Mannequin, un beau métier ? (Quête) [Pv Miho'Shakti]

*

Modérateurs : Administration, MJ

Mannequin, un beau métier ? (Quête) [Pv Miho'Shakti]

Message par Isïana N'iim » 17 Mars 2016, 13:10

« Formulaire du RP »


• Date du RP: 26 Juin 2 190
• Lieu du RP: Nos Astra, Illium, Nébuleuse du Croissant, Travée de l'Attique
• Type de RP: Fermé (Quête)
• Nombres de personnes requises: 1 (Miho'Shakti Vas Maefis)
« Légende des couleurs »


• #00FF66 : Isïana N’iim


... Précédemment ...
(« Fêtons cela ! »)




Illium avait bien changé depuis ma dernière visite. Celle-ci ne remontait non pas à avant le conflit contre les Moissonneurs, qu'on voyait encore ici et là bien qu'ils se fassent de moins en moins présents. Non, c'était il y a un peu plus de deux ans, alors que la colonie asari était en pleine reconstruction et concilienne, avec un nombre de Hanari et de Volus conséquent.

J'avais appris la nouvelle, comme tout le monde, que les dirigeantes d'Illium avaient décidé de retrouver leur indépendance, une fois la reconstruction bien entamée. Nos Astra était quasiment redevenue ce qu'elle était. C'était presque bizarre, comme si la terrible destruction provoquée par les Moissonneurs n'avaient été qu'un lointain cauchemar confus, presque irréel. Si leur présence ne trahissait pas la dure vérité.

De mon côté, j'avais décidé de passer un peu de bon temps sur la colonie de la Travée de l'Attique, désormais. Un phare brillant dans cette zone de pénombre. On pouvait remarquer ici et là le mélange de culture concilienne et Terminus se mélangeait petit à petit, comme cela avait toujours été après tout.

Une ambiance qui me ravissait de plus en plus, à mon plus grand étonnement. Cela faisait un peu plus d'un siècle que je vivais dans l'espace concilien. J'avais toujours pensé que ça serait le meilleur endroit de la galaxie, que j'avais tout fait pour l'améliorer un peu. Je n'arrivai pas à comprendre à l'époque comment certains pouvaient tout abandonner là-bas pour reconstruire quelque chose de précaire dans la Travée ou les Systèmes Terminus.

Désormais, je pensai que je commençais à comprendre. Au final, je me ne sentais pas réellement à ma place. Mes différentes missions diplomatiques hors de l'espace concilien, qui s'étaient multipliées au cours de mois, me l'avaient montré clairement. Je n'y avais pas prêté attention, bien trop concentré sur ma tâche. Et il avait fallut la naissance d'Ayni, ma petite dernière, et que je prenne le temps de me poser pour que cela me saute aux yeux.

Cela étant, c'était bien beau tout cela. Mais pour faire quoi à la place ? J'avais passé l'âge de tout jeter par la fenêtre et recommencer tout à zéro. C'était probablement pour cette raison que j'avais opté pour Illium. Quoi de mieux que la colonie qui avait opéré ce que je comptais faire …

Toujours dans mes pensées, je finis par m'arrêter devant une affiche holographie mettant en scène deux belles femmes, l'une Asari, l'autre humaine, joliment vêtues. Je ne pus m'empêcher d'esquisser un sourire. Heureusement que Nevi, ma couturière quarienne et … un peu plus que ça, n'était pas là, auquel cas elle m'aurait probablement listé les quelques défauts que personne d'autre qu'elle n'aurait remarqué.

Je me mis à lire l'annonce, piquée dans ma curiosité.

« Bonjour à toutes ! Nous sommes actuellement à la recherche de plusieurs belles femmes, jeunes ou non, pour poser pour notre catalogue. Nous recherchons en particulier deux personnes pour faire des séances photos communes. Enfin, nous n'avons pas de critères particuliers pour l'espèce, bien au contraire, nous nous voulons une entreprise de vêtements s'adressant à n'importe qui. Si vous êtes intéressée, n'hésitez pas à venir dans l'un de nos magasins d'Illium ! »


Je souris. Je n'avais pas prévu de poser, mais l'idée me plut sans que je sache réellement pourquoi. La dernière fois que j'avais posé c'était … hum. Pour autre chose...

Je lus le nom de l'enseigne. Illia Tissu & Luxe. Hm, cela ne me disait rien du tout. Probablement une nouvelle marque lancée il y a peu. Peut-être également pour cela que les propriétaires recherchaient de jolies demoiselles pour promouvoir le magasin. Et jeune ou non. J'avais mes chances après tout.

Je décidai donc d'entrer dans le magasin. Le terme « Luxe » à la fin du nom n'était pas volé. Je me serai soudainement cru dans l'un de ses magasins de mode du Présidium. Et la clientèle avait clairement les moyens. Je me mis à imaginer une jeune femme de classe moyenne débarquait ici par hasard, cela devait faire un choc.

J'entrai, répondant au bonjour de la caissière de magasin, une Asari de toute beauté, qui était affairé avec une cliente asari qui devait clairement être de la bourgeoisie d'Illium, visible tant par sa riche robe que par son attitude de supériorité, qui avait tendance à m'irriter au plus haut point. Je fus finalement accueillie par une Turienne portant une robe noire et moderne qui lui allait la perfection.

 « Bonjour, Madame, je peux vous aider ?
- Oh, oui. J'ai vu votre annonce.
- Oh, elle vous intéresse ? demanda-t-elle en souriant, en profitant pour me jauger rapidement, constant par ma poitrine volumineuse, mon corps fin et athlétique, aisément devinable sous la robe légère et presque moulante que je portais, d'un coloris bleu nuit, que je répondais tout à fait aux exigences de la marque, probablement peut-être même plus.
- Je dois avouer que l'idée me tente bien, en effet, confirmai-je en souriant à mon tour.
- Veuillez me suivre, dans ce cas. »

La Turienne m'invita donc à suivre ses pas, ce que je fis, en profitant pour regarder furtivement les tenues vendues. Histoire de ne pas repartir les mains vides quoiqu'il arrive. C'était vraiment très joli, rien à dire. Et surtout, il n'y avait pas que des inspirations asari, on pouvait passer d'une robe typique de ma race, à un ensemble plus quarien ou encore des tenues d'avantages kroganes ou galariennes. Il y avait clairement le choix.

La Turienne me laissa aux mains d'une Asari, portant la même tenue d'employée. Au détail près qu'elle tenait un OmniTech de couleur bleue, en pleine communication, au vu de l'écran holographique déployée.

 « Je te l'avais dis que ces deux humaines ne feraient pas l'affaire. Trop imbues d'elles-même et cela se ressentirait sur les clichés, dit-elle en soupirant avant de lever les yeux dans ma direction. J'ai une Asari, à l'instant sinon. Madame ?
- Isïana N'iim, répondis-je.
- L'ambassadrice des réps ? s'étonna l'Asari, visiblement perplexe.
- En personne, confirmai-je en souriant.
- Et en quoi notre proposition vous intéresse ? me questionna-t-elle, me prenant un court instant de court.
- Oh. Eh bien, l'envie du moment. Et puis, la tournure de l'annonce m'a bien plus.
- Je vois … Ilina, j'en ai peut-être une qui ira à la perfection, ajouta-t-elle à l'attention de sa correspondante, se retournant un bref instant vers l'écran projeté par l'OmniTech, avant de me désigner un escalier montant derrière elle. Si vous voulez bien vous donner la peine de monter, Ambassadrice.
- Merci » répondis-je simplement.

Je suivis donc la direction indiquée, quittant la salle du magasin proprement dit pour monter d'un étage. Je me retrouvai dans une large pièce où une Asari, plutôt âgée, encore plus que moi donc, probablement proche de l'âge d'être Matriarche, était en train de pianoter sur son OmniTech.

Mis à part elle, je pus remarquer un large mur totalement vert et plusieurs appareils de photographies. Je n'y connaissais rien mais vu le standing proposé par le magasin, cela devait être du matériel de très bonne qualité. Enfin, le plus visible restait également une large penderie sur roulette proposant une gamme de tenues diverses et variées.

 « Oh, Ambassadrice. Ravie de vous rencontrez, lança-t-elle en me voyant arrivée, d'un ton chaleureux et ravi. J'ai cru à une mauvaise blague de la part de Mélana quand elle m'a dit que vous vous présentiez. Oh, j'en oublie les présentations. Ilina T'Ris.
- La photographe de guerre ? demandai-je, le nom me rappelant vaguement quelque chose.
- Oh. Oui, tout à fait. Je suis honorée que vous me connaissiez, répondit Ilina tout excitée, ce qui ne put m'empêcher de me faire sourire.
- J'étais tombée sur vos clichés de la défense de Thessia. Aussi beau que terrifiant.
- N'est-il pas ? Je ... commença-t-elle à dire avant d'être interrompue par son OmniTech qui sonna. Ah, Déesse, visiblement c'est mon jour de chance. Visiblement, nous avons notre seconde modèle. Je suis sure que cette fois-ci, ça sera la bonne.
- Il y a eu des … ratés ? demandai-je, curieuse.
- On peut dire cela, maugréa la photographe. La plupart des femmes qui se présentent ne songent qu'à se promouvoir, elles. Elles ont toutes quelque chose qui ne collent pas … Mais je suis certaine que ça ira, cette fois-ci. Ah la voilà. »

Je me retournai pour voir une Quarienne arrivée. Une chose était sure. Sa combinaison était magnifique. Et au vue des courbes, ce qui s'y trouvait en-dessous devait l'être tout autant ...


HRP : Voilà, j'espère que ça t'ira comme démarrage :3
Avatar de l’utilisateur
Isïana N'iim
Fan N°1 de Blasto

Fan N°1 de Blasto
 
Message(s) : 1088
Inscription : 05 Mars 2015, 13:56

Âge: 447
Profession: Diplomate
Classe: Biotique et Technologique
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 33.00 Points

Re: Mannequin, un beau métier ? (Quête) [Pv Miho'Shakti]

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 18 Mars 2016, 21:13

« Bonjour à toutes ! Nous sommes actuellement à la recherche de plusieurs belles femmes, jeunes ou non, pour poser pour notre catalogue. Nous recherchons en particulier deux personnes pour faire des séances photos communes. Enfin, nous n'avons pas de critères particuliers pour l'espèce... »


"...<<Bien au contraire, nous nous voulons une entreprise de vêtements s'adressant à n'importe qui, blablabla...>> et donc, ce serait pas mal si l'une de vous y allait. Il faut continuer à promouvoir l'image des Quariens, non?"


... Et voilà comment Miho s'était retrouvée là. Enfin en partie. A l'origine, elle avait plutôt proposé sa co-pilote, plus jeune, plus proche d'une image publicitaire qu'un pilote ayant fait la guerre et ayant dépassé l'âge d'or du mannequin selon les critères purement humains qu'elle en avait. Seulement Fyn n'avait pas terminé d'argumenté que Nuuma s'était éclipsée avec une discrétion qui n'avait rien à envier à un assassin Drell. Malédiction! Seule face à son capitaine, elle n'avait définitivement trouvé aucun argument efficace contre la perspective déjà de tenter d'aider à continuer d'améliorer la réputation encore tenace des Quariens, ni celle peut-être un peu naïve que ça puisse rapporter quelques crédits au Maefis.

C'était la première fois que Miho déambulait concrètement sur Illium. Jamais elle n'avait quitté le quai jusqu'à présent. Ses précédents passages express à l'époque encore innocente de son pèlerinage ne lui avait pas permis de jouer les touristes. Planquée sagement dans le giron du Margery sur l'ordre de Karl, elle n'avait pu en entrevoir que ce qui montait à bord ou passait devant le vaisseau. Elle n'avait pas changé son attitude à bord du Maefis. Sans doute parce que, la curiosité de la jeunesse passée, se promener dans un environnement plus propre à la richesse et au tourisme avait rendu Illium bien moins captivante aux yeux du pilote.

Mais maintenant qu'elle s'y promenait, elle ne savait dire s'il lui fallait réviser son jugement ou au contraire si conforter. Tout ici lui semblait créé pour en mettre plein la vue aux passants. Splendeurs de lumières, architectures époustouflantes et somptueuses toilettes, toutes races confondues, lui donnait la désagréable impression de détonner complètement avec le décor. Autant elle reconnaissait que tant de beauté ne la laissait pas indifférente, autant elle ne pouvait s'empêcher de dresser un parallèle affligeant avec la survie qu'elle avait vécue au sein de la Flotte Nomade. L'énergie, la matière première, les talents même de ceux qui construisaient ce décor lui paraissaient gâchés par la futilité et la superficialité. Maintenant qu'elle s'était arrêtée devant la fameuse boutique indiquée par Fyn, pendant de longues minutes, elle hésita à tourner les talons, se disant qu'au fond, sa simple présence ici-même la rendait passablement hypocrite.

Hésiter, seulement. Dans le reflet de la vitrine, elle remarqua sans peine deux Asaris vêtues magnifiquement ralentir le pas. La premier la détailla de haut en bas, puis afficha une mine dégoûtée qu'elle tâcha faussement, mais avec grâce, de cacher d'une main avant de murmurer quelque chose à la seconde qui afficha un sourire moqueur en suivant le regard de sa comparses. La fierté de la Quarienne piquée au vif, elle releva la tête, une expression déterminée sous sa visière, et poussa la porte du magasin, s'avança, impériale et... Vit toute sa motivation douchée par l'intérieur huppé qui se présentait à elle.
Son regard parcouru rapidement l'espace, ciblant textiles, employées vêtues de même, dimensions du comptoir et, le plus banal de tout, regard hautain et dédaigneux d'une Asari, visiblement cliente, qui fit un pas en sa direction, lui intimant... Non, lui ordonnant par son geste à s'écarter de son passage, qu'elle puisse quitter la boutique. Un service que Miho lui rendit avec le plus grand plaisir de se défaire d'une attitude qui, bien que raccord avec le décor, faisait tâche face à l'employée en robe noir qui lui offrit un sourire des plus charmants.

"Bienvenu chez Illia Tissu & Luxe, que puis-je pour vous?"

Le regard de la Quarienne parcouru très rapidement le corps de la vendeuse. Epaules visibles réhaussant un cou gracile, tissu noir ajusté à la perfection le long de ses courbes, sourire suffisamment avenant pour ne pas trop paraître commercial, cette enseigne avait assurément embauché du personnel de choc! La séance d'observation ne dira que deux malheureuses secondes et resta insaisissable sous la visière sombre de Miho qui en perdit l'espace d'un instant l'assurance que toute race pouvait réellement postuler pour jouer les mannequins.

"Bonjour, hem... Mademoiselle? J'ai vu votre annonce devant et... Quand vous dîtes <<pas de critères parti...>>""

Son regard s'échappa une nouvelle fois, au-delà de la vendeuse, pour se poser sur quelques étoffes plus loin, dont un groupe en particulier semblait posséder les formes parfaites pour embellir une combinaison Quarienne. Elle trouva la réponse à sa première question avant même de l'avoir posée. Se reprenant, elle corrigea ses propres propos.

"Bref, je voudrais proposer mes services, s'il vous reste encore de la place."

Une seconde Asari s'avança, prenant les devants sur sa collègue, après avoir pianoté sur un OmniTech de couleur bleue.

"Bonjour Madame! Il nous reste de la place, en effet. Puis-je avoir votre nom?"
"Miho'Shakti."

L'Asari eut un instant de flottement, comme attendant une suite qui ne vint pas. Miho préférait ne pas entamer la discussion en saoulant une interlocutrice avec un patronyme à rallonge. Et puis son vaisseau d'attache n'était que très accessoire dans un milieu comme celui de la mode. L'Asari pianota à nouveau avant de répondre sans se départir d'un adorable sourire.

"Merci. Je vous invite à vous rendre à l'étage pour la suite."

Elle indiqua des escaliers plus loin, et Miho inclina poliment la tête avant de clôturer ce bref échange.

"Merci à vous!"

Elle se serait attendue à plus de questions, plus de méfiance. Le vécu avait fait la part belle aux préjugés. Il fallait bien qu'elle s'y fasse, les Quariens allaient probablement voir leur image s'améliorer. Quelque chose lui disait qu'une certaine demoiselle président le Conseil allait très certainement accélérer les choses. Sans trop regarder la marchandise, Miho se rendit à l'étage. Le shopping n'était pas trop son truc, elle préférait plutôt le bricolage, et de préférence en rapport avec le cockpit d'un vaisseau. Ici, elle se sentait aussi à sa place qu'un dévoreur dans un laboratoire galarien.
Arrivée à l'étage, cette impression ne fit que se réaffirmer. Le matériel semblait de pointe, nettement plus récents que toutes les pièces du Maefis. Elle cibla assez vite la maîtresse des lieux, dont l'OmniTech venait tout juste de perdre son image holographique, et une personne qui devait certainement être un modèle déjà aguerri à en juger par la posture, le physique à la féminité sublimée par une poitrine de rêve, et la peau... Mauve? Derrière sa visière, Miho haussa un sourcil. Ce genre de spécialité devait probablement être artificielle, ce qui n'enlevait rien au charme apporté. Pour sûr, cette Asari était de base un modèle avec l'expérience du métier. Ce qui rappela à la Quarienne qu'elle n'avait pas vraiment sa place ici. Etrange qu'on l'ait invitée à entrer. Ses mains se croisèrent devant elle, et ses doigts s'agitèrent un instant, signe évident de nervosité. Pourtant sa voix, même déformée, s'avéra étonnamment calme.

"Bonjour... Je viens me proposer comme modèle. Pour peu que je rentre dans vos critères."

Son regard se posa une fois encore sur l'Asari mauve, avant de se reporter sur celle qui paraissait la plus agée.

"Bien entendu! Venez donc nous rejoindre que je puisse vous exposer à toutes les deux les objectifs de la séance photo."

Décroisant ses mains, Miho jeta un rapide coup d'oeil vers les escaliers, jaugeant une dernière fois ses perspectives de fuite, pour finalement obéir. L'Asari plus âgée la détailla un instant et Miho fut surprise de ne saisir dans son regard ni dédain, ni hauteur, ou moquerie d'aucune sorte. Peut-être qu'elle avait une chance après tout. Arrive à leur hauteur, elle tendit une main vers la femme mauve sur laquelle elle ne faisait que des supposition.

"Miho'Shakti, ravie de vous rencontrer."
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 286
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 888.00 Points

Re: Mannequin, un beau métier ? (Quête) [Pv Miho'Shakti]

Message par Isïana N'iim » 22 Mars 2016, 16:32

« Légende des couleurs »


• #00FF66 : Isïana N’iimMiho'Shakti Vas Maefis : indianred •


Je regardai la Quarienne, constatant sans mal sa nervosité apparente au vu du mouvement de ses trois doigts. Cela faisait bien longtemps que j'avais remarqué ce tic corporel, qui était propre à la plupart des espèces intelligentes de la galaxie, à vrai dire. Enfin, pour celles qui avaient des mains et des doigts, déjà.

Je lui adressai un petit sourire rassurant. Je n'arrivai pas à deviner ses réels sentiments. Il fallait dire aussi que la forme particulière de son masque m'étonnais, maintenant que j'y faisais plus attention. Je n'avais guère eu l'occasion de croiser beaucoup de Quariennes qui portaient un masque donnant l'impression d'avoir deux gros yeux et non une visière unique. Cela étant, ce n'était pas choquant, loin de là.

Je me contentai d'écouter en silence le court dialogue entre la nouvelle venue et la photographe. Sa voix calme dénotait avec sa nervosité corporelle. Cela m'intriguait un peu. Je n'arrivai pas à cerner s'il s'agissait d'une jeune femme pleine de caractère en plein pèlerinage ou d'une Quarienne plus âge simplement timide.

« Miho'Shakti, ravie de vous rencontrer, se présenta-t-elle à mon attention en tendant sa main, l'imitant à mon tour en la serrant poliment.
- Isïana N'iim. Enchantée, Miho. Un bien joli prénom d'ailleurs, ajoutai-je en souriant. Nar ? Vas ? » ajoutai-je avec de la curiosité pleinement audible dans ma voix, désirant savoir laquelle de mes intuitions étaient la bonne, guettant sa réponse … ou son absence d'ailleurs.

Rapidement, visiblement impatiente, Ilina réclama notre attention, après s'être dirigée vers la penderie de vêtements, parlant tout seule dans un premier, manquant de peu de me faire un peu trop sourire.

« Je dois avouer être plus que ravie, finit-elle par nous dire. Une Quarienne et une Asari a la poitrine généreuse, c'était exactement le binôme que j'espérai. De votre côté Demoiselle Shakti, notre société espère attirer votre peuple comme cliente. Implanter une filiale sur Rannoch serait une bonne option. J'ai entendu dire que changer de mode vestimentaire n'était pas courant durant votre exil pour éviter du gaspillage, ou quelque chose comme ça. Quelle horreur ! Je me demande comment vous avez bien pu survivre ainsi, déplora la journaliste à l'attention de Miho avant de se tourner vers moi. Quant à vous, Ambassadrice N'iim, je dois avouer que vous correspondez tout à fait au critère du modèle je dirai … commercial par excellence, me dit-elle en regardant mes courbes avec un peu trop d'entrain pour être purement professionnel à mon goût, me faisant lever un sourcil de perplexité. Enfin, sans vouloir vous offensez, ajouta-t-elle rapidement.
- Je n'ai entendu aucune offense à mon encontre, vous n'avez pas à vous excuser, répondis-je en souriant.
- Oh. Vous m'en voyez rassurée... »

Il y eut un court instant de flottement, comme si la photographe essayait de remettre ses idées en place et de se souvenir pourquoi elle se trouvait là devant nous, moi et Miho, qui se regardèrent mutuellement un court instant. Je ne pus m'empêcher de hausser les épaules en souriant, probablement aussi surprise qu'elle.

« Ah oui. Les photos ! s'exclama-t-elle, revenant finalement à la réalité.Comme vous le voyez, nous avons mis en place un fond vert, cela me permettra le moment venu de modifier à loisir le décor pour nos affiches. Il y a quelques accessoires de décoration à portée de main, si jamais l'inspiration me vient, ajouta-t-elle en désignant une porte entrouverte qui menait à une autre pièce, plongée dans la pénombre. Pour vous, Demoiselle Shakti … commençons par cela si vous voulez bien. »

Disant cela, elle tira une tenue qui s'avéra être une robe avec capuche, qui ressemblait beaucoup à celle que je portais durant ma grossesse. Au détail près que celle-ci était brodée et pensée plus pour une Quarienne avec un style typiquement asari, à l'inverse de mon ancienne tenue.

 « Comme Illia Tissu & Luxe a bien compris que se changer n'était pas possible pour des Quariens, nous avons simplement repenser les tenues vestimentaires en prenant en compte non pas directement votre peau comme support mais bien votre combinaison, commença-t-elle à expliquer à Miho, tandis que j'écoutais avec intérêt également de mon côté. De ce fait, nous avons conçu une robe qui s'enfile comme n'importe quelle autre, simplement, en appuyant sur un bouton discret, de légers aimants se mettent en place pour maintenir l'ensemble. Nous avons déjà fait des tests avec des volontaires, précisa-t-elle avec un sourire rassurant. J'ai parlé de robe mais cela vaut pour d'autres tenues. Il n'y a juste que les sous-vêtements que l'on n'a pas conçu, n'en voyant pas l'intérêt.
- Oh, c'est dommage, cela serait très drôle à voir, pouffai-je, m'imaginant déjà le résultat.
- Quant à vous Ambassadrice, enchaîna la photographe après avoir tendue la tenue à Miho. J'ai une robe assez similaire à la vôtre, un peu plus … décontractée dirais-je. »

J'affichai un visage interrogateur face au terme employé. Je compris rapidement les propos d'Ilina lorsqu'elle me tendit une robe plus courte, plus colorée, qui avait tout de la robe coquette de soirée en été.

 « Oh, Déesse, suis-je sotte. Pour vous changer ! s'exclama la journaliste en se grattant le sommet des excroissances, embarrassée.
- Je ne suis pas quelqu'un de particulièrement pudique, répondis-je en souriant.
- Je n'en doute pas mais ...
- Pardon ? m'exclamai-je dans un mélange d'amusement et de surprise.
- Euh … J'ai pensé à haute voix ? demanda-t-elle à l'attention de Miho, témoin bien malgré elle de la scène. Euh, désolée.
- Il n'y a pas de mal, répondis-je dans un sourire en coin.
- Je voulais simplement dire que je ne peux vous laisser vous changer ainsi, se corrigea-t-elle. Ce ne serait guère professionnelle de ma part. Attendez, cela devrait faire l'affaire. »

Elle me tendit la robe que je pris dans mes mains, jetant un coup d’œil à la Quarienne en prise avec sa propre tenue. Alors que la photographe se dirigeait vers la pièce dans la pénombre j'adressai quelques mots à Miho.

 « Elle n'est pas très commode. Un peu d'aide ? » lui proposai-je pour l'aider à enfiler sa tenue.

L'assistant si elle en avait envie, regardant le résultat le cas échéant, j’attendis également le retour d'Ilina. Celle-ci revint rapidement avec un large cadre fait d'un tissu blanc, visiblement utilisée en tant que décor uni, qu'elle déplaçait sur des roulettes. Elle le déplaça jusqu'à un coin, au niveau duquel se trouvait un siège et une petite table.

 « Voilà, vous pourrez vous changer tranquillement comme cela, me dit-elle avant de se retourner vers Miho. Ah, Demoiselle Shakti, parfait, la pose maintenant... »

J'écoutai distraitement le reste de la discussion, me déshabillant de mon côté pour me retrouver en sous-vêtements, posant ma robe sur le siège. Je me mis à toucher du bout des doigts le tissu, fronçant les sourcils. Je le trouvais un peu fin tout de même. J'en vins à me demander si cela ne formait pas un peu des ombres chinoises …

Je haussai les épaules. Bah peu importe. Je me mis à me dépêcher d'enfiler la robe du magasin, suite à l'interpellation de la photographe, qui se stoppa étrangement à la fin de sa phrase. Sans doute s'était-elle perdue à nouveau dans ses pensées...

 « Oui, oui, me voilà. Désolée. »

Je surgis de derrière le cadre pour rejoindre la photographe, souriante. J'attendis donc qu'elle me place au côté de Miho, ne sachant trop ce qu'elle avait en tête exactement ...
Avatar de l’utilisateur
Isïana N'iim
Fan N°1 de Blasto

Fan N°1 de Blasto
 
Message(s) : 1088
Inscription : 05 Mars 2015, 13:56

Âge: 447
Profession: Diplomate
Classe: Biotique et Technologique
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 33.00 Points

Re: Mannequin, un beau métier ? (Quête) [Pv Miho'Shakti]

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 26 Mars 2016, 20:13

Bien qu'il fut sans doute un peu idiot pour elle de ressentir ça, Miho éprouva comme une sorte de soulagement à ce simple retour de poignée de main. Bien sûr qu'il n''aurait pas été refusé, bonne éducation oblige, mais l'absence de marque de mépris dans la réponse, qui plus était la touche de curiosité bien renseignée lui donna l'impression qu'elle n'avait peut-être pas eu tort d'écouter Fyn et d'avoir franchit l'entrée de cette boutique. Si son sourire n'était pas visible sous sa visière, il pouvait être perceptible dans sa voix.

"Merci beaucoup. C'est Vas. Miho'Shakti Vas Maefis pour être exact."

Voilà qui n'apporterait pas beaucoup d'information, si ce n'était que son pèlerinage était déjà passé. Difficile de prendre le temps de faire plus ample connaissance sous l'impatience de leur photographe. Compte tenu de ses propos, Miho déduisit qu'il lui fallait un binôme sortant du standard de la publicité. Formes plus flagrante, minorité représentée... Il était vrai qu'une Asari mauve avec des formes plus généreuses que la moyenne et une Quarienne feraient probablement figure d'originalité dans ce type de milieu. Mais surtout ses propos concernant le style vestimentaire et l'importance futile accordée à la mode la firent légèrement tiquer. Détournant un instant la tête, elle roula des yeux pour ne pas avoir à dire sa façon de penser sur le sujet. Etrange pour une dame qui pourtant avait connue la guerre de prononcer des paroles aussi... Superficielles. Un léger soupir fut néanmoins perceptible pour Isïana, bien assez proche à ce moment-là. Elle préféra ne pas répondre. Après tout, elle était venue ici pour faire des photos, pas pour parler morale et éthique. D'autant plus qu'à défaut d'elle, la photographe, prenait plus de pincettes avec sa collègue pour quelques heures. C'était toujours au moins ça de gagné. Même si le flottement qui suivit lui laissa à penser que la séance photo allait probablement durer plus longtemps que prévu. Croiser le regard de sa comparse modèle lui arracha un sourire.

Elle se tourna pour observer le fond vert. Simple et pratique, à en entendre les paroles d'Ilina. Cependant, elle se demandait bien quel genre de fond serait privilégié. Elle espéra sincèrement qu'il ne s'agisse que de beaux décors stéréotypés, et pas du mauvais goût post-apocalyptique pour tirer parti commercial de la guerre. Ou peut-être Miho n'avait-elle tout simplement aucun sens artistique sur le sujet et se sentait trop facilement touchée par les morts pour s'outrer de l'usage du contexte qui les avaient vu disparaître. Ou peut-être qu'elle affabulait totalement. Ce devait être certainement ça puisqu'elle parut arrachée de ses pensées quand son nom fut prononcé. Son regard se porta sur la robe qu'elle détailla. Les broderies étaient fines, bien plus élégantes que ce qu'elle avait l'habitude de porter. Oh, les couleurs et les motifs n'étaient pas rare chez les Quariens, surtout pour égayer leurs espaces de vies, mais le style lui paraissait plus propre à une Asari. Est-ce que cela lui irait. Puisque ça avait été pensé pour s'adapter aux combinaisons, peu importait le modèle en fait. Miho s'avança, touchant le tissu de ses doigts gantés, sans vraiment en sentir la texture de toute manière.

"C'est joli! Et bien pensé."

"...J'ai parlé de robe mais cela vaut pour d'autres tenues. Il n'y a juste que les sous-vêtements que l'on n'a pas conçu, n'en voyant pas l'intérêt."

"C'est certainement mieux ainsi."

S'empressa de répondre Miho qui ne voyait pas vraiment comment il aurait été possible de promouvoir de la lingerie quarienne avec des modèles qui ne pouvaient pas se déshabiller pour une séance photo sans passer par la case maladie. Surtout que c'était pas comme si un conjoint pourrait en profiter longuement. Mais la curiosité d'Isïana sur le sujet ne l'étonna pas. Après tout, personne d'autre qu'un Quarien ne savait vriament ce qu'il pouvait y avoir sous la combinaison d'un autre Quarien. Elle se tourna vers l'Asari mauve, l'amusement transparaissant sans mal dans sa voix.

"J'imagine facilement qu'être modèle en lingerie doit être une activité extrême pour une quarienne. Mais laissons ce genre d'hypothèse demeurer un mystère."

La robe abandonnée entre ses bras, Miho suivit la photographe des yeux, avant de parcourir rapidement la salle du regard. Petite pièce plus loin dans la pénombre, pas de cabine. Pas de cabine? Pauvre Isïana. Ou pas. Miho haussa un sourcil face à l'échange entre la mauve et la photographe. C'était quoi cette absence de pudeur? Non pas qu'elle s'étonne vraiment du fait que quelqu'un ne soit pas trop gêné par son corps, mais la réponse de la photographe, très maladroitement rattrapée, laissa penser que la mauve n'en était certainement pas à son coup d'essai. Alors qu'elle repoussait le tissu recouvrant son casque et les cables qui en découlaient, Miho observa les réactions physiques des deux Asaris. Ses doigts défirent habilement les lanières de cuir entourant sa cage thoracique. Il y avait dans l'air comme une révélation vite étouffée et, si Isïana avait l'air de s'en amuser, Ilina paraissait autrement plus embarrassée. Intéressant.

La Quarienne replia son propre tissu pour le poser dans un coin. La pudeur n'avait pas lieu d'être pour elle: elle portait sa combinaison en toute circonstances. Elle se glissa donc dans la robe avec agilité et... Partit en quête d'un bouton déclenchant le système magnétique qu'elle ne trouva pas. Perplexe, elle décala le tissu à droite, puis é gauche, exécuta un tour complet sur elle-même dans la plus parfaite inutilité parut risible, et se retrouva face à Isïana qui s'était rapprochée.

« Elle n'est pas très commode. Un peu d'aide ? »
"Oh, heu... Volontiers."

Ce n'était pas de trop. Si Miho était s'était accoutumée facilement avec les tenues standard et simples d'utilisation de son propre peuple, elle se sentait assez perdue avec des formes plus artistiques et élégantes.

"Pardonnez-moi, je ne suis pas très à l'aise dans le domaine de la mode. Heureusement que je me retrouve à poser avec quelqu'un qui a déjà eu à faire à la photographie, je me trompe?"

Tandis que les mains plus expérimentées de l'Asari l'aidaient à replacer les aimants à bons niveaux, Miho était venu fixer son visage, cherchant à savoir si elle avait fait mouche ou non, et ce quelque soit la réponse prononcée. Trouvant finalement le bouton indiqué par Ilina, Miho le pressa et les aimants se fixèrent naturellement aux points d'attache. Le résultat était plutôt élégant, presque trop pour une Quarienne, songea Miho, plus habituée au système D visant le pratique qu'à la beauté. Mais quelque chose lui disait que c'était le genre de tenue qui siérait merveilleusement bien à une personnalité plus influente. Pourquoi pas une amirale devenu conseillère puis présidente?

"« Ah, Demoiselle Shakti, parfait, la pose maintenant... Approchez-vous... Voilà, la distance est bonne. Je fais quelques clichés d'essais si vous le voulez bien.»
"Faîtes seulement."

Plantée comme un piquet, Miho se désintéressa vite de l'objectif tripoté par la photographe pour revenir détailler la pièce. Aucun mouvement du côté de l'escalier, paravent en place, subtilité et discrétion zéro. Le physique de l'Asari mauve se détachait avec une une netteté telle que le seul moyen de faire mieux aurait été de supprimer définitivement le tissu. Les courbes se dessinaient très nettement. Avoir des formes pareilles ne devait pas rendre le quotidien très pratique. Mais il fallait avouer que l'ensemble sublimait la féminité d'Isïana et si Miho n'avait pas grandit en milieu de survie, elle aurait certainement adoré avoir autant de sex appeal. Typiquement le corps fait pour des photos de nus. Des photos de... Nus? Miho se fustigea intérieurement d'avoir pensé à cette perspective aussi déplacée à l'égard de sa collègue du moment. Et de toute manière, elle fut alpaguée par la photographe.

"« Veuillez bouger un peu, ne restez pas trop statique... Oui, comme ça, allez-y, n'hésitez pas à lever les bras. C'est un peu comme... Danser, oui. Mettez donc la broderie en avant.»

Pour un peu, Miho allait se prêter au jeu. Finalement c'était plutôt amusant, de jouer les modèles quand on en était pas un. Elle tâcha de suivre les indications de la photographe qui tentaient surtout de l'encourager, pensait-elle.

"« Bien, n'hésitez vraiment pas à bouger, que les mouvement du tissu soient visibles. Il ne manque plus que l'Ambassad...»

La photographe avait laissé sa phrase en suspend, son regard rivé sur le cadre de tissu qui finalement ne cachait pas tant que ça Isïana. Miho pouffa de rire et s'empressa d'étouffer le son en plaquant une main sur le filtre au bas de sa visière, avant de camoufler ça par un léger toussotement avant que la photographe n'ait pu lui jeter un regard suspicieux.

« Oui, oui, me voilà. Désolée. »

Ah oui, la robe était nettement plus courte que celle portée précédemment par l'Asari mauve. Et peut-être un peu plus décolletée aussi. Pourtant la tenue réussissait l'exploit de ne pas du tout verser dans le vulgaire.

"« C'est parfait! Venez par ici. Je vais pouvoir faire quelques essais à deux et voir ce que nous pourrions adopter comme poses. Gardez à l'idée qu'il ne s'agit pas uniquement de mettre les tenues en valeur. Illia Tissu & Luxe souhaite surtout promouvoir un état d'esprit, une image qui s'adresse à toutes les femmes, peu importe l'espèce.»

Après avoir placé Isïana, Ilina retourna à son appareil, tout en parlant. Profitant de la concentration de la photographe sur son matériel, Miho se pencha légèrement vers sa collègue.

"Je crains que votre cabine de fortune ne soit pas particulièrement efficace concernant la pudeur. D'ailleurs cela a troublé notre photographe."

La mauve aurait-elle une touche? Possible. En tout les cas cela rendait la séance autrement plus amusante pour Miho qui eut une petite pensée pleine de gratitude pour Fyn et sa brillante idée.

"« Hm... Non, ça ne va pas. Rapprochez-vous un peu. Je crois qu'il vaut mieux que vous évitiez de regarder vers l'objectif pour le moment. Les poses devraient se faire comme si vous vous connaissiez déjà, avec une certaine complicité. Il s'agit de démontrer une certaine forme d'unité, vous voyez ce que je veux dire?»

Spontanément, Miho se rapprocha de sa comparse pour lui passer un bras autour de la taille tandis que de l'autre main, elle réajustait le capuchon de sa propre robe.

"Si d'aventure j'ai un geste déplacé, n'hésitez pas à me le dire. Et travaillons donc sur la complicité. Vous êtes donc ambassadrice?"

Ce n'était peut-être pas le moment le plus opportun pour lancer une conversation mais en même temps, il fallait bien prendre un peu le temps de briser la glace pour faciliter ensuite les gestuelles communes.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 286
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 888.00 Points

Re: Mannequin, un beau métier ? (Quête) [Pv Miho'Shakti]

Message par Isïana N'iim » 05 Avril 2016, 14:51

« Légende des couleurs »


• #00FF66 : Isïana N’iimMiho'Shakti Vas Maefis : indianred •


Je remarquai les regards d'Ilina et Miho. Du moins, surtout la première, qui m'avait l'ai … un peu perdue. Ou hésitante ? Bref, je me tournais vers la Quarienne, lui souriant. Même si j'avais une certaine expérience du comportement quarien, remis notamment au goût du jour depuis quelques mois, il m'était difficile de deviner ce qui se cachait réellement derrière ce masque. Cela m'était beaucoup de gens mal à l'aise. Personnellement, cela m'indifférait. C'était la foule qui me faisait peur, ce qui était pour le moins ironique au vu du poste que j'occupais depuis de nombreuses années.

« C'est parfait! Venez par ici, m'indiqua rapidement la photographe. Je vais pouvoir faire quelques essais à deux et voir ce que nous pourrions adopter comme poses. Gardez à l'idée qu'il ne s'agit pas uniquement de mettre les tenues en valeur. Illia Tissu & Luxe souhaite surtout promouvoir un état d'esprit, une image qui s'adresse à toutes les femmes, peu importe l'espèce.

Je suivis sagement les indications d'Ilina, me plaçant à côté de Miho, hochant simplement la tête en écoutant les conseils sur l'attitude à adopter. Je me dis qu'être décontractée, souriante, avec probablement un air, non pas de supériorité, mais d'assurance correspondrait probablement à ce que recherchait la photographe qui restait désespérément vague. C'était à demander si elle même ne savait pas exactement ce qu'elle recherchait.

Mon attention se détourna de celle-ci, qui préparait son matériel de photographie, parlant visiblement toute seule une nouvelle fois, pour me concentrer sur Miho qui s'adressait à moi. J'étais toujours obligée de pencher un peu la tête au vu de notre différence de taille, parfaitement visible, même si j'avais du mal à l'estimer au vu du corps athlétique de la Quarienne.

« Je crains que votre cabine de fortune ne soit pas particulièrement efficace concernant la pudeur. D'ailleurs cela a troublé notre photographe, m'indiqua-t-elle, me faisant afficher un air surpris et un visage qui s'empourprait légèrement, une partie de mon esprit notant bien le petit sous-entendu glissé par la Quarienne.
- Oh … Je vois, finis-je par dire en haussant les épaules, souriant, comme s'il ne s'agissait que d'un détail futile – ce qui dans le fond était un peu le cas pour moi à vrai dire. Je dois en déduire que cela ne vous a pas troublé, visiblement, ajoutai-je d'un petit clin d’œil complice, n'ayant pas le temps d'ajouter quelque chose de plus car Ilina revenait déjà, l'air plutôt contrarié.
- Hm... Non, ça ne va pas. Rapprochez-vous un peu. Je crois qu'il vaut mieux que vous évitiez de regarder vers l'objectif pour le moment. Les poses devraient se faire comme si vous vous connaissiez déjà, avec une certaine complicité, nous expliqua-t-elle. Il s'agit de démontrer une certaine forme d'unité, vous voyez ce que je veux dire? ajouta-t-elle en voyant mon air perplexe, qui disparut sous un brin de surprise lorsque je sentis un bras passé autour de ma taille : un bras terminé par une main à trois doigts, celle de Miho.
- Si d'aventure j'ai un geste déplacé, n'hésitez pas à me le dire, m'indiqua-t-elle, tandis que je répondais par un sourire amusé. Et travaillons donc sur la complicité, ajouta-t-elle, ce qui eut pour conséquence de me faire hocher la tête, tandis que je me rapprochai d'avantage d'elle, me collant presque à elle. Vous êtes donc ambassadrice ? finit-elle par me demander.
- Oui c'est exact, confirmai-je en souriant, jetant un bref regard vers Ilina pour savoir si notre discussion posait problème ou non, mais visiblement, au contraire, cela semblait parfaitement lui convenir. Représentante des Républiques Asari Unifiées. Je dispose de ma propre ambassade volante, un magnifique vaisseau. De quoi faire baver plus d'une Quarienne, lui murmurai-je un poil malicieuse. Je pourrai vous le montrer après, si tu veux, ajoutai-je sur le même ton.
- Oui voilà, parfait ! s'exclama Ilina, manquant de peu de me faire sursauter. Ne bougez plus, je prends quelques clichés ainsi.
- Et de votre côté ? Que faites-vous ? demandai-je toujours aussi bas, pour permettre à la photographe de travailler tout en continuant la discussion, d'une voix qui aurait paru envoûtante pour beaucoup. D'ailleurs, je dois avouer être un peu surprise par le fait que vous possédiez toujours un nom d'appartenance à un vaisseau, si je ne dis pas de bêtise, et non à une colonie. Vous faites partie de ceux qui ont voulu reprendre une vie de nomade, je me trompe ? Oh. Et on peut se tutoyer d'ailleurs. »

J'eus tout juste le temps d'écouter la réponse de la Quarienne, après un nouveau clin d’œil, que la photographe asari nous demandait de changer de position, désirant mettre un peu plus la robe que je portais en avant, ou mon corps. Je devais avouer que la formulation avait été plus ou moins ambiguë.

Elle me plaça donc de façon à ce que le décolleté soit plutôt penchant, me faisant pencher un peu en avant, les jambes légèrement écartées. Elle suggéra à Miho de se placer dans mon dos, légèrement sur le côté, la capuche rabaissée.

 « Oui voilà, essayez de vous imaginez donnant un air espiègle. Je ne sais pas si vous voyez ce que je veux dire. Tiens appuyez-vous bien sur l'épaule de l'Ambassadrice, tête penchée, pour qu'on voit bien la capuche, oui sur la pointe des pieds comme cela, parfait, s’enthousiasma-t-elle en la voyant faire, tandis que de mon côté je m'étais penchée un peu plus pour aider Miho à se placer, offrant au passage un peu plus de vue de ma poitrine pour le cliché, et aussi pour la photographe qui semblait beaucoup appréciée la chose.
- Eh bien … heureusement que j'ai repris une activité physique sérieuse après mon dernier accouchement, plaisantai-je à voix basse pour que seule Miho m'entende.
- Hm. Non, ça ne va pas tout à fait, grommela-t-elle. Fixez-vous, plutôt que l'objectif. Un regard un peu complice, vous voyez ? »

Il y eut un très court instant de blanc un peu gênant, pour Ilina essentiellement, avant que je ne tourne la tête vers Miho. J'avais presque mon visage collé contre son casque. Si elle ne l'avait pas, j'aurai presque pu l'embrasser. La quoi ? Je me mis à m'empourprer un peu plus quand mon cerveau s'emballa et se mit à imaginer beaucoup de chose que j'aurai pu faire avec la Quarienne, dont aucune ne se déroulerait probablement jamais dans la réalité …

J'en vins à repenser à ce que je lui avais répondu quand elle m'avait demandé si j'avais une expérience dans la photographie. Je n'avais pas pu m'empêcher de glousser sur le moment. La photographie, cela m'était arrivée, oui. Très peu à côté de ma carrière d'actrice, il y a longtemps. Je n'étais pas rentrée dans le détail, mais avait glissé subtilement que l'on me demandait alors plus d'enlever que d'enfiler des tenues. La Quarienne n'avait pas fait de commentaires mais j'avais tout de même le sentiment, au vu de son attitude par la suite, qu'elle avait bien compris le sous-entendu.

 « Oui, très bien. Passons à de nouvelles tenues désormais. Hm, à vrai dire, je vais vous laissez plutôt choisir. Je pense que ça peut être intéressant. »

Je jetai un sourcil interrogatif. Autant adressé à Ilina qu'à Miho à vrai dire. Puis je haussai les épaules. Pourquoi pas après tout ? La Quarienne cessa de s'appuyer contre moi rapidement. Je me retiens tant bien que mal de lui susurrer que j'aimais bien quand elle était serrée ainsi contre moi. Je n'étais pas convaincue que se fusse réellement approprié. En tout cas pour le moment ...

Je me dirigeai donc vers la penderie. A vrai dire, je ne savais pas vraiment quoi choisir. Parmi ce qui pouvait m'aller, évidemment. Je me tournai vers Miho alors que celle-ci semblait également réfléchir sur ce qu'elle pourrait mettre. De son côté, le choix était nécessairement plus réduit, malgré les efforts évidents du magasin de proposer le plus grand panel possible.

« Dis. Tu me verrais plutôt enfiler quoi ? »


HRP : Désolé pour l'attente et le faible avancement du RP é_è
Avatar de l’utilisateur
Isïana N'iim
Fan N°1 de Blasto

Fan N°1 de Blasto
 
Message(s) : 1088
Inscription : 05 Mars 2015, 13:56

Âge: 447
Profession: Diplomate
Classe: Biotique et Technologique
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 33.00 Points

Re: Mannequin, un beau métier ? (Quête) [Pv Miho'Shakti]

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 09 Avril 2016, 20:06

[N'avançant moi-même pas plus vite... ^^' ]

Restait-il possible de faire rougi une Asari qui avait une bonne expérience de la vie? Il fallait croire que oui. Ce bref aperçu fit sourire Miho qui ne jugea pas utile d'en remettre une couche. Il ne serait pas convenable de sa part de trop s'amuser de la situation, d'ailleurs elle préféra ne pas plus répondre au fait que la pudeur bafouée d'Isïana ne soit pas particulièrement gênante pour elle. Pourquoi de fait? Le port de la combinaison et la dissimulation du corps par obligation vitale ne conditionnait pas nécessairement la gêne causée par la vue d'un corps plus dénudé. Il existait une variété d'espèces différentes et de cultures différentes. Il lui a été donné d'en voir, et surtout d'en entendre de toutes les couleurs; une petite pensée pour feue Billie et sa propension à parler reproduction provoqua une douce nostalgie dans le coeur de la Quarienne.

Mais elle en revint bien vite au présent. A défaut de prendre de pose particulière, elle préférait en savoir un peu plus avec sa collègue du jour. Rien de moins qu'une représentante des Républiques Asari Unifiées! Pour la peine, Miho se sentit bien petite dans cette pièce. bien loin du poste de pilotage du Maefis. Elle resta cependant enthousiaste, constatant qu'il lui était décidément toujours donné de faire des rencontres enrichissantes à force de déplacements. Mais plus encore, entendre parler d'un vaisseau d'un genre qu'elle n'avait évidemment jamais pu visiter attisa sa curiosité. Le ton malicieux laissait planer un tout autre sous-entendu, mais il en faudrait plus pour empourprer le visage de la Quarienne. Avant même qu'elle n'ait pu répondre, la photographe s'exclamait déjà sur la réussite de cet échange pour ses prises de vues. Pourtant, elle prit tout de même le temps de répondre après ça.

"Par pure curiosité, j'avoue que cela me ferait plaisir. Pour autant que l'on m'en accorde le temps."

Car il était évidemment hors de question pour Miho de s'éclipser trop loin du Maefis sans l'autorisation de son capitaine, question de principes. Pour la suite, elle parut un peu plus embarrassée.

- Et de votre côté ? Que faites-vous ?»

Elle marqua un temps d'arrêt, se doutant que son propre statut était loin d'arriver à la cheville d'une ambassadrice.

- D'ailleurs, je dois avouer être un peu surprise par le fait que vous possédiez toujours un nom d'appartenance à un vaisseau, si je ne dis pas de bêtise, et non à une colonie. Vous faites partie de ceux qui ont voulu reprendre une vie de nomade, je me trompe ? Oh. Et on peut se tutoyer d'ailleurs. »


Miho baissa sensiblement la tête, ce qui pouvait aisément passé pour de la gêne due aussi bien au ton envoûtant qu'à la proximité. Pourtant, il n'en était rien et elle se ressaisit rapidement. Au fond, il ne devait pas être si surprenant que ça pour un Quarien de prendre l'appellation d'un vaisseau. Les vieilles habitudes pouvaient avoir la vie dure sans pour autant que cela ne trahisse un problème d'adaptation à la sédentarisation.

"Allons-y pour le tutoiement! Je suis pilote, et du fait de mon travail, il m'est devenu inévitable de porter le nom du vaisseau sur lequel je passe la plus grande majorité de mon temps."

Ou comment éluder la question tout en y apportant une réponse indubitable, du moins l'espérait-elle. L'appel de l'espace restait un sujet qu'elle préférait ignorer, pour le bien de sa propre conscience comme pour la mémoire de tout ceux qui avaient péri pour leur rendre leur planète. Heureusement pour elle, Ilina leur fit changer de posture, coupant court à d'éventuelles interrogations supplémentaires. La nouvelle position souleva quelques interrogations. Si il était évident que la tenue de Miho serait mise en valeur malgré son retrait, il lui parut plus qu'évident que c'était l'opulente poitrine de l'Asari qui primait sur la robe courte. Ou peut-être se faisait-elle simplement des idées. Suivant les recommandations, elle inclina légèrement la visière, tête au trois-quarts de profile, affichant les broderies du bord du capuchon, et passant son bras libre derrière sa hanche pour laisser voir la fluidité des matières. Sa seconde main posée sur la mauve lui permis de maintenir son équilibre sans qu'elle n'ait à s'appuyer complètement, lui permettant ainsi de se mouvoir au gré des demandes de leur photographe. Son regard s'égara un instant sur le décolleté, sans qu'une idée salace ne lui traverse l'esprit. De fait, elle s'étonnait surtout de l'absence de commentaire de l'ambassadrice à l'intention d'Ilina. D'autres se seraient probablement offusquées, de devoir s'incliner de la sorte devant un objectif. Au lieu de ça, elle plaisanta sur sa condition physique, ce qui rappela à Miho de prendre cette activité avec un peu plus de légèreté. Elle répondit, sur un ton amusé.

"Vraiment? Moi qui pensais que les Asari restaient naturellement charmantes en toutes circonstances! Un mythe pourrait bien s'effondrer."

Comme si l'activité physique rentrait en ligne de compte pour conserver une silhouette des plus appréciables. Bon, Miho ne connaissait pas beaucoup d'Asari, il était vrai. Ses connaissances du sujet restaient purement subjectives. Le blanc qui suivit ne parut pas particulier à la Quarienne, sans doute parce qu'elle était elle-même déjà concentrée principalement sur sa propre posture pour éviter de s'étaler lamentablement devant l'objectif. Elle suivit presque mécaniquement le conseil de la photographe, sans que le visage si proche de l'Asari ne la dérange. Du moins dans les premières secondes. Si au départ l'empourprement l'avait amusé, elle perçu dans l'expression quelque chose qui n'était pas particulièrement proche de la gêne. C'était elle ou le regard de sa collègue s'était portée un peu plus bas que ses yeux, là où on ne pouvait qu'imaginer la présence de ses lèvres? Surprise, Miho eut un très léger mouvement de recul qui la fit chanceler avant qu'elle ne reprenne prestement sa position de départ. Un peu mal à l'aise, elle accueillit la fin de cette pose comme un soulagement. Elle s'était trompée, sans doute. Qui était-elle pour deviner ce qui pouvait se passer dans la tête de quelqu'un d'autre? Mais il n'empêchait qu'elle s'en voulait un peu. Son attitude ouverte et le fait qu'elle soit plus tactile que la moyenne de ses compatriotes pourrait-il prêter à confusion? Possible.

Avec quelques secondes de latence, elle se dirigea à son tour vers la penderie. Après tout, elle était ici pour faire un travail et elle comptait bien le faire du mieux qu'il lui serait possible. Chassant ses doutes, elle commença à tripoter les tissus. Autre chose vint rapidement la gêner. Déjà, et bien que ce ne soit pas surprenant en fait, le choix pour elle était nettement plus réduit. Elle réalisa que la combinaison limitait considérablement la créativité de stylistes, cantonnés à faire du tissu non pas un vêtement, mais un simple agrément pour égayer les accessoires de survie des Quariens. Ses doigts s'arrêtèrent sur une teinte bleue clair. Le tissu offrait par endroit des reflets argentés absolument magnifiques et elle le tira un peu vers elle, constatant que la forme s'apparentait en quelque sorte à ce que les humains appelaient "sari". Elle fut interrompue par une question plus terre-à-terre.

« Dis. Tu me verrais plutôt enfiler quoi ? »
"Oh! Heu..."

Se détachant des possibilités pour elle, Miho alla parcourir les possibilités beaucoup plus nombreuses de tenues pour la mauve. Elle effleura les tissus, en tira quelques uns pour avoir une vue d'ensemble de la forme, renonça, en tira un autre, hésita, finalement son choix s'arrêta sur une robe tirant sur un jaune aux reflets dorés, une teinte complémentaires avec la couleur de peau de l'Asari. Le tissu particulièrement léger devait s'écouler en souplesse et révéler les courbes de la personnes qui se trouvait dessous, le tout avec une élégance qui effaçait toute vulgarité. Il s'agissait d'une sorte de robe bustier, drapée, dont le bas s'ouvrait pour révéler les jambes au gré d'une démarche sensuelle. Il lui paraissait que ce genre de dévoilerait les formes de l'Asari, tout en maintenant son élégance naturelle.

"J'aime bien celle-ci! C'est le genre de tenue que je verrai bien sur une ambassadrice, sans que ça ne la rende inaccessible pour autant. Non?"

Elle fixa la robe sur le haut du portant, pour laisser le tissu, de face, s'étendre jusqu'en bas et permettre une meilleure vue d'ensemble. Elle récupéra du même coup le sari bleu qu'elle plaça à côté pour voir si les teintes se coordonnaient assez pour ne pas jurer une fois réunies pour un cliché. Mais bien loin d'être le cas, les tenues s'accordaient très bien. Pourtant, Miho n'eut pas l'air vraiment satisfaite.

"Quel dommage que les formes soient aussi limitées pour les Quariens. C'est quand même assez incroyable que personne n'ait songé à revisiter les combinaisons, avec des matériaux transparents, par exemple. Il serait tellement simple de créer l'illusion d'une épaule nue, ou d'envisager même des agréments de lingeries pour permettre aussi des décolletés..."

La photographe, appareil en main, s'amusait par instant à prendre quelques clichés d'appoint pendant que les deux modèles sélectionnaient leur tenues. Elle marqua un temps d'arrêt aux paroles de Miho.

"Pardon... Vous disiez?"

La Quarienne se tourna vers Ilina, une main tenant encore le tissu d'un sari.

"Des matières transparentes. Il serait possible d'en créer, j'imagine. Ce devrait être possible, non? Des plastiques plus résistants... Pas pour de grandes pièces évidemment, mais des parties de combinaisons, sans nuire à la sécurité de celles-ci... Je ne dis pas qu'il y aurait beaucoup d'acheteurs, la pudeur quarienne étant ce qu'elle est...

"Non non, c'est même une bonne idée! Je transmets!"

Abandonnant son appareil, la photographe fit s'allumer son omnitech sur lequel elle pianota quelques secondes mises à profit par Miho pour commencer à retirer la tenue qu'elle portait pour les clichés précédents. Elle demanda d'ailleurs son avis à sa comparse.

"Tu en penses quoi? Ce genre d'idée pourrait être exploitable? Je me doute bien que le physique quarien n'est peut-être pas aussi porteur que celui d'Asari ou d'humains..."

L'esthétisme quarien devait probablement approcher le zéro absolu au regard d'autres espèces, mais qui sait, l'avenir était porteur de tout un tas de choses improbables. Défaite de sa robe de style asari, Miho remis avec un soin tout particulier la tenue dans la penderie avant de s'attaquer à la mise en place du sari. Ilina, qui avait terminé de tripoter son omnitech faisait maintenant mine de s'occuper de son appareil, ce qui était peu crédible. De combien de réglage un tel engin pouvait-il bien avoir besoin? Pas beaucoup en vérité. Mais le visage légèrement incliné, et à l'arrière de l'éclairage, elle pouvait aisément se rincer l'oeil sur la mauve sans que cela ne soit particulièrement remarquable.

Suite à l'expérience précédente, Miho s'en sortait mieux avec cette seconde tenue et fixa sur sa hanche la pièce aimantée qui lui permit d'enrouler le tissu autour de sa taille avant de le faire passer devant sa poitrine, puis le faire s'écouler derrière son épaule gauche où un autre aimant stabilisa l'ensemble. Elle tendit le bras gauche, ce qui développa le tissu et rendit d'autant plus visible une série de broderies argentées qui paraissaient se mouvoir au gré de la lumière. Enfin, elle glissa une main derrière sa nuque pour récupérer une partie du tissu et le poser sur sa tête en un capuchon qui s'écoulait tout le long de son dos. Son habillage terminé, elle en revint à sa collègue.

"Tu as besoin d'aide pour refermer la robe?"

Peut-être qu'une paire de main supplémentaire ne serait pas de trop pour refermer l'arrière ce celle-ci.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 286
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 888.00 Points

Re: Mannequin, un beau métier ? (Quête) [Pv Miho'Shakti]

Message par Isïana N'iim » 11 Juin 2016, 23:34

« Légende des couleurs »


• #00FF66 : Isïana N’iimMiho'Shakti Vas Maefis : indianred •


J'avais noté dans un coin de ma tête la réponse affirmative soumise à condition de la part de Miho sur le fait de lui faire visiter l'Azaliis. Mais étonnamment, cela tournait dans ma tête pendant que la Quarienne réfléchissait à ma question. Elle était pilote de vaisseau. Je m'étais d'ailleurs sentie un peu idiote de ne pas y avoir pensé, et surtout un lien avec son nom d'appartenance. Cela faisait clairement sens. Je m'étonnais parfois de pouvoir encore être à côté de la plaque sur certains aspects de la culture quarienne. C'était peut-être pour cela que je peinais plus en diplomatie avec la Fédération de Rannoch que les autres gouvernements peut-être ?

« J'aime bien celle-ci! m'indiqua Miho, me faisant sortir de ma rêverie. C'est le genre de tenue que je verrai bien sur une ambassadrice, sans que ça ne la rende inaccessible pour autant. Non?
- Oui, on peut dire ça » répondis-je en souriant.

Ensuite, je pris le temps de bien regarder la robe fixée par ma partenaire. Je ne portais que rarement des tenues de ce coloris, pourtant, ce n'était pas faute de me l'avoir été conseillée. A vrai dire, je ne savais pas pourquoi je n'accrochais que rarement à cette couleur. Non pas qu'elle me déplaisait. Il n'y avait d'ailleurs pas une couleur que je n'aime pas.

La phrase de Miho résonnait dans ma tête. Sans être inaccessible ? Qu'entendait-elle par là ? J'avais peur de mal interprété ces paroles. Étais-ce une simple remarque lâchée innocemment ? Y avait-il un sous-entendu derrière ? Et de quelle nature ?

« Quel dommage que les formes soient aussi limitées pour les Quariens, fit remarquer Miho dans l'insatisfaction était perceptible dans la voix, me faisant sortir de mes pensées alors que je la regardais une tenue bleue et argentée en mains. C'est quand même assez incroyable que personne n'ait songé à revisiter les combinaisons, avec des matériaux transparents, par exemple. Il serait tellement simple de créer l'illusion d'une épaule nue, ou d'envisager même des agréments de lingeries pour permettre aussi des décolletés... »

Je me contentai de hocher la tête, sérieuse. J'avais du mal à réprimer un sourire. J'avais connu sur Oméga, du temps de mon lointain et court passé de débauche et de luxure, une boîte de striptease qui avait la particularité de proposer des danseuses quariennes portant justement une combinaison totalement transparente sous des vêtements plus classiques.

Si elles offraient naturellement moins de … « services » que les autres espèces, c'était un lieu assez apprécié. Par contre, même si je ne m'y étais jamais réellement intéressée, j'étais quasi certaine que les danseuses n'avaient pas vraiment leur mot à dire sur leur travail, ou tout ce qui tournait autour...

Avec du recul, je me demandais comment j'avais pu ne pas m'émouvoir pour ses pauvres jeunes quariennes qui n'étaient probablement pas là de leur plein gré. Probablement parce qu'à ce moment-là, j'étais imprégnée de cette culture sordide.

L'exclamation soudaine de la photographe, outre le fait qu'elle faillit me faire sursauter, eut le bénéfice de m'ôter ces sales pensées de l'esprit et de ne pas faire resurgir d'autres souvenirs que je préférai ensevelis à jamais dans un coin de ma mémoire.

« Tu en penses quoi? Ce genre d'idée pourrait être exploitable? Je me doute bien que le physique quarien n'est peut-être pas aussi porteur que celui d'Asari ou d'humains... 
- Oh. Eh bien ... commençai-je, donnant l'impression de réfléchir à la pertinence de la question alors qu'en réalité j'hésitai à lui dire en détail que cela existait déjà, et pas nécessairement pour l'usage qu'elle pensait. Étant donné qu'à terme, les Quariens pourraient vivre sans combinaisons, du moins sur Rannoch, repris-je en faisant attention aux mots employés. Cela pourrait être aussi bien pédagogique pour les Quariens de commencer à portée des habits, que pour les autres espèces à se rendre compte que contrairement à ce qu'ils pourraient penser, ils sont comme tout le monde. D'ailleurs, je trouve que vous ressemblez beaucoup aux humains, ajoutai-je amusée. Probablement à cause des cheveux. C'est triste, il n'y a pas d'autres races qui ont des excroissances comme nous autres Asari, plaisantai-je en passant une main sur mon crâne. Pour en revenir à la question. Oui je suis d'accord. Je connais très bien une tailleuse quarienne, je lui soumettrai l'idée. Ou tu pourrais le faire toi-même d'ailleurs si jamais tu peux visiter mon vaisseau, elle est à bord … Bon c'est pas tout ça, ma robe … il ne s'agirait pas de faire attendre notre photographe. »

J'avais dis cela plus pour moi-même qu'à l'attention de Miho qui était déjà partie après ma réponse changer de tenue. De mon côté, j'avais retiré la robe légère que je portais jusqu'à présent pour me retrouver en sous-vêtements. J'avais bien compris que le cadre mis en place ne cachait rien, donc inutile de s'embêter ainsi.

Ilina qui était toujours en discussion avec son OmniTech sembla froncer les sourcils un court instant, avant de me voir ainsi peu vêtue et de ne plus me quitter du regard. Du moins jusqu'au moment où le mien croisa le sien. Elle fit alors mine de s'intéresser à autre chose.

Je rangeai la robe à sa place tandis que je fronçai les sourcils, sans que ni Miho ni Ilina puisse le remarquer. Je m'étais concentrée sur Miho, logique puisqu'elle était ma partenaire de photographie et que ce petit bout de femme me plaisait beaucoup par son caractère. Mais plus j'y pensais, plus je trouvai la photographe … bizarre. J'avais mis ça sur le caractère potentiellement excentrique. Cela arrivait.

Mais plus j'y réfléchissais, plus j'avais l'impression d'avoir à faire à une amatrice en la matière. Et puis, elle s'intéressait bien trop à mon décolleté, enfin surtout ce qui s'y trouvait en-dessous, pour être honnête. Une fois, pourquoi pas. Mais cela devenait obsessionnel. Et très peu professionnel. A vrai dire, j'avais plus l'impression d'être sur le tournage d'un film érotique avant que la situation ne dérape...

Tandis que ces pensée tournoyaient dans mon esprit, je me mis à enfiler la robe jaune et dorée. Je devais avouer qu'elle était très belle en tout cas. Et quel tissu agréable à portée ! Je commençai à l'enfiler, avant de me rendre compte qu'il s'agissait typiquement du type de robe conçue pour être fermée par l'arrière avec une série de nœuds. Le genre de situation difficile à réaliser donc seule. Cherchant du regard Miho, je la vis justement s'approcher de moi, elle vêtue pour la prochaine séance photo. Je ne pouvais qu'approuver son choix, c'est vrai que cela lui allait à merveille ! Elle avait décidément l'œil. Je m'amusai à penser que si jamais la Quarienne voulait se reconvertir, je serai ravie de l'embaucher avec Nevi, la couturière du vaisseau. A elles deux, elles pourraient faire des miracles !

« Tu as besoin d'aide pour refermer la robe? me demanda-t-elle avant de s'apercevoir qu'effectivement j'étais en difficulté.
- Oh, Déesse, oui, je ne dis pas non ! confirmai-je, laissant les doigts agiles de la Quarienne se mettre en œuvre.
- Hm. Euh … Je reviens tout de suite, lança soudainement Ilina en grognant, sortant de la salle, après avoir pianoté sur son OmniTech avec frustration.
- Pas de soucis, répondis-je autant pour moi que pour Miho, avant d'ajouter justement à celle-ci. Entre nous, tu ne la trouves pas un peu … étrange ? » demandai-je doucement.

On échangea nos opinions respectives là-dessus. Visiblement, je n'étais pas la seule à avoir de telle pensée à l'encontre d'Ilina. Celle-ci revint finalement une bonne minute ou deux plus tard, visiblement encore plus de mauvaise humeur. J'étais assez frappée par la différence d'attitude avec le début de la séance photo.

 « Quelque chose ne va pas ? m'enquis-je tout de même.
- Hein ? Non, rien, rien. Rien d'important, éluda-t-elle d'un signe de main équivoque. Continuons, voulez-vous ? » enchaîna-t-elle avec un sourire forcé.

Après un court regard vers Miho, enfin sa visière, je hochai simplement la tête. Et haussai les épaules. On se mit donc en place pour la nouvelle séance. Ilina resta très évasive sur les indications, nous laissant en gros faire ce qu'on voulait. J'avais presque l'impression qu'elle n'en avait plus rien à faire. C'était une atmosphère soudainement presque irréelle. Comme si j'étais en train de rêver et que la logique perdait son cours. C'était très perturbant … quand ça arrivait dans la réalité.

Puis, soudainement, des voix se firent entendre. Il était difficile de les dénombrer pour l'instant. Mais en tout cas, l'une protestait vivement. Je crus reconnaître la voix de l'Asari qui nous avait aiguillé vers Ilina. Celle-ci justement se crispa et jeta des regards rapides vers nous puis l'origine du désordre. De notre côté, Miho et moi ne savions pas vraiment comment réagir. Enfin en tout cas, de mon côté, j'étais vraiment plus que perplexe. Plus le temps passait, plus je m'attendais à voir des gens sortir des murs en criant « Caméras cachés ! Ha ! Ha ! ».

Au détail près, que cela ne semblait clairement pas s'annoncer ainsi. En effet, si j'avais bien reconnu l'Asari, celle-ci était menottée et cela expliquait pourquoi elle pestiférait. Ses cibles n'étaient que trois agents de police, trois Asari, dont l'une semblait clairement être l'officier. Toutes armées et visiblement prêtes à dégainer si besoin.

 « Vous n'avez pas le droit ! C'est de l'abus policier !
- Oui, c'est cela. Si vous voulez, se contenta de répondre l'officier, ne prenant même pas le temps de regarder sa consœur énervée car le regard fixé sur Ilina qui la lui rendait.
- Euh, on m'explique ce qui se passe ? demandai-je en regardant tour à tour toutes les occupantes dans la salle.
- Inspectrice Anaya. C'est un peu long à expliquer mais dans les grandes lignes, cela fait plus de dix mois que je suis sur la piste de trafiquants d'organes, sans succès, dans le schéma est simple : photographier à l'avance sous le plus d'angle possible la cible. Ils sont experts dans l'art de se faire passer pour d'autres, ce qui explique ma difficulté a les arrêter. Or, l'humaine que vous avez croisé un peu plus tôt est venue se plaindre pour harcèlement et, de part son témoignage, on a pu faire un recoupement.
- C'est de la pure et folle invention ! cria l'Asari menottée. Ilina, dis quelque chose.
- Ah oui, Ilina T'Ris. Le nom fournie. Or, celle-ci est décédée sur Sur'Kesh pendant la guerre civile galarienne. Dommage pour vous, c'est une amie à moi donc j'ai été informé de sa mort, ironisa l'officier asari.
- Quoi ? Mais donc qui est ... »

Je n'eus pas le temps de terminer ma question que la fausse Ilina se jeta sur moi, alors que je me tournais vers elle, faisant apparaître un OmniTech près de ma gorge, me faisant reculer de force en se servant de moi comme d'un bouclier, alors que l'officier dégainait son arme en un instant.

 « Éloignez-vous ! ordonna Anaya à l'attention de Miho tandis que de mon côté, j'évitais de trop me débattre, même si l'envie m'en démangeait affreusement.
- Laissez-moi sortir d'ici et je vous la laisse en un seul morceau, ordonna la fausse photographe dont le ton n'impliquait clairement pas la possibilité d'un refus.
- J'ai déjà tenue tête à une Probatrice, si vous croyez qu'une trafiquante va m'intimer ce que je dois faire, s'amusa à répondre Anaya.
- Euh … j'ai mon mot à dire, non ? demandai-je, ce qui valut une insulte asari de la part de ma kidnappeuse qui était suffisamment clair pour que n'importe qui devine qu'elle m'intimait de me taire. Ok, ok.
- Mais tu vas la ... »

Ce petit relâchement de la part de la Matriarche qui bougea pour me donner une gifle de son autre main, me permit d'attraper son bras utilisant l'OmniLame pour le détourner de mon cou en un instant, m'étant entretemps préparée très lentement à cette attaque. Hélas pour moi, cela n'empêcha pas dans le mouvement de me prendre une belle coupure sur l'épaule, détachant une partie de la robe jaune, le reste se colorant soudainement de mon sang mauve et chaud. Lâchant un cri de douleur, je roulai sur le côté par réflexe pour éviter une réponse mortelle de la part de la fausse Ilina, tenant mon épaule meurtrie d'une main.

Le reste fut confus pour moi alors que je glissais sur quelques mètres. La douleur et l'adrénaline tapaient dans mon crâne sans que je ne discerne quoique ce soit autour de moi de vraiment tangible. Je perdis brièvement la notion du temps alors que je tentai de me redresser comme je pouvais. Déesse, ça faisait un mal de Varren ! L'entaille devait être bien plus profonde que je le croyais. Ma vision se brouillait. Puis, soudainement, je vis la visière de Miho s'approcher de moi, me demandant si j'allais bien.

 « Avec une bonne dose de médigel, ça irait bien mieux ! » plaisantai-je, plus pour me dire moi-même que ce n'était rien, préférant d'ailleurs éviter de jeter un regard sur mon épaule meurtrie pour le moment.


HRP : Cette fois-ci, vraiment désolé pour le temps de réponse é_è' J'espère que ça ira pour cette idée. :) Je te laisse décider du sort de la photographe si tu veux ;)
Avatar de l’utilisateur
Isïana N'iim
Fan N°1 de Blasto

Fan N°1 de Blasto
 
Message(s) : 1088
Inscription : 05 Mars 2015, 13:56

Âge: 447
Profession: Diplomate
Classe: Biotique et Technologique
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 33.00 Points

Re: Mannequin, un beau métier ? (Quête) [Pv Miho'Shakti]

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 06 Juillet 2016, 21:47

Tout en manipulant certains tissus, Miho écoutait avec attention la réponse de l'ambassadrice à son questionnement d'ordre vestimentaire. L'évocation de Rannoch et des possibilités quariennes qui n'allaient faire que se multiplier suite à ce retour aux sources, la rendit quelque peu pensive. Où en était Weli dans sont rêve d'affranchir les siens des combinaisons environnementales? Sans elles, serait-il également possible de s'affranchir du besoin d'un espace confiné? Si la perspective de s'imaginer libre de tout, évoluant sur Rannoch en ressentant aussi bien les parfums que le vent sur son visage tenait d'un doux rêve, il possédait aussi pour Miho un aspect autrement plus effrayant.

"Rannoch, oui..."

Quand cela se produirait, et elle en avait acquit la certitude, Miho savait aussi qu'elle ne serait certainement pas parmi les premiers à se laisser tenter. Mais il fallait reconnaître qu'il y avait également un aspect pédagogique qui pourrait s'avérer amusant et la pilote pouffa de rire au rappel des similitudes entre humains et quariens. Effectivement il y avait matière à s'exposer, ne serait-ce que pour permettre à certains de se défaire d'idées reçues quant à l'apparence de son espèce. Ils étaient une race comme n'importe quelle autre après tout. Dommage qu'il existe pourtant encore tant de préjugés négatifs sur les quariens. Heureusement, cela ne pouvait que changer à présent.

"Heureusement que l'entente ne se limite pas aux similitudes physiques."

Et pourtant... Cela démarrait souvent avec ce genre de préférences subjectives. L'offre de rencontrer une quarienne tailleuse l'étonna. Pas tant sur le fait qu'une consoeur puisse s'avérer douée dans un milieu comme la couture ou même la mode, mais d'avantage dans la perspective ou elle-même pourrait porter un intérêt autre qu'issue de la pure curiosité. Se mettre à changer de look au gré des saisons, en suivant les courants du hype n'était pas particulièrement intéressant pour Miho et, à vrai dire, cela se voyait sur elle. Ou alors aurait-elle un don caché pour se donner du style? Peu probable.

"J'y songerai!"

Ne serait-ce que pour rencontrer ce qu'elle estimait être une perle rare parmi les quariens. Mais de là à imaginer voir une idée se concrétiser, il y avait tout un monde. Son sari enfilé, et revenue à sa collègue modèle, Miho nota rapidement que la réponse à sa question ne pouvait qu'être affirmative. A moins que les intérêts de la photographe ne la pousse à s'e mêler. Ce qui n'arriva pas malgré l'opportunité. Elle n'avait d'ailleurs pas totalement attendue la fin de la phrase de l'asari pour commencer à se mettre à l'ouvrage, manipulant de ses six doigts agiles les différentes attaches pour constituer des noeuds étrangement identiques. Le départ abrupt de la photographe laissa la quarienne étonnée. Figée dans la dernière attache, elle suivit des yeux le départ temporaire d'Ilina. Ce ne fut que lorsque cette dernière quitta la salle qu'elle acheva le dernier noeud, sous la question de sa comparse.

"A vrai dire, je ne sais pas. Etrange, oui, mais je ne connais rien à ce métier. Ce qui m'étonne, c'est le changement de ton, et de regard, éventuellement."

Car si la photographe avait eu l'air de se rincer l'oeil sur Isïana en début de séance, l'air avec lequel elle avait poursuivit son observation paraissait moins lubrique et surtout, malgré les aises de l'ambassadrice, elle en était venue à camoufler avec une habilité toute relative son centre d'intérêt. S'il s'agissait certainement d'autre chose, Miho ne voyait absolument pas quoi exactement.
Le retour d'Ilina changea radicalement l'atmosphère. L'attitude n'était définitivement plus la même. Moins de politesse et de chaleur entre autre, mais surtout bien moins d'intérêt et d'implication. Le regard de la photographe était devenu quelque peu calculateur et froid, parfois absent, et les indications sur les poses à tenir se faisaient trop rares pour permettre au moindre cliché pris d'être exploitable par la suite.
Miho en finit même par lancer un regard perplexe à Isïana, tout en cessant de faire des efforts. Ses mouvements avaient quasiment cessés, espérant une réaction qui ne vint pas. Etaient-elles encore en train de poser ou s'agissait-il que de faire mine qu'il y avait là un travail en train de se faire? Bizarre.

Quand les éclats de voix leur parvinrent. Miho porta un très court instant son attention vers les escaliers, avant d'en revenir rapidement à Ilina dont elle soutint le regard de longues secondes. Pas d'air interrogateur, pas de mouvement pour voir ce qui allait se passer, une légère crispation apparente sur ses traits... On aurait presque dit qu'elle savait ce qui se passait et sa tension en devenait contagieuse pour la quarienne qui, par réflexe, fit glisser un bras dans son dos pour... N'effleurer que du vide. Bien entendue, aucune arme rassurante ne se trouvait à portée de main. Logique quand on venait poser pour une marque de vêtement. Il lui restait bien son OmniTech, mais bon... Sans doute dramatisait-elle la situation, mais dans le doute, elle écarta le tissu de sa tête, et le tira vers l'avant, s'attendant surtout à devoir rendre les tenues fissa. Peut-être la photographe n'avait-elle tout simplement pas obtenu les autorisations nécessaires pour ce travail.

Cette certitude s'effaça à la vision d'une employée menottée. On ne menottait pas des gens pour des photos de mode, n'est-ce pas? Miho fronça les sourcils et se reporta sur l'ambassadrice tout aussi étonnée qu'elle. La suite parut se passer comme au ralenti. Toute cette histoire n'était que du vent? Elles auraient pu sacrément mal finir avec tout ça. Fyn allait l'entendre! Miho passa en quelques secondes par toute une palette d'émotions allant de l'incrédulité, à la déception, puis la colère, enfin une peur brève et instinctive qui la fit se décaler au moment où la "Ilina" passa à l'attaque.

Son instinct de survie aidant, Miho échappa à la prise d'otage au profit de l'ambassadrice plus prompt à servir de bouclier et surtout de monnaie d'échange. Un juron en quarien s'échappa des lèvres de Miho qui, alpaguée par la policière s'écarta... Du potentiel couloir de tir. Reculant lentement, toujours sur le côté, elle se retrouva sur le flanc d'Ilina, du côté de la seule sortie. Ses mains crispées sur un long pan de tissu de son sari, Miho observait la criminelle, l'officier, la joute verbale, Isïana... Isïana dont la lenteur et le regard trahissait la recherche d'une alternative à sa fâcheuse posture. Pas sûr que ce soit une bonne idée.

Néanmoins tout se précipita et Miho s'écarta à nouveau, quand l'ambassadrice chuta, pour ne pas la heurter. La trafiquante leva son OmniLame pour frapper une seconde par dépit, mais son geste fut figé par une bande de tissu coloré qui s'enroula autour de son coude. A l'autre bout du sari, Miho tira brutalement vers le bas, déséquilibrant l'asari qui chuta à plat ventre dans un cri de surprise et de rage. Elle n'eut pas le temps de commencer à se relever qu'Anaya se trouvait déjà sur elle, un genou entre les omoplates de la fausse photographe, pour la défaire de son OmniTech et lui menotter les poignets à son tour. Se débattant avec le reste de son sari, Miho fit sauter rapidement les derniers aimants pour se rapprocher d'Isïana encore en assez bonne forme pour plaisanter.

"Ça tombe bien, j'ai ça en stock!"

Tâchant d'emprunter le même ton pour détendre l'atmosphère, Miho, dont les derniers mots se mêlaient aux indications de l'officier sur le silence à garder - qu'Ilina ne gardait d'ailleurs pas en se débattant inutilement - activa son OmniTech pour appliquer une dose de médigel sur la blessure. La plaie était profonde, et il allait falloir certainement des soins un peu plus précis par la suite, mais heureusement rien de vital n'avait été touché. Avec précaution, elle aida l'ambassadrice à se relever, guettant un signe éventuel de malaise.

"Je pense qu'il est temps de reprendre nos affaires et de partir."
"Pas si vite!" Fit l'Inspectrice e posant une main sur l'épaule de la quarienne, "Il me faut vos identités et témoignages. Mais d'abord, assurons-nous que vous allez toutes bien."

"Ilina" fut embarquée sans trop de ménagements, à la suite de la vendeuse qui braillait son innocence dans cette affaire. Une agente de police vint prêter assistance à l'asari mauve qu'elle s'asseoir du côté des tenues tandis que l'autre prenait les coordonnées de Miho et lui posait toute une série de questions, l'éloignant de sa comparse avant de l'inviter à prendre ses affaires et rester disponible.

"Mais..."
"Nous allons prendre soin de l'Ambassadrice. Vous pouvez rejoindre votre vaisseau. Cette trafiquante ne fera plus de mal à qui que ce soit."

A contrecoeur, et non sans avoir jeter un dernier regard inquiet en direction d'Isïana, Miho fut presque poussée vers la sortie, les tissus de sa tenue d'origine entre ses bras. Elle acheva de se rhabiller dans la boutique, devant d'autres agents de police venus aider à réunir des preuves. La quarienne finit par sortir, non sans jeter un nouveau regard vers les escaliers, pour se retrouver dans la rue. Elle passa sous une bande jaune et commença à s'éloigner, cherchant déjà un moyen d'entrer en communication avec l'asari mauve pour prendre plus tard de ses nouvelles. Elle n'avait pas prononcé le nom de son vaisseau à haute voix, mais une ambassade flottante à faire baver des quariens ne devrait certainement pas passer inaperçue.




[Fin, du coup! ^^Merci beaucoup pour ce rp! <3]
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 286
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 888.00 Points


Retour vers Nébuleuse du Croissant



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron