Humain, turienne et quarienne

*

Modérateurs : Administration, MJ

Humain, turienne et quarienne

Message par Saber Warwick » 05 Décembre 2017, 00:58

« Formulaire du RP »


• Date du RP: 27 mai 2 192
• Lieu du RP: La Citadelle
• Type de RP: Fermé
• Nombres de personnes requises: 1 (Miho'Shakti Vas Maefis)
« Légende des couleurs »


• #0040FF : Saber Warwick • #BF40FF : Levina



La journée était bien entamée sur la Citadelle. Les gens vaquaient à leurs petites occupations, comme d'habitude. Certains travaillaient ou se rendaient au travail, d'autres étaient de passage et il y avait ceux qui profitait de temps libre. En gros, c'était les trois grandes catégories d'individus sur la Citadelle, du moins si on simplifiait les choses énormément. En ce moment, Saber figurait parmi la 3e catégorie, ainsi que celle qui l'accompagnait. De temps à autres, leur duo attirait quelques regards. Pour cause de cet intérêt, la différence entre Saber et sa comparse. Une différence de taille, d'âge, de race et de sexe, pour être exact. En effet, Saber ne se déplaçait pas avec n'importe qui, mais avec sa jeune nièce. Il s'agissait d'une adorable fillette âgée de 4 ans, approchant tranquillement son cinquième anniversaire. Alors pourquoi était-ce étrange de voir une petite fille se promener avec un parent à elle. Eh bien, le fait que Saber soit humain et que sa nièce, Levina, soit turienne, expliquait grandement les choses. Heureusement, c'était la Citadelle, alors les groupes multiethniques, c'était assez commun sur cette station spatiale géante qui flottait au milieu de nulle part. Ainsi, même s'ils attiraient les regards, cela ne durait guère.

Saber profitait donc de cette journée pour faire plaisir à la petite turienne. À la base, ce n'était pas du tout ce qui était prévu pour lui aujourd'hui. En effet, notre homme aurait dû être à son bureau, œuvrant dans les divers domaines de son entreprise. Ainsi, normalement, il aurait dû être dans son bureau à traiter des dossiers d'employés, de contrats et autres domaines du genre. Toutefois, un léger imprévu était survenu. Le tout sous la forme d'une communication. Il s'agissait de Ramtus, un bon ami de Saber et le père de Levina. Ce dernier l'avait appelé pour le prévenir que Levina avait un spectacle à son école et qu'il avait prévu d'y aller. Malheureusement, un imprévu au travail rendait la chose impossible. Comme la mère de la petite était actuellement sur Palaven, Levina allait se retrouver à jouer sa pièce, sans la présence d'un parent pour la regarder. Ainsi, Ramtus avait demandé à Saber s'il pouvait y aller et ainsi faire plaisir à la fillette. Se refusant à faire de la peine à sa nièce et n'ayant pas de dossier urgent, l'humain avait accepté. C'était l'avantage quand on était un dirigeant d'entreprise, si on voulait s'offrir un congé, il n'y avait personne pour dire non.

Saber c'était rendu directement à l'école de Levina. Au tout début, on avait refusé de le laisser entrer, pour des raisons de sécurité. Saber dû décliner son identité afin que l'école puisse l'identifier. Malgré la paperasse officielle le désignant comme parrain de la fillette, l'école était encore hésitante. Ce n'est que lorsqu'un membre du personnel emmena Levina voir Saber, que la petite lui ait aussitôt sauté dans les bras en l'appelant ''tonton'', que le personnel de l'école fut enfin convaincu. Notre homme put donc enfin assister au spectacle des enfants. Sans surprise, le spectacle fut terriblement ennuyeux. Cela n'avait rien de surprenant, les enfants avaient tous moins de 6 ans, alors leur compétence dans le domaine était très limité. Le vrai plaisir était de les voir s'amuser à faire leur petite pièce. Saber avait assisté à toute la représentation sans faillir, avant d'attendre sa nièce à la sortie.

La journée de cours enfin terminée, Saber avait plus de temps libre avec la petite. Ils avaient marchés pendant un moment. Puis, la fillette l'avait attrapé par la manche, l'humain sachant pertinemment ce qu'elle voulait. Voilà pourquoi il se déplaçait maintenant à travers les rues du présidium, avec la petite turienne juché sur ses épaules. Cette dernière avait les mains pausé sur le haut de la tête de son oncle, ce dernier lui tenant les jambes, pour éviter qu'elle tombe.


-C'était une belle pièce.

-Tu as aimé, tonton?

-Oui. Comme tu as bien joué ton rôle et que tu m'as offert une belle pièce, j'ai décidé de te faire une petite récompense. Une petite gâterie. Alors, tu n'as qu'à dire ce que tu veux manger et tu l'auras.

-Une glace!

La petite n'avait même pas réfléchis pendant un long moment, elle avait fait son choix en une fraction de seconde. Saber ne put s'empêcher de pousser un léger rire. Il prit ainsi la direction d'un marchand de glace. Heureusement pour lui, il tomba rapidement sur un comptoir d’alimentation offrant ce genre de produit et tenu par un turien en plus. Saber déposa la petite sur le comptoir, pour qu'elle puisse voir les divers choix possibles. Pendant ce temps, le turien derrière la caisse les observait. Une rapide discussion s'en suivit, le turien dévoilant de la méfiance envers cette humain, s'inquiétant visiblement de la sécurité de l'enfant. Probable qu'il avait du mal à croire que des parents turiens puissent confier leur enfant à un humain. La discussion se poursuivit et en quelques minutes, Saber et le turien en étaient rendu à échanger des plaisanteries. En fin de compte, l'humain avait trouvé le bon moyen d'être jugé comme très sympathique par le turien. Quelques autres minutes plus tard, Saber et Levina quittaient les lieux, la petite marchant au-devant de son oncle, avec un cornet de glace à une boule dans ses mains. Elle léchait le tout avec entrain et appétit.

-J'aurais bien aimé deux boules, tonton.

-Une, c'est bien assez ma chérie. Par contre, fait attention où tu vas.

La petite ne semblait pas l'écouter et cela se confirma lorsqu'elle prit encore un peu d'avance d'un pas rapide et enjouée. Cependant, elle était distraite et alla percuter un passant, une quarienne pour être précis. Sous le choc, la fillette échappa son cornet et sa glace termina sur le sol. Saber se rapprocha aussitôt de sa nièce.

-Levina, ça va?

-Non, j'ai perdu ma glace.

Elle disait le tout sur un ton très triste et semblait même sur le point de pleurer.

-Ne t'en fais pas, je vais t'en acheter une autre.

Cela ne sembla pas la calmer pour autant.

-Avec deux boules cette fois.

Le fait qu'elle lui saute au cou et refuse de le lâcher sembla démontrer qu'elle était désormais consolé. Un part de Saber ne pouvait s'empêcher de se dire qu'en fait, la petite turienne venait de faire usage de chantage émotif contre lui. Peu importe, avec la fillette dans ses bras, il se retourna et regarda la quarienne qui avait été accidentellement bousculés.

-Désolé, pour ça mademoiselle.
Avatar de l’utilisateur
Saber Warwick
Rang 4

Rang 4
 
Message(s) : 78
Inscription : 14 Septembre 2017, 01:20

Âge: 32
Profession: Directeur d'entreprise de sécurité
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 4

Points MEL: 290.00 Points

En ligne

Re: Humain, turienne et quarienne

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 05 Décembre 2017, 12:09

Il existait dans la galaxie quelques petits endroits où l'ambiance n'était pas nécessairement la plus appréciable au monde. Tout n'était qu'une question de point de vue, bien entendue. En général, pour Miho, l'échelle des lieux agréables ou non se calculait en fonction de sa popularité, de son décor sublime ou non, et de la population qui s'y trouvait. Et quand le Maefis abordait un de ces lieux, elle ne quittait le vaisseau que s'il y avait un job à courte durée à décrocher, ou un travail quelconque à faire pour son outil de travail favori. La Citadelle faisait partie de ces lieux. Non pas qu'elle détestait l'endroit, bien au contraire. Certains jardins étaient de toute beauté, la faune locale était tellement variée et culturellement riche qu'elle aurait pu passer des heures simplement assise sur un banc à regarder les gens passer. Mais il y avait un petit quelque chose dans l'air qui la rebutait. Une impression désagréable et persistante de ne pas vraiment être à sa place lui restait en travers de la gorge. Les choses avaient évolué pourtant, les quariens n'étaient plus aux regards des autres nécessairement des mendiants notoires et malveillants, mais elle ne pouvait s'empêcher, en périodique parano qu'elle pouvait être, de repérer avec une facilité déplaisante un regard condescendant, ou une vague expression dédaigneuse qui échappait à un quelconque passant encore ancré dans une époque révolue et, bien qu'elle l'ignorait avec brio, cette sensation d'une vilaine pique désagréable en plein coeur restait encore un peu.

Mais le boulot, c'était le boulot. Alors à contre-coeur, elle avait quitté le vaisseau. Il y avait dans le cockpit certaines pièces originellement de récup' qui tournaient assez bien pour travailler, mais qui mériteraient un remplacement. Les affaires tournant bien, elle pouvait progressivement se permettre quelques menues améliorations. Peu dépensière, Miho avait de quoi faire pour se faire plaisir et, alors qu'elle déambulait dans une allée marchande, elle se surprit à penser que ses appréhensions premières méritaient plus que son espace de travail une amélioration conséquente. Oui, les choses avaient changé. Elle croisa un groupe hétéroclite comportant quarienne, volus et turien en train de rire dans une conversation commune d'un côté, un binôme asari-elcor en train de débattre du choix de mods pour armure devant une vitrine, et dans tout ça, aucun regard méprisant ni moue dédaigneuse ne s'avisa d'assombrir le tableau.

La perspective de se poser sur un banc et simplement regarder le temps et les gens passer lui parut subitement une excellente activité qu'il lui faudrait faire avant qu'elle ne se fasse rappeler au vaisseau, mais d'abord, la pause shopping s'imposait. Elle passa devant un glacier et ne pu s'empêcher un regard gourmand qu'elle dévia bien vite. Manger une glace était une tâche compliquée quand on devait s'isoler du monde en raison d'un système immunitaire défaillant. Repoussant cette idée aussi vite qu'elle était venue, la quarienne se fraya un passage jusqu'à un étal où certaines pièces étaient visibles derrière leur vitre d'exposition. Certaines étaient de seconde main, mais il y avait également du neuf et un projecteur holographique miniaturisé attira tout particulièrement son attention.

La pilote se baissa légèrement, estimant la forme de l'objet. En dimensions pure, il s'emboîterait parfaitement dans son tableau de bord, donc aucun changement notable à ce niveau là. Mais la qualité d'image projetée était bien plus intéressante que la version qu'elle exploitait déjà. De piètre qualité, Miho ne voyait à l'heure actuelle que des informations limitée et devait manipuler le holo pour avoir la suite des informations de gestion énergétique du vaisseau. Avec une nouvelle version, tout serait affichage et lisible sur une seule et unique page, limitant la perte de temps et surtout permettant de repérer immédiatement tout indice de défaillance potentielle. Et c'était à ce moment-là que la question du prix avait tendance à faire reculer la quarienne. En temps normal. Sauf que pour une fois, ce ne fut pas le cas.

"Bonjour, celui-ci peut-il vous renseigner sur nos produits?"

Miho se redressa pour observer le marchand hanari. Bien que ce ne fût pas vraiment visible, un large sourire éclaircit ses traits.

"Bonjour! A dire vrai, je souhaiterait voir cette pièce de plus près, je vous prie."
"Bien entendu. Il s'agit de l'avant-dernière version de ce produit. Celui-ci l'a déjà vu fonctionner sur le vaisseau de grand gabarit de l'un de ces client et peut vous assurer que la résolution est d'une rare précision."

De ses tentacules, il fit glisser le tiroir de son côté et attrapa la pièce qu'il déposa sur le comptoir.

"Il vous fera remarquer que sa taille standard s'adapte à la grande majorité des tableau de bord actuels et ne nécessite donc pas d'ouvrage supplémentaire."

Miho marqua une légère hésitation avant de prendre délicatement la pièce en main pour l'observer de plus prêt. La conception même de l'objet permettait aussi de lui apporter des modifications au besoin, et faciliterait donc considérablement des réparations à venir sans avoir à passer par le fabricant.

"C'est exactement ce que je recherche! Je vous le pr..."

Et l'impensable se produisit. Pour une fois que Miho était captivée par quelque chose, elle ne vit pas la fusée modèle réduit avec charisme plus un million de mignonitude ultime lui foncer droit dessus. Le choc ne fut pas brutal, mais déstabilisée, Miho lâcha l'objet et, en une fraction de seconde de décision, plutôt que de tenter de le rattraper, ses mains se refermèrent sur le bras de la petite, lui évitant à elle de tomber, mais hélas pas au morceau de glace ni au...

*Sting! Crack!*

Derrière sa visière, Miho eut une grimace de douleur émotionnelle en sachant que l'objet de son shopping venait de salement morfler. Mais avant même de s'en soucier, elle s'accroupi devant la petite. Turienne, et jeune, très jeune. Indéniablement plus jeune que son propre neveu. Sa main libre vint relever le visage de l'enfant, pour s'assurer qu'elle ne s'était pas blessée en percutant une attache métallique de sa combinaison.

"Ça va?"

Visiblement la quarienne n'était pas la seule à se soucier de la petite. Mais quand elle releva les yeux pour tomber sur un humain, ses sourcils se froncèrent. Il y avait comme un problème dans la donnée. Plus étonnant encore, la fillette, visiblement habituée, connaissait bien l'homme, au point de jouer sur le dramatique de la situation pour se faire offrir une seconde glace, en double quantité. Les gosses étaient des génies vicieux de la manipulation émotionnelle. Admirative, il fallait bien l'avouer, Miho se redressa, non sans avoir ramasser la pièce tombée au sol. La glace finira quant à elle bien assez tôt dans le réservoir d'un robot nettoyeur de la station. D'un regard rapide, elle nota que la pièce avait été abimée. Une fissure s'était tracée sur l'extérieur, mais ce n'était que de l'esthétisme. L'objet en lui-même restait fonctionnel. Son regard se reporta rapidement sur la fillette déjà satisfaite du revirement de situation. Au moins, elle n'avait définitivement rien et la pilote ne pu retenir un sourire attendrit qui s'estompa quand l'humain s'excusa.

"Ce n'est rien. Le plus important est qu'elle n'ait rien."
"Excusez-le, mais celui-ci est quelque peu emprunté concernant sa marchandise."

Le hanari pointa d'un tentacule la pièce que Miho tenait entre ses mains.

"Ne le soyez pas non plus, je vous l'achète en l'état."

Sur ces paroles, elle activa son OmniTech pour activer le système de paiement. Le prix neuf restait raisonnable et elle n'allait pas se formaliser d'un détail esthétique facilement réparable pour tout quarien qui se respectait. Le marchand hanari était visiblement ravi de ne rien perdre au change.

"Celui-ci vous remercie beaucoup."

Elle hocha la tête avant de se reporter sur l'étrange duo père-fille, pour ce qu'elle s'en imaginait. Après tout, l'adoption inter-espèce était une très bonne chose! Elle tendit une main pour effleurer la joue de la fillette et lança, sur un ton amusé.

"Et toi, n'en profites pas pour demander une troisième boule à ton père où le glacier n'aura plus de quoi travailler."

Elle rangea ensuite la pièce fraîchement achetée dans l'une de ses poches.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 344
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,409.00 Points

Re: Humain, turienne et quarienne

Message par Saber Warwick » 05 Décembre 2017, 21:57

Saber tenait toujours Levina dans ses bras. La petite fille semblait plus que ravie de la situation actuelle. En même temps, la connaissant, ce n'était pas surprenant. Tout d'abord, elle était dans les bras d'une personne qu'elle aimait beaucoup. Ensuite, elle ne touchait plus le sol, la turienne aimait être dans les airs, probable qu'elle devienne pilote un jour. Finalement, la fillette allait avoir droit à plus de dessert glacé que ce qu'elle venait de perdre. Bref, à sa manière, elle était aux anges, profitant du léger incident qui était arrivé. De son côté, Saber observait plutôt la quarienne. Cette dernière portait la combinaison typique de son peuple, à quelques détails près. Les différences majeures étaient le choix d'une couleur rose dominante pour la combinaison et son masque dont le style différait de celui qu'on voyait chez presque tous les quariens. Il ne savait pas vraiment en quoi cette visière différait des autres, mais il jugea que cela ne le concernait pas. Après tout, les quariens devaient restés enfermés dans leur combinaison pour éviter une infection, alors il n'allait pas les embêter pour des questions esthétiques. En soit, Saber n'avait rien contre les représentants de cette espèce, il en avait même plusieurs qui travaillaient pour son entreprise.

Pour en revenir à la quarienne, cette dernière ne s'offusqua pas de ce qui venait de se passer. Que Levina aille bien était plus important à ces yeux. Toutefois, ils furent interrompu par un hanari. Visiblement, la quarienne était en train d'inspecter de la marchandise proposé par le vendeur hanari, lorsque Levina l'avait percutée. À première vue, il s'agissait d'un appareil holographique. Soit c'était pour un vaisseau ou pour des pièces. Toutefois, Saber estima la seconde possibilité comme peu probable. L'appareil semblait avoir pris un coup, difficile de dire d'aussi loin s'il était toujours fonctionnel. Cependant, la quarienne répondit à cette interrogation en annonçant au vendeur qu'elle achetait la pièce quand même. Le hanari sembla des plus ravis. Une fois la transaction terminée, la quarienne reporta son attention sur eux. Elle commença à caresser la joue de Levina. Toutefois, Saber tiqua légèrement lorsqu'elle laissa entendre qu'il était sûrement le père de la petite. Il était sur le point de corriger la demoiselle sur la question. Toutefois, Levina se montra bien plus rapide que lui.


-C'est pas mon papa, c'est mon tonton.

-Pour être plus précis, je suis son parrain. D'ailleurs, avant que vous lanciez une autre supposition. Non, ses parents vont très bien... Ou du moins, sa mère va bien.

-Pourquoi papa n'irait pas bien?

-À ton avis, comment ta mère va réagir quand elle saura que ton père n'est pas venu à ton spectacle?

Levina ne répondit pas, mais le rire léger qu'elle laissa échapper fut une réponse à lui seul. Connaissant Lalia, elle allait botter le cul de son mari pour ça. Saber jeta un regard vers le glacier, puis regarda de nouveau la quarienne.

-Vous vous joignez à nous? Je vous payes une glace pour pardonner ce léger incident... Quoique, c'est vrai qu'avec votre combinaison, ce n'est pas très pratique. Alors, plutôt un milkshake. Je ne sais pas si vous connaissez? C'est une recette originaire de la Terre. On mélange de la crème glacée avec du lait et une saveur particulière, pour obtenir un breuvage glacée, sucrée et délicieux. Bon évidemment, dans le cas des turiens et des quariens, on utilise l'équivalent dextro.

Une fois devant le turien du comptoir de glace de tout à l'heure, Saber le salua de la main.

-Hum, déjà de retour?

-La petite a échappé sa glace.

-Ah d'accord. La même chose?

-Pas tout à fait. Ça sera un cornet à deux boules pour la petite à saveur de...

-Une vanille dextro et une chocolat dextro.

-Donc, ces deux saveurs pour la petite. Pour moi, un moyen milkshake au chocolat.

Il indiqua ensuite du doigt la quarienne.

-Un pour la demoiselle aussi, purifiée et tout.

Le turien indiqua du doigt la liste des saveurs, laissant à la quarienne le temps de choisir ce qu'elle prendrait, pour aller s'occuper de la commande pour l'humain et la turienne. Saber décida également qu'il était temps de faire les présentations de base. Il s'adressa donc de nouveau à la quarienne. Il prononça une salutation de base, en utilisant la langue quarienne. Ensuite de quoi, l'humain chercha ses mots pendant un moment, avant d’arrêter et d'utiliser de nouveau sa propre langue.

-Bon, mes connaissances dans votre langue s'arrête à peu près là. J'aurais du mal à faire une phrase complète excepté la salutation de base. Je me présente donc, Saber Warwick. Voici, ma nièce, Levina Albalius.
Avatar de l’utilisateur
Saber Warwick
Rang 4

Rang 4
 
Message(s) : 78
Inscription : 14 Septembre 2017, 01:20

Âge: 32
Profession: Directeur d'entreprise de sécurité
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 4

Points MEL: 290.00 Points

En ligne

Re: Humain, turienne et quarienne

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 06 Décembre 2017, 21:28

[HRP]Désolée, l'image est trompeuse, mais la couleur de la combi tourne entre le rouge, le doré, le cuivre et le noir. Pas de rose! (et encore, il y a de spiques et de la tête de mort humaine, mais passons, le but n'est pas de faire peur à la petite.XD) [/HRP]

La petite turienne était aussi spontanée qu'informative. Mais sa révélation sur le lien qui l'unissait à l'humain souleva bien plus d'interrogations encore. Une foule de possibilités, certaines plausibles, d'autres totalement farfelues traversa les pensées de la quarienne qui chercha comment un humain pouvait être oncle d'une turienne. Père, il y avait l'adoption, mais... On n'adoptait pas une nièce, si? Et s'il était tonton, cela suggérait un lien familial d'ordre biologique. Ou si ce n'était pas le cas, alors était-ce l'humain qui avait été adopté par une famille turienne autrefois? Si ça avait été quariennement possible, une vapeur intense se serait propagée hors des filtres du casque de la pilote. Elle entrouvrit la bouche, se disant que la politesse pouvait bien passer derrière la curiosité pour cette fois. Après tout, il fallait une réponse logique sous peine d'y perdre quelques neurones au passage.

Mais l'explication vint d'elle-même, limpide et tellement simple! La bouche de Miho se referma. Un parrain. Évident en fait. Et toutes les autres questions potentielles qui pouvaient en découler trouvèrent immédiatement leurs réponses. Pas de drame, juste une famille de coeur unie et inter-espèce. La complicité qui régnait entre la petite et son parrain avait un petit quelque chose de touchant. Il devait être visiblement très proche des parents, pour aller jusqu'à remplacer le père dans une activité aussi importante qu'un spectacle d'enfant! Connaissant son frère, Miho avait la certitude qu'il n'aurait jamais manqué ce genre d'événement, quitte à devoir perdre un job. La famille avant toute autre chose... Ou peut-être était-ce parce qu'il n'avait pas une amitié aussi poussée que celle de l'humain avec la famille turienne.

L'invitation parut séduisante à priori mais, alors qu'elle s'apprêtait à décliner pour des raisons purement pratiques, il proposa spontanément une alternative pour le moins tentante. En effet, jamais Miho n'avait testé l'option milkshake. Déjà parce qu'elle ignorait qu'il en existait une version dextro, et aussi parce que... Bah en fait elle n'en savait rien. Ce n'était pas par manque de curiosité culinaire, mais tout simplement parce que l'occasion ne s'était en fait jamais présentée.

"Ce sera avec plaisir!"

Il était plus que temps qu'elle rompe définitivement avec ses à priori sur la Citadelle. Les temps avaient plus que changés et ce duo en était la preuve. Autant qu'elle prenne le temps de faire plus ample connaissance avec eux! Elle les suivit, non sans un sourire attendri en les voyant ainsi agir le plus normalement du monde, parce qu'au fond la différence d'espèce n'était qu'un détail facilement oubliable. Un étrange sentiment de nostalgie la traversa, et le nom du SS Margery, vaisseau sur lequel elle avait effectué l'écrasante majorité de son Pèlerinage, lui revint en mémoire avec une légère tristesse. Là elle avait réellement vécu dans un environnement de mixité où la frontière de race avait finit par disparaître. Et ça lui manquait plus qu'elle ne l'aurait pensé.

Elle s'efforça de chasser cet étrange sentiment lorsqu'ils arrivèrent devant l'échoppe où elle avait elle-même traînassé un peu précédemment. La liste des parfums disponibles étaient tout simplement hallucinante. Elle eut un regard amusé pour la petite bien décidée à profiter d'une glace qui correspondait mieux à ses aspirations de gourmandise. D'ailleurs en parlant de gourmandise, Miho se tourna vers la liste des parfums à son tour. Si les choix étaient variés, il s'agissait d'arômes artificiels en tous les cas pour elle. Mais mine de rien, elle pourrait au moins se rapprocher le plus possible d'un aliment qu'il ne lui serait jamais donné de tester en vrai. Du bout d'un doigt, elle tapota le bas de sa visière, songeuse, avant d'indiquer le panneau.

"Je vais prendre un petit milkshake framboise, je vous prie."

Ça, elle avait déjà vu des humains en manger lors de son séjour autrefois forcé sur Terre. Impossible pour elle de goûter, mais les soldats en rémissions avaient l'air tout particulièrement heureux d'en avoir trouvé à ce moment-là. Maintenant elle allait pouvoir en découvrir le goût.
La suite fut quelque peu étonnante. Le traducteur de Miho n'eut pas besoin de faire son travail dans un premier temps. Mais il était peu courant qu'elle entende sa propre langue venant d'un humain. C'était plutôt bien, même si il était évident que la conversation ne risquait pas de s'éterniser sur ce terrain.

"C'est un excellent début! Vous en savez ben plus que moi en langues étrangères."

Les connaissances de Miho en la matière étaient proches du zéro absolu. Oh, elle avait bien quelques notions dans cette langue humaine là, l'espagnole, et aussi dans un obscure dialecte butarien, mais il s'agissait surtout de phrases colorées qu'il valait mieux éviter de prononcer en présence d'un enfant. Pourquoi le vocabulaire qu'on mémorisait le plus facilement était immanquablement constitué de grossièretés? Encore un mystère de l'univers.

"Je m'appelle Miho'Shakti! Et je suis enchantée, Saber, et Levina. En voilà un joli prénom!"

Elle inclina légèrement la tête à l'intention de l'adorable turienne.

"C'est tout particulièrement agréable de voir des liens aussi fort entre des êtres d'espèces différentes. Vous devez être très proche des parents de la petite! Peu de pères envisageraient d'envoyer le parrain à un spectacle de leur fille. Certains auraient simplement abandonné l'idée d'être présent sans chercher d'alternative."

Le turien acheva finalement la préparation du dernier milkshake qu'il tendit à Miho.

"C'était quoi comme spectacle? Du chant? Du théâtre? De la danse peut-être?"

Par précaution, ou par habitude peut-être, la quarienne prit une ou deux serviettes de plus. la glace allait immanquablement laisser des traces sur le visage
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 344
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,409.00 Points

Re: Humain, turienne et quarienne

Message par Saber Warwick » 07 Décembre 2017, 14:26

Saber observait tout ce qui l'entourait, une habitude développé à force de travailler dans son domaine et aussi du temps où il faisait partie de l'Alliance. Le turien était occupé à préparer le cornet à deux boules de Levina. La petite turienne observait la préparation de sa friandise glacée. La quarienne quant à elle avait passé un moment à tapoter le bas de sa visière, réfléchissant visiblement à ce qu'elle allait prendre. Au final, la femme avait opté pour un petit milkshake à saveur de framboise. Saber c'était interrogé pendant quelques instants sur cette saveur. Était-ce une arôme artificielle ou bien un mélange de fruit dextro ayant le même goût. Toutefois, il chassa rapidement cette interrogation de son esprit. Également, il avait pu noter une certaine surprise chez la quarienne, lorsqu'il c'était adressé à elle en employant la langue quarienne. Elle avait plutôt appréciée la chose, glissant au passage qu'il se débrouillait mieux qu'elle en langue étrangère. Puis, elle c'était présentée à son tour, sous le nom de Miho'Shakti. Comme elle n'avait pas mentionné le nom d'un vaisseau, Saber s'interrogea, se demandant si elle était comme certains membres de son peuple ayant abandonné le nom de leur vaisseau, lorsque les quariens avaient enfin pu retrouver leur monde d'origine. Il se promis de lui pauser la question.

Ensuite de cela, Miho se permit de donner son opinion, très favorable, envers la relation que Levina et Saber partageait. Elle aimait grandement voir cette complicité multiraciale. Elle évoqua également que l'humain devait être très proche de la famille de la petite, pour que les parents aient assez confiance pour l'envoyer au spectacle de leur fille. Pendant ce temps, le turien avait presque terminée toute les commandes, Levina savourant déjà sa glace et Saber ayant son milkshake en main. Lorsqu'arriva celui de Miho, l'humain sortit sa puce de crédit et paya le tout. Il remarqua au passage que le glacier n'avait pas facturé pour la crème glacée de Levina, Saber le remercia donc en langue turienne, avant de reporter son attention sur la quarienne.


-Eh bien, c'était un mélange de théâtre et de chant. Par contre, on ne peut pas parler de comédie musicale. D'abord, c'était la pièce de théâtre et une fois terminée, c'était la chanson. Chaque enfant avait son petit rôle, dans cette histoire sur le Conseil.

-J'étais la conseillère turienne.

-Tu as très bien jouée ton rôle. C'était une belle pièce. Dommage que la fin avec la chanson a été quelque peu raté. Le professeur participant à la pièce est turien et pour accompagner les enfants, il jouait lui-même de la guitare. C'est un instrument de musique à corde, originaire de la Terre. Des cordes fines contre les doigts griffus d'un turien, mauvaise combinaison. Il a brisé plusieurs de ses cordes en plein milieu de la chanson. Résultat, une partie des enfants ne savaient plus quoi faire. Au moins, on a bien rit.

Saber prit une gorgée de son milkshake. C'était toujours aussi bon ces petits trucs. Puis, le trio quitta les lieux et commença à marcher dans la rue. Lorsque Levina tenta de prendre les devants, Saber l'arrêta en posant une main sur sa tête et en lui caressant le haut de la tête. Elle s'arrêta aussitôt.

-Pour ce qui est des cultures étrangères, comme vous l'avez avancée, je dois dire que c'est un sujet qui me fascine depuis mon enfance. Je n'ai que des bases assez faible en langue quarienne. Toutefois, j'ai appris les langues turiennes et asaris. J'ai commencé dès l'âge de six ans en fait. À cette époque, j'étais un rat des ventilos. Je faisais partie d'un petit, nous étions 4. Drell, galarien, turien et humain, une bande assez particulière. C'est celui qui allait devenir mon frère, Talus, le turien, qui m'a appris sa langue et je lui ai appris la mienne. Quant à l'asari... eh bien, j'ai commencé à l'âge de 11 ans. J'avais envie d'apprendre une nouvelle langue. Hors, je commençais à m'intéresser aux filles et mon père adoptif m'avait dit qu'apprendre à parler asari m'aiderait à les charmer... J'admet que c'était un motif un peu ridicule, mais bon, immaturité d’adolescent et hormone, voilà ce que ça donne.

Il rit légèrement à cette remarque.

-Pendant un temps, j'avais voulu me mettre à apprendre la langue quarienne, avant de me tourner vers celle des asaris. Je trouvais votre culture fascinante. Cependant, deux éléments m'ont fait changer d'avis. D'abord, difficile de trouver un quarien pour m'aider dans mon apprentissage. Certes, j'aurais pu utiliser des logiciels pour ça, mais j'ai toujours préféré faire cela avec une personne. Ensuite, mon père m'avait déconseillé de le faire, car selon lui cela serait inutile, car peu de chance de croiser des quariens et parce qu'il considérait que les quariens étaient de la vermine. Pour un galarien, il avait des opinions très tranchés sur certaines choses. Je n'ai jamais partagé son point de vue sur votre peuple, pareil pour les krogans. Je n'ai pas eu souvent l'occasion de croiser des représentants de votre peuple, mais j'ai toujours bien appréciés les quariens. J'en ai d'ailleurs quelqu'un qui travaille pour moi.

Saber termina rapidement ce qu'il restait de son milkshake, avant de laisser tomber le gobelet dans une poubelle à proximité. Levina avait également terminé son cornet. L'humain se pencha vers elle et utilisa une serviette en papier pris au comptoir du glacier pour essuyer la bouche de la fillette, cette dernière riait légèrement car le tout la chatouillait.

-Autrement, vous avez raison, je suis assez proche de la famille de Levina. En fait, je suis même oncle pour d'autres enfants turiens, ceux de mon frère Talus. Dans le cas de Levina et sa famille, le lien est cependant quelque peu différent. Voyez-vous, j'ai aidé sa mère à la mettre au monde. Pour résumer l'histoire, j'étais alors sur un vaisseau en direction de Sur'Kesh. Parmi les autres passagers, il y en avait deux qui aimait bien venir m'embêter un peu depuis notre départ, Lalia, la mère de Levina et Cora, une asari et meilleure amie de Lalia.

-Tante Cora!

-Oui, tante Cora. Elles aillaient toute les deux sur Palaven et moi sur Sur'Kesh. Lalia était enceinte de Levina et voulait que sa fille naisse sur le monde de ses ancêtres, Cora l'accompagnait. Cependant, notre vaisseau a été attaqué par des pirates. J'étais une des rares personne sur le vaisseau à avoir une formation militaire et des armes, alors j'ai fait ce que j'ai pu. Malheureusement, les pirates avaient réussi à endommager les moteurs et on s'est écrasé sur une planète à proximité. Une poignée de gens ont survécu au crash. Pendant qu'on s'organisait pour survivre en attendant l'arrivée d'équipe de secours, Lalia s'est écroulé. Elle n'était qu'à deux semaines de la date prévu de son accouchement, alors le stress de l'attaque et de l'écrasement ont précipité les choses. Cora et moi étions les seules personne à proximité, du coup, nous l'avons aidé. Disons que c'est l'une des raisons qui nous a beaucoup rapproché.
Avatar de l’utilisateur
Saber Warwick
Rang 4

Rang 4
 
Message(s) : 78
Inscription : 14 Septembre 2017, 01:20

Âge: 32
Profession: Directeur d'entreprise de sécurité
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 4

Points MEL: 290.00 Points

En ligne

Re: Humain, turienne et quarienne

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 07 Décembre 2017, 22:20

En récupérant son milkshake, Miho ne manqua pas de remercier Saber pour ce cadeau de découverte. Sur l'ensemble, la pièce devait être surtout enrichissante pour les petits, qui avaient sans nul doute pas mal travaillé sur leurs rôles, à leur échelle, et au passage ajouter une parcelle de l'histoire du Conseil à leurs connaissances générales. Que la petite ait hérité du rôle de la conseillère turienne lui paraissait logique, du fait de sa race. Mais en son for intérieur, Miho se demanda si son école était mixte et si, dans un environnement éducatif pluri-espèce, il serait possible qu'administration et professeurs choisissent de donner le rôle disons... D'un galarien à un krogan, par exemple, dans le but avoué de permettre à la jeunesse de développer l'ouverture d'esprit avec autant de rigueur que l'histoire. Mais peut-être était-ce une notion un poil trop avant-gardiste.

La quarienne hocha la tête à l'évocation de l'instrument qui ne lui était pas étranger. Mais la perspective d'imaginer quelqu'un dont les attributs physiques n'étaient pas conçus pour l'emploi d'un tel objet avait un petit quelque chose de comique. Peut-être un jour il y aurait un musicien tout aussi étonnant, et surtout talentueux, sur le devant de la scène, mais ce n'était visiblement pas le cas dans la situation du jour. La pilote eut un petit rire amusé en imaginant la scène, et le désarroi des pauvres enfants qui devaient faire face à un publique certes familial, mais pas moins impressionnant quand on était aussi jeune.

Marchant au côté du duo, sans qu'elle ne puisse s'empêcher pour autant de jeter quelques regards réguliers à Levina, par précaution autant que par habitude, elle écouta avec attention l'explicatif quant aux connaissances linguistiques de l'humain. Cela avait commencé tôt visiblement, et pas forcément dans les meilleures conditions qui soient. Miho savait très bien ce qu'il en était de ces enfants qui erraient dans les conduits d'évacuations trop étriqués pour les adultes, renforçant la délinquance locale, mais sans qu'il n'y ait dans le fond des intentions belliqueuses. La nécessité et le besoin de fuite en était souvent la cause, forgeant pour ces enfants un environnement dans lequel ils avaient souvent plus de chance de s'en sortir qu'au sein d'une famille souvent cruelle ou tout simplement inadaptée à leurs réelles besoins.

Quant aux préférences pour la langue asari, Miho voyait parfaitement les raisons passablement nombreuses qui l'y avait poussées. Les hormones n'étaient pas les seules selon elles. La langue quarienne était autrefois souvent inutile, compte tenu de la situation des membres de son espèce. La Flotte Nomade n'avait que peu à offrir sur bien des points, et leur réputation même avait toujours eu une influence néfaste. Et puis il fallait aussi considérer le fait que développer une relation avec une asari devait être nettement plus aisé et agréable, quand on avait pas à considérer la barrière physique des combinaisons. Developper un relationnel principalement sur l'esprit de l'autre était une épreuve en soi pour ceux qui n'avaient jamais eu à craindre de mourir au contact de la première bactérie venue.

Elle conserva un instant le silence. Saber ne devait sans doute pas réaliser que ses paroles pouvaient être sujettes à des interprétations peu flatteuses sur sa personne. Se défendre de son opinion des quariens en se servant du fait d'en employer avait un petit quelque chose de bourgeois assez irritant qui contrastait désagréablement avec son ouverture d'esprit quand à son environnement familial. Mais qui pourrait l'en blâmer? Après tout, il a été élevé par un galarien qui considérait les quariens comme de la vermine. Que ce soit inconscient ou non, il y avait probablement quelques traces de cette éducation. Après tout, il parlait d'employés travaillant pour lui, pas avec lui. Même en étant cadre supérieur, le choix des mots était parfois révélateur, au grand damne de la personne qui n'était dans le fond pas du tout de ce bord-là.

Plutôt que de relever ce détail au final bien insignifiant, Miho glissa la paille stérilisée de son milkshake par une petite ouverture entre ses filtres pour prendre une gorgée lente, laissant le goût se diffuser sur ses papilles. Le plaisir du parfum chassa définitivement l'ombre furtive du coup de cafard qui l'avait saisie avec les propos de l'humain. Les gorgées suivantes fusèrent avec une rapidité qui trahissait bien facilement le fait que la quarienne trouve sa boisson délicieuse. Elle en était à chercher les plus infimes gouttes au fond du gobelet quand Saber nettoyait consciencieusement le visage de la petite.

La suite de l'histoire expliquait la raison majeure du lien entre lui et Levina. Pendant un instant, elle avait supposé que le turien nommé Talus était le père, mais en fait non. D'autres enfants avaient vu le jour néanmoins, preuve que la guerre était définitivement du passé. Et l'existence même de la petite turienne était en soi un véritable miracle. Décidément, la vie n'avait pas été tendre avec Saber. Mais heureusement pour lui, entre un frère turien, et un ère galarien, il avait pu bénéficier des outils nécessaire à sa survie.

"Vous avez décidément eu une vie mouvementée! Et surtout riche en matière de rencontres. Mais il y a quelque chose qui m'étonne..."

réalisant qu'il n'y avait plus rien à tirer de son gobelet, la quarienne l'abandonna à son tour dans la poubelle avant de poursuivre.

"Vous direz que je fais sans doute dans le raccourci, mais... Votre père adoptif n'a pas eu d'inquiétude en vous voyant vous lancer dans une formation militaire? A moins qu'il n'en ait été un aussi? Et vous aviez fait parti des forces galariennes ou il vous a fallu rejoindre l'Alliance?"

En voilà une bonne question. Quelque part, Miho voyait assez mal un humain rejoindre les forces combattantes galariennes. Mais en même temps, il n'en aurait pas été à sa première expérience de vie hors du commun.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 344
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,409.00 Points

Re: Humain, turienne et quarienne

Message par Saber Warwick » 10 Décembre 2017, 19:07

Saber avait bien observé Miho du coin de l’œil, en continuant de surveiller Levina. Il avait bien remarqué qu'elle semblait ne pas vraiment connaitre ce qu'était un milkshake, alors une partie de lui s'interrogerait sur comment elle réagirait à ce breuvage glacé. Il y a aussi la manière dont elle allait procéder pour le consommer qui l'intéressait. La réponse vint rapidement, alors que la quarienne enfonçait une paille dans son gobelet puis approchait la paille de son masque. La paille pénétra à l'intérieur du masque, probablement par des filtres prévus à cet effet. L'humain avait déjà eu l'occasion de voir quelques quariens faire cela, évoquant à chaque fois un conduit d'entré d'urgence. Un détail qui avait éveillé à chaque fois sa curiosité avec une simple questions: Les quariens appelaient vraiment cela un conduit d'entré d'urgence, ou bien c'était une excuse pour ne pas dire le mot paille? Pour en revenir à la quarienne, le fait qu'elle semblait ne prendre aucune pause dans l'ingestion de son breuvage en disait long. Saber avait même entendu le son caractéristique d'une personne cherchant à extrait plus de liquide à la paille, d'un récipient vide. Il ne c'était pas arrêté d'essuyer la bouche de Levina pour autant, mais avait dû retenir un petit rire. Alors qu'il avait presque terminé avec Levina, Miho commença à l'interroger sur son père adoptif, après avoir jeté son gobelet à la poubelle. Il ne put s'empêcher de rire légèrement face aux questions de la quarienne.

-Jiran, s'inquiété que je suive une formation militaire. Aucune chance. De part la façon dont il m'a élevé, c'est tout le contraire. Il ne cherchait pas forcément à ce que je rejoigne l'armée, cependant il voulait au moins que je sache me battre et me débrouiller. Il aimait bien dire: On vit dans une galaxie dangereuse. Alors, mieux vaut que ce soit les gentils qui soient les plus dangereux. Pour vous donnez une petite idée, le jour de mon 12e anniversaire, alors qu'était venu le temps du gâteau et des cadeaux, il m'a fait m'asseoir dans une chaise à roulette. Il m'a dit de fermer les yeux, car il allait me faire rouler jusqu'à mon cadeau. Quand j'ai pu ouvrir les yeux, j'étais assis devant son terminal personnel. Son cadeau de fête: m'apprendre le piratage.

Saber rit légèrement, il avait presque terminé de nettoyer le visage de la petite.

-Jiran, Talus et moi, on se ressemble beaucoup, on a tous eu des problèmes familiaux très grave. J'ai perdu mes parents à l'âge de 6 ans, on m'a envoyé chez mon oncle qui était un monstre, j'ai fini par fugué et me suis retrouvé sur la Citadelle. Talus, lui c'était ses parents qui le maltraitait. Quant à Jiran, c'était le chouchou de sa mère, elle a fait tout ce qu'elle pouvait pour qu'il intègre le GSI. La relation avec ses frères et sa soeur était horrible, alors quand sa mère est morte, le reste de sa famille l'a renié. Ainsi, quand il nous a recueillit Talus et moi, on s'est entendu très vite. Talus n'est pas resté longtemps par contre. Jiran a utilisé ses compétences pour retracer son grand-père, sans doute la seule personne encore bien de la famille de Talus. Ainsi, il est partit vivre avec son grand-père sur Palaven et moi je suis resté avec Jiran.

Une fois le nettoyage enfin terminé, Saber relâcha enfin Levina. Il avait à peine eu le temps de se relever que la petite attira son attention en tirant légèrement sur son pantalon, avant de tendre ses petits bras vers lui. Sachant ce qu'elle voulait, l'humain se pencha, attrapa la fillette et la hissa dans ses bras, avant de la poser à califourchon sur ses épaules. Levina posa ses mains sur le dessus de la tête de son oncle, ce dernier lui tenant les jambes pour éviter qu'elle tombe.

-Pendant plusieurs années, cet apprentissage est devenu une sorte de jeu. Chacun créait un système de protection et l'autre devait passer à travers. Il m'a aussi appris le maniement des armes, aussi bien les fusils, pistolets et autres, que les armes pour le combat plus rapprocher. Le seul truc sur ces armes qu'il ne m'a pas enseigné, mais à engager quelqu'un pour le faire, c'est les bases sur comment bien tenir une arme. Il considérait que la différence du nombre de doigts entre nos deux espèces pouvaient avoir certaines subtilités qu'il n'avait pas. Du coup, il a payé un humain dans un stand de tir. Il était très fier le jour où j'ai rejoint l'Alliance et encore plus quand j'ai été invité à rejoindre le programme N. Je sais qu'il aurait voulu être là jusqu'à la fin de ma formation parmi les N. Malheureusement, il est mort quand j'étais au niveau N5, l'âge. C'était d'ailleurs pour respecter sa dernière volonté, ramené ses cendres sur Sur'Kesh, que j'étais sur le transport où j'ai fait la rencontre de Lalia et Cora

Il se tut un instant réfléchissant.

-C'était plutôt un bon père. Il me donnait aussi un certain nombre de liberté et se mettait rarement en colère. La plus mémorable de toute remonte quand j'étais en train de suivre mes cours en langue asari. Je m'étais fait plusieurs amis dans le groupe, un jour j'ai eu l'idée dans invité certains chez moi. Parmi eux, il y avait deux quariens, Caen'Nir nar Rishi et Virk'Lerta. J'avais cru que puisque c'était deux bons amis, Jiran se montrerait plus tolérant envers eux... j'ai été un peu trop naïf. Il s'est mis en colère et au final, si je voulais les voir, c'était hors de la maison. C'était des gens bien, Caen était en plein pélerinage, pour lequel il suivait ces cours de langues. Je ne comprenais pas tout les aspects de son travail, mais en gros, il pensait que les quariens devaient s'intégrer à la communauté galactique et si nécessaire abandonné la flotte nomade. Académiquement, c'était un projet intéressant. Pour ce qui est d'un point de vue plus réaliste, je ne sais pas, j'aurais peut-être été en mesure d'avoir une opinion sur la question si j'avais bien compris son projet. Beaucoup trop d'aspect technique de psychologie pour que j'arrive à bien comprendre.

Saber réfléchit quelques instants.

-Quant à Virk, c'était un exilé. Du moins, c'est comme ça qu'il se considérait. Selon lui, il avait échoué son pélerinage et avait trop honte pour retourner sur la flotte nomade, il a même abandonné le nom de son vaisseau. On pouvait sentir que cela lui pesait beaucoup, mais il refusait d'en parler. Il était en relation avec une asari et apprenait sa langue pour lui faire plaisir. On s'entendait très bien. Malheureusement, ils sont morts tout les deux. Ils ont répondu à l'appel général pour la reconquête de Rannoch. Ils y ont survécu, puis on rejoint la flotte quarienne pour la bataille de la Terre, c'est là qu'ils ont péris... J'ignore s'ils l'ont fait, mais j'espère qu'ils ont eu la chance de voir Rannoch et d'y poser le pied. J'espère aussi que le retour des vôtres sur Rannoch a apporté à paix à Virk.

On pouvait sentir une légère tristesse dans la voix de Saber, ce que Levina remarqua.

-Ça va, tonton?

-Oui, ne t'en fais pas, trésor. J'évoque de vieux souvenir.
Avatar de l’utilisateur
Saber Warwick
Rang 4

Rang 4
 
Message(s) : 78
Inscription : 14 Septembre 2017, 01:20

Âge: 32
Profession: Directeur d'entreprise de sécurité
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 4

Points MEL: 290.00 Points

En ligne

Re: Humain, turienne et quarienne

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 10 Décembre 2017, 20:23

Il y avait vraiment des gens curieux parmi ceux qui se trouvaient une vocation de parents. Là où ceux de Miho avaient pour principal objectif que leurs enfants s'épanouissent et vivent heureux, d'autres pensaient que la paix et la survie passait immanquablement par du piratage et de l'armement. Oh, elle n'allait pas critiquer cet état de fait. Ces notions étaient bien trop souvent indissociables d'une longue espérance de vie. Elle-même avait fait ce genre de choix, mais ce fut de son propre chef en revanche. Ses parents, bien qu'ayant évidemment eu des bases, n'étaient à l'origine pas ce ceux qui prenaient les armes. Fallait-il néanmoins pour ça avoir eu un passif torturé? Miho ne l'espérait pas. Cela voudrait dire que la souffrance passée était une tare privant le commun des mortels d'épanouissement. Heureusement il devait forcément exister des cas ne se rapportant pas à cette image tristement stéréotypée. A en voir Saber agir avec sa filleul, lui s'en était plutôt bien sorti.

Elle n'aurait su dire quel jugement il aurait fallu porter sur le galarien. Beaucoup de choses se contredisaient dans la manière qu'il avait eu d'aider des enfants inconnus. Un altruisme en complète opposition avec son dégoût pour les quariens. Au final, Jiran n'avait été que le fruit des circonstances d'une vie malheureuse et d'une éducation élitiste qui avait tracé un chemin où le racisme avait laissé des empreintes. A croire qu'il fallait parfois quelque chose à détester pour justifier une compétence en amour. Au final, elle en vint à se demander si ce galarien avait cherché à élever un fils, ou pas simplement à forger la personnalité encore malléable d'un enfant pour qu'il devienne son idéal personnel. Y avait-il quelques occasions manquées pour ce père de substitution? Par chance, cela avait largement contribué au développement et à la survie de l'humain.

Le fait qu'il ait été un bon père n'était pas remis en cause par la quarienne. Un bon parent, c'est celui qui prépare son enfant pour la vie, et visiblement celui-ci avait excellé en la matière. L'éthique était une question de point de vue, et beaucoup avaient une petite idée de la définition de ce mot pour une race qui avait fortement contribué au génophage krogan. Et puis entre ça et un oncle violent, le choix était vite fait! Miho marqua un léger étonnement à l'évocation du programme N. Saber avait fait la fierté de son père au-delà de ses espérances! Sauf peut-être pour ce qui avait été de ses fréquentations passées. Au moins il n'avait pas interdit son fils d'avoir un minimum d'échange sociaux avec des quariens, ce qui était en soi un assez bon point. Néanmoins une ombre au tableau fit quelque peu tiquer la quarienne.

"Des aspects psychologique comme, disons... Le fait que la race quarienne toute entière ait été reniée par à peu près toutes les autres? Ou technique comme le fait qu'aucun monde viable et colonisé n'ait accepté ne serait-ce que la présence de la Flotte à proximité? J'aurais bien voulu comprendre comment votre ami voyait la chose."

S'intégrer et abandonner la Flotte... Drôle. Et comment? Les quariens avaient commis une énorme erreur dans leur gestion du développement des geths, c'était indéniable. Et d'ailleurs ils en avaient payé le prix. Soutiens insuffisants, pour ne pas dire inexistants, suppression de leur ambassade, et surtout, surtout... Aucune possibilité d'intégration. Personne n'a accepté les quariens. Sans possibilité d'immigration, sans possibilité d'intégration, sans monde où pouvoir s'installer, avec même un mépris total de la part du Conseil, la Flotte Nomade était leur seule alternative à l'extinction. Encore que dès l'instant où ils passaient un peu trop près d'une zone colonisée, on allait jusqu'à leur donner deux-trois choses pour qu'il s'en aille. Mais un droit de reconnaissance à la vie? Il ne fallait pas trop en demander. C'était comme ordonner à un vaisseau de se poser sans lui donner la moindre autorisation d'atterrir. Parias, mendiants, criminels... Hors de la Flotte, ils faisaient autrefois parti des cibles privilégiées. Ceux que personne ne viendrait concrètement venger s'ils disparaissaient tristement en cours de Pèlerinage. Ceux qu'on pouvait accuser de vol et faire enfermer simplement parce qu'ils avaient croisé la route d'un maladroit qui perdait un objet. Alors un projet d'intégration à l'échelle d'une espèce toute entière dans ce cadre-là?

Miho n'a même pas essayé de compter le nombre de remarques acerbes, de menaces, d'accusations et de coups qu'elle avait encaissés dans sa vie simplement parce qu'elle était née quarienne. En voulait-elle au monde entier? Absolument pas. On était la victime que de son étroitesse d'esprit. Il lui avait été donné de rencontrer des gens extraordinaires. Au point même d'hésiter à rentrer de son Pèlerinage. Après tout, elle était intégrée. A bord d'un vaisseau. Là où ses compétences avaient portés leurs fruits. Mais si pour une raison quelconque elle avait perdu ce travail, et cette famille qu'elle s'était construite, aurait-elle eu une deuxième fois la chance de tomber sur des gens aussi merveilleux que ceux du SS Margery? A en croire l'attitude de personnes comme Jiran, absolument pas. Quand elle faisait le bilan, ceux qui la jugeaient d'abord sur sa race étaient bien plus nombreux que ceux qui avaient d'abord demandé à voir qui elle était. Même Marty, son propre mentor, qui pourtant l'avait formé à un pilotage bien plus poussé et l'avait traitée comme la fille qu'il n'avait jamais eue, avait au départ voulu la faire renvoyer parce qu'elle était quarienne. Jamais elle ne lui en avait voulu, pas plus aujourd'hui, en sachant que ce qu'il lui avait enseigné lui avait permis d'éviter la mort à tous les quariens de la frégate qu'elle avait piloté contre les Moissonneurs.

Qu'un quarien choisisse de ne pas retourner à la Flotte n'était pas une aberration. Mais sans doute Virk n'avait-il pas tout dit à Saber. Le cadeau de retour ne devait pas nécessairement être extraordinaire, il devait simplement être utile. Pour qu'un quarien refuse de renter alors que ça le pesait, il devait y avoir autre chose de plus personnel qui n'avait plus grand chose à voir avec une simple tradition. Mais ce n'était pas à elle de faire des théories. Elle n'avait pas connu ce Virk. Pas plus que Caen. Pourtant le premier était revenu aussi facilement que le second quand il avait s'agit de reconquérir leur monde. Ce qui pourtant était hors du concept de la théorie du second.

"Si Rannoch était le rêve de Virk, alors c'est très probablement le cas."

Peut-être avait-ce été le rêve de tous les quariens. Mais certains ne le considéraient pourtant toujours pas réalisé aujourd'hui, simplement parce que les geths faisaient parti du tableau. Dommage. Miho ne pouvait pourtant pas prétendre à connaître les réels sentiments de ce Virk qui pensait ne pas retourner à la Flotte et l'avait fait certainement par un sens du devoir rappelé par la nécessité. Elle, ce sens du devoir, elle l'avait eu en tête bien avant son départ pour le Pèlerinage. Comme Caen sans doute, même s'il avait manifesté son idéal d'une manière trop théorique et pas assez réaliste.

"Vous êtes en permission en ce moment? Ou la fin de la guerre vous a offert d'autre choix de carrière? Quand même, le programme N... Vous avez été plus loin que le N5?"
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 344
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,409.00 Points

Re: Humain, turienne et quarienne

Message par Saber Warwick » 12 Décembre 2017, 03:47

Saber demeurait songeur sur ses deux amis disparus. Ils avaient eu des moments intéressants ensembles. Il y avait eu des bons moments, comme des mauvais. Cependant, c'était ça la vie. Ce n'était pas une suite sans fin de bons ou de mauvais moments, mais bien un mélange des deux. C'était ces moments qui permettaient un jour, alors que la mort se rapprochait, de pouvoir se dire que c'était une vie qui valait la peine d'être vécu. Miho avait réagit lorsqu'il avait évoqué le projet de pélerinage de Caen. Sur le moment, Saber n'avait pas commenté. Il était bien conscient que l'idée de Caen était quelque peu étrange. En soit, sur un plan académique, l'idée n'était pas mauvaise, mais d'un point de vue pratique, c'était bien plus difficile à appliquer. Comme l'avait souligné Miho, la situation des quariens étaient loin d'être reluisante, au cours des trois derniers siècles. Toute la communauté galactique leur avait reproché la création et la rébellion des geths. Ainsi, les quariens avaient tout perdu: leur planète, leur place dans la société galactique, leur ambassade et la reconnaissance des autres races. Ils étaient devenus des parias, condamnés à errer à travers la galaxie, en espérant un jour revoir leur monde natal ou en trouver un de substitution. Le tout sans parler des traitements injustes auxquels les quariens hors de la flotte avait droit. Certes, tout le monde ne détestait pas les quariens à l'époque, mais le système les martyrisait sans cesse. Saber se souvenait bien de toute ces fois où Caen et Virk avaient été interpellé sans raison par des agents du SSC.

Heureusement, les choses avaient grandement évolué pour ce peuple au cours des dernières années. Ils avaient pu retrouver leur monde natal, Rannoch, et faire la paix avec les geths. Désormais, les deux peuples vivaient ensemble sur Rannoch, dans une paix plutôt relative. Il y avait parfois des incidents, mais rien de trop grave à l'heure actuelle. De plus, les quariens avaient retrouvés leur ambassade sur la Citadelle et le respect des autres races. Par-dessus tout, ils possédaient désormais un siège au Conseil et en plus, leur conseillère, l’héroïne de guerre Tali'Zorah, était même celle qui présidait le Conseil. Si ça ce n'était pas une amélioration drastique, allez savoir ce que c'était.

Miho s'intéressa également au cas de Virk. Elle croyait profondément que Virk avait probablement trouvé la paix, grâce au retour des quariens sur Rannoch. Voilà bien quelque chose que Saber espérait. Son ami n'avait pas eu une vie facile, alors si avant sa fin, il avait pu retrouver la paix, c'était un soulagement. Lorsque la quarienne évoqua ensuite la question des programmes N de l'Alliance, l'humain eut un léger sourire en repensant à cette formation. Les entraînements intensifs, les blessures obtenues pendant l'entraînement, le renforcement physique et mental. Nombreux étaient les recrues qui finissaient pas abandonner le programme ou bien qui était retiré du programme pour leur propre sécurité. Heureusement, échouer à atteindre le grade N7 n'avait rien de dévalorisant. Le simple fait de s'y être fait inviter démontrait déjà qu'on reconnaissait l'individu comme supérieur à un militaire moyen.


-Eh bien, disons que ce n'est pas simple, avec cette histoire de N7.

-C'est quoi des N7?

Levina avait posée cette simple question, curieuse d'en savoir plus. Il est vrai que l'humain n'était jamais rentré profondément dans les détails avec la fillette. Elle savait qu'il avait fait partie de l'armée, mais ignorait cette partie. Saber réfléchit pendant un instant à la façon de présenter les choses, afin que la jeune enfant puisse bien comprendre. Il avait bien une idée en tête pour rendre les choses simples... du moins, si elle connaissait certaines bases semblables.

-Tu sais ce que sont les gardes noirs turiens?

-Oui. Papa dit que c'est les meilleurs soldats turiens.

-Exact. Les N7, c'est la même chose, mais chez les humains. Les meilleurs soldats humains.

-D'accord.

-Donc, Miho, comme je disais ce n'est pas simple. Je n'entrerai pas dans les détails de la formation du rang N1 à N5. Certaines parties sont confidentielle, mais j'ignore lesquelles avec précision. Toutefois, les passages à N6 et N7 n'ont rien de secret. Tout d'abord, pour passer rang N6, il faut être N5, logique après tout. Cependant, ce n'est pas une formation, mais une épreuve sur le terrain. Donc, le ou les N5 sont envoyés en combat réel, cela variant évidemment selon les missions nécessaires. Si le ou les candidats se retrouvent ainsi au combat et survie, le grade N6 est octroyé. Pour le grade N7, c'est quelque peu semblable, sauf que cette fois il faut avoir fait quelque chose permettant de s'illustrer particulièrement.

Saber commença à se dandiner lentement d'un pied à l'autre, Levina réagissant en s'agrippant à lui en riant.

-J'étais N5 lorsque la guerre a commencé. Du coup, je suis logiquement devenu N6 à cause de cette guerre. De plus, comme j'ai combattu sur Palaven, disons que les combats furent assez intense. L'analyse de la guerre l'a démontré, Palaven fut le lieu des combats les plus violents et dangereux contre les moissonneurs, après l'ultime bataille en orbite et sur Terre évidemment. Alors, nombreux étaient les turiens de la 3e légion d'infanterie, avec qui j'ai combattu, qui étaient d'avis que l'obtention de mon grade N7 serait une simple formalité. Disons que les combats, les conditions de la planète et l'acceptation des turiens avec qui j'ai combattu, ça fait un sacré poids dans son dossier. Toutefois, avec la reconstruction, les choses s'éternisaient. De plus, au début, la galaxie restait instable. Beaucoup de menaces à travers la galaxie et ne rien pouvoir faire, à cause des limitations imposés par l'Alliance, ça me rendait dingue.

Il se tut un court instant, pour aller tapoter du doigt le nez de la petite fille. Cette dernière réagit en faisant semblant de vouloir lui mordre le doigt. Saber redescendit sa main, pour assurer de nouveau une bonne prise sur Levina.

-Alors, quand Talus est venu me voir un peu plus d'un an après la guerre, avec une offre, ça a attisé ma curiosité. En fait, ce n'est qu'après son départ avec son grand-père, quand on était gamin que j'ai appris que sa famille possédait une entreprise de sécurité. Une société fondé il y a de nombreuses générations et repris par un descendant du précédent directeur. Le grand-père de Talus était mort quelques temps avant la guerre et avait légué l'entreprise à son petit-fils. Avec la galaxie et surtout ses habitants qui se remettaient de la guerre, disons que les gens avaient besoin de se sentir en sécurité. Alors, cette petite entreprise qu'était le SAS grandissait à son tour, avec un affût important de contrat. Talus m'a proposé de m'associer avec lui et de l'aider avec l'entreprise. J'ai tout ce suite accepté et ainsi quitté l'armée, pour devenir directeur de l'entreprise. Plutôt l'un des directeurs pour être exacte. D'abord, il n'y avait que Talus et moi à la tête de l'entreprise. Nous l'avons renommé, l'ISD et avons continué notre expansions. D'autres directeurs se sont ajoutés avec le temps. Nous sommes 5 au total, à nous 5 nous dirigeons la compagnie. Raison pour laquelle, je parlais de personne travaillant pour moi. J'aurais bien dit avec moi, mais quand on est l'un des patrons, le terme est plus approprié. Depuis, l'entreprise ne cesse de grandir. À l'origine, du temps du SAS, les activités se limitaient aux territoires turiens et volus. Désormais, nous pouvons agir à travers la galaxie et les contrats viennent d'un peu partout. Mais bon, ce n'est pas pour autant que j'ai abandonné le travail sur le terrain. Personnellement, j'ai quelques règles que j'applique toujours avec ceux travaillant sous mes ordres. Deux des plus importantes: Pas de mission suicide et Je ne vous ferai jamais faire quelque chose que je ne ferais jamais moi-même. Je considère primordial qu'un employeur veille à la sécurité de ses employés et leur témoigne le respect auquel ils ont droit.
Avatar de l’utilisateur
Saber Warwick
Rang 4

Rang 4
 
Message(s) : 78
Inscription : 14 Septembre 2017, 01:20

Âge: 32
Profession: Directeur d'entreprise de sécurité
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 4

Points MEL: 290.00 Points

En ligne

Re: Humain, turienne et quarienne

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 12 Décembre 2017, 23:07

Oui, voilà. Le concept de N avait été très bien résumé à la petite. Des soldats d'élite chez les humains, la crème de la crème, le même programme qui avait façonné des êtres aussi exceptionnels que le commandant Shepard, c'était loin d'être banal. Miho ne s'attendait pas à avoir tout un explicatif, déjà parce qu'elle ne l'avait pas demandé, mais aussi parce qu'elle en avait souvent entendu parlé. Mais bizarrement, elle était plus que ravie d'avoir droit à un cours sur le sujet étant donné qu'au final, de tout ce qu'elle en avait entendu, cela ne venait jamais que de sources peu impliquées. Les plus bavards sur le programme N étaient ceux qui n'en avait jamais fait parti. Alors maintenant qu'elle avait sous la main un homme qui y avait invité et avait passé plusieurs grades, peut-être même tous d'ailleurs, elle n'allait pas se priver d'approfondir sa culture en la matière.

Dommage pour les informations plus précises sur les premiers grades, mais le secret, elle pouvait comprendre. Elle-même n'avait jamais tenu à parler de sa propre formation militaire avec qui que ce soit qui ne soit pas quarien et militaire. Donc au final, pour un programme d'un niveau bien plus poussé, c'était d'autant plus compréhensible. La suite paraissait plus simple, du moins sur le papier. S'il suffisait d'une mission en situation réelle, cette dernière ne devait pas particulièrement tenir du tourisme festif. Sauf s'il s'agissait d'une vision krogane de la chose peut-être.

Le vécu de Saber en matière de conflit le propulsait de bas en N6 au final. Le contraire aurait été étonnant compte tenu du fait qu'il y avait une différence notable entre le fait de simplement faire une mission, ou d'affronter la potentielle extinction de la majorité des espèces dîtes évoluées de la galaxie. Dommage pour lui que la reconstruction lui ait valu quelques ralentissements d'ordre administratifs. En même temps, elle trouvait normal que l'Alliance ait pu limiter ses activités, compte tenu du fait que beaucoup de systèmes gouvernementaux aient connu de grosses mutations. Il n'y avait qu'é voir comment les krogan s'étaient développés, comment les butariens s'étaient ouverts, et ainsi de suite. S'en mêler quand on était une armée, ça pouvait nuire au bon développement de la galaxie. Mais en contrepartie, ça figeait des soldats forgés pour l'action et inévitablement, beaucoup de frustrations avaient dû en découler. A ce stade, Miho comprit que si ses convictions et son vécu en aurait fait un parfait N7, il était plus que clair que sa carrière avait connu un tournant qui l'avait éloigné de l'Alliance.

Mais mine de rien, dans le fond, la reconversion n'était pas totale. L'esprit premier y était au final, tant dans la branche de l'entreprise que dans la manière de Saber de diriger ceux qu'il avait sous ses ordres. Néanmoins, elle ne considérait pas particulièrement le concept de patronage de la même manière que lui, mais bon... Miho était une rebelle dans l'âme, qui avait la fâcheuse manie de contourner les ordres quand elle trouvait une meilleure option. Et puis même si elle respectait profondément Fyn et le considérait comme son capitaine sans la moindre réserve, elle était prête à parier que jamais ce dernier n'aurait parlé de son équipage comme de ses subordonnés organiques comme synthétiques. Mais en même temps logique pour des quariens qui tenaient plus d'une famille que d'une entreprise. Ce genre d'idéal là, ils ne pourraient pas le conserver s'il leur venait à l'idée de se mettre au service complet d'une seule boîte. L'indépendance, ça avait du bon pour le coeur et l'âme quand ces derniers étaient un poil trop sensibles sans doute.

"C'est bien, de maintenir sa propre éthique en toute circonstance. C'est une qualité assez rare pour une entreprise. Souvent le profit a tendance à prévaloir sur la morale. C'est pour ça que je ne pourrais sans doute jamais travailler pour une boîte."

Elle releva les yeux un instant sur la petite turienne visiblement aux anges. Le point de vue devait être autrement plus intéressant de là-haut!

"Votre expérience doit être un sacré plus pour ce choix de carrière! Pas étonnant qu'il y ait eu avec le temps plus de directeurs. Et ce n'est probablement que le début, non?"

Elle était prête à parier que ce genre d'organisme pouvait avoir un développement infini. Ou tout du moins, avec tous les conflits constants, il y aurait toujours besoin de groupes de sécurité. Après tout, indirectement, il lui arrivait de faire le même genre de boulot, mais à échelle plus petite et sans reconnaissance officielle, ce qui avait parfois quelques avantages, mais toujours à petite échelle. Si les contrats qu'elle remplissait seule ou avec tout l'équipage étaient constamment soumis à votation par respect de l'éthique de leur "famille", il n'en demeurait pas moins que, bien qu'ils respectaient tous certaines convictions, ce n'était pas à l'échelle d'un équipage qu'ils allait faire changer quoi que ce soit. Mais une grosse entreprise par contre, ça pouvait avoir du poids sur certaines mentalités.

"Le papa de Levina en fait parti également?"
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 344
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,409.00 Points

Re: Humain, turienne et quarienne

Message par Saber Warwick » 14 Décembre 2017, 20:03

Saber avait bien observé Miho alors qu'il lui parlait du programme N7. Elle c'était montré attentive et intéressé. En un sens, c'était plutôt logique. Après tout, les N7, comme toute unité d'élite, étaient peu nombreux. Ainsi, les informations sur ce programme, les vraies informations, étaient connus de peu de gens. À mainte reprise, Saber avait eu l'occasion d'entendre des gens formuler leurs idées sur ce programme et à quoi ressemblait l'entraînement. Sans surprise, la majorité de ces individus n'avaient jamais fait partit du programme. Alors, ces gens inventaient des trucs. Du genre, que les recrues devaient effectuer des entraînements physique intense, comme porter des sacs de sable ou autre charge super lourde, en plein désert pendant des jours et sans une goutte d'eau. Quoique parmi les éléments fictifs les plus ridicules qu'il avait pu entendre jusqu'à ce jour, c'était une théorie d'un turien, qui pensait que les recrues N7 étaient torturés physiques et mentalement afin de les renforcer et que les entraînement menaient à la mort de quelques recrues et ce à chaque année. Évidemment, c'était complètement faux. Certes, l'entraînement prévoyait le renforcement physique et mental, mais on ne torturait personne. De plus, l'alliance avait de nombreuses mesures de sécurité pendant les entraînements, alors il n'y avait pas constamment des morts. Bon, il serait faux de dire que personne n'était jamais mort pendant les entraînements des N, mais c'était des cas exceptionnels.

Pour en revenir à la quarienne, cette dernière c'était exprimé à son tour sur les entreprises. Elle semblait apprécier que l'ISD place l'éthique avant le profit. Elle était également d'avis que c'était quelque chose de rare et la plupart des entreprises préféraient le profit, raison pour laquelle elle ne travaillerait sûrement jamais pour une entreprise. Elle continua en l'interrogeant sur l'avenir de l'entreprise et en demandant si le père de la petite était également membre de l'ISD. La fillette rit légèrement en entendant la question posée par la quarienne.


-Lui? Faire partie de l'ISD? Aucune chance. Il est beaucoup trop nounours pour ce genre de chose.... Quoique non attendez... Un peu trop ancré dans la société humaine pour que vous compreniez cette analogie...

Saber réfléchit pendant un moment, en se demandant ce qu'il pouvait bien utiliser comme comparaison pour parler de Ramtus. Il chercha pendant un moment, continuant de se dandiner. Levina subissait les légères secousses en riant et en demandant à son tonton d'en faire plus. Ce dernier s'exécuta, tout en restant prudent. Il n'allait pas risquer de la faire tomber tout de même.

-Bon... Je n'arrive pas à trouver d'analogie plus connu. Alors, disons que c'est plutôt le style gentil géant.Un grand turien, plus grand que la moyenne et très fort, mais un cœur d'or. En fait, le père de Levina est le propriétaire d'un bar sur la Citadelle. Je me rappelle encore notre première rencontre, sur le présidium, après la guerre. J'étais alors en compagnie de Cora, l'asari dont je vous avais parlé plus tôt. Nous marchions et discutions quand soudainement ce turien gigantesque est sortit de la foule en affirmant qu'il était si heureux de me rencontrer enfin. Avant que j'aille le temps de lui demander qui il était, il m'enserrait dans ses bras et me soulevait du sol. J'arrivais à peine à respirer. C'est quand il m'a reposé que je les ai vu, Lalia et la petite. J'ai ainsi pu apprendre quelques petites choses ce jour-là. Déjà l'identité du conjoint de Lalia et surtout, le nom de Levina. Elle n'en avait pas encore lorsque nous nous sommes séparés pendant la guerre. C'est au cours de cette rencontre d'ailleurs, que Lalia et Ramtus m'ont demandé de devenir le parrain de Levina, avant de proposer à Cora de devenir sa marraine.

-Tante Cora est drôle, mais pourquoi elle vient pas aussi souvent que toi, tonton?

-Elle est très occupé, trésor. Si tu veux, je lui demanderai de venir te voir la prochaine fois que je la verrai. Tu aimerais ça?

-Oui, tonton.

L'humain sourit, continuant le petit jeu pour le grand plaisir de la fillette, puis il reprit la conversation avec Miho, sans s'arrêter pour autant.

-En fait, c'est Lalia qui fait partie de l'ISD. C'est même moi qui l'ai engagé. Elle voulait retourner sur le marché du travail, mais devait quand même s'occuper de Levina. Alors, je lui ai offert un travail administratif au ISD. Je lui ai donné son propre bureau, ainsi elle pouvait emmené sa fille avec elle au travail, sans risquer de déranger quelqu'un d'autre. Normalement, cela aurait dû être un contrat temporaire. Ensuite de quoi, si elle souhaitait rester, Talus et moi lui aurions laisser le choix parmi les divers postes possibles de l'ISD. Quand l'occasion s'est présenté, elle a refusé de changer de branche. En fait, elle a découvert qu'elle adorait ce travail de bureau. Du coup, elle a préféré prendre du grade et aujourd'hui, elle est directrice, comme moi, mais elle continu le travail administratif.

L'humain jugea que quelques explications sur l'ISD pouvait s'avérer nécessaire pour mieux faire comprendre tout cela à la quarienne.

-Ce que vous devez savoir sur l'ISD, c'est que ce ne sont pas des lettres choisi au hasard. Avant, SAS signifiait Service Actif de Sécurité. Aujourd'hui, ISD signifie: Information Stratégique Défensive. Nous ne faisons plus uniquement dans la sécurité, mais également dans l'information. Si quelqu'un protéger des informations, il peut nous engager pour lui fournir le matériel pour protéger ses informations ou il peut nous les confier. Nous faisons aussi dans l'obtention d'information, en restant du bon côté de la loi, évidemment. Ce que je préfère, personnellement, c'est obtenir des informations sur des groupes criminels. Suffit ensuite de présenter le tout au gouvernement concerné. Pour ensuite obtenir un paiement en remerciement. Je préfère agir ainsi, plutôt que d'utiliser une menace potentielle pour obtenir des crédits. Agir ainsi, ce serait malhonnête et mettrait la vie d'innocents en danger. Également, un petit détail à savoir sur l'ISD, chaque directeur peut diriger n'importe quel département de l'entreprise. Toutefois, chacun de nous a sa spécialité. Lalia, c'est l'aspect administratif, Talus la sécurité des lieux et moi, l'information. Chaque département à ses petites maximes. Pour mon département, à l'information, nous en avons deux: L'Information est une arme et vos secrets sont nos secrets.
Avatar de l’utilisateur
Saber Warwick
Rang 4

Rang 4
 
Message(s) : 78
Inscription : 14 Septembre 2017, 01:20

Âge: 32
Profession: Directeur d'entreprise de sécurité
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 4

Points MEL: 290.00 Points

En ligne

Re: Humain, turienne et quarienne

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 16 Décembre 2017, 15:01

Pas de poste de directeur pour le père donc. Elle aurait facilement imaginé qu'un contrat de dernière minute ait pu le retenir loin du spectacle de sa fille, mais il existait bien d'autres raisons qui pouvaient expliquer son absence. L'image qu'il en donnait prêtait même à sourire. Les stéréotypes turiens voulaient que ces derniers soient tous de gros durs à cuir pour qui la discipline et la performance étaient tout. Mais comme dit, ce n'était qu'un stéréotype. Heureusement il existait toute une variété d'individus différents pour donner plus d'intérêt à la découverte d'autres espèces. Si l'analogie pour définir le père de Levina était typiquement humain, il n'en était pas pour autant inconnue de la quarienne qui arrivait à se faire une idée assez précise du phénomène pour qu'un léger rire lui échappe.

"Je vois très bien, ne vous en faîtes pas. J'ai passé pas mal de temps avec des humains."

Assez pour en connaître un minimum sur la culture et les expressions. Encore que Gaea ait surtout tenu à lui enseigner principalement tout ce qui pouvait se rapprocher du graveleux. Jusqu'aux chansons paillardes qu'elle avait apprises purement par la phonétique et dont elle soupçonnait l'infirmière du SS Margery de ne pas lui avoir tout dit sur certains passages à double ou triple sens. Enfin ce n'était de toute manière pas là des choses à dire devant une enfant en bas âge.

L'évocation de la marraine la fit un peu plus tilter. La répétition avec laquelle l'évocation de Cora revenait, en lien direct avec Saber, ne laissait que peu de place à la supposition. Elle trouvait d'ailleurs presqu'étonnant, compte tenu des détails qu'il lui donnait, que le sujet n'ait pas encore fait parti de ses explications. Sans doute les aspects trop privés ne s'étalaient pas à l'intention d'une inconnue tout juste rencontrée quelques instants auparavant. Ou cela viendrait-il plus tard. En tous les cas, elle en appris plus sur le développement de certains aspects de l'entreprise, confirmant que les carrières se construisaient sur les relations avant toute chose. Il y avait là un petit quelque chose de familiale, à la fois touchant et inquiétant. Heureusement l'éthique ayant son importance, personne d'incompétent n'aurait pu se faire embaucher dans cette boîte.

L'ISD faisait aussi bien dans la sécurité que dans le social. Miho connaissait bien peu d'employeur qui aurait ne serait-ce que toléré d'entendre parler de la marmaille d'un de ses employés. Alors laisser un enfant dans les bureaux... Lalia avait eu de la chance de tomber sur cet humain. Sans quoi, peut-être même que Levina n'aurait pas vu le jour.

Visiblement les activités du groupe s'étaient diversifiées avec le temps. La sécurité en elle-même proposait des services moins concrets sur le plan physiques, mais pas moins importants. L'informations étaient la base, mais la notion même du fait de rester du côté de la loi la fit légèrement sourire. Il devait s'agir d'infirmations utiles, mais pas nécessairement du genre à faire basculer tout un système. Ce genre d'infos-là ne s'obtenaient pas légalement, à moins que l'un de ceux devant les détenir soit un imbécile. Ce qui devait de fait exclure les clients véreux qui voulaient des infos pour faire plonger la concurrence ou s'approprier un cartel quelconque.Loi sur la libre concurrence, toussa toussa. Enfin ce n'était que de la supposition d'une employée lambda. Bien qu'elle s'intéresse, et se mêle d'ailleurs, de ce genre de sujet, Miho était très loin d'être une experte en la matière. Ce qu'elle savait hélas d'expérience, c'était que même quand on avait des informations à donner, sans contrepartie, et avec parfois des vies en jeu, il n'y avait hélas pas grand monde d'influent pour se donner la peine d'écouter. Tandis que d'autres avaient l'attention des concernés et en tiraient même un bénéfice financier. L'avantage du logo d'entreprise en tête de page sans doute. Hélas pour ce côté-lé des affaires, le Maefis tenait à son indépendance comme un biotique humain tiendrait à son implant. Mais au moins, ils pouvaient se réserver le luxe d'intervenir en fonction de leur sens moral sans attendre un ordre ou une autorisation, quitte à en payer le prix.

"Je ne doute pas un seul instant que de tels propos doivent contribuer à vous apporter la confiance de vos clients. En tout cas, vous avez bien assez foi en votre entreprise pour en parler comme si vous vouliez vendre vos services au premier inconnu venu! Je suis assez épaté surtout par l'aspect social de la boîte, et ce côté familial, avec la possibilité à des proches d'accéder aux hautes sphères. Du coup, j'imagine que votre compagne Cora doit également faire partie de cette aventure, je me trompe?"

Ce n'était qu'une supposition, probablement aussi à côté de la plaque que l'embauche du père de Levina. En relevant les yeux vers cette dernière, la quarienne ne pu que demander.

"Tu l'aime beaucoup ta marraine, n'est-ce pas?"

Elle trouvait presque dommage que la petite ait soulevé l'absence trop fréquente à son tour de cette dernière. Mine de rien, Miho se sentait un peu triste pour Cora, tout en comprenant parfaitement que le travail pouvait causer de l'éloignement. Il fallait vraiment qu'elle s'arrête un peu plus longtemps sur Rannoch pour s'occuper de son neveu la prochaine fois. Voir Levina ainsi avec Saber lui rappelait que sa famille, la biologique, lui manquait énormément.
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 344
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,409.00 Points

Re: Humain, turienne et quarienne

Message par Saber Warwick » 17 Décembre 2017, 01:00

Saber était bien conscient qu'il se montrait quelque peu bavard sur le sujet de l'ISD. Toutefois, une partie de lui ne pouvait s'en empêcher. Après tout, il aimait cette entreprise et il en était fier. Alors, il ne voyait rien de mal à la mettre de l'avant. De toute façon, il savait se montrer prudent. Ainsi, jamais il ne dévoilerait des informations sensibles concernant son entreprise. De plus, il restait professionnel dans son approche. Après tout, rien n'empêchait de tâter un peu le terrain avec cette quarienne et voir si elle pourrait être intéressé à rejoindre l'entreprise ou bien à échanger quelques services contre rémunération. C'était ainsi que l'humain fonctionnait avec les informateurs. Des individus vivant aux quatre coins de la galaxie, ne travaillant pas pour l'entreprise, mais lui vendant des informations utiles. Saber n'avait pas mentit, l'ISD évitait d'enfreindre la loi. Toutefois, la loi variait d'une planète à l'autre. Ainsi, certaine chose illégale sur certains monde ne l'était pas forcément sur d'autre. De plus, si les informations venaient d'un informateur, son obtention n'avait rien d'illégale. Si une action illégale était commise, c'était l'informateur et non l'entreprise qui l'aurait fait. Cependant Saber avait également ses limites. Ainsi, les informateurs étaient libres d'utiliser les méthodes qu'ils jugeaient nécessaire, tant que cela n’enfreignait pas les limites fixé par l'humain. L'informateur se faufilait dans la résidence d'un individu et lui volait des documents, pas de problème. L'informateur piratait des terminaux, pas de problème.

Pour ce qui est de la quarienne, Saber l'analysait mentalement depuis un moment. À première vue, elle semblait être quelqu'un de bien et disposant d'une grande curiosité. Évidemment, vu son âge, elle avait connue la flotte nomade et devait donc avoir de solide connaissance en ingénierie. L'humain passait mentalement en rappel les divers services dans lesquels cette Miho pourrait être utile à l'ISD. Sécurité, probabilité intermédiaire. Ingénierie, mécanique ou informatrice, probabilité élevé. Peut-être lui ferait-il une proposition plus tard. Pour le moment, il se concentrait surtout sur ce qu'elle disait. Ainsi, elle avait passé un certain temps avec les humains. En soit, cela pouvait se comprendre, l'humanité était arrivé au sein de la communauté galactique bien après toute les autres races. Ainsi, le mépris dont était victime les quariens n'était pas présent chez les humains. Ou plutôt, pas envers eux précisément. Après tout, à cette époque il y avait certes des humains détestant les quariens, mais ces individus étaient anti-aliens en général et non contre cette race précise. On peut donc dire que les quariens courraient moins de risque avec les humains, durant cette période.

Lorsque la quarienne évoqua comment il parlait sans cesse de son entreprise, Saber poussa un léger rire. Un rire qui s'arrêta cependant lorsqu'il fut question de Cora... Cora... Cette asari rendait Saber complètement dingue. Rencontré par hasard, leur lien c'était resserré. Aujourd'hui, elle pouvait débarqué pratiquement n'importe quand, afin de s'amuser avec lui, puis repartir et revenir quand elle le voulait. L'asari utilisait souvent la biotique pendant leur séance au lit et aussi pour faire venir Saber à elle, quand ce dernier semblait trop occupé. Une relation plutôt étrange en somme. Levina le ramena toutefois à la réalité, lorsqu'elle échangea quelques mots avec Miho.


-Tante Cora est amusante. Elle me fait souvent voler.

-Cora utilise ses capacités biotiques pour la soulever dans les airs et la déplacer un peu. Au début, ça rendait Lalia complètement folle, mais comme elle ne fait ça que dans un environnement sécuritaire, les choses se sont calmés. Pour ce qui est de la compagnie, normal qu'elle ait un côté familiale. À la base, c'était une compagnie familiale. Le SAS a été fondé par l'arrière-arrière-arrière-arrière grand père de Talus... J'ai peut-être oublié un arrière... Peu importe. Il a fondé cette société après avoir quitté l'armée turienne, suite à un incident. Apparemment, ce turien était très proche de la communauté volus. Un jour des pirates auraient attaqué un groupe de volus et l'armée turienne n'a rien pu faire, question de géopolitique galactique. Au final, les volus dont certains étaient ses amis sont morts. Il a du coup quitté l'armée afin de créer son propre groupe qui pourrait agir sans devoir se limiter à des considérations géopolitiques. La société s'est développé et la direction se transmettait de père en fils, génération après génération. Du moins, jusqu'au grand-père de Talus, comme son fils était un sale type, c'est son petit-fils qui a hérité. Quant à Cora....

L'humain soupira un moment.

-Ce n'est pas ma compagne. Disons qu'on a une relation compliquée. J'ai déjà mentionné notre rencontre. Ensuite, après avoir été secouru, on a tout les deux sacrifié une chance d'être évacué, afin de s'assurer que Lalia et Levina puisse l'être. Du coup, on s'est retrouvé sur Palaven à combattre les moissonneurs. Cela nous a rapproché. Après la guerre, je lui ai proposé qu'on passe à la prochaine étape et qu'on vive ensemble, mais elle a refusé. Elle voulait garder son indépendance, comme elle dit. Cora a proposé qu'on devienne ami, avec avantage, mais cela décrit un peu mal ce que nous vivons, car nous sommes plus proche que cela. Personnellement, j'espère qu'on pourra devenir plus. De temps en temps, je continu de lui en parler, en espérant qu'elle finisse par accepter. D'après sa manière de réagir, je dirais qu'elle se laisse tranquillement séduire par l'idée. J'attends avec impatience le jour où elle dira oui.

-Tante Cora aime aussi la méditation. Elle m'apprend à le faire. Elle le fait aussi avec tonton, parfois en surgissant de nul part et en l'emmenant méditer.

-Hein? Comment ça?

-C'est maman qui m'en a parlé. Quand tante Cora est venu nous voir à la maison et que tu y étais. Après qu'elle t'ait pris par le bras et dit qu'elle te ramenait chez elle.

Saber réfléchit rapidement, légèrement gêné, les événements que Levina décrivait avec eu lieu il y a environ 3 mois. Il effectuait une rapide visite, lorsque Cora était arrivé. Dès qu'elle l'avait vu, leurs regards c'était croisé et quelques minutes plus tard, elle le prenait pas le bras et le ramenait jusque chez elle, dans son lit. Un lit qu'ils n'avaient quitté que deux jours plus tard, sauf pour des envies pressantes. Évidemment Lalia et son mari étaient parfaitement au courant de leur relation, visiblement Lalia avait imaginé cette excuse auprès de sa fille.

-Euh, oui... C'est ça, de la méditation. Elle est ... très douée pour la méditation...

Il fallait qu'il change de sujet au plus vite.

-D'ailleurs, elle a aussi rejoint l'entreprise et elle est devenu directrice à son tour.

-Au fait, tonton, on pourrait allez voir Sage?

-Bien sûr qu'on peut aller voir Sage... Euh, attends une minute. Comment est-ce que tu connais Sage?

-Maman m'a fait visité le vaisseau, l'Herpès.

-L'Hermès, trésor. Pourquoi est-ce que tu veux voir Sage?

-Il est drôle.
Avatar de l’utilisateur
Saber Warwick
Rang 4

Rang 4
 
Message(s) : 78
Inscription : 14 Septembre 2017, 01:20

Âge: 32
Profession: Directeur d'entreprise de sécurité
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 4

Points MEL: 290.00 Points

En ligne

Re: Humain, turienne et quarienne

Message par Miho'Shakti Vas Erakis » 17 Décembre 2017, 17:27

L'image même d'une petite turienne planant dans les airs tel une super-héroïne des temps modernes était absolument adorable. Jamais Miho n'avait vu l'usage des pouvoirs biotiques dans ce genre-là, mais après tout pourquoi pas! Les talents n'étaient pas faits que pour semer un usage sérieux. S'ils pouvaient divertir une enfant, en quoi serait-il nécessaire de s'en priver? Bien entendu cela pouvait certainement être dangereux, mais quand on parlait d'asari, nées avec ces compétences comme un don de la nature, en sommes les risques devaient être quasiment inexistants. Ce ne devait pas être plus inquiétant que de lancer son gamin en l'air avec des coussins au sol au cas où un rattrapage devait s'avérer plus hasardeux que les autres. Néanmoins, Miho comprenait que la mère ait pu avoir un accès de panique. Les enfants étaient souvent tout pour leurs parents.

L'aspect familial de l'entreprise s'étendait donc plus loin que le grand-père. Au final, cela expliquait pourquoi il y avait plus de soins apportés au bien-être des employés. Certaines valeurs avaient tendance à demeurer quand on veillait à se les enseigner d'une génération à l'autre. Surtout quand la boîte avait vu le jour sous la volonté d'apporter une aide que d'autres ne pouvaient pas donner. Parfois les gouvernements paraissaient très limités aux yeux de la quarienne.

L'histoire avec Cora était tout aussi riche en information, ce qui lui offrit des détails supplémentaires plutôt intéressant sur le vécu de Saber au cours de la guerre contre les Moissonneurs. Il n'avait clairement pas choisi la facilité. Bon, en même temps il n'y avait pas eu d'autres solutions. L'évacuation d'une mère et son bébé avait été la priorité et puis il avait une formation de soldat d'élite. Quant à l'asari, ses capacités avaient dû être plus qu'appréciables pour l'armée turienne. Le seul souci majeur, si l'on faisait exceptions de toutes les joyeusetés que les Moissonneurs avaient apporté avec eux, c'était les conditions extrême du monde turien. Palaven était assez hostile niveau radiations, alors vivre là-dessus, surtout pour une espèce qui, contrairement aux quariens par exemple, n'était pas vraiment habitué à considérer une combinaison environnementale, ou une armure, comme une seconde peau indispensable à la survie en tout temps, ce devait être passablement difficile.

Mais si cette épreuve les avait rapprochés, apparemment ça n'avait pas suffit à l'humain. Quelque part Miho trouvait étrange que, compte tenu de leur espérance de vie, certaines asari aient de la peine à se lier. Comme si vivre une histoire d'amour incluait nécessairement une privation de liberté. Certains couples étaient très libre sur le plan sexuels, quant à d'autres, s'ils étaient fidèles et dévoués, ça n'entravait en rien leurs aspirations individuelles. Mais il restait des concessions à faire et c'était aussi certainement là que les appréhensions pouvaient prendre forme. Pas sûr que Cora ait envie de discuter du choix du canapé pour le salon d'un appartement à partager avec son conjoint. Et encore, il ne s'agissait que de futilités. Qui pouvait savoir jusqu'où pouvait aller l'étendue de soif de liberté de l'asari? En tous les cas, Saber était suffisamment amoureux pour chercher à changer cet état de fait, quand d'autres auraient lâcher l'affaire pour aller trouver leur bonheur ailleurs. C'était très romantique! Suffisamment pour que Miho hoche la tête, partant du principe qu'avec son attachement à elle, Cora allait nécessairement finir par prononcer le "oui" tant attendu.

Visiblement les émotions et les projets de couple n'étaient pas les seuls objectifs de sa relation de couple. Le sexe dominait clairement. En tout cas bien assez pour que la mère de la petite soit forcée d'inventée une histoire de méditation pour planquer la nature des activités ludique entre le parrain et la marraine. Ce fut difficile pour la quarienne de garder son sérieux. Les gosses étaient tellement innocents! Gâcher ça aurait été vraiment cruel. Et puis dans le fond, étant donné le lien spirituel que les asaris pouvaient créer durant l'acte, il n'était pas si faux que ça de parler de méditation. Quand Saber avoua que Cora était douée pour ça, c'en était trop pour la quarienne qui pouffa, une main plaquée contre les filtres de sa visière, avant de détourner la tête pour ne pas susciter de question gênante de la part de la fillette. Déjà qu'il paraissait mal à l'aise...

Suffisamment pour s'empresser de changer de sujet et de confirmer la supposition qu'elle lui avait évoqué précédemment. Vraiment familiale cette boîte. Il ne manquait plus que la confirmation du couple dans le directorat pour parfaire l'image idyllique. Quant au vaisseau, ma foi, il avait un nom fait pour les fourchages de langue, mais ce n'était pas Miho qui allait s'en moquer, après tout, elle était née à bord du Qwib-Qwib.

"Nous n'avons qu'à nous rendre en direction des quais dans ce cas. Je vais de toute manière devoir rejoindre mon vaisseau. Quel est le rôle de Sage sur le vôtre?"
Avatar de l’utilisateur
Miho'Shakti Vas Erakis
Rang 5

Rang 5
 
Message(s) : 344
Inscription : 06 Mars 2016, 02:05

Âge: 37
Profession: Présidente de la SCTI / Pilote d'élite
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 5

Points MEL: 1,409.00 Points

Re: Humain, turienne et quarienne

Message par Saber Warwick » 18 Décembre 2017, 21:20

Saber faisait son possible pour cacher la légère gêne amené par Levina. Il aurait vraiment préféré que la petite turienne ne dévoile pas en publique qu'il avait une vie sexuelle très épanouie avec une asari. Du moins, c'est le terme se rapprochant le plus de la situation. En effet, même si Saber avait souvent ce genre d'envie envers l'asari, cette dernière était bien pire que lui et de loin. Elle pouvait arriver n'importe quand et venir le chercher pour qu'ils se rendent chez elle ou chez Saber, afin d'aller faire grincer le lit un peu. Et encore, ce n'était pas tout. Parfois, elle pouvait tout bonnement débarqués dans le bureau de l'humain, tout verrouillée derrière elle, avant de lui sauter dessus. Sans parler des fois, où elle n'hésitait pas à rentrer chez Saber, peu importe l'heure. Disons que c'était une femme qui savait ce qu'elle voulait et faisait le nécessaire pour l'avoir. Si l'humain avait l'idée de dire non ou de proposer de faire ça plus tard, Cora n'hésitait pas à utiliser sa biotique. Il se souvenait d'une fois, alors qu'il était chez lui en train de travailler sur quelques dossiers administratif. Cora avait débarqué et quand il lui avait demandé quelques minutes, pour finir son travail, l'asari l'avait soulevé dans les airs avec sa biotique et fait léviter jusque dans la chambre. On aurait presque pu dire que Saber était un esclave sexuel pour l'asari, mais la vérité, c'est qu'il ne détestait pas totalement ça.

Pour en revenir au présent, l'humain espérait que l'affaire se calme. C'était gênant à la base et en plus, Levina n'avait pas aidé. Ce fut encore plus frappant lorsque la quarienne pouffa légèrement, afin de poser une main sur sa visière, avant de se retourner. Probablement que le fait d'avoir parler de ''méditation'' et du talent de l'asari dans ce domaine avait été l'élément de trop. Au moins, elle ne riait pas devant la petite, ni ne parlait de ce qu'était vraiment cette méditation. Heureusement, Levina était trop jeune pour comprendre ce genre de chose. De plus, que ce soit volontaire ou non, Miho lui offrit même une porte de sortie, en annonçant qu'elle devait se rendre à son vaisseau et qu'ils pouvaient donc faire route ensemble vers le spatioport. Elle l'interrogea d'ailleurs sur le cas de Sage. Il décida donc d'y répondre, alors qu'ils marchaient en direction du spatioport.


-Eh bien, comme vous devez vous en douter, Sage est un geth. Il occupe le poste d'ingénieur en chef, avec Naare'Lys vas Hermès. Ces deux-là sont un duo plutôt intéressant. Je me rappelle notre première rencontre. L'ISD venait à peine d'acquérir le vaisseau et de le rebaptiser l'Hermès. Il avait cependant besoin de réparation, de rénovation et de beaucoup d'amour pour être prêt pour ses futures missions. On avait déjà un certain nombre d'ingénieurs, parce que nous disposons de vaisseaux plus petits, mais il en fallait plus. Du coup, nous engagions pour des postes temporaires. Ça ressemblait à une journée comme une autre lorsqu'un employé est venu me voir, en parlant d'une quarienne cinglé qui venait rechercher du travail. Comme j'étais curieux, j'ai été la rencontré. Je dois dire qu'au début, le fait qu'elle me parle avec deux voix différentes, comme si je parlais avec deux personnes, c'était étrange. Je me demandais si elle avait pas des problèmes de personnalités multiples. Toutefois, ils m'ont appris la vérité en me parlant de ce projet getho-quarien. Celui où des geths intègrent la combinaison des quariens, afin de stimuler leur système immunitaire. Naare était parmi les premiers groupes à utiliser cette pratique. Le geth et elle se sont bien entendu, sont devenu rapidement ami et c'est elle qui a fini par lui donner le nom de Sage.

Saber se tut un court moment, pour laisser le temps à Miho d'absorber l'information.

-Toutefois, Naare fait partit de ceux qui n'ont pas réussi à s'établir vraiment sur Rannoch. Du coup, elle est repartit et Sage est allé avec elle, dans sa propre plateforme. Ils ont été confrontés au problème des perceptions contre les geths. Alors, Sage a décidé de réintégrer la combinaison de Naare et c'est sous cette forme qu'ils se sont présenté à nous. Quand la rénovation du vaisseau a été terminé, je leur ai offert de travailler pour l'ISD, sur l'Hermès. Ils ont acceptés. Au début, le problème a été de choisir lequel des deux devraient être ingénieur en chef, mais au final, nous avons décidé qu'ils le seraient tout les deux. Ils ont chacun leur charme. Naare est une femme pleine de vie, passionnée par la mécanique et l'ingénierie, très chaleureuse. Toutefois, si quelqu'un tente de causer des problèmes dans la machinerie du vaisseau, elle devient pire qu'un krogan en pleine rage de sang. Quant à Sage, il arrête pas de donner des conseils à tout le monde, raison de son nom, c'est également un grand curieux. Naare a réussi à lui faire abandonner l'usage de créateur envers les quariens, ou du moins envers elle.

Le chemin se poursuivait tranquillement.

-De plus, pour offrir à chacun une certaine liberté de mouvement et vie privée, j'ai pu prendre quelques dispositions. Ainsi, Sage peut se déplacer dans sa plateforme dans tout l'Hermès et à travers toutes les installations du ISD, à travers la galaxie. Sans devoir être accompagnés. Évidemment, on ne peut rien faire pour le reste de la galaxie, mais comme le vaisseau et les installations sont des propriétés privés, on peut choisir de ne pas appliquer ces lois discriminatoires envers les geths.
Avatar de l’utilisateur
Saber Warwick
Rang 4

Rang 4
 
Message(s) : 78
Inscription : 14 Septembre 2017, 01:20

Âge: 32
Profession: Directeur d'entreprise de sécurité
Classe: Martial et Technologique
Points d'Héroïsme: 4

Points MEL: 290.00 Points

Suivant

Retour vers Nébuleuse du Serpent



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité