Jesper "Scraps" Greymhan

*

Jesper "Scraps" Greymhan

Message par Jesper -Scraps- Greymhan » 19 Juin 2017, 17:11

« FICHE DE PERSONNAGE »


« Identité »

• Nom complet :  Jesper "Scraps" Greymhan
• Sexe :  Masculin
• Espèce :  Humain
• Âge :  17 ans
• Planète natale :  Oméga
• Affiliation :  Indépendant
• Profession :  Vagabond / ‘Justicier’
• Vaisseau :  N/A
• Rang :  2

« Description physique »
Jesper est un jeune homme élancé aux muscles finement dessinés. Il porte presque tout le temps un long manteau et un haut-de-forme noirs et usés. Son visage émacié laisse entrevoir son manque flagrant de nourriture. En même temps, avec 1m75 pour moins de 50 kg, on est loin de la surconsommation ou de la surcharge pondérale. Jesper se déplace en gardant le dos courbé, comme si un poids appuyait constamment sur ses épaules, ou bien qu’il avait peur de s’affirmer, qui sait ? Sa face est le plus souvent couverte par un sac en jute dans lequel quelques trous ont été grossièrement faits, deux pour les yeux et un pour les narines puis peint avec de la peinture rouge bon marché. Comparé à l’état général de la tenue du personnage -et l’odeur peu agréable qu’il dégage- la précision des coupures et des traits de pinceau est quasiment impressionnante. A vrai dire, la plupart des rafistolages que l’on peut repérer sur ses vêtements sont d’une très bonne réalisation, ils se fondent assez bien dans le textile originel.

Les rues d’Oméga étant assez formatrice, Jesper sait se défendre et son corps, malgré son état assez famélique, est entraîné à recevoir et rendre les coups. Les raclés, il connaît, de même que les passages à tabac. Mais depuis peu, quelques années tout de même, il travaille sur un projet d’arme d’auto-défense qu’il pense avoir enfin achevé le mois dernier. Un œil averti peut s’en rendre compte, deux formes cylindriques poussent sur chaque cuisse de l’Humain. Il s’agit de bâtons, tout ce qu’il y a de plus classique, c’est pratique quand il faut de défendre dans une ruelle. Mais ce qui est encore plus pratique, c’est quand les bâtons peuvent délivrer un courant allant de l’ordre du milli jusqu’à la dizaine d’Ampère de quoi assommer aisément un Krogan et tuer à peu près tout le reste des espèces. Pour être franc, Jesper n’a jamais eu l’occasion de balancer une décharge de 10A à un Krogan, alors il ne fait que conjecturer que la bestiole survivra, sans vraiment savoir -10A ça commence à faire tout de même.


« Description psychologique »
Niveau caboche, c’est pas trop ça. Jesper a développé une sorte de schizophrénie au cours de son enfance, si bien qu’il ne parle de lui qu’à la troisième personne du singulier, il aime la précision d’ailleurs, la rigueur est une chose importante. Les relations sociales lui font horreur et il se contente le plus souvent de répondre par onomatopées quand il est vraiment impossible de s’esquiver. Le reste du temps il part en courant et grimpe sur les toits pour échapper aux chancres à la langue bien pendue. Il faut noter que Jesper n’a pas de double personnalité, ce genre de truc c’est réservé aux fous, alors que lui est parfaitement sain, pas vrai ? Le jeune homme ne supporte pas qu’on lui adresse la parole, mais ça vous le savez déjà, et, par dessus tout, l’idée de recevoir des coups ou d’être menacé l’horripile. C’est pourquoi Jesper a développé ses armes, dans le but de mettre un terme aux combats le plus rapidement possible, avec l’objectif de ne pas tuer. Sa conscience est encore pure et il souhaite la garder ainsi pour le restant de ses jours. Blesser, à la limite ça peut passer, mortellement c’est impossible. La violence inutile lui donne des frissons et c’est pour faire valoir cet idéal qu’il rêve de devenir le roi d’Oméga et d’arrêter tous les bâtards qui en gangrènent les rues. Et si ces saletés ne veulent pas partir, alors Jesper utilisera son argent de roi pour les expédier ailleurs dans un vaisseau affrété pour la peine.

L’Humain n’a pas de préférence en terme de personne autre que lui, toutes les espèces et tous les genres sont très bien là où ils sont et deviennent automatiquement des nuisibles dès qu’ils s’approchent de Jesper à moins de 3m. Pour ce qui est de la complexité de l’échiquier politique, voire de la société en général, ce genre de détails passent complètement au dessus du chapeau de Jesper, il n’y comprend rien, ne s’est jamais posé de question et ne veut pas s’en poser, il trouve juste que les petites dames bleues qu’on appelle Asari ont l’air gentil mais qu’elles ont trop tendance à s’approcher de lui quand il passe près des bars.


« Biographie »
Né de parents baignant allègrement dans l’illégal et n'ayant pas les moyens de payer le premier connard venu pour pratiquer un avortement, Jesper n’était ni attendu, ni voulu et son éducation fut faite en conséquence. Il représentait un fardeau pour sa famille et personne ne se gênait pour le lui rappeler. Des insultes de sa mère, aux coups de son père, le terme d’enfance malheureuse semble presque dérisoire par rapport à son vécu. Pour survivre, Jesper a fugué très tôt, a à peine 10 ans, il quitta le domicile familial. Cet endroit n’était pas fait pour lui et il n’y était pas le bienvenue. Pour preuve, jamais n’a-t-il entendu son nom dans la bouche de ses géniteurs, il était ‘l’autre’, ‘lui’, ‘le truc’ et toute sorte de joyeuseté indéfinie. Ce déni de parenté venant d’en haut s’était petit à petit mué en un déni d’existence en bas : les parents de Jesper n’avait pas d’enfant et Jesper n’était plus Jesper mais une entité extérieur le regardant se faire maltraiter.

En partant, il vola le manteau de son père et un vieux chapeau qu’il chérissait. C’était une façon pour le gamin de prendre une compensation pour ce qui ne lui avait jamais été accordé. Le vol, et le crime en général, ne lui faisait ni chaud ni froid, ses parents rentraient fréquemment avec de nouveaux objets, des blessures et des ‘crédits’, même si Jesper n’en avait jamais vu. Parfois, ils étaient de bonne humeur, alors ils laissaient l’enfant tranquille, mais quand l’un d’eux souffrait et qu’ils rentraient en se disputant, il savait que la nuit allait être longue et qu’il aurait du mal à se tenir debout le lendemain tant les coups allaient être violents. La notion du temps était très abstraite puisque d’un jour sur l’autre, l’humeur de ses parents changeait la durée que mettait la journée à s’écouler.

A force de prendre des coups, le gamin développa un certain sens du combat à mains nues et, dans l’année qui précéda son départ, il commençait à rendre, à son échelle, ce qu’il recevait. Evidemment, le rapport de force était flagrant et écrasant, ses vaines rébellions se soldaient le plus souvent par une lourde hémorragie, ou même une perte de connaissance. Il aurait dû mourir, mais il semblerait que, malgré tout, l’instinct de parent était plus fort et prenait le dessus, poussant les Humains à le garder en vie. A moins qu’il ne s’agisse là que d’avoir un moyen pratique de conserver un défouloir sous la main ? Voyant qu’il lui était impossible de riposter face à son père, Jesper profita des longues moments de solitude pour fouiller les alentours du repaire et trouver de quoi se défendre. Il passa plusieurs mois à chercher, tombants sur des lames brisées, des armes à feux cassées, des marteaux et parfois des cadavres. Le soir, il recevait une correction parce qu’il était sale et que cela importunait sa mère. Puis un jour il trouva enfin quelque chose, une sorte de tuyau en titane, assez long pour frapper son père au visage et assez robuste pour ne pas éclater lamentablement.

Le soir venu, son père le chercha pour lui infliger le traitement habituel, mais Jesper l’attendait, il abattit l’arme improvisée sur l’épaule de l’homme. Le coup porta mais sa mère surgit, arracha le tuyau des mains de l’enfant et l’envoya valser contre un mur d’un grand revers de la main. Puis son père brisa l’objet en deux, la sorte de batte ne ressemblait plus qu’à deux bâtons creux de la taille d’un avant-bras adulte, enfin vint la correction, longue, douloureuse, pénible. Jesper ne se souvient pas de la fin, mais au matin, il ramassa les deux morceaux de titane et entreprit de poursuivre ses recherches, il trouva, en quelques semaines à peine, deux petits générateurs et de quoi les activer. Il glissa le tout dans chacun des bâtons, le titane est un métal et malgré les connaissance très limitée du garçon, la preuve par l’expérience lui suffit à comprendre que toucher les bâtons quand les générateurs étaient en marche faisait mal. Il attendit patiemment le soir et, une fois ses parents rentrés, il frappa son père à la main, en tenant lui même les bâtons avec des gants en cuir, et sa mère au visage. Les deux adultes tombèrent sous le choc, ils survécurent, l’intensité était faible, mais la fatigue et l’alcool les rendaient moins résistants.

Après cela, Jesper s’enfuit en emportant les vêtements et ses armes. Il piqua aussi un pistolet de son père, même s’il ne savait pas s’en servir, il savait que l’objet faisait peur -son père l’avait déjà pointé sur sa mère lors de leurs disputes. Il fut recueilli par un groupe de clochard voisin qui le renomma ‘Scraps’ à cause de l’aspect racolé de ses bâtons et des nombreuses retouches apportées à son manteau. Les clodos le couvrirent et l’aidèrent à finir ses armes, en échange, Jesper leur donnait un coup de main sur tout ce qui touchait au bricolage et quand il s’agissait de se faufiler des endroits étroits.

Peu de temps après que Jesper ait enfin terminer ses bâtons -l’intérieur était plein et les poignées à conductivité nulle étaient ornées chacune d’un interrupteur permettant de délivrer le courant dans la barre et de potentiomètre pour régler l’intensité- les Moissonneurs ont débarqué, le jeune homme a pour le moins échappé à la guerre, restant terré dans les fins fonds d’Oméga. Il n’a, pour ainsi dire, vu aucun changement direct sur sa vie, il se cachait tout le temps alors là ça ne changeait rien fondamentalement. A une exception près, le chaos causé par l’arrivée de réfugié et le remue-ménage créé par les grosses machines permit au garçon de se lancer dans un nouvelle voie. Il décida d’entreprendre de nettoyer les rues, à commencer par les plus proches. Bien qu’encore jeune, la vie lui en avait déjà fait voir et sa première victime fut une sorte de racaille qui s’amusait à terroriser le secteur et racketter les passants. Jesper alla le trouver et se faufila discrètement d’ailleurs le manant qui s’en prenait à une proie. D’un coup sec à la nuque, l’Humain assomma le Butarien qui s’écroula, gargouillant, sous l’effet de l’impulsion électrique. C’était là le début d’une longue carrière.


« Talents et pouvoirs »

• Aptitudes : 
→ Agilité :  2
→ Art :  0
→ Charisme :  0
→ Connaissance :  1 (en électricité majoritairement -à force d’expérience)
→ Constitution :  2
→ Cuisine :  1
→ Discrétion :  2
→ Fabrication :  2
→ Technologie :  0
→ Volonté : 2

• Compétences de combat : 
→ Arme blanche :  2
→ Explosif :  1
→ Pistolet :  1
→ Corps à corps :  2
→ Immunité :  2
→ Montée d'adrénaline :  2
Reste 4 points

• Pouvoirs : 
- N/A
• Inventaire : 
-Bâtons en titane améliorés par un dispositif permettant de délivrer une décharge de courant allant (sur une échelle Humaine) du simple chatouillement au coup plus que léthal.
-M-3 Prédateur
-Gants en cuir pour une protection supplémentaire vis-à-vis du courant parcourant ses armes.


« Hors Role Play »

• Parrainage :  Si quelqu’un cherche des points gratuits ;p
• Disponibilité :  2 fois par semaine au moins
• Connaissance de l’univers :  Aller un petit 2 encore un fois
• Comment avez vous connu ME : Legacy ? : 
• Un petit mot ? : Compte secondaire de Laquarius (est-ce que je peux me parrainer moi même ? xd)
Dernière édition par Jesper -Scraps- Greymhan le 20 Juin 2017, 14:27, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Jesper -Scraps- Greymhan
Personnage inactif
 
Message(s) : 2
Inscription : 19 Juin 2017, 17:07


Points MEL: 0.00 Points

Re: Jesper "Scraps" Greymhan

Message par Layla Archer » 20 Juin 2017, 12:39

et re welcooooome à toi laqua eux Jesper

Alors voyons comment s'en sort ce petit personnage fort sympathique

Biographie

Jesper n’était ni attendu, ni voulu


Juste pour info, en 2100 et des patates, avec les progrès de la médecine et tout le reste, le coup du bébé surprise est devenu assez improbable avec la contraception et l'avortement/réseau d'adoption d'autre part. Même si c'est Oméga ça reste des trucs assez facile d'accès pour le quidam moyen (au pire y'a toujours l'avortement au cintre dans un conteneur glauque fait par un "docteur" qui n'a de médecin qu'une vieille blouse blanche rapiécée :P)



Et pour info non on ne peut pas se parrainer soi même :P (et d'ailleurs ont peu pas jouer avec son autre compte dans le même RP)


Voilou voilou juste un petit détail à corriger et ça sera bon

Tu sais où me trouver si t'as besoin d'aide ;)
Avatar de l’utilisateur
Layla Archer
Grande Prêtresse du Divin Cookie

Grande Prêtresse du Divin Cookie
 
Message(s) : 648
Inscription : 05 Mars 2015, 14:09

Âge: 35
Profession: Exploratrice, Propriétaire de Olympus, Investisseur
Classe: Martiale et Technologique
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 359.00 Points

Re: Jesper "Scraps" Greymhan

Message par Layla Archer » 20 Juin 2017, 14:29

Oki c'est bon je valide

Manque plus que le journal de bord et le datapad mais ça t'es déjà au courant

voilou voilou

si t'as des questions hésitent pas ;)
Avatar de l’utilisateur
Layla Archer
Grande Prêtresse du Divin Cookie

Grande Prêtresse du Divin Cookie
 
Message(s) : 648
Inscription : 05 Mars 2015, 14:09

Âge: 35
Profession: Exploratrice, Propriétaire de Olympus, Investisseur
Classe: Martiale et Technologique
Points d'Héroïsme: 6

Points MEL: 359.00 Points


Retour vers Cryostase (Fiches RP inactives)



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron