Objectifs et détails non dévoilés.

*

Modérateurs : Administration, MJ

Objectifs et détails non dévoilés.

Message par Xsosa'Mebak Nar Déméter » 26 Avril 2015, 20:10

• Date du RP: 20 juin 2189
• Lieu du RP: Système Terminus , Berceau de Siegfried, Triginta Petra
• Type de RP: Rp avec MJ
• Nombres de personnes requises: 0

Le séjour à la citadelle dura plus longtemps que prévu. Xsosa avait même réussi à obtenir un petit boulot de mécanicienne sans pour autant arrêter les recherches. Elle tendait l'oreille à la la moindre piste intéressante pour son pèlerinage. Au fur et à mesure qu'elle se familiarisait avec la station, la jeune femme tenta de fréquenter des endroits inhabituels pour elle, les bars entre autre quand on ne la refoulait pas. La quarienne visait des endroits que les propriétaires de vaisseaux pouvaient bien fréquenter, sans grand succès. Son compagnon geth, Égide tentait également de trouver quelque chose, il parcourait l'extranet et les diverses annonces. Cependant cela allait se décider sur un concours de circonstance. Le directeur Titus ; celui de la boîte de réparation pour navettes où elle travaillait ; la convoqua un soir alors qu'elle réalisait des heures supplémentaires.

L'employeur turien fut particulièrement bluffé de ses performances. Malgré les conditions de travail précaires, la quarienne n'hésitait pas à faire du zèle et presque se tuer à la tache. Xsosa avait montré un réel talent avec la mécanique et une certaine capacité d'adaptation pour tout type de modèles. Monsieur Titus possédait des relations, il s'en vanta devant la pèlerine crédule et n'hésitait pas à rendre service à un de ses contacts. Le turien l'invita à s'asseoir alors qu'il finissait de lire son datapad, il avait visiblement une tâche un peu spéciale pour elle.


« Un de mes amis manque cruellement de gens compétents pour monter un complexe. Il a besoin de personnes sérieuses prête à donner un travail de qualité et qui n'ont rien contre l'idée de dépasser leurs horaires habituels. Ce serait un peu loin d'ici certes, une colonie turienne dans le berceau de Siegfried mais nul doute que votre expérience sera justement rétribué. Les mécaniciens capables sont rares de nos jours. »

Pour la première fois depuis son arrivée, la pèlerine entendit parler d'une sacrée opportunité. Il fallait embarquer avec une équipe scientifique turienne pour Triginta Petra. Elle n'avait aucune idée dans quoi elle s'embarquait mais Xsosa retenait de son entretien des fragments bien assez pertinents pour elle : ancienne colonie agricole, laboratoires sur des hautes technologies et un besoin d'ingénieur pour l'entretien technique du complexe. A son retour, Égide la mit en garde sur certains points, ils quitteraient l'espace concilien pour les systèmes terminus et la planète en question se présentait comme fort inhospitalière. La quarienne voulait toutefois saisir sa chance, elle écouterait son audace pour une fois.

« Titus m'a parlé de vous. Vous sauriez entretenir des vaporisateurs d'humidité ? »

« Hem. J'ai vu et pu assister l'installation de ce genre de technologie sur ma planète. »


Le lendemain, elle signa un contrat peu scrupuleux avec un salaire de misère. Xsosa ne disposait d'aucune garantie d'un chiffre d'heure minimal, elle pouvait passer une journée entière inactive et donc sans toucher le moindre crédit. La nourriture quarienne bien qu'elle soit dextro aminée nécessitant certaines conditions, Xsosa devait tout simplement se débrouiller pour ses rations et se les procurer elle même. Le seul avantage en quelque sorte consistait à la possibilité de rompre son contrat quand bon lui semblait, mais même chose pour l'employeur. Peu importe, son but avant tout était de mener à bien son rite. Elle ne comptait pas s'éterniser dans un laboratoire turien douteux.

Egide fut accepté avec des conditions plus exaspérantes encore, vu d'avantage comme un mécha sophistiqué il ne toucherait aucun salaire. L'employeur ne prit même pas la peine de réaliser un contrat pour lui, il fallait se référait à une petite annexe ajoutée à celui de la quarienne. Cette annexe disposait du nom « assistant synthétique », tout semblait à la charge de Xsosa. Le geth n'opposa aucune protestation, il suivait le plan de la quarienne comme s'il lui accordait une confiance aveugle. Il n'avait pas beaucoup de projets financiers d'ailleurs.

Une fois ses maigres affaires rassemblées, la jeune femme put faire ses adieux à leur hôte, Ichko. Le galarien leur souhaita bonne chance, ravi d'apprendre qu'ils tenaient peut-être le dénouement du pèlerinage. Dans un dernier geste de générosité, Ichko lui accorda le reste de nourriture dextro-aminée qu'il avait, il lui offrit même des vêtements pour sa combinaison : un haut avec capuche, des étoffes à placer sur les avants bras et le bassin, tous de couleur cyan. Cela avait appartenu à une précédente pèlerine, celle ci fit le choix de ne pas acheter que des technologies utiles pour son peuple visiblement. Sincèrement touchée et reconnaissante, Xsosa le remercia et lui promit de lui rendre un jour la pareille.

Le rendez-vous se fit dans une baie d'amarrage peu fréquentée. Un vaisseau type cargo patientait que l'équipe embarque. Son capitaine, un butarien à la mine patibulaire enrageait que les scientifiques turiens prenaient leur temps, et avec un paquet de baguages en plus de ça. Lorsqu'il dut contrôler la quarienne, le butarien montra un visage méprisant, est ce qu'elle allait mettre son vaisseau en pièces pendant le vol, celle là ? Pas assez de quartiers aboya t-il, l'oiseau de malheur en combinaison et son geth dans la soute, pas de protestation possible. Le duo se garda bien de répondre, ce capitaine pouvait bien mordre. Le directeur de l'équipe scientifique ne se montrait guère plus amical, juste plus courtois. Les objectifs et les détails du complexe n'avaient pas à être dévoilés pour les employés chargés de la maintenance, la quarienne n'aurait que les points techniques la concernant. Cette part de mystère ne plaisait pas vraiment à la malheureuse pèlerine, il fallait espérer que cela ne la jetait pas vers une fin douloureuse.

Le voyage dura plusieurs jours. Xsosa ne fut pas informée de l'issue du voyage, l'équipage du vaisseau l'interdit de s'approcher de la moindre console ou de la plus petite machine. Pour tout le trajet, son unique compagnie fut Egide, non pas qu'elle s'en plaignait mais cela changeait grandement des autres voyages qu'elle avait pu faire auparavant. Le sentiment d'être dans une cellule la gagna quelque peu. Vers la fin du périple, après son troisième ou quatrième tour quotidien de la soute, la quarienne reçut sa fiche de mission, un document administratif très ennuyeux mais rien que le lire pouvait bien l'occuper un peu. Quelles tâches, quels délais, tout était indiqué, excepté le salaire. Soudain, la radio retentit :


« Arrivée sur le système Triginta Petra imminente. Que tout le monde se magne d'être prêt à foutre les pieds hors de mon vaisseau. Je décollerai dans trois heures même si y'a des retardataires. »
Avatar de l’utilisateur
Xsosa'Mebak Nar Déméter
Rang 4

Rang 4
 
Message(s) : 95
Inscription : 04 Avril 2015, 15:39

Âge: 24
Profession: Ingénieure
Classe: Technologique
Points d'Héroïsme: 9

Points MEL: 220.00 Points

Re: Objectifs et détails non dévoilés.

Message par MJ : Ruskov » 29 Avril 2015, 17:48

Cela faisait plusieurs jours que Tactus recherchait activement un mécanicien. Malheureusement, tous ceux qu'il avait pu recevoir dans son bureau s'étaient montrés ou complètement stupides, ou totalement incompétents, d'autres encore qui avaient retenu son attention n'avaient jamais recontacté le Turien, à croire que le mauvais sort souhaitait s'acharner sur lui. Le directeur commençait sérieusement à désespérer, il se demandait honnêtement s'il arriverait un jour à trouver un expert en mécanique digne de ce nom capable d'entretenir son petit laboratoire sur Triginta Petra. S'il ne parvenait pas à trouver quelqu'un, il allait falloir qu'il ferme boutique ou bien qu'il se débrouille sans, ce qui signifiait s'exposer à de possibles défaillances techniques dont ni lui ni son équipe ne sauraient s'occuper, ce qu'il refusait catégoriquement. Il prenait avec difficulté son mal en patience, il avait hâte de se rendre sur la colonie turienne pour achever ses expériences.

La solution se présenta d'elle-même, telle une récompense suite à ses dures recherches. C'était l'un de ses contacts, le directeur d'une société qui réparait des navettes, qui l'avait appelé pour lui faire part d'une nouvelle qui pourrait bien l'aider : il avait trouvé une - et non pas un - mécanicienne quarienne qui faisait fort bien son travail et qui, selon le directeur, était plus que capable de faire ce dont Tactus avait besoin. Cela lui suffisait. Si son ami lui disait qu'elle avait du talent, il le croyait sur parole. Néanmoins, il invita tout de même la Quarienne à passer pour son bureau pour signer le contrat. Une fois cet appel passé, il s'appuya avec force sur le dossier de son grand fauteuil et posa ses jambes sur son bureau d'un air satisfait. Il avait enfin trouvé quelqu'un et ses activités allaient finalement pouvoir reprendre. Un sourire se dessina lentement sur le visage du quinquagénaire turien qui redevenait serein à l'idée de pouvoir enfin partir. Non pas que rester sur la Citadelle lui déplaisait, c'était là une bien belle station, mais la foule de cette immense tas de métal le dérangeait. Elle avait beau être dans l'espace, cette chose restait une agglomération des plus basiques. Et Tactus détestait les grandes agglomérations.

C'était d'ailleurs dans l'optique de fuir la foule qu'il avait décidé d'installer son laboratoire sur Triginta Petra, l'une des nouvelles « Novéria ». Mais cette planète aride et en grande partie désertique avait suscité l'attention du directeur car elle avait été victime d'un bombardement orbital orchestré par les Moissonneurs qui avait pour but d'anéantir la colonie turienne, trop petite pour nécessiter un déploiement de troupe. Cette frappe n'avait laissé que très peu de survivants derrière elle, et les quelques uns qui n'étaient pas morts furent achevés par la faim et la soif. Un sort bien triste pour tous ces colons, mais Tactus n'avait que faire de quelques Turiens morts. Une seule chose l'intéressait véritablement sur Triginta Petra. Cette chose, c'était une rumeur racontant que les fermiers présents là-bas auraient essayé de mettre au point par des manoeuvres génétiques complexes une nouvelle plante dextro-aminée capable de résister à des climats particulièrement arides. Ils avaient bien évidemment échoué, n'ayant ni les compétences, ni les moyens nécessaires à la création d'une telle chose. Mais aujourd'hui, la donne avait changé. La petite colonie turienne était devenue une planète de type Novéria, provoquant donc l'installation de nombreux laboratoires à la limite de la légalité y compris celui de Tactus. Et quel meilleur endroit pour créer cette plante que celui où elle avait failli voir le jour quelques années plus tôt ?

Son équipe et lui-même touchait d'ailleurs presque au but, ils avait presque réussi à créer cette nouvelle espèce qu'ils avaient décidé de nommer Halius. Cette plante serait capable de résister à des climats arides tout en continuant de fournir des fruits bons et nourrissants. Un vrai Graal pour les colons dextro-aminées souhaitant vivre sur une planète aride. Une fois de retour de Triginta Petra, il comptait bien faire breveter et commercialiser sa création. Il était sûr et certain que l'Halius séduirait et comptait gagner un maximum d'argent pour pouvoir passer la fin de sa vie sur une planète isolée, à l'écart de tout. Et pour avoir le plus d'argent possible, il avait un plan bien particulier...

Il reçut la mécanicienne quarienne dans son bureau le lendemain. Il fut surpris de la présence du Geth mais une idée se forma rapidement dans sa tête. Et s'il tuait la Quarienne ? Il pourrait alors garder le Geth et l'étudier. Secouant intérieurement la tête, il refoula cette suggestion. C'était beaucoup trop risqué et puis cela lui ferait perdre la seule mécanicienne capable qu'il avait trouvé. Et il ne souhaitait vraiment pas devoir chercher un nouvel expert, il avait eu sa dose. Et puis, en faisant passer le Geth pour un mécha, il ne devrait même pas le payer ! Magnifique !

Ne perdant pas de temps en questions idiotes, Tactus lui demanda simplement si elle était capable de faire ce qu'il faudrait, simple question dont il connaissait déjà la réponse vu les éloges que son ami avait fait sur elle. Le Turien espérait que celui-ci n'avait pas exagéré.

Quelques heures après, son équipe, lui-même ainsi que la Quarienne - qui se nommait Xsosa - embarquaient sur le vaisseau cargo qu'il avait pris soin de faire affréter. Le capitaine, un Butarien du nom de Flakius, n'était pas l'homme le plus doux, le plus courtois ou le plus poli existant, mais il avait un vaisseau et le voyage ne coûtait pas trop cher. Deux raisons pour lesquelles Tactus accepta de voyager à son bord. Malheureusement, Xsosa et son ami Geth durent rester dans la cale, du fait du manque de place dans le bâtiment. L'équipe scientifique eut, elle, droit à une sorte de dortoir placé juste à côté de la cabine de pilotage. Ils eurent donc également droit pendant plusieurs jours à la musique techno horripilante du Butarien, qui ne se laissait pas d'écouter ce que le directeur considérait comme de la musique de sauvage. Il se garda néanmoins bien de faire une quelconque remarque, ne désirant pas vraiment être jeté dans le vide stellaire. Le voyage fut long, terriblement long et il s'ennuya d'une telle force qu'il ne pourrait que se souvenir tout le reste de sa vie de ce voyage.

Mais enfin, quand ils arrivèrent, et après une intervention raillante de la part du capitaine, Tactus se sentit revivre. Triginta Petra était enfin là. Ils mirent environ deux heures à débarquer tout le matériel et à tout réinstaller dans le laboratoire. Puis, il envoya un membre de son équipe montrer à Xsosa l'endroit où elle devrait travailler alors qu'il reprenait ses expériences. L'Halius était proche, très proche et très bientôt, il deviendrait une réalité. Très bientôt, il devrait mettre son plan à exécution. Très bientôt, il serait extrêmement riche...

Il pénétra dans son bureau et ouvrit un tiroir. A l'intérieur se trouvait un pistolet Carnifex. Un sourire carnassier se forma sur le visage du Turien. Refermant le tiroir tout en laissant le précieux bien à l'intérieur, son sourire toujours figer, il se retourna et partit vers le laboratoire pour enfin achever ses recherches...
Avatar de l’utilisateur
MJ : Ruskov
 
Message(s) : 15
Inscription : 20 Mars 2015, 19:25


Points MEL: 46.00 Points

Re: Objectifs et détails non dévoilés.

Message par Xsosa'Mebak Nar Déméter » 30 Avril 2015, 15:34

L'équipe commença à s'installer dans le complexe. Celui ci se divisait en plusieurs bâtiments mais restait de taille modeste. Les scientifiques s'empressèrent de tout décharger du vaisseau, le capitaine ne donnait pas l'impression de plaisanter. L'équipage du cargo profitait de ce temps de pause pour prendre une cigarette, ils observaient les « intellos » se dépêcher de récupérer tout leurs biens. Ignorée à la fois par les membres du vaisseaux et ceux de l'équipe de Tactus, Xsosa ne préféra pas proposer son aide. Elle et Égide feraient mieux de rester pour l'instant le plus discrets possibles. Alors que plusieurs containers venaient d'être débarqués, la pèlerine s'adossa contre l'un d'entre eux et prit le temps d'observer les alentours. Un tableau assez inquiétant se dressait devant elle.

«  La pierre de la soif », la planète se présentait comme une terre stérile et inhospitalière. Un désert à perte de vue s'étendait à perte de vue et promettait une mort certaine pour tout voyageur imprudent. Résider ici s'annonçait comme un dangereux défi, il était difficile de croire qu'autrefois cette planète servait de colonie agricole. Xsosa prit finalement compte de l'importance de son rôle, sans un entretien régulier des différents systèmes de survie toute l'équipe pourrait se retrouver en péril, le principal problème étant le besoin en eau. Le vaisseau décolla, la dernière heure écoulée, laissant les turiens livrés à eux même. L'équipe avait ramené avec elle assez de vivres et d'équipements pour tenir une année entière sans ravitaillement extérieur. Quelque part, Xsosa espérait ne pas devoir rester aussi longtemps dans ces laboratoires.

Rien aux alentours, le laboratoire semblait loin de tout. On lui apprit que la station la plus proche se trouvait à plusieurs centaines de kilomètres, un autre laboratoire privé. Mieux valait donc ne pas trop compter sur une aide extérieure en cas de problème, du moins du point de vue des scientifiques. Ils s'amusaient d'une plaisanterie de mauvais goût comme quoi on possédait plus de chances de finir comme sujet d'expériences chez nos voisins que recevoir l'hospitalité et un refuge. Xsosa songea si le pire devait arriver, le peuple quarien se montrait très solidaire avec ses pèlerins, il n'hésitait pas à envoyer une expédition pour retrouver un porté disparu. Elle avait bien pris soin d'envoyer ses coordonnées et sa mission à son père. Son contrat lui interdisait formellement imposant un devoir de réserve mais son cœur appartenait à Rannoch et aux siens, ce bout de papier signifiait bien peu de chose pour elle. Non pas qu'elle voulait insulter les turiens, oh non ça serait malpoli et faire preuve de mauvaise éducation néanmoins ce contrat lui donnait tout de même presque l'impression d'être une esclave. Alors que Xsosa rêvassait, Égide vint se placer à ses côtés :


« Cette planète a subi un bref mais redoutable assaut des anciennes machines, un bombardement visant à neutraliser les installations agricoles. La reconstruction du système a modifié son rôle, principalement sur la recherche scientifique. »

« Tu penses qu'il reste des ruines ? Des vestiges de ces fermes ? »
Malgré qu'elle ne connaissait pas le moindre colon sur cette planète, leur sort tragique lui fit éprouver de la peine. Cette cruauté sur des malheureux fermiers, c'était incompréhensible.

«  Nous n'en savons rien pour le moment. Cependant si vous le permettez, nous analyserons le secteur lorsque nous ne serons pas affectés à des tâches. »

« S'il te plaît. Ça ne coûte rien d'essayer. »


Le Geth inclina la tête puis l'invita à rentrer dans le complexe. La première journée donna le ton, un scientifique agacé vint interpeller la quarienne, les vaporisateurs ne fonctionnaient plus et le système de climatisation venait lui aussi de lâcher. Il déchaîna toute sa frustration de vivre dans un trou perdu sur la sale petite ouvrière qu'elle était. Le turien martelait qu'il ne pouvait pas travailler dans de telles conditions, que même si Xsosa ne pouvait rien comprendre à l'importance de ses recherches ce n'était pas une raison pour saboter celles ci. Il espérait parler assez fort pour que ça rentre dans son crâne. Abasourdie, la pèlerine subit cette séance de sévères réprimandes sans vraiment saisir ce qui lui tombait dessus. Bouche bée, elle fixait le scientifique sans oser l'interrompre. Elle ne savait même pas comment il s'appelait, ses mandibules s'agitaient frénétiquement alors que le turien se défoulait. Il allait entamer un second round lorsque le Geth vint l'interrompre. Le synthétique se plaça entre lui et la créatrice et calmement lui expliqua qu'ils allaient se mettre au travail sans tarder. Coupé net dans sa rage, le scientifique tenta de récupérer son souffle alors qu'il fulminait encore. Tant mieux rugit-il une dernière fois, il serait temps en effet.

Encore un peu bouleversée, Xsosa concentra d'abord ses efforts sur les dispositifs d'apport en eau. Ceux ci avaient été répartis tout autour du complexe pour couvrir un maximum de surface, il fallait les inspecter un à un et trouver la raison de leur dysfonctionnement. En même temps qu'elle remettait en état de marche son esprit malmené, elle rassemblait tout le matériel nécessaire. Une fois prête, elle ressortit hors du complexe vers le premier appareil. Un message d'erreur sur la console s'affichait, l'ingénieur inspecta l'intérieur, eurêka, les cylindres de refroidissement avaient lâché. La quarienne commença par réparer ceux récupérables puis plaça les pièces de rechange pour les autres. Elle fit redémarrer la machine, petit bip de la console, tout se montrait opérationnel. Et d'un pensa t-elle. Xsosa se lança vers le deuxième, il fallait espérer que les machines tiennent un certain temps sans quoi elle manquerait rapidement de pièces. Cela dépendait d'abord du climat et ensuite de la consommation de l'équipe scientifique, s'ils se montraient déraisonnables, elle pouvait facilement faire un contrôle quotidien. Le deuxième n'avait que du sable infiltré dans les conduits, un rapide nettoyage le remit aussitôt sur pieds. Ah le sable, sur cette planète, la quarienne sentait qu'il allait devenir l'un de ses principaux ennemis peut être même devant les scientifiques antipathiques. Deux heures plus tard, tous les vaporateurs d'humidité fonctionnaient à plein régime. Elle devait à présent régler le problème de la climatisation.

Arrivée dans la pièce centrale de traitement d'air, elle s'installa sur le terminal de contrôle. Là encore, la planète mettait à rude épreuve le système : plusieurs filtres à air étaient obstrués et deux compartiments à ventilateurs se présentaient hors service. Egide proposa de se charger du nettoyage des filtres, la créatrice n'avait plus qu'à inspecter les ventilateurs. Là encore les machines étaient grandement sollicitées, qu'est ce que ces turiens pouvaient bien préparer ? Xsosa changea les différents composants, l'esprit occupé par cette réflexion. Sa curiosité se ferait probablement envoyer promener. Mais empêcher un quarien de chercher des réponses à ses questions ne s'apparentait pas comme une chose aisée non plus. Lorsqu'elle retrouva Égide qui surgit d'un conduit de la poussière sur l'ampoule, Xsosa lui parla tout bas :


« Nous devrions enquêter sur ce complexe. Nous n'avons pas le droit mais ça ne coûte rien d'être prudents de notre côté non ? Tu crois qu'on pourrait récolter des informations sans pour autant alerter le directeur ? »

« Nous partageons vos interrogations, créatrice Xsosa. Nous ferons en sorte d'obtenir les renseignements sans pour autant mettre la créatrice en danger. »


Intriguée par l'ambiance au sein de l'équipe, la quarienne choisit finalement de tenter quelques premiers contacts. Elle arriverait bien à trouver un turien moins farouche que les autres. Si un scientifique se présentait en pause, Xsosa irait discuter avec lui, savoir ce qu'il sait, de la simple curiosité inoffensive d'une jeune pèlerine. Égide de son côté choisit de prendre lui aussi une initiative, alors qu'il contrôlait l'accès au réseau informatique depuis une console. Le geth dans sa capacité de piratage tenta de surveiller les conversations entre les membres, relever tout détail des recherches dans ce laboratoire. Qui allait suspecter un mécha affecté aux maintenances ? Les gens ne connaissaient pas forcément la menace que représentait ce genre de synthétique pour toute technologie informatique.
Avatar de l’utilisateur
Xsosa'Mebak Nar Déméter
Rang 4

Rang 4
 
Message(s) : 95
Inscription : 04 Avril 2015, 15:39

Âge: 24
Profession: Ingénieure
Classe: Technologique
Points d'Héroïsme: 9

Points MEL: 220.00 Points

Re: Objectifs et détails non dévoilés.

Message par MJ : Ruskov » 03 Mai 2015, 15:58

Couleurs :
Milnas Tirgion : #0040FF
Directeur Tactus Suetoln : #FFBF00
Janus : #008080


Alors qu'il travaillait pour essayer de finaliser l'Halius, Tactus fut interrompu par les cris râleurs d'un autre scientifique, Milnas, qui hurlait comme un beau diable. Coupé dans son travail consciencieux, perdant toute concentration à cause des aboiements agacés de son collègue, malgré les murs qui les séparaient, il releva lentement la tête, le visage assombri par ce dérangement importun. Il se leva de sa chaise et sortit de son laboratoire personnel. Tournant la tête vers la droite, il vit le concerné en train de cracher toute sa rage contre la Quarienne qui, elle, semblait totalement perdue. Attendant un peu, il vit le Geth s'intercaler entre Milnas et la mécanicienne. Quelques paroles furent encore échangées, puis la scientifique partit d'un côté, alors que la pélerine et son compagnon synthétique s'en allait de l'autre côté. Rattrapant rapidement Milnas, le directeur lui attrapa l'épaule avant de le retourner vers lui. Ce dernier, surpris, lâcha :

- Ah... Salut patron, z'allez...
- Ta g*eule, Milnas, laisse moi t'expliquer une bonne chose, le coupa Tactus, si jamais je t'entends encore une fois gueuler comme ça alors que je bosse, tu prendras la porte et mon pied au c*l par la même occasion. C'est clair ?
- Ouais patron, pigé, souffla, l'air encore plus énervé, le second Turien.
- En plus cette Quarienne est la seule à savoir réparer ces foutus vaporisateurs, alors t'as plutôt intérêt à pas la faire ch*er si tu veux pas qu'elle se casse en nous laissant sans eau.

Alors qu'il repartait vers le grand laboratoire l'air tendu, Tactus l'observa jusqu'à ce qu'il disparaisse au détour d'un couloir. L'équipe scientifique n'était pas là pour rigoler ou pour se plaindre. Ils étaient là pour se faire de l'argent, rien de plus. Se retournant pour voir si la Quarienne allait bien - il souhaitait tout de même la ménager car sans elle, le complexe serait HS en fort peu de temps -, il ne la vit pas. Suite aux râles de Milnas, elle avait dû partir tripoter les vaporisateurs pour voir ce qui n'allait pas. Il espérait avoir été clair et précis avec son collègue, car s'il s'avisait de recommencer, il prendrait bien la porte. Et dans le désert qu'était Triginta Petra, il ne donnait pas cher de la peau d'un seul Turien.

Laissant la mécanicienne vaquer à ses occupations à l'extérieur, il alla vers son labo. Une fois à l'intérieur de celui-ci, il ouvrit encore une fois le tiroir où se trouvait le M-6 Carnifex et le prit dans ses mains. Il le tourna et le retourna pour observer le pistolet sous tous les angles. Dans le même tiroir reposaient plusieurs cartouches thermiques qui n'attendaient qu'une seule utilisation. Et cette utilisation finirait par arriver, bientôt même s'il se débrouillait correctement. Entendant la porte de son labo s'ouvrir, il reposa en vitesse l'arme et referma précipitemment le tiroir avant de se tourner vers son nouvel interlocuteur. C'était un autre de ses collègues, Janus. Le jeune Turien semblait embarrassé et demanda :


- Euh... Patron, dites... Si la Quarienne vient nous parler, on n'est pas obligé de l'ignorer, pas vrai ?
- Nan, tu peux lui parler, mais pas de nos travaux.
- Ok, super !... Euh, je veux dire, merci patron, se rattrapa Janus.

Tactus hocha la tête et congédia son jeune collègue. Janus était vraiment un scientifique prometteur, il venait à peine d'avoir la trentaine et était déjà plus efficace que la plupart des autres scientifiques qu'il avait avec lui. Intelligent et beau garçon bien qu'assez naïf selon lui, le jeune Turien au grand coeur n'avait pas accepté ce travail pour l'argent. En effet, il avait choisi de travailler sur l'Halius uniquement parce que le directeur lui avait promis qu'il reversait l'argent qu'il gagnerait à des oeuvres caritatives diverses. Il avait bien évidemment menti en lui disant qu'il le ferait volontier. Non, il comptait garder l'argent pour lui, et pour lui seul.

Se repenchant sur ses recherches pendant une trentaine de minutes, il finit par en avoir assez et sortit avant de s'allumer une cigarette. Il regarda attentivement le paysage, comme il le faisait à chaque fois qu'il allait à l'extérieur. Savourant l'odeur et le goût du tabac, il recracha la fumée tout en admirant le désert s'étendant à perte de vue. Des dunes et des dunes de sable s'étendaient sur des kilomètres autour du complexe et sur toute la planète. Personne ne viendrait les chercher ici. Personne ne les entendrait ici. L'oreille attirer par un bruit, il vit au loin la Quarienne accroupie en train de réparer un vaporisateur déféctueux, le Geth à ses côtés. Ces deux là ne se quittaient décidément jamais. Tactus ne connaissait presque rien des Quariens, hormis le fait qu'ils avaient été chassés de Rannoch avant de finalement y retourner par il ne savait quels moyens. Être rester caché pendant toute la guerre ne l'avait pas aidé à se tenir au courant des événements principaux qui avaient eu lieu. Il ne s'en plaignait pas, puisqu'il n'en avait strictement rien à faire. Voyant que la mécanicienne avait fini et se rapprochait, il écrasa sa cigarette à moitié fumée sur le sol et rentra, ne désirant pas discuter.

Janus était retourné au grand labo et discutait avec ses collègues sur la meilleure manière de procéder pour la création de l'Halius. Malgré la bonne entente entre tous, il n'aimait pas cet endroit. De plus, le directeur, avec ses airs hautains et sa manière de dénigrer tout le monde, commençait à sérieusement l'agacer. Et puis, il était certain qu'il ne lui disait pas toute la vérité. Il savait que quelque chose clochait et il l'avait compris lorsqu'il était venu à l'improviste dans son laboratoire et qu'il l'avait surpris avec un Carnifex dans les mains. Oh, bien sûr Tactus ne se doutait pas qu'il l'avait vu avec cette arme dans les mains, mais lui était bien sûr de ce qu'il avait vu. Ce qu'il ne comprenait pas par contre, c'était ce qu'il comptait faire de ce pistolet. Voulait-il mettre fin à ses jours ? Janus avait appris après quelques recherches que le directeur avait perdu sa femme et sa fille pendant la guerre. En effet, les deux Turiennes n'avaient pas réussi à fuir Palaven à temps et s'étaient faits tuer par la première vague de Moissonneurs. Néanmoins, avec un résultat si proche, il était très peu probable que le scientifique désire mettre fin à ses jours. Mais alors quoi ? Que comptait-il faire avec un Carnifex ? Le jeune Turien n'en savait rien du tout, mais il savait qu'il faudrait qu'il enquête là-dessus. Il était au courant que le directeur tenait un journal, peut-être la réponse était-elle dedans ?...

Échafaudant un plan, il se demanda si la Quarienne ou un de ses collègues pourrait l'aider...

Milnas, lui, ne parlait guère et pour cause, il enrageait intérieurement. Mais pour qui se prenait ce foutu directeur ?! S'était-il cru être le maître du monde, ou même son maître à lui ? Ce pauvre vieux s'était totalement trompé s'il croyait pouvoir le contrôler comme cela ! Il s'appelait Milnas Tirgion et jamais personne n'avait réussi à parler ainsi à un Tirgion et s'en sortir sans problème ! Oh, ça non, Tactus ne s'en tirerait pas comme cela. Une fois qu'ils auraient créé l'Halius, il s'occuperait de lui faire comprendre la leçon !

Enfin, le quadragénaire calma ses nerfs. Il repensa à la manière dont il avait traité la Quarienne un peu plus tôt et s'en voulut. Il avait vraiment considéré la mécanicienne comme une moins que rien alors qu'elle n'en était pas une. Il avait mal dormi et l'horrible musique d'un de ses collègues l'avait réveillé tôt le matin. La journée avait très mal débutée pour lui en soit. Se levant du mauvais pied, il avait passé ses nerfs sur la première personne qu'il avait vu, soit la jeune pèlerine. Cela aurait pu être n'importe qui d'autre, rien n'aurait changé. Malheureusement, c'était sur elle que c'était tombé. Il allait falloir qu'il s'excuse auprès d'elle, elle n'avait pas mérité ça. A la manière dont il avait parlé, ou plutôt aboyé, tout à l'heure, il ne valait pas mieux que Tactus.

Il remarqua Janus qui s'approchait de lui. Le jeune Turien était l'un des seuls qu'il appréciait parmi cet attroupement de « scientifiques ». Ils avaient fini par devenir de bons amis qui se considéraient comme les seuls n'étant pas là pour la postérité et l'argent. Non, eux étaient là parce qu'ils voulaient rendre service à la galaxie. Alors certes, cela pouvait paraître étrange, voire surréaliste pour deux scientifiques travaillant dans un laboratoire à la limite de la clandestinité, mais c'était là la seule vérité. Certes ils s'entendaient bien avec les autres, mais ce n'était pas non plus le grand-amour.


- Hey Milnas, ça ne va pas ? lui demande Janus en voyant sa mine agacée.
- C'est le patron, il m'emm*rde. Tout à l'heure il est venu me faire ch*er pour des broutilles et il a cru me faire peur. Il se prend pour qui, sérieusement ?! brailla Milnas.
- Il est étrange en ce moment... Écoute, faut que je te parle de quelque chose, mais en privé, il faut surtout pas qu'on nous entende, chuchota le jeune Turien.

Le quadragénaire hocha la tête et ils partirent tous deux vers l'extérieur :

- Hey les amoureux, vous éloignez pas trop ! les chambra amicalement un scientifique.

Ce à quoi Milnas répondit :

- Ta g*eule Darius, ou je demande à ma femme de venir te la casser, répondit Milnas sans une once de rire dans la voix, ce qui cloua le bec de l'autre Turien.

Une fois dehors, Janus se tourna vers son ami et le regarda droit dans les yeux avant de dire :

- Je suis allé voir Tactus tout à l'heure. Il avait une arme dans les mains et il l'a caché dès que je suis entré. T'es le seul à qui je fais confiance ici, c'est pour ça que je t'en parle, personne d'autre n'est au courant.
Avatar de l’utilisateur
MJ : Ruskov
 
Message(s) : 15
Inscription : 20 Mars 2015, 19:25


Points MEL: 46.00 Points

Re: Objectifs et détails non dévoilés.

Message par Xsosa'Mebak Nar Déméter » 04 Mai 2015, 16:18

Le système de sécurité informatique se révéla plus tenace que prévu. Le directeur Tactus se révélait être un turien à la fois riche et puissant pour disposer d'un réseau capable de survivre aux premiers assauts d'un geth. Egide encaissa l'échec sans problème, ce n'était qu'une question de temps avant qu'il ne décèle les premières failles. Le seul danger consistait à ce que ses tentatives se fassent détecter. Le synthétique faisait preuve d'une extrême prudence, il ne laissait aucune marque de son passage. Analysant les dernières données, il remarqua que la créatrice l'avait rejoint. Rassuré de voir une organique non hostile, il se déconnecta et lui fit un rapport de la situation :

« Il ne nous est pas encore possible d'infiltrer le réseau, créatrice Xsosa. Nous sommes désolés de ce contretemps. Une action précipitée risquerait de nous dévoiler et de nous retrouver en mauvaise posture. »


Tout en parlant, le geth baissa la tête. Voir son compagnon de métal ainsi désolé provoqua de la peine pour la quarienne. Elle s'empressa de le rassurer.

« Eh, Égide ce n'est pas bien grave ! Je pense que nous avons le temps. Avec le travail qu'on a fait, à mon avis nous sommes utiles à leurs yeux. Dans le pire des cas; tant que les turiens n'ont pas soif, ils ne nous en voudront pas pour ces petites tentatives de furetage. Nous ne faisons que suivre les préjugés qu'ils ont sur les geths et les quariens. »


Égide garda le silence un instant, puis releva l'ampoule comme traversé d'une idée.


« Nous avons pu cependant intercepter un mot fréquemment employé par les différents membres de l'équipe scientifique. Halius. »


« Un code ? L'objectif de leurs recherches ? »

« Nous l'ignorons pour l'instant. Les chercheurs font preuve de la plus grande prudence avec ce sujet. Le directeur Tactus est un organique qui fait preuve de zèle en matière de secret. Ses systèmes de sécurités sont bien plus performants que ses dispositifs de survie et ceux de bien être du personnel. Nous en déduisons que le directeur Tactus est un individu peu recommandable.»


« Quelque part, je m'en doutais déjà. Rien qu'en lisant notre contrat... Enfin ! Nous avons donc un début. Continue comme ça, je vais essayer d'en apprendre plus de mon côté. »

Alors qu'elle patrouillait ou plutôt vagabondait dans les couloirs, Xsosa remarqua un spot de lumière éteint au plafond. Juste une affaire de changer les ampoules probablement... Mais c'était trop haut pour la petite quarienne. Elle commença à paramétrer son drone de maintenance quand elle entendit une discussion entre deux laborantins, la pèlerine put reconnaître la voix du turien colérique de la dernière fois. Tout en pianotant sur son Omnitech, Xsosa tourna la tête vers eux, ils ne l'avaient pas remarquée. Elle put apprendre que le vieux turien au mauvais caractère s'appelait Milnas , l'autre plus jeune et moins râleur ne dévoila pas son nom. Apparemment le directeur avait mis en rogne le vénérable scientifique.

La méfiance de Xsosa se dévoilait commune à d'autres membres de l'équipe. Une méfiance qui ne consistait pas seulement à une mésentente entre collègues, les turiens semblaient préoccupés voire même troublés. Leur supérieur, le directeur Tactus ne se présentait pas comme un patron adulé. En plus d'être un mauvais employeur; il leur faisait presque peur. Janus notait un comportement anormal de sa part, se connaissaient-ils de missions ultérieures ? Après quelques hésitations, le scientifique invita son collègue à s'isoler pour l'informer de quelque chose, lui expliquer pourquoi leur directeur semblait si étrange. La pèlerine osa un regard vers les deux scientifiques.

Piquée dans sa curiosité, la quarienne essaya de ralentir la cadence, les oreilles attentives à ce qu'ils se disaient. Ce n'était pas poli du tout, voire plutôt risqué en sachant que l'un d'eux lui avait hurlé dessus quelques heures plus tôt. Mais comment pouvait-elle résister à espionner alors qu'elle venait d'entendre « discussion en privée » sous un ton secret et grave. Sans se faire remarquer, Xsosa put apprendre pourquoi le turien se méfiait du directeur, celui ci possédait une arme. Étrange nouvelle en effet, contre quoi voulait-il l'utiliser ? Le complexe se situait en plein désert, la faune semblait inexistante et sans parler d'une absence totale de voisinage ou de quelconques agresseurs extérieurs. En quoi des laborantins stressés et coincés sous son autorité pouvaient être dangereux ?

Le drone ronronna alors qu'il se mit en marche comme satisfait de pouvoir se rendre utile. Il flotta vers les ampoules grillées et se lança dans les réparations. Xsosa prit cet envol comme un signal, un encouragement, elle se lança à la rencontre des deux laborantins, tâchant de rester calme et neutre au possible. Elle voulait laisser croire qu'elle n'avait rien entendu, cela dit peu de turiens pouvaient lire la gêne sur une combinaison quarienne. Doucement, elle inclina la tête vers le Milnas, elle espérait qu'il ne se mettrait pas encore en colère puis lui expliqua :


« Pardonnez moi, j'ai vérifié les vapoteurs. Je voulais savoir si tout est en ordre de votre côté. »


« Oui, pas de problème. »
répliqua t-il précipité mais moins sec que la fois précédente. «  Merci. » Est ce qu'il venait de la remercier ? 

« Nous vous savons gré de vos efforts pour remettre cette station d'aplomb. » enchérit le deuxième.

Les deux turiens ne se montraient pas si antipathiques, il fallait essayer. En toute subtilité, du moins elle allait tenter sa chance.

« Je me demande quand même ce qui peut bien demander autant d'eau, ce n'est pas juste la consommation des membres du complexe. Les appareils sont grandement sollicités. Cela dit le directeur n'a pas voulu m'en parler. »

« Vraiment ? »
Surement grand scientifique mais très mauvais acteur, même pour la quarienne. «  Oui, il est assez pointilleux niveau mesure de sécurité. Il a peur des éventuels espions industriels. »

« Ah ? Qu'est ce qu'il advient aux espions ? Ils se font tirer dessus ? »


Xsosa demanda d'un ton presque naïf, ce genre de questions que les jeunes pouvaient bien se poser. L'interrogation posa un froid, soit elle venait mettre le doigt sur un sérieux problème accidentellement soit elle savait tout. Non pas que la quarienne était une agente secrète experte mais elle venait de gérer la situation avec brio ! Les deux turiens s'échangèrent un regard embarrassé.


« Nous avons nous aussi à supporter ces petits mystères. Ce projet bien précis rend le directeur particulièrement à cran, l'Halius semble...»
Ce fameux mot revenait une fois de plus.

« Bon sang, Janus ! On ne doit pas en parler. On peut se faire expulser dehors pour ce que tu as dit. Et se faire mettre à la porte ici, c'est pas un simple renvoi, tu comprends ? »

« Quelque chose me dit que même à l'intérieur on risque plus que notre salaire. » Janus soupira. «  Veuillez m'excuser, le climat de ce système me tape sur les nerfs. Je ne devrais pas vous inquiéter avec tout ça. Il faut qu'on retourne travailler de toute manière. Pardonnez moi. »


Les laissant partir, Xsosa conclut qu'elle devait trouver elle même ses réponses. Le directeur savait tout mais il refuserait évidemment de donner la moindre information. Comment le faire parler ? Fouiller ses quartiers ? Ça serait malhonnête. Mais... Il s'agissait d'une idée plutôt intéressante en y repensant. Tactus disposait bien d'archives, de documents ou d'un quelconque datapad... Comment y accéder sans se faire réduire en pièces ? Comme une vraie spectre, Xsosa tenta de construire un plan. Son principal atout reposait sur Égide, peu discret il pouvait néanmoins pirater des portes et des consoles. Le geth avait besoin d'une diversion. Et si elle lui procurait ? Il fallait y réfléchir, Tactus ne connaissait rien aux vaporateurs d'humidité, c'était la raison de sa présence ici. Elle prétextait une petite visite pour faire un état des lieux, elle l'invitait à y jeter un œil et oh ! Keelah, un des appareils fait un bruit anormal, elle le retenait quelques minutes, un quart d'heure au mieux avant qu'il ne perde patience et Égide pouvait fouiller son bureau. Cela paraissait audacieux. Cependant de son point de vue, Xsosa ne paraissait pas capable d'élaborer un tel stratagème. Dans le pire des cas, Tactus l'enverrait balader et il ne se douterait de rien. Oui, elle allait essayer cette petite ruse, c'était décidé. Sans perdre une minute de plus, la quarienne rejoignit le synthétique et lui présenta sa démarche. Quelques instants plus tard, elle frappa à la porte de Tactus.


« Monsieur le directeur, avez-vous un instant ? J'aimerais vous tenir informé de la situation. »
Avatar de l’utilisateur
Xsosa'Mebak Nar Déméter
Rang 4

Rang 4
 
Message(s) : 95
Inscription : 04 Avril 2015, 15:39

Âge: 24
Profession: Ingénieure
Classe: Technologique
Points d'Héroïsme: 9

Points MEL: 220.00 Points

Re: Objectifs et détails non dévoilés.

Message par MJ : Ruskov » 09 Mai 2015, 18:32

Alors que Janus et Milnas discutaient à l'extérieur, ils furent rattrapés par la Quarienne qui les accosta d'une simple demande tout à fait innocente. Du moins, elle le paraissait dans l'esprit des deux Turiens, qui ne s'imaginaient pas une seule seconde que la mécanicienne souhaitait leur soutirer des informations. Enfin « soutirer », le mot était probablement trop fort. Personne ne pouvait ne lui en vouloir d'en savoir plus sur l'endroit où elle travaillait, après tout. Personne, excepté le directeur. Fort heureusement, celui-ci n'était pas au courant de la discussion qui avait lieu alors qu'il tapait des lignes pour le moins étranges sur son ordinateur. Il ne se doutait pas non plus des soupçons que commençaient à avoir Milnas et Janus alors qu'ils parlaient de l'arme que leur patron gardait précieusement dans l'un de ses nombreux tiroirs.

Après quelques minutes, Tactus releva la tête et activa une commanda vocale pour faire basculer l'écran de son ordinateur sur les images des caméras de sécurité. Son équipe était presque au complet dans le laboratoire... Presque ? Il sourcilla - si tant est qu'un Turien puisse le faire - et regarda les autres images. Les deux laborantins manquants n'étaient ni dans les chambres, ni dans les quelques couloirs parsemant le complexe. Il changea une nouvelle fois de caméra et vit que les deux scientifiques, qu'il reconnut comme étant Milnas et Janus, étaient à l'extérieur avec la Quarienne. Il grinça des dents. Que pouvaient-ils bien se raconter ? Il jura intérieurement de ne pas avoir équipé les caméras de micros.

Cela l'agaçait profondément de ne pas savoir ce qui se disait juste sous ses yeux. Voir sans entendre, tel un sourd. Il espérait que ses deux collègues n'iraient pas parler de l'Halius à la mécanicienne, auquel cas il devrait accélérer son plan et en finir au plus vite. Mais il ne souhaitait pas tout avancer rapidement au risque de voir tout ce qu'il voulait bâtir s'effondrer d'un unique coup. Il tapa d'un poing rageur sur son bureau pour se calmer. Il commençait à se demander s'il n'avait pas fait une erreur en engageant cette Quarienne. Sa curiosité lui avait été vendue comme une bonne chose, mais si elle continuait à farfouiller ainsi, Tactus devrait l'empêcher de continuer. Définitivement. Peut-être était-il paranoïaque ? Peut-être que la mécanicienne n'avait posé aucune question à propos de leurs recherches ? Peut-être... Mais le directeur prévalait la prudence.

Il se leva et attrapa l'unique décoration présente sur son bureau, une photo de famille. Dessus, on y voyait Tactus, plus jeune de quelques années, accompagné d'une femme et d'un enfant. La gorge du directeur se serra alors qu'il regardait fixement l'image. Il la fixait avec une force, une concentration telle qu'on n'en voyait rarement. Du bout d'un de ses doigts, il caressa avec une triste douceur le visage de la Turienne, comme espérant qu'elle allait réagir. Mais, ce n'était qu'une photo, une simple image et nulle réaction ne fut observée. Il passa également le doigt sur le visage de l'enfant qui était alors tout sourire. Dans son esprit, Tactus entendit de nouveau les rires de cet enfant, qu'il avait si souvent vu jouer dans de magnifiques jardins sur Palaven. Dans son esprit, il revit le sourire de la femme avant qu'elle ne le serre dans ses bras. Puis, il se vit lui, jeune et souriant comme il ne l'avait jamais été auparavant. Toutes ces images revinrent au Turien alors qu'il tenait dans ses mains cette simple photo.

Une larme se forma dans l’œil de Tactus avant de rouler sur son visage pour terminer sa route sur le sol, formant alors une tache grise sur le sol. Une unique goutte qui s'écrasa sans un bruit, tel le premier flocon annonçant l'hiver. Qu'annonçait cette larme ?
Le scientifique attrapa un mouchoir et s'essuya rapidement le visage. Ses traits, qui étaient jusque là devenus tendres et doux, reprirent leur dureté habituelle. Caressant une dernière fois la photo, il la reposa à sa place avec une exactitude impressionnante. Il se rassit et remit le nez dans ses recherches, il avait presque fini, ce n'était pas le moment de craquer...

A un tout autre endroit du bâtiment, Janus et Milnas continuait de discuter du directeur, mais aussi de la Quarienne qui était maintenant, la faute au plus jeune Turien, plus ou moins au courant des recherches que les scientifiques effectuaient. Ils étaient dans les dortoirs, chacun assis sur son lit respectif


- Bord*l Janus ! T'as merdé là ! J'espère que le vieux t'a pas entendu quand t'as dit « Halius » devant elle sinon on est très mal.
- Ouais, je sais. Mais qu'est ce qu'il fera ? Il me fait pas peur. Même s'il a un flingue !
- T'as raison, toi ! répondit-il d'un ton ironique, s'il se ramène pour tous nous buter, sans flingue on est cuit. On sait même pas se battre ! On a pas été formé pour ça, m*rde !

La phrase du quadragénaire souffla un froid sur la conversation des deux amis. Ils venaient, au même moment, de réaliser ce que le directeur pourrait faire avec une arme. Et si c'était cela la raison pour laquelle il avait emmener une arme avec lui. Mais pourquoi ? Pourquoi ferait-il une chose pareil ? Pourquoi tuerait-il tous ces collègues ainsi ? Il n'avait aucune raison de...

- Il veut garder l'argent et la gloire pour lui seul, lâcha avec effroi Milnas, coupant court aux réflexions des deux hommes.
- M*rde... Si t'as raison, faut qu'on l'en empêche. Faut qu'on prévienne les autres ! S'écria Janus.
- Non, pas encore, il faut d'abord savoir si c'est vraiment cela qu'il mijote, souffla le plus vieux Turien.

Mais comment ? Ils ne pouvaient pas accéder au bureau de Tactus sans lui, puisqu'il était absolument toujours dedans. Ils ne pouvaient pas non plus lui poser la question directement, pour des raisons assez évidentes. Alors que faire ?...

Au même moment, alors que les deux amis se demandaient comment vérifier – voire même prouver – leurs dires une jeune Quarienne entrait dans le bureau du directeur. Décidée à en savoir plus sur cet endroit et sur ses « habitants » ainsi que sur leurs recherches, elle avait établi un plan audacieux pour permettre à son ami Geth de fouiller le bureau de Tactus alors qu'elle tenait celui-ci occupé. Audacieux, mais assez dangereux. En effet, si le scientifique découvrait le pot aux roses, qu'adviendrait-il de Xsosa et d’Égide ? Dépassant cette crainte de se faire découvrir, la jeune pèlerine commença à parler :


- Monsieur le directeur, avez-vous un instant ? J'aimerais vous tenir informé de la situation.

Relevant la tête, l'air endormi, le Turien répondit :

- Qu'est ce que... Ah, mademoiselle Mebak, un problème ? demanda t-il sur un ton neutre.

Elle lui expliqua rapidement qu'elle souhaitait lui faire un compte-rendu sur les machines dont elle s'était occupée ce jour là, mais pour cela, elle avait besoin de lui montrer directement sur ses propres moniteurs, ce qui le forçait à quitter son bureau. Tactus réfléchit longuement, comme hésitant à l'idée de suivre la Quarienne hors de son bureau. Il accepta finalement pour la simple raison que cela lui permettrait de se sortir un peu la tête de son boulot qui n'en finissait pas. Il se leva rapidement et emboîta le pas à la mécanicienne qui lui montrait les réparations qu'elle avait dû effectuer. Si le directeur ne se montrait pas spécialement curieux, il était néanmoins intéressé et suivait en silence les explications de la pèlerine. Il était bon spectateur, ça, ça ne faisait aucun doute. Cela faisait d'ailleurs bien longtemps qu'il n'avait pas écouté quelqu'un lui parler et lui expliquer des choses ainsi. De plus, Xsosa prenait son rôle très à cœur et commentait tel ou tel rafistolage qu'elle avait effectué.

Ce que le directeur ne savait pas par contre, c'était que ces explications de la Quarienne n'était qu'une simple mise en scène pour détourner son attention. Et pour le coup, elle avait vraiment bien fonctionné. Cela faisait maintenant une vingtaine de minutes qu'ils étaient à l’extérieur du bureau alors qu’Égide, lui, y était rentré peu après leur départ. Et il accomplissait sa tâche à la perfection, regardant puis fouillant méthodiquement chaque mètre carré de la pièce. Il retrouva l'arme dont les Milnas et Janus avaient parlé ainsi que ses cartouches thermiques mais n'y toucha pas. Il la laissa à sa place, pour ne pas éveiller les soupçons du directeur. Après avoir cherché ainsi pendant dix bonnes minutes, il finit par tomber sur un datapad. Il était protégé par un mot de passe mais le Geth n'eut aucun mal à l'outrepasser. Il s'agissait du journal de bord de Tactus. Il en fit une rapide copie et sortit du bureau alors que, quelques mètres plus loin, Xsosa et le scientifique revenaient. Néanmoins, et heureusement pour la Quarienne, ils n'eurent pas la possibilité d'apercevoir Égide qui partait dans le couloir opposé.

Tactus remercia la pèlerine et rentra dans son bureau. Alors qu'il retournait s'asseoir, il remarqua que quelque chose avait changé dans la petite pièce. Il observa attentivement les meubles, les quelques babioles qu'il gardait et tout ce qui pouvait arriver sous ses yeux. Ceux-ci se posèrent finalement sur la photo de famille. Elle avait changé de place. Un changement infime, à peine remarquable, mais qui ne passa pas inaperçu auprès du directeur. La raison pour laquelle elle avait bougé était quant à elle évidente : quelqu'un avait visité son bureau pendant qu'il était avec Xsosa. Cela signifiait qu'elle était impliquée dans cette fouille. Mais qui l'avait aidé ? Serait-ce ce Geth ? Ou bien Milnas et Janus ? Peu importait, il règlerait ça plus tard. Il vérifia rapidement si tous ces documents étaient encore là et par chance, rien n'avait disparu. Peut-être était-il revenu trop tôt et que le voleur n'avait rien pu prendre ?...

Il entendit l'un des scientifiques crier : « On l'a ! On l'a fait ! On a créé l'Halius ! ». Tactus se leva instantanément. C'était son signal d'alarme, le glas qui signifiait la fin d'une vie et le début d'une autre. Il se tourna et alla récupérer son arme. Il la chargea tranquillement, l'air serein. Peu importait qui avait fait quoi dans son bureau, à l'aube, plus personne ne serait vivant pour en parler. Personne.
Avatar de l’utilisateur
MJ : Ruskov
 
Message(s) : 15
Inscription : 20 Mars 2015, 19:25


Points MEL: 46.00 Points

Re: Objectifs et détails non dévoilés.

Message par Xsosa'Mebak Nar Déméter » 11 Mai 2015, 15:49

Dans un calme relatif, Xsosa tentait d'expliquer le rendement des vapoteurs d'humidités au directeur. Elle avait réussi à le faire sortir, la quarienne n'était pourtant pas une habituée des beaux discours. Pourtant elle se trouvait devant lui, à lui montrer l'entretien des machines, le problème engendré par le climat. Tactus ne présentait aucun signe de méfiance, il se montrait même plutôt attentif excepté son air las toujours affiché. Xsosa réussit à l'éloigner au plus loin du bureau sans qu'il ne trouve ceci suspect, elle gagnait de précieuses minutes et arrivait à ajouter quelques phrases sur comment améliorer les performances des appareils. Dans une dernière information, Xsosa parcourait son omnitech et regarda brièvement son horloge, elle avait réussi un exposé de vingt minutes. Cela devait largement suffire pour son espion. Pourvu que tout se passe bien pour lui songea t-elle puis finalement Xsosa indiqua qu'elle venait de finir. Une sacrée performance malgré tout pour l'ingénieur timide de coutume...

Silencieux et méticuleux, Égide accomplissait sa tache dans le bureau de Tactus. Lorsque la créatrice fit sortir le turien de son bureau, le synthétique pirata la porte. L'affaire de trois secondes, il put entrer ensuite. La salle se présentait austère, pas le moindre objet décoratif ni signe personnel excepté un unique cadre sur le bureau. Alors qu'il infiltrait l'ordinateur du directeur, Égide observa la photographie. Cette dernière montrait trois organiques : le directeur, une femelle turienne et un enfant. Les similitudes entre les individus entraînèrent la conclusion suivant : le jeune turien était le fils de Tactus et la turienne probablement sa femme. Accès autorisé. La première chose qu’Égide réalisa fut une désactivation des caméras avec un nettoyage en règle des archives pour son passage. Il nota une analyse pointilleuse de tous les employés, méfiance vis à vis de son équipe constatée. Le geth trouva ensuite tous les documents transmis pour le dossier « Halius », après une lecture instantanée, il fit une copie de tous les fichiers. Malgré cela, Tactus ne conservait pas de notes personnelles sur son ordinateur. Égide effaça son passage, éteignit l'appareil puis ouvrit les tiroirs. Il tomba sur l'arme mentionnée par la créatrice, un modèle carnifex avec plusieurs cartouches thermiques. Beaucoup trop pour un simple objet de défense. Il referma le tiroir puis en inspecta un autre.

Enfin, il récupéra le fameux datapad. Après plus de sept mille quatre cent essais soit une seconde et demi, le geth trouva le mot de passe et analysa le document. Les premiers articles qui retinrent l'attention d’Égide furent un grand bouleversement de l'organique suite à la perte de sa femme et de son enfant, lien logique avec la photographie. Leur perte montra une profonde affectation, les écrits n'étaient parfois plus construits, déstructurés, des idées agressives et violentes. L'organique Tactus dissimulait un sérieux trouble du comportement, un dysfonctionnement qui comme le redoutait le geth allait entraîner une menace. Vers les dernières entrées du Datapad, Tactus expliqua l'importance de l'Halius et combien cela le rendrait riche. Un long travail pour une glorieuse découverte. Jusqu'ici il ne semblait faire preuve que de mégalomanie. Cependant après avoir vanté les mérites de son invention, le turien précisa que sa découverte ne revenait qu'à lui seul et qu'il était hors de question de partager le prestige ou l'argent. De ce fait, une fois l'Halius terminée, Tactus tuerait tous les membres de l'équipe scientifique, un à un et par déduction logique, la créatrice Xsosa. Une telle conclusion perturba le raisonnement d’Égide. La folie était un concept qu'il méconnaissait, le geth ne parvenait pas à comprendre ce datapad. Xsosa pourrait lui expliquer plus tard mais pour l'heure, une telle menace alarma le synthétique. La créatrice était en grand danger. Égide fit une copie du datapad puis sortit du bureau.

Xsosa et Tactus revenait, Égide eut juste le temps de repartir pour ne pas se faire voir. Les caméras avaient été réactivées à cet instant, il attendit que la quarienne ait la permission de disposer pour lui faire signe de le rejoindre. Égide invita à la suivre dehors après avoir calculé un angle non couvert du système de sécurité.


« Nous avons trouvé ce que nous cherchions et la situation est inquiétante. »

« Qu'est ce qu'il y a ? »

« Le turien Tactus montre les signes d'un trouble du comportement de catégorie psychose. Il déclare dans ce datapad vouloir tuer tous les membres de l'équipe, une fois le travail terminé. Nous ne saisissons pas la raison d'une telle décision. »

« Keelah ! Fais moi voir ? »


Elle parcourut des yeux les écrits personnels du turien. Il disait vrai, Tactus semblait avoir perdu toute raison. Xsosa resta un moment interdite, comment croire un tel scénario.Elle lisait les mots d'un fou dangereux. Juste pour ne pas partager l'argent, il allait tuer tout le monde. Ce père de famille qui avait perdu des êtres chers devenait un dangereux psychopathe. La quarienne ne put s'empêcher d'éprouver de la peine pour ce drame terrible qu'il avait vécu mais elle ne comptait pas non plus le laisser faire. C'était invraisemblable même pour elle, comment comprendre un tel comportement ? Pourquoi agissait-il ainsi ? Personne ne soupçonnait ce turien d'être dément.

Hors de question de baisser les bras, Xsosa devait trouver une solution. Fallait-il appeler à l'aide ? Rannoch était si loin, les complexes voisins ? A plusieurs centaines de kilomètres. Si elle s'en sortait, elle ne pourrait pas quitter la planète. Non, elle devait d'abord ce concentrer sur le danger que représentait le directeur. Selon les dires de Tactus, le turien se tenait seul face à toute l'équipe, Égide et elle. Il voulait être le seul survivant, les autres scientifiques se présentaient donc nécessairement de leur côté. Cependant il s'agissait de scientifiques pas de turiens d'actions, même ensemble cela pouvait toujours tourner à la catastrophe.

Quelle solution choisir pour s'en sortir ? Le raisonner ? La quarienne pouvait-elle l'amener à se calmer ? Elle n'en savait rien, elle envisagea le pire des cas, Tactus qui sortait de son bureau une arme à la main et tirait sur tout le monde. Cela allait arriver si elle ne faisait rien. Elle avait pu emporter son arme, Égide avait réussi à le passer en douce. Personne n'était au courant. Les signes de tracas clairement visibles, la quarienne qui se creusait les méninges, Égide tenta d'apporter son aide :


« La menace principale est l'arme de type Carnifex. Si nous désarmons le turien, il ne pourra plus nuire. »

« On lui a déjà tendu un piège, ça va être difficile de refaire la même chose. Si nous prévenons les autres, ils vont paniquer, non ? »

« S'ils ne sont pas des soldats, ils sauront néanmoins être coopératifs aux vues de la situation. Apprendre que leur employeur projette de les tuer suffira à les convaincre. Nous ne doutons pas que si nous exposons les preuves ainsi qu'une démarche à suivre pour mettre hors d'état de nuire Tactus, ils vous suivront. Affronter le directeur tous ensemble est moins suicidaire que s'enfuir dans le désert dehors.»


« Les deux turiens avec qui j'ai eu une petite conversation. Ils se doutaient déjà de quelque chose, ça serait bien de les avertir en premier. »

« Que comptez-vous faire, Créatrice Xsosa ? »

« Nous… »
La quarienne n'en revenait pas, une telle question à son égard. «  Nous sommes seuls, la Fédération n'arrivera jamais à temps. Il va falloir se débrouiller… Nous allons avertir les scientifiques, faire en sorte que tout le monde se tienne prêts et… Nous allons dans le bureau… L'halius est ce qui compte à ses yeux. On pourrait le menacer de la saboter s'il ne lâche pas son arme. En fonction de comment on lui tombe dessus… Puisque tu sais où est l'arme, s'il ne l'a pas déjà sur lui, on lui bondit dessus et on le neutralise. Dans le pire des cas, il y a le prédateur de Genkis… Qu'est ce que tu en penses ? »

« Cette unité approuve votre plan et sera prête à protéger la créatrice Xsosa si cela ne devait pas se dérouler comme prévu. Nous allons transmettre un signal d'alerte avec toutes les informations nécessaires pour la Fédération. Même trop tard, ils sauront ce qui s'est passé et à long terme, une évacuation sera envisageable. Nous devons cependant faire très vite, le projet « Halius » vient d'être annoncé terminé or il s'agit du signal pour le directeur.»


Sans perdre plus de temps, Xsosa demanda à Égide d'aller chercher le pistolet prédateur et fonça vers les laboratoires. Aucun signe de Tactus, elle marcha très vite, une course aurait pu éveiller trop tôt les soupçons de Tactus via les caméras. La quarienne tomba sur une porte : accès refusé, dommage pour le directeur, Xsosa savait comment l'ouvrir. Elle ouvrit sur son omnitech un programme de contournement de sécurité et tous les signaux virèrent au vert. A cet instant, il était trop tard pour faire marche arrière, elle déboula dans les laboratoires devant des scientifiques surpris. Xsosa chercha des yeux celui qui s'appelait Janus et vint à sa rencontre.


« J'ai pu lire le datapad de votre supérieur. Je sais, c'est illégal et honteux, je suis désolée mais votre patron a l'intention de tous nous assassiner ! »

La pèlerine leur montra la preuve qui confirma tous les doutes des turiens. Loin d'en vouloir à cette quarienne fouineuse, ils lui demandèrent ce qu'elle avait en tête. Xsosa bien malgré elle se comporta comme une meneuse, elle précisa que tous ceux qui ne voulaient pas intervenir devaient se mettre à l'abri. Elle leur demanda la permission de mettre aux arrêts le directeur. Cette histoire à peine croyable fut appuyée par Janus et Milnas qui annoncèrent leur soutien pour l'ingénieur.

Plusieurs scientifiques se barricaderaient dans les laboratoires pour interdire tout accès à l'Halius. Le reste de l'équipe suivrait Xsosa. Ils attendraient son signal pour se ruer sur Tactus et le ligoter. L'étape la plus délicate où la quarienne se porta volontaire était de désarmer le turien. Une fois un message d'appel l'aide envoyé, le groupe se dirigea vers les quartiers du directeur. Pour le moment, les scientifiques suivaient résignés mais tout comme la pèlerine, ils avaient peur. Égide quant à lui, un prédateur à la main se mit en traque de Tactus, il attendait patiemment qu'il sorte du bureau. Il n'était pas question que cet organique blesse la créatrice Xsosa.
Avatar de l’utilisateur
Xsosa'Mebak Nar Déméter
Rang 4

Rang 4
 
Message(s) : 95
Inscription : 04 Avril 2015, 15:39

Âge: 24
Profession: Ingénieure
Classe: Technologique
Points d'Héroïsme: 9

Points MEL: 220.00 Points

Re: Objectifs et détails non dévoilés.

Message par MJ : Ruskov » 15 Mai 2015, 19:35

Couleurs :
L'enfant : #00FFFF
La femme : #FF80FF


- Papa ? Papa regarde comment je fais bien !

Tactus se retourna en trombe, surpris comme il ne l'avait jamais été. Face à lui se tenait une scène déroutante. Le fond de la pièce, les tiroirs, les étagères, le bureau tout entier avait disparu et laissé place à un tout autre décor. Il s'agissait d'un petit jardin verdoyant, à la beauté singulière. Cet éclat s'expliquait par la fraîcheur des nombreuses fleurs s'épanouissant ça et là dans cette tranquille douceur. Au bout de ce jardinet se trouvait une magnifique fontaine dont les pierres avaient été taillées de telle sorte qu'on aurait pu la croire naturelle et aux côtés de cette œuvre d'art se tenait un arbre d'une grandeur toute aussi inhabituelle. Sa superbe frondaison surplombait toute la fontaine et l'on pouvait parfois voir quelques feuilles qui, comme lassées de se tenir droites et fières sur le vieux et puissant végétal, se laissaient tomber sur l'eau se mouvant sans cesse dans un clapotis sourd. Sur la gauche se trouvait quelques arbustes bien jeunes en comparaison de l'énorme bois qui trônait au fond et de l'autre côté se tenait une balançoire toute neuve que le Turien avait fini de monter il y avait encore peu de temps et sur laquelle jouait un jeune enfant, tout sourire.

Le directeur était là, face à toute cette joie et cette tranquillité, qui, ensemble, formaient un véritable paradis et qui lui avaient été depuis longtemps inconnues. Il revivait cette scène telle qu'il l'avait vécu il y avait maintenant 3 ans. Mais un détail changea quelque peu cet endroit idyllique. Il était déjà là. Un autre lui était déjà présent et tenait sa femme par la taille alors qu'ils discutaient en regardant jouer leur enfant. Lui n'était qu'un spectateur face à tout ce bonheur que la famille exprimait. Il essaya de crier pour attirer l'attention sur lui, dire à sa femme que le vrai Tactus était là mais aucun son ne sortit de sa bouche. Rien, pas même un grognement ou un gémissement. Il poussait pourtant de toutes ses forces sur ses cordes vocales mais rien n'y faisait et rien ne changeait. Il restait ainsi, crispé par un sombre effroi. La famille se tenant devant lui était la sienne et il ne pouvait lui parler ni même la prévenir du danger qui approchait. Il n'était qu'un simple observateur, condamné à regarder patiemment sa femme et son enfant sans pouvoir seulement les effleurer. Condamné à les voir se faire tuer par les Moissonneurs qui commençaient alors à envahir le ciel de Palaven.

Le premier vaisseau, gigantesque, émis un son brutal comparable à des cris de damnés avant de se poser non loin du jardin. Puis vint un deuxième, et un troisième et ainsi en arrivèrent des milliers, poussant tous leur horrible hurlement tandis qu'ils crachaient leur rayon de la mort rouge sur des zones surpeuplées. Tactus s'en boucha les oreilles alors qu'il voyait sa femme et son fils partir d'un côté alors que son double partait de l'autre. Il se souvint de ce moment qui s'était inscrit indélébilement dans son esprit. C'était là qu'il les avait vus pour la dernière fois. Mais la dernière chose qu'il entendit d'eux fut un cri d'horreur de la Turienne suivit d'un hurlement similaire provenant du fiston. Ces deux lamentations stridentes arrivèrent bien vite dans sa vision. Et, alors qu'ils se produisaient, le décor changea une nouvelle fois.

Cette fois-ci, le directeur était en face à face direct avec sa femme et son fils. Il lâcha une larme de joie et tenta de prendre la Turienne dans ses bras. Ces derniers se refermèrent dans le vide alors que de la poussière s'effondrait de l'endroit où sa femme se tenait il y avait une seconde. Tactus se retourna et l'habitante de Palaven réapparut, les traits plus stricts et sérieux que jamais. Il se douta que quelque chose clochait, et se demanda surtout pourquoi elle le fixait avec cet air sévère. Il regarda son fils qui, étrangement, l'observait avec ce même air que sa mère prenait. Il ouvrit la bouche pour tenter de dire quelque chose mais fut coupé dans son élan par la Turienne, qui, le regardant droit dans les yeux, dit avec force :


- Tu compte tuer tous ces gens ?
- Et tu pense que faire ça te rendra être riche et puissant ? renchérit son fils de sa voix innocente bien que plus éloquente que jamais.
- Je...
- Non, n'essaie pas de te défendre. C'est ce que tu veux faire, et ce que tu feras si tu n'ouvre pas les yeux, recommença sa femme.
- Cela ne nous fera pas revenir et n'effacera pas ta peine... poursuivit l'enfant.
- Mais...
- Fais ce que tu souhaite Tactus. Mais essaie d'imaginer ce que nous penserons de toi si tu commettais une telle chose, lâcha t-elle sombrement.
- Si tu pense que nous t'approuvons, tu te trompes lourdement, termina le petit Turien

Les deux Turiens disparurent d'un seul coup. Le directeur était de nouveau dans son bureau, arme en main et larmes coulant sur sa peau. Le jardin, les Moissonneurs, sa famille, rien n'était plus là. Il tomba à genou puis, lâchant son arme, il s'abandonna à ses pleurs qui furent accompagnés par de violents spasmes. Il resta ainsi dix bonnes minutes, le visage entre les mains alors que celles-ci s'humidifiaient des nombreuses larmes qui achevaient leur course. Quelques autres venaient s'écraser sur le sol, créant une nouvelle marque similaire à celle qu'il avait également provoqué pas ses pleurs un peu plus tôt. Puis, il releva la tête d'un unique coup et toutes ses larmes cessèrent. Son visage reprit des traits durs alors qu'il se relevait et allait récupérer son arme.

Observant les caméras, il comprit immédiatement que celui qui avait fouillé son bureau avait mis le reste de l'équipe au courant de son plan. Soit, cela ne changeait rien puisque lui avait une arme et eux non. A moins que... Tactus regarda attentivement les images et remarqua la Geth qui attendait patiemment qu'il ouvre sa porte pour le maîtrise. Un sourire sadique se dessina sur son visage alors qu'il se détournait de la porte. Son regard se posa sur la conduite de ventilation. Il s'approcha d'elle et s'agenouilla avant de l'ouvrir. Rentrant dedans tant bien que mal, il poursuivit son périple à travers les nombreux tuyaux et alcôves la composant avant de finalement arriver à l'endroit qu'il désirait. Il voyait à travers une grille qu'il était à quelques mètres de l'équipe scientifique que la Quarienne semblait-il avait rallié à elle. L'horrible sourire qu'il eut plus tôt se redessina aussitôt, perçant à travers ses habituels traits durs. Il tapa lourdement du pied sur la grille qui partit s'écraser non sans bruit sur le sol. Il sauta à son tour et arriva bien à l'endroit escompté. Il leva son arme vers la mécanicienne et lâcha :


- Maintenant, c'est terminé.

Mais, alors qu'il pointait ainsi son arme, les voix de sa femme et de son fils revinrent le hanté. Elles lui répétaient « Tu es un homme bon Tactus, tu n'as pas à faire ça » ou bien « Es-tu toujours le Turien que j'ai connu ? ». Baissant sa garde sous les regards ébahis du groupe d'êtres dextro-aminés qui se demandaient ce qu'il pouvait bien se passer dans la tête de leur ancien patron, il attrapa sa tête d'une main et commença à la secouer comme pour effacer ces fantômes familiers tout en murmurant : « Non, non non non non, sortez de ma... je... ah ». Il chuchota ainsi cette phrase plusieurs fois sans réussir à la finir tout en continuant de secouer la tête avec de plus en plus de force, à tel point que l'équipe en face de lui crut qu'il allait finir par se l'arracher à main nue. Néanmoins trop surpris par cette scène étrange et effrayante, aucun d'entre eux ne bougeaient, craignant de faire sortir le Turien de son énigmatique léthargie rêveuse que personne ne parvenait à comprendre. Xsosa tenta néanmoins le dialogue avec le directeur. La voix de la Quarienne fit instantanément relever la tête de Tactus qui la fixa les yeux dans les yeux. Il resta ainsi plusieurs minutes qui parurent durer une éternité à l'équipe scientifique. Puis il baissa la tête et murmura doucement, sans plus aucune animosité et même avec une douceur peu commune chez lui :

- Je suis désolé.

Personne ne comprit réellement s'il chuchota ça pour lui-même, pour les voix qu'il entendait ou bien pour ses collègues. Toujours est-il qu'il releva son arme et la pointa vers son crâne avant de tirer. Son corps se raidit et s'écrasa sur le sol sans un bruit alors que, de sa tête, du sang commençait à s'écouler sur le sol, le bleuissant à vue d’œil. Qu'est ce qui l'avait forcé à se suicider plutôt qu'à tuer ses employés ? Personne ne le comprendrait non plus, puisque personne n'avait entendu les voix qui lui avaient parlé. Ce qu'ils remarquèrent néanmoins, ce fut la photo de famille que le Turien avait retiré de son cadre et qu'il tenait dans sa main gauche comme ne voulant pas s'en séparer alors que dans sa main gauche gisait le Carnifex qu'il n'avait même pas essayé de retenir comme s'il avait souhaité l'abandonner.

Que dire de Tactus si ce n'est que la mort de ses proches l'avait détruit ?
Avatar de l’utilisateur
MJ : Ruskov
 
Message(s) : 15
Inscription : 20 Mars 2015, 19:25


Points MEL: 46.00 Points

Re: Objectifs et détails non dévoilés.

Message par Xsosa'Mebak Nar Déméter » 18 Mai 2015, 16:03

Activité sonore nulle dans le bureau, le turien Tactus avait pourtant été détecté dans ses quartiers un peu plus tôt. Si Égide intervenait et entrait, il pourrait contrarier les plans de la créatrice Xsosa, le synthétique se savait incapable de raisonner un organique. Il s'agissait d'autant plus d'un turien violent et potentiellement dément. Le geth s'interrogea sur les compétences en armement de la cible, il était peu probable que ce scientifique soit meilleur tireur que lui. Cependant le directeur s'attendait probablement à de la visite, il tenait encore ses caméras de sécurité. Un endommagement de sa plate forme se présentait comme tout à fait envisageable. Après plusieurs minutes, Tactus ne sortait toujours pas.

Dans l'absence du consensus, Égide prit une décision. Seul. Le geth devait vérifier quitte à s'exposer au danger. Il valait mieux que Tactus ouvre le feu sur lui plutôt que sur la créatrice ou les scientifiques. Il encaisserait d'avantage s'il devait être touché. D'un geste vite, Égide ouvrit la porte et s'avança dans le bureau, l'arme en joue. Vigilant, il contourna en vitesse le bureau. Personne. Le geth analysa les données de la pièce et trouva où le directeur avait réussi à s'échapper. Tout le monde était à présent en danger.


« Créatrice Xsosa, le directeur Tactus s'est enfui par les conduits d'aération. Nous vous recommandons vivement de vous mettre à l'abri. Créatrice Xsosa, avez-vous bien reçu notre transmission ? »

Alors qu'elle réglait les derniers points avec les scientifiques, Xsosa entendit un certain vacarme au dessus de leur tête. Quelque chose se promenait dans le plafond ? Elle suivit la source du bruit qui se rapprochait d'eux. La jeune femme put reconnaître des bruits de pas lourds, une démarche gênée par un passage difficile, quelqu'un rampait dans le système d'aération jusqu'à la grille du laboratoire qui vola au sol. Un turien se laissa tomber et lorsque Xsosa et les scientifiques comprirent de qui il s'agissait, il était trop tard. Tactus leur faisait face et arme à la main, il mettait en joue la quarienne. Personne n'osa bouger, tous furent pétrifiés par ce terrible retournement de situation. Xsosa reçut le message d’Égide sans pouvoir répondre, elle observait son employeur devenu psychopathe.

Ils se croyaient tous morts mais le directeur n'ouvrait pas le feu. Il y avait quelque chose. Le turien se mit à marmonner à se tenir la tête d'une main comme s'il était saisi d'un terrible mal de crâne. Tous pouvaient à présent contempler sa démence, il essayait de chasser les voix dans sa tête jusqu'à gigoter comme un fou en camisole. Il ne faisait plus attention à eux mais pouvait à tout moment exploser et tirer. La quarienne ravala sa peur, tenta de rester calme. Elle pouvait peut être encore le ramener à la raison.


« Vous... Vous n'êtes pas un meurtrier, Tactus. Ces gens ne vous ont fait aucun mal, ils ne méritent pas un tel sort. Eux aussi sont des pères de famille, pourquoi voudriez-vous leur infliger ça ? »

Sans savoir s'il l'écoutait, le directeur releva la tête vers la quarienne. Il se montrait comme ailleurs, complètement déconnecté. Néanmoins, le turien baissa son arme, il y avait là un espoir possible. A cet instant le visage de Tactus se dévoila comme étrangement calme et apaisé, comme s'il avait oublié ce qu'il était venu faire ici. Il marmonna quelque chose que la pèlerine put comprendre avec difficulté. « Je suis désolé. » Là encore le comportement du personnage n'était pas clair, il ne semblait parler à personne dans la pièce. Lorsqu'Egide entra, braqua son arme sur le turien, celui ci ne remarqua même pas sa présence. Tactus plaça simplement son pistolet sur sa tempe, Xsosa eut un cri de surprise, et il mit fin à ses jours. Comme ça, en une simple et soudaine décision, il venait de transpercer son crâne d'une balle. Une décision qui choqua la quarienne, pétrifiée par cette mort violente si soudaine et cette décision aussi stupide, si absurde. Elle baissa le regard sur le corps inanimé du directeur, une vision terrifiante et révoltante. Xsosa n'avait rien pu faire, comme les autres, elle ne fut que le témoin d'un turien dévoré par sa propre folie. Avec cette démence, Le suicide, il apparaissait comme une chose abjecte plus particulièrement pour le peuple quarien, une telle décision égoïste et vide de sens empêchant de servir la flotte nomade...

Seul maître des moyens à ce moment précis, Égide s'approcha de Tactus. Il fit un diagnostic dont il connaissait déjà le résultat, le tir fut bien fatal et il ne pouvait que constater le décès. Le geth prit le carnifex et le rangea sur son flanc puis inspecta l'état de la créatrice. Elle allait bien mais présentait les signes d'un certain état de choc. Le reste de l'équipe scientifique n'en revenait pas d'avantage, ils commencèrent néanmoins à s'approcher, d'autres entreprirent de contacter l'extérieur. Beaucoup ne pensaient plus qu'à une chose, sortir d'ici. Le plus important pour l'instant était d'apporter de l'aide à la créatrice. Elle s'était détournée de la dépouille et semblait observer le laboratoire. La quarienne tremblait. Égide resta un temps immobile puis essaya de trouver les mots :


« Nous sommes heureux que vous alliez bien... Xsosa. » L'absence de créatrice, la volonté d’interpeller la pèlerine fit qu'elle posa les yeux sur le geth. «  Nous affirmons que votre comportement a été très courageux, nous avons entendu à l'aide de notre omnitech ce qui s'était passé alors que nous étions en chemin pour vous rejoindre. Vous avez essayé de sauver les scientifiques et ce malgré le danger que représentait Tactus. »

Le silence de la quarienne inquiéta Égide, elle se contenta de baisser les yeux.


Elle faisait face à son échec, si Tactus avait décidé de tirer sur la quarienne elle serait tout simplement morte, un simple déclic mental, une hasardeuse décision d'un fou fit qu'il choisit de se suicider plutôt que de tuer tout le monde.

Le geth analysa les informations et conclut au résultat suivant : la créatrice Xsosa qui ne bavardait plus, qui ne détenait plus ni d'enthousiasme ni de bonne humeur ne convenait pas au synthétique. Convenir n'était pas le terme adéquat. La conscience du synthétique s'affolait. Ses craintes pour la créatrice percutaient violemment son « moi ». Un élément important de construction de sa pensée se présentait comme en danger. Égide parvint dans ce désordre d'informations à retenir la plus importante, il voulait que la créatrice aille mieux, il devait l'aider, tenter quelque chose.

« Nous pourrions... Demander des échantillons d'Halius voire même un modèle entier. Cette plante montre un grand potentiel et intéresserait sûrement la Fédération. N... Je pense que vous l'avez mérité et que cela serait un accomplissement parfait pour votre pèlerinage. »

Xsosa leva les yeux sur lui. Ses efforts pour qu'elle aille mieux furent remarqués. Elle hocha lentement la tête, trop secouée pour sourire même si elle en avait envie. La quarienne trouva l'idée excellente et elle pourrait rentrer à la maison. Un des scientifiques recouvrit le corps de Tactus d'un drap blanc, non sans lui avoir jeté un regard méprisant. Janus tout aussi abasourdi vint à la rencontre de la quarienne.

«  Je souhaitais vous remercier, personne ici n'aurait mieux géré la situation comme vous. Quel gâchis... Vous... Qu'est ce que vous comptez faire ?»

« Nous aimerions ramener cet Halius sur Rannoch. »
expliqua simplement Xsosa dans un effort, elle reprit ses esprits.

« Bien entendu ! La plante pourrait grandement apporter aux quariens j'en suis sur. Les autres n'y verront pas d'objection ... De toute façon, nous sommes tous sans emploi. Je vais vous préparer l'un de nos meilleurs plants ainsi que plusieurs graines pour une implantation la plus efficace possible. »

Xsosa allait rentrer sur Rannoch et laisser ce maudit laboratoire derrière elle. Elle espérait que cet Halius en valait la peine.
Avatar de l’utilisateur
Xsosa'Mebak Nar Déméter
Rang 4

Rang 4
 
Message(s) : 95
Inscription : 04 Avril 2015, 15:39

Âge: 24
Profession: Ingénieure
Classe: Technologique
Points d'Héroïsme: 9

Points MEL: 220.00 Points

Re: Objectifs et détails non dévoilés.

Message par MJ : Ruskov » 22 Mai 2015, 13:48

C'était la fin de ce cauchemar. La fin de Tactus, la fin de ses recherches presque clandestines, la fin de ce qu'il avait tenté de bâtir et de faire. Encore sous le choc, tout le monde se remettait tant bien que mal de ce qu'il venait de se passer. L'un des Turiens avait vraiment mal vécu les dires et le suicide du directeur. Il était assis dans un coin, recroquevillé dans une position proche de celle d'un fœtus et il se balançait doucement d'avant en arrière, les yeux perdus dans le vague, les traits de son visage crispés. Dans son esprit était inscrit avec force l'image du scientifique qui retournait son arme vers lui avant de tirer. Il n'arrivait pas à se défaire de cette scène, et pour cause, c'était lui qui avait poussé le premier cri de joie quand ils avaient finalement réussi à créer l'Halius et ainsi alerté Tactus, lui donnant le signal qu'il attendait. Il se sentait responsable de tout ce qui était arrivé alors que ce n'était bien évidemment pas le cas. Rongé par les regrets d'avoir agi ainsi, il restait dans son coin, n'osant plus parler.

L'un de ses collègues était à ses côtés et tentait de le rassurer et de l'empêcher de culpabiliser mais il n'avait jamais aucune réponse à ses douces phrases : son l'autre Turien restait totalement muet. Il s'inquiétait pour lui, il espérait que l'acte et les paroles du directeur ne l'avaient pas trop choqué. Il essayait vainement de changer de sujet et lui demandait comment allait sa femme et ses enfants, qu'il avait vu peu avant de partir, ou en lui parlant de leur groupe de musique préféré qui comptait sortir un nouvel album d'ici peu. Mais rien n'y faisait, son ami n'exprimait aucune réaction et il avait de plus en plus l'impression de parler avec un mur. Mais, plutôt que de le démotiver, cela l'encourageait à lui parler de plus belle, attendant à chaque fois une quelconque réponse.

Deux autres Turiens, quant à eux, rigolaient. On pouvait toutefois percevoir les nombreux éclats de nervosité dans leur rire. Ils faisaient leur possible pour essayer de se relâcher et de détendre l'atmosphère. Chose peu aisé si l'on considérait ce qu'il venait d'arriver et l'état de choc actuel de tout ceux présents. Ils riaient aux éclats, enchaînant des blagues aussi insolites les unes que les autres sans aucune interruption et sans jamais cesser de s'esclaffer. Ils ne voulaient pas qu'un nouveau silence de mort comme celui qui avait suivi le suicide de Tactus s'installe de nouveau. Donc ils blaguaient et éclataient de nouveau de rire à chaque instant, empêchant un quelconque blanc de revenir.

Janus et Milnas, eux, étaient les deux seuls à rester totalement maîtres d'eux. Ils étaient bien évidemment sous le choc eux aussi, mais n'en laissait rien paraître, restant forts pour leurs collègues. Ils étaient également les seuls à voir le bon côté - si l'on pouvait appeler cela comme ça - de la mort du directeur. Quel était-il ? Eh bien, même si lui était décédé, aucun autre scientifique n'avait été blessé, tout du moins physiquement. Ç’avait été eux ou lui et heureusement pour eux, il avait finalement pris la décision de ne pas les tuer. Cela restait néanmoins un fardeau à porter pour ces scientifiques qui n'avaient jamais vu la mort de si près.
Les deux amis discutaient désormais à un moyen de quitter la planète le plus vite possible. S'ils restaient ici trop longtemps, cela finirait forcément mal. Non, il fallait qu'ils partent au plus vite et que chacun tourne la page même si cela restait plus facile à dire qu'à faire.

Xsosa quant à elle espérait simplement qu'un vaisseau de la Fédération serait rapidement dépêché pour venir la récupérer. Elle et les scientifiques car il n'était pas question de les laisser seuls dans ce complexe suintant la mort. Désirant que son souhait soit exaucé au plus vite, Égide activa la balise de détresse de la base et fit passer des messages d'urgence sur les canaux du gouvernement de Rannoch. Il s'inquiétait pour celle qui nommait « Créatrice ». Elle ne parlait presque plus et ne réagissait plus aux paroles du Geth. Il avait des difficultés à réellement comprendre ce qui se passait dans sa tête mais tout comme Janus et Milnas, il comprenait qu'il fallait partir au plus vite. Il resta là, devant ses écrans, attendant patiemment une réponse qui n'arriverait que quelques heures plus tard :


- Ici... taine Pri... rih du Dalkh..., vous me re.. vez ?

Réagissant instantanément, Égide tenta de réduire les parasites afin d'obtenir un message plus clair. Après quelques secondes de tentatives, il finit par réussir et entendit enfin une voix amicale :

- Ici le Capitaine Prizzo'Barih du Dalkha, vous me recevez ? recommença une voix quarienne.
- Nous vous recevons parfaitement Créateur Prizzo, répondit le Geth.
- Ah ! Nous avons reçu votre appel et nous sommes en approche de Triginta Petra. On sera là d'ici quelques minutes. Tout va bien ? dit le capitaine d'une voix inquiète.
- La créatrice Xsosa est en état de choc, tout comme le reste du personnel. Nous recommandons une approche rapide Créateur Prizzo.
- Je vois... On va faire au plus vite. Prizzo, terminé.

Quittant ses écrans, Égide retourna en vitesse auprès de Xsosa et des scientifiques pour les prévenir de l'arrivée imminente du vaisseau de Prizzo. Un véritable soulagement illumina tous les visages tant ils étaient heureux de pouvoir enfin quitter ce lieux morbide. Tout le monde partit rassembler ses affaires rapidement avant de sortir pour voir un vaisseau quarien qui semblait flambant neuf tant il avait bien été retapé atterrir. La carlingue de l'appareil brillait de mille feux sous le soleil de Triginta Petra alors qu'il terminait sa descente vers le sol sableux de la planète. Il avait l'air d'une étoile prête à s'écraser mais pour l'équipe qui sortait du complexe, il représentait bien plus. Cette fois, le cauchemar était réellement terminé...

Une fois que le Dalkha posé, une équipe de Quariens et de Geths - dont certains étaient armés - sortit du vaisseau et se dirigea vers les scientifiques et la mécanicienne. Ils accompagnèrent les « survivants » jusque dans leur appareil avant de redécoller aussi sec. L'un des Turiens, celui qui s'était recroquevillé après la mort de Tactus, s'évanouit de fatigue et de stress. Fort heureusement, son état restait stable puisqu'il était juste endormi. Invités à aller dormir, les autres scientifiques ne tardèrent pas non plus à se coucher. Ils ne furent néanmoins pas rejoints par Xsosa, qui s'entretint quelques minutes avec le capitaine pour lui expliquer la raison de sa présence sur ce complexe ainsi que la découverte de l'Halius. D'abord sceptique devant une telle histoire, Prizzo changea d'avis lorsque que sa compatriote lui montra les différents plants ainsi que les graines qu'elle avait pris avec elle. Il demanda également pourquoi l'équipe turienne était dans un tel état et fut encore une fois étonné par l'histoire que lui raconta sa jeune passagère mais la crut cette fois-ci sur parole. Après avoir obtenu tous les détails de cette étrange affaire, il contacta la Fédération pour annoncer le rapatriement d'une pèlerine...


Spoiler : HRP :
Avec cette réponse MJ, le Staff officialise le passage du personnage Xsosa'Mebak Nar Déméter du rang 1 au rang 2 puisque toutes les conditions ont été réunies.

Spoiler : :
Tu peux encore faire une réponse si tu veux, mais moi, je vois pas quoi dire de plus ^^.
Avatar de l’utilisateur
MJ : Ruskov
 
Message(s) : 15
Inscription : 20 Mars 2015, 19:25


Points MEL: 46.00 Points

Re: Objectifs et détails non dévoilés.

Message par Xsosa'Mebak Nar Déméter » 26 Mai 2015, 18:52

Assise contre un mur, Xsosa observait l'Halius qu'elle tenait entre ses mains. Cette toute petite chose qui avait poussé Tactus à vouloir tuer toute son équipe. L'ambiance à l'intérieur du laboratoire n'était guère animée. Tous essayaient plus ou moins de prendre conscience de ce qui venait de se passer, seuls quelques scientifiques qui essayaient de contacter l'extérieur, osaient briser ce lourd silence. Janus et son collègue gardèrent leur tête froide, ils avaient été les premiers à se douter de ce qui se passait. La quarienne n'osait pas fermer les yeux. Elle avait encore l'image du turien qui retournait son arme contre lui, le bruit de la détonation et le silence qui suivait. Xsosa avait vu bien pire à la fin de la guerre de l’Éveil mais il semblait qu'elle n'arrivait pas encore à s'habituer. Voir des vies se finir ainsi, aussi stupidement. Elle redressa la tête et observa Égide qui utilisait son système de communication.

La recherche d'un signal prit au geth moins de temps que prévu, après quelques heures il avait capté un message. Il effaça les parasites et put reconnaître la signature d'un bâtiment de la Fédération de Rannoch. Ses appels à l'aide avaient été entendus. Le capitaine du vaisseau, un quarien nommé Prizzo'Barih vas Dalkha reçut finalement la transmissions d’Égide qui put faire un rapide rapport de la situation. Le responsable n'en demanda pas plus et annonça qu'il allait se poser. Un vaisseau approchait , tous purent réaliser qu'ils allaient s'en sortir et quitter le complexe. Certes la Fédération venait avant tout pour protéger leur pèlerine mais elle faisait tout de même encore partie de l'espace concilien. Quelques instants plus tard, des quariens et des geths entrèrent dans le laboratoire pour procéder à l'évacuation, l'ordre avait été donné de sauver tout le monde. On vérifia d'abord que Xsosa et Égide allait bien, plus particulièrement la pèlerine puis les quelques soldats donnèrent les consignes pour quitter l'endroit.

Alors que tout le monde embarquait, le capitaine du Dalkha vint à la rencontre de Xsosa. Cette dernière tâcha de paraître un peu digne et se redressa. Ce militaire avait fier allure, il portait de beaux tissus comparé à la mécanicienne. Il faisait une tête de plus qu'elle et portait une combinaison aux teintes bleu azur. Xsosa éprouva un certain soulagement de contempler ainsi un membre de son peuple. Elle savait qu'elle pouvait lui faire confiance, qu'il allait la faire sortir d'ici et la ramener chez elle. Les yeux blancs de Prizzo ne quittèrent pas un seul instant la jeune femme. Il montrait une certaine inquiétude mais sut se montrer rassurant :


«  Salutations, Xsosa'Mebak Nar Déméter. Votre compagnon de route nous a précisé que vous aviez été un peu secouée. Ca va aller ? »

« Oui, je pense que j'ai juste besoin d'un peu de repos... Ne vous inquiétez pas. »

« Capitaine Prizzo'Barih vas Dalkha, je ne pensais pas venir à la rescousse d'une pèlerine en atteignant ce grade. C'est regrettable que ça se soit mal passé pour vous. »

« Ca en vaut peut-être la peine. »
elle lui montra alors la plante qu'elle protégeait entre ses bras. « Les scientifiques travaillaient sur ce projet, l'Halius, une plante dextro-aminée capable de s'adapter au climat de notre planète. »

« Une plante ? Vous avez failli vous faire tous dessouder pour ça ? »

« Selon les résultats ; Egide pourra tout vous montrer, il a tout enregistré ; l'Halius serait très prometteuse. »

« De quoi aider nos fermiers sur Rannoch ? On dirait bien que vous avez accompli votre rituel dans ce cas. Félicitations. Nous allons mettre votre précieuse cargaison à l'abri. »


Xsosa repensa alors à l'offre que lui avait faite Nissara T'sironia, c'était l'occasion de faire un détour. Les turiens devaient regagner la Citadelle, cependant le capitaine ne ferait probablement pas une escale là bas. Pouvait-elle demander à une spectre de venir la chercher sur Rannoch ? Elle disposait de son extra net après tout. Une Frégate de spectre devait surement explorer continuellement la galaxie et finir forcément par un passagre près de l'Oasis stellaire. Elle enverrait un mail une fois bien installée à bord du Dalkha. Elle contacterait la spectre et elle aviserait en conséquence. Cela paraissait la meilleure chose à faire. Son père devait s'inquiéter. De plus le capitaine avait annoncé son rapatriement. Il fallait donc rentrer pour le moment. Revoir Rannoch lui ferait du bien, une petite pause après le pèlerinage semblait légitime. Le vaisseau quitta Triginta Petra. Egide se tenait près de la quarienne.


« Nous... J'ai pris l'initiative de partager tous les documents aux autres unités geths. Tous se réjouissent de la découverte et du succès de votre pèlerinage. »

« Ca a été en grande partie grâce à toi. Merci beaucoup, Egide. »

« C'est moi qui vous remercie de m'avoir accepté pour votre rite de passage. Voyager avec vous m'a permis d'améliorer certaines compréhensions. Si vous souhaitez toujours par la suite rejoindre la spectre asari T'sironia, j'aimerais vous accompagner également. »


Elle finit par sourire.


« D'accord. Tu es le bienvenu. Il va falloir écrire un message à Nissara... J'espère que son offre tient toujours. »


Xsosa s'arrêta devant un hublot pour voir la planète rétrécir. Son pèlerinage s'était terminé avec une certaine amertume mais le succès se tenait bien présent. L'avenir s'annonçait meilleur.
Avatar de l’utilisateur
Xsosa'Mebak Nar Déméter
Rang 4

Rang 4
 
Message(s) : 95
Inscription : 04 Avril 2015, 15:39

Âge: 24
Profession: Ingénieure
Classe: Technologique
Points d'Héroïsme: 9

Points MEL: 220.00 Points


Retour vers Berceau de Siegfried



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)