sa phrase avait une certaine connotation? Bravo, la mauve, tu commences déjà à te faire des films … Sans doute l'alcool qui me tapait plus que je ne l'aurai cru. J'en bus néanmoins une nouvelle gorgée tandis que la ministre reprenait la parole.

 « Donc. Déjà pensez-vous qu'un ralliement au Conseil serait envisageable?
- C'est une question à la fois simple et complexe à répondre. Envisageable, bien sûr, tout est envisageable. Néanmoins, le fait que Sanctum soit placée ainsi autant au cœur des Systèmes Terminus complique énormément les choses. A l'heure actuelle, ça me semble impossible tant qu'il n'y aura pas de grand changement politique entre la frontière concilienne et votre colonie.
- Je vois ...
- Et si nous pouvions assurer l'accès de Sanctum à … Rannoch par exemple. Une sorte de couloir militaire? intervint l'autre ministre.
- Hm. Cela changerait pas mal de choses, mais pourriez vous l'assurer? demandai-je très sérieusement même si j'avais plus envie de rire à l'idée.
- Laissons tomber ce plan trop compliqué, intervint le Gouverneur d'un geste exaspéré de la main. Veuillez continuer, ajouta-t-il à l'attention de la jeune femme.
- Merci, Gouverneur. Entamer des accords seraient donc plus probables.
- La raison pour laquelle je me trouve aujourd'hui devant vous, confirmai-je d'un petit sourire, ironique mais sans trop pour ne pas froisser la ministre.
- Je vois, commençons dans l'ordre, dit-elle tandis qu'elle pianotait sur son datapad, murmurant quelques mots à sa secrétaire. J'ai ici l'ensemble du droit concilien. Une des premières choses qui nous intéressent, c'est l'interdiction de l'esclavage et de la manipulation génétique, des pratiques sur lesquelles nous nous accordons. A l'inverse de Joab, reconnue pour son trafic d'esclaves considérables. Un point qui par contre risque de rapidement poser problème, c'est le trafic de population. Si on n'est pas xénophobe comme l'était Cerberus, nous aimerions vraiment rester une colonie humaine avant tout. Cependant, rien dans vos lois n'indiquent clairement d'une possibilité de tri d'immigration...
- Cela permet à chaque colonie de gérer comme elle le sent je suppose. Je ne suis pas au fait de tous les articles de lois du Conseil, sans compter que chaque gouvernement à également son propre droit. Je ne pense pas que ce serait un problème en soit. Après forcément, cela pourrait être mal vu pour tous les non-humains ...
- L'idée n'est pas d'interdire aux autres races de venir Sanctum, bien évidemment, précisa la ministre.
- Mais j'avais bien compris, répondis-je en souriant tandis que je bougeais légèrement dans mon siège pour trouver une meilleure position, la pression de la robe sur ma poitrine étant de plus en plus présente.
- Je vois … D'un point de vue commerciale, qu'est-ce qui pourrait intéresser le Conseil? demanda-t-elle, me prenant de court.
- Oh .. eh bien ... commençai-je tandis que je m'installai au fond de mon siège, passant une main sur le menton, le regard légèrement dans le vague tandis que je réfléchissais sérieusement à la question ; me sentant soudainement étonnamment légère, ne sentant plus aucune pression au niveau de ma poitrine, mais bon j'allais pas rester dans cette position tout le long de la discussion et ...
- Euh … Ambassadrice? intervint la ministre d'une voix étranglée et hésitante après un court instant de silence.
- Oui, oui, j'y réfléchis excusez-moi.
- Non, ce n'est pas le problème, rétorqua-t-elle en rougissant un peu, me faisant froncer les sourcils.
- Je dois reconnaître que les Asari ont les plus belles poitrines de l'univers, lança le Gouverneur d'une voix essoufflée tandis qu'il regardait mon décolleté.
- Euh … merci, Gouverneur mais … oh? Oh Déesse !!! »

Je compris soudainement la réaction de mes interlocuteurs. Je m'empourprai soudainement de gêne tandis qu'en penchant la tête je constatai que la couture de la robe avait craquée à l'avant. Dans le mouvement, mes deux seins étaient ressortis et étaient à l'air libre, parfaitement visibles, tandis que les deux morceaux de tissus arrachés par l'attaque mammaire pendaient lamentablement sur les deux côtés. Si le ministre semblait plus moqueur, le Gouverneur était fixé dessus. C'était presque s'il ne bavait pas dessus. Quant à la ministre, n'était-ce pas un regard mêlant embarras et jalousie intense que je remarquai?

Plaquant par réflexe mes deux bras et mains devant ma poitrine nue, je bredouillai quelques mots d'excuse, prise totalement au dépourvu et embarrassée. Néanmoins, constatant l'inutilité du geste vu que cela n'aurait caché au mieux la moitié des seins, je soupirai et laissai tomber, restant ainsi, devant le regard presque médusé de mon auditoire.

 « Nissi! Vas vite me trouver une tenue!  m'exclamai-je.
- Toi, aide-là, ordonna le Gouverneur soudainement revenu à la réalité en désignant la secrétaire du côté du vieil homme.
- Et ceci ne sortira pas d'ici, indiquai-je à voix basse à la Spectre qui comprit soudainement le problème une fois qu'elle fut à ma portée, ayant une vue parfaite - mais, elle filmait ce qu'il se passait d'ailleurs? Parce que sinon, j'imaginai que c'était tout le vaisseau de Nissi qui voyait ma poitrine ainsi dévoilée ... d'un autre côté, si Nostia regarder elle aussi ... - Toutes mes excuses pour la vue, qui j'imagine n'est pas pour vous déplaire cela dit, le genre d'incident qui peut malheureusement m'arriver quand je ne porte pas une tenue adaptée à ma morphologie. »

Suite à ces mots, Nissara finit par quitter la salle après une hésitation que je pus remarquer, nul doute guère enthousiaste à l'idée de me laisser seule ainsi. Ou était-ce la vue? Mais mon regard suffit à lui intimer de ne pas me contredire. Pour le coup je n'étais pas d'humeur …

Et l'autre con de Gouverneur qui n'arrêtait pas de dire qu'il allait punir les couturiers qui avaient mal fait leur travail. Je me demandai vraiment si au final il n'avait pas fait exprès et que tout ça avait été prévu depuis le début. J'eus soudain un mauvais pressentiment ...
Avatar de l’utilisateur
Isïana N'iim
Fan N°1 de Blasto

Fan N°1 de Blasto
 
Message(s) : 1119
Inscription : 05 Mars 2015, 13:56

Âge: 447
Profession: Diplomate
Classe: Biotique et Technologique
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 55.00 Points

Re: Un craquage inopportun [PV Nissiiii]

Message par Nissara T'sironia » 26 Août 2015, 17:49

Nissara sourit aux remarque de la diplomate, cette mission était un poil étrange, mais au final rien de bien surprenant ou problématique pour le moment. Elle espéra que cela continue ainsi avant de se souvenir que c’était dès qu’on se disait ça que tout dérapait. Heureusement quand la porte se rouvrit ce ne fut pas un groupe de soldat armé jusqu’à dents qui entra mais leur hôte encadré de deux sublimes humaines en petit tailleur. L’effet était plutôt émoustillant, surtout grâce aux lunettes légendaire de ce corps de métier qui savait attiser les fantasme, mais la Spectre resta de marbre, offrant une vue des plus protocolaire à l’échange qui suivit. Cependant, il ne fallait pas croire que parce que Nissara n’affichait qu’un jeu très limité d’expression qu’elle n’en pensait pas moins. Si la première remarque du gouverneur l’aurait volontiers faite rire, la suite lui déplut plutôt. La présence de deux bimbo en mini-jupe ne faisait qu’accentuer l’idée préconçue de coureur de jupon que l’asari se fit sur l’homme. Il faut dire qu’il n’y alla pas avec le dos de la cuillère coté compliment, et enroba chacun de ses mots de remarques tellement mielleuses que Nissara se demanda si Isi n’allait pas crever de diabète.

La spectre prit également sur elle quand on l’ignora superbement, visiblement on ne la prenait que pour un garde du corps classique à qui on n’avait pas à adresser la parole. Cette constatation ne fit que croitre l’antipathie naissante que nourrissait déjà la chasseresse envers l’humain. Elle nota cependant le retrait des deux gardes, ainsi que de leur guide, scrutant chaque mouvement qui pouvait lui paraitre suspect. Un regard d’une des secrétaires la surprit, c’était furtif et elle ne fut même pas sûre d’avoir bien remarqué, mais contrairement à isi, c’était son job à elle de tout surveiller, y compris le petit personnel. Le groupe traversa un pont fermé par de large baie vitré offrant un spectacle plutôt saisissant d’un paysage qui devait être en permanence enneigé. Le couloir déboucha sur une vaste salle circulaire ou trônait une table de la même forme. Se trouvait déjà assied une jeune femme à l’aire blasé, et un homme d’âge mur qui s’attarda longuement sur l’armure de la spectre. Il faut dire qu’un connaisseur aurait pu en remarquer sa qualité, était-ce le cas de cet homme ? Ou alors se contentait-il de fantasmer sur les femmes en armure et bardé d’arme ? Dans tout les cas le décolleté d’Isiana faisait sensation et entre les compliments et les regards appuyé, la chasseresse se demanda comment l’ambassadrice ne les avaient pas encore envoyé bouler. C’était surement pour ça qu’elle était diplomate et pas elle. La jolie mauve lui fit d’ailleurs la remarque d’où se placer, même si elle s’en doutait au moins c’était clair et Nissara prit place derrière Isiana, à environ un mètre sur sa droite.

La suite de la discussion lui passa un peu au-dessus de la tête, même si elle ne s’en désintéressa pas totalement elle était plus à surveiller les alentours en prenant garde de rester dans une posture digne. La chasseresse se retint d’empécher la mauve de boir et de faire analyser les breuvages, ou encore de laisser les hôtes boires en premier. Inspirant un instant elle calma sa paranoïa, espérant clairement qu’elle faisait trop de zèle. Elle ne découvrit l’incident qu’indirectement. Un bruit la fit se retourner vers sa protégé pour finalement remarquer des pan de tissus déchiré … noooon. En vue du regard des autres présents, il semblait bien que l’incident qui aurait fait sauter de joie Kalista venait de se réaliser. Pendant un instant de flottement Nissara ne sut pas dutout comment réagir jusqu’au moment ou Isiana l’interpela, lui permettant alors de découvrir tout le somptueux de sa poitrine. Déesse ! Mais elle avait eu tout ça ou ?? C’était indéniable toutes les asaris ne naissaient pas égaux, et la spectre en eu la preuve flagrante. Cette réflexion ne lui prit qu’un instant cependant, bien trop concentré qu’elle était sur sa mission. Elle hésita alors à suivre les ordres de l’ambassadrice, la laisser seul ici lui posait beaucoup de problème. Sous la dernière impulsion de l’ambassadrice le spectre sorti de la salle, suivis par l’une des fameuses secrétaires.

« Par la ! »

Lui désigna la jeune femme en la guidant vers l’autre côté du pont pour ensuite l’entrainer dans un dédale de petit couloir. La spectre sentait ses sens s’alarmer, en se déplaçant si vite elle se demandait si elle retrouverait le chemin seul et essaya de mémoriser la route alors qu’elle s’éloignait inexorablement de sa protégée. De plus en plus soucieuse de la tournure que prenait les évènements elle grommela jusqu’à enfin arriver à une salle. Il s’agissait visiblement de la laverie ou était nettoyer les vêtements des résidents du palais. Une pile de vêtement propre, et de multiples cintres désignant ceux venant d’être repassé, ornait la pièce entièrement vide. Du linge salle était entassé dans de grand bac et une machine malmenait des textiles dans une rotation hypnotique. Se dirigeant directement vers le linge repassé elle remarqua que la secrétaire avait arrêté de la suivre … un bruit indéfinie finis de la mettre en alerte et sans réfléchir se baissa en faisant une roulade. Se redressant d’un seul geste elle put découvrir la secrétaire surprise d’avoir loupé son coup, un genre de stylet à la main. Nissara réagit par reflexe et essaya de dégainer son fusil, l’humaine fut cependant vite remise et lui fonça dessus. La spectre évita la première attaque, puis la seconde, et saisit le bras de son assaillante pour le tordre. La fausse secrétaire réagit en essayant de décocher un coup de talon dans la position ou elle se trouvait qui fut esquivé par la spectre qui tordis le bras dans l’autre sens et donna un violent coup de poing biotique qui envoya la jeune femme bouler au milieux des vêtements sale, vue la force de frappe elle l’avait surement tué, mais l’heure n’était plus à la réflexion mais bien à l’action. Dégainant son prêtresse elle fonça droit dans le couloir. Elle comprit enfin pourquoi aucun domestique n’était la et cette sensation de malaise. Nissara s’insulta de tous les noms possibles d’avoir été si négligeant et pria de toutes ses forces que leur but n’était pas de tuer Isiana sinon elle aurait commis l’irréparable. Courant comme une forcené elle tomba sur deux gardes qui ouvrirent de grands yeux, ami ou ennemie ?

« La garde du corps est encore en vie ! »

Ennemi … s’entourant d’une onde bleuté la spectre chargea droit sur l’un des gardes qui fut broyé à l’impact et envoyé violement contre un mur. Le second n’eut pas le temps de réagir qu’elle tirait presque à bout portant avec son prêtresse laissant un trou béant dans le torse de l’humain. Il fallait faire vite …
Avatar de l’utilisateur
Nissara T'sironia
Foudre bleu

Foudre bleu
 
Message(s) : 335
Inscription : 10 Mars 2015, 12:30

Âge: 435
Profession: Spectre
Classe: Biotique et Martiale
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 325.00 Points

Re: Un craquage inopportun [PV Nissiiii]

Message par Isïana N'iim » 30 Août 2015, 13:23

« Légende des couleurs »


• #00FF66 : Isïana N’iimCapitaine Tala Nalzasis : #99CC00 •
• dodgerblue : Spectre Nissara T'sironiaJesarala : #00BFFF •
• white : IV de l'Azaliis "Aza"Nevi'Nalra : #BF458C •


Pas de balise pegi 18, mais je précise quand même que certains passages s'adressent quand même à un public averti,
voili voilou :D


Même si je montrai un sourire bienveillant, quoique embarrassée, au fond de moi, je bouillonnai de colère. Contre cet abruti d'humain qui semblait me prendre pour une bouteille de lait ambulante tant il fixait ma poitrine. Contre la personne qui avait eu l'idée de m'envoyer cette robe sans prendre mes mesures. Contre les personnes qui l'avaient faite aussi du coup. Et contre moi qui avait été tant voulu faire bon impression en la portant. On pouvait remarquer ma frustration par le fait que je pianotai des doigts furieusement sur la table. La seule que j'avais envie de dire s'approcher d'un « Bon les pervers, on peut passer à autre chose que se rincer l'oeil, ça fait cinq minutes que je suis comme ça... »

A vrai dire, le plus dur était surtout de ne pas avoir de pensées lubriques en cet instant. Surtout me connaissant. Mais on avait convenu avec Lala, mon amour d'humaine, de limiter ce genre de chose et je comptai le faire. Après tout, mon gouvernement n'avait-il pas intimer d'arrêter de nous comporter en « coquine de l'espace » ? De toute façon, autant l'humaine était à mon goût, autant les deux mâles … Non le soucis, c'était les souvenirs de précédentes réunions qui avaient dérapé, avec moi en plein milieu d'une table et soigneusement chouchoutés comme il le fallait par mes homologues diplomates. Cela étant, c'était avant la Guerre contre les Moissonneurs, depuis, tous avaient du être tués. Dommage, il y avait un humain qui en avait une … La mauve! On se reprend !

 « Ambassadrice? me lança une voix bien grave que je n'avais pas entendu jusqu'ici.
- Euh oui? répondis-je en me tournant vers la personne qui m'interpellait, remarquant un des gardes à mes côtés, tandis que j'essayai de retrouver mes esprits après ces écartements colorés.
- Désolé, se contenta-t-il de dire, me faisant froncer les sourcils d'incompréhension.
- Désolé? Comment çaaaaaaaaaahhhhhhhhh ! criai-je tandis qu'une violente décharge électrique parcourait mon corps.
- Je suis déçu, j'aurai cru que ses seins s'illumineraient, entendis-je le Gouverneur lâché tandis que mes nerfs hurlaient.
- Arrêtez de dire des conneries, ça ne peut pas ... »

Ce furent les derniers mots que j'entendis avant de perdre conscience, la douleur devenue trop forte pour être supporter...


*-*

Ce furent des gouttes d'eau coulant le long de mon visage et glissant le long de mes excroissances qui finirent par me réveiller. Je sentis une douleur partout dans mon corps, me faisant arracher un grognement aigu. Ouvrant les yeux avec difficulté, je constatai que j'étais assise à même le sol contre un mur, et ce de façon pas très confortable, les mains liées dans mon dos.

 « Arrête de jouer avec l'Ambassadrice, lança une voix autoritaire que je crus reconnaître comme le Gouverneur tandis que mon corps paralysé reprenait petit à petit sa liberté.
- Ah tu vois, je l'ai réveillée, se contenta de répondre une voix féminine, la ministre, visiblement satisfaite tandis que je levai la tête dans sa direction pour la voir quasiment sur moi, une pipette et une fiole d'eau à la main tandis qu'elle continuait à s'amuser à faire tomber des gouttes d'eau sur mon crâne.
- Cr'tez ! lâchai-je en croassant, alors que mon cerveau avait voulu dire arrêtez.
- Mila, dernière fois, lâcha le Gouverneur d'un ton énervé, valant un haussement d'épaules de la concernée.
- Phh, pas drôle »

Néanmoins, elle finit par obéir et j'eus enfin la vue dégagée. Regardant furtivement les lieux, je ne reconnus pas la pièce où je me trouvai. Simplement, il y avait un lit ce qui sembla indiquer qu'il devait s'agir d'une chambre. Je vis également une jeune femme, ressemblant assez avec la ministre du peu que je pouvais voir, ce qui me fit froncer les sourcils. Mais qu'est-ce que c'était que ce délire ?

Je remarquai soudainement un homme assez âgé à mes côtés, lui aussi contre le mur, bâillonné et … enchaîné? Je me mis à bouger les mains, pour constater que j'étais également prisonnière. Furieuse de m'être faite avoir ainsi, je déclenchai mon aura biotique prête à arracher mes liens et m'occupaient de ces tarés une fois pour toute.

Sauf qu'à la place j'eus droit à une nouvelle décharge d'électricité. Sous la douleur, j'eus le souffle coupé et ma tête retomba contre mon buste. J'entendis un petit rire amusé, presque sadique, de la femme mais au final c'était le Gouverneur qui parla.

 « Je n'aurai pas pensé que cela marcherait aussi bien. Je dois reconnaître que le talent des Asari concernant la biotique, et comment la contrer, est incroyable.
- Qu'est-ce que vous me voulez? demandai-je finalement, après avoir retrouvée ma voix et remise de la décharge des menottes asari qu'ils m'avaient enfilé.
- Vous, rien en particulier Ambassadrice, se contenta-t-il de répondre en haussant les épaules tandis qu'il posait son manteau de fourrure sur le lit, à côté de la jeune femme attachée. Celle-ci, déjà plus... Vous n'êtes qu'une monnaie d'échange, m'indiqua-t-il simplement en se rapprochant ensuite vers moi.
- Une otage? Vous voulez exiger une rançon au Conseil ? demandai-je, plutôt surprise de la situation présente.
- Je constate que vous êtes perspicace, répondit l'humain avec un petit sourire amusé.
- Vous vous rendez bien compte des conséquences diplomatiques d'un tel acte, Gouverneur? lançai-je en fronçant les sourcils, tandis que l'homme bâillonné à mes côtés essayait de parler.
- Tout à fait, c'est là tout l'intérêt de la chose. Soit dit en passant, je vous présente le véritable gouverneur de Sanctum, et la véritable ministre des affaires étrangères, indiqua-t-il en montrant d'un mouvement de bras en arc de cercle les deux autres personnes capturées.
- Vous vous voulez déclencher une guerre entre le Conseil et Sanctum ? demandai-je sans y croire, penchant la tête sur le côté pour bien fixer l'homme droit dans les yeux, comme pour y essayer de lire dans son regard ses véritables intentions.
- Mais c'est qu'on ne vous cache rien, Ambassadrice, répondit l'homme d'un ton moqueur, ce qui valut un regard mauvais de ma part en retour.
- Vous travaillez pour qui ? lançai-je en fronçant les sourcils.
- A mon compte, répondit-il d'une voix énigmatique.
- J'ai du mal à vous croire...
- Et pourtant ... »

Il fut interrompu par la porte qui s'ouvrit subitement. L'autre ministre – un vrai ou un faux celui-là? - débarqua, visiblement paniqué. Il jeta un regard furieux dans la direction de l'autre homme, un doigt accusateur tendu.

 « La garde du corps asari est toujours en vie ! Je viens d'apprendre que c'est une Spectre ! Vous m'aviez assuré qu'il n'y aurait aucun problème ! hurla-t-il.
- Vous vous attendiez à quoi ? rétorqua l'homme d'un ton glacial, ce qui figea instantanément le ministre. Envoyée une bleue, sans mauvais jeu de mot Ambassadrice, ajouta-t-il doucement à mon attention. Donc une débutante escortée une personne importante du Conseil en plein milieu des Systèmes Terminus ?
- Oui, mais vous ...
- Oh, mais fermez-là vous ! s'énerva l'humaine qui s'était entretemps assise à côté de l'humaine attachée au lit et s'était amusée à la déshabiller en lui coupant sa tenue à l'aide d'un OmniTech, soigneusement et lentement, tandis que la prisonnière avait abandonné tout espoir de se débattre, lorsque la lame orangée avait fait une entaille dans sa cuisse dans son déplacement, lui faisant arracher un cri de douleur étouffé par la boule qu'on lui avait installé dans la bouche pour la faire taire.
- Vous laissez vos hommes me par... commença le ministre.
- Je ne suis une femme! s'énerva la concernée en le coupant, tandis que le chef de cette bande étrange soupirait en secouant la tête de dépit.
- Bon, j'ai compris, je vais m'occuper de cette Spectre. On va bouger l'Ambassadrice de chambre.
- Et notre … petit arrangement? demanda docilement le ministre.
- Mila vous la préparer. Mais vous attendrez qu'on est bougé l'Ambassadrice. Comment réagit les alliés de l'Ambassadrice ?
- Hein ? On leur a dit que les négociations étaient toujours en cours mais que tout se passait à merveille » répondit le Ministre, entre deux regards vers la vraie ministre, toujours au prise de la fausse.

Je remarquai l'impatience du dernier arrivant dans son regard … lubrique? Me tournant vers la jeune femme attachée, je constatai qu'elle était totalement nue. J'eus soudainement peur de ce qui allait se passer pour elle... Mais ce n'était pas mon problème, j'avais déjà moi à m'occuper … et Nissi. Déesse, elle était toujours en vie. Première bonne nouvelle depuis mon réveil.

 « On va lui enfiler cette veste indiqua le leader de ce complot à l'attention de la dénommée Mila qui avait éteint son Omni-Tech et l'attrapa et s'approcha de moi avec un petit sourire moqueur.
- Hééééé! m'exclamai-je tandis qu'elle avait posé la veste sur le sol et avait prit mes deux seins entre ses mains qu'elle malaxait fortement.
- Mila ! On ne touche pas à l'Ambassadrice ! s'énerva son chef en la voyant faire.
- Oh, allez … c'est si indécent d'avoir une paire de nichons pareil. Je peux pas les lui couper ça serait … Eh !!! s'énerva-t-elle me lâchant une insulte colorée en reculant après lui avoir crachée violemment au visage.
- Essaye un peu ...
- Et sauvage de surcroît, commenta l'humain avec un sourire admirateur tandis qu'il retirait ses vêtements pour se retrouver en sous-vêtement. Décidément, j'aurai beaucoup vous rencontrez en d'autres conditions. Mila, tu fais ça je te tue, ajouta d'un ton autoritaire et froid alors que la concernée venait de faire réapparaitre son OmniLame qu'elle pointait droit sur moi, lui jetant un regard de défi.
- Mais elle m'a ... !
- Mila ! » cria-t-il d'une ton agressif qui stoppa net l'humaine qui recula, visiblement peu habituée à être appelée ainsi, lâchant un petit nouveau « Mais? » attristée en reculant de quelques et reprenant la veste après avoir éteint son OmniTech.

Pendant ce temps, le chef avait sorti une valise d'un coin de la pièce que je ne voyais pas à cause du lit et enfiler une armure blanche. Le design me rappelait quelque chose sans que cela ne me saute à l'esprit. Puis, je vis un logo noir et orange sur l'épaule et cela me fit tilt.

 « Cerberus? Vous êtes de Cerberus? Je croyais que ce groupe avait été détruit !
- L'organisation proprement dite, effectivement, mais l'esprit de Cerberus est éternel, répondit l'homme qui avait fini d'enfiler son armure et activer un Technoblindage par dessus. J'ai eu la « chance » de ne pas avoir été endoctriné comme les autres, un agent dormant sur Sanctum, loin de la base. J'avais pris ça comme une punition au début, au final, j'en suis plutôt content.
- Mais pourquoi maintenant? demandai-je en fronçant les sourcils tandis qu'il terminait de s'équiper, n'enfilant pas de casque mais sortant un fusil d'assaut M-96 Mattock.
- Oh, vous me décevez Ambassadrice, votre présence ici bien évidemment. Le Gouverneur m'a facilité la tâche en vivant reclus ici à vrai dire, je l'en remercie. Quelques pots-de-vins à des personnes bien placés, ajouta-t-il en direction du ministre corrompu qui ne tiqua même pas, trop absorbée par son « cadeau ». Et le tour était joué. Enfin, peu importe. Vas-y Mila, et n'essayait pas de jouer à la plus fine Ambassadrice. »

S'étant approché, il pointait mon arme dans ma direction. Non, je n'étais pas idiote à ce point là. Simplement, quand Nissi arriverait, ce dont je ne doutais pas une seconde, je saurai faire ce qu'il faudrait. Et notamment m'occuper d'abord de cette Mila …

Celle-ci se plaça derrière moi avec un regard mauvais et retira mes chaînes et les menottes anti-biotiques. Elle m'aida à enfiler la veste, bien chaude, qui permit enfin de dissimuler ma poitrine. Elle me remit ensuite les menottes sans ménagement. D'un geste du bras, l'homme m'indiqua d'avancer. Ce que je fis docilement, faute de mieux.

 « A toute à l'heure ... lança le ministre désormais devant le lit, tandis que je pouvais voir la femme essayer désespérément de se débattre, en pleurs.
- Ouais, c'est ça, se contenta de répondre l'officier des ex-Cerberus en quittant la porte.
- Tu vas voir, je vais t'apprendre la vie ...  entendis-je dire le vieux pervers en poussant un gémissement malsain, avant que la porte ne se referme.
- Quel gros porc, lâcha la jeune femme psychopathe derrière moi tandis qu'on avançait dans un couloir désert.
- C'est toi qui dit ça, Mila, rétorqua son acolyte.
- Oh ça va, le coup du marchand d'arme compte pas ... »

Finissant par se taire, tout simplement parce que l'homme en armure n'ajouta rien, je fus guidée jusqu'à une chambre banale. Là, on me fit asseoir simplement sur le lit. Je me mis à croiser les jambes, commençant doucement à avoir une envie d'aller au toilette. Ce que remarqua l'autre tarée qui me jeta un sourire sarcastique suivie d'un « Oh la petite Asari a envie de faire un petit pipi? » qui lui valut une brimade de l'homme qui fermait la porte.

 « Bon, je vais m'occuper de la Spectre, c'est pas immortel ces bêtes là, suffit de savoir s'y prendre. Mila, tu fais lire ça à l'Ambassadrice et tu l'enregistres. Et tu ne la touches PAS!
- Ouais, ouais, j'ai compris … bon t'as entendu le Chef? Va falloir nous faire un beau discours !»

Tout en disant cela alors que l'homme sortait, nous laissant seules toutes les deux, elle avait allumé son OmniTech. Un hologramme était apparu sur lequel un texte était apparu. Allumant un second OmniTech de son autre main – me surprenant sur le coup, ce n'était vraiment pas commun – elle m'illumina d'une lumière.

 « Bon, voilà ce que t'as à lire. Je ferai défiler. Attention, trois, deux, un, ça tourne !»

Bon, c'est pas comme si j'avais vraiment le choix. Soupirant intérieurement, je me mis à lire ce que je voyais. Nissi, où étais-tu … ?


HRP : J'ai un peu modifié par rapport à ce dont on avait parlé mais ça change fondamentalement rien d'important pour la suite :D
Avatar de l’utilisateur
Isïana N'iim
Fan N°1 de Blasto

Fan N°1 de Blasto
 
Message(s) : 1119
Inscription : 05 Mars 2015, 13:56

Âge: 447
Profession: Diplomate
Classe: Biotique et Technologique
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 55.00 Points

Re: Un craquage inopportun [PV Nissiiii]

Message par Nissara T'sironia » 01 Septembre 2015, 18:08

« Mais arrêtez la bon sang !!! »

Le sergent hurla en voyant sa première ligne de garde voler en éclat à cause d’une grenade biotique. L’instant d’après les cinq gardes survivants ouvrirent le feus sur la Spectre qui traversa la salle d’une charge biotique qui écrasa un garde contre le mur du fond du couloir a intersection ou elle se trouvait. D’un mouvement fluide elle saisit l’humain à sa gauche et s’en servit de bouclier humain sous les tirs de ses camarades. Le temps qu’ils se rendent compte sur qui ils vidaient leur cartouche thermique le garde poussait son dernier soupire. Propulsant le corps maintenant inutile Nissara dégaina sa dualista et d’un élégant mouvement en demi-cercle envoya une taillade biotique qui balaya les trois survivants qui était bien en ligne depuis sa nouvelle position. La spectre souffla un instant en renflouant sa barrière depuis qu’elle s’était lancé dans cette course folle elle s’était déchargé puis rechargé à un rythme frénétique, encore heureux elle n’avait pas encore cédé. Rengainant son arme blanche elle fit sauter la cartouche thermique de son Prêtresse pour le remplacer et en récupérer au sol rapidement. Se repérant au couloir elle se dit que ce devait être à droite et reprit sa course.

« Duakila ici Nissara répondez ! Répondez par la déesse ! »

Que des parasites, encore, elle n’avait pas arrêté d’essayer de contacter son équipe mais un puissant signal devait brouiller toute les communications. Pestant dans à peu près toutes les langues qu’elle connaissait elle remarqua, trop tard, un piège laser. Une explosion, cette fois sa barrière cède et la Spectre est projeté contre un mur. Le choc est tel qu’elle croit que son dos se brise, un rapport de l’IV médical de son armure signal les dommages reçut et l’injection de médigel. Un engourdissement salvateur atténue la douleur qui lui rend les idées claires juste le temps de repérer un fusil pointé vers elle au travers de la fumée de l’explosion. Poussant sur ses jambes elle esquive de justesse la rafale qui aurait dut lui arracher le crane. Un sifflement métallique souligne quand même que quelques projectiles ont dû riper sur son armure, les premières cicatrices de sa colossus, mais surement pas les dernières.

« Impressionnant ! » Lacha une voix qui sembla venir de trois endroits en même temps. « J’avais bon espoir de vous éliminer du premier coup mais vous semblez plus coriaces que ce que j’aurais crus, ce n’est pas grave ça n’en rendra les choses que plus intéressantes ! »

« Gouverneur ? » Nissara n’en revenait pas d’entendre cette voix la en pleine zone de combat. Elle réfléchissait à toute vitesse, tout semblait bien avoir été orchestré, mais comment et pourquoi ?

« Bonne ouï, j’aurais crus que l’explosion vous aurez rendus sourde. Décidément les asari sont dignement représenté aujourd’hui ! »

Lachat-il d’un ton sarcastiques sa voix se faisant encore entendre à plusieurs endroits autour d’elle. Se calmant Nissara étudia son environnement, un miroir gravé aux multiples fioritures lui donnait une parfaite vision sans s’exposer sur le couloir qui formé la base d’un T. En face d’elle se trouvait le couloir d’où elle venait, une partie du mur endommagé par l’explosion, elle se demanda elle-même comment elle avait réussis à y survivre, ou alors son entrainement intensif avait porté ses fruits et elle avait pu réagir un peu mieux en se rendant compte du piège … Elle se reconcentra immédiatement sur le présent, le couloir ou elle se tenait donnait sur un virage allant à droite, elle était presque sûr que ce n’était pas par là qu’elle devait aller pour rejoindre la dernière position connus d’Isiana. Tout l’endroit était décoré de plantes étranges et exotiques pour la chasseresse. Des arbres robustes dans de larges pots. Nissara cracha un glavio de sang mauve, le choc lui avait fendus la lèvre visiblement.

« Ho que c’est peut élégant de la part de la race la plus séduisante de la galaxie. »

« Vas te faire foutre connard » Lacha la Spectre pleine de rancune, lui il allait payer cher. Elle scrutait cependant ce qui pouvait bien offrir une visibilité si net de son acte. Elle le repéra sous la forme d’un drone. Dégainant son paladin elle tira à trois reprises et dispersa la sphère orangée. Elle se concentra ensuite sur la voix les son venaient de … des plantes ! Braquant son paladin elle explosa quelques pots de fleurs, certains émirent des grésillements alors que la terre se rependait dans le couloir.

« Très malin ! Mais trop tardif ! »

Soudain deux tourelles sortir de part et d’autre du couloir ou elle se trouvait. Dans un élan désespéré elle se dirigea vers le couloir face au miroir et vit une roquette lui foncer dessus la aussi … le tire avait été synchronisé pour l’abattre … elle allait mourir ici … BOUM ! La triple explosion secoue l’endroit et fait afficher un sourire satisfait a l’instigateur de ce petit piège. La fumée se dissipe doucement prêt à dévoiler un spectacle sanglant .. Mais une aura bleus scintillante se dévoile plutôt, révélant finalement Nissara bras levé entouré d’une bulle biotique qui avait encaissé les tires. La Spectre poussait des souffles lourds, elle avait puisé dans ses réserves pour encaisser une telle attaque. Mais comment il avait put avoir une tel vision d’elle ? Elle n’avait pas vue d’autres drones, les pots ne pouvaient contenir plus de matériel que ce qu’elle avait remarqué et les roquettes avaient été verrouillé sur elle avec une précision chirurgical … Elle ouvrit de grands yeux en se redressant. Relâchant sa protection biotique elle laisse tomber son paladin pour dégainer son prêtresse. Elle tire une décharge droit sur le miroire. La vitre se fendis mais n’éclata pas ce qui ne fit que confirmer ce qu’elle avait deviné. Heureusement pour elle la glace blindé avait été endommagé par les explosions et une ultime décharge de son prêtresse dégagea la voie révélant le « gouverneur » qui se protégeait des bris de glaces dans son armure de cerbérus. Il se reprend vite et ouvre le feus de son fusil sur Nissara, faisant crépiter sa barrière. Elle-même réplique de son arme, faisant cracher son fusil à pompe avec fureur jusqu’à ce qu’elle sache avoir fait son dernier tire. Sa barrière saute laissant un projectile ricocher sur son flanc droit. Sans chercher plus loin la Spectre s’entoure d’une onde bleus dense et charge sur l’agent de cerbérus qui se retrouve prit entre elle et le mur. Son propre bouclier ayant éclaté sous les tires de l’asari il reçoit tout de plein fouet et se retrouve affalé au sol à cracher du sang.

« On dirait que je vous ai … sous-estimé … *Kof … *Kof*»

« Ou est l’ambassadrice ! » Hurle Nissara le visage déformé par la fureur et l’adrénaline d’avoir failli y passer, des éclats de mur sur le visage et du sang coulant de la commissure de ses lèvres. L’humain fixe ce visage effrayant, son stoïcisme et son sarcasme s’étant envolé, il semble admettre sa défaite.

« Vous mourrez … en la trouvant.. elle est dans les chambres … à droite »

Il sourit alors, faisant pleinement confiance à Mila pour reprendre le flambeau et s’occuper d’elle. Nissara arme son poing prête à lui réclamer plus d’information quand elle constate que l’humain ne bouge plus, son visage figé avec ce sourire provocateur. Crachant au sol la Spectre ramasse et recharge ses armes avant de se mettre en route. Elle hésita un instant à ne pas écouter cet agent de cerbérus, mais elle n’avait pas de meilleure piste. Elle se rattachait à l’idée qu’il n’avait pas dit qu’elle était déjà morte, ce qui semblait logique elle avait plus de valeur vivante. Quand elle arriva dans un couloir aux multiples portes elle espéra toucher au but. Ralentissant sa course Nissara aurait espéré pouvoir écouter pour repérer ou se trouvait sa cible, mais avec des sas il lui faudrait surement prendre du temps ou avoir du matériel, aussi elle se contenta d’ouvrir les sas les un après les autres. Les deux premières chambres, car s’en était bien, étaient vide. La troisième dévoila une scène qui enragea encore plus la chasseresse. Un homme âgé était attaché d’un coté alors qu’une femme pleurait à chaude larme attaché au lit. Elle reconnut alors le vieux ministre, torse nue, qui passait au crible le corps de la femme de ses mains.

« Eloignez-vous d’elle. »

Le ton était glacial et sans appel, il se recula vivement sous l’effet de la terreur et balbutia une demande de grâce qui fut coupé dans son élan. Dégainant son paladin la Spectre venait de tirer entre les jambes du ministre pour le « désarmer » pour de bon. L’homme hurla de douleur en se tortillant au sol, portant ses mains la ou se trouvait sa fierté un instant plus tôt. Entrant d’un pas lourd elle lui décocha un coup de pied qui l’assomma.

« T’a de la chance que j’ai envie de garder des gens à interroger … »

La blessure qu’elle venait d’infliger n’était pas forcement mortel quand on intervenait au bon moment, au pire ça ne serait pas une grosse perte … A geste calme elle détacha la pauvre femme qui s’accrocha à elle. Nissara l’éloigna du lit et trancha les liens de l’homme d’une main qui dégagea lui-même son bâillon.

« Je suis le vrais gouverneur de Sanctum, ils ont emporté l’ambassadrice dans une autre chambre. »

« Merci … occupez-vous d’elle s’il vous plait … »

Doucement, mais pas autant que la Spectre l’aurait voulus, elle confia la jeune femme à l’humain. Elle n’avait pas le temps de s’occuper plus d’eux sa priorité restait Isiana. Repartant dans le couloir elle enchaina de nouveau les sas jusqu’à enfin arriver à celui qui l’intéressait. Isiana était assise sur le lit et une femme, celle qu’elle croyait être une Ministre, avait deux Omnitech allumé, l’un pour éclairer le visage de la mauve, l’autre pour faire défiler un texte. L’humaine se retourna vivement au moment ou la Spectre brandit son prêtresse mais ne tira pas, l’Ambassadrice était juste derrière.

« Qu’est-ce que tu fous la toi !? »

« Service d’étage, je venais finir le nettoyage des parasites de cerbérus, on m’a parlé d’une infestation. »

La fameuse Mila ouvrit de grands yeux, le ton et les propos de Nissara ne pouvaient signifier qu’une chose. Son chef était mort. Poussant un hurlement de rage elle fonça sur la bleus en faisant apparaitre deux Omnilames. La Spectre grimaça et du esquiver en se jetant sur le coté, elle manqua d’être tranché au visage en se redressant mais impossible de tirer si proche sans être en danger avec son arme surtout qu’Isiana était toujours dans la pièce. Déviant une premier Omnilame de son prêtresse, la seconde lui arracha l’arme des mains mais lui offrit une ouverture pour décocher un coup de pied dans le ventre de l’humaine. La Spectre en profita pour dégainer sa Dualista et commença alors un ballet mortel aux armes blanches. La lame de Nissara arrachait des étincelles orangé aux Omnilames de Mila qui se conduisait comme une enragé, elle était doué cependant et quelques un de ses coups frôlèrent la Spectre. Les mouvements étaient incroyablement rapide jusqu’au moment ou Nissara dévia un coup d’Omnilame de son avant-bras, son armure marqué d’une balafre alors qu’elle profita de l’ouverture ainsi crée pour trancher net le bras de Mila au niveau du coude. Un cris de douleur remplie la pièce alors qu’une giclé sanglante aspergeait les murs. La chasseresse la transperça ensuite de son arme, l’achevant proprement. Laissant tomber le corps sans vie au sol Nissara se tourna vers Isiana.

« Déesse, tu vas bien ? »

Sans attendre plus longtemps elle usa de son arme pour trancher les menottes de neutralisation biotique, essayant de voir si la mauve était blessée ou pas prête à sortir du Médigel.
Avatar de l’utilisateur
Nissara T'sironia
Foudre bleu

Foudre bleu
 
Message(s) : 335
Inscription : 10 Mars 2015, 12:30

Âge: 435
Profession: Spectre
Classe: Biotique et Martiale
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 325.00 Points

Re: Un craquage inopportun [PV Nissiiii]

Message par Isïana N'iim » 05 Septembre 2015, 18:26

« Légende des couleurs »


• #00FF66 : Isïana N’iimCapitaine Tala Nalzasis : #99CC00 •
• dodgerblue : Spectre Nissara T'sironiaJesarala : #00BFFF •
• white : IV de l'Azaliis "Aza"Nevi'Nalra : #BF458C •


Déesse, mais c'était un discours entier qu'ils voulaient que je lise ? Cela faisait au moins cinq minutes que je parlais sans m'arrêter, à en avoir la gorge asséchée. L'officier de Cerberus n'était toujours pas revenu. Au vu de la taille des lieux, c'était donc il avait du avoir des problèmes. Du moins, je l'espérai. Au moins, son acolyte folle ne m'avait plus touché depuis, bien trop accaparée à surveiller que je disais bien les mots affichés grâce à l'un de ses deux OmniTech.

Soudain, la porte se rouvrit. Mon sang se glaça une fraction de secondes. Déesse, je sais que je ne te pris jamais, et de toute façon je ne crois pas que tu existes, mais si jamais c'est le cas, s'il te plaît, pour une fois, exauce mon vœu, fait que ça soit Nissi !

Le fait que j'arrête de parler subitement ajouté au son de la porte qui s'ouvrait attira le regard de Mila dans la même direction que moi, lâchant un petit grognement du au fait qu'on allait devoir refaire une prise. Sauf que cela n'allait pas être le cas ! Merci Déesse de m'avoir écoutée !

« Qu’est-ce que tu fous la toi !?  s'énerva l'humaine en voyant la Spectre lui faire face.
- Service d’étage, je venais finir le nettoyage des parasites de Cerberus, on m’a parlé d’une infestation. »

Si Mila n'était pas soudainement devenue folle de rage, ayant enfin compris pourquoi c'était Nissi qui était là et pas son chef, j'aurai sans doute pouffer de rire. Je me mordis la lèvre pour ne pas le faire. L'humaine venait de faire apparaître deux OmniLames à la place de la lampe et du texte holographique, et vu son regard haineux, elle aurait tout aussi bien pu m'embrocher comme on couperait du beurre...

Heureusement pour moi, elle se focalisa sur Nissi qui ne pouvait vraiment tirer avec son arme, sous peine que je morfle aussi. Elle opta donc pour son arme de corps à corps, magnifique soit dit en passant. Ce fut la raison pour laquelle je m'écartais rapidement de l'humaine une fois qu'elle se jeta sur la Spectre, roulant sur le lit, les bras toujours attachés dans le dos, pour me placer au fond du lit, prête à y descendre.

Je suivis donc le combat, en simple observatrice, ne pouvant rien faire pour aider Nissi, frémissant à chaque fois que l'humaine semblait prendre l'avantage sur l'Asari. Je devais avouer que cette Mila était assez impressionnante. Tenir tête ainsi à Nissi, une Spectre. Guère étonnant que l'agent de Cerberus se soit entourée de cette femme.

Je réprimai un cri d'inquiétude en voyant l'une des OmniLames être en contact avec l'armure de Nissi, songeant au pire, mais soudainement, en un instant une giclée de sang rouge imprima l'un des murs de la chambre. Un cri de douleur aigu se fit entendre tandis que l'humaine eut l'idiot réflexe d'attraper sa main meurtrie de l'autre, ayant désactivée son OmniLame. Nissi n'eut aucun mal à l'achever proprement. Je lâchai un long soupir de soulagement. Enfin, c'était terminé …


« Déesse, tu vas bien ? 
- A part des mains ankylosés, ça va oui, merci. Et toi ? » demandai-je, lui indiquant d'un geste de la main que l'emploi de médigel n'était pas nécessaire

Je regardai la Spectre. Même si elle semblait entière, l'état de son armure témoignait de la violence des combats contre les auteurs de ce complot dans lequel Nissi et moi nous nous étions retrouvées plongées, bien malgré nous. Elle m'assura que ça allait et je n’insistait pas plus que cela.

Je passai au-dessus du corps de Mila avec un sourire malsain, une aura biotique se formant autour de moi. Le besoin de me défouler, libérer ma frustration, ma colère, ma rage accumulée par ce coup du sort, et m'être ainsi faite avoir, était irrésistible.

Sans difficulté, je fis léviter le corps sans vie de l'humaine grâce à mes pouvoirs levant une seule main. Un craquement sec se fit entendre lorsque sa tête prit un angle inhumain. Oh non ce n'était pas suffisant. Une seconde main fit léviter la main tranchée préalablement par Nissi. Tel une fléchette, je la propulsai violemment sur le corps de Mila au niveau du cœur, toujours en lévitation d'un grognement enragé. Je regardai le résultat d'un sourire satisfait. L'humaine littéralement clouée au mur. M'approchant d'elle, je lui faisais un petit baiser sur une joue propre, calmée.

 « Sans rancune, ma belle ! Bon, on peut y aller Nissi, lançai-je guillerette à la Spectre qui me jetait un regard que je crus surpris. Il faut aller sauver la ministre, il y a ... »

Nissi me coupa dans mon élan, m'indiquant qu'elle était intervenue là-bas avant de m'avoir trouvée. Je hochai la tête, écoutant le résumé de ce qui c'était passé pendant ma capture. Pour le coup, heureusement que Nissi avait été là. Je me demandai comment cela aurait pu finir si cela n'avait pas été le cas. Non, comme avec Uoldar sur Astéria quelques mois plus tôt, il ne fallait surtout pas y penser ! Décidément, j'enchaînai les situations de « au mauvais endroit, au mauvais moment ! » cette année ! J'espérai que ça soit la dernière, vraiment ! Un peu d'action, certes, autant, non ! Je n'avais pas arrêté mon travail de chasseuse de prime pour rien !

 « Ah, Ambassadrice ! Ravie de pouvoir enfin vous voir, dans une situation convenable, lança le véritable gouverneur de Sanctum en nous voyant arrivéer, tandis qu'il essayait de réconforter comme il pouvait la pauvre ministre qui avait enroulé un drap autour d'elle en guise de vêtement. Et un grand merci à notre ange gardienne. Sanctum vous doit beaucoup.
- Ravie également, répondis-je au vieil homme une fois que Nissi eut réagis au compliment qui lui était adressée, constatant que le ministre pervers était attaché et … soigné là où il manquait quelque chose. Désolée d'être aussi brusque, mais pour ce sommet ?
- Oui, oui, bien sûr. Le temps de rhabiller ces dames et nous pourrons reprendre. Enfin, commencer à vrai dire.
- Oh, oui, effectivement » répondis-je en souriant, ayant complètement oubliée l'état de ma robe suite à tous ces événements, la veste continuant à jouer son rôle de cache poitrine jusqu'à présent.

Le reste de la journée se passa ainsi bien plus joyeusement. J'avais même l'impression que les gardes loyales qui étaient arrivés en renfort par la suite étaient moins froids que ceux alliés à Cerberus. La plupart s'était d'ailleurs enfoui après la débâcle de l'officier de Cerberus. Nul doute qu'ils finiraient en geôle dans les jours qui viendraient.

Ainsi après avoir fait un tour sur l'Azaliis, je revins avec une robe bien plus propre à ma morphologie. Ah, enfin à l'aise. Et puis, au final, cela m'allait mieux. Évidemment, Nevi, ma petite Quarienne chérie, voulut tout savoir sur ce qui avait bien pu se passer. Si jamais on avait osé touché à ma poitrine, sa poitrine chérie. Cela ne put m'empêcher de me faire rire. Bien évidemment, je lui mentis en disant que cela n'avait pas été le cas. J'omis également de préciser mon petit « défoulement ». Le genre de détail qui n'avait pas besoin d'être dévoilé, ce que j'avais d'ailleurs glissé à Nissi.

C'est donc dans un contexte enfin normal que je pus enfin discuter avec le Gouverneur de Sanctum, la ministre étant encore trop sous le choc pour participer. Ce que je comprenais tout à fait. A mon plus grand regret d'ailleurs …

La discussion avec le vraie gouverneur prit une direction tout autre que ce que m'avait donné Mila. En effet, s'il existait des tensions entre Sanctum et Joab, c'était principalement d'un point de vue idéologique. Le gouverneur, ancien esclave avant la Guerre contre les Moissonneurs, ne pouvait que haïr la colonie voisine. Si le fait d'entrer en guerre contre celle-ci ne fut jamais indiqué clairement, je pouvais tout de même aisément noter le sous-entendu. Bien que je croyais tout à fait le vieil homme sur les raisons d'une éventuelle attaque, j'étais à côté certaines qu'il ne s'agissait pas de l'unique motivation, loin de là...

Bref, le gouverneur cherchait donc un soutien plus politique et symbolique qu'économique comme l'avait indiqué la fausse ministre. Si pour la plupart des citoyens conciliens, une colonie des Systèmes Terminus était signe de danger, le Gouverneur souhaitait faire table de rase de cette croyance commune et de faire de Sanctum une colonie prospère et accueillante en plein cœur des Terminus.

Or, avoir le soutien du Conseil, pourrait donner ainsi à la colonie un point considérable par rapport à ses voisines. Bien évidemment, il me précisa également, qu'il n'était pas du tout contre la présence d'agents du Conseil sur la planète, bien au contraire. On y gagnait également au change. Quoi de mieux qu'un avant poste aussi lointain pour surveiller ce qui se passait là-bas. Sans parler du fait qu'Utha, le port commercial hanari florissant dans la Nébuleuse d'Oméga, était dans le secteur voisin, et pouvait servir également de point d'appui pour les voyageurs ou agents conciliens. C'est ainsi qu'il me traça une route relativement sécurisée entre Sanctum et Aïté, la porte de l'espace concilien de ce côté de la galaxie.

Il me précisa également qu'il ne demandait pas une réponse immédiate, il était suffisamment intelligent et diplomate pour ne pas tomber dans ce piège. Il me proposa ainsi dans un premier temps d'envoyer quelques spécialistes et agents conciliens de mon choix – bien que sur ce point, j'allais me contenter de transmettre le dossier à Thessia, qui à son tour l’expédierait directement vers le Conseil – dans les jours à venir pour juger de sa proposition.

Au final, la discussion dura trois bonnes heures. Temps durant laquelle, Nissi ne fut pas obligée de rester debout, le Gouverneur ayant invité la Spectre à s'asseoir à mes côtés, lui-même n'ayant eu aucun garde à ses côtés, ce qui était tout de même un acte de confiance qui me surprit au vu des événements récents.

S'en suivit un simulacre de banquet pour la forme, où je devais avouer m'être régalée. N'ayant plus rien à nous dire, le Gouverneur m'indiqua qu'il serait honoré de m'accueillir à nouveau, et me proposa également de rester quelques jours de plus si je le souhaitai. Mais je sentis bien qu'il s'agissait plus d'une proposition plus protocolaire que réellement désirée. J'imaginai qu'il allait passer les prochains jours à faire du ménage au sein de ses rangs. Ironique qu'il est fallu cette journée tragique pour que ses traîtres et détracteurs surgissent au grand jour …

Souhaitant au revoir au Gouverneur, Nissi et moi rejoignîmes donc l'Azaliis, alors que la nuit commençait à tomber et qu'une tempête de neige commencer à se former. Le moment idéal pour quitter la planète sans quoi on risquait d'être bloquer plusieurs heures d'après le Gouverneur. Je me mis à bailler en montant à bord. Oh, Déesse, quelle journée ! Même si je l'avais voulu, je ne pense pas que j'aurai pu faire la fête ! Pour ça que je me dirigeai directement vers ma cabine. Une douche et un bon lit ! Tout ce que je demandai pour l'instant.

Par contre, le trajet de retour, qui durerait une bonne semaine le temps de récupérer toutes mes diplomates laissées ici et là sur la route, me permettrait de bien m'amuser ! Et il faut absolument que j'arrive à faire en sorte d'avoir Nissi et surtout Nostia sur la plage artificielle de l'Azaliis ! J'en bavai rien qu'à l'idée ...




... La suite ...
(« Azaliis, plage et bikini - un trio gagnant ! »)
Avatar de l’utilisateur
Isïana N'iim
Fan N°1 de Blasto

Fan N°1 de Blasto
 
Message(s) : 1119
Inscription : 05 Mars 2015, 13:56

Âge: 447
Profession: Diplomate
Classe: Biotique et Technologique
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 55.00 Points


Retour vers Berceau de Siegfried



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron